Polygone

Logo Polygone

POLYGONE RH met à votre disposition son expertise globale des Ressources Humaines. Entreprise indépendante à taille humaine, depuis 2007, POLYGONE c’est deux pôles d'activité avec: - Un réseau de 6 agences spécialistes du Travail Temporaire basées en Pays de Loire. - Un Cabinet, Polygone CONSEIL RH spécialiste des Ressources Humaines avec des solutions de Recrutements CDD-CDI, Formations, Solutions et Conseil RH auprès des entreprises. Nos 4 domaines d’expertises permettent une approche globale de vos problématiques d’entreprise. Soucieux de votre réussite nous appliquons une méthodologie centrée sur la valorisation des compétences, le savoir-être, et un accompagnement de qualité pour une maîtrise optimale de vos attentes. Proche de nos clients, notre équipe d’experts est disponible et à votre écoute. Pour répondre à vos besoins, nous nous engageons à vos côtés comme un véritable partenaire.


Voir leur site internet

Ils se sont engagés pour la sauvegarde des abeilles

C’est parce que l’Humain est placé au cœur de notre stratégie, que POLYGONE est sensible aux enjeux liés au développement durable. Intégré et impliqué pour l’économie locale et régionale, POLYGONE s’investie déjà aux côtés d’associations humanitaires, nous souhaitons aujourd’hui agir pour soutenir le développement écologique et économique régional. POLYGONE RH s’engage aujourd’hui aux côtés d’Un Toit pour les Abeilles pour agir concrètement en faveur de la biodiversité, soutenir les apiculteurs dans une démarche environnementale, mais aussi appuyer le développement de l’activité apicole régionale. Sensible à l’enjeu écologique qu’implique la sauvegarde des abeilles, l’ensemble de nos collaborateurs se sentent concernés et souhaitent s’impliquer.


Les ruches en images

  • La ruche Polygone
  • La ruche Polygone
  • La ruche Polygone
  • La ruche Polygone
  • La ruche Polygone
  • La ruche Polygone
  • La ruche Polygone
  • La ruche Polygone
  • La ruche Polygone
  • La ruche Polygone
  • La ruche Polygone
  • La ruche Polygone
  • La ruche Polygone

L'apiculteur : Pascale LEROY-AILLERIE

UTPLA apiculteur Pascale LEROY-AILLERIE

Pascale est issue d’une famille d’apiculteurs depuis 3 générations.
Elle s’occupe aujourd’hui de 200 ruches qui se trouvent pour la plupart autour de la ferme apicole, sur le site exceptionnel du Marais Poitevin.
Elle a reçu la certification agriculture biologique début 2015 pour la conduite de ses ruches et le lieu ou elles sont installées.
Elle propose aussi une spécialité traditionnelle à base de miel et de fruits qu’elle nomme « confimiel » et qui lui a permis de remporter le Concours des produits de Vendée.

Reconstitution du cheptel

Bonsoir,

Ce petit mot pour partager avec vous ma journée.

Je repars d’une petite quantité de colonies, au vu des mortalités importantes subies cet hiver.

Un toit pour les abeilles m'a donné un coup de pouce financier supplémentaire pour la mortalité subie sur un rucher où les 24 ruches ont été toutes décimées suite à l'attaque d'un animal.

Par contre, les colonies d'abeilles restantes sont très dynamiques.
Alors, avec Claude, mon conjoint apiculteur également et quelques woofers qui  vont m’aider, nous allons multiplier les essaims d'abeilles pour les diviser et en constituer de nouveaux…

C’est beaucoup de manutentions mais ça vaut le coup !

Je vais aussi repartir pour cette nouvelle année apicole, avec une nouveauté… Je suis inscrite à la formation « Production de gelée royale ».

Voici quelques photos des différentes étapes de multiplication et division d'un essaim :

On part d’une ruche très populeuse,

On lui superpose une autre ruche, avec des cadres de miel.

La reine va venir pondre dans cet espace doublé et bienvenu.

Quand deux cadres aux moins seront remplis de couvain, on séparera à nouveau les deux ruches, on emportera la nouvelle créée à au moins trois km et lorsque les abeilles auront élevé une nouvelle reine, on aura créé une nouvelle ruche.

   


A tout bientôt,
Pascale

Voir toutes ses actualités


Le Rucher du Marais Poitevin

Le Rucher du Marais Poitevin

Les ruches de Pascale se trouvent en plein cœur du Marais Poitevin sur une zone classée Natura 2000.
D'une grande diversité écologique, ce territoire est constitué de pairies, de zones boisées et de marais façonnés par l'homme au cours du temps. Le Marais poitevin constitue un havre pour de nombreuses espèces animales ou végétales telles que la loutre d'Europe, le vanneau huppé, l'iris jaune ou la reine des près.

Selon les saisons les abeilles de Pascale visitent les pissenlits, guimauves, lierres, saules, ronces, aubépines, sureaux...

Que se passe-t-il ce mois-ci sur votre rucher ?

Que se passe-t-il dans la ruche ?
Les premiers jours du mois de juillet suivent le même rythme que juin, avec une activité très dense à la ruche. Exception faites dès quelques jours de pluies que nous venons d’essuyer dans de nombreuses régions de France, le soleil est enfin de retour et avec lui, la reprise d’activité au sein des colonies. Les prévisions saisonnières annoncent le retour du soleil sur la quasi-totalité du territoire ce qui signifie que les abeilles vous pouvoir reprendre de plus belle leurs va-et-vient incessants, de la ruche aux champs et des champs à la ruche.


Et croyez-moi, les abeilles ne sont pas aux 35h. Elles peuvent ainsi parcourir plusieurs kilomètres à la recherche de provisions florales et s’en revenir à la ruche les pattes chargées de pollen et le jabot gorgé de nectar sucré pendant plusieurs heures. Elles travaillent ainsi entre 12h et jusque 15h par jour… A cette époque de l’année leur durée de vie est d’ailleurs plus restreinte que durant l’hiver. En moyenne une abeille durant l’été vivra quelques semaines à peine, environ 5 à 6 semaines, alors que durant l’hiver l’abeille vit entre 5 et 6 mois.

Zoom sur … La fabrication du Miel
Saviez-vous que le miel est le résultat des interactions entre trois protagonistes ?
En effet à l'origine du miel, il y a la rencontre fortuite entre trois acteurs essentiels ; Les fleurs, les abeilles et... le temps.



Tout n'est alors qu'une question d'alchimie. La fleur s'offrira à l'abeille qui, attirée par l'odeur viendra puiser en elle un doux jus sucré.
Les abeilles butineuses et receveuses par un savant échange viendront façonner le nectar.
Les receveuses, durant la régurgitation du nectar, vont sécréter une enzyme, « l’invertase » qui va transformer le saccharose en glucose et fructose. Une certaine quantité de glucose va à son tour se transformer grâce à une seconde enzyme, « le glucose oxydase ».
Ce savant mélange ira doucement mûrir dans les alvéoles de cire prévues à cet effet dans la ruche. L’eau contenue dans la substance sera ensuite évacuée partiellement grâce à la chaleur maintenue dans la ruche par le battement d’ailes des ouvrières (environ 35°).

C’est lorsque la teneur en eau du miel est réduite à entre 17% et 22% environ qu’il est mûr. Les alvéoles de miel sont ensuite operculées par une fine pellicule de cire, protégeant ainsi le miel de l’humidité de l’air.

Un peu de temps et un soupçon de magie et c'est un merveilleux miel aux mille vertus qui verra bientôt le jour, offrant aux abeilles comme aux hommes un véritable trésor de la ruche aux bienfaits innombrables.

De son côté, l’apiculteur …
L’apiculteur, lors de la récolte de miel, vient prélever dans la ruche, les cadres de miel, bien remplis et aux rayons operculés, qu’il remplace par de nouveaux cadres. C’est ici que son expertise et son savoir-faire sont alors mis à contribution, puisqu’il doit à ce moment, veiller à laisser aux abeilles, suffisamment de réserves pour subvenir à leurs besoins durant la période hivernale.
Une ruche peur produire plus de 3 kg de miel par jour. Cette production dépasse largement le besoin en réserves des abeilles. L’apiculteur récolte et commercialise ainsi l’excédent de miel de la ruche.

Le Saviez – vous ?
Peu importe le type de miel extrait (crémeux, liquide), il finira par cristalliser (se figer).
La cristallisation du miel est un phénomène naturel lié à la teneur du miel en fructose, glucose et eau. Il touche presque tous les miels à plus ou moins long terme. Des miels pourront ainsi se figer au bout de quelques jours, semaines mois ou encore années.
Il est possible de retarder ou modifier temporairement la texture du miel pour le rendre plus liquide, bien qu’il soit préférable de le consommer en l’état pour conserver les apports nutritionnels et les qualités du miel.  Vous pourrez notamment le chauffer au bain marie à une température qui ne devra pas dépasser les 40°. Nous vous déconseillons fortement le chauffage à la micro-onde qui risque de « cuire » le miel et lui fera perdre tous ses attraits. Le mieux reste de le consommer tel quel pour profiter de tous ses bienfaits…

Un peu de poésie … La citation du mois !
« Le bonheur pour une abeille ou un dauphin est d'exister. Pour l'homme, c’est de le savoir et de s'en émerveiller. » Jacques-Yves Cousteau




Imprimer la page

Retour