VILLE DE MONTPELLIER

Logo VILLE DE MONTPELLIER

Montpellier, 8ème ville de France... Montpellier, compte aujourd’hui près de 260 000 habitants. Une ville historique et moderne, profondément Languedocienne,  Montpellier la sudiste, cosmopolite est fière de ses diversités, de la richesse de son territoire à la richesse de ses cultures.
 
Montpellier s’épanouie, idéalement située sur les rives de la méditerranée. Elle rayonne entre ses ruelles médiévales et ses nouveaux quartiers. Elle bouge au rythme de ses festivals et de ses animations.   Elle est fière de ses résultats sportifs. Elle est forte de sa vitalité économique, du poids de l’enseignement supérieur et de la recherche.
 
Près de 10 nouveaux habitants arrivent chaque jour à Montpellier, une croissance démographique extraordinaire accompagnée par un développement urbain d’exception. Les plus grands urbanistes et les plus grands architectes mettent tout en œuvre pour que le montpelliérains puissent vivre dans un environnement de qualité.
Ce développement urbain maitrisé, prend en compte les modes de déplacement dans la ville. Des transports doux qui facilitent le quotidien au sein du plus grand espace piéton de France. Une biodiversité préservée au plus haut point puisque la ville est lauréate de 7 prix internationaux faisant d’elle la capitale nationale et européenne de la biodiversité.
 
Forte de grandes ressources scientifiques, la Ville de Montpellier accueille de nombreux centres de recherche reconnus internationalement dans les domaines de la médecine, de l'agronomie, de l'environnement et de l'eau. CIRAD, Agropolis, CNRS, INRA, autant de noms qui contribue à sa renommée scientifique mondiale …
60000 étudiants… 60 000 étudiants répartis dans plus de soixante-dix établissements d’enseignement supérieur… Montpellier est une ville jeune, fière d’être positionnée en second rang national des sites d’enseignement supérieur français.
 
La capitale languedocienne est une ville aux milles cultures, qui comme une jumelle de Barcelone voit son centre-ville animé par la chaleur de vivre de sa jeunesse. Pas un jour sans offre culturelle : théâtre, concert, expo, conférence…Montpellier cultive l’excellence du Rockstore à l’Opéra, de la galerie St Ravy au musée Fabre, de la place de la Comédie aux quartiers à travers ses ZAT…
 
Elle est la 1ère ville à avoir été récompensée par l’académie des sports… Et c’est la toute première fois depuis l’origine du palmarès qu’une collectivité est choisie comme lauréate ! Montpellier, la ville où le sport est roi.
Une ville à aucune autre pareille. A tel point que le New York Times l’a citée comme l’une des 45 destinations à visiter dans le monde en 2012…

Ils se sont engagés pour la sauvegarde des abeilles

A Montpellier, le développement durable trouve sa traduction dans la volonté d’organiser l’espace, de préserver l’environnement et de densifier le tissu économique.

  • La politique municipale exprime, sous divers aspects :
  • soutien du dynamisme économique grâce à une offre suffisante de locaux pour les professionnels et les entreprises non-polluantes, dans des zones bien équipées et facilement accessibles ;
  • accompagnement de la croissance démographique, elle-même génératrice d’activités.
  • veiller à la qualité de vie des habitants par une politique de rénovation urbaine, d’embellissement et d’équipements publics de qualité dans tous les quartiers.

Ce projet de ville durable se traduit aussi par une gestion des déplacements, du traitement des déchets, des risques naturels…

Montpellier mise sur le long terme.


Les ruches en images

  • La ruche VILLE DE MONTPELLIER
  • La ruche VILLE DE MONTPELLIER
  • La ruche VILLE DE MONTPELLIER
  • La ruche VILLE DE MONTPELLIER
  • La ruche VILLE DE MONTPELLIER
  • La ruche VILLE DE MONTPELLIER
  • La ruche VILLE DE MONTPELLIER
  • La ruche VILLE DE MONTPELLIER
  • La ruche VILLE DE MONTPELLIER
  • La ruche VILLE DE MONTPELLIER
  • La ruche VILLE DE MONTPELLIER
  • La ruche VILLE DE MONTPELLIER
  • La ruche VILLE DE MONTPELLIER
  • La ruche VILLE DE MONTPELLIER
  • La ruche VILLE DE MONTPELLIER
  • La ruche VILLE DE MONTPELLIER
  • La ruche VILLE DE MONTPELLIER
  • La ruche VILLE DE MONTPELLIER
  • La ruche VILLE DE MONTPELLIER
  • La ruche VILLE DE MONTPELLIER
  • La ruche VILLE DE MONTPELLIER
  • La ruche VILLE DE MONTPELLIER
  • La ruche VILLE DE MONTPELLIER
  • La ruche VILLE DE MONTPELLIER
  • La ruche VILLE DE MONTPELLIER
  • La ruche VILLE DE MONTPELLIER
  • La ruche VILLE DE MONTPELLIER
  • La ruche VILLE DE MONTPELLIER
  • La ruche VILLE DE MONTPELLIER
  • La ruche VILLE DE MONTPELLIER
  • La ruche VILLE DE MONTPELLIER

L'apiculteur : Philippe H.

UTPLA apiculteur Philippe H.

L’apiculture est pratiquée dans la famille de Philippe et Nicolas depuis deux générations : Ils ont repris l’exploitation apicole de leur père il y a maintenant plus de 10 ans.
Les deux frères gèrent aujourd’hui plus de 500 ruches et ont mis en place une activité d’élevage de reines et de création de nouvelles colonies d’abeilles (essaims). On peut les retrouver chaque jour sur les marchés de Cavaillon, Bagnols sur Cèze, Arles, Orange, Carpentras et Avignon, où ils vendent leur miel,mais aussi de la brèche (miel en rayon), ou encore du pollen.

Philippe est aussi Président du syndicat des apiculteurs de Vaucluse, qui fédère plus de 150 apiculteurs.

La météo et ses caprices

Mercredi 27/09/17

Chers parrains,

Je vous ai expliqué la semaine dernière les quelques difficultés rencontrées sur cette saison.
Je voulais vous donner quelques précisions sur les miellées qui ont été particulièrement perturbées cette année.
Ça a commencé par le romarin qui n’a pas donné cette saison. L’acacias non plus d’ailleurs à cause des gelées que nous avons subie.
Mais le plus dur sur cette saison apicole aura été sans nul doute le manque d’eau. Les sols n’ont pas vu la moindre goutte d’eau pendant trois mois et demi, voire quatre mois. Vous imaginez…
Les sols se sont asséchés trop vite, et avec eux les plantations agricoles. C’est la première année que je vois les agriculteurs arroser aussi abondamment les champs de lavande pour espérer qu’elles tiennent le choc.
Ça a permis de sauver les meubles.
Aujourd’hui il reste encore un peu de bruyères et les abeilles profitent de ces dernières miellées pour accumuler des provisions pour cet hiver.
J’aimerais pouvoir vous donner des nouvelles plus enthousiastes mais c’est aussi la réalité de notre métier.
Nous essuyons notre deuxième année consécutive de mauvaise récolte liée à des conditions météos défavorables.
Pour ma part, cette saison aura été une course folle contre la montre de Dame Nature. Je suis littéralement « lessivé ». Mais je reste positif car j’aime mon métier et je sais que parfois il peut être difficile.
Je vous dis à très vite,

Philippe,

Voir toutes ses actualités


Le rucher D'Entraigues

Le rucher D
Les ruches de Philippe et Nicolas sont installés à proximité d’Avignon sur la commune d’Entraigues près de Gigogan, sur une zone de Garrigues et de forêts.

Philippe travaille avec des abeilles de races Caucasienne, un peu de Buckfast et depuis 2011, sélectionne un peu de Carnica.

De façon à suivre les floraisons, les deux frères pratiquent chaque année la transhumance de leurs ruches vers le plateau d’Albion, les Alpilles ou l’Isère.

Le miel récolté pour un toit pour les abeilles est un miel toutes fleurs de consistance cristalline (solide) à crémeuse composé notamment de miellat (à partir de la sève des plantes) qui est une grande source d'apport en acides aminés et lui confère un gout assez relevé, très parfumé et une couleur plutôt sombre.
On y retrouve aussi des notes de fleurs d'amandiers butinées au printemps et un mélange floral de prairies (pissenlits, trèfles, pruniers sauvages...)

Que se passe-t-il ce mois-ci sur votre rucher ?

[LIVRAISON DE VOS POTS DE MIEL]
Chers parrains, nous sommes en juillet, le temps file à vive allure. Pour la grande majorité d’entre vous (concernés par les livraisons de printemps), vous avez reçu vos pots de miel. D’autres livraisons sont actuellement en cours…
Resteront les colis de vos apiculteurs Karine et David D., Pascal S., Stéphane J., Wilfrid B., Yves et Chantal R., Philippe C. et les quelques colis restants de Thierry S., dont les envois devraient suivre dans les prochains jours.

Nous sommes conscients que cette année les livraisons se sont prolongées sur l’été et nous nous en excusons.

Comme vous le savez, la saison apicole a été rude pour nos apiculteurs. Les conditions météos, entre périodes de grand froid, de pluie et de sécheresse ont désorganisé l’activité des colonies. La saison a eu du mal à démarrer et s’est prolongée sur l’arrière-saison pour beaucoup d’apiculteurs. A cela se sont ajoutées, la sortie d’hivernage qui a compliqué la reprise d’activité sur les ruchers, et les nombreuses pertes à déplorer sur certains cheptels. Les apiculteurs ont dû alterner entre activité intense au rucher et travail à la Miellerie pour la préparation de vos pots de miel. 

Merci à vous tous, pour vous être montrés cette année, particulièrement compréhensifs et patients.

Les derniers pots de miel seront livrés sur le mois de juillet. Pour ceux qui ont choisi un point relais, sachez que vos colis seront conservés une dizaine de jour en relais. Si toutefois vous partiez en vacances, vous pouvez donner procuration à un tiers (avec copie de votre carte d’identité) pour la récupération de votre colis. Pour les livraisons au domicile, le colis sera mis en boite aux lettres.
Encore merci pour votre compréhension…



Que se passe-t-il dans la ruche ?
Plus de doute possible, nous sommes en été et il fait très chaud. Autant vous dire qu’au rucher l’activité bat son plein ! Et les prévisions météos de la mi-juillet nous confortent dans le fait que les températures vont demeurer encore chaudes ces prochains jours. Bref, la saison a eu du mal à démarrer cette année, mais cette fois-ci ça y est, c’est parti pour nos abeilles, qui vont pouvoir reprendre de plus belle leurs va-et-vient incessants, de la ruche aux champs et des champs à la ruche.



Durant la période estivale, et jusqu’à ce que les floraisons s’épuisent et s’assèchent, les abeilles ne vont cesser de butiner et de rapporter à la ruche les précieux nectars et pollens, qui vont constituer les réserves d’avant hivernage. Et elles ne chôment pas nos abeilles durant l’été. Elles peuvent parcourir plusieurs kilomètres à la recherche de provisions florales et s’en revenir à la ruche les pattes chargées de pollen et le jabot gorgé de nectar sucré, pendant plusieurs heures.
Elles travaillent ainsi entre 12h et jusque 15h par jour…

Zoom sur … La danse des abeilles
C’est le scientifique autrichien Karl von Frisch qui, dans les années 40 a réalisé des travaux approfondis mettant en lumière la « danse des abeilles ».
Il a déterminé que cette « danse » représente un langage biologique permettant de communiquer à la colonie des emplacements potentiels de butinage.



Ainsi, lorsqu’une éclaireuse a localisé un emplacement opportun pour la récolte ou un coin d’eau, elle le renseigne à ses congénères, par le biais d’une danse spécifique.
Il existe plusieurs types de danses constatées. Parmi elles, la danse en rond, la danse en faucille ou encore la danse en « 8 » dite frétillante.

La danse en rond permet de communiquer sur la présence de ressources proche de la ruche.
L’éclaireuse, par le biais de cette danse, n’indique pas de lieu précis, mais informe sur la présence de provisions tout prêt.
Généralement, juste après la danse, les abeilles, dans un bal frénétique, quittent la ruche dans toutes les directions à la recherche de ressources proches.



Dans le cas de la danse en « 8 », l’éclaireuse informe de ressources un peu plus lointaines mais disponibles en abondance.
La ligne droite, dessinée par la partie centrale du « 8 » formée par le mouvement de l’abeille, décrit 3 informations essentielles :
La direction : vers laquelle les abeilles doivent se diriger pour retrouver le lieu
La distance : plus l’abeille se trémousse l’arrière train durant la ligne droite du « 8 », plus le lieu sera éloigné. Il y aurait même un rapport mathématique déterminé, entre le temps de la danse sur la ligne droite et la distance à parcourir en mètre…
La richesse de la ressource : Plus l’abeille réalise de tours de danse et plus la ressource sur le lieu indiqué est abondante…



L’abeille est un insecte doué d’intelligence, capable de communiquer avec ses congénères. Bref « petite » mais « costaude » l’abeille !

De son côté, l’apiculteur …
En cette pleine saison, l’apiculteur veille au grain. Il est vigilant au risque potentiel d’essaimage durant cette période où le développement des colonies s’accélère considérablement. En cas de besoin, il divisera les colonies et s’assurera de la belle évolution des essaims.
Le rôle de l’apiculteur durant cette saison, est aussi de récolter du miel, tout en respectant les ouvrières qui ont travaillé dur, en leur laissant suffisamment de réserves.
Rassurez-vous, l’apiculteur est le gardien de nos abeilles, il n’a pas vocation à prélever aux ouvrières plus que nécessaire, d’où l’ajout de hausses. C’est le miel des hausses, qui constituera la récolte de la saison pour l’apiculteur et les abeilles, elles, conserveront tout le miel du corps de la ruche en guise de réserves.



Le Saviez – vous ?

Durant l’été, la durée de vie des abeilles est bien plus restreinte que durant l’hiver, où l’activité à la ruche est ralentie.
En effet, une abeille durant l’été vivra quelques semaines à peine, environ 5 à 6 semaines. En hiver, en comparaison, les abeilles vivent entre 5 et 6 mois.
Les abeilles dites de « printemps » et les abeilles « d’hiver » sont également physiquement et physiologiquement différentes.
Le corps des abeilles d’hiver est plus développé et poilu ce qui lui permet de mieux résister au froid de l’hiver. L’hormone juvénile (qui incite au butinage) est quasi inexistante chez les abeilles d'hiver, qui n'en n'ont finalement pas ou très peu besoin.

Un peu de gourmandise… La recette du mois !
Recette proposée par le blog Amour de Cuisine



INGREDIENTS
-        1,5 litre d'eau
-        6 citrons (non traité)
-        5 cuillères à soupe de miel
-        Poignée de menthe fraîche
-        Glaçons

PREPARATION
Faites chauffer 200 ml d'eau avec du miel dans une petite casserole jusqu'à ce que le miel est complètement dessous. Pressez 4 citrons pour en extraire le jus. Versez le jus et l'eau de miel dans un pichet. Ajouter le reste d'eau froide, la menthe fraîche et 2 citrons coupés en morceaux. Réfrigérer entre 30 à 40 minutes. Servez cette citronnade faite maison avec de la glace et dégustez.

Bon appétit et surtout partagez-nous vos photos sur les réseaux sociaux !




Imprimer la page

Retour