#APTIC

Les ruches en images

  • La ruche #APTIC
  • La ruche #APTIC
  • La ruche #APTIC
  • La ruche #APTIC
  • La ruche #APTIC
  • La ruche #APTIC
  • La ruche #APTIC
  • La ruche #APTIC
  • La ruche #APTIC
  • La ruche #APTIC
  • La ruche #APTIC
  • La ruche #APTIC
  • La ruche #APTIC
  • La ruche #APTIC
  • La ruche #APTIC
  • La ruche #APTIC
  • La ruche #APTIC

L'apiculteur : Evelyne et Frédéric WIELEZYNSKI

UTPLA apiculteur Evelyne et Frédéric WIELEZYNSKI

Evelyne et Frédéric sont apiculteurs depuis 5 ans dans le Médoc girondin.
Touchés par les problèmes que rencontre la biodiversité, Evelyne et Frédéric ont décidé de s'engager dans l'apiculture.

Ils ont aujourd’hui 46 ruches, réparties sur trois ruchers, qu’ils conduisent en respectant au mieux le rythme des abeilles.

Après avoir développé leurs propres ruchers ils ont décidé de s’investir dans le rucher école du Syndicat des Apiculteurs de Gironde et d’Aquitaine (SAGA) dont ils sont membres depuis 2005.
Frédéric est aujourd’hui président du SAGA et participe avec Evelyne à la fourniture d’essaims et de reines aux stagiaires du rucher école.

Un hivernage bien préparé

Bonjour à toutes et tous,

Les nouvelles sont pour le moment plutôt bonnes.
Toutes les ruches sont maintenant prêtes pour l’hiver.
Le petit peuple est lui aussi confiné mais volontairement !
Le rafraichissement de ces derniers jours était préparé :
les toits des ruches sont renforcés par un isolant naturel ou recyclé qui préserve la chaleur mais laisse passer la vapeur provoquée par le réchauffement des abeilles,
les planchers sont fermés pour éviter les mauvais courants d’air,
les portes sont très réduites pour éviter vent et surtout frelons asiatiques qui sans cela rentrent dans les ruches et font un ravage parmi les abeilles engourdies.
Les réserves sont pleines et doivent permettre de passer la saison hivernale qui ne voit quasiment aucune floraison.
Quelques ruches n’ont pas supporté les essaimages tardifs ou n’ont pas réussi à rémérer (refaire une reine après le départ de l’actuelle) et se sont éteintes.
Les pertes récurrentes de ses dernières années nous ont poussé à faire plus d’élevages et prévoir des ruchettes en attente en fin de saison :
les ruchettes préparées à la fin de l’été devraient cette année permettre de les remplacer sans trop de souci.
Les traitements contre varroas destructor ont aussi eu lieu mais seront renouvelés pour être certains de redémarrer la prochaine saison dans de bonnes conditions sanitaires.
Voilà, pour le moment nous croisons les doigts car tout est en place pour le grand saut hivernal. Merci à tous ceux et a toutes celles qui maintiennent leur support et leur parrainage malgré les conditions actuelles difficiles. A bientôt.
Evelyne et Frédéric

Voir toutes ses actualités

Le rucher du Medoc

Le rucher du Medoc

Le rucher se trouve dans la partie sud du médoc, prés de la région viticole d’appellation Haut Médoc, à environ 25 kms de Bordeaux.


Les colonies installées sont majoritairement des abeilles locales, dites "noires" ou présentant hybridées dues à certains croisements avec des abeilles de race Buckfast.


La flore mellifère qui entoure les ruches dans cette région boisée se compose d’arbres ou arbustes sauvages (acacia, saules, bourdaine, prunelliers, de ronces, châtaigniers, noisetiers, houx) et domestiques (tilleul, fruitiers, Sumac, cotonéasters, …).

Le miel récolté sera donc un miel polyfloral liquide et de couleur dorée à ambrée selon les floraisons et conditions climatiques.

JT de 12h France3 Aquitaine avec Frédéric

Reportage consacré à Frédéric et au projet Un toit pour les abeilles diffusé le lundi 26 Septembre 2016. Cliquez en dessous pour visualiser l'extrait.

L'apiculteur : Denis SIGUIER

UTPLA apiculteur Denis SIGUIER

Je suis originaire de Corse et pratique l’apiculture depuis 1998.
J’ai d’abord été initié et formé à l’apiculture par un ami apiculteur professionnel.
Travaillant dans la conservation des variétés fruitières et légumières locales et la sauvegarde des savoir-faire traditionnels,
j’en ai profité pour développer mes connaissances en apiculture auprès des anciens.
Puis j’ai franchi le pas et décidé de devenir apiculteur professionnel, mais après plusieurs années de travaux,
mon cheptel a été totalement détruit par un immense incendie qui a ravagé le Cap Corse…

Titulaire d’une solide formation agricole Bac agricole (Agronomie, aménagement-environnement),
du brevet professionnel de responsable d’exploitation agricole (en apiculture),
d’un BTS agricole Gestion et Protection de la Nature (spécialité Gestion d’Espaces Naturels),
et d’une formation d’Ingénieur Ecologue, j’ai recommencé à zéro et choisi de créer mon exploitation en Charente (en Agriculture Biologique).
Ma connaissance de la nature me permet de sélectionner les meilleurs environnements non seulement pour produire des miels AB de qualité,
mais aussi pour contribuer activement à la conservation de la nature et de la biodiversité.

Je suis actuellement en cours de constitution de mon cheptel et d’installation agricole (prévue mi 2019).
Les abeilles, la nature et moi, avons aujourd’hui besoin de votre soutien !

Activité réalisée dans le cadre d’un Contrat d’Appui au Projet d’Entreprise au sein de Champs du Partage,
association loi 1901, SIRET : 812 624 161 00012
siège social : Maison de l'Economie Sociale et Solidaire,
07 rue Sainte-Claire Déville, 79000 NIORT - Terme du Contrat CAPE 2 Juillet 2019.

Bilan de la saison apicole

Chère Marraine, cher parrain,

Comme les abeilles le manifestent depuis la mi-août (ruptures de ponte très marquées, important stockage de miel pour l’hiver), l’automne arrive précocement et, à les croire, l’hiver sera marqué.

Il est donc temps de faire le bilan de cette étrange saison 2020…

Dans mon courrier du printemps, je vous disais l’espoir que les abeilles véhiculaient en début de saison, pendant le confinement. Cette lueur d’espoir a grandi pendant la saison et je reviens vers vous plein de bonnes nouvelles concernant le microcosme de la « Ferme Apicole de la Vallée de l’Or ».

J’ai profité de la période de confinement pour faire de l’élevage et acheter du cheptel, pour atteindre le cheptel visé (200 ruches AB). La saison a été beaucoup plus favorable que l’an dernier pour l’élevage, avec un taux de réussite satisfaisant. De la même manière, et malgré cet étrange vent de Nord-Est séchant, calamiteux pour les céréaliers, les récoltes ont globalement été bonnes (notamment sur Châtaignier)  et les abeilles sont en bonne santé et en forme ! J’ai réussi à produire et récolter une belle diversité de miels que j’ai hâte de vous faire goûter !

Les frelons ont, encore cette année, fait des dégâts et multiplient les attaques dans tous les ruchers (affaiblissant les colonies avant l’hivernage…). Le piégeage sélectif précoce réalisé (piégeage sélectif de reines en Février dès que la température dépasse les 13°C) n’a pas suffi à piéger tout le monde. Je pense avoir certainement limité le nombre de nids, mais que l’arrêt de la destruction de nids par les communes a favorisé un développement plus important tant des frelons asiatiques que des européens. Encore cette année, j’ai observé des frelons hybrides d’asiatiques et d’européens, et si j’avais encore un doute l’an passé, il est maintenant levé… Le comportement de ces deux frelons est assez éloigné (les frelons asiatiques volent par 3 et se surveillent mutuellement, avec un vol plus souple et précis que celui des frelons européens) et je serais curieux d’observer le comportement de ces hybrides, mais il est difficile de les reconnaître de loin.

La nature et les forêts sont bien secs… bien que mon secteur soit relativement irrigué (et les prairies encore vertes). Le changement climatique et les conséquences de nos activités s’amplifient mais cette saison a épargné les apiculteurs.

Un seul regret pour cette année ; ne pas avoir pu organiser de visites de ruchers (trop compliqué dans le contexte sanitaire actuel, trop de risques liés au prêt de vareuses).

Du point de vue de mon installation agricole, que je vous remercie de soutenir (on ne peut pas dire que ce soit simplifié dans le contexte actuel !), mon programme était de créer mon entreprise (je suis en test d’activité agricole, en contrat CAPE, avec  la SCIC Champs du Partage depuis 2 ans) au mois d’Avril, mais l’attente sans fin d’une réponse à ma demande de Permis de Construire et la crise de Covid ont décalé cette échéance. Et c’est avec un grand plaisir que j’ai obtenu un avis positif à ma demande de Permis de Construire fin Juillet (après seulement 11 mois d’instruction et 8 mois d’étude) !

Inutile de préciser comment la charge administrative a simplifié et simplifie mes mois d’Août et Septembre (reprise des discussions avec la banque, reprise des dossiers et prévisionnels, reprise des chiffrages des travaux et discussions avec les entreprises, montage en urgence des demandes de subventions – avec des échéances de dépôt finement décalées d’Avril à début Septembre, étant bien connu de tous que le mois d’Août et le post-confinement sont les meilleurs moments pour obtenir des devis en urgence et communiquer avec les administrations…).

Comme me le faisait très justement remarquer le président de Champs du Partage « tu as fini une période de galère à travailler sur le projet et le rendre réalisable, c’est bien de te réjouir, mais tu entres dans une période de galère encore plus énorme avec les travaux et le lancement de ton entreprise ! ». Tout d’un coup, je m’interroge, sagesse et clairvoyance sont-elles des qualités souhaitables à acquérir ?.. Bref… j’aurais certainement du temps pour philosopher plus tard, un jour…

Je maintenais le suspens depuis quelques temps, mais je peux maintenant officiellement vous annoncer que – sous réserve de la bonne mise en place de tous les financements, et que mon cerveau arrive à gérer jusqu’au bout cet enchevêtrement de complexités administrativo-technico-financières - je vais donc acheter une ferme à rénover dans un environnement naturel fabuleux (et producteurs des meilleurs nectars pour mes abeilles !). Issu de la protection de la nature, j’ai commencé à travailler avec le Conservatoire Régional des Espaces Naturels et le secteur est en cours de classement. La ferme va permettre de développer un projet global que j’ai hâte de vous détailler !

Dans un premier temps, si la saison prochaine le permet, j’organiserais les visites de ruches pour mes parrains dans le rucher de la vallée, au pied de ma ferme, afin de vous faire découvrir cet écrin,

Vous remerciant pour votre soutien et les échanges positifs que nous avons suite aux envois de nouvelles (avec tous les regrets de ne pas toujours avoir le temps rapidement de répondre à toutes les demandes),

Sincères salutations apicoles,

Denis

 

Voir toutes ses actualités

Le Rucher connecté La Ruche.bio

Le Rucher connecté La Ruche.bio

Le rucher parrainé par un « Toit pour les abeilles » est situé au cœur d’une vaste forêt (3 km de rayon) afin de garantir la production de Miels Bio.
Cette forêt de Charente Limousine est classée en ZNIEFF de type 1 (Zone Naturelle d’Intérêt Ecologique, Faunistique et Floristique)
au sein d’un vaste ensemble naturel avec rivières, prairies et boisements (classé en ZNIEFF de type 2).

Ce rucher environné de feuillus et de résineux est un véritable sanctuaire pour les abeilles
qui y trouvent toute l’année des ressources de qualité !
Ce rucher permet de produire des Miels certifiés AB (Agriculture Biologique – France, certification par Ecocert)
de Châtaigner, Acacia, Forêt, voire de Ronce et Callune (« Bruyère »).
Des miels authentiques issus de la flore naturelle !

Que se passe-t-il ce mois-ci sur votre rucher ?

Introduction



Le mois de novembre marque l’entrée en hivernage de la colonie.
Si les températures clémentes des dernières semaines pouvaient laisser planer un semblant d’été indien, l’automne est désormais bel et bien là.
La planche d’envol est déserte et la colonie est organisée pour les mois à venir.
Que se passe-t-il dans la ruche en novembre ?



Les temp&eac...




Imprimer la page

Retour