GREEN PANDA GAMES

L'apiculteur : Denis S.

UTPLA apiculteur Denis S.

Je suis originaire de Corse et pratique l’apiculture depuis 1998.
J’ai d’abord été initié et formé à l’apiculture par un ami apiculteur professionnel.
Travaillant dans la conservation des variétés fruitières et légumières locales et la sauvegarde des savoir-faire traditionnels,
j’en ai profité pour développer mes connaissances en apiculture auprès des anciens.
Puis j’ai franchi le pas et décidé de devenir apiculteur professionnel, mais après plusieurs années de travaux,
mon cheptel a été totalement détruit par un immense incendie qui a ravagé le Cap Corse…

Titulaire d’une solide formation agricole Bac agricole (Agronomie, aménagement-environnement),
du brevet professionnel de responsable d’exploitation agricole (en apiculture),
d’un BTS agricole Gestion et Protection de la Nature (spécialité Gestion d’Espaces Naturels),
et d’une formation d’Ingénieur Ecologue, j’ai recommencé à zéro et choisi de créer mon exploitation en Charente (en Agriculture Biologique).
Ma connaissance de la nature me permet de sélectionner les meilleurs environnements non seulement pour produire des miels AB de qualité,
mais aussi pour contribuer activement à la conservation de la nature et de la biodiversité.

Je suis actuellement en cours de constitution de mon cheptel et d’installation agricole (prévue mi 2019).
Les abeilles, la nature et moi, avons aujourd’hui besoin de votre soutien !

Activité réalisée dans le cadre d’un Contrat d’Appui au Projet d’Entreprise au sein de Champs du Partage,
association loi 1901, SIRET : 812 624 161 00012
siège social : Maison de l'Economie Sociale et Solidaire,
07 rue Sainte-Claire Déville, 79000 NIORT - Terme du Contrat CAPE 2 Juillet 2019.

L’hiver, saison des cheveux blancs pour l'apiculteur !

L'enchaînement des saisons et la météo rythment le travail des abeilles et celui des apiculteurs.
Le printemps et l'été sont des périodes d'hyperactivité et d'effervescence pour la ruche et pour l'apiculteur, et le temps défile à toute vitesse. Mais, en automne, l'intensité du travail diminue et, après une phase d'action, c'est une phase d'observation et de réflexion qui s'ouvre pour l'apiculteur.
L'automne m'a apporté son lot de soucis ; des travaux forestiers programmés dans la forêt accueillant mon rucher d'hivernage ont décalé la date de la dernière transhumance tandis que les frelons asiatiques (en nombre incroyable cette année) avec le refroidissement de l'air attaquaient de plus en plus les ruches...
J'ai renforcé mes efforts sur le piégeage de frelons (en éliminant environ 2 kg de frelons morts par semaine !) jusqu'à ce que le froid finisse par les détruire.
Plusieurs ruches ont été affaiblies par ces attaques, ainsi ais-je décidé de laisser sur chaque ruche une hausse avec du miel operculé pour qu'elles passent un bon hivernage.
Malgré tous les soins portés aux abeilles et la qualité de l'environnement choisi pour l'hivernage ; les questions commencent à tourner dans la tête de l'apiculteur "les abeilles vont-elles avoir assez de réserves et de population pour passer l'hiver ?".
Quand il fait froid ou qu'il pleut, l'apiculteur est contrarié et râle intérieurement... même en voyant un mois de Février ensoleillé et "chaud" ; l'apiculteur se contrarie et songe "temps étrange, ne risque-t ‘on pas un printemps pluvieux et froid sans rien à manger pour les abeilles ?"
"S'il ne pleut pas au printemps, ce sera la sécheresse et la canicule tout l'été !".
Heureusement, à chacune de mes visites au rucher, j'ai trouvé les abeilles en bonne forme ! et  en cette période précédant mon installation agricole, les travaux ne manquent pas et me détournent un peu des interrogations sur la santé des abeilles...
J'ai suivi des formations (transformation du miel, hygiène de la transformation à la ferme, formation avant installation à la Chambre d'Agriculture, et bientôt formation pour la production de cosmétiques bio et "Certibiocide" pour obtenir l'agrément pour la destruction des nids de frelons), je travaille sur mon projet d'installation et de rénovation d'une ancienne ferme pour accueillir mon activité apicole, la transformation et les activité de diversification (production de plantes à parfum, aromatiques et médicinales et hébergement à la ferme), travaillé au développement de ma gamme de produits transformés et à leur commercialisation et géré une multitude de tâches administratives  (sans compter la logistique pour la saison à venir) ! Bref, je me créée des soucis administratifs et je cours dans tous les sens pour éviter de me faire du soucis (sans pouvoir faire grand-chose...) pour les ruches !

Vivement les transhumances jusqu'à 5 h du matin, les journées à cuire pendant 10 heures sous la combinaison ! vivement le temps des piqûres d'abeilles et du travail en miellerie à brasser des palettes de hausses pleines !
Cet automne et cet hiver m'ont aussi permis de poser mes premiers panneaux "Un toit pour les abeilles" sur les ruches ! Cela change la physionomie du rucher !
Je voulais repeindre mes ruches pour que les abeilles se repèrent plus facilement ; mais les différents panneaux jouent parfaitement cette fonction d'identification des ruches.
Je commence d'ailleurs à me surprendre à appeler les ruches par le nom figurant sur leurs panneaux !
Ce soutien par les parrains et Un toit pour les abeilles est précieux pour l'apiculteur. Par exemple, lors de ma visite du rucher au début du mois de Décembre, la journée était sombre, brumeuse, maussade, autant que mon humeur ; j'étais pressé d'aller au rucher pour voir la santé de mes filles et en même temps, plein de questions et me préparant psychologiquement au pire... Pour éviter les mauvaises surprises, je commençais même à grommeler "hum avec ce temps, je ne sais pas si je vais ouvrir les ruches, ce serait dommage de leur enlever leur chaleur...". Avant d'enfiler la combinaison, je suis passé, l'air sombre, devant les ruches pour voir l'activité (ou les dégâts...) sur les planches d'envol et puis... j'ai vu les panneaux Un toit pour les Abeilles, blancs, brillants sous un rayon de soleil qui avait réussi à percer la brume. J'ai ressenti, les sourires, toute la bienveillance et les encouragements des parrains ! La brume s'estompait, le soleil amenant un peu de chaleur, j'enfilais ma combinaison pour trouver des abeilles contentes de me voir et en pleine forme !
Je vais maintenant au rucher d'un pas plus léger et plus enthousiaste, porté par ton élan, parrain, marraine !

Conscient qu'en outre du soutien psychologique apporté, le soutien financier est également déterminant pour la bonne réussite de mon exploitation apicole.
Je peux prendre les décisions avec moins de pression économique et donc d'avantage pour le bien des abeilles (par exemple en leur laissant en plus des réserves du corps, une hausse de miel à manger pour l'hiver).
Et je sais qu'en cas de "coup dur" toute l'équipe d'Un toit pour les Abeilles sera là pour m'aider à trouver une solution (et qu'elle apporte d'ores et déjà un soutien déterminant pour mon installation agricole).
Je remercie sincèrement l'équipe d'un Toit pour les Abeilles pour l'animation qu'elle assure et la façon dont elle rend le parrainage de ruches vivant.
En effet, nous échangeons régulièrement, parlons des problématiques rencontrées et des abeilles.
Et comme une armée de butineuses, l'équipe d'Un toit pour les Abeilles recueille photos et nouvelles pour informer les parrains et gère avec brio toute la logistique d'expédition de leurs miels !
L'hiver n'est pas fini, mais pour l'instant, je n'ai pas encore eu à déplorer de pertes de ruches... 3 ou 4 ruches sont un peu faibles en population, mais dans l'ensemble elles sont en bonne forme. Qui plus est 5 ou 6 ruches ont un dynamisme que j'ai rarement observé en cette saison et promettent une belle saison d'élevage ! Depuis une dizaine de jours, l'activité a repris sur les planches d'envol, les abeilles font le ménage et butinent notamment sur les ajoncs, les ruches et la nature se réveillent, une nouvelle saison va commencer...
Cette année, je compte acquérir 60 essaims supplémentaires et réaliser de l'élevage de reines et de la division de ruches pour produire environ 35 essaims. Je me suis fixé pour objectif d'atteindre 120 ruches pour l'installation agricole.
La fin de l'hivernage sera déterminante pour l'atteinte de cet objectif...
J'ai commencé à poser des pièges sélectifs à frelons (les autres insectes peuvent sortir) pour capturer les reines fondatrices de frelons asiatiques et je vous invite à en faire de même pour aider à la sauvegarde des abeilles !
En effet, chaque reine fondatrice commence à se réveiller et sortir de terre ou des trous dans lesquels elles ont hiverné.
Elles vont commencer à bâtir leurs nids et à pondre. Et comme les guêpes, elles travaillent seules pendant plusieurs semaines avant la naissance des ouvrières.
C'est donc maintenant et jusqu'à fin Avril qu'il faut installer des pièges (grenadine-bière ; voir plans de pièges sélectifs sur internet) ; chaque reine capturée évite une colonie !  

Je vous informerai du déroulement de cette fin d'hiver ainsi que de l'élevage prochainement !
Et, pour vous remercier de votre soutien, j'ai décidé d'ouvrir mon rucher, en Charente, aux parrains et marraines d'Un toit pour les Abeilles ce printemps (Avril-Mai, dates communiquées par Un toit pour les Abeilles) et serait heureux de vous y accueillir pour vous faire découvrir de l'intérieur la vie des abeilles et l'univers de la ruche !
Salutations apicoles,
Pour La Ruche.Bio,
Denis.

Voir toutes ses actualités


Le rucher La Ruche.bio

Le rucher La Ruche.bio

Le rucher parrainé par un « Toit pour les abeilles » est situé au cœur d’une vaste forêt (3 km de rayon) afin de garantir la production de Miels Bio.
Cette forêt de Charente Limousine est classée en ZNIEFF de type 1 (Zone Naturelle d’Intérêt Ecologique, Faunistique et Floristique)
au sein d’un vaste ensemble naturel avec rivières, prairies et boisements (classé en ZNIEFF de type 2).

Ce rucher environné de feuillus et de résineux est un véritable sanctuaire pour les abeilles
qui y trouvent toute l’année des ressources de qualité !
Ce rucher permet de produire des Miels certifiés AB (Agriculture Biologique – France, certification par Ecocert)
de Châtaigner, Acacia, Forêt, voire de Ronce et Callune (« Bruyère »).
Des miels authentiques issus de la flore naturelle !

Que se passe-t-il ce mois-ci sur votre rucher ?

L’incroyable recul du Gouvernement…
On parle souvent de « danse des abeilles » pour évoquer le système de communication des abeilles entre elles… Et bien le gouvernement lui aussi danse, mais d’une danse bien triste, avec le recul sur les décisions annoncées en novembre 2017 par Macron. Ce dernier a annoncé qu’une sortie totale du glyphosate en 2021 est impossible.





"Je sais qu'il y en a qui voudraient qu'...




Imprimer la page

Retour