HOTEL BEST WESTERN GRAND HOTEL FRANCAIS

Logo HOTEL BEST WESTERN GRAND HOTEL FRANCAIS

Avec un parc de 313 hôtels de 3 à 5 étoiles, Best Western est la 1ère marque hôtelière internationale en France. Ses établissements de charme reflètent le caractère de chaque région et font vivre à chaque invité une expérience unique et originale. Un service haut de gamme assuré par un personnel toujours à l’écoute de ses clients. Grâce à leur savoir-faire et leur passion, les hôteliers du groupe font vivre au quotidien ces hôtels pas comme les autres, des 'hôtels au singulier'.”.

Le BEST WESTERN Grand Hôtel Français est situé en plein cœur du centre historique de Bordeaux, aux portes des prestigieux vignobles et classé au patrimoine mondial de l’UNESCO. Cet ancien hôtel particulier du XVIIIème siècle à l’architecture typiquement bordelaise accueille hommes d’affaires et touristes qui désirent être au centre des évènements artistiques, culturels et économiques de la ville de Bordeaux.

 


Voir leur site internet

Ils se sont engagés pour la sauvegarde des abeilles

Best Western est la première chaîne d’hôtels indépendants certifiés Ecolabel Européen. La chaîne volontaire encourage depuis 2006 les hôtels du réseau à adopter une démarche plus verte et compte à ce jour 27 hôtels éco-labellisés. Le nouvel objectif pour 2014 est d’atteindre les 100 hôtels éco-labellisés.

Le BEST WESTERN Grand Hôtel Français est le premier hôtel de Bordeaux et ses alentours à recevoir le Label Ecologique Européen. L’Hôtel a obtenu l’Ecolabel Européen en 2010 grâce au bon respect de critères écologiques, stricts et précis. Ceux-ci permettent de diminuer son impact environnemental.

Quelques actions et engagements menés au sein de l’hôtel :

- Utilisation d'ampoules basse consommation

 - Mise en place du tri sélectif dans l'ensemble de l'hôtel

 - Bibliothèque verte à disposition des clients

- Sensibilisation du personnel et de la clientèle aux enjeux environnementaux

 - Produits issus de l'Agriculture Biologique et du Commerce Equitable disponibles au petit déjeuner.

Aujourd’hui avec le parrainage d’une ruche, l’hôtel souhaite continuer à s’engager en faveur de la préservation de l’environnement. Notre apiculteur  Patrice AMBLARD s’occupe d’environ 200 ruches situées sur les coteaux de Bourg, dans le Nord de la Gironde. Nous avons volontairement choisi un apiculteur de la région afin de favoriser nos producteurs locaux. Le miel produit sera proposé à nos clients, sur le buffet du petit déjeuner.

 


La ruche en images

  • La ruche HOTEL BEST WESTERN GRAND HOTEL FRANCAIS
  • La ruche HOTEL BEST WESTERN GRAND HOTEL FRANCAIS
  • La ruche HOTEL BEST WESTERN GRAND HOTEL FRANCAIS
  • La ruche HOTEL BEST WESTERN GRAND HOTEL FRANCAIS
  • La ruche HOTEL BEST WESTERN GRAND HOTEL FRANCAIS
  • La ruche HOTEL BEST WESTERN GRAND HOTEL FRANCAIS
  • La ruche HOTEL BEST WESTERN GRAND HOTEL FRANCAIS
  • La ruche HOTEL BEST WESTERN GRAND HOTEL FRANCAIS
  • La ruche HOTEL BEST WESTERN GRAND HOTEL FRANCAIS
  • La ruche HOTEL BEST WESTERN GRAND HOTEL FRANCAIS
  • La ruche HOTEL BEST WESTERN GRAND HOTEL FRANCAIS
  • La ruche HOTEL BEST WESTERN GRAND HOTEL FRANCAIS
  • La ruche HOTEL BEST WESTERN GRAND HOTEL FRANCAIS

L'apiculteur : Patrice AMBLARD

UTPLA apiculteur Patrice AMBLARD

Patrice est apiculteur sur les coteaux de Bourg (Gironde) et s'occupe d'environ 200 ruches.

Il a hérité d'un savoir-faire ancien transmis par son grand père puis son père et est inscrit dans une démarche très respectueuse de l'abeille.
Ses ruches sont installées sur des zones protégées et ses ruchers comportent peu de ruches (moins de 10 en général) permettant aux abeilles d'accéder à une nourriture sure et variée.
Il élève ses abeilles pour créer de nouvelles colonies.

Il a été certifié agriculture biologique (AB) par Ecocert et Nature et Progrès (label biologique qui est basé non seulement sur des critères techniques mais également sur des aspects environnementaux, sociaux et économiques ou encore éthiques).

Patrice fait aussi de l'élevage de reines pour sa production de gelée royale.

Pas rose la vie d'abeille

Chers parrains,

C’est toujours pour moi un plaisir de prendre ma plume ou plutôt mon clavier d’ordinateur, pour vous donner quelques nouvelles de vos abeilles. J’aurais préféré vous donner de bonnes nouvelles, mais je vous dois la transparence. C’est dur ! c’est même particulièrement difficile pour nous, apiculteurs en ce moment.

On a vécu coup sur coup deux années apicoles désastreuses, avec des pertes jamais encore enregistrées au niveau national. On a bel et bien dépassé la moyenne de 30% de pertes des colonies chaque année. Pour ma part, nous sommes en janvier et je suis déjà à 50% de pertes sur mes ruches. La moitié de mon cheptel…Vous imaginez ?

Malgré les traitements Bio à base d’huiles essentielles réalisés sur nos ruches au printemps et à la fin de saison, le varroa continue à faire des ravages. Je ne sais pas si vous connaissez le varroa (voici une photo). C’est une espèce de parasite qui vient se loger sur les sternites de l’abeille. Il pond dans les cellules de couvain non operculées. Ensuite il se nourrit de l'hémolymphe de la larve d'abeille. Bref il détruit toutes nos petites butineuses, d’où son nom commun de « varroa destructor ».

J’attends la sortie de l’hiver pour faire le point sur les colonies et j’espère qu’elles vont s’en sortir… Je vous tiendrai informés dès que je pourrai de nouveau intervenir sur les ruches.

De mon côté, je pense très sincèrement faire un petit tour du côté de Cuba, découvrir ce nouvel « El Dorado » des abeilles, qui suite à l’embargo qu’il a subi, a su développer une agriculture propre, favorable au développement des colonies. Un rêve pour nous, ici en France de voir un jour interdit l’utilisation des pesticides, tueurs d’abeilles…

Mais ne perdons pas espoir et continuons à nous battre pour préserver les abeilles, et l’apiculture.

Merci à tous et à très vite, Patrice

Voir toutes ses actualités


Le rucher des Côteaux de Bourg

Le rucher des Côteaux de Bourg
Les ruches se trouvent sur les côteaux de Bourg (nord Gironde) sur les terres du château La Grolet.

Tout comme les ruches de Patrice, le domaine est conduit en Biodynamie : ici tout est mis en place pour préserver le milieu, aucun produit chimique n'est utilisé, les vignes reçoivent fumure naturelle, composte organique et engrais vert.

Les nombreux bois présents sur la zone sont constitués d'essences très variées ; châtaigners, acacias, tilleuls et fruitiers sauvages.
Patrice travaille avec des abeilles locales, dites abeilles "noires".
L 'abeille bénéficie ici d'une nourriture saine et variée. Le miel qui en récolté est un miel polyfloral plutôt cristallin (solide) à pâte fine, avec une saveur fleurie et fruitée ainsi qu'une légère note épicée.

Que se passe-t-il ce mois-ci sur votre rucher ?

Que se passe-t-il dans la ruche ?
Les premiers jours du mois de juillet suivent le même rythme que juin, avec une activité très dense à la ruche. Exception faites dès quelques jours de pluies que nous venons d’essuyer dans de nombreuses régions de France, le soleil est enfin de retour et avec lui, la reprise d’activité au sein des colonies. Les prévisions saisonnières annoncent le retour du soleil sur la quasi-totalité du territoire ce qui signifie que les abeilles vous pouvoir reprendre de plus belle leurs va-et-vient incessants, de la ruche aux champs et des champs à la ruche.


Et croyez-moi, les abeilles ne sont pas aux 35h. Elles peuvent ainsi parcourir plusieurs kilomètres à la recherche de provisions florales et s’en revenir à la ruche les pattes chargées de pollen et le jabot gorgé de nectar sucré pendant plusieurs heures. Elles travaillent ainsi entre 12h et jusque 15h par jour… A cette époque de l’année leur durée de vie est d’ailleurs plus restreinte que durant l’hiver. En moyenne une abeille durant l’été vivra quelques semaines à peine, environ 5 à 6 semaines, alors que durant l’hiver l’abeille vit entre 5 et 6 mois.

Zoom sur … La fabrication du Miel
Saviez-vous que le miel est le résultat des interactions entre trois protagonistes ?
En effet à l'origine du miel, il y a la rencontre fortuite entre trois acteurs essentiels ; Les fleurs, les abeilles et... le temps.



Tout n'est alors qu'une question d'alchimie. La fleur s'offrira à l'abeille qui, attirée par l'odeur viendra puiser en elle un doux jus sucré.
Les abeilles butineuses et receveuses par un savant échange viendront façonner le nectar.
Les receveuses, durant la régurgitation du nectar, vont sécréter une enzyme, « l’invertase » qui va transformer le saccharose en glucose et fructose. Une certaine quantité de glucose va à son tour se transformer grâce à une seconde enzyme, « le glucose oxydase ».
Ce savant mélange ira doucement mûrir dans les alvéoles de cire prévues à cet effet dans la ruche. L’eau contenue dans la substance sera ensuite évacuée partiellement grâce à la chaleur maintenue dans la ruche par le battement d’ailes des ouvrières (environ 35°).

C’est lorsque la teneur en eau du miel est réduite à entre 17% et 22% environ qu’il est mûr. Les alvéoles de miel sont ensuite operculées par une fine pellicule de cire, protégeant ainsi le miel de l’humidité de l’air.

Un peu de temps et un soupçon de magie et c'est un merveilleux miel aux mille vertus qui verra bientôt le jour, offrant aux abeilles comme aux hommes un véritable trésor de la ruche aux bienfaits innombrables.

De son côté, l’apiculteur …
L’apiculteur, lors de la récolte de miel, vient prélever dans la ruche, les cadres de miel, bien remplis et aux rayons operculés, qu’il remplace par de nouveaux cadres. C’est ici que son expertise et son savoir-faire sont alors mis à contribution, puisqu’il doit à ce moment, veiller à laisser aux abeilles, suffisamment de réserves pour subvenir à leurs besoins durant la période hivernale.
Une ruche peur produire plus de 3 kg de miel par jour. Cette production dépasse largement le besoin en réserves des abeilles. L’apiculteur récolte et commercialise ainsi l’excédent de miel de la ruche.

Le Saviez – vous ?
Peu importe le type de miel extrait (crémeux, liquide), il finira par cristalliser (se figer).
La cristallisation du miel est un phénomène naturel lié à la teneur du miel en fructose, glucose et eau. Il touche presque tous les miels à plus ou moins long terme. Des miels pourront ainsi se figer au bout de quelques jours, semaines mois ou encore années.
Il est possible de retarder ou modifier temporairement la texture du miel pour le rendre plus liquide, bien qu’il soit préférable de le consommer en l’état pour conserver les apports nutritionnels et les qualités du miel.  Vous pourrez notamment le chauffer au bain marie à une température qui ne devra pas dépasser les 40°. Nous vous déconseillons fortement le chauffage à la micro-onde qui risque de « cuire » le miel et lui fera perdre tous ses attraits. Le mieux reste de le consommer tel quel pour profiter de tous ses bienfaits…

Un peu de poésie … La citation du mois !
« Le bonheur pour une abeille ou un dauphin est d'exister. Pour l'homme, c’est de le savoir et de s'en émerveiller. » Jacques-Yves Cousteau




Imprimer la page

Retour