Conseil Conception & Réalisation

Logo Conseil Conception & Réalisation

La ruche en images

  • La ruche Conseil Conception & Réalisation
  • La ruche Conseil Conception & Réalisation
  • La ruche Conseil Conception & Réalisation

J'ai toujours travaillé avec de l'Abeille Noire depuis mes débuts.
Je voulais faire quelque chose d'utile à mon petit niveau et essayer de sauvegarder cette Abeille Noire ancestrale et endémique, "Apis Mellifera Mellifera".
Elle est plus résistante par sa rusticité naturelle. Elle était là aussi, bien avant nous, c’est la raison pour laquelle elle a toute sa place sur nos ruchers.
Je vois déjà les dégâts causés par l'importation et l'invasion des plantes ou des animaux (exemple: le frelon asiatique) et les conséquences sur les biotopes locaux sont dramatiques!
Les abeilles noires du rucher bénéficient d’une flore variée, entre champs de pissenlit au printemps et forêts d’acacias et de châtaigniers…
Pour préserver l’Abeille Noire locale, j’ai créé un lieu spécifique à la fécondation des reines, éloigné des autres ruchers voisins potentiellement environnants.
Je le nomme le rucher de fécondation temporaire.
Je prépare ensuite l'emplacement d'un nombre de ruches suffisant pour participer à la fécondation des reines.
Deux jours avant les vols de fécondation, je place les ruches souches contenant des mâles pour la fécondation et le lendemain j’y place mes ruchettes.
La fécondation doit se dérouler 2 ou 3 jours plus tard sans qu’aucun mâle d’autres ruchers extérieurs, n'aient eu le temps de repérer les phéromones des reines noires.
Ensuite une fois fécondée par les mâles noirs elle va pondre toute sa vie des larves d'abeilles noires et l'essaim sera de race noire durant toute la vie de la reine.
On peut donc ramener cet essaim sur le rucher principal et même le disposer ailleurs si on le souhaite.
Voilà comment je fonctionne. Cette méthode d’essaimage artificiel, permet d’avoir une reine élevée et fécondée naturellement et donc de respecter un maximum la nature.
Cela demande beaucoup de temps et un travail de minutie.
Merci à toutes celles et ceux qui soutiennent cette initiative au travers le parrainage et qui ont compris l’enjeux de réintroduire l’Abeille Noire ancestrale.

L'apiculteur : Manuel VIGNERON

UTPLA apiculteur Manuel VIGNERON

Manuel (35ans) est apiculteur amateur depuis 2014, dans le massif central en Corrèze (le pays vert) aux portes du parc naturel de millevaches en Limousin.
Il s'est formé au rucher école de Brive la Gaillarde, mais surtout grâce aux lectures qui lui ont permis d'essayer de nombreuses techniques pour se perfectionner.

Il possède actuellement 70 ruches dadant où les abeilles butinent dans ce lieu paisible et naturel encore préservé qui fait leur bonheur.
Son objectif est d'atteindre une centaine de ruches environ dans le but de garder une production de miel et une méthode de travail artisanale: (réduction maximale du matériel électrique et thermique qui se résume à son véhicule et son extracteur électrique)!!!

La sauvegarde de l'abeille noire endémique de sa région mieux adaptée au climat et à la végétation, reste sa priorité.
Il développe par ailleurs un élevage naturel (tenant compte de la biologie collective des abeilles) pour proposer des essaims à la vente pour la filière apicole.
La sauvegarde de la biodiversité le préoccupe beaucoup, c'est pourquoi il n'utilise aucun produits chimiques ni dans la ruche, ni aux alentours.
L'extraction et le conditionnement du miel se font température ambiante, il n'est donc jamais chauffé.

Sa priorité n'est pas de produire un maximum de miel mais d'en laisser suffisamment aux abeilles pour la bonne santé de ces dernières.

Manuel a obtenu en 2017 l'attestation de conformité Nature et Progrès pour l'ensemble de ses ruchers et ses miels !
Ce label certifie une apiculture biologique et paysanne, qui intègre aussi des notions éthiques, environnementales et sociales dans le cahier des charges...

Mais quel mois d'Avril!

Bonjour à tous!

Ce cher mois d’avril tant attendu nous a apporté un spectaculaire scénario catastrophe digne de Hollywood, combiné à une sécheresse qui dure depuis le 15 février (à peine 100mm de pluie en 2 mois et demi). Tout cela nous donne un moment très difficile à passer pour les abeilles et une perspective plutôt sombre pour la saison!

On avait presque oublié qu'il pouvait faire froid pendant 1 mois à cause du réchauffement climatique. Pourtant, les lois de la physique ne changeant pas et notre position géographique restant située à peu près aussi proche des pôles que de l'équateur, il peut faire franchement plus frais que la moyenne. Ce mois d'avril est en train de nous le rappeler de manière bien nette!

La température moyenne d'avril semble être largement en dessous des normales dans quasiment toute la France , et en Corrèze nous avons eu une dizaine de matinées avec des gelées qui ont pu s'avérer parfois très fortes (j'ai relevé presque -10 degrés dans ma serre à un moment, j'ai d'ailleurs fixé le thermomètre un petit bout de temps pour y croire)!

La suite vous vous en doutez, les fleurs et les bourgeons d'une grande majorité de plantes ont été anéantis, car évidemment avec les fortes températures de fin mars (plus de 25 degrés....) la nature avait commencé son réveil! Donc, depuis fin mars, les abeilles n'ont plus rien à manger ou presque.  Elles consomment plus de nourriture qu'elle ne peuvent en rapporter, car à l'intérieur de la ruche il y a des milliers de larves à nourrir en plus des abeilles...

Mon travail se résume à surveiller leurs réserves de miel et pour certaines je suis obligé de leur apporter de la nourriture en complément pour ne pas les perdre!

Même le temps plus agréable à la fin du mois ne leur à pas profité car la végétation commence juste à se rétablir et la sécheresse n'arrange rien. En plus, une partie des bourgeons d'acacia à gelé, pour l'autre partie je n'ai pas d'assurance que les fleurs vont bien se développer... L'élevage d'abeilles noires commence très mal aussi...

Enfin je vais arrêter là,  je pense que vous avez compris l'histoire... mais ça me fait quand même du bien de l'écrire et de vous en faire part!

Merci à tous pour votre soutien et j'espère revenir avec des bonnes nouvelles et du miel aussi pourquoi pas...

Manuel

 

Voir toutes ses actualités


Le Rucher de l'Abeille Noire Limousine

Le Rucher de l

J'ai toujours travaillé avec de l'Abeille Noire depuis mes débuts.
Je voulais faire quelque chose d'utile à mon petit niveau et essayer de sauvegarder cette Abeille Noire ancestrale et endémique, "Apis Mellifera Mellifera".
Elle est plus résistante par sa rusticité naturelle. Elle était là aussi, bien avant nous, c’est la raison pour laquelle elle a toute sa place sur nos ruchers.
Je vois déjà les dégâts causés par l'importation et l'invasion des plantes ou des animaux (exemple: le frelon asiatique) et les conséquences sur les biotopes locaux sont dramatiques!
Les abeilles noires du rucher bénéficient d’une flore variée, entre champs de pissenlit au printemps et forêts d’acacias et de châtaigniers…
Pour préserver l’Abeille Noire locale, j’ai créé un lieu spécifique à la fécondation des reines, éloigné des autres ruchers voisins potentiellement environnants.
Je le nomme le rucher de fécondation temporaire.
Je prépare ensuite l'emplacement d'un nombre de ruches suffisant pour participer à la fécondation des reines.
Deux jours avant les vols de fécondation, je place les ruches souches contenant des mâles pour la fécondation et le lendemain j’y place mes ruchettes.
La fécondation doit se dérouler 2 ou 3 jours plus tard sans qu’aucun mâle d’autres ruchers extérieurs, n'aient eu le temps de repérer les phéromones des reines noires.
Ensuite une fois fécondée par les mâles noirs elle va pondre toute sa vie des larves d'abeilles noires et l'essaim sera de race noire durant toute la vie de la reine.
On peut donc ramener cet essaim sur le rucher principal et même le disposer ailleurs si on le souhaite.
Voilà en gros pour vous expliquer comment je fonctionne. Cette méthode d’essaimage artificiel, permet d’avoir une reine élevée et fécondée naturellement et donc de respecter un maximum la nature.
Cela demande beaucoup de temps et un travail de minutie.
Merci à toutes celles et ceux qui soutiennent cette initiative au travers le parrainage et qui ont compris l’enjeux de réintroduire l’Abeille Noire ancestrale.

Que se passe-t-il ce mois-ci sur votre rucher ?

Que se passe-t-il dans la ruche en mai ?

Introduction
Au mois de mai, la ruche bourdonne de toutes parts et son activité est à son maximum.
Les abeilles profitent d’une très grande variété de fleurs à butiner. Elles rapportent à la ruche d’importantes quantités de pollen et de nectar.
Pour les amoureux des abeilles, cette période de l’année est la plus riche pour les observer à l’œu...




Imprimer la page

Retour