Eckes Granini France

Logo Eckes Granini France
Filiale d'Eckes-Granini Group, Eckes Granini France est le leader des jus de fruits ambiants, avec une présence forte en GMS et en hors domicile. Notre succès s’appuie sur une expertise unique du fruit et un portefeuille de marques d’exception : Joker, Réa et Granini, des marques fortes, historiques et au cœur de la vie des gens. 100% dédié à ce marché, Eckes Granini France est LE spécialiste du jus de fruits.
Eckes Granini France s’engage dans une démarche de Développement Durable appelée EQUILIBRE. Elle comprend 5 axes : • Maîtriser nos impacts et garantir la qualité de nos produits • Contribuer au bien-être des consommateurs • Favoriser le développement de nos collaborateurs • Respecter nos partenaires et s’impliquer dans le développement local • Être une entreprise transparente et responsable

Les ruches en images

  • La ruche Eckes Granini France
  • La ruche Eckes Granini France
  • La ruche Eckes Granini France
  • La ruche Eckes Granini France
  • La ruche Eckes Granini France
  • La ruche Eckes Granini France
  • La ruche Eckes Granini France
  • La ruche Eckes Granini France
  • La ruche Eckes Granini France
  • La ruche Eckes Granini France
  • La ruche Eckes Granini France
  • La ruche Eckes Granini France
  • La ruche Eckes Granini France
  • La ruche Eckes Granini France

L'apiculteur : Yves ROBERT

UTPLA apiculteur Yves ROBERT

Yves et Chantal ont débuté en 2010 avec 3 ruches. Aujourd'hui ils en comptent près de 80, dont une soixantaine soutenues par les parrains Un Toit Pour Les Abeilles.

Yves et Chantal privilégient une production locale et une conduite douce des ruches. Ce choix est motivé par une éthique personnelle et professionnelle engagée pour la protection de l’environnement, ceci dans une optique d’exploitation apicole prospère économiquement.

Chantal et Yves ne pratiquent pas la transhumance, puisque tous leurs ruchers sont fixes, ce qui réduit considérablement les dépenses en carburant, les besoins en mécanisation et ainsi l'impact carbone.

Ils ont choisi des ruches Warré plus respectueuses des abeilles et proposent un miel de terroir.
Outre le miel, Les apiculteurs produisent leurs propres essaims naturels (sans importation de reine), ils récoltent du pollen, de la propolis, de la cire d’abeille...

Bilan en cours de saison 2019

Bilan en cours de saison 2019

Les nouvelles de l'apiculture sont mauvaises ; non du fait des abeilles, qui ont une capacité extraordinaire d'adaptation, ni de mon point de vue, car j'essaie de les imiter, en termes d'adaptabilité ; mais du fait d'un autre sujet assez "brulant" : les perturbations climatiques in anticipables et implacables.

Le mois de mai a été le plus froid depuis 40 ans ; juste au moment où les colonies devraient réaliser leur plein potentiel de développement ; et où la flore devrait fournir ses premières offres abondantes de nectar. C'est catastrophique pour la production de miel ; mais pas pour les abeilles, qui ne sont pas nées de la dernière pluie. J'ai été contacté, en mai, par un apiculteur ayant apporté ses colonies, du Sud de la France, pour la floraison de l'acacia en vallée de Saône et qui devait d'urgence verser quantité de sirop de sucre pour que ses colonies ne périssent pas... Je n'ai pas eu ce genre de problème ; mais je n'ai pas récolte de miel de printemps, qui constitue la moitié de la récolte annuelle. Alors, j'ai consulté les prévisions météo pour le début de l'été. L'expert compétent était formel : "Si les statistiques et l’humidité des sols permettent de limiter fortement un risque de canicule pour cet été, l’analyse des centres d’action qui pilotent le temps sur l'hexagone, ce que l’on appelle la « synoptique », permet de conforter cette donnée." J'étais donc rassuré...

Vous savez comme moi ce qui s'est passé, tout début juillet : des pointes de températures sans précédent, qui n'ont toujours pas d'impact direct sur les colonies d'abeilles, mais sur la flore qui n'est pas adaptée à ces conditions de sécheresse et d'ensoleillement. Je ne suis pas le seul apiculteur touché ; tout l'est de la France est concerné, plus au moins fortement, et sans doute au-delà. Le syndicat apicole fait diversion, en parlant de la popularité du miel français (Cocorico !). C'est juste dommage qu'il n'y en ait quasiment pas à vendre...

Je le rappelle dans tous mes stages et interventions : les abeilles n'ont pas de problème, sinon ceux que la pression des activités humaines fait peser lourdement sur leur environnement ! Les perturbations climatiques, la simplification et l'usure des écosystèmes et l'agriculture industrielle constituent les principales.

A très bientôt,

Yves

Voir toutes ses actualités

Le rucher de Sennecey

Le rucher de Sennecey

Le rucher est situé près du hameau de Tallant dans le canton de Sennecey-le-Grand en Saône-et-Loire (Bourgogne du Sud).

Il occupe un verger bordé de haies, de pâtures et prairies qui s'étendent à flanc de colline jusqu'au bois qui coiffe le sommet.
Cet environnement est riche d'une flore diversifiée qui s'épanouit dès le printemps (pissenlit, fruitiers, aubépine...) et se prolonge tout l'été (acacia, ronce, trèfle...).

La première récolte sera polyflorale puisqu’issue des variétés citées ci dessus.
Ainsi, selon la proportion en tilleul et acacia, le miel pourra être liquide à crémeux (ces deux espèces mellifères influençant sur la fluidité du miel).

Chantal et Yves travaillent avec des reines de souche Buckfast fécondées naturellement et issues du cheptel bio de Jérôme Alphonse (autre apiculteur partenaire Un toit pour les abeilles). Cette race d'abeilles est connue pour être douce et productive.

France 3 Bourgogne avec Chantal et Yves

Reportage diffusé le jeudi 6 Octobre 2016. Cliquez en dessous pour visualiser l'extrait.

L'apiculteur : Jimmy GAMBIER

UTPLA apiculteur Jimmy GAMBIER

Passionné par la nature, je me suis investi avec mon épouse dans la plantation d’un verger.
Conscient du manque de pollinisateurs dans la nature, j’ai fait une formation de 2 ans à l’USAP (Union Syndicale des Apiculteurs Picard) pour apprendre à soigner au mieux ces merveilleuses créatures.
Lors de cette formation j’ai été littéralement « piqué » par les abeilles.
Après une longue période de réflexion, j’ai décidé dans faire mon métier.
Car vivre de son métier c’est bien, mais vivre de sa passion c’est encore mieux !
J’ai donc entrepris une formation diplômante (Brevet Professionnel de Responsable d’exploitation Agricole option apiculture) que j’ai obtenu.
Cette formation m’a permis d’approfondir mes connaissances dans le domaine de l’apiculture. J'ai constitué alors mon cheptel. Je compte aujourd'hui une quarantaine de ruches, situées sur 4 ruchers différents.
En 2019, j'ai décidé de créer mon premier rucher de protection de l'Abeille Noire.

La récolte d'été

Chers parrains,

J'espère que vous vous portez bien et que vous profitez pleinement de votre été...

La récolte d'été fût bonne malgré le nombre important d'essaimages, j'ai encore une petite récolte à faire dans une dizaine de jour.

J'ai un nouveau rucher qui est implanté sur 3 à 4 hectares de jachères fleuries, parfait pour nos petites abeilles, nos précieuses avettes vont se sentir "pousser des ailes" dans ce parterre de fleurs ! Elles sont gâtées...

Je vous souhaite à toutes et tous un très bel été,

A très bientôt,

Jimmy

Voir toutes ses actualités

Les abeilles noires de Picardie

Les abeilles noires de Picardie

Je travaille avec l’Abeille Noire qui est en fort déclin dans nos régions.
Il en reste en France à peine 10%.
Les ruches se trouvent dans un paysage bocager (pâturages, bois avec aubépines, châtaigniers, merisiers…).
Le miel produit est un Miel de Fleurs de Printemps et d’Eté.
Aujourd’hui j’ai le pied à l’étrier, et ouvre mon rucher en Abeille Noire pour repeupler ma région avec l’abeille locale endémique.
En parrainant des abeilles sur mon rucher avec Un toit pour les abeilles, vous faites deux grands actes solidaires :  
Vous m’aidez à m’installer et en plus de cela vous sauvegardez l’Abeille Noire. Merci pour vos soutiens

L'apiculteur : Jacques HAZECHNOUR

UTPLA apiculteur Jacques HAZECHNOUR

Jacques est apiculteur depuis plus de 30 ans au nord de l’Aveyron dans les montagnes du Carladez.
Il s’occupe d’une centaine de ruches et travaille avec la race locale de l’abeille noire qui est bien adaptée à son environnement.
Jacques pratique une apiculture de type sédentaire et ses essaims proviennent uniquement de ses propres ruchers afin de pérenniser la variété d’abeilles qu’il a sélectionnée.
Sylvie sa compagne, assure la fabrication du pain d’épices, la commercialisation du miel et participe aux travaux sur les ruchers.
Ils souhaitent agrandir raisonnablement leur exploitation, partager leur expérience apicole et vous invitent à découvrir leur région qui est encore préservée.

Nectar récolté !

Bonjour à toutes et à tous,

Cette année s'annonce compliquée, avec des pertes hivernales autour de 20 % et un printemps froid et pluvieux jusqu'à mi-juin, nos précieuses abeilles ont souffert et le démarrage a été retardé. 

Enfin le beau temps est arrivé et les hausses posées ont pu recevoir le précieux nectar récolté sur le tilleul et le châtaignier principalement. 

Le moment est venu de lever les hausses et de commencer la récolte… le miel est gouteux et de très bonne qualité… Les abeilles ont très bien travaillé comme toujours !

Le conservatoire de l'abeille noire du Carladez est maintenant peuplé de 12 essaims qui se portent bien.

En espérant qu'ils se multiplieront au printemps prochain. 

La journée porte ouverte a lieu cette année le dimanche 11 août... sous le soleil évidemment !

Nous attendions le miel nouveau avec impatience et nous allons pouvoir ainsi retrouver les marchés estivaux.

Nous vous souhaitons de bonnes vacances !

Jacques et Sylvie.

 

Voir toutes ses actualités

Les abeilles noires du Carladez

Les abeilles noires du Carladez

Nous avons une grande nouvelle ! Le démarrage d'un grand projet soutenu activement par Un Toit Pour Les Abeilles et l'ensemble de nos parrains et marraines à savoir :
La création d'un rucher ayant pour vocation la protection contre l'hybridation des abeilles de la race noire endémique à nos régions et avec laquelle nous travaillons depuis près de 35 ans. Dans ce but, et afin de préserver leurs caractéristiques, nous allons créer un nouveau rucher dédié et isolé du reste de nos autres colonies pour y installer des ruches de type warré que nous avons fabriquées l'hiver dernier. Ces ruches carrées et plus petites se travaillent différemment que nos Dadant 10 cadres, utilisées actuellement.
Elles présentent l'avantage d'être plus légères et vue leur taille plus adaptées à un bon hivernage. Nous y installerons pour commencer 12 ruches peuplées d'essaims d'abeilles noires et de leurs reines sélectionnées. Vous pouvez d’ores et déjà parrainer « le rucher de l’Abeille Noire du Carladez » et nous aider dans ce tout nouveau projet de préservation de notre abeille locale endémique.
Nous vous tiendrons informés tout au long de l’année des avancées autour du projet qui sera « notre projet commun ».
Merci à tous pour votre soutien.
Jacques et Sylvie

Que se passe-t-il ce mois-ci sur votre rucher ?

C’EST LA RENTREE !
Retour sur les derniers rebondissements autour de la loi Biodiversité

Depuis qu’il a rédigé un arrêté anti-pesticides sur sa commune, en mai dernier, le maire breton de Langouët fait figure de « porte-parole » des « défenseurs de l’environnement ».
Daniel CUEFF, c’est son nom, a pourtant vu son arrêté suspendu le 27/08 dernier, pour motif « qu’il n’...




Imprimer la page

Retour