Atelier Bizet

La ruche en images

  • La ruche Atelier Bizet
  • La ruche Atelier Bizet
  • La ruche Atelier Bizet
  • La ruche Atelier Bizet
  • La ruche Atelier Bizet

L'apiculteur : Alexandre BOUVIER

UTPLA apiculteur Alexandre BOUVIER

Je m'appelle Alexandre Bouvier (33 ans). Mon intérêt pour la nature et les plantes m'a poussé à aller découvrir le monde merveilleux des abeilles en 2015.
Après deux saisons auprès d’apiculteurs confirmés dans le Tarn et en Lot-et-Garonne, je me suis lancé avec mes 10 premières ruches progressivement dans le projet de vivre de ce magnifique métier.
Pour compléter mes acquis, je me suis formé au rucher école local et ensuite fait une formation agricole (BPREA) afin d’avoir toutes les clés pour démarrer cette belle aventure.
Fin 2018, 160 personnes m’ont soutenu dans ma campagne de financement participatif. Grâce à eux, j’ai l’occasion de travailler auprès des abeilles à temps plein depuis le printemps 2019.  
Le sens de l’organisation et du collectif chez l’abeille m’émerveillera toujours !  En tant qu’apiculteur nous avons la chance de la voir évoluer et de faire un métier diversifié et enrichissant.
L’idée du parrainage fleuri fortement dans mon esprit depuis quelques années. Je pense que nos paysages ressemblent de plus en plus à un désert pour les pollinisateurs.
Il est temps que collectivement nous travaillons à repenser nos écosystèmes afin que les divers acteurs replacent le vivant au centre des décisions, que ce soit le particulier dans son jardin,
les collectivités dans leurs gestions de l’espace public, les agriculteurs sur leurs champs, etc.
Le soutien de parrains est pour moi l’une des clés pour recréer les liens entre les divers acteurs concernés et mettre en lumière l’importance de notre biodiversité.

Et puis je souhaite que le parrainage m’aide à réaliser un vieux rêve.
J’aimerais créer des collaborations avec des éleveurs locaux pour que leurs prairies deviennent un paradis aussi bien pour les animaux que les insectes/abeilles.
En retravaillant sur des programmes de plantation de haies et prairies enrichies en fleurs.
Cependant, les éleveurs ont souvent besoin de soutien financier et technique pour mettre en place ces démarches. Ils sont un maillon essentiel pour que la flore de France reste diversifiée !
J’ai actuellement 120 ruches dadant avec des abeilles de diverses races. La diversité c’est bien aussi chez les abeilles.  
Elles sont situées sur divers secteurs pour bénéficier de floraisons durant toute la saison.

Bilan de la saison au rucher

Bonjour à tous,

La saison est encore passée très vite ! C’est déjà l’heure d’enfiler des pulls !

La fin de saison a été un peu plus mielleuse que le printemps. J’ai réussi à faire des récoltes normales de miel de forêt et de fleurs d’été.  Ouf !! Je commençais à me dire que j’allais devoir vite stopper les marchés avec ces minuscules récoltes.

Le changement de climat que nous vivons est décidément peu favorable aux plantes et pollinisateurs. Des épisodes de sécheresse succèdent à des printemps fortement pluvieux. Espérons que l’Homme et la nature arrivent à trouver les clés pour transformer ces changements en opportunité.

Ma compagne Caroline a décidé de monter un conservatoire de plantes mellifères sur notre terrain. L’objectif est d’y faire grandir des plantes à fort intérêt pour les pollinisateurs (abeilles domestiques, abeilles sauvages, bourdons ; papillons ; syrphes, etc..) et de les reproduire dès que possible afin de proposer aux publics des solutions pour participer eux aussi à leur échelle à la sauvegarde des pollinisateurs. Nous sommes confiants ! Nous sentons que la pensée collective est en train d’évoluer positivement !

Du côté des abeilles, fini de porter des hausses et place maintenant à la préparation de l’hivernage.

Cela consiste en trois points essentiels :

-          Réunir les colonies trop petites pour passer l’hiver sereinement

-          Contrôler les provisions et nourrir les colonies trop légères (en général ce sont les essaims qui sont des colonies trop jeunes pour avoir eu le temps de suffisamment faire grossir la population d’abeilles et de collecter des provisions)

-          Traiter contre le varroa qui est la cause numéro 1 de mortalité des abeilles. Cette année, j’essaie avec un acide organique, utilisable en apiculture biologique. Hâte de voir les résultats !

L’automne arrive à grands pas. Elles vont profiter encore quelques jours pour sortir récolter les quelques pollens et nectars encore présents avant de s’installer en grappe afin de maintenir une température qui permettra à l’ensemble des abeilles de passer l’hiver.

Le miel en stock leur permettra d’avoir suffisamment d’énergies pour accomplir cette tâche fastidieuse.

Le lierre est la dernière plante clé de l’année pour les pollinisateurs. Malheureusement c’est une plante souvent mal-aimée essentiellement par un manque de connaissance. Nous ne pouvons donc plus compter dessus. Si vous avez du lierre dans votre jardin, prenez cette occasion pour observer ces derniers spectacles offerts par la nature. Les abeilles, guêpes, frelons et autres espèces sont réunis pacifiquement pour collecter les dernières bonnes gouttes de nectar et collecter les dernières pelotes de pollen avant l’hiver.

 Encore merci à vous !!

Alexandre

 

Voir toutes ses actualités


Le rucher d’Angiroux

Le rucher d’Angiroux

La flore locale permet aux abeilles de butiner au printemps les fleurs des arbres fruitiers (ici notamment les pruniers), buissons sauvages, pissenlit, colza,
ainsi que de l’aubépine, de l’acacia et plus tard dans la saison du miellat et du tournesol.
Durant les périodes de disette, une partie des colonies sont ensuite disposées auprès des bourdaines et bruyères Landaises ainsi que des châtaigniers de Dordogne
afin de leurs apporter des pollens et nectars de qualité. Les abeilles et l’apiculteur sont gagnants !  
Nous profitons des diverses miellées de nos terroirs pour offrir une gamme variée de gouts, couleurs et de textures. Des miels crémeux jusqu'à des miels aromatiques et complexes :
Miel de printemps, d´acacia, de toutes fleurs, de bourdaine, de châtaignier, de foret, de tournesol, du crémeux de printemps et d’été !

Que se passe-t-il ce mois-ci sur votre rucher ?

Introduction :

Les températures baissent, les feuilles des arbres rougissent et nous ressortons les plaids moelleux pour des soirées cocooning :
pas de doute, le mois d’octobre est là ! Les abeilles font aussi face à ce changement de climat et toute la ruche se réorganise pour débuter la saison froide.
Partons en immersion dans le quotidien de nos butineuses préférées en ce début d’automne !


...




Imprimer la page

Retour