FISKARS FRANCE SAS

L'apiculteur : David GIRAUD

UTPLA apiculteur David GIRAUD

J'ai commencé l'apiculture il y une petite dizaine d'année, je suis passé de trois ruches à une centaine de ruches réparties sur 5 ruchers.
Je suis apiculteur amateur semi-professionnel, je n'arrive pas encore à vivre de mon activité apicole, je suis donc pluriactif (pisteur de ski de fond, accompagnateur moyenne montagne, vendeur conseil en magasin espaces verts).
Pour la formation, je suis autodidacte, je me suis construit en discutant avec les anciens et en dévorant des livres, j'ai commencé avec de petits moyens et j'ai eu le temps d'apprendre de mes erreurs et de mes expériences.
Cette vocation pour l'apiculture découle de plusieurs passions qui s'entremêlent (la botanique, l'ornithologie, l'enthomologie), de plusieurs rencontres essentielles comme "Pierrot" un de mes mentors ou "Gael" mon copain de longue date avec qui j'ai commencé cette aventure (merci à vous), et enfin d'une envie très grande d'être en adéquation avec le monde naturel du vivant qui m'entoure tout en respectant les autres. Je voudrais à présent essayer de vivre de ma passion modestement en aidant la planète et en considérant à égal son prochain. C’est pour cela que je me suis lancé dans l’aventure Un Toit Pour Les Abeilles.

Nouvelles printanières

Chères marraines, chers parrains,
Si les hommes aiment les hivers doux et ensoleillés pour manger au balcon, pour les abeilles c’est loin d’être l’idéal.
La visite des ruchers en sortie d’hiver n’a pas été source de bonnes nouvelles.
De nombreuses colonies étaient soit extrêmement faibles, soit carrément décimées.
Les pertes de cet hiver 2020 s’élèvent à 40% environ, un triste hiver pour les Happykulteurs.
La grande majorité ne manquait pourtant pas de nourriture, les cadres de réserve étaient souvent encore garnis de miel.

Il est fort probable que l’hiver très doux et très ensoleillé que nous avons eu dans notre région en soit une des raisons.
Les ouvrières, au lieu de rester confinées (!) dans la ruche en attendant calmement le début du printemps et ses premières floraisons, sont sorties beaucoup plus tôt que d’habitude.
Or en janvier et février, même s’il faisait relativement chaud et beau, la nature était encore endormie et les fleurs n’étaient pas encore sorties.
Beaucoup d’ouvrières se sont donc épuisées à chercher des ressources en nectar et en pollen.

Elles se sont ainsi retrouvées trop peu nombreuses pour relancer la colonie efficacement.
Qu’à cela ne tienne ! Le travail des mois de mars et avril a donc consisté à reconstituer les colonies du rucher.
C’est-à-dire à renforcer les colonies les plus faibles et à diviser les colonies les plus fortes pour en créer de nouvelles (faire naitre une nouvelle reine).
Aujourd’hui, fin avril, grâce à un gros travail de division et de répartition, les ruchers sont « en forme ».
Le grand soleil de ce début de printemps a été très favorable et a permis des belles floraisons avec beaucoup de nectar et de pollen.
Au rucher des Iles, les cerisiers et les pissenlits constituent une précieuse ressource pour le développement des colonies.
Le rucher de la Pierre, plus haut en altitude, met un peu plus de temps à se remettre de ces pertes hivernales.
Mais la nature est bien faite et la vie l’emporte toujours, ce n’est qu’une question de temps avant que les hausses à miel se remplissent de bon nectar.

L’happykulteur veille sur ses avettes.
Prenez soin de vous, nous on s'occupe des abeilles :)
David et Coralie

Voir toutes ses actualités

Le Rucher des Iles

Le Rucher des Iles

Le rucher se situe à 200m d'altitude en fond de vallée entre le massif du Vercors, le massif de la Grande Chartreuse et les Chambans.
Il y a encore une centaine d'années, la rivière de l'Isère très capricieuse sortait régulièrement de son lit et créait de nombreuses iles sur le site actuel du rucher, d'où son nom.
Les petites z'abeilles se nichent dans un sympathique verger de 1000 plants de kiwi en agriculture Bio (que nos petites abeilles pollinisent en échange de la location de leur emplacement) entouré de vieux cerisiers d'une 15aine d’espèces différentes (nous y faisions de miel de cerisier lorsque la température était propice).
On retrouve dans les prairies qui l'entoure de multiple fleurs (du pissenlit, trèfle blanc, luzerne, des boutons d'or, du plantain), il y a aussi des haies et du petit bois très proches (aubépine, ronce, acacia, boulot, noisetier, lierre, peupliers, saules).
J’y récolte du miel des Îles de Moirans, miel toutes fleurs de prairies - Notes de trèfles blanc et pissenlits - Saveur fraîche, légère et printanière, zeste d’agrume - Médaille de Bronze 2017 au concours bisannuel du Syndicat Apicole Dauphinois.

L'apiculteur : Sébastien GUILLIER

UTPLA apiculteur Sébastien GUILLIER

Installé apiculteur professionnel en conventionnel depuis 20 ans, j’ai commencé en tant qu’amateur à l’âge de 10 ans avec mon père qui m’a transmis le virus de l’apiculture… Depuis, je ne les quitte plus mes petites abeilles.

Après quelques déboires qui m’ont beaucoup attristé (notamment la perte de 300 colonies en 2007, l’une des pires années apicoles), je fais vivre mes 150 ruches de type Dadant en 10 cadres avec une vraie passion !
Mes abeilles me le rendent bien avec des miels primés dans de nombreux concours départementaux, nationaux mais aussi européens.

Je fabrique aussi des pains d’épices, des bonbons au miel et des figurines en cire d’abeilles que l’on trouve dans mon petit magasin de POMOY.

J’aimerais avoir environ 100 colonies supplémentaires pour pouvoir vivre de ma passion ! Allez n’hésitez pas à me soutenir en parrainant des ruches sur mon rucher !

J'ai besoin de vous

Chères marraines, chers parrains bonjour !
Vous avez peut-être vu passer ma cagnotte sur les réseaux sociaux, mais en effet je vous écris aujourd'hui pour solliciter encore un peu de votre aide.



Après 22 ans d’apiculture contre vents et marées et après les grosses pertes de 2007, j’ai réussi à maintenir un nombre de colonies constant (environ 150) ces dernières années.
À la suite de 2 sécheresses consécutives et une perte de production en 2019, une importante mortalité me frappe ce printemps (près de 40 %).
La situation devient précaire pour mon activité apicole.
Malgré les parrainages et l’aide apportée par Un toit pour les abeilles, essentielle pour me maintenir à flot, cette perte m’oblige à faire appel à vous en mettant en place une cagnotte pour laquelle j’espère un véritable élan de générosité.
J’aurai besoin pour le printemps 2021 de 50 essaims pour débuter l’année dans de bonnes conditions.
Je compte sur vous et votre soutien pour m’aider à prendre soin des abeilles, indispensables à nos écosystèmes.
Vous pouvez aussi venir visiter l’exploitation pour découvrir le métier d’apiculteur, les abeilles et tous les trésors que nous offrent les ruches.
Un grand merci pour votre soutien et votre aide.

Lien vers ma cagnotte :

https://www.leetchi.com/c/soutient-aux-abeilles-de-pomoy

Voir toutes ses actualités

Le rucher de Pomoy

Le rucher de Pomoy

Les ruches sont installées au centre de la Haute-Saône entre plaines et massifs forestiers.
Les abeilles y sont particulièrement bien et elles y produisent plusieurs sortes de miels…
Du miel de Fleurs de Printemps, d’Acacia, ou encore du miel de Tilleul et de Fleurs d’Eté.

Plusieurs emplacements sont disposés à cet effet autour du petit village de POMOY où se situe le rucher, et où il fait bon vivre pour nos précieuses abeilles !

L'apiculteur : Denis THILL

UTPLA apiculteur Denis THILL

Apiculteurs depuis 6 ans, passionné de nature avec Chantal ma compagne, les abeilles font partie de notre vie.
Nous sommes attachés à la protection et au bien-être des abeilles.
Nous avons 10 ruches par rucher au maximum, pour qu'elles aient suffisamment de ressources mellifères pour produire un miel savoureux.
Les effets du dérèglement climatique depuis quelques années, notamment les grosses chaleurs ne favorisent pas les ressources de nectar.
D’où l'importance de bien placer ses ruchers.
Nous les mettons principalement dans des zones boisées en bordure de la vilaine, joli fleuve qui traverse Rennes et de la rivière la seiche…
Puisque notre planète a besoin de ces orfèvres de la nature nous leur apportons notre plus grande attention.

Premiere lettre aux parrains

Bonjour et Merci pour votre soutien,
Les colonies se portent bien ! Elles sont très dynamiques.
La quantité de faux bourdons commence à diminuer naturellement, cela se voit à l'entrée des ruches et se traduit par une vie plus calme dans les ruches.
Les ouvrières s'adonnent à leurs tâches plus facilement. Il est d’ailleurs plus facile de voir la reine se promener sur les cadres.
Les butineuses travaillent énormément, les ruches sont chargées en couvain (de futures naissances d'abeilles).
La récolte de printemps a été bonne 13kg environ par ruche. Le miel est de couleur doré et moelleux.
Il est très fin en bouche avec une bonne saveur de printemps.
La nature actuellement est généreuse, magnifique ! Elle se trouve à son apogée de floraison d'été dès maintenant et pour trois semaines environ.
Les abeilles butinent sur les ronces, le trèfle blanc, dans quelques jours le tilleul, suivra le châtaignier.
On observe que la végétation est en avance sur la saison.
Le mois de mai a été chargé entre la récolte de printemps, suivi des colonies, élevage de reine et nouveaux essaims.
Cette année les nouvelles reines sont super belles.
Le petit problème de ce printemps a été les quelques jours d'orages ayant détruit une partie de l'acacia… C’est une floraison particulièrement fragile !
Encore merci à vous pour votre aide importante.
Je vous dis à très vite,
Denis.

Voir toutes ses actualités

Le Rucher des Bruyères

Le Rucher des Bruyères

Nous travaillons entre autres avec l’abeille noire sur nos différents ruchers.
La diversité végétale qui entoure nos ruchers nous permet de produire des miels poly floraux, composés de noisetiers, saules, tilleuls, fruitiers, robiniers, châtaigniers, ronces, trèfles, bruyères autres.
Nous récoltons deux fois par an et ainsi proposons des miels de printemps et d’été.
Nous élevons nous même nos reines à partir nos de meilleures colonies et créons nos nouveaux essaims pour faciliter leur développement.
Pour nous le parrainage grâce à vous et à Un Toit Pour Les Abeilles est un soutien et un encouragement primordial. Merci !

L'apiculteur : Thierry COLIN

UTPLA apiculteur Thierry COLIN

Apiculteur amateur depuis 2010 suite à la rencontre avec un "ancien" apiculteur ayant 60 années d’expérience, je continue à développer mon cheptel en prenant soins des abeilles et de leurs (notre) environnement.

Ma passion pour l'apiculture est intacte et plus j'avance dans cette démarche plus je sais que c'est "la voie" pour quoi je suis fait. Avant toute chose, il faut aimer la nature et vivre aux rythmes des saisons en observant l'évolution des miellées et s'adapter rapidement aux changements de saisons ..... L'apiculture est un mouvement perpétuel et il n'y a pas de moments creux , c'est intense et relaxant à la fois...de vivre de cette façon.

J'avance dans ma démarche apicole de façon raisonnable et d'ici quelques années pourquoi pas arriver à 200 ruches en production, mais c'est un gros challenge et une remise en question de beaucoup de choses...

Depuis le début de mon installation mes enfants passent également du temps aux ruchers,viennent aux transhumances, et goûtent les miels...  A mes yeux c'est important de leur transmettre ce savoir pour qu'ils respectent la biodiversité .... et la nature de façon générale .

Bilan de la saison apicole

Bonjour à tous,

C'est la rentrée... et la fin de l'été donc la fin de la saison apicole en ce qui concerne les récoltes de miel. 

Cette saison fût correcte à tous les niveaux et je la termine serein et avec encore plus d'envie pour l'année à venir qui sera un tournant dans ma vie professionnelle.

Grâce à vous marraines et parrains et un toit pour les abeilles, je vais entreprendre ma reconversion définitive d'ici une année... cela fait un moment que j'en parle et maintenant c'est chose faite et la date est inscrite sur mon calendrier.

 

L'été fût à nouveau très chaud comme le précédent et certainement comme les suivants, il va falloir s'y habituer et la nature aussi.

Alors les récoltes de miels de fleurs d'été furent faibles, mais en Alsace nous avons la chance d'avoir une belle diversité et les abeilles se sont amusées sur les châtaigniers et dans les sapins pour finir la saison.

Depuis début août, je prépare l'hivernage de mes ruches en faisant l'état des stocks en miel à l'intérieur de celles-ci et le traitement contre le varroa.

Mes colonie sont belles et le moment le plus long va commencer pour moi car j' irai de moins en moins visiter mes abeilles pour leurs permettre de passer un bon hiver et les retrouver au printemps en forme pour de nouvelles aventures.

Cependant j'ai de quoi m'occuper en faisant les mises en pot du miel..

Bonne rentrée à toutes et tous... 

 

Thierry

Voir toutes ses actualités

Le rucher de Wintershouse

Le rucher de Wintershouse

Le premier rucher se trouve 500 m de la résidence de Thierry et le second à 6 km.
Ils sont tout deux adossés à une forêt d'Acacias qui est sa plus grosse production.

Le miel issu de cette miellée est liquide et de couleur jaune clair et d'une grande finesse gustative.
Sa seconde production est un miel polyfloral constitué de fleurs de prairie, tilleuls, cerisiers, pommiers, issus de la pollinisation qu'il effectue sur les cerisiers et pommiers proches d'un de ses ruchers.
Ainsi, vous pourrez recevoir un miel toutes fleurs ou d'acacia selon les récoltes.

Thierry utilise des ruches ZANDER qu'il se procure en Allemagne, celles-ci sont très pratiques car elles ont des hausses à miel de même dimensions que l'on appelle aussi hausse multiples ou divisibles ce qui facilite le travail même si le poids est plus important.

Thierry propose aussi le parrainage dans son rucher-maison (cf photo) ainsi, selon les places disponibles, vos abeilles pourront y être installées.
Thierry travaille avec des Apis Mellifera Carnica Sklenar. Il s’agit d’abeilles douces et avec peu d’envie d’essaimage (envol d'une partie de la colonie avec la reine) et un hivernage avec des colonies populeuses.

France 3 Alsace avec Thierry

Thierry était invité sur le plateau d'Alsace Matin pour parler de son exploitation et du projet Un toit pour les abeilles diffusé le 12 Septembre 2016. Cliquez en dessous pour visualiser l'extrait.

L'apiculteur : Arnaud SENECHAL

UTPLA apiculteur Arnaud SENECHAL

Je m’appelle Arnaud, j’ai 41 ans. Je suis apiculteur amateur depuis 1995 et professionnel depuis 2014 en reconversion professionnel après 20 ans de pompier professionnel.
Je me situe dans le nord du département de la Haute-Marne à Brousseval où nous retrouvons une diversité agricole peu intensive
ainsi que de nombreuses fôrets domaniales qui offrent une difersification au niveau des miellées.
J’ai effectué mon BPREA option apiculture à Vesoul en 2014 ce qui m’a permis de m’installer avec au départ une quarantaine de ruches qui sont aujourd’hui au nombre de 150.
Mon cheptel est mixe avec une dominante d’abeilles noires qui sont très presentes dans notre région.
Depuis quelques années je priviligie l’abeille noire et j effectue moi-même mon greffage de reine pour multiplier mon cheptel et fournir d’autres apiculteurs dans toute la France.
Concernant ma production de miel j’effectue selon les années differentes transhumances, nottament dans les Vosges pour le miel de sapin !
Je remercie au passage mon ami Alexis, apiculteur du réseau Un Toit Pour Les Abeilles pour les emplacements ! je produits aussi du miel de printemps, accacia , tilleul, tournesol et luzerne.

On se prépare doucement pour l'hiver

Chères Marraines et Chers Parrains,
« Dans la peau des abeilles »
Nous profitons de ce mauvais temps pour vous faire un e-miel pour vous donner de nos nouvelles !

Ici il pleut depuis 15 jours.
Il était temps car la sècheresse nous a quand même bien fatigué.
Nos journées étaient rythmées à faire des allers-retours au bord de l’eau pour rafraichir la ruche, notre clim était en panne !
Heureusement notre apiculteur nous a mis des abreuvoirs car c’est quand même épuisant tous ces voyages.
Du coup on a aussi puisé pas mal de notre stock pour cet hiver faute de fleurs à butiner…
Depuis mi-août notre apiculteur est aux petits soins avec nous.
Il a refermé les portes de nos ruches pour couper le froid.
Cela évite aussi aux souris de prendre l’espace libre dans les cadres quand nous restons blotties les unes aux autres pour maintenir le couvain a 34°C.
Cet été nous sommes parties dans les Vosges pour vous faire du bon miel de Sapin.
Nous pensons que vous allez vous régaler !

Nous profitons des quelques rayons de soleil l’après-midi pour prendre un peu de pollen sur les quelques fleurs restantes et sur le lierre.
Et maintenant notre apiculteur se repose un peu, il doit bientôt vous faire parvenir vos petits cadeaux de notre part !
A très vite.
Nous pensons fort à vous !
Les fifilles et leur apiculteur Arnaud
Bizzzz bizzz

Voir toutes ses actualités

Les Ruchers de Papy Alain

Les Ruchers de Papy Alain

Pourquoi ce nom ? tout simplement en hommage à mon père parti trop vite de maladie qui était amateur de miel et amoureux des abeilles.
L’exploitation comporte aujourd’hui 150 ruches en production de type Dadant en 12 cadres, 80 ruchettes d’elevage et une quarantaine de nucléi de fécondation.
Mon objectif d’étendre mon cheptel d’ici 5 ans.
La commercialisation de mon miel se fait essentiellement en vente directe car j’aime le contact avec les gens et j’organise régulierement des stages et des mini portes ouvertes lors des journées d’extraction. J’avoue que je trouve ce moment très convivial et c’est un plaisir de pouvoir echanger sur le metier ! D’ailleurs je travaille avec la municipalité pour créer un rucher ecole.
Un Toit Pour Les Abeilles me donne aujourd’hui l’opportunité de créer une vraie relation sincère et solidaire avec des marraines et parrains ! Rejoignez-moi, parrainez mes ruches !

L'apiculteur : Jimmy GAMBIER

UTPLA apiculteur Jimmy GAMBIER

Passionné par la nature, je me suis investi avec mon épouse dans la plantation d’un verger.
Conscient du manque de pollinisateurs dans la nature, j’ai fait une formation de 2 ans à l’USAP (Union Syndicale des Apiculteurs Picard) pour apprendre à soigner au mieux ces merveilleuses créatures.
Lors de cette formation j’ai été littéralement « piqué » par les abeilles.
Après une longue période de réflexion, j’ai décidé dans faire mon métier.
Car vivre de son métier c’est bien, mais vivre de sa passion c’est encore mieux !
J’ai donc entrepris une formation diplômante (Brevet Professionnel de Responsable d’exploitation Agricole option apiculture) que j’ai obtenu.
Cette formation m’a permis d’approfondir mes connaissances dans le domaine de l’apiculture. J'ai constitué alors mon cheptel. Je compte aujourd'hui une quarantaine de ruches, situées sur 4 ruchers différents.
En 2019, j'ai décidé de créer mon premier rucher de protection de l'Abeille Noire.

Je vous invite passer un moment avec les abeilles

Chères marraines et chers parrains,

Je vous propose de venir partager un moment convivial avec vos abeilles et moi-même le samedi 5 septembre 2020 à 11h.

Programme de la journée :

- 11h00 à 12h00 : présentation du monde de l'abeille
- 12h00 à 13h30 : déjeuner à la bonne franquette (chaque personne ramène son déjeuner) le dessert et le café vous seront offerts.
- 13h30 à 15h00 : viste du rucher (si le temps le permet)
- 15h00 à 16h30 : présentation des produits de la ruche + extraction de miel 

fin de la journée 16h30

important, : L'abeille est un insecte particulièrement sensible (couleur, odeur...) : nous vous conseillons donc pour cette journée d'éviter de mettre du parfum. Nous vous préconisons des chaussures montantes, voire même le port de bottes. Enfin nous vous conseillons d'éviter les vétements trop près du corps et de couleur sombre.

Je vous attends pour 11h sur la place de l'église d'Hornoy le Bourg 80640

Bonne été à vous !

Jimmy

Pour vous inscire, c'est  par ici : https://www.untoitpourlesabeilles.fr/portes-ouvertes/207-visite-du-rucher.html

 

Voir toutes ses actualités

Le rucher Samariens

Le rucher Samariens

Le rucher se trouve dans un arboretum de 30 hectares avec plusieurs essences de plante :
erable du Japon, Rhododendron, Tilleul, Houx, aubépine....

L'apiculteur : Lionel POTRON

UTPLA apiculteur Lionel POTRON

Je suis apiculteur amateur depuis plus de 20 ans, en pro depuis 2016.
Passionnés d’apiculture, amoureux de la nature et Parisien, c’est tout naturellement que je me suis dirigé vers la production de miel de Paris en créant APIS CIVI.
Les premières ruches de notre société ont été installées en 2016 à proximité des parcs et jardins de la capitale afin de contribuer directement à la pollinisation
des arbres et fleurs qui composent la biodiversité de Paris.
Le 16ème arrondissement avec sa proximité du Bois de Boulogne et le parc des Buttes-Chaumont nous ont ouvert les bras et c’est ainsi que le miel de Paris APIS CIVI a commencé.
Les Champs-Elysées, Montmartre ainsi que Belleville ou encore les Batignolles ont donc été peuplées de nos ruches.
En 2019, la société a travaillé sur le déploiement sur la rive gauche et ce sont les 13ème, 14ème et 15ème  arrondissements qui ont été développés.
En 2017, unique producteur de miel labélisé « fabriqué à Paris », APIS CIVI reçoit de la part de la Mairie de Paris le coup de cœur d’un jury.
En 2018, le miel de Paris APIS CIVI a obtenu la médaille d’or du Concours Général Agricole pour la catégorie des miels multifleurs clairs.
En effet, notre miel de Paris sans pesticide profite d’une variété de fleurs exceptionnelle composée notamment de tilleuls, marronniers,
acacias ou encore des sophoras du Japon qui lui procure une qualité gustative unique.
Paris recense aujourd’hui plus de 2000 espèces d’arbres et de fleurs différentes que butinent nos abeilles grâce au maillage de nos ruchers.

Lettre de votre apiculteur

Bonjour à tous chers marraines et parrains

Il est temps pour moi de vous faire un petit point de fin de saison sur nos amies les abeilles et sur l’impact de vos contributions.

Après un bon début de saison pour la flore et pour nos colonies, nous avons eu un petit ralentissement en fin de printemps avec des précipitations et une flore moins fournie que ce que nous aurions pu l’attendre en temps normal. Cependant les colonies ont bien résisté à cette période de quelques semaines pour ensuite se reprendre et finir en beauté.

 

Les récoltes se sont terminées début Août avec un bilan plutôt positif car il représente par ruche le niveau de miel que nous avions atteint en 2018 et environ 30% de plus que ce qui avait été récolté en 2019. Les fleurs plus légères telles que l’acacia ont moins bien donné cette année ce qui procure une saveur relativement forte au miel et un millésime intéressant. Comme nous avons trouvé une grande diversité dans notre miel de Paris cette année, nous avons décidé d’en inscrire 2 aux concours au lieu de 1 seul les autres années. Le miel des ruchers de l’ouest parisien est plus foncé et boisé tandis que le miel du nord-est sera plus clair et plus floral. Nous ne manquerons pas de vous tenir informés des résultats de ces concours en début d’année prochaine.

 

Concernant la vie dans la colonie, nous avons commencé à préparer les ruches pour l’hiver. Nos traitements naturels à base d’extrait de thym ont été réalisés pour éviter les maladies hivernales et nous avons déjà réduit le volume à chauffer par les abeilles dans chaque ruche en y installant des cloisons hermétiques qui réduiront les besoins de la ruche pendant la période sans production. Si les conditions climatiques le permettent, nous ne manquerons pas de vous envoyer quelques photos complémentaires dans les semaines à venir.

 

Concernant les visites de vos ruches, nous sommes en train de nous organiser pour vous proposer quelque chose le plus rapidement possible mais les dates et lieux restent encore à confirmer. Dès que nous aurons ces informations, elles vous seront communiquées pour que nous puissions enfin échanger sur vos filleules.

 

Merci pour votre soutien et restez protégés.

 

Lionel

 

Voir toutes ses actualités

Le Rucher de Paris 16

Le Rucher de Paris 16

Ce rucher possède 4 ruches et il peut en accepter 6 de plus.
Les espèces d’arbres alentours sont le marronnier, le tilleul et l’acacia.
Cela produit un miel de fleurs liquide aux saveurs florales.
Ruches : Langstroth et Dadant

L'apiculteur : Pascal BOYARD

UTPLA apiculteur Pascal BOYARD

Apiculteurs à Briis sous Forges, notre petite exploitation familiale nous permet de produire exclusivement dans notre région des miels de qualité.
Depuis 20 ans nous produisons des miels de cru pour le plus grand plaisir de nos clients.
Notre production artisanale, est réalisée à partir d’abeilles sélectionnées sur des critères de rusticité et d’adaptation à l’environnement local, seuls gages de la conservation d’une abeille autonome.
Les premières fleurs qui apparaissent sont celles des épines noires, petits buissons produisant de prunelles violettes remarquables à l’automne.
Suivent les floraisons des merisiers de la forêt puis des arbres fruitiers de nos jardins, les pissenlits, marronniers d'inde, érable, aubépines, reine des prés.
Puis viennent les floraisons d’acacias, suivies des tilleuls, ronces, chardons, trèfles, ombellifères puis la saison se termine vers mi-juillet par les châtaigniers.
Nous militons pour une approche locale et développons des partenariats valorisant les acteurs de notre environnement économique.
De formation agricole, c'est dans la continuité de ma relation à mon terroir que je me suis rapproché des abeilles que j'avais rencontré vers l'âge de 8 ans.
L'objectif du parrainage est une manière pour moi de partager mes abeilles, faire profiter à plus de personnes des produits de mes ruches, sans que cela ne me demande plus de temps en commercialisation.

Quelques mots de votre apiculteur

Bonjour à tous,

La campagne miel 2020 est dans la moyenne, ce n'est pas une année de folie, nous ne battons pas des records de production mais comme nos abeilles sont très résilientes elles ont réussi à emmagasiner suffisamment de miel pour tout le monde :-) 

Les petits coups de chaleur du début de printemps ont accéléré le développement de fleurs alors que les les ruches n'étaient pas tout à fait en population pour faire de grosses récoltes.

Ensuite, sur la période printanière au mois d'avril, les périodes de vents froids ont affecté les colonies qui ont accusé le coup et un peu moins fait de miel. Les colonies étaient beaucoup plus populeuses et le peu de nectar que les butineuses rapportaient à la ruche, servait à nourrir toute la famille.

En effet, dès qu'il y a du vent les plantes font moins de nectar, et le peu de nectar est rapidement séché par le vent.

Le froid et le vent limitent la période favorable aux abeilles pour sortir butiner; moins de nectar = moins de miel.

Par la suite sur la période des acacias, nous avons eu des moments de grêle qui ont détruit une grosse partie des fleurs, fin mai.

Première semaine de Juin, les conditions climatiques se sont améliorées et les colonies étaient plus sereines pour récolter les nectars de tilleul, puis de ronces et de châtaignier.

Les événements caniculaires ont brûlé une parties des fleurs de châtaignier tant et si bien que la miellée était terminée dès la première semaine de juillet.

Puis nous avons eu cette période de sécheresse jusque fin août.

Finalement les petites pluies de fin août ont permis aux abeilles de récolter du nectar pour compléter leurs réserves hivernales.

J'ai du défendre les ruches contre les attaques des frelons asiatiques. Les abeilles se portent globalement très bien.

En ce moment, mon travail consiste à vérifier que les colonies soient suffisamment lourdes pour passer l'hiver, installer des isolants sur haut des ruches pour qu'elles aient moins froid et des grilles d'entrée pour éviter que les souris et mulots ne s'introduisent dans les ruches en hiver.

Il reste encore 2-3 semaines pour affiner les préparations à l'hivernage avant que le froid ne fasse entrer les colonies en léthargie.

Merci pour votre soutien et prenez soin de vous.

Amicalement.

Pascal

 

Voir toutes ses actualités

Le Rucher L'Abeille Hurepoise

Le Rucher L

Avec moins de 50 ruches de production, je sélectionne et reproduis les meilleures abeilles de notre cheptel afin de pouvoir transmettre des abeilles aux générations futures.
Nous commercialisons majoritairement nos produits en circuit court (AMAP, Groupement de Consom'Acteurs, associations, marchés locaux, vente directe...)

L'apiculteur : Frédéric GOFFIN

UTPLA apiculteur Frédéric GOFFIN

Je suis apiculteur en Belgique dans la province de Namur, passionné par le monde des abeilles.

Comme il est pour moi tout aussi important de produire du miel que de bien connaitre le comportement de l’abeille dans sa ruche
et dans son environnement naturel proche, j'ai décidé pour améliorer mes connaissances, de suivre un cursus de deux ans et de
peaufiner ce dernier par un cours spécifique sur l’élevage de reines.
Ce qui me permet d’élever moi-même les reines qui peuplent les futurs essaims dans la perspective d’augmenter mon cheptel pour
atteindre 40 à 50 ruches d’ici quelques années.

Mon souhait est d’apporter une brique en plus à la maison « abeilles ». En effet si ces petites bêtes venaient à disparaître,
ce sont près de 80% des espèces végétales qui pourraient disparaître de la surface de la terre.
A la base de l’équilibre des écosystèmes, elles représentent plus de 35% de nos ressources alimentaires…
Il faut donc en élever de plus en plus et les protéger.

Une saison rythmée

Très chères marraines, très chers parrains,
Ce printemps 2020 a été un peu particulier avec cette crise que tout le monde a connue.
Dans notre malheur, elle a fait profiter nos abeilles d'un peu de calme et de moins de pollution que d’habitude (beaucoup moins de trafic routier et aérien).
Cette période estivale a été une réussite du côté des miellées : Un printemps avec des nuits froides, mais des journées bien ensoleillées et chaudes,
ce qui favorise les sorties de nos butineuses pour aller chercher le nectar et pollen.
En général, à la fin de la miellée de colza et pissenlit, une petite période de repos (creux de miellée) s'installe.
Mais cette année il n'y a pas eu « ce creux de miellée » et nos avettes ont immédiatement repris le travail sur la miellée des aubépines.
Nos campagnes ont été recouvertes de ce magnifique voile blanc associé à ces arbustes.
Les fruitiers ont très bien donné aussi et actuellement nous pouvons en profiter pour récolter en grand nombre nos cerises et fraises.
Bientôt les autres fruitiers nous donneront leurs présents grâce à une bonne pollinisation de nos petites protégées.

La saison d'été a déjà commencé pour nos abeilles.
Elles sont en ce moment en train de butiner ou vont butiner très bientôt les grands arbres, comme le robinier faux acacia, les tilleuls, ou encore les châtaigniers...
Du côté de l'apiculteur, ce n'est pas de tout repos non plus, comme pour nos petites protégées.
Les journées sont très longues et intenses aussi.
Durant cette période très courte (de début avril à fin juillet), nous n'avons pas beaucoup de temps pour nous poser des questions et flâner.
Mais notre récompense est dans la bonne santé de nos abeilles ou encore lorsque le miel coule à flot dans notre extracteur avec ce parfum bien caractéristique.
Encore une fois je souhaite remercier tous nos parrains et marraines pour le soutien que vous nous apportez.
A bientôt pour d'autres nouvelles,
Frédéric

Voir toutes ses actualités

Le rucher de Vignette

Le rucher de Vignette

Je dispose aujourd'hui de plusieurs ruchers dans la commune de Floreffe (Province de Namur) et de ses alentours.
 
Les ruchers sont placés à des endroits stratégiques ou une étude des plantes mellifères a été faite pour pouvoir donner à manger à nos petites protégées
le plus longtemps possible et dans des conditions favorables pour elles.

J'ai aussi un rucher d'élevage de reines proche de la Miellerie, car cette activité demande beaucoup de temps et surtout beaucoup d'opérations, mais grâce
à ce rucher nous pouvons améliorer la génétique de nos reines pour l'acclimatation des nouvelles conditions météorologiques à venir et surtout améliorer
l'aspect hygiénique de nos abeilles pour combattre l'acarien 'Varroa Destructor' qui est une catastrophe pour leur survie.
 
Suite à la demande en miel de plus en plus conséquente chaque année, le nombre de ruche ne fait que d'augmenter d'année en année, mais souvent nous
devons faire des essaims supplémentaires pour pallier les pertes hivernales.

Mon activité est semi-professionnelle, car en Belgique il est très difficile dans vivre et surtout le risque de perdre son cheptel est trop élevé, mais ce qui me
fait continuer dans cette voie est la passion pour cet insecte vraiment incroyable et fascinant et surtout de pouvoir retransmettre aux générations futures
mes connaissances apicoles et l'importance de protéger les abeilles (domestique et sauvage), car sans elles nous mourrions de faim.

L'apiculteur : Wilfrid BOUCHER

UTPLA apiculteur Wilfrid BOUCHER

Je m'appelle Wilfrid, je suis origniaire de la Réunion et apiculteur en Haute Normandie dans l'Eure.
J'ai trouvé le goût à l’apiculture depuis mon enfance grâce à mon grand père qui possédait plusieurs ruches.
En 2009, j'ai commencé par prendre des cours d'apiculture dans un rucher école du syndicat apicole de Haute Normandie.
Puis en 2010, je me suis remis à l'apiculture, avec une ruche fabriquée par mes soins et un essaim récupéré dans un arbre.
Peu de temps après, j'ai développé mon rucher en récupérant les essaims de mes premières ruches, tout en apprenant à les gérer.
Depuis, pris de passion, je gère moi-même mes propres ruches qui sont placées au Marais Vernier.

J'ai rejoint Un Toit Pour Les Abeilles en mai 2014, puisque je veux vraiment lutter contre la disparition des abeilles dans le monde, disparition qui ne cesse de croitre.
En 2015, j'ai obtenu mon BP Responsable Exploitation Agricole en Apiculture.
Depuis peu, je suis devenu apiculteur professionnel et je m'occupe de quelques 200 colonies.

Quelques nouvelles des ruches

Bonjour chers parrains,

Je profite de ces quelques mots pour vous remercier de votre soutien et de vous donner quelques nouvelles.

Le printemps a été très en avance et prospère. La météo était quasi estivale. Les colonies se sont développées rapidement. Les fleurs étaient aux rendez-vous. La récolte a donc été très bonne.

Nous avons profité pour faire aussi de nouveaux essaims afin de pallier aux pertes futures et éventuelles.

Quant à l’été, il a été très sec. Les plantes et les abeilles ont beaucoup souffert de la canicule, et la récolte de miel d’été aussi.

Actuellement je m’occupe du traitement varroa.

De notre côté, nous n’avons vu que très peu de frelons asiatiques au printemps. C’est très bon signe ! Je pense que tout le monde se mobilise bien pour les piéger et faire détruire leurs nids. Merci.

L’hiver approche, prenez soin de vous et de vos proches.

A très bientôt.

Wilfrid BOUCHER

Apiwilly

Voir toutes ses actualités

Le rucher de Marais-Vernier

Le rucher de Marais-Vernier

Le Marais Vernier est vaste zone humide de 4500 hectares avec ses roselières, ses prairies humides et sa tourbière de 2000 hectares (la plus grande tourbière de France).
Classé Natura 2000, la richesse du Marais Vernier tient à la fois de sa grande diversité de milieux et de la qualité de ceux-ci.

Les ruches installées dans cet environnement pourront butiner arbres fruitiers, nectars de la forêt et des prairies.
Le miel récolté sera un miel de toutes fleurs avec des notes de Châtaignier.
Wilfrid travaille avec des ruches dites DADAN et des abeilles noires (abeilles de pays).

L'apiculteur : Clément LEROY

UTPLA apiculteur Clément LEROY

Je m’appelle Clément. Je suis apiculteur récoltant par passion installé à Poitiers.
C'est au printemps 2015 que j'ai fait l'acquisition auprès d'un apiculteur en Vienne de mes trois premières ruches.
Après plusieurs années de travail, de rencontre et de pratique, mon expérience apicole m'a amené
à devenir le gardien d'une cinquantaine de colonies.

La récolte du miel d'été

Chers parrains,

Seulement quelques mois nous séparent de notre dernière correspondance d’avant saison, et pourtant, celle-ci touche déjà à sa fin.

La sortie de l’hiver s’est passée aussi bien qu’espérée lors de mon dernier message.
Nous avons eu un printemps extraordinairement beau et chaud.

Alors que beaucoup de confinés profitaient du soleil dans leur jardin, sur leur balcon ou devant leur fenêtre, chaque ruche s’affairait à récolter des kilos et des kilos de nectar.
Les appels pour cueillir des essaims pleuvaient et la récolte de miel de printemps fut précoce et abondante.

Malheureusement, cet épisode a été suivi de quelques jours d’orages et de vents violents qui se sont abattus sur les si fragiles fleurs d’acacia, privant nos butineuses de cette miellé.
Les abeilles n’ont guère eu plus de chance sur la floraison du châtaignier, avec seulement quelques jours de butinage, après une bonne semaine de pluie.
Triste saison pour nos si bon miel mono floraux.

Malgré tout, nous pouvons nous réjouir : les colonies se sont très bien comportées et ont été belle et forte sur l’ensemble de la saison, nous offrant un délicat miel de fleurs.
Nous sommes actuellement début aout, il va être temps de faire la dernière récolte : la récolte du miel d’été.
Visiblement nous finirons par une moyenne… moins abondante que la miellé de printemps mais plus généreuse que les précédentes.

C’est désormais une nouvelle bataille qui a lieu sur cette fin de saison : la lutte contre varroa destructor (acarien parasite de l’abeille) à son apogée à cette période de l’année.
Il se nourrit de l’hémolymphe des abeilles et celles de leurs larves. Si seulement il n’y avait que varroa… Nous devons maintenant également lutter contre Vespa velutina (le frelon asiatique), qui est chaque jour de plus en plus présent devant les ruches.
A cette période de l’année, les nids de frelons sont très gros et ils continuent de grossir. Les frelons ont un énorme besoin de protéines pour nourrir leurs larves de plus en plus nombreuses.
Quoi de plus facile que de se poster à l’entrée des ruches pour prélever les protéines nécessaires : nos chères abeilles.
Il n’est pas rare de voir jusqu’à 4 frelons devant une ruche et la prédation ne va faire qu’augmenter jusqu’à l’hiver.
Chaque année le même drame se reproduit.
Je multiplie les tests pour débarrasser les ruchers de ce prédateur et, plus le temps passe, plus je me sens impuissant.

Quoiqu'il en soit, je sais que le métier d'apiculteur n'est pas simple et que certains moments sont plus durs que d'autres. Mais la passion qui m'anime me permet de rester combatif et positif ! il y aura des jours meilleurs !
Aujourd’hui un seul objectif : permettre aux colonies de se préparer à l’hiver.

Au plaisir,

Clément

Voir toutes ses actualités

Le rucher du Porteau

Le rucher du Porteau

Les colonies des « Prés Leroy » sont actuellement réparties en trois ruchers :
un rucher mobile, un rucher en sud Deux-Sèvres sur un terrain de 2,5 hectares acquis et reboisé de 1600 arbres et arbustes en 2018
et un rucher niché dans les falaises de Poitiers offrant la vallée du Clain en espace de butinage.
Ces trois ruchers me permettent actuellement de pouvoir récolter sept miels différents :
printemps, colza, acacia, châtaignier, fleurs, crémeux et tournesol).
Grâce au soutien des parrains « Un Toit Pour Les Abeilles », je souhaite pouvoir développer dans de bonnes conditions le nombre de
ruches et continuer à créer de nouveaux espaces de butinage et de biodiversité dans ma région.


L'apiculteur : Grégoire HEINRICH

UTPLA apiculteur Grégoire HEINRICH

Grégoire est un jeune apiculteur qui habite à Toulouse.

Il a augmenté son nombre de ruches après en avoir acheté 35 l'hiver dernier.  
Une partie de la saison a consisté à créer d'autres colonies pour habiter ces nouvelles maisons.
Il a donc divisé toutes les colonies qui lui restaient au printemps.
Il a fini l'année 2017 avec 70 colonies, en progression par rapport aux années précédentes.

Son prochain objectif est d'arriver à 100 ruches, que toutes ces caisses soient remplies de manière constante, peut-être en 2018, avec la volonté de s'occuper après, au mieux de ces colonies. 

Il a aujourd'hui plus de colonies en hivernage et relativement belles.
Ce qui laisse présager du meilleur pour la saison prochaine.

Des nouvelles après l'incident survenu au rucher

Bonjour à tous,

Merci pour vos messages de soutien.
Je voulais faire un autre message.  
Il y a eu cet événement naturel. Surprenant. J’avais fait au mieux et je dois dire plutôt bien au printemps dans ce contexte pas facile (pour tout le monde).
Pour les apiculteurs le printemps est vraiment le moment à ne pas louper.
La phase intense et la plus complexe étaient en train de se terminer et tout d’un coup…
Un agriculteur m’appelle pour me dire que mes ruches sont sous l’eau.
Sur le moment, j’ai fait comme j’ai pu. J’en ai sauvé certaines mais qui vont prendre du retard de développement.
Et d’autres ont été noyées, j’ai même retrouvé des ruches à plus de 50 m plus bas dans le ruisseau.
Alors, j’ai commencé à récupérer les ruches emportées, les toits, les couvre-cadres, les cadres, …. J’ai commencé à nettoyer le rucher et à tout réorganiser.
Je vais remettre des essaims dans les ruches vides.
Sur les autres ruchers, le bilan du printemps est plutôt très bon.
Et le bilan général de cette période est plutôt bon malgré cet événement.
Alors en tant qu’apiculteur et amoureux de la nature, ça a été une vraie peine de voir toutes ces abeilles mortes.
Mais au bout du compte, je crois que la vie gagne toujours. Et je vais l’y aider à ma mesure.
En repeuplant de milliers de petits insectes, grandes expertes du miel, toutes les ruches qui avaient été vidées... qui seront bientôt débordantes de vie.
Bon courage à tous !

Voir toutes ses actualités

Le rucher de Castelnaudary

Le rucher est situé sur la commune de Castelnaudary, proche de la Montagne Noire...
Les abeilles sont heureuses sur le rucher.
Elles peuvent apprécier une belle diversité florale, offrant des nectars et pollens variés.

Parmi les floraisons nombreuses, tout au long de l'année, celle de colza, d'aubépines, de carottes, d'oignons...
On y récolte aussi un savoureux miellat et du tournesol...

L'apiculteur : Jean-Charles BUREAU

UTPLA apiculteur Jean-Charles BUREAU

Artiste et apiculteur, j'ai suivi mes études au beaux-arts de Paris.
Je suis maintenant artiste, vous pouvez voir mon travail sur mon site jean-charlesbureau.com.
En parallèle, je me suis lancé en tant qu'apiculteur, par passion et pour trouver un équilibre financier entre ces deux activités.
L'apiculture m'est venue assez jeune, par le biais malheureux de la sclérose en plaque de ma mère.
En regardant les bénéfices potentiels des produits de la ruche pour ce genre de maladie, mon intérêt s'est naturellement orienté sur les abeilles.

J'ai énormément lu sur le sujet jusqu'au jour où j'ai sauté le pas.
Je me suis formé auprès d'un apiculteur en Bretagne.
Dès mon arrivée à Marseille il y a deux ans, j'ai continué à travailler avec un autre apiculteur du réseau Un Toit Pour Les Abeilles, Denis Fiorile auprès duquel je me forme encore et à qui je rachète l'exploitation au fur et à mesure.
J'ai commencé mon exploitation avec une quarantaine de ruches, je suis dorénavant avec une centaine et le projet à venir dans les prochaines années est de monter à 200 ruches et labélisé Bio mon exploitation
Vous pouvez suivre mon exploitation tout au long de la saison sur instagram ou facebook sur MIEL BUREAU. J’y explique précisément le travail effectué au jour le jour.

Venez me recontrer au rucher !

Chères marraines, chers parrains bonjour !

Je vous invite, ainsi que Denis F., autre apiculteur du réseau Un toit Pour Les Abeilles dans la région, sur l'un de nos ruchers afin de découvrir notre activité.
Avec Denis nous travaillons depuis plus de 3 ans ensemble...

Nous pourrons partager un repas tous ensemble (chacun ramène des tartes salées / sucrées / boissons) et nous partagerons un moment gourmand tous ensemble proches des ruches).

Enfin, une vente de miel pourra vous êtres proposée :-) 

Rdv le samedi 06/06/2020 à 10h

Moulin Blanc
83640 Saint Zacharie
Me contacter au 06.60.60.34.32 si jamais vous ne trouvez pas.

Et voici le lien d'inscription : https://www.untoitpourlesabeilles.fr/portes-ouvertes/185-visite-de-rucher-a-saint-zacharie.html

Voir toutes ses actualités

Le rucher de Roquevaire

Le rucher de Roquevaire

Ce rucher se situe à Roquevaire, une vue majestueuse sur le Garlaban.
Les abeilles iront butiner principalement sur le romarin dès le début du printemps, très tôt par ici. Un miel de Garrigues se présentera petit à petit avec l'arrivée du thym.
Les abeilles se chargeront en pollen avant la grande transhumance sur les champs de lavande de Provence.

Ces trente ruches en activité mélangent des abeilles noires locales et la buckfast classique.

Que se passe-t-il ce mois-ci sur votre rucher ?

Introduction :

Les températures baissent, les feuilles des arbres rougissent et nous ressortons les plaids moelleux pour des soirées cocooning :
pas de doute, le mois d’octobre est là ! Les abeilles font aussi face à ce changement de climat et toute la ruche se réorganise pour débuter la saison froide.
Partons en immersion dans le quotidien de nos butineuses préférées en ce début d’automne !


...




Imprimer la page

Retour