enveloppebulle

Logo enveloppebulle
EnveloppeBulle.com est LE spécialiste de l'emballage pour le e-commerce. Vous êtes un particulier, une association, un commerçant, une société ou une administration et vous avez besoin d'expédier, protéger, emballer vos objets ? ne cherchez plus, EnveloppeBulle.com vous propose toute une gamme de produits spécialement étudiée pour vos besoins d'emballage, à des prix très compétitifs, et avec une qualité de service rarement égalée.


Voir leur site internet


La ruche en images

  • La ruche enveloppebulle
  • La ruche enveloppebulle
  • La ruche enveloppebulle
  • La ruche enveloppebulle
  • La ruche enveloppebulle
  • La ruche enveloppebulle
  • La ruche enveloppebulle
  • La ruche enveloppebulle
  • La ruche enveloppebulle
  • La ruche enveloppebulle
  • La ruche enveloppebulle
  • La ruche enveloppebulle
  • La ruche enveloppebulle

France 3 Alsace avec Thierry

Thierry était invité sur le plateau d'Alsace Matin pour parler de son exploitation et du projet Un toit pour les abeilles diffusé le 12 Septembre 2016. Cliquez en dessous pour visualiser l'extrait.

L'apiculteur : Thierry COLIN

UTPLA apiculteur Thierry COLIN

Apiculteur amateur depuis 2010 suite à la rencontre avec un "ancien" apiculteur ayant 60 années d’expérience, je continue à développer mon cheptel en prenant soins des abeilles et de leurs (notre) environnement.

Ma passion pour l'apiculture est intacte et plus j'avance dans cette démarche plus je sais que c'est "la voie" pour quoi je suis fait. Avant toute chose, il faut aimer la nature et vivre aux rythmes des saisons en observant l'évolution des miellées et s'adapter rapidement aux changements de saisons ..... L'apiculture est un mouvement perpétuel et il n'y a pas de moments creux , c'est intense et relaxant à la fois...de vivre de cette façon.

J'avance dans ma démarche apicole de façon raisonnable et d'ici quelques années pourquoi pas arriver à 200 ruches en production, mais c'est un gros challenge et une remise en question de beaucoup de choses...

Depuis le début de mon installation mes enfants passent également du temps aux ruchers,viennent aux transhumances, et goûtent les miels...  A mes yeux c'est important de leur transmettre ce savoir pour qu'ils respectent la biodiversité .... et la nature de façon générale .

Fin de la saison, bilan et perspectives d'avenir

Bonjour à toutes et tous,

La saison des récoltes de miel est terminée depuis une dizaine de jours.

Le bilan est positif dans l’ensemble avec une saison apicole bien remplie. J’ai pu développer mon cheptel pour atteindre 100 ruches prêtes à être hivernées.

Cette saison a donc été axée sur le création de nucleïs (nouveaux essaims) et la récolte du miel des différentes floraisons en Alsace (acacias/châtaigniers/sapins /toutes fleurs).
Même si depuis le 1er Juillet le constat est mitigé, car forte chaleur puis une météo pluvieuse , ce qui n’ a pas permis de faire beaucoup de miel, mais les colonies sont belles et populeuses .

En cette période les abeilles font des réserves en nectar pour passer l’hiver et les reines pondent les futures abeilles d’hiver qui vivront 5 à 6 mois.
Le pollen rentre en quantité suffisante grâce aux verges d’or et Balsamines, ainsi qu’aux engrais verts comme la phacelie.

De mon côté, je commence les traitements contre le varroas et je veille à ce qu’elles ne manquent de rien.

.Je commence également la mise en pots que j’enverrai aux parrains de mes abeilles.

Une nouvelle année apicole se termine doucement, les interventions aux ruches vont diminuer et j’aurai plus de temps pour penser à 2018 où je prévois une augmentation de 20% environ du cheptel, mais pour cela il va me falloir trouver un nouvel emplacement pour constituer un nouveau rucher…

Donc en 2018 je continue à augmenter mon cheptel avec le but d’atteindre les 200 d’ici quelques années (4 est le but fixé), mais tout dépendra du temps et des saisons à venir .

Fin 2017 ce sera aussi une année de reprise « d’étude » pour moi, car je commence une formation de moniteur apicole qui se déroule de septembre 2017 à juin 2019.

Merci à toutes et tous pour votre aide.

Thierry

Voir toutes ses actualités


Le rucher de Winterhouse

Le rucher de Winterhouse

Le premier rucher se trouve 500 m de la résidence de Thierry et le second à 6 km.
Ils sont tout deux adossés à une forêt d'Acacias qui est sa plus grosse production.

Le miel issu de cette miellée est liquide et de couleur jaune clair et d'une grande finesse gustative.
Sa seconde production est un miel polyfloral constitué de fleurs de prairie, tilleuls, cerisiers, pommiers, issus de la pollinisation qu'il effectue sur les cerisiers et pommiers proches d'un de ses ruchers.
Ainsi, vous pourrez recevoir un miel toutes fleurs ou d'acacia selon les récoltes.

Thierry utilise des ruches ZANDER qu'il se procure en Allemagne, celles-ci sont très pratiques car elles ont des hausses à miel de même dimensions que l'on appelle aussi hausse multiples ou divisibles ce qui facilite le travail même si le poids est plus important.

Thierry propose aussi le parrainage dans son rucher-maison (cf photo) ainsi, selon les places disponibles, vos abeilles pourront y être installées.
Thierry travaille avec des Apis Mellifera Carnica Sklenar. Il s’agit d’abeilles douces et avec peu d’envie d’essaimage (envol d'une partie de la colonie avec la reine) et un hivernage avec des colonies populeuses.

Que se passe-t-il ce mois-ci sur votre rucher ?

Que se passe-t-il dans la ruche ?



Septembre marque la période de transition entre l’été, très actif pour les abeilles et la période d’hivernage durant laquelle, le rythme au sein de la colonie va fortement se ralentir.
Dehors, les ultimes floraisons d’été s’étiolent peu à peu et c‘est toute la colonie qui va devoir s’adapter à cette nouvelle situation.
La reine ralentit dorénavant sa ponte. Elle passe ainsi de 2000 œufs pondus par jour durant le pic estival, à 200 œufs à peine. Cette réduction intensive de la ponte s’opère à partir du 15 août et marque le passage dans l’hivernage.
Les abeilles vont profiter des alvéoles disponibles pour y engranger les dernières réserves récoltées dans la nature qui constituent les miellées tardives (bruyère callune, lierre...).
C'est aussi la période des cultures intermédiaires après les moissons, qui jouent le rôle de pièges à nitrate comme la phacélie, la moutarde ou le sarrasin que les abeilles apprécient.
Les vas et vient sur la planche d’envol vont se faire beaucoup plus rares.
La colonie ainsi constituée durant l’été va s’organiser pour la période d’hiver. Les larves vont se nourrir davantage durant le froid formant une nouvelle catégorie d’abeilles, les Abeilles d'Hiver.

Zoom sur … L'Abeille d'Hiver

Car oui il existe deux types d’abeilles, celle d’été qui travaille à un rythme effréné et ne vivra que quelques semaines (entre 3 et 4 semaines), et l’abeille d’hiver.
Cette dernière voit le jour en période de froid et va devoir survivre jusqu’au printemps. Elle n’a pas le même rôle que les abeilles d’été, et vit en moyenne entre 5 et 6 mois.
Elle doit donc réaliser d'énormes réserves corporelles pour survivre à la période hivernale. Ces abeilles se gorgent de protéines, glucides et lipides, leurs organismes sont différents.
Elles vont naître beaucoup plus lourdes qu'au printemps. Elles sont également plus velues...



Leur rôle : Assurer l’hivernage ; Elever le premier couvain printanier et enfin butiner dès le retour des beaux jours.

De son côté, l'apiculteur …
A partir de la fin Août, après les dernières récoltes estivales, l’apiculteur va opérer la mise en hivernage de ses ruches. Tout va s’accélérer.
Le rôle de l’apiculteur est alors d’extraire l’excédent de miel qu’il mettra en maturateur avant mise en pot.

 

Il s’occupera aussi de vérifier l’état des colonies avant leur mise en hivernage. Ainsi il pourra notamment décider de réunir deux essaims trop petits ou faibles leur permettant de consolider ainsi une colonie plus forte.
Il s’assurera également que l’ensemble des colonies a suffisamment de réserves pour passer la période hivernale.
Bien entendu il vérifiera l’état des ruches et s’assurera de leur étanchéité et de leur bon état général. Il réduira les entrées par l’installation de grilles évitant ainsi les attaques de prédateurs telles que les souris, les mésanges etc…
Il faudra ensuite choisir un lieu à l’abri du vent notamment, où placer les ruches. Il évitera de les placer sous les arbres dont les branches pourraient tomber…
On voit souvent de grosses pierres ainsi placées sur le toit des ruches. Leur rôle et de maintenir la ruche fermée car si le toit venez à s’arracher la colonie mourrait. Les abeilles ne supportent pas le froid ni même l’humidité.



Le Saviez – vous ?
La colonie hiverne normalement à l'emplacement du dernier couvain sur des rayons vides afin de pouvoir se former en grappe d'hivernage dans de bonnes conditions.

Un peu de poésie … La citation du mois!
« Une poignée d'abeilles vaut mieux qu'un sac de mouches. » Proverbe arabe




Imprimer la page

Retour