PFM-Solutions

Logo PFM-Solutions

PFM-Solutions, créée en 2012 appartient aux transporteurs présents dans les différents groupements français EVOLUTRANS, ASTRE, FLO, TRED UNION, les transporteurs indépendants mais aussi B2Pweb la bourse de fret.

Sous la bannière PALBANK, nous avons pour objectif de proposer des services économiques pour la gestion des palettes, la mutualisation des collectes : une Economie pour Tous et ceux-ci sont accessibles à tous les acteurs de la Supply Chain.

Aujourd’hui, c’est plus de 320 points de services partout en France et Belgique, avec une équipe à votre écoute.


Voir leur site internet

Aujourd’hui, le monde du transport est attentif à l’environnement. Nos solutions permettent des transferts virtuels de palettes, de réduire les émissions de CO2 en minimisant les trajets. Pour aller plus loin, dans cette prise de conscience écologique, nous sommes partenaires auprès des apiculteurs qui maintiennent un environnement durable et écologique…
Essentiel à la vie sur terre !

Les ruches en images

  • La ruche PFM-Solutions
  • La ruche PFM-Solutions
  • La ruche PFM-Solutions
  • La ruche PFM-Solutions
  • La ruche PFM-Solutions
  • La ruche PFM-Solutions
  • La ruche PFM-Solutions
  • La ruche PFM-Solutions
  • La ruche PFM-Solutions
  • La ruche PFM-Solutions
  • La ruche PFM-Solutions
  • La ruche PFM-Solutions
  • La ruche PFM-Solutions
  • La ruche PFM-Solutions
  • La ruche PFM-Solutions
  • La ruche PFM-Solutions
  • La ruche PFM-Solutions
  • La ruche PFM-Solutions
  • La ruche PFM-Solutions
  • La ruche PFM-Solutions
  • La ruche PFM-Solutions
  • La ruche PFM-Solutions
  • La ruche PFM-Solutions

L'apiculteur : Pierre Antoine et Mathieu COUVREUR - DECOSTER

UTPLA apiculteur Pierre Antoine et Mathieu COUVREUR - DECOSTER

Nous nous sommes rencontrés (Pierre-Antoine et Mathieu) en 2000 sur les bancs de l’université avant de devenirs amis et créer notre entreprise.
Nous avons tous deux un diplôme d’agronome et avons travaillé dans des secteurs différents avant de se retrouver dix ans plus tard autour d’une passion commune : l’apiculture.
Mathieu : Après mes études en agronomie, j’ai travaillé dans le secteur de l’alimentation animale et me suis beaucoup intéressé à la prévention des maladies dans le cadre de l’élevage.
Une expérience particulièrement importante pour la bonne santé des abeilles pour lesquelles j’ai développé une passion.
Pierre-Antoine : La découverte de l’apiculture s’opère dès l’adolescence pour moi, alors que je commence mon « écolage » auprès d’un ami de la famille qui possède des ruches.
Après quelques mois d’apprentissage, je possédais déjà ma propre colonie. Depuis lors, mon enthousiasme n’a fait que s’accroître au fil des ans.

Notre philosophie
"Beelgium est une entreprise à taille humaine animée par la passion du travail bien fait, toujours dans la bonne humeur. Pour Beelgium, produire du miel n’est pas qu’une question économique mais bien une question écologique. En participant à la bonne santé des colonies d’abeilles en Belgique, on renouvelle le cheptel et on prend soin de notre environnement. Notre objectif ? Produire du miel belge, de qualité, tout en favorisant le soin de notre environnement. "

Nouvelles des colonies

Bonjour Parrains, Bonjour Marraines,

 

Je me permets de vous envoyer quelques nouvelles de nos colonies. 

En ce moment, avec ce printemps maussade, il nous est difficile de visiter nos ruches afin de contrôler les cellules royales, nous jonglons entre les gouttes et consultons nos applications météo. 

L'élevage de reines bat son plein, picking sur nos reines inséminées, introduction des reines vierges dans de nouveaux nucléis, contrôle de la ponte 2 semaines après les vols nuptiaux, ...

Cette semaine, nous avons récolté le miel de colza et commençons les transhumances sur nos différents ruchers situés dans les bois avant de rebouger sur les allées de Tilleuls !!!

 

Merci encore de votre soutien, 

N'hésitez pas à découvrir nos métiers, nos passions, notre savoir faire.

Très chaleureusement,

 

Mathieu D.

Voir toutes ses actualités

Le Rucher de Beelgium

Le Rucher de Beelgium

En intégrant le réseau Un Toit Pour Les Abeilles, nous souhaiterions partager notre passion avec des marraines et parrains engagés, tout en augmentant notre cheptel.
Les colonies profitent d’une flore belge, qui ressemble à celle du nord de la France, avec quelques zones agricoles en colza, luzerne, phacélie et des zones sauvages de tilleul, bruyère callune, saule.
Si vous souhaitez nous rejoindre sur les réseaux sociaux, nous vous partageons avec plaisir notre page facebook https://m.facebook.com/beelgiumbee/

L'apiculteur : Céline MARTIN-JARRAND

UTPLA apiculteur Céline MARTIN-JARRAND

Nous sommes apiculteurs dans le Parc Naturel du Vercors, 100% de notre production est issue de ce territoire préservé, sans transhumance de nos abeilles.

Nous avons à cœur de respecter le développement naturel de nos colonies, nous utilisons notamment des ruches Warré qui permettent une approche très douce vis à vis de l'abeille.
Nous nous engageons chaque année à former une centaine d'apiculteurs amateurs et à sensibiliser le public à la préservation des abeilles à travers des ateliers pédagogiques et la rencontre avec cette société incroyable qu'est une colonie d'abeilles.

Après avoir fait le choix de ne plus être certifié bio ces dernières années, nous avons signé un engagement de conversion en agriculture bio pendant une durée de 1 an.
Au terme de l'année de conversion et si le cahier des charges a bien été respecté nous passerons à nouveau en Bio.

DU MIEL BIO... KESAKO ?
Au niveau du cahier des charges :
- La zone de butinage doit être composé majoritairement de fleurs sauvages ou cultures mellifères labellisées AB
- Tout ce qui entre dans la ruche doit être bio : nourrissement (en apiculture, on aime inventer des mots !) des abeilles, cire, médicaments, traitement du bois...
 
Pour nous le bio doit-être en plus :
- LOCAL, donc pas de transhumance de nos ruches ! Notre production est 100% Vercors.
Notre secteur de prédilection : le Vercors sud, du Diois au Royans en passant par le plateau (Vassieux, St Agnan, Herbouilly...)
 
- DOUX, donc nous laissons vivre nos abeilles : bâtisses naturelles des alvéoles, peu de nourrissement au sucre, toujours bio et le plus local possible (sucre de betteraves français ou allemand) ...
Nous remercions tous les parrains et marraines qui nous soutiennent depuis tant d’années ! Sans vous, le miel du Vercors n'existerait plus!

UN GRAND MERCI !!

Nouvelles du Vercors

Bonjour à tous, 

 

Voilà quelques nouvelles de vos protégées du Vercors: Les abeilles ont bien hiverné et le printemps est de retour! 

 

Malheureusement, l'année ne commence pas sous les meilleures auspices car, dans le Vercors, il fait froid et sec jusqu'à présent. Les gelées de printemps ont abîmé les premiers bourgeons et c'est donc de la nourriture en moins pour nos abeilles.

Nous attendons la pluie avec impatience car la terre est trop sèche et le nectar ne viendra pas aux fleurs s'il n'y a pas plus d'humidité.

Comme disent les paysans par chez nous, on a toujours connu des années mauvaises pour la nature mais avant c'était une ou deux fois tous les dix ans et maintenant c'est au moins une année sur deux...

Ca nous fait forcément réfléchir à la pérennité de notre élevage dans ces conditions compliquées, dues au changement climatique. 

 

Mais en même temps, la saison est là et c'est le moment de repeupler les ruches laissées vides par la mort de colonies cet hiver. 

En avril et en mai, nous divisons donc nos ruches et élevons des reines pour créer de nouvelles colonies d'abeilles.

C'est une activité essentielle pour les apiculteurs-trices, qui nous redonne le sourire mais nous occupe aussi beaucoup en ce moment ! 

 

 

Nous allons commencer à préparer les colis de miel dès que possible, mais ça ne sera pas très rapide car le printemps est un moment où l'on ne devrait que s'occuper de nos abeilles.

Je profiterai des jours de pluie pour les préparer. Merci de votre patience!

Je voudrais remercier tous les parrains et marraines qui nous ont envoyé un mot d'encouragement ou de remerciement... Ca fait chaud au coeur, MERCI BEAUCOUP!! 

Je garde précieusement ces cartes et lorsqu'un petit coup de blues arrive, je les lis pour me redonner du courage ;)

 

Prenez bien soin de vous,

 

Céline.

 

Voir toutes ses actualités

Les abeilles du Vercors

Les abeilles du Vercors

Nos ruchers sont répartis sur 4 secteurs du Parc du Vercors: le Diois, le Royans, le plateau et les hauts plateaux. A chaque secteur correspond un étage de végétation typique :

Le miel du Diois est représentatif de la vallée : une année chaude et sèche et les abeilles butinent le miel de chêne : Notes puissantes et boisées.
Alors qu’une année plus humide produira un miel dominé par le thym, le tilleul, les fruitiers : Notes aromatiques et fleuries.

Le miel de Lavande de Chamaloc nous invite dans la partie méridionale du Vercors à la rencontre des plantes aromatiques.
Ici sur les terres où pousse naturellement la lavande fine, on cultive aussi le lavandin. Notes végétales et fleuries.

Le miel des Hauts Plateaux du Vercors est produit à plus de 1200 mètres d'altitude. C’est un miel de sapin blanc et de framboisier, typique du Vercors. Notes boisés et maltés.

Le miel du Royans nous fait découvrir les coteaux de châtaigniers et les tilleuls plantés par nos ancêtres. Notes mentholés et intenses.

Le miel de Prairies fleuries est récolté à 800 mètres d’altitude. C’est un paysage de prairies où des milliers de fleurs apparaissent au printemps.
C’est donc un miel d’une grande diversité florale: trèfle blanc, épilobe, ronce, framboisier, renoué bistorte, vipérine… Notes douces et fleuries.

Céline et Jérôme vous remercient (28/08/2017).

 

France 3 Alpes avec Jérôme et Céline

Reportage consacré à Jérôme et Céline et au projet Un toit pour les abeilles diffusé le samedi 15 Avril 2016.
Merci à Catherine, pour sa participation en tant que marraine.

L'apiculteur : Benjamin CUVILLIEZ

UTPLA apiculteur Benjamin CUVILLIEZ

Baigné par la nature et les abeilles depuis l’enfance, mon itinéraire me conduit toutefois à exercer le métier de charpentier dans les Cévennes.
En 2009, suite à des travaux de rénovation chez un apiculteur professionnel, ce dernier m’offre deux colonies, c’est le début de l’aventure !
L’apprentissage est permanent, semé d’erreurs, de rencontres, d’échanges, de lectures et de stages.
En 2018, je décide de m’installer sur les terres d’un ancien corps de ferme dans les Côtes d’Armor, (en Bretagne,) non loin de Guingamp.
Être associé à un toit pour les abeilles, c’est faire partie d’un réseau qui permet de sensibiliser et de rencontrer un plus grand nombre de personnes.
C’est aussi permettre aux consommateurs de s’investir dans une consommation responsable et engagée, de devenir « consom’acteurs ».

Nouvelles du printemps breton

Marraines, Parrains, 

Bonjour à vous toutes et tous. 

 

Ça y est l hiver breton touche à sa fin, du moins je l'espère et les abeilles aussi.

Fin avril, il est grand temps!

Néanmoins, cette période est propice aux différents préparatifs pour la nouvelle saison. Toutes les ruches ont ainsi été changées lors de la visite de printemps fin mars par de nouvelles propres, réparées et repeintes. Pour certaines la couleur est de rigueur et cela égaye le rucher.

Les ruches sont belles et saines et certaines ont déjà reçu une hausse pour la récolte de printemps. Les pissenlits, saules, pruneliers et les champs de colza font le bonheur des abeilles en ce début de saison, pourvu que la météo reste clémente...

Le travail va s'intensifier au rucher, les récoltes dès mi mai, la création de nouvelles colonies, l'entretien des différents emplacements et la préparation de vos colis.

En bref du boulot mais du plaisir aussi :)

 

Kenavo, Benjamin.

 

  

Voir toutes ses actualités

Le rucher de Kermorvan

Le rucher de Kermorvan

Les ruches sont sédentaires sur différents ruchers installés en priorité sur des zones naturelles et bio autour de la ferme.
Les abeilles, de type race noire produisent des miels polyfloraux aux parfums et textures très différents tout au long de l’année.
La première récolte de la saison commence en mai, avec un miel à la texture onctueuse et crémeuse,
de couleur claire et dont les très doux arômes évoquent les fleurs de phacélie, de colza, et les haies bocagères.
S’ensuit le mois de juillet avec un mélange de ronce, trèfle, châtaignier et autres fruitiers offrant une texture cristallisée.
Ce miel a un parfum agréablement fruité, boisé, délicat et persistant en bouche.
À la fin de l’été, une dernière récolte, avec des miels quasi monofloraux de sarrasin ou de miellat de chêne qui se singularisent par une couleur foncée et une texture liquide.
Le miellat de chêne révèle des saveurs complexes et une sensation de bonbon fleuri.
Je récolte le miel, l’extrais et le mets en pot directement. Il conserve ainsi toutes ses propriétés et bienfaits.
La conduite du rucher tend vers le bio (traitements, cires, soins…) pour respecter (au maximum) les abeilles, la nature et les gourmands.
Au fil des saisons, découvrez le travail des abeilles, de l’apiculteur et goûtez aux saveurs florales de la région bretonne.

L'apiculteur : Sarah HOLTZMANN

UTPLA apiculteur Sarah HOLTZMANN

Sarah, apicultrice depuis 2007 est installée à Moussey, dans les Vosges.

Sarah s'est reconvertie professionnellement de 2004 à 2007, et quoiqu'au démarrage son exploitation comptait 26 ruches, elle en gère maintenant 300.
Sarah est aussi très attentive aux questions environnementales et utilise des peintures 100 % naturelles.

En plus de la production de miel, de reines et d'essaims, Sarah se lance dans la récolte de gelée royale à destination des particuliers, ainsi que celle de la récolte de propolis pour les laboratoires pharmaceutiques.

Visite au rucher

Bonjour à tous,

Lucas, mon fils et moi-même vous donnons rendez-vous le Samedi 26 Juin 2021 à 10h30 avec une présentation de l'exploitation, visite de la miellerie...


Pique-nique en commun avec la mise à disposition du barbecue (les participants sont invités à amener leur déjeuner)

Départ pour les ruches vers 14 h
Collation offerte par Sarah et Lucas vers 16h
Fin de la journée aux alentours de 17h

Activité : 

Observation des abeilles
Rencontre avec votre apiculteur
Visite de la miellerie
Dégustation des produits de la ruche

Lieu : 

Rendez-vous le Samedi 26 juin 2021 sur la commune de Moussey petit village de 600 habitants, étendue sur 2950 ha dont 94 % de forêt de 360 à 940 m d'altitude, aux confins de deux départements Alsace et Meurthe-et-Moselle et à 1 heure de trois grandes villes Strasbourg, Épinal et Nancy.

Lucas et moi vous attendons à partir de 10h30, 7 vieille route de Moussey 88210 MOUSSEY

En savoir plus sur le site du Rucher de la Reine des Vosges :
http://www.lerucherlareinedesvosges.fr 

A très vite ! 

Sarah

Voir toutes ses actualités

Le rucher de la Vallée du Rabodeau

Le rucher de la Vallée du Rabodeau

Le rucher est situé dans le Parc Régional de la Forêt des Vosges, en plein cœur de la vallée du Rabodeau.

Il est niché à flanc de montagne, à 500 m. d'altitude, bordé d'une forêt de 12 ha composée de pins, épicéas, hêtres et bouleaux et arrosé par une rivière.

Ce cadre permet aux abeilles de butiner des essences de montagne : sapin, fleurs d'altitudes...
Le miel ainsi récolté est un miel de montagne issu de miellats (miel de sapins, bouleaux...) qui est une grande source d'apport en acides aminés.
Liquide à sirupeux (avant cristallisation) et foncé, il est très aromatique et de saveur douce et maltée. En fonction de l'emplacement des ruches et des floraisons alentours, la proportion en fleurs d'altitude peut y être plus importante ainsi, Sarah vous proposera alors un miel de même consistance, de couleur plus clair et fleuri avec des notes de sous-bois.

JT de 13h TF1 avec Sarah

Reportage consacré à Sarah et au projet Un toit pour les abeilles diffusé le samedi 27 Août 2016. Cliquez en dessous pour visualiser l'extrait.

L'apiculteur : Franck DELANNOY

UTPLA apiculteur Franck DELANNOY

Passionné par les animaux, notamment les insectes et reptiles depuis ma plus tendre enfance,
je suis co-fondateur de l'association loi 1901 "Le Peuple de l'Ombre" depuis 2005.
Je me suis intéressé de plus près aux abeilles et me suis formé à l'apiculture de loisir en 2014 à l'école rucher de Rieulay.
Apiculteur amateur depuis 5 ans, j'expérimente plusieurs types de ruches (Warré, kényane, Dadant).
Le format Dadant reste à ce jour la plus pratique pour mon apiculture.
Aimant le travail du bois, toutes mes ruches sont fabriquées dans mon atelier de menuiserie, avec du bois non traité
(Sapin rouge du Nord, Mélèze, Douglas...). J’offre ainsi aux abeilles de vrais « petits paradis » où se loger !

Quelques nouvelles de vos abeilles.

Chers parrains, marraines ,

Le printemps dans le nord est plutôt catastrophiques pour les abeilles du fait des gelées nocturnes régulières au cours du mois d'avril, du froid et de la pluie tout le mois de mai.

Ces conditions climatiques ne sont pas propices au développement des colonies, ni aux floraisons.

De plus, la fièvre d'essaimage était plus forte que les autres années.

Bilan : La récolte de printemps s'en est fait ressentir ...

Heureusement qu'en juin les températures remontent.

Je peux enfin préparer les colonies pour les miellées d'été.

A très bientôt.

Merci pour votre soutien.

 

Franck D.

Voir toutes ses actualités

Le Rucher de l'Ostrevent

Le Rucher de l

Mon apiculture est essentiellement basée sur des rencontres entre passionnés, respectueux de la nature et du biotope.
Je découvre tous les jours la symbiose indispensable entre les abeilles et leur environnement.
Une de mes dernières rencontres, est celle que j’ai faite avec un exploitant agricole, sensible à la culture bio.
Quelques-unes de mes colonies fréquentent les plantes mellifères de son exploitation.
D'autres colonies sont en bordure de forêt et dans la campagne de l’Ostrevent.
Mon objectif, avec l’aide d’Un Toit Pour les Abeilles, et vous, parrains bienveillants, c’est de continuer à développer mon cheptel (actuellement une vingtaine de colonies…),
afin de pouvoir déguster le bon miel que les abeilles nous offrirons au fil des saisons.

Vous pouvez me suivre sur instagram : https://www.instagram.com/le.rucher.de.l.ostrevent/

L'apiculteur : Nicolas et Francesco DESFORGES

UTPLA apiculteur Nicolas et Francesco DESFORGES

Nicolas et Francesco sont deux amis apiculteurs du Nord de la Seine et Marne.
Ils ont décidé de travailler ensemble en exploitant chacun leurs ruches sur des ruchers partagés et en ayant investi dans du matériel commun pour la miellerie.
Tous les deux pratiquent une apiculture sédentaire et respectueuse de l’abeille.
Ils sont sensibilisés aux problèmes de la biodiversité.
Leur cheptel est de 70 ruches environ.
Ils travaillent avec des ruches Dadant 10 cadres.

Ils consacrent principalement leur activité à la production de miels.
Ils font également de l'élevage de reines pour créer des essaims destinés pour la cheptel et à la vente.  

Point Avril 2021

Chers parrains,

Nous vous donnons quelques nouvelles de vos ruches à mi-avril.

Vous l’avez constaté comme nous, nous n’avons pas le même mois d’avril qu’en 2020. Les T-shirts sont encore au placard.

Nous avons eu 4-5 belles journées fin mars où les températures sont montées à 25°C. On a profité de ces belles journées de mars pour faire la visite de printemps et voir l’état de nos colonies.

Les températures en avril sont retombées autour de 10°C avec des gelées le matin.

Les cerisiers et pommiers ont souffert de ces gelées matinales.

L’activité dans les ruches s’en est ressentie. Les colonies se développent lentement et hormis le pollen, il y a peu de nectar qui rentre.

Les températures remontent gentiment, et arrivé vers le 15 avril, nous avons enfin pu mettre nos premières hausses. Les rentrées de nectar devraient se faire progressivement.

Nous avons profité de la fin de l’hiver pour monter des pièges sélectifs contre le frelon asiatique. Nous aurons malheureusement l’occasion de le tester cette année.

Au niveau du bilan des ruches, pas de perte cet hiver, mais quelques ruches bourdonneuses. Nous avons heureusement de beaux essaims hivernés que nous avions fait l’année dernière pour compenser.

La saison est enfin lancée. Cela va s’enchainer jusqu’en juillet, qui sera notre dernière récolte 2021.

Prenez soin de vous,

Francesco et Nicolas

Voir toutes ses actualités

Le rucher de la Violette

Le rucher de la Violette

Le rucher de la Violette est installé dans une zone de bois et de culture.

Les abeilles trouvent à proximité une nourriture saine et variée : aubépine, prunellier, acacia, tilleul, châtaignier, luzerne...

L'apiculteur : Alexandre PLANTIN

UTPLA apiculteur Alexandre PLANTIN

Cela fait un peu plus de 6 ans que je pratique l’apiculture sur les terres de mon enfance.
Pour ma part je n’ai eu aucune formation. Je me suis formé sur place, avec les abeilles.
J’ai aussi énormément lu sur l’apiculture, beaucoup de livres tout autant passionnants qu’instructifs…
Et puis j’ai appris sur le terrain, en demandant des conseils à des apiculteurs de mon entourage.
Cette vocation m’est venue naturellement, en trouvant un jour une ruche oubliée par un apiculteur dans la bruyère…
Elle était en très mauvais état. Je l’ai restaurée et posée sur le terrain de mes parents.
La magie de la nature s’est opérée… Un essaim est venu prendre place dans la ruche, à peine un mois après que je l’avais installé sur le terrain. C’est ainsi que l’aventure a démarré.
Aujourd’hui, je voudrais proposer mes ruches en parrainage avec Un Toit Pour Les Abeilles, pour développer mon cheptel et pouvoir, plus tard, vivre de cette passion qui m’amine.
Je voudrais partager mon amour pour ce métier fantastique avec les parrains.

Des nouvelles de la saison

Bonjour à tous !
Très chères marraines et chers parrains,
J’espère que vous allez tous bien et que le soleil va enfin dissiper les nuages.
Parce que les abeilles ont la vie dure en ce moment.
La pluie qu’il a fait ces derniers jours les a beaucoup perturbées et n’arrange pas vraiment la récolte de miel.
Pour ma part, la récolte de printemps est juste catastrophique.
Les abeilles ont consommé toutes les réserves tant il a fait mauvais temps !
Malgré la météo capricieuse, les abeilles se portent très bien et sont en bonne santé. Heureusement.
Les hausses se remplissent quand-même. C’est qu’elles sont travailleuses nos abeilles.
Alors voyons le verre à moitié plein et restons positifs.
Je vous envoie une belle photo de cadre à miel bien rempli et vous souhaite par avance de très belles vacances.
Alexandre

Voir toutes ses actualités

Le Rucher Mellonia

Le Rucher Mellonia

J’ai actuellement une soixantaine de ruches.
Je travaille principalement avec des ruches de type Langstroth.
Les abeilles bénéficient d’une variété florale forte sur le rucher :
Bourdaine, Bruyère (Erica Callune), Acacia et Châtaignier.
Tout est dit… J’espère que vous serez nombreux à me parrainer ;-)

L'apiculteur : Alban HERITIER

UTPLA apiculteur Alban HERITIER

Je m'appelle Alban, j'ai 32 ans.
Comme vous pouvez le deviner sur la photo, je suis un amoureux de la bonne gastronomie. Donc je suis très attaché aux produits sains et de qualité.
Bien que je ne sois pas labellisé bio, ma démarche est très respectueuse de l’abeille et de la biodiversité. C'est pour cela que mes abeilles sont toutes creusoises et donc habituées au climat local. J'utilise uniquement des ruches Dadant.
L'apiculture m'a toujours attiré, mais j'ai réellement découvert l'apiculture il y a 4 ans grâce à un collègue qui m’a offert mon premier essaim. Une fois piqué, on devient accro...

Je me suis formé au sein des 2 ruchers école du département, mais également en partageant avec les apiculteurs expérimentés, et avec beaucoup de lecture. Je suis actuellement en contact avec des écoles pour développer encore mes connaissances.

Et c'est comme cela que la passion est née. Je ne vis pas de l'apiculture, je fais cela par passion uniquement.
Le terme « rendement » ne fait pas parti de mon vocabulaire.
Mon miel est extrait à l'aide d'un extracteur manuel, pour une extraction en douceur.
Je récolte également la propolis et la cire. Je vais cette année expérimenter les baumes à lèvres, les crèmes hydratantes pour les mains, les bougies, ainsi que la teinture mère de propolis.

Nouvelles estivales des colonies

Bonjour à tous,

Les beaux jours du mois d'avril m'ont permis de visiter l'ensemble de mes ruches et préparer ma saison.

Mais ce mois d'avril chaud a été un piège pour les abeilles.
Il faisait chaud, les abeilles rentraient de la nourriture, donc les reines se sont mises à pondre énormément.
Donc fin avril, début mai, les ruches étaient populeuses.

Mais le mois de mai a été froid et venteux, les abeilles étaient nombreuses et bloquées dans les ruches.
Les réserves de nourriture diminuaient très vite et il fallait être très vigilant, bien surveiller les réserves de nourriture pour éviter la famine.

Heureusement, le mois de juin a été plus chaud, et les abeilles ont repris leur accroissement de population, dans le but d'avoir un maximum d'ouvrières pour les miellées.
Ces fameuses miellées vont démarrer d'un jour à l'autre, donc je surveille :-).

Travailler avec la Nature, c'est aussi savoir accepter que l'Homme ne peut pas tout maitriser. Donc il faut savoir faire avec ce que la Nature nous offre, ou pas...

Bonne journée

Alban

Voir toutes ses actualités

Les Jardins de Mélina

Les Jardins de Mélina

Le département de la creuse est un département peu connu, où la nature à la chance d'être très préservée. L’agriculture locale est surtout l’élevage de bovins et ovins.
Il y a peu de cultures, donc peu de risques d’exposer mes abeilles aux pesticides.
Je collabore avec « un toit pour les abeilles » car je trouve la démarche intéressante. Les entreprises ou les particuliers participent à l’activité apicole, se sensibilisent à la protection des abeilles, mais sensibilisent également leur entourage.
Et ce fonctionnement permet aux apiculteurs de pouvoir développer leur cheptel.
Je dispose actuellement d’une trentaine de colonies, que je surveille tout au long de l’année.
Chaque année, comme j’ai une profession qui ne me permet pas de visiter mes ruchers tous les jours, je laisse partir des essaims en pleine santé dans la nature lors des essaimages. Cela permet de repeupler doucement la campagne environnante.
Mes ruches se situent sur quatre ruchers distincts, offrant aux abeilles une pluralité florale importante. Selon le rucher, je récolte des miels de tilleuls doux au parfum délicat, des miels de châtaigniers, de caractère, boisé, corsé un peu amère, ou encore des miels de Fleurs de prairies délicats.

L'apiculteur : Arielle et Eric MAIDON

UTPLA apiculteur Arielle et Eric MAIDON

Eric : J'ai travaillé longtemps comme plombier chauffagiste. Mais quand j'ai eu 50 ans,
j'ai dit « Stop ! Maintenant je vais faire ce que j'ai envie de faire ! » et je suis reparti à l'école pour passer un BPREA d'apiculture.
Après avoir acheté 25 ruches en 2013, j'ai construit les autres et commencé à agrandir mon cheptel.
En 2018, celui-ci s'élevait à environ 200 colonies et obtenait une certification AB.
Arielle : J'étais institutrice depuis une trentaine d'années. J'ai pris ma retraite et je me suis engagée avec lui dans cette nouvelle voie.
Je donne un coup de main au rucher et à la miellerie, mais je m'occupe plutôt de la transformation (granolas, gâteaux, pâtes à tartiner...) et des marchés.
Je garde un contact avec l'éducation en animant parfois des ateliers de sensibilisation au peuple des abeilles, auprès des enfants d'âge scolaire.
Cette nouvelle vie nous satisfait, elle est cohérente avec nos envies d'écologie et de mieux vivre, et nous avons l'impression de contribuer à une alimentation plus saine avec nos produits !
Le parrainage de ruches avec Un Toit Pour Les Abeilles est pour nous une réelle opportunité de faire face aux difficultés auxquelles sont confrontées les abeilles et les apiculteurs de nos jours.
Merci pour tous vos parrainages !

Nouvelles printanières

Chers parrains et marraines,

En ce printemps ensoleillé, la saison des essaimages bat son plein: il nous arrive fréquemment ces jours-ci de récupérer des essaims qui se sont posés ici ou là.

 

Pourquoi les abeilles essaiment-elles? La colonie qui s'est bien développée commence à manquer de place dans la ruche. Les ouvrières créent des cellules royales pour faire naître une nouvelle reine, et la "vieille" reine quitte la ruche, entourée d'une grosse partie de la colonie.

Il s'agit maintenant de trouver une nouvelle maison! La reine se pose sur une branche, dans un buisson, parfois au sol. Elle est immédiatement entourée de centaines d'abeilles qui s'agglutinent autour d'elle pour la protéger.

Des éclaireuses partent sans tarder à la recherche de l'abri idéal, qu'elles trouvent plus ou moins rapidement.

Sur ces photos, l'essaim s'est posé dans un buisson de germandrée, très mellifère et accueillant.

Il s'agit d'un joli groupe que nous allons récupérer en douceur.

Quelques bouffées d'enfumoir pour leur signeler notre présence et nous leur proposons une ruchette garnie de quelques cadres gaufrés de cire, et déposons doucement le paquet d'abeilles en coupant la branchette sur laquelle elles ont formé une grappe.

Tout se passe bien, aucune agressivité chez les abeilles en essaimage. Nous leur laisssons le temps de décider si l'endroit leur convient et de s'y regrouper. (Ce n'est pas toujours le cas!)

 

Un peu plus tard, les abeilles s'étant bien appropriées le lieu, il suffit de fermer la ruchette et d'emmener tout ce petit monde rejoindre le rucher de la Coumette!

 

Si vous voyez passer un gros nuage d'abeilles, parfois assez impressionnant, et constatez qu'il se pose près de chez vous, quelle est la conduite à tenir? 

Tout d'abord, savoir que les abeilles qui essaiment sont très douces et ne vous attaqueront pas! Vous pouvez facilement les observer en prenant la précaution de ne pas être bruyant ni de les bousculer, bien sûr.

Et puis appelez rapidement l'apiculteur le plus proche qui sera ravi de récupérer un essaim avant qu'il ne se sauve. Les essaims ne restent pas très longtemps en place, il faut être réactif!

 

Nous vous souhaitons un beau printemps! 

A très vite! Arielle et Eric.

 

 

 

Voir toutes ses actualités

Le Rucher La Patte dans le Pot

Le Rucher La Patte dans le Pot

Le rucher est situé chez nous dans le Gers, avec environ 200 ruches dont 160 actuellement en production.
Etant situés à l'intersection du Gers, de la Haute-Garonne et des Hautes-Pyrénées, nous sommes idéalement placés pour effectuer de petites transhumances vers des zones mellifères :
tilleul, châtaignier et suivant les années bruyère callune dans le piémont pyrénéen, acacia, tournesol et sarrasin en plaine.
Également colza et tournesol en miel conventionnel.

L'apiculteur : Patrick FAVER

UTPLA apiculteur Patrick FAVER

C’est en 2014 que je suis devenu berger des abeilles dans le cadre d’un projet de reconversion professionnelle.
J’avais deux ruches et face au marché du travail sinistré de mon ancien secteur professionnel, je me suis lancé dans ce projet un peu fou :
vivre de la nature et avec la nature tout en contribuant à préserver ce prodigieux animal.

Pour me lancer et durant une année, j’ai suivi une formation au sein d’une association qui réunit 150 apiculteurs.
Depuis, j’en suis devenu l’un des administrateurs et j’y forme avec mes collègues les débutants.

Au printemps 2016, j’ai également pu bénéficier d’une formation sur l’élevage de reines.

Ayant débuté avec une vingtaine de ruches, j’ai progressivement augmenté mon cheptel en produisant mes propres essaims.
Depuis 2019, Je conduis entre 120 et 150 colonies réparties sur 7 ruchers. Mon objectif est de maintenir mon cheptel à ce niveau.
Pour remplacer les pertes et renouveler mon cheptel je produis mes propres essaims et je vends ceux que j’ai en excédent.

J’ai débuté avec des abeilles de race Buckfast et très vite je me suis orienté vers l’abeille noire locale. L'ensemble de mes ruches sont des Dadant.

Je vends une partie de ma production sur le marché paysan de Peyrolles en Provence (13). J'y tiens mon stand deux fois par mois.

2021, une année atypique

Chères marraines, chers parrains,
En premier lieu merci pour votre soutien continu, il nous est précieux.
Vos protégées vivent des printemps singuliers.
Particulièrement cette année qui aura vu un record de froid pulvérisé, le 8 avril, avec -6°4 pour ma commune située au cœur de la Provence.
Autant vous dire que cette période hivernale survenue au printemps a fortement perturbé nos avettes.
Avec des arrêts de ponte et des réserves de nourriture quasi inexistantes, mes colonies ont passé cette période en s'adaptant au jour le jour.
Mon choix d'élever des abeilles de souches locales a pris tout son sens et a été ainsi récompensé.
La réalisation des essaims que je fais, chaque année à cette période, pour renouveler mon cheptel et dont une partie est destinée à la vente, a été très retardée voire compromise.
Sans compter une récolte de printemps quasi inexistante.
Et ces conditions perdurent.
Avec un été qui a du mal à s'installer, les colonies pour la plupart ne sont pas aussi bien développées qu'elles le devraient.
Les hausses ont du mal à se remplir et nous savons déjà que cette année apicole sera à classer parmi les plus mauvaises de ces dernières années.
Notre rôle, en tant qu'apiculteur, est d'accompagner nos colonies.
Il prend tout son sens cette année !
Patrick

Voir toutes ses actualités

Le rucher Saint-Gervais

Le rucher Saint-Gervais

La plupart de mes ruches se situe dans la pointe sud-est du Vaucluse, dans le parc naturel du Luberon, entre le massif du Grand Luberon et la Durance, proche du plateau de Valensole, au cœur de la Provence.  
C’est un site épargné par les cultures intensives où la plupart des agriculteurs travaillent en méthode raisonnée sur de petites parcelles peu nombreuses.
Les milieux naturels et sauvages, sur cette zone occupent la majeure partie de l’espace.
La flore y est très riche.
Elle fournit aux abeilles : les fleurs des noisetiers, pruneliers, cornouillers, aubépines, amandiers, acacias, buis, ciste, chênes…
pour les arbres et arbustes et pour les plantes, les fleurs de romarin, pissenlit, trèfle blanc, thym, ronce, lavande sauvage et cultivée, luzerne, sainfoin, chardon, immortelle, lierre, ainsi que de nombreuses plantes messicoles.

J'ai fait le choix de ne pas transhumer mes ruches afin d'offrir aux abeilles un cadre de développement optimal.
Sédentaires, les abeilles produisent différents miels toutes fleurs allant du miel de printemps assez doux, du garrigue, à un miel d'automne d’un jaune prononcé à ambré,
puissant à très puissant en goût selon les années. En tout, et suivant les années, c'est jusqu'à sept saveurs différentes qui peuvent être produites.

Une fois extrait, le miel, après quelques jours de décantation, est directement mis en pots.
Il n’est ni chauffé ni ensemencé et cristallise, là aussi selon les années et les saisons, plus ou moins rapidement tout en gardant une granulation assez fine.

Que se passe-t-il ce mois-ci sur votre rucher ?

Introduction
Début juillet, les journées sont longues et les floraisons encore nombreuses. Les abeilles sont donc encore très actives.
Elles travaillent jusqu’à 15 heures par jour pour rapporter du pollen et du nectar à la ruche !
A la fin du mois, nous observons un ralentissement de leur activité qui annonce la fin de la saison.



Que se passe-t-il dans la ruche en juillet ?
Les premiers jours de juillet se poursuivent sur le même...




Imprimer la page

Retour