in-call fr

Logo in-call fr

IN-CALL est un opérateur télécom spécialisé dans la monétisation de contenus et d’audience de site web et d’éditeurs de service divers.

Depuis que je suis enfant, je m'efforce de respecter autant que possible la nature avec des gestes simples que ma femme et moi avons inculqués a nos enfants. Je suis très sensible à mon environnement et mon entreprise n'a guère d'impact négatif sur celui-ci dans la mesure ou je travaille de chez moi uniquement sur un PC avec une imprimante et mes déplacements professionnels se font essentiellement en TGV. Il est vrai que la consommation en énergie des serveurs que je sollicite n'est pas négligeable, mais reste limités vu mon usage.

La ruche en images

  • La ruche in-call fr
  • La ruche in-call fr
  • La ruche in-call fr
  • La ruche in-call fr
  • La ruche in-call fr
  • La ruche in-call fr
  • La ruche in-call fr
  • La ruche in-call fr
  • La ruche in-call fr
  • La ruche in-call fr
  • La ruche in-call fr
  • La ruche in-call fr
  • La ruche in-call fr
  • La ruche in-call fr
  • La ruche in-call fr
  • La ruche in-call fr

L'apiculteur : Philippe CHAVIGNON

UTPLA apiculteur Philippe CHAVIGNON

Philippe s'est initié à l'apiculture il y a une vingtaine d'années en Colombie.
Installé depuis 1995 à Guillaumes dans les Alpes Maritimes,  il y a développé progressivement une activité apicole et de lavandiculture.
Le miel qu'il propose a le label "AB".
Le cheptel de ces dernières années est de l'ordre de 100 ruches malgré de fortes pertes hivernales.

Jusqu'à maintenant, les ruchers d'hivernage se situaient dans le site des Gorges de Daluis, au sein de la réserve naturelle régionale du même nom et aux portes du Parc National du Mercantour.
Philippe pratique  la transhumance le plus localement possible dans un rayon de 20 km à vol d'oiseaux, sauf pour la lavande sur le plateau de Valensole (04).

"ILS NE SAVAIENT PAS QUE C'ETAIT IMPOSSIBLE, ALORS ILS L'ONT FAIT."

Quelques nouvelles de nos amies butineuses

Toutes les ruches ont hiverné dans l'Esterel avec vue sur la mer, mais avec un peu de hauteur !
Peu de pertes hivernales, ce qui est plutôt une très bonne nouvelle car il y a eu dans la région, apparemment même chez les professionnels, de très grosses pertes.
En effet l'été plutôt pluvieux sur la région -très pluvieux en zoomant sur nos lieux de ruchers d'été- a permis des récoltes abondantes : lavande, sarriette comme il n'en avait pas été vu depuis longtemps.
Mais même avec des traitements varroas -nous effectuons de surcroît des encagements de reines avant traitement pour garantir un arrêt de pontes, gage d'efficacité de ceux-ci- réalisés tôt, tout de suite après la récolte de lavande, les acariens étaient à nouveau présents dès fin aout.
Il est probable que ceux qui n'effectuent pas de comptage des varroas aient pu se faire piéger par cette dynamique des populations liée à l'humidité qui a stimulé la reprise de ponte en août et qui illusionnés par l'abondance de miel n'ont pas vu venir les jours sombres qui se profilaient.
Belle période anticyclonique en mars très ensoleillé et chaud, qui nous a permis de faire une récolte dans l'Esterel, miel de maquis à dominante bruyère. Printemps tardif, avec des gelées fortes jusqu'à début Mai, ce qui augure, malgré les apparences des miellées fortes dès l'arrivée de la chaleur. Je vous rappelle mon dicton apicole maison : "Pâques aux tisons, Juin miel plein les rayons". Il a encore fonctionné cette année. Dès les premières grosses chaleurs de début Juin juste après les pluies de mai, de grosses miellées ont été constatée sur de courtes durées sur les fins de floraisons de printemps qui étaient en retard : toutes fleurs et thym sur certains ruchers.
L'heure de la récolte a sonné mais nous avons eu une panne d'extracteur qui pourrait nous faire perdre de précieuses journées sur les prochaines miellées, châtaignier et lavande.
Dès la récolte effectuée, il faudra transhumer, avec de bonnes perspectives vu les conditions climatiques.
Canicule en vue la semaine prochaine. Les abeilles aiment.
Je vous avais promis quelques preuves de la supériorité de l'abeille sur l'homme.
Certaines sont d'ordre technologique, d'autres sociétales.
Lorsque la vieille reine part avec ses abeilles et ses mâles pour essaimer, elle laisse aux jeunes reines encore non-écloses, le couvert et le gîte.
En général des rayons bien remplis et Un Toit pour les Abeilles. Elle part à l'aventure à la conquête de l'inconnu, de nouveaux territoires, de nouvelles fleurs.
Quelle différence avec les mammifères dont nous sommes, qui en général chassent leur progéniture pour qu'elle aille faire sa vie ailleurs, surtout en période de reproduction !
Parlons maintenant technologie de pointe.
Imaginez un aérodrome sur lequel décolleraient et atterriraient environ un million d'avions plusieurs fois par jour -50 ruches avec 20 000 butineuses, sans prendre en compte les vols d'essai des apprenties butineuses ! - et jamais aucune collision en vol alors qu'il n'y a pas de tour de contrôle !!
Les abeilles ont certes pris de l'avance en matière d'évolution puisqu'elles ont commencé la leur il y a environ cent millions d'année, donc bien avant l’homme. Et elle, elles ont pratiqué le développement durable en contribuant à l'expansion des plantes à fleurs entomophiles dont elles se nourrissent. Elles ont fait leurs preuves.
Que l'adolescent, l'imbécile prétention qui leur vole leur miel, qui a, en grande partie, détruit son milieu ambiant en moins de cinquante ans, tout en se considérant comme le sommet évolutif, fasse son mea culpa car comme disait le chef Seattle,:
"Quand l'homme crache sur la Terre, il crache sur lui-même,
La Terre n'appartient pas à l'homme, c'est l'homme qui appartient à la Terre.
Toutes les choses se tiennent"
Bon, au travail, de jour et de nuit. très bel été à vous et encore merci pour votre soutien !
Philippe

Voir toutes ses actualités


Le rucher des Gorges de Daluis

Le rucher des Gorges de Daluis
L'exploitation bénéficie d'un label Bio et dispose d'une miellerie Bioclimatique construite en mélèze local, paille et terre, et à énergie "solaire thermique" située à 1300m d'altitude.

Philippe travaille majoritairement avec des abeilles locales dites "noires" très ancienne race d'abeilles et un peu d'abeilles italiennes de race ligustica de par sa proximité géographique.

Philippe passe l'hiver en Amérique Centrale où il essaie de développer une activité apicole avec les locaux.

Il s'intéresse particulièrement à l'apithérapie.

Que se passe-t-il ce mois-ci sur votre rucher ?

[LIVRAISON DE VOS POTS DE MIEL]
Chers parrains, nous clôturons très bientôt la campagne d’envoi des pots de miel pour cette année. La saison aura été rude pour nombre d’apiculteurs, comme vous avez pu le suivre tout au long de l’année. Nos vous mettons un peu plus bas, un lien vers le courrier très complet de Yves, l’un de nos apiculteurs.
Les derniers envois sont en cours et concernent le miel de votre apiculteur co...




Imprimer la page

Retour