Ovh brest

Logo Ovh brest

OVH est un fournisseur mondial de cloud hyper-évolutif (hyperscale) qui offre aux entreprises une valeur et des performances de référence dans le secteur. Fondé en 1999, le groupe gère et maintient 27 datacenters sur 12 sites et 4 continents, déploie son propre réseau mondial de fibre optique et maîtrise l’intégralité de la chaîne de l’hébergement. En s’appuyant sur ses infrastructures en propre, OVH propose des outils et solutions simples et puissants, qui mettent la technologie au service du métier et révolutionnent les manières de travailler de plus d'un million de clients à travers le monde. Le respect de l’individu et des libertés, l’égalité des chances d’accès aux nouvelles technologies sont depuis toujours fermement attachés à l’entreprise. Pour OVH, "Innovation is Freedom".


Voir leur site internet

Ils se sont engagés pour la sauvegarde des abeilles

L'équipe OVH Brest, c'est 100 personnes qui regardent dans la même direction, y compris en matière d'environnement. Déjà très impliqués en matière de recyclage, nous avons décidé d'adopter 40000 abeilles "For good Vibes". Elles font désormais partie de l'équipe :D


La ruche en images

  • La ruche Ovh brest
  • La ruche Ovh brest
  • La ruche Ovh brest
  • La ruche Ovh brest
  • La ruche Ovh brest

L'apiculteur : Benjamin B.

UTPLA apiculteur Benjamin B.

Benjamin est un jeune apiculteur "Piqué" par les abeilles en 2014 grâce à un ami.
Il a désormais l'envie que cette belle activité qui est aujourd’hui une passion, prenne de plus en plus de place dans sa vie.

En reconversion professionnelle, Benjamin a exercé 10 ans dans le tourisme d’affaires, puis à souhaité s'orienter vers une activité plus proche de la nature et de ses valeurs.
Il a obtenu en 2015 son Brevet Professionnel d'Exploitation Agricole en apiculture et souhaite développer chaque année son cheptel pour s’installer en tant que professionnel d'ici quelques années (125 ruches en Corse).
Son objectif est principalement de faire de l'élevage de reines et la création d'essaim pour développer son cheptel.

Il dispose aujourd'hui de 80 ruches peuplées d'abeilles noires d'écotype Corse, qui s'épanouissent sur les maquis de Haute Corse.

Il construit lui-même ses ruches et hausses à miel et fabrique une peinture écologique à base de farine dit "suédoise" pour protéger ses ruches.

Bilan de fin d'été

Chers parrains,

Nous voilà en septembre et l'activité apicole se réduit tranquillement par ici.

A la différence de l'année dernière, cet été a été bien moins sec, avec des orages réguliers en montagne, ce qui a permis de remettre à niveau les réserves en eau de l'île.
Pas ou peu d'incendies pour le moment, pourvu que ça dure !
L'été dernier a vu partir en fumée suffisamment d'hectares de maquis et forêts...

Comme je le précisais dans mes précédentes nouvelles, j'ai donc transhumé une partie de mes ruches en moyenne montagne, sous une châtaigneraie.
Surprise, pas un gramme de miel de châtaignier à la fin de la floraison qui semblait pourtant pas trop mal. Il semble que les conditions n'étaient pas réunies pour que les fleurs sécrètent du nectar...
Mais mes abeilles ont trouvé autre chose à se mettre sous la langue: ronces, clématites, anthyllis. J'ai donc pu récolter un peu de ce miel doré et doux, appelé ici miel de maquis d'été. 

Depuis la fin juillet, toutes mes ruches sont redescendues vers le littoral, à faible altitude.
Les chaleurs étant assez importantes, elle travaillent surtout tôt le matin et tard le soir, quand les températures sont plus douces.
L'activité est très réduite en journée et il y a même eu un arrêt de ponte des reines pendant quelque temps.
Il est assez étonnant d'arriver en pleine journée sur un rucher et de ne voir quasiment aucune activité apparente.
Mais détrompez-vous, elles ne font pas la sieste!
Cela s'active dans la ruche pour maintenir une température et un niveau d'hygrométrie particulier, sans oublier les travaux de nettoyage, de stockage, d'alimentation des larves et de la reine et autres tâches du quotidien !

De mi-juillet à début septembre, nous avons ici une longue miellée qui est celle du miellat de metcalfa. Son nom vient de l'insecte Metcalfa, sorte de petit papillon blanc qui se nourrit de la sève de nombreuses plantes du maquis, et sécrète un miellat butiné par les abeilles.
Cela donne un miel très foncé, caramélisé, doux et persistant en bouche. Je viens de terminer cette récolte qui s'est avérée assez correcte cette année.
Seul problème avec ce miel, c'est qu'il est tellement épais et caramélisé que l'extraction prend un temps fou !
Le miel étant extrait dans des centrifugeuses, plus il est épais, plus il met de temps à sortir. 

 

Varroa
C'est maintenant que je traite mes ruches contre le varroa. Le varroa est un acarien parasite de l'abeille, qui est apparu en Europe au début des années 80.
Son petit nom scientifique, c'est "varroa destructor", et il le porte bien... Il n'existe pour ainsi dire plus d'endroit dans le monde où il ne sévit pas.
Il est présent dans chacune de nos ruches (et des vôtres si vous en avez !) et se développe rapidement. Le varroa se nourrit de l'hémolymphe (sang) des abeilles et des larves, ce qui les affaiblient, les rend malades ; une forte infestation peut mener à la destruction de la colonie. Donc, chaque apiculteur, de l'amateur au professionnel doit traiter ses ruches! Les médicaments sont prescrits par les vétérinaires de la région.

 

Courant septembre, nos abeilles trouvent encore de quoi butiner et la ponte de la reine reprend.
Inule visqueuse, lierre, salsepareille sont notamment appréciées et s'ajouteront à leurs réserves déjà constituées.
Plus tard encore, à la fin de l'automne, c'est l'arbousier qui se couvrira de fleurs et ravira nos avettes.

 

Quant à moi, ce sera du rangement à l'atelier, le stockage du matériel bois, le passage à la flamme des ruches et ruchettes qui n'ont pas passé la saison, le nettoyage de la miellerie, la mise en pot et l'étiquetage, la préparation des colis pour mes chers parrains :).
Je reprends également un travail pour l'hiver, mon exploitation étant encore trop petite pour en vivre toute l'année mais cela prend forme petit à petit !

 

Voilà pour les nouvelles de la rentrée ! J'espère ne pas avoir été trop long. Merci de me suivre et à bientôt !

 

Benjamin

 

 

 

 

Voir toutes ses actualités


Le rucher de Castellaccia

Le rucher de Castellaccia

Ses ruches sont situées à une vingtaine de km au sud du Bastia au coeur du Maquis.

La nature y est généreuse et ses abeilles ont un terrain de jeu exceptionnel pour butiner toute l'année.

Les miels corses sont issus de fleurs sauvages et spontanées en grande majorité.


Le maquis tout proche est riche en bruyère, romarin, thym, asphodèle...et permet de produire de beaux miels de printemps.

Vers mi juin, certaines ruches sont transhumées sous des chataigneraies de Haute Corse pour y produire un miel ambré et typé qu'est le miel de chataîgnier. 
A la fin de l'été, elles descendent un peu plus en plaine pour y produire un miellat de metcalfa: un miel foncé, caramélisé aux arômes de fruits murs, réglisse ou encore caramel.
Enfin, à l'automne, les arbousiers fleurissent et leur assurent de bonnes réserves pour l'hiver.

Selon les récoltes qui dépendent de l'abondance des floraisons, Benjamin vous proposera un assortiment de miel de printemps, miel de chataîgnier, miellat de maquis plutôt "corsé",  et/ou metcafla.

Benjamin est adhérant du Syndicat AOP Miel de Corse, et ses miels ont donc le label "AOP Miel de Corse".
Ce label de qualité impose à l'apiculteur un cahier des charges précis et exigeant, assurant au consommateur un produit d'exception.

Que se passe-t-il ce mois-ci sur votre rucher ?

[C’EST LA RENTREE – Petit point actus pour commencer]

La rentrée politique a été bouleversée le 28/08 dernier par l’annonce de la démission de Nicolas HULOT, Ministre de la Transition Ecologique et Solidaire.



"Je vais prendre, pour la première fois, la décision la plus difficile de ma vie"
a-t-il déclaré avant de poursuivre "Je prends la décision de quitter le gouvernement. Je ne veux plus me mentir. Je ne veux pas donner l'illusion que ma présence au gouvernement signifie qu'on est à la hauteur sur ces enjeux-là [environnementaux], a-t-il annoncé sur France Inter.
Car pour Nicolas HULOT, l’année passée au sein du gouvernement ne lui a pas permis d’agir, comme il l’aurait souhaité sur des enjeux réels écologiques et environnementaux prioritaires : l’interdiction des néonicotinoïdes, la réduction de l’érosion de la biodiversité, l’arrêt de l’artificialisation des sols, la réduction de la part du nucléaire dans la production d’électricité etc…

Il s’est senti « tout seul à la manœuvre » et a dressé un bilan plutôt négatif de l’action environnementale.

C’est donc François de Rugy, Président de l'Assemblée Nationale, qui a pris le mardi 4 septembre 2018, la succession de Nicolas HULOT au Ministère de la Transition Ecologique et Solidaire.


Crédit photo : Wikipédia

Il faut croire que le tollé provoqué par la démission de Nicolas HULOT a bousculé l’action gouvernementale, puisqu’à peine deux jours après l’annonce de l’Ex Ministre de l’Ecologie, le gouvernement a annoncé l’interdiction définitive de l’utilisation de cinq néonicotinoïdes sur les champs français. L'interdiction des pesticides tueurs d'abelles avait été votée sous François Hollande en 2016 et c'est le décret d'application qui vient de passer.


« Cette interdiction place notre pays en précurseur pour la protection des pollinisateurs, de l’environnement et de la santé », a déclaré Agnès BUZYN, Ministre de la Santé sur son compte Twitter.



En parallèle 200 personnalités ont décidé de signer dans le journal Le Monde une Tribune en faveur d’une action politique « ferme et immédiate ». Leur objectif : Alerter sur l’urgence d’agir et de trouver des solutions environnementales concrètes et rapides pour sauver la biodiversité.

Certains évoqueront un « abandon » de Nicolas HULOT, d’autres au contraire, souligneront le courage qu’il a eu en dénonçant l’inaction du Gouvernement.
Quoi qu’il en soit, il est certain que les derniers chamboulements au sein du gouvernement ont agi comme un véritable « coup de massue » sur l'Executif.
Affaire à suivre…

Que se passe-t-il dans la ruche ?
Septembre marque la période de transition entre l’été, très actif pour les abeilles et la période d’hivernage où le rythme se ralentit.
Dehors, les dernières floraisons d’été s’étiolent. La colonie va devoir s’adapter à cette nouvelle situation.
Première conséquence directe : A partir de la mi-août, la reine ralentit sa ponte et passe de 2000 œufs par jour durant le pic estival, à 200 œufs à peine. Les abeilles vont profiter des alvéoles disponibles pour y engranger les dernières réserves récoltées dans la nature qui constituent les miellées tardives (bruyère callune, lierre...). C'est aussi la période des cultures intermédiaires après les moissons comme la phacélie, la moutarde ou le sarrasin que les abeilles apprécient.


La colonie ainsi constituée durant l’été va s’organiser pour la période d’hiver. Les larves vont se nourrir davantage durant le froid formant une nouvelle catégorie d’abeilles, les Abeilles d'Hiver.

Zoom sur … L'Abeille d'Hiver

Il existe en effet deux types d’abeilles, celle d’été qui travaille à un rythme effréné et ne vivra que quelques semaines (entre 3 et 4 semaines), et l’abeille d’hiver.
Cette dernière voit le jour en période de froid et va devoir survivre jusqu’au printemps. Elle n’a pas le même rôle que les abeilles d’été, et vit en moyenne entre 5 et 6 mois.
Elle doit donc réaliser d'énormes réserves corporelles pour survivre à la période hivernale. Ces abeilles se gorgent de protéines, glucides et lipides, leurs organismes sont différents.
Elles vont naître beaucoup plus lourdes qu'au printemps. Elles sont également plus velues...



Leur rôle : Assurer l’hivernage ; Elever le premier couvain printanier et enfin butiner dès le retour des beaux jours.

De son côté, l'apiculteur …
A partir de la fin Août, après les dernières récoltes estivales, l’apiculteur va opérer la mise en hivernage de ses ruches. Tout va s’accélérer.
Il extrait d’abord l’excédent de miel qu’il mettra en maturateur avant mise en pot. Il s’assurera aussi que l’ensemble des colonies a suffisamment de réserves pour passer l’hiver.

 

Il vérifiera l’état des colonies avant leur mise en hivernage et pourra notamment décider de réunir deux essaims trop petits ou faibles ensemble, créant ainsi une colonie plus forte.
Bien entendu il vérifiera l’état des ruches et s’assurera de leur étanchéité et de leur bon état général. Il réduira les entrées par l’installation de grilles évitant ainsi les attaques de prédateurs telles que les souris, les mésanges etc…
Il faudra ensuite choisir un lieu à l’abri du vent où placer les ruches. Il évitera de les placer sous les arbres dont les branches pourraient tomber…
On voit souvent de grosses pierres ainsi placées sur le toit des ruches. Leur rôle est de maintenir la ruche fermée car si le toit venez à s’arracher la colonie mourrait. Les abeilles ne supportent pas le froid ni même l’humidité.

Le Saviez – vous ?
La colonie hiverne normalement à l'emplacement du dernier couvain sur des rayons vides afin de pouvoir se former en grappe d'hivernage dans de bonnes conditions.

Un peu de gourmandise… La recette du mois !
Recette de Muffins miel et amandes proposée par Pourdebon (recette 750g)



INGREDIENTS

-        100g de miel
-        150g de farine
-        80g de beurre
-        1 sachet de levure
-        3 oeufs
-        100 g d'amandes effilées

PREPARATION
Préchauffez le four à 200°C
Mélangez le miel avec les œufs jusqu’à ce que ces derniers blanchissent et ajoutez-y le beurre fondu (1 min au micro-ondes). Mélangez bien le tout et ajoutez la moitié des amandes.
Tamisez la farine et la levure ensemble, puis ajoutez-les à la préparation précédente.
Mélangez bien jusqu’à obtenir un appareil homogène
Dans un moule à muffins, déposez des caissettes en papier et remplissez-les avec votre préparation aux deux tiers. Enfournez à 200°C pour 12 minutes. Pour vérifier la cuisson, enfoncez une lame de couteau qui soit ressortir sèche. Après de 6 minutes de cuisson, ajoutez le reste des amandes effilées sur les dessus des muffins.
Sortez les muffins du four et laissez-les refroidir. Ils sont prêts à être engloutis !

Bon appétit et surtout partagez-nous vos photos sur les réseaux sociaux !




Imprimer la page

Retour