GEODIS TOURS

Logo GEODIS TOURS
GEODIS est un opérateur du transport et de la logistique, rattaché à SNCF Logistics, elle-même une branche du Groupe SNCF.

GEODIS est le leader du Transport et de la Logistique en France et se place au quatrième rang européen. Cette entreprise prend en charge la chaîne logistique de ses clients et, en s'appuyant sur son réseau et ses systèmes d'information, leur fournit les solutions les plus complètes possible. Elle a une présence directe dans 67 pays dont plus de 35 pays européens et un réseau mondial reliant plus de 120 pays. L'entreprise se divise en cinq Métiers (Supply Chain Optimization, Freight Forwarding, Logistique Contractuelle, Distribution & Express et Road Transport).

Distribution & Express :

GEODIS Distribution & Express est spécialisé dans la livraison du dernier kilomètre. Cette entreprise utilise des solutions automatisées pour garantir une flexibilité, une efficacité et une fiabilité sans faille à ses clients. Sa capacité à innover et à mettre en place des flux de transport routier personnalisés renforce sa position de leader sur le marché.

Ils se sont engagés pour la sauvegarde des abeilles

Pour GEODIS, l'appropriation d'une culture de l'éthique et de la compliance par l'ensemble de ses collaborateurs est un objectif essentiel.
L'entreprise est aussi très impliquée dans l'environnement. En effet, elle propose de nombreuses solutions respectueuses de l'environnement dans le cadre d'une démarche RSE (Responsabilité Sociétale d'Entreprise). Elle participe aussi à de nombreux projets associatifs soutenant la cause environnementale.


La ruche en images

  • La ruche GEODIS TOURS
  • La ruche GEODIS TOURS
  • La ruche GEODIS TOURS
  • La ruche GEODIS TOURS
  • La ruche GEODIS TOURS

L'apiculteur : Véronique B.

UTPLA apiculteur Véronique B.

Véronique a débuté l'apiculture en 2010.
Depuis, son rucher installé sur la presqu'île de Fouras dans une zone de marais s'accroît progressivement.
Elle y pratique une apiculture douce et fixe.
Pour elle, être apicultrice est un acte militant de respect de l'environnement tout en restant une passion au regard de la vie des abeilles.

Le rucher de Fouras cet hiver

Cet hiver a débuté avec un automne qui s'est attardé.
Avec de la chaleur constante jusqu'à la mi-octobre, cela a nécessité une surveillance des réserves de miel dans les ruches et a favorisé une présence de plus en plus prégnante du frelon asiatique au fur et à mesure que les floraisons ont disparu.

Depuis l'hiver se révèle doux, mais après de nombreus coups de vent, Bruno, Carmen... il a fallu veiller à ce que le rucher reste sur pied!

La pluis s'invite maintenant, le marais est très détrempé.

Espérons que le printemps verra nos abeilles sortir des ruches sans être affectées par ces disparités climatiques.

Je vous en reparlerai dès les beaux jours.

A bientôt !

Voir toutes ses actualités


Le rucher de Fouras

Le rucher de Fouras
Le rucher de Fouras (Charente Maritime) est installé dans une zone de marais, préservée et sauvage qui côtoie champs en jachères et maraîchage biologique.
Ce territoire est géré par la Ligue de Protection des Oiseaux (LPO) et le Conservatoire du Littoral.
Les abeilles trouvent à proximité une nourriture saine et variée : aubépine, prunelier, acacia, ronce, pissenlit, trèfle, sainfoin...

Que se passe-t-il ce mois-ci sur votre rucher ?

Que se passe-t-il dans la ruche ?
Après un mois d’avril souvent mitigé, oscillant entre journées douces et très fraîches, le mois de mai va donner le ton de la nouvelle saison apicole qui démarre. Si dans certaines régions, le printemps n’est pas encore tout à fait installé, d’ici très peu de temps les abeilles pourront profiter de températures supérieures à 12°C toute la journée, leur permettant de sortir à travers champs pour butiner nectars et pollens.
Les populations des ruches sont particulièrement bien développées et la Reine, qui a repris sa ponte depuis plusieurs semaines, continue de faire grossir la colonie.
Si le dicton mentionne « En mai fait ce qu’il te plaît »… ce dicton ne vaut pas pour les abeilles ! La ruche comptera bientôt entre 40 000 et 50 000 locataires.
Autant dire que l’organisation au sein de la colonie est de mise !



Zoom sur …

L’organisation de la colonie
les abeilles vont occuper plusieurs fonctions au sein de la ruche, passant ainsi de nettoyeuse à nourrice, de bâtisseuse à ventileuse ou encore de gardienne à butineuse.
L’abeille nettoyeuse : elle nettoie chaque alvéole de la ruche permettant ainsi un stockage propre et stérile du miel.
L’abeille nourrice : à partir du 5ème jour et jusqu’au 15ème jour l’abeille devient nourrice et sécrète de la nourriture permettant d’alimenter les larves. Durant cette période, elle prodiguera aux larves les soins nécessaires leur permettant une bonne évolution.
L’abeille bâtisseuse : Son rôle est de réaliser l’architecture des rayons de la ruche grâce à ses glandes cirières. C’est un travail long et minutieux réalisé de manière collégiale avec d’autres abeilles cirières…
L’abeille ventileuse : Elle transforme le nectar en miel grâce à un jeu de ventilation avec ses ailes…
L’abeille butineuse : C’est elle que l’on voit se promener de fleur en fleur et qui revient gorgée d’eau de pollen et de nectar à la ruche. Une butineuse peut effectuer jusqu’à une centaine de voyages par jour selon la proximité des fleurs. C’est une véritable ouvrière de la nature.

De son côté, l'apiculteur …
Pour l'apiculteur, mai est un mois de vigilance et d'anticipation pour éviter l’essaimage. Nous vous en avions parlé le mois dernier. En mai l’essaimage s’intensifie encore.
L’apiculteur devra intervenir rapidement pour éviter de perdre une partie de ses colonies.
Il installera volontiers de nouvelles hausses (cadres supérieurs ajoutés à la ruche) qui permettront aux abeilles d'avoir plus d'espace pour se développer.
Il peut aussi être amené à anticiper la division de ses colonies lorsque le manque de place se confirme, ce qui revient à reconstituer un essaimage au sein d'une nouvelle ruche.



Le Saviez – vous ?

En pleine activité, la température de la ruche peut grimper facilement jusque 30/35°. En effet lorsque les butineuses (près de 15 000) transportent du nectar vers la ruche, il faut compter près du double de jeunes abeilles (soit environ 30 000 abeilles) pour le transformer en miel.
Cette maturité du nectar, pour en faire du miel et l'eau qui en résulte nécessitent une température de 35°.
Il est donc important de faire attention à conserver cette température constante et d'intervenir en juste proportion pour éviter à la ruche de se refroidir.

Un peu de poésie … La citation du mois !
« Sois comme la fleur, épanouis-toi librement et laisse les abeilles dévaliser ton cœur ! » Râmakrishna

 




Imprimer la page

Retour