Astre - TCP

Logo Astre - TCP
TCP - Transport et Logistique est une PME familiale et indépendante créée en 1945 qui a su prospérer durant toutes ces années. Acteur majeur dans la région, TCP se positionne aujourd'hui comme un conseiller en apportant les solutions adaptées aux problématiques de transport et de logistique. Pour répondre aux besoins de nos clients, TCP est structurée par pôles de compétences. Cette organisation centrale a pour objectif de répondre de façon optimale au cahier des charges de notre clientèle - TCP Messagerie : Au départ de notre site, nous relions 10 plateformes régionales. Que ce soit par la messagerie (plateforme de traitement de 86 portes avec chaîne automatisée) ou le réseau palette (1 à 3 palettes), les marchandises sont tracées en continu grâce au pointage par codes-barres. - TCP Distribution : Nous acheminons vos marchandises de 1 à 33 palettes sur toute la France avec notre propre flotte sécurisée; équipée matières dangereuses et constituée de l'informatique embarqué. - TCP Logistique : Nous gérons l'ensemble du processus logistique, de la réception des colis jusqu'à la préparation des commandes. Notre système d'information nous permet d'avoir une traçabilité complète des marchandises. TCP en quelques chiffres : 288 collaborateurs répartis sur 5 sites qui sont St André les Vergers, Ste Savine, Sens, Sézanne et Epernay. 280 cartes grises dont 115 véhicules moteurs. 57000 m² d’entrepôts.


Voir leur site internet



GROUPE : ASTRE SIEGE

Ils se sont engagés pour la sauvegarde des abeilles

Depuis de nombreuses années, TCP s’est engagé pour l’environnement via une Charte environnementale interne puis en étant l’une des premières entreprises de la Région à signer la Charte objectif CO² les transporteurs s’engagent auprès de l’ADEME et la DREAL. Pour encore aller plus loin dans son engagement et le développement durable, TCP s’est engagé dans une démarche d’auto-évaluation LUCIE26000 supervisée avec l’Agence Lucie fin décembre 2016 et a pour objectif la Labellisation RSE en fin d’année. Afin de répondre à l’engagement N°4 de la RSE qui est de préserver l’environnement et plus particulièrement de contribuer à la protection et à la valorisation des écosystèmes, il nous semblait tout naturel de parrainer une ruche pour sauver les abeilles.

La ruche en images

  • La ruche Astre - TCP
  • La ruche Astre - TCP

L'apiculteur : Nicolas et Francesco DESFORGES - BISIGNANO

UTPLA apiculteur Nicolas et Francesco DESFORGES - BISIGNANO

Nicolas et Francesco sont deux amis apiculteurs du Nord de la Seine et Marne.
Ils ont décidé de travailler ensemble en exploitant chacun leurs ruches sur des ruchers partagés et en ayant investi dans du matériel commun pour la miellerie.
Tous les deux pratiquent une apiculture sédentaire et respectueuse de l’abeille. Ils sont sensibilisés aux problèmes de la biodiversité.
Leur cheptel est de 70 ruches environ.

Point sur la saison 2017

Chers parrains,

Nous sommes en Octobre, la saison 2017 s’achève.
C’est le moment pour nous de vous faire un retour sur cette année particulière.

L’hiver 2016-2017 a été un vrai hiver comme nous les aimons avec des températures négatives.

La saison 2017 a débuté avec la traditionnelle visite de Printemps, que nous avons effectué début avril.
Aucune perte n’a été à déplorer à la sortie de l’hiver.
Les colonies étaient actives avec toutefois des différences de développement.

Nous avons posé aussitôt nos premières hausses pour la récolte de printemps.
La première quinzaine était annonciatrice d’une belle récolte.

Malheureusement, mi-avril une vague de froid suivi de pluie a réduit à peau de chagrin cette récolte habituellement bonne.

La saison s’est poursuivie avec l’espoir de faire une belle récolte d’acacia.
La gelée du mois d’avril a eu raison des bourgeons et c’est une récolte modeste que nous avons pu faire fin mai.

La météo du mois de juin fut particulièrement chaude et sans pluie.
Les fleurs ont souffert et la récolte du miel d’été aussi.
La récolte a eu lieu fin juillet, et nous dûmes nous rendre à l’évidence que cette récolte ne sauverait pas le début de saison.

 

Cette saison a été très bizarre, avec des récoltes que nous pouvons qualifier de médiocres.

Cet été, nous avons eu des ruchers où le frelon asiatique et même européen a été très présent, nécessitant parfois de déplacer les ruches.

Les récoltes terminées, nous avons enchainé avec la préparation des colonies pour l’hiver.
Le traitement pour lutter contre le varroa et compléter les réserves des ruches qui n’auraient pas suffisamment de réserves pour passer sereinement l’hiver.

Octobre est le début de la mise en pot pour être en mesure de vous livrer avant les fêtes de fin d’année.

Nous profitons de ce compte rendu de saison pour vous remercier de votre soutien.
Nous espérons vous compter parmi nos parrains 2018.

 

Cordialement,

Francesco et Nicolas

 

 

 

Voir toutes ses actualités


Le rucher de la Violette

Le rucher de la Violette
Le rucher de la Violette est installé dans une zone de bois et de culture.

Les abeilles trouvent à proximité une nourriture saine et variée : aubépine, prunellier, acacia, tilleul, châtaignier, luzerne...

La Marne située à proximité, apporte l’eau nécessaire à la colonie.

Que se passe-t-il ce mois-ci sur votre rucher ?

Pré-bilan 2017
Nous sommes en octobre…
Les apiculteurs réalisent les dernières visites des ruchers avant l’hiver.
Bien qu’il faille attendre le réveil des colonies en février prochain pour dresser un bilan complet de cette saison apicole, nous avons déjà quelques remontées des apiculteurs de notre réseau.
Il en découle que 2017 aura été une année contrastée pour la filière. Les conditions météo ont été particulièrement rudes cette année et en décalage avec les besoins des colonies et des floraisons.
Il a fait trop froid en mai, avec des gelées sur certaines régions. La sécheresse de juin, notamment dans le sud de la France, a mis à mal les floraisons. Les pluies qui ont suivies en juillet et août sont venues perturber la fin de saison. Seuls les ruchers situés en montagne auront été préservés cette année. La météo n’aura pas été le seul élément perturbateur. Les incendies dans le sud de la France et en Corse ont noirci également le tableau de cette triste saison…
« On essuie une nouvelle année noire » explique Philippe HUGUEL, apiculteur du Rucher d’Entraigues. « Après 2016, la saison 2017 va nous faire encore beaucoup de mal… Deux années noires coup sur coup c’est dur pour la filière… »
Le réveil des colonies au printemps prochain nous en dira davantage sur le bilan de cette saison. Jusque-là, il faut tenir bon… Vos soutiens, nombreux, et surtout fidèles nous aident à pallier aux difficultés rencontrées sur les ruchers de nos apiculteurs, surtout lors de saison comme celle-ci. MERCI profondément pour cela !

Que se passe-t-il dans la ruche ?

Ca y est, nous sommes bel et bien en automne ! On approche tout doucement des températures de saison. Elles avoisinent les 5 à 10°C le matin et 16 à 20°C l’après-midi.



Bref, il commence à faire froid pour les abeilles qui préfèrent rester au chaud dans les ruches. Elles se sont organisées : Exit les faux bourdons qui n’ont plus de rôle à jouer au sein de la colonie. La Reine aussi a largement ralenti sa ponte. Elle ne tardera pas à la suspendre bientôt, lorsque l’hiver aura démarré. Les abeilles vont rester confinées, en effectif réduit, au sein de la colonie tout l’hiver, puisant sur les réserves engrangées durant l’été.

Zoom sur … L'hivernage

Les abeilles n’hibernent pas durant la période de froid. Elles ne dorment pas à proprement parler. Leur activité se réduit considérablement, mais elles continuent à vivre, au ralenti, confinées au sein de la ruche. C’est l’hivernage. Elles vont ainsi se tenir bien au chaud, serrées les unes contre les autres, en forme de grappe. L’objectif pour elles : conserver une température intérieure de 30-35°C.


Cette température est le résultat de cette grappe que forment entres elles les abeilles et de la ventilation qui s’opère au sein de la ruche, par leurs battements d’ailes. C’est cette même ventilation qui permet de les protéger de l’humidité, leur pire ennemi !

De son côté, l'apiculteur …
L’apiculteur a terminé sa récolte d’été. Il a laissé les abeilles récolter les derniers nectars et pollens disponibles dans la nature, pour accumuler quelques provisions supplémentaires. Les dernières floraisons sont à présent épuisées et le froid de retour. Les abeilles vont à présent rester dans les ruches. Le travail de l’apiculteur est double à cette période.
Aux ruchers, il réalise les dernières visites d’avant l’hiver et s’assure que toutes les ruches sont prêtes à rentrer en hivernage. Elles doivent être suffisamment chargées en réserves, doivent être en bon état et bien isolées pour éviter les agressions extérieures, liées à la météo ou aux attaques de prédateurs.
Il faut aussi les positionner à l’abri du vent. Souvent l’apiculteur place une grosse pierre sur le dessus des ruches pour éviter qu’un vent trop fort ne souffle les toits.
A la miellerie, il termine la mise en pots du miel fraichement récolté qu’il vendra sur les marchés de Noel ou qu’il enverra à ses parrains dans notre cas.


Le Saviez – vous ?
Pour affronter l'hiver, les apiculteurs estiment qu'une ruche « en bonne santé », c'est-à-dire suffisamment chargée en ressources naturelles pour assurer l'hivernage, doit contenir au minimum entre 15 et 20kg de miel. En dessous de ce niveau, la ruche est considérée comme « en péril », elle ne passera pas l'hiver.

Un peu de poésie … La citation du mois !
« Une sentinelle attend toujours l’aurore, et l’aurore toujours la sentinelle » Cesbron






Imprimer la page

Retour