SENCROP

Logo SENCROP
Le métier d’agriculteur est et sera toujours primordial pour l’ensemble de l’humanité. Avec une population globale en forte croissance et des conditions climatiques de plus en plus incertaines, la production de nourriture de qualité dans le respect des normes environnementales est clée. C’est dans ce contexte que Sencrop veut aider l’agriculture d’aujourd’hui et de demain, en rendant la donnée météorologique - essentielle aux agriculteurs - accessible à chacun d’entre eux, de manière fiable, instantanée et ultra locale, voilà notre mission. Avec des capteurs connectés installés directement dans les parcelles agricoles, chacun a accès aux données qui le concernent et qui lui sont utiles. Cela permet ainsi aux acteurs de l’agriculture d’adapter leurs pratiques, de gérer leur temps et d’optimiser leurs rendements. Cela permet aussi à nos utilisateurs de mieux gérer leurs intrants, les besoins en ressources naturelles comme l’eau ou tout simplement réduire fortement le recours aux produits chimiques. C’est dans cette optique que Sencrop a la volonté de faire évoluer l’agriculture mondiale, pour la rendre plus pérenne, plus qualitative et plus respectueuse de l’environnement.


Voir leur site internet

Les ruches en images

  • La ruche SENCROP
  • La ruche SENCROP
  • La ruche SENCROP
  • La ruche SENCROP
  • La ruche SENCROP
  • La ruche SENCROP
  • La ruche SENCROP
  • La ruche SENCROP
  • La ruche SENCROP
  • La ruche SENCROP
  • La ruche SENCROP
  • La ruche SENCROP
  • La ruche SENCROP
  • La ruche SENCROP
  • La ruche SENCROP
  • La ruche SENCROP
  • La ruche SENCROP
  • La ruche SENCROP
  • La ruche SENCROP
  • La ruche SENCROP
  • La ruche SENCROP
  • La ruche SENCROP
  • La ruche SENCROP
  • La ruche SENCROP
  • La ruche SENCROP
  • La ruche SENCROP

L'apiculteur : Emilie BANASIK

UTPLA apiculteur Emilie BANASIK

C'est grâce à une magnifique rencontre avec Alain Condon et sa compagne Angélique (apiculteurs en Haute-Loire), dans le cadre d'une location de vacance chez eux, que j'ai été "piquée" par les abeilles. Plus encore, c’est le métier d’apiculteur et le travail réalisé avec et autour d'elles qui m’a attiré.
Alain m’a conseillé de m’inscrire au Rucher Ecole de Rieulay, ce que j’ai fait en 2014. J’ai alors suivi une formation d'apiculture de loisir (amateur) pendant un an. Puis, très vite j'ai acheté mes deux premières ruches et j'ai eu mes deux premiers essaims grâce aux "formateurs et l'envie d'aller plus loin"…

Depuis, je continue à me former (BPREA - Brevet Professionnel de Responsable d'Exploitation Agricole option Apiculture) et je participe, avec les personnes m'ayant formées, comme bénévole à la formation des nouveaux adhérents au rucher école de Rieulay. Un juste retour des choses car pour moi, l'apiculture c'est avant tout du partage.
L'année dernière j'ai fait une formation d'un an à temps complet pour l'obtention d'un BPREA, afin de m'installer progressivement. D’ici quelques années j’espère pouvoir en vivre.
J'ai effectué une bonne partie de mes stages avec la famille HENNION à Halluin (Yvan, Véronique et Justine que vous connaissez déjà, puisqu’elle est apicultrice du réseau Un toit pour les abeilles), puis avec Alain Condon en Haute-Loire.
Ils ont pris le temps de me former et me conseiller en tant que future professionnelle. Nous sommes toujours en contact et je ne les remercierais jamais assez.
Aujourd’hui je souhaite déployer mes ailes, et j’ai besoin d’aide, c’est pour cela que je vous sollicite pour me parrainer :-)

Bilan de la saison au rucher

Chers Parrains, chères Marraines,

Tout d'abord nous espérons que vous allez bien malgré cette année difficile.

Notre saison a démarré avec un très beau printemps qui malgré la pandémie nous a permis de travailler et permis d'obtenir un miel délicatement fleuri qui j'en suis certaine vous plaira.

L'été a été plus compliqué, les conditions climatiques étant moins favorables, la sécheresse était encore présente cette année, nous avons quand même pu faire un peu de miel d'été qui est ambré et délicieux.

La saison reste néanmoins belle et rien que le fait de pouvoir passer du temps avec les Zaza reste pour moi magnifique.

Pour le moment tout le monde se porte bien et se prépare pour passer l'hiver, nous vous donnerons des nouvelles d'ici au printemps.

Nous vous souhaitons une bonne réception de vos colis (si vous faites partie des livraisons de l'automne) et de bonnes fêtes de fin d'année.

 

Les Zaza et Emilie

 

Voir toutes ses actualités

Le Rucher des Peupliers

Le Rucher des Peupliers

Actuellement je possède une dizaine de ruche Dadant avec de l'abeille locale noire et bientôt quelques essaims de Buckfast. J'aimerais atteindre une cinquantaine de ruches en fin de saison cette année. La flore qui entoure mon rucher est très diverse et variée : Fleurs des Bois, Aubépines, Ronces, Pruneliers, Fruitiers, Colza, etc...
Deux récoltes (printemps / été) sont possibles quand la météo le permet.

Pour ma part, le parrainage de ruche contribue à la préservation de nos abeilles qui font parties du processus de pollinisation indispensable à la survie de multiples espèces dont nous faisons partie. Le parrainage permet aussi de récolter des miels de qualité qui feront le régal des parrains. Il sert enfin à sensibiliser le grand public à la cause des abeilles et c’est primordial ! Je vous dis donc à très vite et j’espère vous compter nombreux parmi mes parrains de ruches…

L'apiculteur : Frédéric GOFFIN

UTPLA apiculteur Frédéric GOFFIN

Je suis apiculteur en Belgique dans la province de Namur, passionné par le monde des abeilles.

Comme il est pour moi tout aussi important de produire du miel que de bien connaitre le comportement de l’abeille dans sa ruche
et dans son environnement naturel proche, j'ai décidé pour améliorer mes connaissances, de suivre un cursus de deux ans et de
peaufiner ce dernier par un cours spécifique sur l’élevage de reines.
Ce qui me permet d’élever moi-même les reines qui peuplent les futurs essaims dans la perspective d’augmenter mon cheptel pour
atteindre 40 à 50 ruches d’ici quelques années.

Mon souhait est d’apporter une brique en plus à la maison « abeilles ». En effet si ces petites bêtes venaient à disparaître,
ce sont près de 80% des espèces végétales qui pourraient disparaître de la surface de la terre.
A la base de l’équilibre des écosystèmes, elles représentent plus de 35% de nos ressources alimentaires…
Il faut donc en élever de plus en plus et les protéger.

Une saison rythmée

Très chères marraines, très chers parrains,
Ce printemps 2020 a été un peu particulier avec cette crise que tout le monde a connue.
Dans notre malheur, elle a fait profiter nos abeilles d'un peu de calme et de moins de pollution que d’habitude (beaucoup moins de trafic routier et aérien).
Cette période estivale a été une réussite du côté des miellées : Un printemps avec des nuits froides, mais des journées bien ensoleillées et chaudes,
ce qui favorise les sorties de nos butineuses pour aller chercher le nectar et pollen.
En général, à la fin de la miellée de colza et pissenlit, une petite période de repos (creux de miellée) s'installe.
Mais cette année il n'y a pas eu « ce creux de miellée » et nos avettes ont immédiatement repris le travail sur la miellée des aubépines.
Nos campagnes ont été recouvertes de ce magnifique voile blanc associé à ces arbustes.
Les fruitiers ont très bien donné aussi et actuellement nous pouvons en profiter pour récolter en grand nombre nos cerises et fraises.
Bientôt les autres fruitiers nous donneront leurs présents grâce à une bonne pollinisation de nos petites protégées.

La saison d'été a déjà commencé pour nos abeilles.
Elles sont en ce moment en train de butiner ou vont butiner très bientôt les grands arbres, comme le robinier faux acacia, les tilleuls, ou encore les châtaigniers...
Du côté de l'apiculteur, ce n'est pas de tout repos non plus, comme pour nos petites protégées.
Les journées sont très longues et intenses aussi.
Durant cette période très courte (de début avril à fin juillet), nous n'avons pas beaucoup de temps pour nous poser des questions et flâner.
Mais notre récompense est dans la bonne santé de nos abeilles ou encore lorsque le miel coule à flot dans notre extracteur avec ce parfum bien caractéristique.
Encore une fois je souhaite remercier tous nos parrains et marraines pour le soutien que vous nous apportez.
A bientôt pour d'autres nouvelles,
Frédéric

Voir toutes ses actualités

Le rucher de Vignette

Le rucher de Vignette

Je dispose aujourd'hui de plusieurs ruchers dans la commune de Floreffe (Province de Namur) et de ses alentours.
 
Les ruchers sont placés à des endroits stratégiques ou une étude des plantes mellifères a été faite pour pouvoir donner à manger à nos petites protégées
le plus longtemps possible et dans des conditions favorables pour elles.

J'ai aussi un rucher d'élevage de reines proche de la Miellerie, car cette activité demande beaucoup de temps et surtout beaucoup d'opérations, mais grâce
à ce rucher nous pouvons améliorer la génétique de nos reines pour l'acclimatation des nouvelles conditions météorologiques à venir et surtout améliorer
l'aspect hygiénique de nos abeilles pour combattre l'acarien 'Varroa Destructor' qui est une catastrophe pour leur survie.
 
Suite à la demande en miel de plus en plus conséquente chaque année, le nombre de ruche ne fait que d'augmenter d'année en année, mais souvent nous
devons faire des essaims supplémentaires pour pallier les pertes hivernales.

Mon activité est semi-professionnelle, car en Belgique il est très difficile dans vivre et surtout le risque de perdre son cheptel est trop élevé, mais ce qui me
fait continuer dans cette voie est la passion pour cet insecte vraiment incroyable et fascinant et surtout de pouvoir retransmettre aux générations futures
mes connaissances apicoles et l'importance de protéger les abeilles (domestique et sauvage), car sans elles nous mourrions de faim.

L'apiculteur : Fabien PELLERIN

UTPLA apiculteur Fabien PELLERIN

Je m’appelle Fabien, je suis apiculteur depuis quatre ans déjà… Mon grand-père était aussi apiculteur.
Il avait pour habitude de dire : « Le destin des hommes et des abeilles est lié. Je protège les abeilles. ».
Mon projet, en intégrant le réseau d’apiculteurs Un toit pour les abeilles, c’est de développer mon cheptel.
L’humilité et la simplicité sont des valeurs qui me sont chères.
Au début, un anglais m’avait surnommé : « Bumblebee man », ce qui en Français veut dire « l’homme bourdon ».

Plus sérieusement, j’ai investi pour que les apiculteurs puissent bénéficier de tarifs avantageux dans leur activité.
Pour cela, je suis investi auprès du syndicat des apiculteurs d’Ille et Vilaine.
Je suis aussi cueilleur d’essaim. Je récupère chez les particuliers les essaims sauvages venus s’installer chez eux lors d’essaimages…
Je travaille avec des abeilles noires et buckfast.
Concernant ma pratique, j'utilise de la cire bio et nettoie mes ruches de la manière la plus naturelle possible.
En intégrant Un toit pour les abeilles, je souhaite proposer mes ruches au parrainage.
Ce sera 3 ruches pour commencer et puis nous évoluerons, les parrains et moi ensemble pour écrire une belle histoire solidaire où les abeilles joueront le premier rôle !

Des nouvelles de nos petites

Chers marraines, chers parrains,
Je vous remercie pour votre soutien cette année qui me permet de continuer à assumer les nombreux défis qui s’annoncent pour la survie des abeilles.
Le réchauffement climatique aura des conséquences sur certaines miellées et le frelon asiatique fera sans doute beaucoup de dégâts.
Cependant, les interdictions partielles des insecticides tueurs d’abeilles en 2018 a déjà des conséquences positives.
Depuis quelques années, je cherche les meilleurs emplacements pour que les abeilles aient des quantités de nectar et de pollen suffisantes pour assurer la pérennité des essaims.
Les abeilles ont bien hiverné l’hiver dernier avec très peu de mortalité.
La récolte de printemps est presque terminée.

La période de confinement a été un peu anxiogène pour moi, car il me fallait des dérogations pour chaque déplacement, ce qui était une contrainte assez pénible.
J’ai récupéré deux essaims ce mois-ci et procédé à plusieurs divisions.

Le miel de printemps est de couleur crème et très doux. Ce miel est très riche en oligoéléments et en calcium.
Il est riche en fructose et en glucose : un très bon énergisant.
A très bientôt.
Fabien

Voir toutes ses actualités

Le rucher des Pommiers

Le rucher des Pommiers

Dans un verger biologique de plusieurs dizaines d’hectares, les oeuvrettes butineront en priorité les pommiers sur une floraison étalée de deux à trois mois d’Avril à Juin.
Elles sont éloignées des zones de grandes cultures et vivent au calme.
Elles disposent d’un bois de onze hectares peuplés de nombreux peupliers, châtaigniers et chênes à proximité.
De nombreuses haies les abritent du vent et représentent un espace considérable de nourriture.
Les abeilles commenceront leur récolte de pollen sur les noisetiers en Janvier, Février. Ensuite, elles iront sur l’aubépine, les merisiers et les saules en début de printemps.
Elles iront également sur les peupliers pour récolter de la propolis ou du pollen. En été, elles se rendront sur les chênes et châtaigniers.
Le lierre étant très présent, elles auront leurs réserves de nourriture pour passer l’hiver. Dans l’attente de partager avec vous cette nouvelle aventure.

Que se passe-t-il ce mois-ci sur votre rucher ?

Introduction :

Les températures baissent, les feuilles des arbres rougissent et nous ressortons les plaids moelleux pour des soirées cocooning :
pas de doute, le mois d’octobre est là ! Les abeilles font aussi face à ce changement de climat et toute la ruche se réorganise pour débuter la saison froide.
Partons en immersion dans le quotidien de nos butineuses préférées en ce début d’automne !


...




Imprimer la page

Retour