IMS

Logo IMS

Plateforme de services pour l’édition et la PLV, IMS Groupe gère tout ou partie des achats Print, PLV et Merchandising de ses clients.
En réponse aux problématiques des industriels et des distributeurs, IMS a développé une organisation mixant efficacement compétences humaines et suites de logiciels adaptés.
Le bénéfice permet aux opérationnels de travailler simultanément sur un projet et aux services achats d'en mesurer l'efficacité.

Culturellement engagé dans une démarche de Développement économique Durable, IMS s'est donné des objectifs clairs et accessibles en fonction des moyens :

  • Développement d'un logiciel de calcul des émissions de CO2 des opérations Print.
  • Engagement dans une politique collective de réduction des GES.
  • Développement de produits éco-conçu : Gamme 100%
  • Etc…

L’entreprise adopte un comportement responsable au-delà de l’exercice de son activité en soutenant également des actions orientées en faveur du bien commun. C'est ainsi qu'IMS Groupe parraine 4 ruches auprès d'un toit pour les abeilles qui a sûrement vu avant tout le monde la nécessité de protéger la biodiversité.


Voir leur site internet

Les ruches en images

  • La ruche IMS
  • La ruche IMS
  • La ruche IMS
  • La ruche IMS
  • La ruche IMS
  • La ruche IMS
  • La ruche IMS
  • La ruche IMS
  • La ruche IMS
  • La ruche IMS
  • La ruche IMS
  • La ruche IMS
  • La ruche IMS
  • La ruche IMS
  • La ruche IMS
  • La ruche IMS
  • La ruche IMS
  • La ruche IMS
  • La ruche IMS
  • La ruche IMS
  • La ruche IMS
  • La ruche IMS
  • La ruche IMS
  • La ruche IMS
  • La ruche IMS
  • La ruche IMS
  • La ruche IMS
  • La ruche IMS
  • La ruche IMS
  • La ruche IMS
  • La ruche IMS
  • La ruche IMS
  • La ruche IMS
  • La ruche IMS
  • La ruche IMS
  • La ruche IMS
  • La ruche IMS
  • La ruche IMS
  • La ruche IMS
  • La ruche IMS
  • La ruche IMS
  • La ruche IMS
  • La ruche IMS
  • La ruche IMS
  • La ruche IMS
  • La ruche IMS
  • La ruche IMS
  • La ruche IMS
  • La ruche IMS
  • La ruche IMS
  • La ruche IMS
  • La ruche IMS
  • La ruche IMS
  • La ruche IMS
  • La ruche IMS
  • La ruche IMS
  • La ruche IMS
  • La ruche IMS
  • La ruche IMS
  • La ruche IMS
  • La ruche IMS
  • La ruche IMS
  • La ruche IMS
  • La ruche IMS
  • La ruche IMS
  • La ruche IMS
  • La ruche IMS
  • La ruche IMS
  • La ruche IMS
  • La ruche IMS
  • La ruche IMS
  • La ruche IMS
  • La ruche IMS
  • La ruche IMS
  • La ruche IMS
  • La ruche IMS
  • La ruche IMS
  • La ruche IMS
  • La ruche IMS
  • La ruche IMS
  • La ruche IMS
  • La ruche IMS
  • La ruche IMS
  • La ruche IMS
  • La ruche IMS
  • La ruche IMS
  • La ruche IMS
  • La ruche IMS
  • La ruche IMS
  • La ruche IMS
  • La ruche IMS
  • La ruche IMS
  • La ruche IMS
  • La ruche IMS
  • La ruche IMS
  • La ruche IMS
  • La ruche IMS
  • La ruche IMS
  • La ruche IMS
  • La ruche IMS
  • La ruche IMS
  • La ruche IMS
  • La ruche IMS
  • La ruche IMS
  • La ruche IMS
  • La ruche IMS
  • La ruche IMS
  • La ruche IMS
  • La ruche IMS
  • La ruche IMS
  • La ruche IMS
  • La ruche IMS
  • La ruche IMS
  • La ruche IMS
  • La ruche IMS
  • La ruche IMS
  • La ruche IMS
  • La ruche IMS
  • La ruche IMS
  • La ruche IMS
  • La ruche IMS
  • La ruche IMS
  • La ruche IMS
  • La ruche IMS
  • La ruche IMS
  • La ruche IMS
  • La ruche IMS
  • La ruche IMS
  • La ruche IMS
  • La ruche IMS
  • La ruche IMS
  • La ruche IMS
  • La ruche IMS
  • La ruche IMS
  • La ruche IMS
  • La ruche IMS
  • La ruche IMS
  • La ruche IMS
  • La ruche IMS
  • La ruche IMS
  • La ruche IMS
  • La ruche IMS
  • La ruche IMS
  • La ruche IMS
  • La ruche IMS
  • La ruche IMS
  • La ruche IMS
  • La ruche IMS
  • La ruche IMS
  • La ruche IMS
  • La ruche IMS
  • La ruche IMS
  • La ruche IMS
  • La ruche IMS
  • La ruche IMS
  • La ruche IMS
  • La ruche IMS
  • La ruche IMS
  • La ruche IMS
  • La ruche IMS
  • La ruche IMS
  • La ruche IMS
  • La ruche IMS
  • La ruche IMS
  • La ruche IMS
  • La ruche IMS
  • La ruche IMS
  • La ruche IMS
  • La ruche IMS
  • La ruche IMS
  • La ruche IMS
  • La ruche IMS
  • La ruche IMS

L'apiculteur : Céline MARTIN-JARRAND

UTPLA apiculteur Céline MARTIN-JARRAND

Nous sommes apiculteurs dans le Parc Naturel du Vercors, 100% de notre production est issue de ce territoire préservé, sans transhumance de nos abeilles.

Nous avons à cœur de respecter le développement naturel de nos colonies, nous utilisons notamment des ruches Warré qui permettent une approche très douce vis à vis de l'abeille.
Nous nous engageons chaque année à former une centaine d'apiculteurs amateurs et à sensibiliser le public à la préservation des abeilles à travers des ateliers pédagogiques et la rencontre avec cette société incroyable qu'est une colonie d'abeilles.

Après avoir fait le choix de ne plus être certifié bio ces dernières années, nous avons signé un engagement de conversion en agriculture bio pendant une durée de 1 an.
Au terme de l'année de conversion et si le cahier des charges a bien été respecté nous passerons à nouveau en Bio.

DU MIEL BIO... KESAKO ?
Au niveau du cahier des charges :
- La zone de butinage doit être composé majoritairement de fleurs sauvages ou cultures mellifères labellisées AB
- Tout ce qui entre dans la ruche doit être bio : nourrissement (en apiculture, on aime inventer des mots !) des abeilles, cire, médicaments, traitement du bois...
 
Pour nous le bio doit-être en plus :
- LOCAL, donc pas de transhumance de nos ruches ! Notre production est 100% Vercors.
Notre secteur de prédilection : le Vercors sud, du Diois au Royans en passant par le plateau (Vassieux, St Agnan, Herbouilly...)
 
- DOUX, donc nous laissons vivre nos abeilles : bâtisses naturelles des alvéoles, peu de nourrissement au sucre, toujours bio et le plus local possible (sucre de betteraves français ou allemand) ...
Nous remercions tous les parrains et marraines qui nous soutiennent depuis tant d’années ! Sans vous, le miel du Vercors n'existerait plus!

UN GRAND MERCI !!

2019, une année étonnante

Chères Marraines, Chers parrains,

2019 nous a encore étonné !

Après 15 ans d’apiculture ça se confirme : chaque année on pense avoir tout vu mais chaque nouvelle saison nous confirme le contraire ! Cette année il a fait très chaud en fin d’hiver, du coup les colonies se sont fortement développées et puis PLUS RIEN ! Pas une seule goutte de nectar n’est rentrée dans les ruches au printemps.
Notre souci n’a pas été de ne pas avoir de récolte mais bien de sauver d’une mort certaine les ruches en manque de provision. Nous sommes des apiculteurs chevronnés maintenant et cette étape a été l’occasion de mettre à rude épreuve nos savoirs-faires. Beaucoup de ruches sont mortes de faim dans la région chez les apiculteurs moins confirmés.

Le 25 juin le miracle s’est produit avec les premières rentrées de Miel, nous avons fini par avoir un été presque normal avec des miellées d’été plutôt correctes.
Nous partageons avec vous ces millions de fleurs du Vercors qui ont été visitées par nos abeilles.
Vous trouverez dans chaque colis du miel des Hauts Plateaux du Vercors, et du miel des Contreforts (Diois et Royans).
Sur un rayon de 50Km nous rassemblons autour de chez nous une végétation unique allant de la garrigue provençale au sapin de montagne en passant par le tilleul/châtaignier continental. Sans oublier les lavandes bien sûr.

L’apiculture écologique ou l’apiculture rentable ?

A l’Abeille du Vercors nous ne sommes que deux, mais deux vraies têtes de mule.
Nous avons décidé dès le début que notre production de miel serait écologique ou ne serait pas !
Pour limiter le stress des abeilles et la consommation de pétrôle nous sommes parvenus à ne plus déplacer les ruches.
Et pour une santé optimale, nous installons nos abeilles dans des milieux naturels et préservés.
Dans le Vercors, pas de colza ni de tournesol mais des milliers de fleurs sauvages qui apportent pollen et nectar de qualité à nos abeilles !
Notre production est labellisée AB, ce qui demande un surcroît de travail et des charges plus importantes mais cette démarche est essentielle à nos yeux.
Nous avons décidé d’aller plus loin que le cahier des charges actuel en pratiquant l’apiculture locale, uniquement sur des fleurs sauvages (hormis la lavande) et en utilisant des intrants les plus locaux possibles (sucre AB issu de France ou d'Allemagne) et le moins possible !
Plus de travail, des rendements minimalistes. Si ce choix est écologique et logique du point de vue du consommateur, il peut sembler idéaliste du point de vue du producteur.
En apiculture professionnelle, le modèle transhumant paraît indispensable à la viabilité des entreprises apicoles. Nous défendons au contraire une apiculture douce et locale, pour le bien-être des abeilles et de la planète.  
Grâce à vos parrainages, l’équation apiculture écologique = viabilité fonctionne ! Et vous profitez d’un miel produit dans des conditions exceptionnelles sur un territoire exceptionnel !
Tous nos partenaires nous soutiennent chaque jour un peu plus. Nous sommes certains que l’écologie primera demain sur la productivité et que notre modèle deviendra la règle.

C’est pour tout ça que les deux têtes de mules voilées (d’une vareuse) et leurs 400 colonies en fixe dans le Vercors vous remercient !

Jérôme et Céline

           

Voir toutes ses actualités

Les abeilles du Vercors

Les abeilles du Vercors

Nos ruchers sont répartis sur 4 secteurs du Parc du Vercors: le Diois, le Royans, le plateau et les hauts plateaux. A chaque secteur correspond un étage de végétation typique :

Le miel du Diois est représentatif de la vallée : une année chaude et sèche et les abeilles butinent le miel de chêne : Notes puissantes et boisées.
Alors qu’une année plus humide produira un miel dominé par le thym, le tilleul, les fruitiers : Notes aromatiques et fleuries.

Le miel de Lavande de Chamaloc nous invite dans la partie méridionale du Vercors à la rencontre des plantes aromatiques.
Ici sur les terres où pousse naturellement la lavande fine, on cultive aussi le lavandin. Notes végétales et fleuries.

Le miel des Hauts Plateaux du Vercors est produit à plus de 1200 mètres d'altitude. C’est un miel de sapin blanc et de framboisier, typique du Vercors. Notes boisés et maltés.

Le miel du Royans nous fait découvrir les coteaux de châtaigniers et les tilleuls plantés par nos ancêtres. Notes mentholés et intenses.

Le miel de Prairies fleuries est récolté à 800 mètres d’altitude. C’est un paysage de prairies où des milliers de fleurs apparaissent au printemps.
C’est donc un miel d’une grande diversité florale: trèfle blanc, épilobe, ronce, framboisier, renoué bistorte, vipérine… Notes douces et fleuries.

Céline et Jérôme vous remercient (28/08/2017).

 

France 3 Alpes avec Jérôme et Céline

Reportage consacré à Jérôme et Céline et au projet Un toit pour les abeilles diffusé le samedi 15 Avril 2016.
Merci à Catherine, pour sa participation en tant que marraine.

L'apiculteur : Sarah HOLTZMANN

UTPLA apiculteur Sarah HOLTZMANN

Sarah, apicultrice depuis 2007 est installée à Moussey, dans les Vosges.

Sarah s'est reconvertie professionnellement de 2004 à 2007, et quoiqu'au démarrage son exploitation comptait 26 ruches, elle en gère maintenant 300.
Sarah est aussi très attentive aux questions environnementales et utilise des peintures 100 % naturelles.

En plus de la production de miel, de reines et d'essaims, Sarah se lance dans la récolte de gelée royale à destination des particuliers, ainsi que celle de la récolte de propolis pour les laboratoires pharmaceutiques.

Une année difficile pour l’apiculture

Une année rythmée par les caprices d’une météo… Sale temps pour les Abeilles
Avec des bas : un mois de mai qui nous a obligé à intervenir sur les ruches pour éviter la famine car les températures n’ont pas permis aux abeilles de sortir pour butiner les pissenlits et autres fleurs de printemps.
Et une période d’essaimage intense avec des fécondations de reines très mauvaises. C’est une période très difficile car les reines tiendront moins longtemps.
Mais surtout des hauts : un mois de juillet caniculaire qui a obligé les abeilles à ventiler plus qu’à butiner et surtout à chercher de l’eau …

Nous avons de la chance car nous sommes situés en zone de montagne avec des nuits fraîches et de la rosées le matin cela a un peu épargné nos petites protégées.
Résultat nos abeilles ont produit un peu de miel de Montagne et sur la mi-juillet un peu de miel de Sapin. C’est mieux que rien car en zone de plaine vosgienne les apiculteurs n’ont absolument rien récolté.
Un dossier de calamité apicole sera peut-être déposé dans le Grand Est !

Je voulais remercier les parrains qui ont fait le déplacement le 15 juin aux portes ouvertes.



Cela fait quelques années que vous êtes de plus en plus nombreux à venir nous rencontrer et grâce à vous j’ai renoué avec l’idée du partage autour de l’abeille.
C’est tellement gratifiant de faire découvrir ce monde fabuleux.
J’ai déjà participé à une journée de formation pour devenir ferme pédagogique.

Nous avons comme projet d’ouvrir un pôle apicole pour faire découvrir l’abeille et notre métier avec des outils pédagogiques.
Nous sommes en pleine préparation de demande de permis et des différentes autorisations avec le chiffrage pour présenter un dossier aux banques.
Si vous avez des idées n’oublier pas de nous écrire…



Si l’on veut continuer à résister aux années noires de l’apiculture Il faut diversifier l’activité. Cela demande réflexion car les journées sont déjà très chargées…
Pour conclure depuis dix ans nous avons construit une miellerie de 220 M², acheté plus de 450 ruches vides (renouvellement de ruches abîmées), acheté du matériel de miellerie extracteur, maturateurs, table de mise en pots, pompe à miel, tables inox, désoperculatrice les emprunts court encore…sur 5 ans !

Mais le plus important c’est que c’est grâce à vos parrainages et vos soutiens que nous existons depuis 10 ans.   
Petite dédicace à Mme Cécile jean « MERCI »

A bientôt
Sarah et vos filleuls

Voir toutes ses actualités

Le rucher de la Vallée du Rabodeau

Le rucher de la Vallée du Rabodeau

Le rucher est situé dans le Parc Régional de la Forêt des Vosges, en plein cœur de la vallée du Rabodeau.

Il est niché à flanc de montagne, à 500 m. d'altitude, bordé d'une forêt de 12 ha composée de pins, épicéas, hêtres et bouleaux et arrosé par une rivière.

Ce cadre permet aux abeilles de butiner des essences de montagne : sapin, fleurs d'altitudes...
Le miel ainsi récolté est un miel de montagne issu de miellats (miel de sapins, bouleaux...) qui est une grande source d'apport en acides aminés.
Liquide à sirupeux (avant cristallisation) et foncé, il est très aromatique et de saveur douce et maltée. En fonction de l'emplacement des ruches et des floraisons alentours, la proportion en fleurs d'altitude peut y être plus importante ainsi, Sarah vous proposera alors un miel de même consistance, de couleur plus clair et fleuri avec des notes de sous-bois.

JT de 13h TF1 avec Sarah

Reportage consacré à Sarah et au projet Un toit pour les abeilles diffusé le samedi 27 Août 2016. Cliquez en dessous pour visualiser l'extrait.

Que se passe-t-il ce mois-ci sur votre rucher ?

C’EST LA RENTREE !
Retour sur les derniers rebondissements autour de la loi Biodiversité

Depuis qu’il a rédigé un arrêté anti-pesticides sur sa commune, en mai dernier, le maire breton de Langouët fait figure de « porte-parole » des « défenseurs de l’environnement ».
Daniel CUEFF, c’est son nom, a pourtant vu son arrêté suspendu le 27/08 dernier, pour motif « qu’il n’...




Imprimer la page

Retour