#APTIC

Les ruches en images

  • La ruche #APTIC
  • La ruche #APTIC
  • La ruche #APTIC
  • La ruche #APTIC
  • La ruche #APTIC
  • La ruche #APTIC
  • La ruche #APTIC
  • La ruche #APTIC
  • La ruche #APTIC
  • La ruche #APTIC
  • La ruche #APTIC
  • La ruche #APTIC
  • La ruche #APTIC
  • La ruche #APTIC
  • La ruche #APTIC
  • La ruche #APTIC
  • La ruche #APTIC
  • La ruche #APTIC
  • La ruche #APTIC
  • La ruche #APTIC
  • La ruche #APTIC
  • La ruche #APTIC
  • La ruche #APTIC
  • La ruche #APTIC

L'apiculteur : Evelyne et Frédéric WIELEZYNSKI

UTPLA apiculteur Evelyne et Frédéric WIELEZYNSKI

Evelyne et Frédéric sont apiculteurs depuis 5 ans dans le Médoc girondin.
Touchés par les problèmes que rencontre la biodiversité, Evelyne et Frédéric ont décidé de s'engager dans l'apiculture.

Ils ont aujourd’hui 46 ruches, réparties sur trois ruchers, qu’ils conduisent en respectant au mieux le rythme des abeilles.

Après avoir développé leurs propres ruchers ils ont décidé de s’investir dans le rucher école du Syndicat des Apiculteurs de Gironde et d’Aquitaine (SAGA) dont ils sont membres depuis 2005.
Frédéric est aujourd’hui président du SAGA et participe avec Evelyne à la fourniture d’essaims et de reines aux stagiaires du rucher école.

Début de la nouvelle saison

Bonjour à tous,

Que dire en ce début d’année 2021 ? Que d’eau, que d’eau ! J’envisage de commander 200000 mini palmes pour les mettre à disposition des zazas qui recherchent du pollen …
Trêve de plaisanterie la première partie de l’hiver s’est bien passée. Après un automne frelonneux les essaims semblent avoir bien résisté à la pression des frelons, asiatiques et européens. Nous avions resserré tous les essaims pour leur permettre d’avoir moins d’espace à chauffer et ainsi mieux passer les froidures de l’hiver. C’est la première année que nous faisons cela sur toutes les ruches. C’est un travail important pour visiter toutes les ruches, retirer les 2 ou 3 ou 4 cadres de cire latéraux inoccupés, fabriquer les partitions et les insérer dans chaque ruche. Mais l’effet semble assez spectaculaire car nous n’avons aucune mortalité pour le moment !!
Dès qu’un rayon de soleil apparait toutes les ruches sortent pour faire leur vol de propreté et aller chercher du pollen. Pour le nectar c’est un peu frais encore mais les chèvrefeuilles arbustifs, les hellébores et les cornouillers sont en fleurs et bien visités (entre deux journées de pluie). Les saules marsault se préparent aussi et ne vont pas tardés. Les visites des ruchers se font en bottes mais c’est un vrai bonheur de voir que pas une ruche ne manque à l’appel.
Les travaux d’hiver vont bon train. Nettoyage des hausses et remise en état des ruches inoccupées. Cela va encore nous prendre un peu plus d’un mois et cela correspondra juste avec les premières rentrées de nectar et la remise en ruche des essaims préparés l’an dernier pour cette nouvelle saison.
Donc pour le moment tout va bien et malgré la pluie l’optimisme est de mise avec le printemps qui se rapproche et le petit peuple qui redémarre.

A bientôt.
Frédéric et Evelyne

Voir toutes ses actualités

Le rucher du Medoc

Le rucher du Medoc

Le rucher se trouve dans la partie sud du médoc, prés de la région viticole d’appellation Haut Médoc, à environ 25 kms de Bordeaux.


Les colonies installées sont majoritairement des abeilles locales, dites "noires" ou présentant hybridées dues à certains croisements avec des abeilles de race Buckfast.


La flore mellifère qui entoure les ruches dans cette région boisée se compose d’arbres ou arbustes sauvages (acacia, saules, bourdaine, prunelliers, de ronces, châtaigniers, noisetiers, houx) et domestiques (tilleul, fruitiers, Sumac, cotonéasters, …).

Le miel récolté sera donc un miel polyfloral liquide et de couleur dorée à ambrée selon les floraisons et conditions climatiques.

JT de 12h France3 Aquitaine avec Frédéric

Reportage consacré à Frédéric et au projet Un toit pour les abeilles diffusé le lundi 26 Septembre 2016. Cliquez en dessous pour visualiser l'extrait.

L'apiculteur : Denis SIGUIER

UTPLA apiculteur Denis SIGUIER

Je suis originaire de Corse et pratique l’apiculture depuis 1998.
J’ai d’abord été initié et formé à l’apiculture par un ami apiculteur professionnel.
Travaillant dans la conservation des variétés fruitières et légumières locales et la sauvegarde des savoir-faire traditionnels,
j’en ai profité pour développer mes connaissances en apiculture auprès des anciens.
Puis j’ai franchi le pas et décidé de devenir apiculteur professionnel, mais après plusieurs années de travaux,
mon cheptel a été totalement détruit par un immense incendie qui a ravagé le Cap Corse…

Titulaire d’une solide formation agricole Bac agricole (Agronomie, aménagement-environnement),
du brevet professionnel de responsable d’exploitation agricole (en apiculture),
d’un BTS agricole Gestion et Protection de la Nature (spécialité Gestion d’Espaces Naturels),
et d’une formation d’Ingénieur Ecologue, j’ai recommencé à zéro et choisi de créer mon exploitation en Charente (en Agriculture Biologique).
Ma connaissance de la nature me permet de sélectionner les meilleurs environnements non seulement pour produire des miels AB de qualité,
mais aussi pour contribuer activement à la conservation de la nature et de la biodiversité.

Je suis actuellement en cours de constitution de mon cheptel et d’installation agricole (prévue mi 2019).
Les abeilles, la nature et moi, avons aujourd’hui besoin de votre soutien !

Activité réalisée dans le cadre d’un Contrat d’Appui au Projet d’Entreprise au sein de Champs du Partage,
association loi 1901, SIRET : 812 624 161 00012
siège social : Maison de l'Economie Sociale et Solidaire,
07 rue Sainte-Claire Déville, 79000 NIORT - Terme du Contrat CAPE 2 Juillet 2019.

Quelques nouvelles avant les fêtes...

Chère marraine, cher parrain,
L’automne va céder sa place à l’hiver.
L’apiculteur, copiant toute sa science sur celle des abeilles, vit selon le rythme des saisons.
Après avoir préparé les ruches pour l’hiver, voici le temps du grand ménage, avec le nettoyage de matériel et son rangement,
la  fonte et le gaufrage de cire et la préparation de la saison à venir (montage de cadres gaufrés).
Il faut aussi en profiter pour faire de la mise en pots et de la transformation (encore à petite échelle, faute de locaux équipés).
Et bien sûr, à chaque jour, sa dose de travaux administratifs (mon installation agricole est toujours en cours et les blocages administratifs se sont multipliés
(attaque informatique du CFE bloqué pendant un mois, etc…).

J’ai néanmoins achevé ma formation de Technicien Sanitaire Apicole, qui me permettra d’intervenir en appui aux Vétérinaires,
services de l’Etat ou Organisations Sanitaires Apicoles pour les visites sanitaires de ruchers et contribuer à la santé des abeilles.
Cette formation me permettra également de faire du conseil de la formation en apiculture.
En attente des résultats de l’examen (qui s’est bien déroulé)…

Cet automne aux températures variables a grandement favorisé les frelons asiatiques qui se sont fortement attaqués aux abeilles…
cette prédation a été fatale pour plusieurs ruches  et a causé des affaiblissements de colonies.
Malgré la pose de pièges sélectifs en février, les frelons asiatiques ont été très nombreux sur tous les ruchers de Septembre à fin Novembre.
C’est une vraie catastrophe non seulement apicole mais aussi écologique.
Différents services à l’échelle nationale et régionale sont réputés coordonner la lutte contre ce Danger Sanitaire (DS2),
mais sur le terrain rien ne bouge…

et les changements climatiques en cours tendent à favoriser la survie de leur colonies de plus en plus tard dans l’année.
Nombre d’apiculteurs amateurs arrêtent leurs activités apicoles pour cause de mortalité trop importante,
notamment due aux frelons (les ruches isolées ont peu de chance de survie ;
un frelon peut consommer 100 abeilles par jours et une colonie en compte 10 000 !).
Une fois de plus, je pense aux abeilles sauvages dites « locales » (voire abusivement noire) ;
avec tout le soin que les apiculteurs professionnels prodiguent à leurs abeilles, nous connaissons des mortalités très importantes ;

comment les abeilles sauvages peuvent-elles résister à toutes les calamités apicoles actuelles ?
C’est pourquoi, je vous encourage à collecter chez vous ou vos proches des bouteilles d’eau vides pour réaliser (avec les enfants ?)
et poser des pièges sélectifs à reines frelons en Février.
Il faudra accrocher les pièges à des branches d’arbres (remplis de grenadine et bière)
et dès que la température dépasse les 13°C en journée (température nécessaire pour que les reines fondatrices quittent leurs refuges d’hivernage pour créer leurs nids).
Plusieurs modèles de pièges existent selon vos talents de bricoleurs,

je vous conseille de visiter le site web de l’Association Action Anti Frelon Asiatique (AAAFA),
qui propose des modèles sélectifs (permettant la sortie des insectes plus petits afin de ne pas nuire aux autres populations d’insectes ; IMPORTANT !).
Incitez vos voisins, vos collègues, vos amis, les membres de votre famille (demandez à votre Maire si un programme de piégeage est prévu ou encore à organiser…).
L’île de Majorque a réussi à éliminer les frelons asiatiques, si nous nous battons collectivement contre ce fléau, peut être pouvons-nous arriver à le vaincre ?
Pour la survie des abeilles, chacun peut agir et il y a urgence !

En cette fin d’année, je fais le point sur l’année écoulée, et mesure à quel point votre soutien à mon activité apicole et à mon installation est important et vous en remercie,
ainsi que les abeilles, bien heureuses des beaux ruchers fleuris dans lesquels je les héberge et des bons soins prodigués.
Pensées aussi à l’équipe d’Un Toit pour les Abeilles pour laquelle l’année a été fatigante et qui, en coulisse, a fait un super boulot de logistique
(en rattrapant les erreurs des apiculteurs (!!!), des transporteurs, et en surmontant les blocages) et, comme d’habitude,
d’animation du réseau et de la communauté ! Une pensée particulières pour nombre de charentaises et charentais,
qui se reconnaîtront, pour les remercier pour leur accueil et leur soutien ; la campagne charentaise est bien vivante avec des communautés rurales solidaires et constructives !

J’espère que nous pourrons reprendre rapidement en 2021 les visites de ruchers dans des conditions sanitaires optimales
et vous voir bientôt pour partager notre passion des abeilles et nous réconforter en partageant, au rucher, les spectacles de la nature fleurie,
la douceur d’un bon miel et la gourmandise d’un bon pain d’épices (le tout certifié AB pour éviter de culpabiliser !) !  

Pour les chanceux qui ont déjà reçus leurs colis de miels, j’espère que le fruit des travaux conjugués de la nature, des abeilles et de votre dévoué apiculteur vous satisferont !
Pour ceux qui n’ont pas encore reçu leurs miels, encore un peu de patience, la livraison de printemps est proche !
Malgré cette année compliquée, j’espère que ces quelques mots vous trouveront en bonne santé et vous souhaite une heureuse fin d’année ainsi,

par avance, qu’une année 2021 meilleure que 2020 !
Salutations apicoles,
Denis

Voir toutes ses actualités

Le Rucher connecté La Ruche.bio

Le Rucher connecté La Ruche.bio

Le rucher parrainé par un « Toit pour les abeilles » est situé au cœur d’une vaste forêt (3 km de rayon) afin de garantir la production de Miels Bio.
Cette forêt de Charente Limousine est classée en ZNIEFF de type 1 (Zone Naturelle d’Intérêt Ecologique, Faunistique et Floristique)
au sein d’un vaste ensemble naturel avec rivières, prairies et boisements (classé en ZNIEFF de type 2).

Ce rucher environné de feuillus et de résineux est un véritable sanctuaire pour les abeilles
qui y trouvent toute l’année des ressources de qualité !
Ce rucher permet de produire des Miels certifiés AB (Agriculture Biologique – France, certification par Ecocert)
de Châtaigner, Acacia, Forêt, voire de Ronce et Callune (« Bruyère »).
Des miels authentiques issus de la flore naturelle !

Que se passe-t-il ce mois-ci sur votre rucher ?

Introduction

Les beaux jours arrivent plus tôt qu’à l’accoutumée.
Les premiers butineurs ont pointé le bout de leurs antennes depuis une quinzaine de jours déjà, ce qui est dû aux températures printanières du mois de février.
Les abeilles ne sont pas en reste en s’activent pour commencer une nouvelle saison à la ruche !



Que se passe-t-il dans la ruche en mars ?

Dans la ruche, la grappe s...




Imprimer la page

Retour