19
Juin
2012

Le rucher maison de Thierry Colin

Les ruches Un toit pour les abeilles de Thierry.

En Alsace, Thierry travaille  avec des ruches Zander pour lesquelles il se fournit en Allemagne.
En effet, il existe plusieurs types de ruches permettant aux apiculteurs de choisir celle qui lui convient le mieux en terme de praticité mais également la plus adaptée à ses contraintes.
Ainsi, la Zander est de format assez petite mais permet durant les hivers rigoureux d’avoir un  volume moindre et est ainsi plus facile à chauffer qu’un gros volume.

Également, Thierry a rénové un rucher couvert, une vraie maison qui accueillera bientôt de nouveaux pensionnaires.

Dans les régions à grands écarts de température (climat continental), il est très utilisé car les ruches y sont plus à l’abri qu’en plein air et ont moins à souffrir du froid ; c’est ainsi que l’on le trouve dans l’Est de la France, en Suisse et en Allemagne.

Pour l’apiculteur, il facilite le travail, n’étant pas incommodé par les abeilles qui vont et viennent à l’extérieur.
Il peut visiter ses ruches en toutes conditions météorologiques, ce qui est intéressant au printemps, pour l’apport de provisions et en automne pour la mise en hivernage.

Les ruches étant plus rapprochées et n’ayant pas de toit, les opérations, geste sont en général plus rapidement menés, sachant que le nombre de ruches est plus important dans ce type d’espace restreint.

La tenue de protection est moins utile qu’en plein air,  les abeilles qui sortent de la ruche ouverte allant directement vers les ouvertures et la lumière.

De plus, les colonies à l’abri des intempéries, le sont aussi des visiteurs indésirables, ce qui n’est pas à négligeable pour les ruchers isolés, les vols étant de plus en plus répandus.

On peut dire également que les ruches, abritées des intempéries : pluie, vent, soleil, seront moins mises à rude épreuve et perdureront sans comparaison avec celles établies en plein air.

 

25
Mar
2012

Sortie d’hivernage

En Alsace les températures sont descendues jusqu’à -18°C au lever du jour et comme dans toute la France l’épisode de froid a duré deux semaines environ.

Les abeilles ont bien réagi et toutes les colonies se portent bien.

Depuis quelques jours, il y a une belle activité sur les planches d’envol avec un apport important de pollen, signe qu’il y a du couvain à nourrir.
Thierry n’a pas encore ouvert les ruches car les températures sont encore limites (14/16°C) et il ne souhaite pas perturber le développement du couvain.

Il a donc fait un apport de nourriture pour palier à un éventuel manque.
D’ici une dizaine de jours les premières fleurs devraient apparaître et Thierry est confiant pour ses colonies qui sortent en forme de l’hiver.

25
Mar
2012

Propulsé par WordPress | Thème Aeros | un toit pour les abeilles