Loxam


Les ruches en images

  • La ruche Loxam
  • La ruche Loxam
  • La ruche Loxam
  • La ruche Loxam
  • La ruche Loxam
  • La ruche Loxam
  • La ruche Loxam
  • La ruche Loxam
  • La ruche Loxam
  • La ruche Loxam
  • La ruche Loxam
  • La ruche Loxam
  • La ruche Loxam
  • La ruche Loxam
  • La ruche Loxam
  • La ruche Loxam
  • La ruche Loxam
  • La ruche Loxam
  • La ruche Loxam
  • La ruche Loxam
  • La ruche Loxam
  • La ruche Loxam
  • La ruche Loxam
  • La ruche Loxam
  • La ruche Loxam
  • La ruche Loxam
  • La ruche Loxam
  • La ruche Loxam
  • La ruche Loxam
  • La ruche Loxam
  • La ruche Loxam
  • La ruche Loxam
  • La ruche Loxam
  • La ruche Loxam
  • La ruche Loxam
  • La ruche Loxam
  • La ruche Loxam
  • La ruche Loxam
  • La ruche Loxam
  • La ruche Loxam

Les ruches en vidéo

L'apiculteur : Claude POIROT

UTPLA apiculteur Claude POIROT

Claude est apiculteur en Vendée et Charente-Maritime depuis plus de 40 ans et s'occupe aujourd'hui d'environ 600 ruches.

Il a en outre développé une activité d'élevage de reines et de création d'essaims (nouvelles colonies).

Figure de l'apiculture et très impliqué dans la protection des abeilles, il est notamment président de l'Abeille Vendéenne et engagé dans la lutte contre l'utilisation abusive de pesticides.
Claude est aussi engagé dans une démarche pédagogique avec la Folie de Finfarine, ferme apicole.
Il est notre apiculteur référent sur le projet "Un toit pour les abeilles".

Immersion au rucher de Triaize

mercredi 21/06/2017

Chers parrains,

Pascale et moi-même vous invitons à venir partager un moment de convivialité et de découverte avec nous et vos abeilles le  Dimanche 30 Juillet 2017  dès 15h00 sur notre exploitation de Triaize.
Situés en plein cœur de la Vendée et ses marais, vous pourrez profiter de cette occasion pour découvrir la région, son bord de mer et la Venise verte ;-)

La journée que nous vous proposons est gratuite et ouverte à tous. Elle symbolise le trait d'union entre notre métier d'apiculteur, les abeilles, et les parrais qui nous soutiennent dans notre aventure.

Au programme de l'après midi :

- Accueil du public dès 15h00 et projection d'un diapo sur la vie des abeilles
- Visite de ruches au rucher
- Visite de l'exploitation
- Pause gourmande

La porte ouverte prendra fin vers 18h.

Selon le nombre de participants, des ateliers seront proposés comme la récolte de pollen par exemple...
En espérant que vous serez nombreux à nous rendre visite.

Pour en savoir plus et vous inscrire cliquez sur ce lien : https://www.untoitpourlesabeilles.fr/portes-ouvertes/52-portes-ouvertes-chez-claude-et-pascale.html

A très bientôt !
Claude et Pascale

Voir toutes ses actualités

Le rucher de Triaize

Le rucher de Triaize

Les ruches sont installées en plein coeur du parc inter-régional du Marais Poitevin sur un site Natura 2000 présentant une grand richesse écologique.
Le territoire est constitué de marais et bocages avec une alternances de paysages boisés et de prairies.

Le miel Vendéen est un miel toutes fleurs issu des plaines et prairies . On y retrouve différentes variétés de fleurs des zones de bocage : l'acacia, l'aubépine, le trèfle blanc, la ronce ou encore la luzerne ou le pissenlit. C'est un miel cristallin (solide) de consistance assez crémeuse, qui peut varier de la couleur dorée au jaune clair en fonction des floraisons. Parfumé et fleuri, il en fait un miel idéal pour les tartines ou sucrer des boissons chaudes.

JT week-end France 2 avec Claude

Reportage diffusé le samedi 5 Novembre 2016. Cliquez en dessous pour visualiser l'extrait.

L'apiculteur : Pascale LEROY-AILLERIE

UTPLA apiculteur Pascale LEROY-AILLERIE

Pascale est issue d’une famille d’apiculteurs depuis 3 générations.
Elle s’occupe aujourd’hui de 200 ruches qui se trouvent pour la plupart autour de la ferme apicole, sur le site exceptionnel du Marais Poitevin.
Elle a reçu la certification agriculture biologique début 2015 pour la conduite de ses ruches et le lieu ou elles sont installées.
Elle propose aussi une spécialité traditionnelle à base de miel et de fruits qu’elle nomme « confimiel » et qui lui a permis de remporter le Concours des produits de Vendée.

Une belle saison 2017

Bonjour à mes chers parrains,

Ma saison s'est bien passée : alors que j'étais sortie de l'hiver un peu catastrophée, j'ai reçu l'aide d'un Toit Pour Les Abeilles, le soutien de mes Parrains et l'énergie de Claude !

Toute mon exploitation a été remontée.
Essaim après essaim, ruche après ruche, ça a été beaucoup de travail !
Mais je suis satisfaite du résultat, j'ai même réussi à récolter du miel : Miel de tilleul sur la commune de Luçon, un peu d'acacia à Jard sur Mer, et un miel toutes fleurs dans le Marais.
Les abeilles ont bien travaillé, j'ai fait une récolte de pollen presque à l'identique de celle de l'année passée.
Aujourd'hui, j'ai changé les fonds des ruches pour des fonds en plastique aérés. Ils vont me permettre de fermer les portes des ruches et empêcher les souris de venir grignoter les réserves de nos protégées.
Il me reste à finir les traitements pour le varroa : cette année, j'ai choisi de traiter avec l'acide formique (ou méthanoïque) qui est secrété notamment par la fourmi, d’où son nom.
Et l'hivernage sera quasi fini : une petite "couverture", (comme m'a dit ma petite fille, lorsqu'elle m'a accompagnée cet été) dans chaque ruche un peu petite, pour la tenir au chaud.
 

J'ai pris le temps de me former pour la production de la gelée royale, au CFPPA de Vesoul.

Fin juin, j'ai passé une semaine chez une apicultrice en Ariège pour le stage pratique.
Ça a été une belle aventure, et dès juillet, j'ai acheté des reines inséminées spécialisées pour la gelée royale..
Et, je commencerai la production de gelée royale bio au mois d'avril 2018.
Le dernier dimanche de juillet nous avons reçu avec plaisir nos Parrains, pour l'ouverture des ruches et la visite de notre Miellerie.


À tout bientôt


Pascale

Voir toutes ses actualités

Le Rucher du Marais Poitevin

Le Rucher du Marais Poitevin

Les ruches de Pascale se trouvent en plein cœur du Marais Poitevin sur une zone classée Natura 2000.
D'une grande diversité écologique, ce territoire est constitué de pairies, de zones boisées et de marais façonnés par l'homme au cours du temps. Le Marais poitevin constitue un havre pour de nombreuses espèces animales ou végétales telles que la loutre d'Europe, le vanneau huppé, l'iris jaune ou la reine des près.

Selon les saisons les abeilles de Pascale visitent les pissenlits, guimauves, lierres, saules, ronces, aubépines, sureaux...

L'apiculteur : Grégoire HEINRICH

UTPLA apiculteur Grégoire HEINRICH

Grégoire est un jeune apiculteur qui habite à Toulouse.
Il a le projet de s'installer en tant qu'apiculteur professionnel dans les prochaines années et souhaite développer progressivement le nombre de ses ruches pour arriver à 200 au moment de l'installation.
Grégoire a aujourd'hui 95 ruches et une cinquantaine d'essaims seront créés prochainement.
Il espère ensuite vendre son miel sur les marchés à Toulouse et dans le Tarn, mais aussi du pollen, de l'hydromel, et d'autres produits de la ruche.

Parallèlement au développement de son activité apicole, il est saisonnier chez des apiculteurs professionnels.
Cela lui permet de vivre sa passion pour l'apiculture mais aussi de continuer à apprendre et à se former.

Petit point sur la saison

Bonjour,

Pour le moment la saison se passe très bien pour moi.

J'ai divisé toutes les ruches au printemps pour faire des essaims et augmenter le nombre de mes ruches.

Le printemps a été vraiment divisé en deux cette année, très chaud et beau au mois d'avril et plutôt froid et pluvieux en mai.
J'avais déjà fait le plus important du travail en avril.
Les colonies sont belles, je viens de poser les hausses pour les futures récoltes de miel que j’extrairai en Août.
Le tournesol va très bientôt être en fleurs.
Les abeilles ont déjà pu rentrer un peu de miellat.

Au mois de juin, il y a une période creuse dans le Tarn pour les ressources en pollen et nectar.
Fin juin et en juillet ce n'est plus du tout le cas.

On voit aussi depuis quelques années de plus en plus de sarrasin pendant l'été.

Je saurai au mois d'Août la quantité de miel récoltée pendant l'année.

A très bientôt
Grégoire Heinrich

Voir toutes ses actualités

Le rucher de Lavaur

Le rucher de Lavaur
Le 1er rucher est situé à côté de Lavaur dans le Tarn, à 35 min de Toulouse.


Grégoire a choisi de travailler avec des abeilles locales dites "noires" et de race Caucasienne.

Les récoltes espérées sont du miel de printemps, du miel toutes fleurs et du miel de tournesol.

L'apiculteur : Philippe HUGUEL

UTPLA apiculteur Philippe HUGUEL

L’apiculture est pratiquée dans la famille de Philippe et Nicolas depuis deux générations : Ils ont repris l’exploitation apicole de leur père il y a maintenant plus de 10 ans.
Les deux frères gèrent aujourd’hui plus de 500 ruches et ont mis en place une activité d’élevage de reines et de création de nouvelles colonies d’abeilles (essaims). On peut les retrouver chaque jour sur les marchés de Cavaillon, Bagnols sur Cèze, Arles, Orange, Carpentras et Avignon, où ils vendent leur miel,mais aussi de la brèche (miel en rayon), ou encore du pollen.

Philippe est aussi Président du syndicat des apiculteurs de Vaucluse, qui fédère plus de 150 apiculteurs.

La météo et ses caprices

Mercredi 27/09/17

Chers parrains,

Je vous ai expliqué la semaine dernière les quelques difficultés rencontrées sur cette saison.
Je voulais vous donner quelques précisions sur les miellées qui ont été particulièrement perturbées cette année.
Ça a commencé par le romarin qui n’a pas donné cette saison. L’acacias non plus d’ailleurs à cause des gelées que nous avons subie.
Mais le plus dur sur cette saison apicole aura été sans nul doute le manque d’eau. Les sols n’ont pas vu la moindre goutte d’eau pendant trois mois et demi, voire quatre mois. Vous imaginez…
Les sols se sont asséchés trop vite, et avec eux les plantations agricoles. C’est la première année que je vois les agriculteurs arroser aussi abondamment les champs de lavande pour espérer qu’elles tiennent le choc.
Ça a permis de sauver les meubles.
Aujourd’hui il reste encore un peu de bruyères et les abeilles profitent de ces dernières miellées pour accumuler des provisions pour cet hiver.
J’aimerais pouvoir vous donner des nouvelles plus enthousiastes mais c’est aussi la réalité de notre métier.
Nous essuyons notre deuxième année consécutive de mauvaise récolte liée à des conditions météos défavorables.
Pour ma part, cette saison aura été une course folle contre la montre de Dame Nature. Je suis littéralement « lessivé ». Mais je reste positif car j’aime mon métier et je sais que parfois il peut être difficile.
Je vous dis à très vite,

Philippe,

Voir toutes ses actualités

Le rucher D'Entraigues

Le rucher D
Les ruches de Philippe et Nicolas sont installés à proximité d’Avignon sur la commune d’Entraigues près de Gigogan, sur une zone de Garrigues et de forêts.

Philippe travaille avec des abeilles de races Caucasienne, un peu de Buckfast et depuis 2011, sélectionne un peu de Carnica.

De façon à suivre les floraisons, les deux frères pratiquent chaque année la transhumance de leurs ruches vers le plateau d’Albion, les Alpilles ou l’Isère.

Le miel récolté pour un toit pour les abeilles est un miel toutes fleurs de consistance cristalline (solide) à crémeuse composé notamment de miellat (à partir de la sève des plantes) qui est une grande source d'apport en acides aminés et lui confère un gout assez relevé, très parfumé et une couleur plutôt sombre.
On y retrouve aussi des notes de fleurs d'amandiers butinées au printemps et un mélange floral de prairies (pissenlits, trèfles, pruniers sauvages...)

L'apiculteur : Bernard et Jean-Marc BREUIL

UTPLA apiculteur Bernard et Jean-Marc BREUIL

Bernard est apiculteur dans la région de Cognac en plein cœur de la Charente. Une vocation qui l'a piqué très jeune puisqu'il pratique l'apiculture depuis plus de 40 ans et s'occupe maintenant de plus de 800 ruches.
Bernard a su transmettre cette passion à son fils Jean-Marc qui reprend maintenant l'exploitation.
De façon à travailler avec des abeilles adaptées au terroir charentais Bernard et Jean-Marc sélectionnent et élève eux même leur reines.

Très engagé pour la défense de l'abeille, Bernard est aussi président du Groupement de Défense Sanitaire Apicole de la Charente.
Il s'occupe également, depuis plusieurs années, des ruches installées dans les jardins du Conseil général, sur les remparts d'Angoulême.

Point saison 2017

Bonjour,

Suite à des conditions favorables, les colonies ont passé un bon hiver.
Les ruches ont bien démarré la saison dès le printemps avec la miellée de colza.
Ensuite, est venu une période de disette jusqu'à la floraison des tournesols.
Les populations sont belles.
Une fois le miel récolté dans les hausses de ruches, vient la préparation des ruches pour l'hivernage : l'objectif étant que les colonies soient suffisamment armées pour l'hiver.
A la miellerie on met en pot le miel qui vous sera livré pour certains, cet hiver .

Voir toutes ses actualités

Le rucher de Vaux-Rouillac

Le rucher de Vaux-Rouillac
Situé à quelques kilomètres de Jarnac en plein cœur de la Charente le rucher se trouve sur une zone de culture de chênes truffiers. Le territoire est composé de nombreuses parcelles de forêts entourées de champs.

Quarante hectares de fleurs plantées en pourtour fournissent des nectars et pollens sains (sans pesticide) à une période ou les butineurs manquent de nourriture (fin d'été en particulier).

L'apiculteur : Yvon TORCAT

UTPLA apiculteur Yvon TORCAT

Yvon est apiculteur depuis une trentaine d'années.
Il vit sa passion au rythme des abeilles et de la floraison des fleurs mellifères.
Son rucher se trouve à Val de Chalvagne dans les Alpes de Haute Provence.
Son rucher se compose d'une cinquantaine de ruches.
Yvon propose un miel de Lavande.

Point sur ma saison

Chers parrains,

Après avoir passé un hiver correct avec environ la perte d'une dizaine de colonies d'abeilles, la saison est partie sur les chapeaux de roues : le printemps était doux et pluvieux.
C était parfait pour un bon redemarrage des essaims.

Malheureusement, à partir de début du mois de mai il n'y a plus  de pluie.
Ceci a entrainé une baisse d'activité importante dès la fin mai.

J'ai transporté mes ruches la nuit dans les grands champs de lavande au début de la floraison le 15 juin.
Mes ruches étaient belles et très populeuses.

Pour moi tout se jouait sur les lavandes.
S'en est suivi malheureusement une période de canicule sans la moindre goutte d'eau et un vent quotidien par dessus tout cela.
Fin juillet, la récolte de miel a donc été quelquonque.
J'ai bien entendu réservé suffisamment de ce miel pour vous parrains que vous recevrez avant Noël.

Je prépare maintenant l hivernage de mes ruches.

A bientôt

Merci a tous les parrains

Voir toutes ses actualités

Le rucher de Val de Chalvagne

Le rucher de Val de Chalvagne
Les ruches passent la majeure partie de l'année dans la vallée, à 800 m d'altitude, dans l'arrière pays niçois.

Il s'agit d'un territoire ayant su préserver son environnement de tous pesticides et insecticides.
Les abeilles trouvent à proximité une nourriture saine et variée : thym, tilleul, sarriette, fleurs des champs et des sous bois…

Les ruches sont transhumées sur le plateau de Valensole au mois de juillet et d'août pour une seule récolte  de  miel de lavande .

Yvon laisse le corps de ses ruches remplies de miel pour qu'elles passent l'hiver sans avoir à les nourrir avec du sirop.
Il  privilégie ainsi le bien-être de ses abeilles au détriment du rendement de miel.

Le miel de lavande représente le fleuron des miels produits en France .
Il est très parfumé, long en bouche et offre des atouts à la dégustation qui en font sa réputation.
Il sait se faire apprécier de tous grâce a son parfum typé, blond à l'arôme délicat et légèrement fruité.
Le miel de lavande a des vertus médicinales comme être un antiseptique général, un véritable calmant de la toux, un anti-inflammatoire pour les voies respiratoires et anti rhumatismal.

L'apiculteur : Evelyne et Frédéric WIELEZYNSKI

UTPLA apiculteur Evelyne et Frédéric WIELEZYNSKI

Evelyne et Frédéric sont apiculteurs depuis 5 ans dans le Médoc girondin.
Touchés par les problèmes que rencontre la biodiversité, Evelyne et Frédéric ont décidé de s'engager dans l'apiculture.

Ils ont aujourd’hui 46 ruches, réparties sur trois ruchers, qu’ils conduisent en respectant au mieux le rythme des abeilles.

Après avoir développé leurs propres ruchers ils ont décidé de s’investir dans le rucher école du Syndicat des Apiculteurs de Gironde et d’Aquitaine (SAGA) dont ils sont membres depuis 2005.
Frédéric est aujourd’hui président du SAGA et participe avec Evelyne à la fourniture d’essaims et de reines aux stagiaires du rucher école.

Nouvelles de cet été

Mercredi 16/08/17

Bonjour à tous,

Un petit mot pour vous tenir au courant de l’état de nos protégées. Elles vont plutôt bien, peu de mortalité cet été, pour le moment quasiment pas de casse parmi les essaims. Par contre pour le miel c’est une autre histoire. Avec les grosses chaleurs de ce début d’été tout s’est arrêté. La récolte s’est figée au 15 juin et les hausses que nous avons posées après le 15 juin n’ont quasiment pas été bâties ou remplies. Nous avons fait la récolte début aout pour pouvoir préparer au mieux l’hivernage. La récolte est faible et la bruyère qui a continué à fleurir sur juillet a tout juste permis de maintenir les réserves déjà acquises au 15 juin.

Côté frelon, bonne nouvelle car la pression est assez faible (par contre cela a tendance à confirmer que eux aussi ont des soucis de maintien des populations, ce qui se voit aussi chez les abeilles). Heureusement au moins le petit peuple n’a pas ce problème à gérer cette année.
Il faut maintenant espérer que les pluies d’orages de fin d’été vont permettre des floraisons suffisantes pour que chaque ruche engrange les provisions d’hiver et que les abeilles d’hiver soient asses nombreuses et fortes.

Fin de semaine prochaine j’enverrai une série de photo de l’ensemble des ruches, en attendant je vous mets ci-dessous une photo de notre plus beau rucher : dans celui-ci les ruches avaient fini leur récolte à mi-juin (Tilleul) et les hausses étaient pleines à craquer … mais c’est un rucher en ville, en banlieue de bordeaux, dans un parc près du lac et les tilleuls sont les arbres d’alignement plantés le long des rues !! L’absence de traitement phyto de cette commune écologiste semble porter ses fruits !
A très bientôt,

Frédéric

Voir toutes ses actualités

Le rucher du Medoc

Le rucher du Medoc

Le rucher se trouve dans la partie sud du médoc, prés de la région viticole d’appellation Haut Médoc, à environ 25 kms de Bordeaux.


Les colonies installées sont majoritairement des abeilles locales, dites "noires" ou présentant hybridées dues à certains croisements avec des abeilles de race Buckfast.


La flore mellifère qui entoure les ruches dans cette région boisée se compose d’arbres ou arbustes sauvages (acacia, saules, bourdaine, prunelliers, de ronces, châtaigniers, noisetiers, houx) et domestiques (tilleul, fruitiers, Sumac, cotonéasters, …).

Le miel récolté sera donc un miel polyfloral liquide et de couleur dorée à ambrée selon les floraisons et conditions climatiques.

JT de 12h France3 Aquitaine avec Frédéric

Reportage consacré à Frédéric et au projet Un toit pour les abeilles diffusé le lundi 26 Septembre 2016. Cliquez en dessous pour visualiser l'extrait.

L'apiculteur : Philippe KINDTS

UTPLA apiculteur Philippe KINDTS

Philippe est apiculteur bio.
Il est Arrivé de Belgique en 1983, et à l'achat de sa maison, a rencontré des abeilles installées entre volet et fenêtre. Départ de sa passion.
Il a travaillé avec un apiculteur quelques semaines et acquis doucement quelques ruches.
Menuisier de formation, il a construit ses ruches parallèlement à son activité de menuisier.
Pluriactif jusqu'en 2000, il s'installe en professionnel avec 200 colonies en label bio.
Actuellement il gère seul 250 colonies conduites en ruches Langstroth aidé de stagiaires en formation.
Impliqué dans le groupement bio du Gers (GAB) cette fonction, en tant qu'administrateur, me permet d'aller dans les collèges du département afin de sensibiliser les scolaires.
Il anime également des cours pratiques d'apiculture dans un cadre associatif une fois par mois.

Une saison satisfaisante

Bonjour,

Après une sortie d'hiver correcte, la saison a bien commencé avec un début printannier favorable aux récoltes de miel et multiplication des colonies.

Les mois de mai et juin qui ont suivi furent pauvres en récolte du fait du gel sur certains secteurs qui ont été néfastes aux miellées d'acacia et chataîgnier.

L'été a été quant à lui très favorable en miel de culture comme le lotier, le tournesol ou la bruyère Erica.

Actuellement sur la fin des récoltes, les abeilles butinent la bruyère callune dans les landes puis ce sera la mise en hivernage.

Je mettrai dans les colis de miel de cette fin d'année les différentes récoltes afin que vous puissiez déguster ces différents miels.


Trois critères indispensable pour de bonne récoltes:
1/colonies en bonnes santé.
2/des fleurs abondantes.
3/un climat favorable.

Merci encore pour le soutien que vous" parrains" nous apportez .

Ph Kindts.

Voir toutes ses actualités

Le rucher de Pouydraguin

Le rucher de Pouydraguin

Le rucher est transhumant sur une zone des Pyrénées.

Philippe vous propose un panachage de miels comme le miel des Pyrénées, miel du Gers et miel de printemps labellisés bio ou non selon les récoltes.

Le rucher en vidéo

L'apiculteur : Jacques HAZECHNOUR

UTPLA apiculteur Jacques HAZECHNOUR

Jacques est apiculteur depuis plus de 30 ans au nord de l’Aveyron dans les montagnes du Carladez.
Il s’occupe d’une centaine de ruches et travaille avec la race locale de l’abeille noire qui est bien adaptée à son environnement.
Jacques pratique une apiculture de type sédentaire et ses essaims proviennent uniquement de ses propres ruchers afin de pérenniser la variété d’abeilles qu’il a sélectionnée.
Sylvie sa compagne, assure la fabrication du pain d’épices, la commercialisation du miel et participe aux travaux sur les ruchers.

Ils souhaitent agrandir raisonnablement leur exploitation, partager leur expérience apicole et vous invitent à découvrir leur région qui est encore préservée.

Une saison bien déroutante

Décidément, cette saison a été bien déroutante pour nos avetes.
Les brusques changements de températures continuent ....on pouvait s'attendre à un mois de septembre chaud et beau qui permettrait un butinage sur les fleurs sauvages encore bien présentes dans notre secteur, et ce grâce aux pluies abondantes de cet été...
Cela a été le contraire pendant les 2 semaines passées...chômage technique!

Nous finissons la visite d'automne ces jours-ci avec le retour du soleil.
Après  un traitement contre la varroase fin août, les portes d'entrées sont réduites ainsi que les plateaux grillages, pour un bon hivernage.
Certaines ruches pas très fortes qui sont généralement des essaims de l'année, ont reçu une partition (c'est un cadre de ruche qui habituellement sert aux abeilles pour élever le couvain ou stocker des réserves qui est transformé en cloison).
Apres les avoir soupesées, les ruches sont lourdes...on peut en déduire que les provisions sont bonnes et suffisantes pour passer l'hiver.

La dernière miellée arrive:
C'est la fleur de lierre  qui clôt ainsi cette saison.
Les cires d'opercules issues de la récolte ont été fondues dans la chaudière et échangées contre des feuilles de cire gauffrée.
Nous avons procédé à la mise en pots de toute la récolte maintenant que la maturation est terminée.
Sylvie vous expediera vos colis comme prévu pour noël...

Voir toutes ses actualités

Le rucher du Carladez

Le rucher du Carladez
Les ruchers sont situés à 800m d’altitude dans les montagnes du Carladez aux confins de l’Aubrac, du plomb du Cantal et de la vallée du Lot.
Loin de toute grande culture et de source de pollution, dans un environnement souvent difficile d’accès, les abeilles produisent un miel de montagnes toutes fleurs.
La récolte se fait une fois par an autour du 15 Aout ce qui permet d’obtenir un miel contenant l’ensemble des saveurs de la flore grâce à des miellées successives : pissenlits, fleurs de printemps, ronciers, trèfles, tilleuls, chênes et châtaigniers.
Après maturation, le miel d’un gout subtil à dominante tilleul-châtaignier et d’une belle couleur ambrée est mis en pots de verre afin de conserver toutes ses qualités.

L'apiculteur : Aude GALMICHE

UTPLA apiculteur Aude GALMICHE

Aude a démarré l’apiculture en 2009, un peu par hasard, en accompagnant un ami dans ses ruches. Depuis, elle a eu ses premières ruches, puis une dizaine, une vingtaine puis 120. 
Après quelques années dans le Vaucluse, elle a racheté une ferme isolée dans les hautes alpes, dans le parc régional du Queyras, département d’origine de son conjoint.
Ceci correspond à son souhait de conduire ses ruches dans un milieu encore préservé, proche de la nature et au rythme des saisons.
Dans cette logique, la majorité des ruches sont sédentaires entre 900 et 1200m d’altitude.

Aude récolte principalement des miels de montagne et de lavande.

Elle développe aussi la production de gelée royale avec la mise en place d’un atelier.
La conduite de ruches se fait le plus possible selon le cahier des charges de l’agriculture biologique dans l’optique d’une certification d’ici quelques années.

Récoltes en vue

Chers parrains,

La saison a bien démarrée.
Cette année, je me suis concentrée sur l'élevage de ruches afin d'agrandir mon cheptel.
Mon objectif étant d'arriver d'ici quelques années à 200/250 ruches ce qui en soit, reste en apiculture une exploitation de taille raisonnable.
Nous avançons également sur nos autres projets parallèles puisque nous avons planté une quarantaine de fruitiers (pommiers, pêchers, abricotiers, noyers, poiriers, pruniers...) entre le printemps dernier et ce printemps.
L'idée étant de vendre notre production ou de la transformer en jus.

L'an prochain, une serre de 200 m² sera installée et probablement chauffée par des capteurs solaires.
Elle permettra aux agriculteurs voisins d'y faire leurs semis plutôt que d'acheter des plants ceci, en échange de quelques dons plantes

Enfin, un poulailler verra le jour ensuite.

Mon projet est de développer une exploitation multi-activités comme les fermes de montagne d'antant avec l'apiculture comme métier central.
La diversification est un bon moyen de pérenniser une exploitation et de palier à des aléas de production (mauvaise récolte de miel, gel des fruitiers...).

Du côté des ruches, nous attendons avec impatience d'évaluer la récolte.
Ce soir, je vais sur la lavande pour aller extraire le miel puis dans la semaine je m'en vais récupérer le miel en montagne à 1200 et haute montagne à 1800 m (station Vars Sainte-Catherine).
Les abeilles rentrent beaucoup de manne dans les ruches qui est une concentration sucrée provenant de l'épine de mélèze.
La manne cristallise rapidement et il est presque impossible ensuite de l'extraire des cadres de miel, il est donc impératif que j'intervienne rapidement.
Enfin, il restera le sapin qui je l'espère assurera aussi une bonne récolte.

A bientôt,
Aude.

Certains ont des élévateurs pour transhumer. Mes essaims ont une pelle mécanique de carrière .

Voir toutes ses actualités

Le rucher du Queyras

Le rucher du Queyras

La saison est courte.
Elle démarre au printemps sur le noisetier par les belles journées de février puis les fruitiers et les pissenlits.
Certaines ruches montent ensuite plus en altitude dans les alpages pour les mois les plus chauds.
Enfin un rucher descend sur les lavandes, pour produire ce miel tant recherché.
Aude produit un peu de pollen, qui aujourd’hui est consommé par les abeilles.

Les abeilles du Queyras sur la planche d'envol


Que se passe-t-il ce mois-ci sur votre rucher ?

Edito

Avant de vous donner quelques nouvelles de la vie des ruches au mois de novembre, nous vous partageons les dernières actus autour du glyphosate.
Le report mercredi 25/10 dernier de la décision sur la ré autorisation du glyphosate, herbicide classé « cancérigène certain pour les animaux, et probable pour l’homme », témoigne de l’impact réel des mouvements citoyens contre l’utilisation de cet herbicide « tueur d’abeilles ».
Entre dépendance agricole, recherche de rendement, et menace de poursuites de Monsanto en cas de non prise de décision avant le 15/12/17, date d’expiration de la licence pour le glyphosate, le « Round up » devient un sujet sensible pour les hautes instances gouvernementales.
Pourtant son impact réel sur la biodiversité et sur les hommes a été démontré par le CIRC, Centre international de recherche sur le cancer.

Jusque-là, il était question de renouveler la licence du glyphosate pour une durée de 10 ans.
Aujourd’hui force est de constater que la Commission Européenne, face à la pression des concitoyens et de certains Etats membres n’a d’autre possibilité que de revoir sa copie !
Aujourd’hui on parle d’une prolongation réduite de 5 à 7 ans pour la Commission Européenne.
La France, sous l’égide de Nicolas HULOT, Ministre de la Transition Ecologique et Solidaire, évoque une prolongation réduite de 3 à 4 ans maximum.
Une chose est certaine, le mouvement citoyen qui s’est créé autour de l’interdiction du glyphosate a su peser dans la balance. Espérons que les autorités politiques sauront écouter la voix juste et avisée du peuple !

 

 

 

 

 

 

 

  Source :  Marianne 

En attendant, outre le glyphosate, 2 nouveaux pesticides, dont la molécule principale active est le sulfoxaflor, très proche des néonicotinoïdes, viennent d’être autorisés. Un véritable scandale ! « Sortis par la porte, les néonicotinoïdes reviennent par la fenêtre ».
Un toit pour les abeilles poursuit son action environnementale pour préserver cette espèce essentielle à la vie. Grâce à votre soutien, nous avons installé et nous installons chaque année des milliers de ruches partout en France, et contribuons, à notre échelle à la sauvegarde de millions d’abeilles.
Nous ne pouvons rester inactifs face à cette situation ! Vous nous avez soutenu hier… Nous avons encore besoin de vous aujourd’hui !

L’Equipe Un Toit Pour Les Abeilles
Et tous les apiculteurs soutenus au travers du parrainage !

Que se passe-t-il dans la ruche ?
Cela fait une semaine déjà que les températures ont commencé doucement à baisser. Nous allons rentrer dans la période froide. Dans certaines régions, novembre est même annonciateur des premières gelées. C’est encore un peu tôt mais les prévisions météos pour la 2nde période de novembre nous annoncent des températures clairement inférieures.

C'est une période très calme pour les abeilles qui entrent concrètement en période d'hivernage. L'activité sur la planche d'envol est très limitée, voire inexistante. On espère pour nos abeilles qu’il fera, cette fois-ci, suffisamment froid pour maintenir les abeilles au chaud et en activité réduite au sein des ruches. Souvenez-vous, l’une des raisons expliquant les colonies fragilisées de l’an passé a été la météo trop clémente qui n’a pas permis un bel hivernage. Les abeilles ont continué à sortir de la ruche et donc à consommer les réserves, sans trouver pour autant en retour suffisamment de nectar ou pollen dans la nature…
Dans la ruche, les abeilles vont bientôt se tenir serrées les unes contre les autres pour former une grappe et se tenir chaud pour passer l'hiver.

Zoom sur … Les Visites des ruches en hiver



L’ouverture des ruches en période froide n’est pas recommandée. On ne voudrait pas que les locataires des ruches ne prennent froid !  Une ouverture, même rapide de la ruche, peut mettre en péril la colonie. Les abeilles n'aiment ni le froid, ni l'humidité.

L’apiculteur préfèrera le contrôle visuel régulier des ruches, pour vérifier qu'aucun prédateur (rongeurs, oiseaux etc…) ne menace les ruches. On voit aussi à cette période de grosses pierres joncher les toits des ruches, pour éviter qu'un coup de vent ne vienne les faire tomber.

Quant aux frelons asiatiques, ils sont toujours actifs en novembre. Ils peuvent rentrer dans les ruches et décimer la colonie toute entière. Des grilles spéciales trop étroites pour le frelon lui bloqueront l'entrée.

De son côté, l'apiculteur …
Durant cette période les interventions de l'apiculteur sur les ruches sont limitées. Il en profite pour empoter le miel extrait il y a quelques semaines à peine et qui fera le bonheur des parrains et clients. Il peut aussi se consacrer à la commercialisation de son miel à la Miellerie ou sur les marchés ainsi qu'à l'entretien du matériel pour la saison suivante. C'est aussi l'occasion de débroussailler les ruchers ou de préparer de nouveaux emplacements pour l'année à venir.

Le Saviez – vous ?
Le climat environnant le rucher est très important, particulièrement en période de froid. Une intervention au rucher ne pourra se faire que par temps ensoleillé, avec une température supérieure à 15°C, et en l'absence de vent.

Un peu de poésie … La citation du mois qui fera écho à la nouvelle récente selon laquelle l'abeille est en voie de disparition...
« Et un jour les abeilles mourront. Et le miel, ce vieux compagnon d’Abel, disparaîtra. Ce sera l’annonce de la fin de l’histoire humaine des hommes. Caïn et Abel de Martin Gray

C'était il y a tout juste un an ...
Le 5 novembre 2016
ne vous dira probablement rien !
Pourtant cette date résonne en nous comme un jour symbolique. Celui où des milliers de personnes ont intégré à leur tour, la grande famille des parrains Un Toit Pour Les Abeilles, suite au passage dans le JT de France 2.

Nous n’avons pas oublié ce jour magique. Souvenez-vous...



MERCI  

Merci à tous les parrains qui nous ont rejoint suite à ce passage télévisé. Merci également à tous nos parrains historiques qui nous suivent depuis le tout début de cette belle aventure solidaire !

Cette histoire environnementale nous l'écrivons ensemble... Il reste encore des pages à écrire et vous pouvez poursuivre l'action avec nous !
On espère de tout cœur que vous maintiendrez ce lien étroit que vous avez su tisser avec vos abeilles, votre apiculteur, et avec nous…
Bon dimanche à vous !




Imprimer la page

Retour