Faculté de droit, sciences Économiques et gestion de nancy

Logo Faculté de droit, sciences Économiques et gestion de nancy

La Faculté de Droit, Sciences Economiques et Gestion (FDSEG) de Nancy est une composante de l'Université de Lorraine comprenant près de 5 500 étudiants, 100 Enseignants-Chercheurs, 400 vacataires et 50 BIATSS pour un budget de plus de 2 millions d'euros. Fondée en 1582 à Pont-à-Mousson, transférée à Nancy en 1768, fermée en 1792, notre Faculté fut restaurée par l’Empereur Napoléon III le 9 janvier 1864. Offrant une large gamme de formations ouvrant sur les carrières judiciaires, le droit des affaires, le droit du travail, le droit public, la finance ou l’économie, la Faculté est résolument tournée vers l’avenir. Au coeur de l’Europe, elle s'appuie sur un important réseau de partenaires permettant la multiplication de séjours dans de nombreuses universités étrangères.


Voir leur site internet

La Faculté de Droit, Sciences Économiques et Gestion de Nancy est une composante de l’Université de Lorraine, qui adhère à la démarche « Plan Vert ». Le Plan Vert est un développement durable qui ne peut être limité au seul management environnemental des Campus. Il recouvre toutes les dimensions du développement durable de notre établissement, tel que les actions pédagogiques et de recherche, mais aussi de gouvernance. Notre statut d’établissement public nous donne l’obligation morale d’avoir des pratiques exemplaires sur tous les points, ce qui inclut la question de la protection de l’environnement. Ainsi, notre communauté, bien placée pour mesurer les risques que font peser les bouleversements environnementaux sur nos sociétés, est particulièrement sensible au phénomène de disparition des abeilles. C'est pourquoi nous avons souhaité parrainer une ruche auprès de l'association un Toit Pour Les Abeilles.

La ruche en images

  • La ruche Faculté de droit, sciences Économiques et gestion de nancy
  • La ruche Faculté de droit, sciences Économiques et gestion de nancy
  • La ruche Faculté de droit, sciences Économiques et gestion de nancy
  • La ruche Faculté de droit, sciences Économiques et gestion de nancy
  • La ruche Faculté de droit, sciences Économiques et gestion de nancy
  • La ruche Faculté de droit, sciences Économiques et gestion de nancy
  • La ruche Faculté de droit, sciences Économiques et gestion de nancy
  • La ruche Faculté de droit, sciences Économiques et gestion de nancy
  • La ruche Faculté de droit, sciences Économiques et gestion de nancy
  • La ruche Faculté de droit, sciences Économiques et gestion de nancy
  • La ruche Faculté de droit, sciences Économiques et gestion de nancy
  • La ruche Faculté de droit, sciences Économiques et gestion de nancy
  • La ruche Faculté de droit, sciences Économiques et gestion de nancy
  • La ruche Faculté de droit, sciences Économiques et gestion de nancy
  • La ruche Faculté de droit, sciences Économiques et gestion de nancy
  • La ruche Faculté de droit, sciences Économiques et gestion de nancy
  • La ruche Faculté de droit, sciences Économiques et gestion de nancy
  • La ruche Faculté de droit, sciences Économiques et gestion de nancy
  • La ruche Faculté de droit, sciences Économiques et gestion de nancy
  • La ruche Faculté de droit, sciences Économiques et gestion de nancy
  • La ruche Faculté de droit, sciences Économiques et gestion de nancy
  • La ruche Faculté de droit, sciences Économiques et gestion de nancy
  • La ruche Faculté de droit, sciences Économiques et gestion de nancy

JT de 13h TF1 avec Sarah

Reportage consacré à Sarah et au projet Un toit pour les abeilles diffusé le samedi 27 Août 2016. Cliquez en dessous pour visualiser l'extrait.

L'apiculteur : Sarah HOLTZMANN

UTPLA apiculteur Sarah HOLTZMANN

Sarah, apicultrice depuis 2007 est installée à Moussey, dans les Vosges.

Sarah s'est reconvertie professionnellement de 2004 à 2007, et quoiqu'au démarrage son exploitation comptait 26 ruches, elle en gère maintenant 300.
Sarah est aussi très attentive aux questions environnementales et utilise des peintures 100 % naturelles.

En plus de la production de miel, de reines et d'essaims, Sarah se lance dans la récolte de gelée royale à destination des particuliers, ainsi que celle de la récolte de propolis pour les laboratoires pharmaceutiques.

Une année difficile pour l’apiculture

Une année rythmée par les caprices d’une météo… Sale temps pour les Abeilles
Avec des bas : un mois de mai qui nous a obligé à intervenir sur les ruches pour éviter la famine car les températures n’ont pas permis aux abeilles de sortir pour butiner les pissenlits et autres fleurs de printemps.
Et une période d’essaimage intense avec des fécondations de reines très mauvaises. C’est une période très difficile car les reines tiendront moins longtemps.
Mais surtout des hauts : un mois de juillet caniculaire qui a obligé les abeilles à ventiler plus qu’à butiner et surtout à chercher de l’eau …

Nous avons de la chance car nous sommes situés en zone de montagne avec des nuits fraîches et de la rosées le matin cela a un peu épargné nos petites protégées.
Résultat nos abeilles ont produit un peu de miel de Montagne et sur la mi-juillet un peu de miel de Sapin. C’est mieux que rien car en zone de plaine vosgienne les apiculteurs n’ont absolument rien récolté.
Un dossier de calamité apicole sera peut-être déposé dans le Grand Est !

Je voulais remercier les parrains qui ont fait le déplacement le 15 juin aux portes ouvertes.



Cela fait quelques années que vous êtes de plus en plus nombreux à venir nous rencontrer et grâce à vous j’ai renoué avec l’idée du partage autour de l’abeille.
C’est tellement gratifiant de faire découvrir ce monde fabuleux.
J’ai déjà participé à une journée de formation pour devenir ferme pédagogique.

Nous avons comme projet d’ouvrir un pôle apicole pour faire découvrir l’abeille et notre métier avec des outils pédagogiques.
Nous sommes en pleine préparation de demande de permis et des différentes autorisations avec le chiffrage pour présenter un dossier aux banques.
Si vous avez des idées n’oublier pas de nous écrire…



Si l’on veut continuer à résister aux années noires de l’apiculture Il faut diversifier l’activité. Cela demande réflexion car les journées sont déjà très chargées…
Pour conclure depuis dix ans nous avons construit une miellerie de 220 M², acheté plus de 450 ruches vides (renouvellement de ruches abîmées), acheté du matériel de miellerie extracteur, maturateurs, table de mise en pots, pompe à miel, tables inox, désoperculatrice les emprunts court encore…sur 5 ans !

Mais le plus important c’est que c’est grâce à vos parrainages et vos soutiens que nous existons depuis 10 ans.   
Petite dédicace à Mme Cécile jean « MERCI »

A bientôt
Sarah et vos filleuls

Voir toutes ses actualités


Le rucher de la Vallée du Rabodeau

Le rucher de la Vallée du Rabodeau

Le rucher est situé dans le Parc Régional de la Forêt des Vosges, en plein cœur de la vallée du Rabodeau.

Il est niché à flanc de montagne, à 500 m. d'altitude, bordé d'une forêt de 12 ha composée de pins, épicéas, hêtres et bouleaux et arrosé par une rivière.

Ce cadre permet aux abeilles de butiner des essences de montagne : sapin, fleurs d'altitudes...
Le miel ainsi récolté est un miel de montagne issu de miellats (miel de sapins, bouleaux...) qui est une grande source d'apport en acides aminés.
Liquide à sirupeux (avant cristallisation) et foncé, il est très aromatique et de saveur douce et maltée. En fonction de l'emplacement des ruches et des floraisons alentours, la proportion en fleurs d'altitude peut y être plus importante ainsi, Sarah vous proposera alors un miel de même consistance, de couleur plus clair et fleuri avec des notes de sous-bois.

Que se passe-t-il ce mois-ci sur votre rucher ?

 

L’abeille a été déclarée « La chose la plus importante du monde »
selon l’Earthwatch Institute lors de la dernière réunion de la Royal Geographical Society de Londres.
D’après The Science Time, 70% de l’agriculture planétaire dépend exclusivement de nos précieuses butineuses, car on le sait tous, sans elles, la faune et la flore disparaitraient progressivement.
Et malgr&eacut...




Imprimer la page

Retour