Biotonique sa

Logo Biotonique sa
Biotonique est une entreprise suisse qui fabrique et vend des cosmétiques naturels et en partie bio sur le marché suisse et européen. Notre vision de marque est tournée vers le bien-être et le respect de la beauté au naturel. Nous proposons des gammes de soins pour femmes et hommes ainsi que des soins en institut, dont le premier à ouvert à Nyon, à 15 minutes de Genève. L'environnement et le respect de celui-ci nous tient à coeur, c'est pourquoi Biotonique s'engage au travers de diverses associations et partenariats, pour que notre entreprise puisse rester dans une démarche eco-consciente et donner l'exemple aux futures générations de consommateurs-trices. Et comme nous avons un lien tout particulier avec les abeilles, que nous les aimons et souhaitons les voir prospérer et continuer de nous protéger, quoi de mieux que de participer à la création d'un beau toit pour leur belle activité?

Les ruches en images

  • La ruche Biotonique sa
  • La ruche Biotonique sa
  • La ruche Biotonique sa
  • La ruche Biotonique sa
  • La ruche Biotonique sa
  • La ruche Biotonique sa
  • La ruche Biotonique sa
  • La ruche Biotonique sa
  • La ruche Biotonique sa
  • La ruche Biotonique sa
  • La ruche Biotonique sa
  • La ruche Biotonique sa
  • La ruche Biotonique sa
  • La ruche Biotonique sa
  • La ruche Biotonique sa
  • La ruche Biotonique sa
  • La ruche Biotonique sa
  • La ruche Biotonique sa
  • La ruche Biotonique sa

L'apiculteur : Yves ROBERT

UTPLA apiculteur Yves ROBERT

Yves et Chantal ont débuté en 2010 avec 3 ruches. Aujourd'hui ils en comptent près de 80, dont une soixantaine soutenues par les parrains Un Toit Pour Les Abeilles.

Yves et Chantal privilégient une production locale et une conduite douce des ruches. Ce choix est motivé par une éthique personnelle et professionnelle engagée pour la protection de l’environnement, ceci dans une optique d’exploitation apicole prospère économiquement.

Chantal et Yves ne pratiquent pas la transhumance, puisque tous leurs ruchers sont fixes, ce qui réduit considérablement les dépenses en carburant, les besoins en mécanisation et ainsi l'impact carbone.

Ils ont choisi des ruches Warré plus respectueuses des abeilles et proposent un miel de terroir.
Outre le miel, Les apiculteurs produisent leurs propres essaims naturels (sans importation de reine), ils récoltent du pollen, de la propolis, de la cire d’abeille...

Bilan en cours de saison 2019

Bilan en cours de saison 2019

Les nouvelles de l'apiculture sont mauvaises ; non du fait des abeilles, qui ont une capacité extraordinaire d'adaptation, ni de mon point de vue, car j'essaie de les imiter, en termes d'adaptabilité ; mais du fait d'un autre sujet assez "brulant" : les perturbations climatiques in anticipables et implacables.

Le mois de mai a été le plus froid depuis 40 ans ; juste au moment où les colonies devraient réaliser leur plein potentiel de développement ; et où la flore devrait fournir ses premières offres abondantes de nectar. C'est catastrophique pour la production de miel ; mais pas pour les abeilles, qui ne sont pas nées de la dernière pluie. J'ai été contacté, en mai, par un apiculteur ayant apporté ses colonies, du Sud de la France, pour la floraison de l'acacia en vallée de Saône et qui devait d'urgence verser quantité de sirop de sucre pour que ses colonies ne périssent pas... Je n'ai pas eu ce genre de problème ; mais je n'ai pas récolte de miel de printemps, qui constitue la moitié de la récolte annuelle. Alors, j'ai consulté les prévisions météo pour le début de l'été. L'expert compétent était formel : "Si les statistiques et l’humidité des sols permettent de limiter fortement un risque de canicule pour cet été, l’analyse des centres d’action qui pilotent le temps sur l'hexagone, ce que l’on appelle la « synoptique », permet de conforter cette donnée." J'étais donc rassuré...

Vous savez comme moi ce qui s'est passé, tout début juillet : des pointes de températures sans précédent, qui n'ont toujours pas d'impact direct sur les colonies d'abeilles, mais sur la flore qui n'est pas adaptée à ces conditions de sécheresse et d'ensoleillement. Je ne suis pas le seul apiculteur touché ; tout l'est de la France est concerné, plus au moins fortement, et sans doute au-delà. Le syndicat apicole fait diversion, en parlant de la popularité du miel français (Cocorico !). C'est juste dommage qu'il n'y en ait quasiment pas à vendre...

Je le rappelle dans tous mes stages et interventions : les abeilles n'ont pas de problème, sinon ceux que la pression des activités humaines fait peser lourdement sur leur environnement ! Les perturbations climatiques, la simplification et l'usure des écosystèmes et l'agriculture industrielle constituent les principales.

A très bientôt,

Yves

Voir toutes ses actualités

Le rucher de Sennecey

Le rucher de Sennecey

Le rucher est situé près du hameau de Tallant dans le canton de Sennecey-le-Grand en Saône-et-Loire (Bourgogne du Sud).

Il occupe un verger bordé de haies, de pâtures et prairies qui s'étendent à flanc de colline jusqu'au bois qui coiffe le sommet.
Cet environnement est riche d'une flore diversifiée qui s'épanouit dès le printemps (pissenlit, fruitiers, aubépine...) et se prolonge tout l'été (acacia, ronce, trèfle...).

La première récolte sera polyflorale puisqu’issue des variétés citées ci dessus.
Ainsi, selon la proportion en tilleul et acacia, le miel pourra être liquide à crémeux (ces deux espèces mellifères influençant sur la fluidité du miel).

Chantal et Yves travaillent avec des reines de souche Buckfast fécondées naturellement et issues du cheptel bio de Jérôme Alphonse (autre apiculteur partenaire Un toit pour les abeilles). Cette race d'abeilles est connue pour être douce et productive.

France 3 Bourgogne avec Chantal et Yves

Reportage diffusé le jeudi 6 Octobre 2016. Cliquez en dessous pour visualiser l'extrait.

L'apiculteur : Pascale LEROY-AILLERIE

UTPLA apiculteur Pascale LEROY-AILLERIE

Pascale est issue d’une famille d’apiculteurs depuis 3 générations.
Elle s’occupe aujourd’hui de 200 ruches qui se trouvent pour la plupart autour de la ferme apicole, sur le site exceptionnel du Marais Poitevin.
Elle a reçu la certification agriculture biologique début 2015 pour la conduite de ses ruches et le lieu ou elles sont installées.
Elle propose aussi une spécialité traditionnelle à base de miel et de fruits qu’elle nomme « confimiel » et qui lui a permis de remporter le Concours des produits de Vendée.

La patience a porté se fruits

Chères marraines et parrains de nos abeilles,

Je vous livre quelques mots sur la saison qui s’achève tout juste…
La récolte est terminée, elle a été bonne, une tonne cinq avec une centaine de ruches en production, je suis très satisfaite.

Satisfaite, car j’ai pu récolter malgré des conditions météorologiques compliquées pour nos avettes !
Elles ont été fortes et patientes.

Satisfaite également car les colonies se portent bien et c’est important.
Reste à préparer l’hivernage et faire les traitements varroa.
D’ici une bonne semaine ce sera fait et je pourrai commencer la mise en pot.

Autre info, cette année je participe au protocole de la FNOSAD pour le comptage des varroas.
Je suis d’ailleurs à la recherche de bénévoles sensibles aux abeilles pour m’aider.
C’est assez contraignant puisqu’il faut pendant deux mois tous les deux jours aller compter les varroas tombés au fond des cinq ruches en test.
L’idée est de mesurer l’efficacité du produit de traitement.
Je fais ça sur le rucher de Champagné-les-Marais.

Voilà, tout est dit…
Le travail cette année a été particulièrement contraignant et rude mais il a payé.

Je tenais enfin à vous remercier encore pour tous les messages pleins de gentillesses que vous m’avez adressé et qui m’ont permis de me sentir soutenu dans les moments les plus difficiles.
Ca fait chaud au cœur !
Encore un grand merci à vous, et un peu en avance, je vous souhaite une belle rentrée.

Pascale

Voir toutes ses actualités

Le Rucher du Marais Poitevin

Le Rucher du Marais Poitevin

Les ruches de Pascale se trouvent en plein cœur du Marais Poitevin sur une zone classée Natura 2000.
D'une grande diversité écologique, ce territoire est constitué de pairies, de zones boisées et de marais façonnés par l'homme au cours du temps.

Le Marais poitevin constitue un havre pour de nombreuses espèces animales ou végétales telles que la loutre d'Europe, le vanneau huppé, l'iris jaune ou la reine des près.

Selon les saisons les abeilles de Pascale visitent les pissenlits, guimauves, lierres, saules, ronces, aubépines, sureaux...

Que se passe-t-il ce mois-ci sur votre rucher ?

C’EST LA RENTREE !
Retour sur les derniers rebondissements autour de la loi Biodiversité

Depuis qu’il a rédigé un arrêté anti-pesticides sur sa commune, en mai dernier, le maire breton de Langouët fait figure de « porte-parole » des « défenseurs de l’environnement ».
Daniel CUEFF, c’est son nom, a pourtant vu son arrêté suspendu le 27/08 dernier, pour motif « qu’il n’...




Imprimer la page

Retour