SICK

Logo SICK

 

SICK est un leader mondial des capteurs intelligents et des solutions pour les domaines de l’automatisation industrielle, de la technologie des capteurs destinés au contrôle de procédés, de la logistique et des processus. C’est à partir de longues années d’expérience et fort de 6000 collaborateurs à travers le monde que naissent précisément les produits qui aident les clients SICK à organiser plus efficacement leurs processus. SICK est en mesure de maîtriser des solutions d'un domaine à l'autre, que cela soit dans le monde de l'Identification, de la Détection, de la Vision ou encore de celui de la Sécurité.

Chacun des 130 collaborateurs SICK France est responsable et apporte une contribution personnelle dans un souci de qualité de développement. 


Voir leur site internet

Tout ce qui est important pour l'environnement est depuis scrupuleusement suivi chez SICK.

Dès 2006, tous les sites allemands ainsi que les filiales ont été certifiées selon la norme DIN EN ISO 14001:2005 (ainsi que DIN EN ISO 9001:2000 et DIN EN ISO 14001:2005 pour toutes les filiales et son usine hongroise en 2007). Cette norme internationale fournit des lignes directrices pour la réduction de consommation d'eau et d'énergie, ainsi que pour l'utilisation des matières première lors de la fabrication des capteurs.
Mais, SICK va plus loin encore, en effet  le siège du groupe (situé à Waldkirch en Allemagne) produit sa propre « électricité verte » grâce à son installation solaire installée sur le toit de son centre logistique, allant jusqu’à lui permettre d’alimenter le réseau urbain de la ville de Waldkirch.
 
SICK a développé toute une gamme de capteurs d’analyse de gaz de combustion et de liquides ou de mesure de poussières spécifiquement dédiés aux environnements industriels difficiles. Cela va de la surveillance des émissions des centrales électriques, des usines d'incinération de déchets, des cimenteries ainsi que des industries pétrochimiques et chimiques jusqu’à la vérification la qualité de l'air dans les tunnels routiers.
 
Depuis longtemps, SICK est un partenaire fiable et respectueux de l’environnement. C’est donc tout naturel que SICK France s’associe à la protection des abeilles. Quelle meilleure ouvrière de vérification de la qualité des rejets dans l’atmosphère des usines équipées des capteurs SICK.

Les ruches en images

  • La ruche SICK
  • La ruche SICK
  • La ruche SICK
  • La ruche SICK
  • La ruche SICK
  • La ruche SICK
  • La ruche SICK
  • La ruche SICK
  • La ruche SICK
  • La ruche SICK
  • La ruche SICK
  • La ruche SICK
  • La ruche SICK
  • La ruche SICK
  • La ruche SICK
  • La ruche SICK
  • La ruche SICK
  • La ruche SICK
  • La ruche SICK
  • La ruche SICK
  • La ruche SICK
  • La ruche SICK
  • La ruche SICK
  • La ruche SICK
  • La ruche SICK
  • La ruche SICK
  • La ruche SICK
  • La ruche SICK
  • La ruche SICK
  • La ruche SICK
  • La ruche SICK
  • La ruche SICK
  • La ruche SICK
  • La ruche SICK
  • La ruche SICK
  • La ruche SICK
  • La ruche SICK

JT de 13h TF1 avec Sarah

Reportage consacré à Sarah et au projet Un toit pour les abeilles diffusé le samedi 27 Août 2016. Cliquez en dessous pour visualiser l'extrait.

L'apiculteur : Sarah H.

UTPLA apiculteur Sarah H.

Sarah, apicultrice depuis 2007 est installée à Moussey, dans les Vosges.

Sarah s'est reconvertie professionnellement de 2004 à 2007, et quoiqu'au démarrage son exploitation comptait 26 ruches, elle en gère maintenant 300.
Sarah est aussi très attentive aux questions environnementales et utilise des peintures 100 % naturelles.

En plus de la production de miel, de reines et d'essaims, Sarah se lance dans la récolte de gelée royale à destination des particuliers, ainsi que celle de la récolte de propolis pour les laboratoires pharmaceutiques.

Une année 2018 déroutante

Les années se suivent, déjà 11 ans d’apiculture…et 8 ans avec vous, mes parrains sans qui rien n’aurait été possible; Alors, MERCI du fond du Cœur. Et un merci à toute l’équipe d’un toit pour les abeilles.
Pour la première fois, j’ai commencé l’année apicole en travaillant sans mon mari (opéré du cœur en début d’année). Aujourd’hui tout va bien, et là notre fils Lucas (le rucher d’Osiris) a répondu présent. La relève est assurée.
J’ai eu l’aide d’une stagiaire pendant 10 semaines durant la saison qui habite à 15km de chez nous, Valérie. On a passé de superbes moments, une très belle rencontre.



Cela fait la 5ème stagiaire en 8 ans, dont 3 se sont installés. L’apiculture c’est aussi transmettre…
L’année 2018 fut spéciale tant par une météo exceptionnelle que par le comportement des abeilles.

Ci-dessous la capture d’écran d’une de mes balances connectées. Et oui, c’est une source d’informations super précise. Elle me permet de savoir s’il faut ramener des hausses (grenier à miel) ou si elles n’ont plus rien à manger. C’est un gain de temps et d’argent car plus de déplacement superflu. L’année dernière elle m’a permis de venir tout de suite récupérer l’essaim (car un mail d’alerte m’a été envoyé…)



Le travail aux ruchers :
En début de saison de mi-avril à fin mai, j’ai divisé les ruches les plus fortes pour recréer de nouvelles colonies pour pallier aux mortalités de l’hiver 2017 et pour essayer de limiter les futures mortalités de l’hiver 2018.
J’ai recréé 60 colonies et mis l’accent sur l’élevage de reines pour la saison 2019.



Nous avons eu une vague d’essaimages, fin mai.



Nous avons eu un été merveilleux avec très peu de pluie, et heureusement la rosée du matin nous a apporté de l’eau pour nos abeilles.
Mais fait incroyable la situation a changé au 13 juin, elles ont commencé à ramener du miel et elles n’ont pas arrêté jusqu’ au 20 août.

Du miel de Forêt /Montagne, et pour certaines du miel de Sapin. C’est la première fois en 11 ans que je produits 2 années de suite du Sapin.
Le revers de la médaille avec le sapin c’est que les abeilles ont des soucis de noséma (article de l’année dernière) si l’hiver est long et humide … donc croisons les doigts.
J’ai déplacé 3 ruchers (60 colonies) car l’hivernage 2017 s’était pas bien passé. Trop de vent en hiver. L’apiculture c’est une remise en question à chaque nouvelle situation.



Un nouvel abri a été fabriqué en juin pour vous recevoir dans de bonnes conditions lors de nos portes ouvertes. Date à retenir le samedi 15 juin 2019.
C’est une journée magnifique que j’affectionne beaucoup car je peux vous expliquer de vive voix mon métier qui est très dur, mais tellement passionnant. Merci pour ce moment de partage.



Donc une année très intense à titre personnel, mais surtout une année comme je les aime avec soleil-miel-pollen à profusion pour nos abeilles.
J’ai créé un blog très récemment https://miel-et-nature.fr/ j’y mettrais au fur et à mesure des mois les divers travaux.

Je vous souhaite à toutes et tous de très belles fêtes ! Vos pots de miel sont partis il y a quelques jours, vos abeilles vous gâtent pour les fêtes.
Je vous fais une Biz !
Sarah

Voir toutes ses actualités


Le rucher de la Vallée du Rabodeau

Le rucher de la Vallée du Rabodeau

Le rucher est situé dans le Parc Régional de la Forêt des Vosges, en plein cœur de la vallée du Rabodeau.

Il est niché à flanc de montagne, à 500 m. d'altitude, bordé d'une forêt de 12 ha composée de pins, épicéas, hêtres et bouleaux et arrosé par une rivière.

Ce cadre permet aux abeilles de butiner des essences de montagne : sapin, fleurs d'altitudes...
Le miel ainsi récolté est un miel de montagne issu de miellats (miel de sapins, bouleaux...) qui est une grande source d'apport en acides aminés.
Liquide à sirupeux (avant cristallisation) et foncé, il est très aromatique et de saveur douce et maltée. En fonction de l'emplacement des ruches et des floraisons alentours, la proportion en fleurs d'altitude peut y être plus importante ainsi, Sarah vous proposera alors un miel de même consistance, de couleur plus clair et fleuri avec des notes de sous-bois.

Que se passe-t-il ce mois-ci sur votre rucher ?

Actus abeilles
En préambule des nouvelles des abeilles, nous vous transmettons les premiers résultats d’une enquête nationale relative aux mortalités des colonies d’abeilles durant l’hiver 2017/2018.
Cette étude a été menée à grande échelle par la Plateforme ESA (Epidémiosurveillance Santé Animale). Elle a été réalisée auprès de la filière et a obtenu ...




Imprimer la page

Retour