Edenly SA

Logo Edenly SA
La bijouterie en ligne Edenly vous fait redécouvrir le monde joaillier à travers une approche innovante et un savoir-faire reconnu en Europe depuis plusieurs années en mettant l’accent sur la qualité et l’originalité de ses créations. Edenly puise son inspiration dans les paysages féériques offerts par la Nature. Cette source d’inspiration joaillière infinie s’entremêle à nos aspirations afin d’imaginer des créations subtiles au service de la singularité de chacun. La Nature qui nous émerveille est le plus beau et le plus accessible spectacle qui soit. Les bijoux Edenly, à l’instar de leur source d’inspiration sont accessibles à tous, en design et en prix, grâce à une fabrication sans intermédiaire et des designs intemporels.


Voir leur site internet

Cela peut paraître banal, mais nous sommes convaincus qu'en changeant quelques gestes dans notre vie de tous les jours, l’impact peut être important – surtout si nous nous y mettons tous. L’équipe Edenly a décidé de remettre en question son quotidien (vie au bureau, relation avec nos fournisseurs, partenaires, clients…) et de déterminer régulièrement des points où l’on peut s’améliorer en adoptant une attitude plus responsable. De plus, dans le cadre de notre projet "Ensemble Soutenons", nous soutenons financièrement les grandes causes de la Protection de l’Enfance, de l’Environnement et de la Liberté des Femmes.

Les ruches en images

  • La ruche Edenly SA
  • La ruche Edenly SA

L'apiculteur : Céline M.-J.

UTPLA apiculteur Céline M.-J.

Jérôme et Céline sont apiculteurs dans la Drôme.

Ils privilégient des ruchers fixes pour garantir l'origine du pollen butiné et utilisent des ruches Warré qui permettent une approche très douce vis à vis de l'abeille.
L'Abeille du Vercors s'engage chaque année à former une centaine d'apiculteurs amateurs, et à produire des essaims d'abeilles.

Après avoir fait le choix de ne plus être certifié bio ces dernières années, ces derniers viennent à nouveau de signer un engagement de conversion en agriculture bio pendant une durée de 1 an.
Au terme de l'année de conversion et si le cahier des charges a bien été respecté ils passeront à nouveau en Bio labellisé AB.

Céline et Jérôme s'engagent sur la démarche suivante: proposer un miel garanti sans pesticides en faisant analyser chaque lot de miel par un laboratoire spécialisé.

Petite pause hivernale

Bonjour à tous !
Nous voici en hiver et nous pouvons enfin respirer un peu !



En cette saison, il ne faut pas déranger les abeilles, elles forment une grappe serrée à l'intérieur de la ruche et mangent du miel pour maintenir la température du nid (et la reine) à 25°C.
En automne, nous avons préparé l'hivernage de nos abeilles.
Nous avons vérifié l'étendu des couvains et la force des colonies, les réserves de nourriture et l'infestation du Varroa destructor.
Pour retrouver les ruches en vie au printemps, il ne faut pas prendre à la légère cette étape essentielle.
Les reines sont en ce moment en arrêt de ponte, un phénomène normal qui nous permet d'appliquer de l'acide oxalique (molécule naturelle autorisée en bio pour traiter la varroa) car malheureusement l'automne très doux a favorisé le redéveloppement de ce parasite à l'intérieur de nos ruches.
Les frelons asiatiques n'ont pas été en reste et nous avons découvert cette année pour la première fois ce prédateur des abeilles, encore un...

L'hiver est aussi la saison où les apiculteurs se retrouvent lors de congrès apicoles ou de journées d'étude. Et oui, en apiculture, les défis sont tellement grands et passionnants qu'on retourne à l'école chaque hiver !



En novembre a eu lieu les journées d'étude de l'ANERCEA (association nationale des éleveurs de reines et des centres d'élevage apicole) où 300 apiculteurs de toute la France se sont réunis autour de conférences de qualité, comme celle de Randy Oliver, un éleveur venu des Etats-Unis nous faire part de son expérience autour du Varroa ou Paul Jungels, un éleveur d'abeilles luxembourgeois, qui travaille autour des abeilles résistantes à Varroa.
Vous voyez, il y a des sujets qui préoccupent les apiculteurs du monde entier !
A la fin de ces rencontres, nous repartons toujours plein de motivation à voir et échanger avec tous ces passionnés des abeilles.

Et en hiver enfin, nous nous occupons de mettre en pot le miel, de faire fondre et gaufrer la cire, de nettoyer les cadres... Afin d'être prêts pour le printemps !

Aujourd'hui nous sommes le 17 décembre et nous allons maintenant pouvoir préparer Noël et profiter de ces moments avec nos 5 enfants…



Joyeuses fêtes de fin d'années à tous !
Et merci pour votre soutien sans faille depuis tant d’années !!

Voir toutes ses actualités

Le rucher du golfe de Royans

Le rucher du golfe de Royans

Le rucher est situé dans un rayon de 20 km autour du Royans, à mi-chemin entre Grenoble et Valence dans le Parc Naturel Régional du Vercors, classé depuis près de 40 ans. La composition de la flore mellifère du golfe de Royans permet la récolte de deux types de miel selon l'emplacement des ruches et les floraisons.

En fonctions des floraisons, Jérôme vous proposera deux types de miels :
Un miel toutes fleurs des plateaux du Vercors de consistance plutôt solide, au gout sauvage et puissant.
Son miel de lavande, de couleur claire, aux saveurs subtiles, parfumé et délicat en bouche.

Céline et Jérôme vous remercient (28/08/2017).

 

France 3 Alpes avec Jérôme et Céline

Reportage consacré à Jérôme et Céline et au projet Un toit pour les abeilles diffusé le samedi 15 Avril 2016.
Merci à Catherine, pour sa participation en tant que marraine.

L'apiculteur : Bruno H.

UTPLA apiculteur Bruno  H.

Après avoir été pendant de nombreuses années apiculteur amateur, dans le cadre d'une diversification professionnelle, Bruno, installé sur les monts du Forez (Puy de Dome 63) dans le Parc Naturel Régional Livradois Forez développe une activité apicole professionnelle depuis 8 ans avec pour objectif à court terme 150 ruches en production.

Les ruches sont de type VOIRNOT adaptées aux régions montagneuses et fabriquées par Bruno l'hiver avec du bois de pays (Épicéa,mélèze et scierie à 8 km).
L'exploitation est conduite de façon raisonnée en grande partie selon le cahier des charges de la production biologique par pur choix éthique .

Les abeilles qui peuplent ses ruches sont de type "noire de pays", souche adaptée au climat et flore locale.
Les ruchers sont dispersés depuis 600 mètres d'altitude jusqu'à 1300 mètres avec une pratique de la transhumance locale dans un rayon de 40 km sans descendre en dessous de 600 m. sauf pour l’Acacia , ce qui permet de ne pas côtoyer les cultures conventionnelles .

Bruno récolte divers miels de crus : Montagne, forêt, acacia , sapin et bruyère mais également pollen et propolis et fabrique du pain d'épices.
Enfin, Bruno est aussi Vannier dans son atelier et osiériculteur puisque chaque année, il fabrique sa propre matière première, l'osier.

Nos abeilles en hivernage

Chers parrains,
En ce tout début de mois de janvier, je vous présente mes meilleurs voeux pour 2019 !
Que cette nouvelle année vous soit joyeuse et pleine de beaux projets...

Pour ce qui est de l'activité sur le rucher, voici donc quelques nouvelles fraiches.
J'ai commencé l'année par un grand débroussaillage du rucher d'hivernage.
Enfin je peux accéder au fond du rucher avec mon véhicule, fini la brouette !
Je vous partage la photo du rucher tout propre pour l'hivernage.



Cet emplacement est désormais complet et opérationnel.
Il va me falloir trouver un autre lieu pour ne pas trop impacter les ressources.

La dernière visite de l'année a eu lieu le 30 décembre dernier : pas de manque de nourriture. L'ensemble du rucher est homogène.
Il n'y a pas de perte pour le moment, mais la période critique arrive.
Deux essaims sont un peu faibles. Une partition a été ajoutée pour réduire l'espace à chauffer.

Maintenant les jeux sont faits , il ne reste plus qu'à attendre le mois de mars et les premières visites de printemps...

Dans l'atelier, les plateaux pour récolter le pollen sont en fabrication.
Bref, je me prépare déjà à  la nouvelle saison qui va démarrer très vite !
Je vous dis à très bientôt donc pour la suite de nos aventures...
Encore merci pour tout et bonne année 2019 à vous...
Bruno

Voir toutes ses actualités

Le rucher de Faradia

Le rucher de Faradia
Les ruches parrainées se situent sur le rucher Faradia à 980 mètres d'altitude et produisent :
- un miel de "montagne" (mention contrôlée , soumise à autorisation) très réputé qui traduit la richesse botanique d'un environnement préservé. Exposées à des printemps longs et rudes ,les floraisons sont variées et intenses. La couleur de ce miel varie de jaune paille à brun clair souvent très odoriférant, doux, aux saveurs florales et fruitées, même si le gout diffère d'une année sur l'autre .

- un miel de forêt dont la particularité réside dans son mélange de nectars et de miellats variés.
Produit en été jusqu’à fin août début septembre, toujours sombre, brun foncé voir presque noir selon sa composition, avec selon les années, une note de bruyère ou de sapin (sapin pour 2013).

La flore présente autours de ce rucher : Aubépine, cerisier, érable, robinier, saule, sapin, châtaignier, bruyère, ronce, framboisier, scrofule, pissenlit, acacia, digitale, épilobe, lierre, miellats...ainsi que toute la flore mellifère de moyenne montagne .

L'apiculteur : Thierry S.

UTPLA apiculteur Thierry S.

Thierry est un apiculteur bio professionnel situé en Isère.
Il a été certifié agriculture biologique (AB) par Ecocert et Nature et Progrès (label biologique qui est basé non seulement sur des critères techniques mais également sur des aspects environnementaux, sociaux et économiques ou encore éthiques).

Il a découvert et démarré l'apiculture en 2010 en récupérant des essaims vagabonds.
Sans lien familial avec l'apiculture, il a acquis son expérience en se formant et en travaillant chez des apiculteurs en Australie.

Il a un cheptel actuel de plus de 200 ruches.
Thierry utilise des ruches Warré qui privilégient une apiculture douce et respectueuse des abeilles.

La majorité de ses ruchers sont situés sur les massifs alpins vierges de cultures aux alentours de Grenoble (Chartreuse, Vercors, Belledonne, Ecrins).
Thierry pratique la transhumance locale dans un petit rayon (40km) pendant la saison pour des miels de crus (châtaignier, acacia, haute montagne).

Quelques nouvelles de vos protégées

Bonjour à tous !

Nous voilà rentrés dans l'automne les abeilles et moi. Enfin, on se demande parfois, elles comme moi.
J'imagine que dans votre coin, où que vous habitiez, ce doit être le même ressenti.
Les feuilles sont loin d'être toutes tombées. Il n'a plu que 3 jours depuis septembre. Cette semaine la température avoisine les 20°c en journée.

Bon, l'avantage c'est que c'est très "pratique" pour un tas de choses, comme finir la charpente sur la grange et maison. Pendant les portes ouvertes, il y a de cela maintenant 1mois et demi, on était en plein dedans, comme vous avez pu voir pour ceux qui étaient présents. Depuis, à part une coupure radicale de 3 jours de froid où il a même neigé, pas trop de changement dans cet été indien. Un grand merci au passage aux parrains qui ont pu venir, c'était bien sympa ! Et Rdv l'année prochaine pour ceux qui n'ont pas pu venir ce coup-ci…

Voilà je vous parle un peu de la pluie et du beau temps car ça concerne nos chères abeilles qui sont comme nous tous, en lien étroit avec ce grand tout manitou.
Les conséquences de ce beau temps chaud et sec qui perdure ne sont pas très bonnes pour elles. Les abeilles sont liées aux fleurs et au soleil.
Les reines n’arrêtent pas de pondre, c'est très embêtant, car ça demande une grosse consommation des réserves.
Petit rappel : les larves d'ouvrières sont nourries avec une bouillie de miel et pollen.

Il y a certes quelques fleurs de printemps et de pissenlit, mais pas assez pour nourrir et donner une miellée. A peine de quoi stimuler faussement la ponte comme au printemps.
Et surtout ça entretient les maladies et parasites, comme l’ennemi n°1 le varroa, qui se développe dans le couvain.
Un blocage de ponte assainit la ruche, là pour le moment j'ai l'impression de faire éleveur de varroa plutôt que d’abeille.
Plusieurs ruches sont mortes à cause de ce parasite déjà, une vingtaine. Je crains pour le printemps une hécatombe. Nous verrons à ce moment.
J'avoue être plutôt fatigué que résigné de ce schéma qui est devenu norme.

Autre petit coup au moral cette semaine dans un rucher, la première confrontation avec le frelon asiatique. Il n'était pas ou peu présent en Isère jusque-là. Je savais qu'il allait progresser et être présent un jour ou l'autre, mais là ça y est c'est fait. Il va falloir conjuguer avec ce prédateur en plus du reste. Car maintenant qu'il y est, il y restera, les moyens de lutte sont trop faibles pour l’éradiquer.
Il faut que je trouve d'autres endroits dans les montagnes un peu plus protégés du frelon, ce qui n'est pas si simple.
Beaucoup de nouvelles grises dans cette info d'automne, c'est une part de la réalité.

Une autre nouvelle, un peu plus chouette, c'est qu'avec Sandra nous avançons sur les colis pour vous les envoyer. Vous commencez à un être un sacré paquet ! C'est preuve concrète d'une prise de conscience et d'une envie de votre part d’être acteur. Ça nous encourage et motive !
Et encore donc, merci pour votre soutien !
Entre Zephir (notre fils nouveau-né) et les travaux, cela nous demande un certain temps, mais c'est pour bientôt ! Promis

A très vite donc,
Thierry

Voir toutes ses actualités

Le rucher de la Chartreuse

Le rucher de la Chartreuse
Les ruches sont situées dans le parc naturel régional de la Chartreuse, à 800m d'altitude qui offre une diversité de milieux naturels.

Le parc est ainsi constitué de forêts qui varient du chêne à des hêtraies-sapinières jusqu'aux épicéas à 1500 m d'altitude mais aussi d'étendue de pelouse et prairies.
Les eaux de source provenant des torrents et zones humides environnant le rucher sont d'excellente qualité.

Le miel récolté par la miellerie du Peuple Zélé est selon les floraisons de forêt à dominante de tilleul et pointe de châtaignier et de fleurs de chartreuse qui sont issues des sous-bois comme les ronces et framboisiers avec un arôme floral, frais, naturellement crémeux.

Thierry pratique un élevage et une sélection massale de ces abeilles afin de tirer le meilleur parti de chaque abeille (productivité, caractère...).
Il a ainsi commencé son cheptel avec des abeilles locales ou dites "noires" issus d'essaims cueillis dans la Vallée et qui ont permis la création d'autres colonies d'abeilles avec des croisements naturels contrôlés. Aujourd'hui il a des colonies avec un brassage d'origines qui sont adaptées localement.

Que se passe-t-il ce mois-ci sur votre rucher ?

L’incroyable recul du Gouvernement…
On parle souvent de « danse des abeilles » pour évoquer le système de communication des abeilles entre elles… Et bien le gouvernement lui aussi danse, mais d’une danse bien triste, avec le recul sur les décisions annoncées en novembre 2017 par Macron. Ce dernier a annoncé qu’une sortie totale du glyphosate en 2021 est impossible.





"Je sais qu'il y en a qui voudraient qu'...




Imprimer la page

Retour