Terres du sud foie gras

Logo Terres du sud foie gras

Terres du Sud est un groupe coopératif agricole et agro-alimentaire implanté entre Guyenne, Gascogne et Périgord. Ce territoire aux terroirs variés a développé une agriculture diversifiée, reconnue pour la grande variété et la qualité de ses produits. L’agriculture y occupe un rôle central, aussi bien économique que social, environnemental ou paysager. La branche foie gras de Terres du Sud est responsable de la production de canards gras sous signe de qualité IGP Canard à foie gras du Périgord. Découvrez notre site Internet : www.terres-du-sud.fr


Voir leur site internet

A travers sa démarche RSE, le groupe Terres du Sud se propose de construire ensemble l’agriculture de demain, innovante et responsable. Les producteurs adhérents de la branche foie gras de Terres du sud foie gras ont développé depuis 2015 une action de plantation d’arbres sur les parcours à canards qui a abouti à la plantation de 7 000 arbres jusqu’à aujourd’hui. Cette action a pour but une amélioration du bien-être animal et un enrichissement de la biodiversité sur nos exploitations. Le parrainage de ruche et la sauvegarde des abeilles s’inscrivent dans la logique à notre engagement.

La ruche en images

  • La ruche Terres du sud foie gras
  • La ruche Terres du sud foie gras
  • La ruche Terres du sud foie gras

L'apiculteur : Isabelle MANSAIS

UTPLA apiculteur Isabelle MANSAIS

La Papillonne est une entreprise apicole créée en 2010. Elle tient son origine à une passion forte que j’ai eu très tôt pour les abeilles…
Je suis installée depuis 9 ans à présent. Juste avant ce projet apicole, j’étais technicienne / responsable en élevage porcins.
Dans mon jeune âge j’ai fait un BTS ACSE à Bourges.
Actuellement, je compte quelques 200 ruches sur plusieurs ruchers et j’élève mes propres reines.
Aujourd’hui, face aux pertes annuelles qui touchent toute la filière, j’ai besoin d’augmenter mon cheptel pour parer aux pertes annuelles et améliorer la qualité de mon travail (achats de matériels etc…).
C’est la raison pour laquelle j’ai souhaitais participer à l’aventure d’Un Toit Pour Les Abeilles.
Je vous propose aujourd’hui de soutenir mon activité en parrainant des ruches chez moi.
Je voudrais aussi sensibiliser les personnes au milieu apicole et les informer des difficultés de notre métier. Parler de l’abeille, sa fragilité et son rôle essentiel dans la nature.
Et puis, j’aimerais que ma fille, qui prépare un BTS PA puisse me rejoindre sur l’exploitation.

Nouvelles printanières de nos abeilles

Chères marraines et parraines du rucher de la Papillonne.
Je vous adresse ces quelques mots pour vous donner des nouvelles de nos petites périgourdines.

Elles vont bien ! Elles ont tout juste fini de butiner toutes les premières fleurs de printemps.
Elles n’en n’ont laissé aucune de côté croyez-moi ! Elles vont désormais s’attaquer à l’acacia.
J’espère que la météo sera clémente et nous permettra de belles récoltes.
Seule petite inquiétude par chez nous, le retour du frelon asiatique, prédateur numéro 1 de nos abeilles en ce printemps.

Je vous dis et redis merci pour votre aide essentielle !

A très bientôt,
Isabelle M.

Voir toutes ses actualités


Le Rucher de la Papillonne

Le Rucher de la Papillonne

Nos ruches se situent sur plusieurs ruchers distincts pour bénéficier de floraisons variées.
Principalement sur deux secteurs qui se démarquent par rapport aux autres…
Le premier se situe au niveau de l’exploitation.
Les abeilles peuvent y apprécier différentes floraisons riches et variées : Acacia, Châtaignier, Tilleul, et toutes Fleurs.
Le second rucher se situe à 15km environ. Les abeilles y butinent principalement du Châtaignier ainsi que du Forêt.

Que se passe-t-il ce mois-ci sur votre rucher ?

Que se passe-t-il dans la ruche en juillet ?

Introduction
Alors que la vie semble reprendre prudemment son cours en France avec la réouverture des restaurants et des cinémas,
nous gardons en tête cette parenthèse qui a permis à la nature de s’épanouir loin des activités humaines, pendant quelques mois.
Saurons-nous tirer des conclusions et faire évoluer nos modes de consommation pour préserver cette biodiversité q...




Imprimer la page

Retour