Monabee

Logo Monabee

Mesurer pour mieux maitriser ! Telle est la devis de Monabee. Entreprise Lyonnaise et pionnière dans le suivi des consommations et des productions d’électricité. Monabee est membre du Réseau Entreprendre Rhône, labellisée Lyon Ville Equitable et Durable et adhérente au pôle de compétitivité TENERRDIS. Née de l’association de deux entrepreneurs, issus du secteur photovoltaïque et doté de 20 ans d’expertise dans le monitoring, Monabee s’attache à rendre simple, compréhensible et efficace la gestion des énergies. Nos objectifs sont triples : apporter une réponse face à la forte augmentation des prix de l’énergie, donner les moyens de contrôler le bon fonctionnement de son installation photovoltaïque et accompagner le développement massif de l’autoconsommation. Tout ça pour quoi ? Pour aider nos utilisateurs à diminuer leur facture et, par conséquent, leur empreinte carbone.


Voir leur site internet

Ils se sont engagés pour la sauvegarde des abeilles

Abee, c’est l’abeille butineuse d’énergie, notre mascotte ! Elle collecte les informations de consommation et de production d’énergie de votre habitation, les traite et vous les met à disposition dans une interface dédiée. Chez Monabee nous croyons aux valeurs du développement durable et nous nous engageons dans cette voie au travers de 4 points :
- Le développement de l’activité économique locale à travers notre collaboration avec des entreprises spécialisées situées dans le bassin Lyonnais
- La mise en place de la certification Natur’Entreprise, gage de notre implication en faveur de l’éco-responsabilité.
- La formation des jeunes
- Le développement de la filière solaire et des énergies renouvelables à travers notre activité d’optimisation et de gestion des énergies.


La ruche en images

  • La ruche Monabee
  • La ruche Monabee
  • La ruche Monabee
  • La ruche Monabee
  • La ruche Monabee

L'apiculteur : Thierry SALAVIN

UTPLA apiculteur Thierry SALAVIN

Thierry est un apiculteur bio professionnel situé en Isère.
Il a été certifié agriculture biologique (AB) par Ecocert et Nature et Progrès (label biologique qui est basé non seulement sur des critères techniques mais également sur des aspects environnementaux, sociaux et économiques ou encore éthiques).

Il a découvert et démarré l'apiculture en 2010 en récupérant des essaims vagabonds.
Sans lien familial avec l'apiculture, il a acquis son expérience en se formant et en travaillant chez des apiculteurs en Australie.

Il a un cheptel actuel de plus de 200 ruches.
Thierry utilise des ruches Warré qui privilégient une apiculture douce et respectueuse des abeilles.

La majorité de ses ruchers sont situés sur les massifs alpins vierges de cultures aux alentours de Grenoble (Chartreuse, Vercors, Belledonne, Ecrins).
Thierry pratique la transhumance locale dans un petit rayon (40km) pendant la saison pour des miels de crus (châtaignier, acacia, haute montagne).

Un beau moment de partage

Mardi 10/10/2017

Samedi 7 octobre dernier, c’est Thierry SALAVIN, votre apiculteur du Rucher de la Chartreuse qui vous ouvrait ses portes pour une journée immersion avec les abeilles…

Au programme :
Visite de sa miellerie et départ groupé pour aller voir les ruches et observer les abeilles.
La journée a été ponctuée par un pique-nique convivial où chacun a pu partager des plats délicieux et pleins de saveurs… Un véritable moment de partages, de douceur et de bonne humeur !

Votre apiculteur Thierry, enchanté par cette journée de rencontre avec ses parrains, a souhaité vous partager ces quelques mots…

« Je voulais vous dire un grand merci pour la journée qu’on a passé tous ensemble.

On était bien nombreux, j’appréhendais un peu. Et j’ai passé une chouette journée avec vous et les abeilles. Chacun a pu trouver sa place joyeusement dans ce groupe engagé à notre cause !

J’ai trouvé tout le monde particulièrement chaleureux. De joyeuses colonies d’abeilles et d’humains mêlées !
Partager un peu de mon quotidien et de celui des abeilles m’a nourri. Merci pour les p’tis plats partagés qui ont ravi nos papilles également !!! La journée était douce. La douceur de la météo nous a influencé aussi. C’est aussi cela l’apiculture… Notre quotidien avec les abeilles c’est l’apprentissage de la douceur et de l’attention. C’était vraiment chouette de vous voir expérimenter le contact avec les abeilles.
J’ai l’impression que ce contact a touché chacun de vous et que vous êtes repartis dans votre quotidien avec ça, c’est un beau cadeau je trouve.

Merci encore, et bel automne à tous ! »




Voir toutes ses actualités


Le rucher de la Chartreuse

Le rucher de la Chartreuse
Les ruches sont situées dans le parc naturel régional de la Chartreuse, à 800m d'altitude qui offre une diversité de milieux naturels.

Le parc est ainsi constitué de forêts qui varient du chêne à des hêtraies-sapinières jusqu'aux épicéas à 1500 m d'altitude mais aussi d'étendue de pelouse et prairies.
Les eaux de source provenant des torrents et zones humides environnant le rucher sont d'excellente qualité.

Le miel récolté par la miellerie du Peuple Zélé est selon les floraisons de forêt à dominante de tilleul et pointe de châtaignier et de fleurs de chartreuse qui sont issues des sous-bois comme les ronces et framboisiers avec un arôme floral, frais, naturellement crémeux.

Thierry pratique un élevage et une sélection massale de ces abeilles afin de tirer le meilleur parti de chaque abeille (productivité, caractère...).
Il a ainsi commencé son cheptel avec des abeilles locales ou dites "noires" issus d'essaims cueillis dans la Vallée et qui ont permis la création d'autres colonies d'abeilles avec des croisements naturels contrôlés. Aujourd'hui il a des colonies avec un brassage d'origines qui sont adaptées localement.

Que se passe-t-il ce mois-ci sur votre rucher ?

Pré-bilan 2017
Nous sommes en octobre…
Les apiculteurs réalisent les dernières visites des ruchers avant l’hiver.
Bien qu’il faille attendre le réveil des colonies en février prochain pour dresser un bilan complet de cette saison apicole, nous avons déjà quelques remontées des apiculteurs de notre réseau.
Il en découle que 2017 aura été une année contrastée pour la filière. Les conditions météo ont été particulièrement rudes cette année et en décalage avec les besoins des colonies et des floraisons.
Il a fait trop froid en mai, avec des gelées sur certaines régions. La sécheresse de juin, notamment dans le sud de la France, a mis à mal les floraisons. Les pluies qui ont suivies en juillet et août sont venues perturber la fin de saison. Seuls les ruchers situés en montagne auront été préservés cette année. La météo n’aura pas été le seul élément perturbateur. Les incendies dans le sud de la France et en Corse ont noirci également le tableau de cette triste saison…
« On essuie une nouvelle année noire » explique Philippe HUGUEL, apiculteur du Rucher d’Entraigues. « Après 2016, la saison 2017 va nous faire encore beaucoup de mal… Deux années noires coup sur coup c’est dur pour la filière… »
Le réveil des colonies au printemps prochain nous en dira davantage sur le bilan de cette saison. Jusque-là, il faut tenir bon… Vos soutiens, nombreux, et surtout fidèles nous aident à pallier aux difficultés rencontrées sur les ruchers de nos apiculteurs, surtout lors de saison comme celle-ci. MERCI profondément pour cela !

Que se passe-t-il dans la ruche ?

Ca y est, nous sommes bel et bien en automne ! On approche tout doucement des températures de saison. Elles avoisinent les 5 à 10°C le matin et 16 à 20°C l’après-midi.



Bref, il commence à faire froid pour les abeilles qui préfèrent rester au chaud dans les ruches. Elles se sont organisées : Exit les faux bourdons qui n’ont plus de rôle à jouer au sein de la colonie. La Reine aussi a largement ralenti sa ponte. Elle ne tardera pas à la suspendre bientôt, lorsque l’hiver aura démarré. Les abeilles vont rester confinées, en effectif réduit, au sein de la colonie tout l’hiver, puisant sur les réserves engrangées durant l’été.

Zoom sur … L'hivernage

Les abeilles n’hibernent pas durant la période de froid. Elles ne dorment pas à proprement parler. Leur activité se réduit considérablement, mais elles continuent à vivre, au ralenti, confinées au sein de la ruche. C’est l’hivernage. Elles vont ainsi se tenir bien au chaud, serrées les unes contre les autres, en forme de grappe. L’objectif pour elles : conserver une température intérieure de 30-35°C.


Cette température est le résultat de cette grappe que forment entres elles les abeilles et de la ventilation qui s’opère au sein de la ruche, par leurs battements d’ailes. C’est cette même ventilation qui permet de les protéger de l’humidité, leur pire ennemi !

De son côté, l'apiculteur …
L’apiculteur a terminé sa récolte d’été. Il a laissé les abeilles récolter les derniers nectars et pollens disponibles dans la nature, pour accumuler quelques provisions supplémentaires. Les dernières floraisons sont à présent épuisées et le froid de retour. Les abeilles vont à présent rester dans les ruches. Le travail de l’apiculteur est double à cette période.
Aux ruchers, il réalise les dernières visites d’avant l’hiver et s’assure que toutes les ruches sont prêtes à rentrer en hivernage. Elles doivent être suffisamment chargées en réserves, doivent être en bon état et bien isolées pour éviter les agressions extérieures, liées à la météo ou aux attaques de prédateurs.
Il faut aussi les positionner à l’abri du vent. Souvent l’apiculteur place une grosse pierre sur le dessus des ruches pour éviter qu’un vent trop fort ne souffle les toits.
A la miellerie, il termine la mise en pots du miel fraichement récolté qu’il vendra sur les marchés de Noel ou qu’il enverra à ses parrains dans notre cas.


Le Saviez – vous ?
Pour affronter l'hiver, les apiculteurs estiment qu'une ruche « en bonne santé », c'est-à-dire suffisamment chargée en ressources naturelles pour assurer l'hivernage, doit contenir au minimum entre 15 et 20kg de miel. En dessous de ce niveau, la ruche est considérée comme « en péril », elle ne passera pas l'hiver.

Un peu de poésie … La citation du mois !
« Une sentinelle attend toujours l’aurore, et l’aurore toujours la sentinelle » Cesbron






Imprimer la page

Retour