Clinique vétérinaire La Capside

Logo Clinique vétérinaire La Capside

La ruche en images

  • La ruche Clinique vétérinaire La Capside
  • La ruche Clinique vétérinaire La Capside
  • La ruche Clinique vétérinaire La Capside
  • La ruche Clinique vétérinaire La Capside
  • La ruche Clinique vétérinaire La Capside
  • La ruche Clinique vétérinaire La Capside
  • La ruche Clinique vétérinaire La Capside
  • La ruche Clinique vétérinaire La Capside
  • La ruche Clinique vétérinaire La Capside
  • La ruche Clinique vétérinaire La Capside
  • La ruche Clinique vétérinaire La Capside
  • La ruche Clinique vétérinaire La Capside
  • La ruche Clinique vétérinaire La Capside
  • La ruche Clinique vétérinaire La Capside
  • La ruche Clinique vétérinaire La Capside
  • La ruche Clinique vétérinaire La Capside
  • La ruche Clinique vétérinaire La Capside
  • La ruche Clinique vétérinaire La Capside
  • La ruche Clinique vétérinaire La Capside
  • La ruche Clinique vétérinaire La Capside

L'apiculteur : Frédéric W.C.

UTPLA apiculteur Frédéric W.C.

J'avais en tête une reconversion agricole depuis plusieurs années déjà…
J’ai d’abord travaillé comme skipper pro durant une quinzaine d'année dans les Antilles, le Pacifique et bien sûr la Méditerranée.
Par la suite, j’ai souhaité réhabiliter et remettre en production des terrains de famille en haute corse que je possède ;
Notamment une châtaigneraie d'une quinzaine d'hectares.
Malheureusement, il a été difficile de mener à bien ce projet, essentiellement pour des raisons topographiques et de charge de travail.
Le temps que je mette tout en route, j’aurais probablement atteint l’âge de la retraite ;-)
Finalement, ma femme et moi avons acquis, avec des amis un terrain d'une trentaine d'hectares où j'ai pu développer mon activité.
J'ai également deux ruchers de montagnes sur Frasseto et Corrano ainsi que deux ruchers du coté de Coti Chiavari.
Il y a cinq ans, je me suis passionné pour l'apiculture, aidé en cela par celui qui allait devenir, par la suite, mon maitre de stage.
J'ai acquis mes cinq premières ruches en 2015 et j'ai à l’heure actuelle une centaine de ruches en production.
Je travaille en langstroth, format de ruche bien adapté à notre abeille endémique « Apis Mellifera Mellifera Corsica »,
sous espèce de notre abeille noire d'Europe.
Elle est plus petite, mois productive et plus agressive que les abeilles que l'on trouve sur le continent.
Mais elle est plus adaptée à notre flore locale, notamment grâce à sa langue plus longue qui lui permet de butiner certaines plantes de la région.

Première lettre aux parrains

Chères marraines, chers parrains,
Et voici ma première lettre aux parrains, en tant qu’apiculteur du réseau Un toit pour les abeilles…
Je suis ravi de partager avec vous, mes parrains d’abeilles, un peu de mon quotidien.

L’arrière-saison est restée pluvieuse… Les abeilles ont pu profiter d’une belle floraison d’Arbousier. J’ai réussi à capter une miellée en montagne sur mon rucher de Frassetu. J’ai récolté le miel il y a une dizaine de jours (il déshumidifie en ce moment même), et je devrai l’extraire des hausses ce jeudi.
Les ruches ont été transhumées cette semaine. Elles sont redescendues à Acciola. Je vais peut-être tenter de capter une autre miellée d’Arbousier. Il fleuri d’abord en altitude, puis progressivement vers la plaine. C’est le froid qui déclenche sa floraison.

Les ruches ont bien profité au vu de leur poids, les réserves sont bonnes. Je dois ouvrir les ruches avant l’hivernage, j’en saurais alors davantage.

En parallèle je reconstruis mon atelier que j’ai dû démonter parce que proche de mon ancien logement.
Voilà c’est à peu près tout. Très bientôt les abeilles vont « se grapper » pour l’hiver au sein des ruches, et ça sonnera le temps d’une petite pause pour nous tous…

Je profite de cette première lettre pour remercier, d’ores et déjà tous les parrains qui me soutiennent. Je ne pensais pas, en intégrant Un toit pour les abeilles, avoir autant de soutiens et si vite. Ça fait chaud au cœur.
Il est temps pour moi de vous souhaiter, un peu en avance, de très belles fêtes de fin d’année ! profitez de vos familles et à très bientôt,
Fred

Voir toutes ses actualités


Le Rucher d'Acciola

Le Rucher d

A l'heure actuelle je possède quatre ruchers qui me permettent de suivre les floraisons, en variant les altitudes.
Je passe de 200m d’altitude au printemps, à presque 800m pour le châtaignier ou l'arbousier.
J'ai adhéré, dès mes premières ruches, au syndicat AOP Miel de corse « Mele Di Corsica ».
Il nous permet à travers un cahier des charges assez rigoureux, d’avoir une gamme variétale complète en Appellation d'Origine Protégée (la seule en France).
Elle comprend le Miel de Printemps (saules, lotiers littoraux mimosas, asphodèle chardons etc..).
Mais aussi, le Maquis de Printemps (genêts, bruyères, lavande maritime.),
le Miellat du maquis, issu du puceron du chêne aussi nommé « metcalfa » (qui se fait hélas de plus en plus rare ces dernières années),
le Miel de Maquis d'Eté (anthyllis, thym corse, ronces et germandrées).
Ce dernier miel est plus rare car souvent concomitant à la miellée de châtaignier.
Le Miel de châtaigneraie (châtaignier mais aussi ronces, clématites, anthyllis, népita et genêts) et enfin,
le Miel de Maquis d'Automne (arbousier, lierre salsepareille et inule visqueuse).
Je n'arrive pour l'heure qu'à produire, selon les années, du Miel de Printemps, Maquis de Printemps, Châtaigneraie et Maquis d'Automne.
Mais je travaille à l'obtention de nouveaux ruchers qui pourraient, par la suite me permettre de produire plus de miel de la gamme variétale, notamment je l'espère, le Maquis d’Été.
Le parrainage de ruches, me permettra, je l’espère, et grâce à vous d’accomplir mon rêve !

Que se passe-t-il ce mois-ci sur votre rucher ?

L’incroyable recul du Gouvernement…
On parle souvent de « danse des abeilles » pour évoquer le système de communication des abeilles entre elles… Et bien le gouvernement lui aussi danse, mais d’une danse bien triste, avec le recul sur les décisions annoncées en novembre 2017 par Macron. Ce dernier a annoncé qu’une sortie totale du glyphosate en 2021 est impossible.





"Je sais qu'il y en a qui voudraient qu'...




Imprimer la page

Retour