ALTICA GROUPE

Logo ALTICA GROUPE
ALTICA est la première chaîne hôtelière indépendante 2 étoiles du Grand Sud-Ouest. Elle compte aujourd’hui 10 établissements, soit 564 chambres qui s’étendent de La Rochelle à Anglet. Le groupe a été racheté le 22 janvier 2016 par Pierre Courtois de Viçose associé au fonds d’investissement français APICAP avec un projet d’envergure : la rénovation complète de ce parc hôtelier. L’ambition du Groupe Altica est clairement définie : transposer les codes de l’hôtellerie de luxe à l’hôtellerie 2 étoiles et offrir à nos clients la possibilité de vivre une expérience supérieure singulière et inhabituelle, loin des critères d’une hôtellerie de chaîne standardisée. Cela va se traduire par : Une hôtellerie à part, pour de nouveaux standards en hôtellerie 2 étoiles. Un design unique, pour chaque hôtel Altica, faisant de notre singularité notre force. Des services personnalisés permettant de vivre une expérience différente à chaque séjour. Des prestations haut de gamme, de la réservation au check-out, nous engageant dans une démarche et une dynamique d’amélioration continue.


Voir leur site internet


La ruche en images

  • La ruche ALTICA GROUPE
  • La ruche ALTICA GROUPE
  • La ruche ALTICA GROUPE

La ruche en vidéo

JT de 12h France3 Aquitaine avec Frédéric

Reportage consacré à Frédéric et au projet Un toit pour les abeilles diffusé le lundi 26 Septembre 2016. Cliquez en dessous pour visualiser l'extrait.

L'apiculteur : Evelyne et Frédéric W.

UTPLA apiculteur Evelyne et Frédéric W.

Evelyne et Frédéric sont apiculteurs depuis 5 ans dans le Médoc girondin.
Touchés par les problèmes que rencontre la biodiversité, Evelyne et Frédéric ont décidé de s'engager dans l'apiculture.

Ils ont aujourd’hui 46 ruches, réparties sur trois ruchers, qu’ils conduisent en respectant au mieux le rythme des abeilles.

Après avoir développé leurs propres ruchers ils ont décidé de s’investir dans le rucher école du Syndicat des Apiculteurs de Gironde et d’Aquitaine (SAGA) dont ils sont membres depuis 2005.
Frédéric est aujourd’hui président du SAGA et participe avec Evelyne à la fourniture d’essaims et de reines aux stagiaires du rucher école.

Bilan de la saison

Le 1er août 2018

 
Bonjour,

Depuis le mois d’avril les colonies sont effectivement toutes sorties d’hivernage, la plupart en très bon état. Très peu de mortalité, bonne vitalité pour l’ensemble des ruches. Malgré l’eau présente partout, pas de dégât à noter sur les ruches, pas d’inondation sérieuse, juste quelques soucis pour aller visiter certaines colonies en forêt. Même en pick-up 4x4 certains chemins sont restés impraticables, nous nous sommes embourbés plusieurs fois. Par contre l’eau a permis d’irriguer correctement toutes les plantes sauvages et la première miellée, printemps et acacia, s’est très bien passée. Les essaims en ont bien entendu profité aussi pour s’envoler. L’année a été assez forte pour l’essaimage, mais cela n’a pas empêché une bonne récolte de printemps. Les ruches ont ralenti pendant 2 à 3 semaines puis ont redémarré correctement. Nous finissons aussi juste la mise en pot : nous allons pouvoir attaquer maintenant la récolte de la miellée d’été.

Les frelons sont cette année assez tardifs, la pression sur les ruches commence juste maintenant à se faire sentir. Les pièges sont actifs et se remplissent mais ce n’est pas suffisant pour certains ruchers qui commencent à se paralyser (les abeilles restent bloquées sur la planche d’envol par les frelons qui les attendent en vol stationnaire). La pression des frelons s’additionne aux conditions climatiques qui deviennent très chaudes et diminuent la production de nectar pour les fleurs qui n’ont pas encore desséché. Les harpes électriques dont nous disposons sont aussi assez efficaces et permettent de diminuer la pression. Aucun produit chimique n’est utilisé pour lutter contre les frelons.

Nous avons récolté 2 ruchers pour la miellée d’été et la chaleur est de la partie. Le sauna dans les combinaisons apicoles est gratuit ! Pour l’instant le mal au dos est supportable et bilan est correct mais il nous reste 80% de la récolte à faire. Nous vous tiendrons au courant sur le résultat des futurs ramassages.

La journée porte ouverte a bien eu lieu à la  mi-juillet et s’est très bien passée. C’est un très bon moment de partage avec les parrains qui peuvent se rendre compte de ce que représente l’entretien du rucher dans la chaleur et sous la combinaison ! Bonne humeur et bonne ambiance étaient au rendez-vous.

Merci pour votre aide tous !

Amicalement

 

 

 

Voir toutes ses actualités


Le rucher du Medoc

Le rucher du Medoc

Le rucher se trouve dans la partie sud du médoc, prés de la région viticole d’appellation Haut Médoc, à environ 25 kms de Bordeaux.


Les colonies installées sont majoritairement des abeilles locales, dites "noires" ou présentant hybridées dues à certains croisements avec des abeilles de race Buckfast.


La flore mellifère qui entoure les ruches dans cette région boisée se compose d’arbres ou arbustes sauvages (acacia, saules, bourdaine, prunelliers, de ronces, châtaigniers, noisetiers, houx) et domestiques (tilleul, fruitiers, Sumac, cotonéasters, …).

Le miel récolté sera donc un miel polyfloral liquide et de couleur dorée à ambrée selon les floraisons et conditions climatiques.

Que se passe-t-il ce mois-ci sur votre rucher ?

GARDONS LE CONTACT CET ETE]
Les nouvelles de la ruche pour ce mois d’août est l’occasion de vous souhaiter à tous un très bel été. Que cette période estivale vous soit agréable et reposante…
Nous avons à cœur, durant cette période de « garder le contact » avec nos parrains en conservant toujours à l’esprit nos précieuses abeilles. Alors, où que vous soyez en France ou ailleurs, partagez-nous des photos d’abeilles observées dans la nature, sur votre site de vacances, dans vos jardins ou dans les parcs. Inondez-nous de jolies photos de butineuses avec le #vivelesabeilles.
Que ce soit par mail ou sur nos différents réseaux sociaux (Facebook et Instagram @untoitpourlesabeilles et Twitter @1tpla)
Durant cette période estivale, nos équipes seront restreintes... Nous serons de retour dès début septembre !
Bel été à vous tous !
Que se passe-t-il dans la ruche ?


Le mois d’août peut être synonyme de très belles récoltes qui se poursuivent pour les abeilles, ou au contraire du triste constat de floraisons asséchées… Car oui l’été s’avère certaine fois clément, et d’autres fois plus dur et incertain pour nos abeilles. Le mois de juillet s’est clôturé avec une météo agréable pour nos protégées. De belles températures estivales permettant aux butineuses d’aller visiter et apprécier les floraisons alentour.
Toutefois les conditions météo pour la première semaine d’août laissent entrevoir un fort risque de canicule.
Elle est souvent synonyme de danger pour l’homme qui doit penser à s’hydrater et éviter d’être en extérieur durant les pics de chaleur. Et bien le risque pour nos butineuses est le même. Celui de voir s’assécher en quelques heures à peine les ressources naturelles qu’elles puisent dans la nature.



Vers la troisième semaine d’août, c'est tout naturellement que nous allons nous diriger vers la préparation de l’hivernage…
Tout doucement les fleurs vont commencer à se flétrir clôturant ainsi une période intensive de miellées abondantes.
En attendant la colonie est organisée et le changement de rythme qui s’opère dans la nature, la pousse à revoir sa composition au sein de la ruche.

Zoom sur … La colonie de fin de saison

Vous connaissez certainement l’expression « Avoir le bourdon », et bien elle prend tout son sens quand on connait la vie de la ruche.
En effet, à l’aube de la période hivernale, la colonie se réorganise. Les floraisons vont se faire de plus en plus rare en extérieur et les abeilles vont donc devoir puiser sur les réserves stockées durant l’été.
Les mâles qui deviennent des bouches à nourrir superflues sont chassés de la ruche. Car finalement, leur rôle est plus que limité dans la colonie.
Les mâles, qui féconderont une reine mourront quelques minutes après leur accouplement, car si les abeilles perdent une partie de leur abdomen avec leur dard, les faux-bourdons perdent une partie de leur système reproducteur qui reste accroché à la reine fécondée.
Les faux bourdons ne participent pas aux travaux de la ruche. Ils deviennent une bouche à nourrir inutile.
Les faux-bourdons qui n’auront pas fécondé de reines et qui seront encore à la ruche, vont être expulsés et vont devoir s’en aller !
Pas simple la vie de mâles chez les abeilles !


Crédit TV5 Monde

De son côté, l'apiculteur …

Pour l’apiculteur, c’est la période de récoltes des dernières hausses, parties supérieures qu’il ajoute sur le corps des ruches pour récolter le miel.
Il va pouvoir ensuite extraire le miel dans sa miellerie et le mettre en pot.



Le miel extrait à froid est naturellement liquide lors de la mise en pot. C'est ensuite que survient le phénomène de cristallisation, dont nous vous avons déjà parlé ici. La cristallisation est un phénomène naturel et complexe qui intervient à différentes vitesses, mais qui demeure inévitable.

Le Saviez – vous ?

La bruyère est une plante qui fait de la résistance. Alors que la plupart des floraisons cessent à la mi-août, la bruyère callune, ou « Calluna vulgaris » peut prolonger sa floraison jusqu'en septembre.



La bruyère callune est une plante d'Europe, Afrique du Nord et Asie Mineure.
Les bruyères poussent surtout dans les sols siliceux. Ce sont tantôt des arbrisseaux ou des sous-arbrisseaux, tantôt de véritables arbustes. Disposées en grappes, les fleurs sont le plus souvent roses, parfois blanches ou verdâtres.

Un peu de gourmandise… La recette du mois !
Recette de Glace à la vanille proposée par L’Atelier des Chefs



INGREDIENTS

-        25 cl de crème liquide entière
-        25 cl Lait 1/2 écrémé
-        3 Jaune(s) d'œuf(s)
-        20g de Miel
-        60g de sucre en poudre
-        2 gousse(s) de vanille 

PREPARATION
Mettre la crème à bouillir avec la gousse de vanille fendue dans la longueur (en ayant pris soin de la gratter), le miel et le lait.
Dans un bol, blanchir les œufs avec le sucre à l'aide d'un fouet, puis verser dessus les liquides bien chauds tout en mélangeant. Remettre le tout à cuire dans la casserole à 84°C. Filtrer et refroidir très vite. Conserver au moins 24h au réfrigérateur. C'est la phase de maturation.
Préparer la sorbetière en démarrant le refroidissement et entreposer un bol (qui contiendra la glace turbinée) au congélateur. Turbiner la glace : verser la crème anglaise dans le bol de la turbine, puis laisser refroidir et foisonner. Des bulles d'air vont s'incorporer à la masse et augmenter son volume de 30 à 50%. Réserver la glace dans un bol au congélateur pendant au moins 1 heure avant dégustation.

Bon appétit et surtout partagez-nous vos photos sur les réseaux sociaux !




Imprimer la page

Retour