Desmazieres

Logo Desmazieres
Création variétale et commercialisation de plant et pomme de terre conventionnelle et biologique Fort de son expérience dans le biologique depuis plus de 20 ans, Desmazières commercialise toute une gamme de pomme de terre adaptée à l’agriculture biologique. Nos différentes missions sont : • La création variétale avec des axes de recherches majeurs: résistance au mildiou du feuillage et du tubercule, rusticité à des conditions météorologiques difficiles, bonne faculté de conservation et résistance aux maladies de peau. • La mise en marché de variétés spécifiques à la culture biologique avec, entre autres, les variétés Ditta, Carolus, Alouette… • La contractualisation de pomme de terre de consommation biologique sur plus de 200 ha.


Voir leur site internet


Les ruches en images

  • La ruche Desmazieres
  • La ruche Desmazieres
  • La ruche Desmazieres
  • La ruche Desmazieres
  • La ruche Desmazieres
  • La ruche Desmazieres
  • La ruche Desmazieres
  • La ruche Desmazieres
  • La ruche Desmazieres
  • La ruche Desmazieres
  • La ruche Desmazieres
  • La ruche Desmazieres
  • La ruche Desmazieres
  • La ruche Desmazieres
  • La ruche Desmazieres
  • La ruche Desmazieres
  • La ruche Desmazieres
  • La ruche Desmazieres
  • La ruche Desmazieres
  • La ruche Desmazieres
  • La ruche Desmazieres
  • La ruche Desmazieres
  • La ruche Desmazieres
  • La ruche Desmazieres
  • La ruche Desmazieres
  • La ruche Desmazieres
  • La ruche Desmazieres
  • La ruche Desmazieres

L'apiculteur : Justine HENNION

UTPLA apiculteur Justine HENNION

Justine tient sa passion pour l'apiculture de son père Yvan, passionné par les abeilles qui lui a transmis son savoir.

Justine travaille sur l’exploitation familiale depuis 2012 située au pied du Mont d'Halluin (Nord).

La ferme au carré typique de la région Lilloise a été reprise  en 1998 par son père (fils d’agriculteur dans les Flandres).
Auparavant ses grands-parents élevaient de nombreux animaux tels que les vaches, les cochons, les poules, les lapins…Cela a provoqué bien des changements ; les broutards ont été changés par des butineuses.

Justine s'est spécialisée dans l'élevage des reines et essaims d’abeilles.

Elle est épaulée par ses 2 frères pour la récolte de miel et le pic d'activité durant la saison estivale.

Une saison mitigée

La saison fut moyenne niveau miel.

Elle a commencé très tard avec beaucoup de vent et des températures plutôt faibles, mais par la suite les abeilles ont pu rattraper leur retard.

En juillet, où normalement de grosses miellées sont attendues, les températures très hautes ont fait "griller" les fleurs et raccourci les miellées.

Il y a donc eu moins de miel récolté par rapport aux saisons précédentes, mais les abeilles se portent à merveille,

Ce fut une très bonne saison pour l'élevage, nous avons su atteindre nos objectifs et développer notre cheptel.

Bien à vous !

Voir toutes ses actualités

Le rucher de Senlis

Le rucher de Senlis

Justine travaille avec des petites ruches d'élevage appelées "nucléis" et en possède 300.

Elles sont réparties sur plusieurs ruchers essentiellement dans le département du Nord.

Le rucher que Justine propose au parrainage est situé à Senlis (Oise) dans un sous-bois.

Les abeilles y produisent du miel de colza, toutes fleurs ou tilleul selon les floraisons.

L’exploitation familiale compte une miellerie, où est extrait et conditionné le miel.
On retrouve les produits de la ruche en vente au petit magasin de la ferme et auprès de différents revendeurs de la région et principalement des agriculteurs proposant la vente en directe.


L'apiculteur : Eric FRANQUELIN

UTPLA apiculteur Eric FRANQUELIN

Eric est apiculteur amateur en Picardie depuis 2008, cette passion l'a piqué en vacances lors de la visite d’un musée de l’abeille.

Il se forme à l’apiculture auprès d’un apiculteur local ainsi qu’au Rucher École de l’Oise Apicole où il suit des cours sur l'apiculture.
Il a ensuite acquis une ruche, des abeilles, le matériel de base.

Aujourd'hui, il accomplit sa passion avec un petit rucher d’une vingtaine d’essaims qui sont situées au milieu de jardins potagers et près d'une forêt.
Il vit l'apiculture à la cadence des abeilles et selon l’éclosion des fleurs mellifères.
Eric pratique à petite échelle la transhumance pour le miel d’Acacia, il déplace quatre à cinq ruches au moment de la floraison de l'arbre.

Il espère agrandir son cheptel dès le printemps 2016 composé d'abeilles noires et d'abeilles Buckfast grâce aux parrainages.

Premier bilan de saison

Bonjour à toutes et à tous,
 
Dans un premier temps merci à tous pour votre soutien ainsi qu’Un toit pour les abeilles.
Les abeilles, tôt en saison, se sont bien développées malgré un froid tardif.
Elles ont effectué de nombreux allers et retours pour butiner et récolter du nectar et du pollen, ce qui m’a permis de réaliser votre récolte de miel de « printemps ».
Ensuite j’ai loupé la floraison des acacias, car dans notre secteur celle-ci a été très courte et pauvre en fleurs.
Pratiquement toutes les abeilles ont essaimé*, j’ai remis en ruche quelques uns de ces essaims.
J’ai également suivi des cours sur l’élevage de reines, ce qui m’a permis d’avoir deux nouvelles reines.
Je ne désespère pas de m’améliorer pour la saison prochaine.
La récolte du miel d’été s’effectuera dans les prochains jours, les nombreux essaimages et la sécheresse de juin ont perturbé la qualité et la durée des miellées de cette saison.
Encore merci pour vos parrainages et l'intérêt que vous portez à nos très chères « z’abeilles » !
Eric, du rucher de Saint Just

*L'essaimage est un phénomène naturel chez les abeilles qui se produit lorsque la colonie assez populeuse incite la veille reine à quitter la ruche avec une partie des abeilles afin que les abeilles restantes puissent élever une jeune reine.
On assiste alors à l'envol d'un nuage d'abeilles qui peut se poser dans un endroit abrité (toiture, haie, cheminée...).
Une colonie comportant beaucoup d'individus, des températures élevées...sont autant de facteurs qui peuvent conduire les abeilles à essaimer.

Voir toutes ses actualités

Le Rucher de Saint Just

Le Rucher de Saint Just

Le rucher d’Éric est situé au nord de l’Oise.
Celui-ci se compose d’une vingtaine de ruches de modèle Dadant, entouré de jardins et près d’une forêt.

Le miel récolté est le reflet des différentes fleurs mellifères et arbres fruitiers qui entourent son rucher dont il suit les variations et les floraisons.
L’extraction est artisanal pour en préserver les arômes et les propriétés nutritionnelles.
Le miel est un miel toutes fleurs, liquide et crémeux doté d’un arôme polyfloral de caractère.

Eric laisse le corps de ses ruches rempli de miel pour que les abeilles passent l'hiver sans avoir à les nourrir avec du sirop.
Il privilégie ainsi le bien-être de ses abeilles au détriment du rendement de miel.

Que se passe-t-il ce mois-ci sur votre rucher ?

Pré-bilan 2017
Nous sommes en octobre…
Les apiculteurs réalisent les dernières visites des ruchers avant l’hiver.
Bien qu’il faille attendre le réveil des colonies en février prochain pour dresser un bilan complet de cette saison apicole, nous avons déjà quelques remontées des apiculteurs de notre réseau.
Il en découle que 2017 aura été une année contrastée pour la filière. Les conditions météo ont été particulièrement rudes cette année et en décalage avec les besoins des colonies et des floraisons.
Il a fait trop froid en mai, avec des gelées sur certaines régions. La sécheresse de juin, notamment dans le sud de la France, a mis à mal les floraisons. Les pluies qui ont suivies en juillet et août sont venues perturber la fin de saison. Seuls les ruchers situés en montagne auront été préservés cette année. La météo n’aura pas été le seul élément perturbateur. Les incendies dans le sud de la France et en Corse ont noirci également le tableau de cette triste saison…
« On essuie une nouvelle année noire » explique Philippe HUGUEL, apiculteur du Rucher d’Entraigues. « Après 2016, la saison 2017 va nous faire encore beaucoup de mal… Deux années noires coup sur coup c’est dur pour la filière… »
Le réveil des colonies au printemps prochain nous en dira davantage sur le bilan de cette saison. Jusque-là, il faut tenir bon… Vos soutiens, nombreux, et surtout fidèles nous aident à pallier aux difficultés rencontrées sur les ruchers de nos apiculteurs, surtout lors de saison comme celle-ci. MERCI profondément pour cela !

Que se passe-t-il dans la ruche ?

Ca y est, nous sommes bel et bien en automne ! On approche tout doucement des températures de saison. Elles avoisinent les 5 à 10°C le matin et 16 à 20°C l’après-midi.



Bref, il commence à faire froid pour les abeilles qui préfèrent rester au chaud dans les ruches. Elles se sont organisées : Exit les faux bourdons qui n’ont plus de rôle à jouer au sein de la colonie. La Reine aussi a largement ralenti sa ponte. Elle ne tardera pas à la suspendre bientôt, lorsque l’hiver aura démarré. Les abeilles vont rester confinées, en effectif réduit, au sein de la colonie tout l’hiver, puisant sur les réserves engrangées durant l’été.

Zoom sur … L'hivernage

Les abeilles n’hibernent pas durant la période de froid. Elles ne dorment pas à proprement parler. Leur activité se réduit considérablement, mais elles continuent à vivre, au ralenti, confinées au sein de la ruche. C’est l’hivernage. Elles vont ainsi se tenir bien au chaud, serrées les unes contre les autres, en forme de grappe. L’objectif pour elles : conserver une température intérieure de 30-35°C.


Cette température est le résultat de cette grappe que forment entres elles les abeilles et de la ventilation qui s’opère au sein de la ruche, par leurs battements d’ailes. C’est cette même ventilation qui permet de les protéger de l’humidité, leur pire ennemi !

De son côté, l'apiculteur …
L’apiculteur a terminé sa récolte d’été. Il a laissé les abeilles récolter les derniers nectars et pollens disponibles dans la nature, pour accumuler quelques provisions supplémentaires. Les dernières floraisons sont à présent épuisées et le froid de retour. Les abeilles vont à présent rester dans les ruches. Le travail de l’apiculteur est double à cette période.
Aux ruchers, il réalise les dernières visites d’avant l’hiver et s’assure que toutes les ruches sont prêtes à rentrer en hivernage. Elles doivent être suffisamment chargées en réserves, doivent être en bon état et bien isolées pour éviter les agressions extérieures, liées à la météo ou aux attaques de prédateurs.
Il faut aussi les positionner à l’abri du vent. Souvent l’apiculteur place une grosse pierre sur le dessus des ruches pour éviter qu’un vent trop fort ne souffle les toits.
A la miellerie, il termine la mise en pots du miel fraichement récolté qu’il vendra sur les marchés de Noel ou qu’il enverra à ses parrains dans notre cas.


Le Saviez – vous ?
Pour affronter l'hiver, les apiculteurs estiment qu'une ruche « en bonne santé », c'est-à-dire suffisamment chargée en ressources naturelles pour assurer l'hivernage, doit contenir au minimum entre 15 et 20kg de miel. En dessous de ce niveau, la ruche est considérée comme « en péril », elle ne passera pas l'hiver.

Un peu de poésie … La citation du mois !
« Une sentinelle attend toujours l’aurore, et l’aurore toujours la sentinelle » Cesbron






Imprimer la page

Retour