LABORATOIRES VENDOME

Logo LABORATOIRES VENDOME

Depuis 40 ans, LABORATOIRES VENDOME® réconcilie les peaux sèches et sensibles avec le plaisir de la douche. Riche de son expertise pharmaceutique, la marque répond aux besoins des peaux délicates en leur apportant confort et souplesse, jour après jour.


Voir leur site internet

Nous sommes fier.e.s de travailler au quotidien pour proposer des formules optimales pour le soin de toutes les peaux, mais aussi de nous remettre en question pour améliorer notre engagement environnemental. Nos gels douche et crèmes de douche sont 100% recyclables (bouteille et bouchon), et de manière plus générale, le groupe Bolton, auquel nous appartenons, s'engage pour la planète à travers le programme WE CARE : https://boltongroupwecare.it/en. Avec Un Toit Pour Les Abeilles, LABORATOIRES VENDOME® s'engage en 2021 à parrainer 3 ruches françaises (91) et à faire planter 10.000m² de fleurs BIO qui iront nourrir les abeilles.

Les ruches en images

  • La ruche LABORATOIRES VENDOME
  • La ruche LABORATOIRES VENDOME
  • La ruche LABORATOIRES VENDOME
  • La ruche LABORATOIRES VENDOME
  • La ruche LABORATOIRES VENDOME
  • La ruche LABORATOIRES VENDOME
  • La ruche LABORATOIRES VENDOME
  • La ruche LABORATOIRES VENDOME
  • La ruche LABORATOIRES VENDOME
  • La ruche LABORATOIRES VENDOME
  • La ruche LABORATOIRES VENDOME
  • La ruche LABORATOIRES VENDOME
  • La ruche LABORATOIRES VENDOME
  • La ruche LABORATOIRES VENDOME
  • La ruche LABORATOIRES VENDOME
  • La ruche LABORATOIRES VENDOME

L'apiculteur : Pascal BOYARD

UTPLA apiculteur Pascal BOYARD

Apiculteurs à Briis sous Forges, notre petite exploitation familiale nous permet de produire exclusivement dans notre région des miels de qualité.
Depuis 20 ans nous produisons des miels de cru pour le plus grand plaisir de nos clients.
Notre production artisanale, est réalisée à partir d’abeilles sélectionnées sur des critères de rusticité et d’adaptation à l’environnement local, seuls gages de la conservation d’une abeille autonome.
Les premières fleurs qui apparaissent sont celles des épines noires, petits buissons produisant de prunelles violettes remarquables à l’automne.
Suivent les floraisons des merisiers de la forêt puis des arbres fruitiers de nos jardins, les pissenlits, marronniers d'inde, érable, aubépines, reine des prés.
Puis viennent les floraisons d’acacias, suivies des tilleuls, ronces, chardons, trèfles, ombellifères puis la saison se termine vers mi-juillet par les châtaigniers.
Nous militons pour une approche locale et développons des partenariats valorisant les acteurs de notre environnement économique.
De formation agricole, c'est dans la continuité de ma relation à mon terroir que je me suis rapproché des abeilles que j'avais rencontrées vers l'âge de 8 ans.
L'objectif du parrainage est une manière pour moi de partager mes abeilles, faire profiter à plus de personnes des produits de mes ruches, sans que cela ne me demande plus de temps en commercialisation.

Un bilan mitigé

Bonjour, 

Avec la sécheresse que nous avons vécue, les plantes et arbres ont peiné à sécréter du nectar.

Certains arbres sont morts, les ronces sont mortes ainsi que beaucoup de plantes sauvages qui nourrissent les abeilles.

Ce n'est que depuis 10 jours que les ruches commencent à rentrer un peu de nectar et de pollen pour lancer les élevages d'abeilles d'hiver. 

Au final, notre production de miel d'été n'est que de 50% de ce qu'elle aurait dû être.

Sur certains ruchers, dont l'ère de butinage est située sur des terres plus humides, les colonies ont réussi à faire des réserves alors que dans les zones plus sèches, il faudra certainement compléter les réserves après la floraison des lierres.

En ce moment, les abeilles butinent les trèfles, luzernes, chardon, aster ainsi que quelques fleurs des jardins.

Dès la semaine prochaine, les premiers lierres vont commencer à fleurir, jusqu'à mi-octobre. 

Dès mi-octobre notre activité sur les ruches va se réduire ce qui nous permettra de nous concentrer sur le tri et le rangement du matériel.

Puis sur la fonte des brèches et opercules de cire qui seront gaufrées pour servir dans les ruches et ruchettes l'an prochain.

Beaucoup de lots de cire du commerce sont pollués, adultérés avec d'autres matières comme la paraffine ou la stéarine.

Ces cires frelatées parfois ne résistent pas à la chaleur, fondent sur les abeilles et détruisent la colonie.

Lorsque ces cires sont polluées, les abeilles refusent de les bâtir.

Afin d'éviter d'être de nouveau confronté à ce type de problème, nous n'utilisons que la cire qui provient de nos ruches car c'est la seule garantie de qualité. 

Actuellement, les travaux sur les colonies consistent à vérifier les provisions hivernales dans les ruches et ruchettes, remplacer les vieilles reines des ruches de production par des jeunes reines de l'année. Ce travail permet de libérer les nucleis en regroupant les abeilles dans des plus grosses ruches dont elles vont augmenter la population et améliorer l'hivernage.

En effet, plus la population d'abeilles d'hiver est importante, moins elles auront besoin de se chauffer et meilleur sera l'hivernage.

Les grosses populations garantissent un bon démarrage des colonies au printemps car la reine pourra pondre sur un plus grande surface, donc élever plus d'abeilles pour de bonnes récoltes si les conditions climatiques le permettent.

Il ne vous a pas échappé que le dérèglement climatique est à l'œuvre et nous devons prendre en compte que le climat de notre enfance est définitivement perdu.

Dorénavant, nous ne savons plus comment sera la prochaine saison et des événements climatiques peuvent détruire des floraisons, et affamer les abeilles.

Des événements très chauds trop tôt et très froids trop tard ont un impact très négatif sur la végétation et donc les fleurs qui nourrissent les abeilles.

Les événements froids et pluvieux comme nous avons vécu l'an passé ont un impact extrêmement négatif sur les colonies d'abeilles, qui nous contraignent à intervenir pour les conserver en vie lorsqu'il n'y a pas de nourriture dans l'environnement.

L'activité humaine a un tel impact sur le climat, que de nombreuses espèces d'insectes ont disparu.

Si il n'y avait pas d'apiculteurs pour entretenir les ruches, les suivre et les nourrir en cas de besoin, il n'y aurait déjà quasiment plus d'abeilles.

Nous passons aussi plus de temps dans la miellerie car c'est la période de mise en pots intensive afin de préparer les premiers marchés qui commencent.

Merci encore pour votre soutien et à très bientôt !

Pascal

 

Voir toutes ses actualités


Le Rucher L'Abeille Hurepoise

Le Rucher L

Avec moins de 50 ruches de production, je sélectionne et reproduis les meilleures abeilles de notre cheptel afin de pouvoir transmettre des abeilles aux générations futures.
Nous commercialisons majoritairement nos produits en circuit court (AMAP, Groupement de Consom'Acteurs, associations, marchés locaux, vente directe...)

Que se passe-t-il ce mois-ci sur votre rucher ?

Introduction



Chères marraines chers parrains, vous avez peut-être vu passer la nouvelle.
Le 10 octobre prochain nous lançons une grande collecte de fonds nationale dans le cadre d’un projet complémentaire au parrainage de ruches.

Quel en est l’enjeu ?

Nous sommes partis d’un constat et d’une demande de plus en plus récurrente des apiculteurs de notre réseau :
Bien que les parrains leur offrent une aide précie...




Imprimer la page

Retour