Alice Délice Nantes

L'apiculteur : Arielle et Eric MAIDON

UTPLA apiculteur Arielle et Eric MAIDON

Eric : J'ai travaillé longtemps comme plombier chauffagiste. Mais quand j'ai eu 50 ans,
j'ai dit « Stop ! Maintenant je vais faire ce que j'ai envie de faire ! » et je suis reparti à l'école pour passer un BPREA d'apiculture.
Après avoir acheté 25 ruches en 2013, j'ai construit les autres et commencé à agrandir mon cheptel.
En 2018, celui-ci s'élevait à environ 200 colonies et obtenait une certification AB.
Arielle : J'étais institutrice depuis une trentaine d'années. J'ai pris ma retraite et je me suis engagée avec lui dans cette nouvelle voie.
Je donne un coup de main au rucher et à la miellerie, mais je m'occupe plutôt de la transformation (granolas, gâteaux, pâtes à tartiner...) et des marchés.
Je garde un contact avec l'éducation en animant parfois des ateliers de sensibilisation au peuple des abeilles, auprès des enfants d'âge scolaire.
Cette nouvelle vie nous satisfait, elle est cohérente avec nos envies d'écologie et de mieux vivre, et nous avons l'impression de contribuer à une alimentation plus saine avec nos produits !
Le parrainage de ruches avec Un Toit Pour Les Abeilles est pour nous une réelle opportunité de faire face aux difficultés auxquelles sont confrontées les abeilles et les apiculteurs de nos jours.
Merci pour tous vos parrainages !

Nouvelles de vos apiculteurs

Chères marraines et chers parrains

Tout d'abord, nos excuses pour ne pas vous écrire plus souvent !
En été, la saison bat son plein et nous sommes un peu dépassés par le temps : travail au rucher, traitements des abeilles, transhumances, récoltes, extraction, mise en pots, marchés...
Actuellement, nous sommes en pleine récolte/extraction du miel de sarrasin, qui promet d'être satisfaisante. Enfin ! Car cette saison n'a pas été aussi bonne qu'elle le promettait au printemps.
Il ne vous a pas échappé que la météo a joué contre nous pendant des semaines : le miel de printemps amassé par nos abeilles a donc servi à les nourrir et il n'est rien resté pour les apiculteurs...

Par la suite, la transhumance vers l'acacia s'est soldée par un échec, la pluie permanente ayant ravagé la floraison. Il a fallu de nouveau nourrir les colonies.
Pas de châtaignier non plus, nous avons cependant récolté un excellent miel de miellat, pas en grosses quantités malheureusement.

Les transhumances vers le tilleul puis le sarrasin ont été plus satisfaisantes : récolte moyenne sur le tilleul mais il est excellent !
Quant au sarrasin, le beau temps étant enfin au rendez-vous, il se montre généreux.
Nos avettes terminent la saison en mission pollinisation sur le tournesol où elles ont l'air de se régaler. Le miel obtenu servira à nourrir les colonies durant l'hivernage.

Tout cela en tentant de remonter le cheptel qui avait subi de lourdes pertes en sortie d'hivernage : division des colonies, achats de nouvelles reines... et chasse aux essaims sauvages qui sont pour nous un petit plus!

Nous testons également un nouveau traitement bio contre le varroa en priant pour son efficacité ...
Un petit mot sur le miel de sarrasin : la culture de cette fleur était quasi inconnue dans notre région il y a encore quelques années, mais maintenant on en trouve un peu partout.
Plante bien mellifère, elle fait le bonheur de nos abeilles car sa floraison est particulièrement longue.
Son nectar donne un miel foncé, goûteux et souvent très apprécié malgré son odeur prononcée !
De plus, il a des vertus intéressantes : c'est LE miel à consommer en cas de fatigue, d'anémie ou de problèmes digestifs. En plus de son côté revitalisant, c'est un excellent cicatrisant, comme le miel de châtaignier.

Bref, pour nous ce fut une belle découverte, et son succès sur les marchés confirme notre avis. Vous avez pu en goûter lors du dernier envoi de pots et nous espérons que vous l'aurez apprécié autant que nous !

Merci encore à toutes et à tous pour votre soutien, qui cette année encore, prend tout son sens.

Eric & Arielle... et leurs abeilles !

 

Voir toutes ses actualités


Le Rucher La Patte dans le Pot

Le Rucher La Patte dans le Pot

Le rucher est situé chez nous dans le Gers, avec environ 200 ruches dont 160 actuellement en production.
Etant situés à l'intersection du Gers, de la Haute-Garonne et des Hautes-Pyrénées, nous sommes idéalement placés pour effectuer de petites transhumances vers des zones mellifères :
tilleul, châtaignier et suivant les années bruyère callune dans le piémont pyrénéen, acacia, tournesol et sarrasin en plaine.
Également colza et tournesol en miel conventionnel.

Que se passe-t-il ce mois-ci sur votre rucher ?

Que se passe-t-il dans la ruche en septembre ?
Introduction
Si le mois de septembre rime avec fin des vacances pour nombre d’entre nous, il n’en est pas de même pour les abeilles !
Pour elles est venu le temps de se reposer. La saison touche déjà à sa fin et nos chères butineuses sortent de moins en moins de la ruche.
Profitons de cette accalmie pour revenir sur cette année apicole particulièrement difficile, tant pour les abeille...




Imprimer la page

Retour