MANAGIMO

Logo MANAGIMO

La ruche en images

  • La ruche MANAGIMO
  • La ruche MANAGIMO
  • La ruche MANAGIMO
  • La ruche MANAGIMO
  • La ruche MANAGIMO
  • La ruche MANAGIMO

L'apiculteur : Rémi FELICIANNE

UTPLA apiculteur Rémi FELICIANNE

J’ai été apiculteur amateur pendant 10 ans, puis je suis passé professionnel en 2017.
J'ai une formation d'éducateur environnement. Je suis également diplômé de l'école d'apiculture de Vesoul, et suis formé à la production de gelée royale.
J'ai effectué mon stage chez Philippe KINDTS, dans le Gers, lui-même déjà apiculteur du réseau Un toit pour les abeilles.
Il m’a beaucoup aidé dans mon orientation vers l’apiculture professionnelle.

J'ai commencé avec 2 ruches au fond de mon jardin grâce à un ami qui m'a montré les premiers gestes en apiculture.
J'ai ensuite augmenté mon cheptel très rapidement, et je possède aujourd’hui une centaine de ruches notamment de race Buckfast et de l'abeille noire.

Je suis en conversion bio et dès 2019, ma production sera labellisée !
J'ai travaillé pendant huit ans pour une enseigne BIO. C’est pour cela que j'ai une sensibilité particulière pour l'agriculture biologique, et que naturellement mes ruches sont élevées selon ce mode.
J’ai souhaité tout naturellement rejoindre Un toit pour les abeilles, parce que j’ai envie de vous partager ma passion et vous faire découvrir notre univers, tout en protégeant nos précieuses abeilles.
J’ai même transmis le virus des abeilles à mon beau-frère, Frédéric, qui m’épaule aujourd’hui dans mon activité !

Quelques nouvelles avant les fêtes

LES RUCHERS DE FELY
Je vous donne quelques nouvelles de la saison apicole qui vient de s'achever...

HIVERNAGE

La mise en hivernage a débuté pour nous fin septembre, début octobre.
Pour ce faire, nous vérifions que les colonies sont suffisamment populeuses, et que les réserves de miel occupent une bonne partie de la ruche,
pour que les abeilles puissent passer l'hiver convenablement.
Nous réduisons également le nid a couvain en partitionnant les ruches afin de réduire le volume des ruches, pour garder une chaleur suffisante
dans la ruche pour ne pas que les abeilles dépensent trop d’énergie à chauffer la ruche.

TRAITEMENT VARROA

Nous procédons aussi au traitement contre le varroa destructor, un petit acarien qui suce l’hémolymphe de l'abeille et fini par tuer la colonie,
si on ne le maîtrise pas.
Nous traitons à l'acide formique c'est un acide organique, validé par le cahier des charges de l'agriculture biologique.
Nous faisons deux passages à trois semaines d’intervalle en posant des éponges imbibées directement sur la tête de cadre de la ruche.
Nous devons traiter quand les températures ne dépassent pas le 25° ce qui repousse bien souvent le traitement relativement tard dans le sud-ouest,
car l'automne est souvent chaud et sec.

FRELON ASIATIQUE

Voilà une calamité que nous nous serions bien épargnés.
Nous sommes littéralement envahis et agressés par ce parasite, qui mange nos abeilles une par une.
Nous sommes bien impuissants face à ce fléau. Nous réduisons au maximum l'entrée des ruches pour ne pas qu'il rentre dans la ruche,
mais le frelon est patient et fourbe...
J'ai prévenu les services de l'état avec vidéo a l'appui. Seule réponse « il faut réduire les entrées »
Merci nous savons encore faire notre travail … Le problème du frelon devient de plus en plus compliqué à gérer, et la marge de manœuvre
pour les apiculteurs déjà bien mince.

LES INTEMPERIES

Les fortes pluies de cette mi-décembre nous ont aussi causé quelques soucis. En effet nous avons un rucher près d'un petit ruisseau qui
reste mignon et paisible la plus par du temps, mais quand dame nature se détraque, ou se fâche, après trois jours de pluies digne d'une mousson,
le petit ruisseau est   sorti de son lit, ce qui a permis de donner une vue sur mer à nos abeilles.
Plus de peur que de mal, mais encore un message qui nous rappelle que nous ne sommes pas grand-chose face à la volonté de la nature.

LA COMMERCIALISATION

Nous sommes toujours sur les marchés du département du Lot et Garonne, et du Gers, c'est aussi la période des marchés de noël, nos produits
se vendent bien et les clients nous félicitent régulièrement pour notre production, et nous en sommes bien évidemment très heureux.

CONCLUSION

Nos abeilles sont normalement dans de bonnes conditions pour passer l'hiver, mais nous avons plusieurs facteurs externes
qui nous donnent beaucoup de soucis pour la saison prochaine.
Le frelon est de plus en plus présent exerçant une pression insupportable sur nos ruches.
Des intempéries qui rendent l’accès à nos ruchers très difficile. Des hivers de plus en plus doux raccourcissant l'hivernage des abeilles entraînant
une consommation de nourriture plus grande, avec des risques de famine. Nous faisons au mieux pour mener nos ruches d'une année à l'autre,
mais plus ça va et moins cela dépend de la qualité de notre travail.

Votre soutien en tant que parrain de nos ruches grâce à votre adhésion chez Un Toit Pour Les Abeilles, est pour nous très important,
et nous vous en remercions grandement.
Les ruchers de Fely vous souhaitent de bonnes fêtes de fin d'année, et plein de jolies choses pour l'année 2020.   

Rémi

Voir toutes ses actualités


Les ruchers de Fely

Les ruchers de Fely

Le rucher se situe à Astaffort, un petit village du Lot et Garonne pas tellement connu pour son miel, pourtant très savoureux, mais surtout pour être le village natal de Francis Cabrel, un enfant du village qui habite toujours sur la commune.
Nous avons la chance, Frédéric et moi, d’adoucir la voix du chanteur grâce à notre miel justement…
La région Astaffortaise est une région de polycultures élevages. Le paysage est essentiellement agricole et vallonné, un mélange de cultures et de prairies. Quelques bois matérialisent le haut des collines.
Aujourd'hui j'ai à peu près une centaine de ruches dites « Dadant », transhumantes et sédentaires.
Je transhume essentiellement pour l'acacia en bordure des Landes de Gascogne, et pour le châtaignier en Dordogne.
Nous produisons ainsi différentes variétés de miel : Fleurs de Printemps, Fleurs d’Eté, Acacia ou encore Châtaignier…
Nous produisons aussi du pollen, de la propolis, du pain d’épices, différentes préparations à base de miel.

Que se passe-t-il ce mois-ci sur votre rucher ?

Que se passe-t-il dans la ruche en mars ?

Introduction
« Si de toute l'année le pire des mois est février, méfie-toi aussi de mars et de ses giboulées »
Ce proverbe français de 1816 est toujours d’actualité en 2020, où le mois de février a été particulièrement rigoureux : les écarts de températures et les vents violents ont provoqué de nombreux dégâts parto...




Imprimer la page

Retour