HOTELS RENAISSANCE

Logo HOTELS RENAISSANCE

Renaissance est une marque d'Hôtels du groupe hôtelier international Marriott. L’enseigne Renaissance est dédiée aux voyageurs qui savent ce que veut dire « faire de nouvelles découvertes ». Tous les établissements Renaissance du monde sont une véritable source d'inspiration. Optez pour un établissement emblématique chargé d'histoire, un hôtel de charme chic ou un luxueux centre de villégiature. Chaque hôtel Renaissance a sa propre personnalité, avec un style et un charme uniques imprégnés des saveurs de la région. L’hôtel est un lieu où vous ne pourrez jamais vous ennuyer et vous pourrez vous détendre avec élégance. Explorez les destinations les plus intéressantes de la planète et découvrez ce que voyager signifie vraiment. Tous les hôtels Renaissance sauront vous donner le goût de l'aventure....Les voyages doivent éveiller l'imagination.


Voir leur site internet

Ils se sont engagés pour la sauvegarde des abeilles

Le Groupe Marriott est fortement impliqué dans la préservation de l’environnement. Le Groupe a un service dédié à cet engagement, appelé « Marriott Spirit to Preserve » qui signifie « Marriott et l’esprit de préservation ». L’objectif est de préserver l’environnement, de soutenir des actions environnementales, et de réduire la pollution engendrée par son activité. Diverses actions sont menées au sein des Hôtels ; par exemple : implantation d’un système de tri et de recyclage, instauration d’un système de management environnemental, mise en place de pratiques en vue d’une réduction d’énergie, participation à des actions de sensibilisation (Earth Hour, nettoyage…)…. 3 Hôtels Renaissance ont décidé de s’engager à la préservation des abeilles et de la biodiversité. Ces Hôtels Renaissance sont : Renaissance Arc de Triomphe (5 étoiles), Renaissance La Défense (4 étoiles)et Renaissance Le Parc Trocadéro (5 étoiles). Nous avons confié à un apiculteur le soin de produire un miel d’exception pendant que les colonies d’abeilles iront polliniser les végétaux.


La ruche en images

  • La ruche HOTELS RENAISSANCE
  • La ruche HOTELS RENAISSANCE
  • La ruche HOTELS RENAISSANCE
  • La ruche HOTELS RENAISSANCE
  • La ruche HOTELS RENAISSANCE
  • La ruche HOTELS RENAISSANCE
  • La ruche HOTELS RENAISSANCE
  • La ruche HOTELS RENAISSANCE
  • La ruche HOTELS RENAISSANCE
  • La ruche HOTELS RENAISSANCE
  • La ruche HOTELS RENAISSANCE
  • La ruche HOTELS RENAISSANCE
  • La ruche HOTELS RENAISSANCE
  • La ruche HOTELS RENAISSANCE
  • La ruche HOTELS RENAISSANCE
  • La ruche HOTELS RENAISSANCE
  • La ruche HOTELS RENAISSANCE
  • La ruche HOTELS RENAISSANCE
  • La ruche HOTELS RENAISSANCE
  • La ruche HOTELS RENAISSANCE
  • La ruche HOTELS RENAISSANCE
  • La ruche HOTELS RENAISSANCE
  • La ruche HOTELS RENAISSANCE
  • La ruche HOTELS RENAISSANCE
  • La ruche HOTELS RENAISSANCE
  • La ruche HOTELS RENAISSANCE
  • La ruche HOTELS RENAISSANCE
  • La ruche HOTELS RENAISSANCE
  • La ruche HOTELS RENAISSANCE
  • La ruche HOTELS RENAISSANCE
  • La ruche HOTELS RENAISSANCE
  • La ruche HOTELS RENAISSANCE
  • La ruche HOTELS RENAISSANCE
  • La ruche HOTELS RENAISSANCE
  • La ruche HOTELS RENAISSANCE
  • La ruche HOTELS RENAISSANCE
  • La ruche HOTELS RENAISSANCE
  • La ruche HOTELS RENAISSANCE
  • La ruche HOTELS RENAISSANCE
  • La ruche HOTELS RENAISSANCE
  • La ruche HOTELS RENAISSANCE
  • La ruche HOTELS RENAISSANCE
  • La ruche HOTELS RENAISSANCE
  • La ruche HOTELS RENAISSANCE
  • La ruche HOTELS RENAISSANCE
  • La ruche HOTELS RENAISSANCE
  • La ruche HOTELS RENAISSANCE
  • La ruche HOTELS RENAISSANCE
  • La ruche HOTELS RENAISSANCE
  • La ruche HOTELS RENAISSANCE
  • La ruche HOTELS RENAISSANCE
  • La ruche HOTELS RENAISSANCE
  • La ruche HOTELS RENAISSANCE
  • La ruche HOTELS RENAISSANCE
  • La ruche HOTELS RENAISSANCE
  • La ruche HOTELS RENAISSANCE
  • La ruche HOTELS RENAISSANCE
  • La ruche HOTELS RENAISSANCE
  • La ruche HOTELS RENAISSANCE
  • La ruche HOTELS RENAISSANCE
  • La ruche HOTELS RENAISSANCE
  • La ruche HOTELS RENAISSANCE
  • La ruche HOTELS RENAISSANCE
  • La ruche HOTELS RENAISSANCE
  • La ruche HOTELS RENAISSANCE
  • La ruche HOTELS RENAISSANCE
  • La ruche HOTELS RENAISSANCE
  • La ruche HOTELS RENAISSANCE
  • La ruche HOTELS RENAISSANCE
  • La ruche HOTELS RENAISSANCE
  • La ruche HOTELS RENAISSANCE
  • La ruche HOTELS RENAISSANCE
  • La ruche HOTELS RENAISSANCE
  • La ruche HOTELS RENAISSANCE
  • La ruche HOTELS RENAISSANCE
  • La ruche HOTELS RENAISSANCE
  • La ruche HOTELS RENAISSANCE
  • La ruche HOTELS RENAISSANCE
  • La ruche HOTELS RENAISSANCE
  • La ruche HOTELS RENAISSANCE
  • La ruche HOTELS RENAISSANCE
  • La ruche HOTELS RENAISSANCE
  • La ruche HOTELS RENAISSANCE
  • La ruche HOTELS RENAISSANCE
  • La ruche HOTELS RENAISSANCE
  • La ruche HOTELS RENAISSANCE
  • La ruche HOTELS RENAISSANCE
  • La ruche HOTELS RENAISSANCE
  • La ruche HOTELS RENAISSANCE
  • La ruche HOTELS RENAISSANCE
  • La ruche HOTELS RENAISSANCE
  • La ruche HOTELS RENAISSANCE
  • La ruche HOTELS RENAISSANCE
  • La ruche HOTELS RENAISSANCE
  • La ruche HOTELS RENAISSANCE
  • La ruche HOTELS RENAISSANCE
  • La ruche HOTELS RENAISSANCE
  • La ruche HOTELS RENAISSANCE
  • La ruche HOTELS RENAISSANCE
  • La ruche HOTELS RENAISSANCE
  • La ruche HOTELS RENAISSANCE

L'apiculteur : Alain L.

UTPLA apiculteur Alain L.

Alain est apiculteur dans la Brie verte depuis 25 ans et s’occupe d’environ 100 ruches.
Passionné par son métier il fait partie de l’équipe du « rucher du Luxembourg » (Société Centrale d’Apiculture) où il donne des cours d’apiculture.
Alain est engagé dans une démarche Bio.
Le miel du rucher des Cours Doux détient le label "AB". Alain est aussi engagé à nos côtés dans un projet d’économie sociale au Maroc ou il assure la formation d’une trentaine de femmes.

Des nouvelles de vos abeilles

Le 23/05/2018

Chers Marraines, chers parrains.
Quittant nos abeilles à la fin de l'automne pour une longue période, nous sommes toujours angoissés de les retrouver à la sortie de l'hiver.
Le printemps s’est ENFIN installé pour de bon j’ai l’impression, et fort heureusement pour nos abeilles. Elles n’en pouvaient plus les pauvres… Le confinement hivernal dans les ruches aura été particulièrement long cette année.
Elles reprennent tout doucement le chemin des champs alentours, pour aller recharger les corps des ruches en nectar et pollen…
J’aurais aimé vous apporter de meilleures nouvelles, mais hélas, nous n’échappons pas aux pertes nous aussi. Environ 40% de nos ruches n’ont pas réussi à passer l’hiver. Il va falloir remonter les manches et travailler encore dur pour essayer de renouveler les ruches que nous avons perdu.
Je me dois d’être honnête avec vous, ça décourage un peu. Mais vous êtes là et vous m’apportez beaucoup au quotidien avec tous vos messages et vos parrainages. C’est important pour moi.
Le printemps aussi nous redonne force et espoir. Les acacias ont, cette année dans notre région, une floraison magnifique et nous espérons une météo favorable pour faire une belle récolte.

Je vous dis à très bientôt,
Alain

Voir toutes ses actualités


Le rucher de Cours Doux

Le rucher de Cours Doux
Le rucher de Cours Doux est situé en plein cœur de la région de la Brie Verte à Féricy (Seine-et-Marne) dans la vallée Javot en lisière de la forêt domaniale de Barbeau.
De nombreuses variétés de plantes visitées par les abeilles sont présentes sur ce territoire.

Selon l'emplacement des ruches et la floraison variante sur chaque année, Alain vous proposera deux types de miel :
Un miel d'acacia, d'aspect liquide et brillant, au parfum délicat avec des notes florales.
Un miel de forêt, liquide également plutôt sombre et de saveurs boisées à mentholées selon la teneur en tilleul et châtaignier.

Que se passe-t-il ce mois-ci sur votre rucher ?

Préambule
C’est le mois de Juin. Un mois qui, en apiculture sonne le réveil actif des ruches. Bon ! Force est de constater que la météo de ces derniers jours nous impose la mesure. Mais quoiqu'il en soit, le beau temps devrait rapidement chasser cet épisode orageux. Les champs sont en fleurs, et regorgent de cadeaux fruités pour nos butineuses : Eau, pollen, nectar : le cocktail idéal pour un développement parfait de la ruche !
Pourtant le mois de juin, ouvre ses portes sur une promesse abandonnée ! Vous en avez certainement entendu parler. Le 29 mai dernier, l'Assemblée a rejeté tous les amendements qui voulaient graver dans le marbre et inscrire dans les textes la sortie du glyphosate dans les trois ans. Emmanuel MACRON s’était engagé, en novembre dernier, à interdire cet herbicide, reconnu tueur d’abeilles « au plus tard dans trois ans ». Pourtant, dans le projet de loi porté par le Ministre de l’Agriculteur Stéphane Travert (Loi EGalim), examiné en première lecture au Palais Bourbon, point d'article sur l’herbicide controversé. Autre déconvenue, parmi ceux qui ont voté contre, trois députés LREM qui avaient... "pris publiquement position pour l’interdiction du glyphosate", note Le Parisien. On déplore qu’au moment de prendre publiquement des décisions claires et tranchées contre le glyphosate, certains semblent tout à coup plus frileux…



En attendant, les apiculteurs tirent la sonnette d’alarme. Un toit pour les abeilles n’est pas épargné, et le réseau déplore de nombreuses pertes de colonies. Pour les parrains de Stéphane, notre apiculteur d’Ile de France, vous avez pu lire récemment la lettre touchante qu’il vous a adressé. Voici un extrait du courrier :

« Chers parrains […]
j’ai la plume lourde et le cœur encore plus. Vous avez tous entendu parler de l’apiculteur finistérien qui a découvert un cimetière de ruches. Et bien me voilà à vivre la même triste situation.
Pourtant j’avais laissé des ruches en pleine vie pour démarrer l’hivernage. La saison me semblait prometteuse. Les ruches étaient populeuses et les réserves pleines.
Et puis voilà, les premières visites de printemps ont sonné comme le rappel […]
C’est ainsi que sur près de 450 ruches en hivernage, il ne m’en reste plus que 150. Ce n’est pas 30% de pertes (moyenne nationale) que je déplore, mais bien 70% de mes ruches qui sont parties en flambeau.
J’ai longtemps hésité à vous écrire car je me suis beaucoup questionné sur moi, ma façon d’aborder les ruches. Avais-je bien fait ?
Le doute s’est installé, puis j’ai compris, aux vues de toutes ces ruches laissées vides de leurs abeilles et pourtant encore pleine de miel... J’ai compris que des épandages printaniers avaient eu raison de nos abeilles. »…


Il faudra du temps et beaucoup de soutien pour relancer l'activité !

Que se passe-t-il dans la ruche ?
Nous avons essuyé une courte période de fortes pluies et d’intempéries toute fin du mois de mai. Les premiers jours de juin, eux aussi sont mitigés... Mais le mois de juin devrait dissiper cette petite parenthèse météorologique et le beau temps devrait rapidement prendre le relai. Les belles journées ensoleillées se font plus fréquentes et l’activité s’intensifie dans les ruches.
C’est la période durant laquelle la Reine est particulièrement sollicitée, car elle doit veiller à renouveler la colonie. Elle peut pondre jusque 2000 œufs par jour lorsqu’elle est au meilleur de sa forme (entre 2 et 3 ans).
Un essaim, en plein développement atteint alors quelques 50 000 et jusque 80 000 abeilles.
Et plus la colonie devient populeuse, plus le risque d’essaimage naturel est grand.
L’essaimage ce sont ces grappes d’abeilles particulièrement spectaculaires qu’on voit se loger dans les arbres ou autres lieux insolites. On vous partage souvent des photos sur les réseaux sociaux. En voici quelques-unes.



Zoom sur …Le Pollen
Durant le printemps, les abeilles butinent à tout va et reviennent à la ruche, gorgées de nectar et les pattes pleines de pollen. Le pollen c’est en fait, chez les plantes à graines, l’élément fécondant mâle produit par la fleur. Ce sont d’infimes grains d’à peine quelques micromètres.



Petit mais costaud le pollen !
Le pollen est un concentré d’énergie aux nombreuses qualités diététiques : protéines, acides aminés, vitamines A, B, C, D et E. Il contient également des minéraux.
C’est d’ailleurs le pollen contenu dans le miel qui permet, au cours d’analyses de trouver l’origine florale d’un miel.
Il constitue le seul apport protéinique des abeilles. Il est donc primordial à la colonie. D’ailleurs sans pollen la Reine ne pond plus !

De son côté, l'apiculteur …
Pour l’apiculteur, comme pour les abeilles, juin est un mois intense.
Il récolte ses premiers cadres pleins et operculés, remplis de miel qui feront la récolte de printemps.
Il doit aussi vérifier la densité de population au sein des ruches et ajouter rapidement des hausses pour stocker le miel si besoin. Il pourra aussi profiter de cette période pour diviser les colonies et éviter des essaimages potentiels. Ça lui permet ainsi de reconstituer de nouveaux essaims pour le rucher. Bref, il n’y a pas de congés, pas de pause, sur cette période de tous les enjeux.

Le Saviez – vous ?
En juin où l'activité s'intensifie substantiellement et où les abeilles travaillent beaucoup, ces dernières ne vivent que 5 à 6 semaines.
En opposition, les abeilles qui naissent à l'automne, et pour lesquelles l'activité au sein de la ruche est réduite, elles peuvent vivre jusqu'à 6 mois. La Reine quant à elle, peut vivre entre 5 et 6 ans !

Un peu de gourmandise… La recette du mois !
Recette proposée par Natalia Kriskova

INGREDIENTS

-         20 cl de crème fleurette entière
-         20 cl de lait entier
-         4 gros jaunes d'œufs
-         3 cuillères à soupe de miel
-         2 cuillères à soupe rases de sucre en poudre
-         1 branche de 5 cm environ de romarin frais (ne pas prendre du romarin séché, le résultat serait décevant)
-         Un peu de cassonade ou de sucre pour caraméliser

PREPARATION

Préchauffer le four à 120°C (thermostat 2-3). Porter à frémissement le lait, la crème, le miel et la branche de romarin entière. Laisser infuser 10 minutes.
Pendant ce temps, faire blanchir les jaunes d'œufs avec le sucre en poudre.
Retirer la branche de romarin et verser le mélange lait-crème sur les œufs battus avec le sucre, en filet. Bien mélanger sans trop faire mousser si possible.
Répartir dans 4 ramequins à crème brûlée. On peut ajouter, pour le décor, 2 ou 3 aiguilles de romarin par ramequin, mais ce n'est pas obligatoire. Enfourner pour 40 minutes environ jusqu'à ce que les crèmes soient prises.
Pour finir, laisser refroidir et réserver au frais. Au moment du service, saupoudrer les crèmes de sucre et faire caraméliser au chalumeau ou au grill du four.

Bon appétit et surtout partagez-nous vos photos sur les réseaux sociaux !




Imprimer la page

Retour