Loxam

Logo Loxam

LOXAM est le leader européen du marché de la location de matériel et d’outillage pour le bâtiment, les travaux publics et l’industrie, avec un chiffre d’affaires non audité pro forma consolidé de 1 435 milliards d’euros en 2017 et plus de 7 900 employés. Son réseau de plus de 750 agences s’étend dans 13 pays en Europe (France, Allemagne, Royaume-Uni, Irlande, Belgique, Suisse, Espagne, Portugal, Luxembourg, Pays-Bas, Danemark, Norvège et Italie), ainsi qu’au Moyen Orient, au Maroc, au Brésil et en Colombie.


Voir leur site internet

Pourquoi Loxam s’intéresse aux abeilles ? Soucieux de se positionner en tant que loueur responsable, le Groupe Loxam s’engage dans des actions en faveur de l’environnement et de la biodiversité. Acteur sensibilisé, LOXAM a à cœur de soutenir les actions de l’association Un Toit pour les Abeilles, pour participer à la défense des abeilles indispensables à l’équilibre de notre écosystème. Cet engagement se traduit par le soutien des apiculteurs dans leurs efforts pour la protection et la sauvegarde des abeilles.

Les ruches en images

La ruche Loxam
La ruche Loxam
La ruche Loxam
La ruche Loxam
La ruche Loxam
La ruche Loxam
La ruche Loxam
La ruche Loxam
La ruche Loxam
La ruche Loxam
La ruche Loxam
La ruche Loxam

Les ruches en vidéo

L'apiculteur : Claude P.

UTPLA apiculteur Claude P.

Claude est apiculteur en Vendée et Charente-Maritime depuis plus de 40 ans et s'occupe aujourd'hui d'environ 600 ruches.

Il a en outre développé une activité d'élevage de reines et de création d'essaims (nouvelles colonies).

Figure de l'apiculture et très impliqué dans la protection des abeilles, il est notamment président de l'Abeille Vendéenne et engagé dans la lutte contre l'utilisation abusive de pesticides.
Claude est aussi engagé dans une démarche pédagogique avec la Folie de Finfarine, ferme apicole.
Il est notre apiculteur référent sur le projet "Un toit pour les abeilles".

La saison s'achève...

Après un début d’activité très compliqué, mois de mars difficile pour les abeilles, la saison s’est globalement bien passée.
Grâce à une météo très favorable.

Nous avons achevé fin octobre la mise en hivernage des colonies. Puis nous sommes partis au Congrès National de l’Apiculture à Rouen, où nous avons pu suivre de très intéressantes conférences.
J’ai particulièrement apprécié la conférence de Luc Belzens, qui travaille sur la synergie des pesticides et comme on peut s’y attendre c’est une hécatombe chez les abeilles et pose vraisemblablement aussi des problèmes pour les humains.

Après 25 ans de combats enfin les néonicotinoïdes sont interdits.
Malheureusement nous venons d’apprendre que l’Industrie des produits phytosanitaires vient d’introduire un recours en justice...
Malgré la volonté de baisser l’utilisation des pesticides, cette année a vu un nouveau record d’utilisation.

Nous vous souhaitons à tous de bonnes fêtes de fin d’année et vous remercions pour vos parrainages.
Le miel arrive tout bientôt,
Claude

Voir toutes ses actualités

Le rucher de Triaize

Le rucher de Triaize

Les ruches sont installées en plein coeur du parc inter-régional du Marais Poitevin sur un site Natura 2000 présentant une grand richesse écologique.
Le territoire est constitué de marais et bocages avec une alternances de paysages boisés et de prairies.

Le miel Vendéen est un miel toutes fleurs issu des plaines et prairies . On y retrouve différentes variétés de fleurs des zones de bocage : l'acacia, l'aubépine, le trèfle blanc, la ronce ou encore la luzerne ou le pissenlit. C'est un miel cristallin (solide) de consistance assez crémeuse, qui peut varier de la couleur dorée au jaune clair en fonction des floraisons. Parfumé et fleuri, il en fait un miel idéal pour les tartines ou sucrer des boissons chaudes.

JT week-end France 2 avec Claude

Reportage diffusé le samedi 5 Novembre 2016. Cliquez en dessous pour visualiser l'extrait.

L'apiculteur : Pascale L.-A.

UTPLA apiculteur Pascale L.-A.

Pascale est issue d’une famille d’apiculteurs depuis 3 générations.
Elle s’occupe aujourd’hui de 200 ruches qui se trouvent pour la plupart autour de la ferme apicole, sur le site exceptionnel du Marais Poitevin.
Elle a reçu la certification agriculture biologique début 2015 pour la conduite de ses ruches et le lieu ou elles sont installées.
Elle propose aussi une spécialité traditionnelle à base de miel et de fruits qu’elle nomme « confimiel » et qui lui a permis de remporter le Concours des produits de Vendée.

Nouvelles fraiches des abeilles

Chers parrains, bonjour,

La récolte a été bonne cette année. Même si c’est sur peu de ruches au vu des pertes subies au printemps.
J’ai fait le choix de diviser une partie seulement de mes colonies pour en garder en production de miel et de pollen.
Sans compter les ruches spéciales « gelée royale » qui, elles, ont produit plus que j’avais prévu ! Avec un objectif d’un kilo (très raisonnable pour un début d’activité), je suis arrivée à 1,5kg, entièrement vendu fin septembre... Moi qui m’inquiétais pour la commercialisation !
Fin d’été j’ai préparé avec minutie tout le monde à l’hivernage, des petites portes devant chaque ruche et devant chaque ruchette pour éviter les locataires indésirables, genre petite souris....
Chacune a reçu son traitement pour le varroa, cette année, j’ai utilisé les barquettes d’Apiguard, on les voit sur une des vidéos, ça sent bon le thym !
J’ai vérifié que toutes avaient bien la quantité de miel nécessaire pour passer l’hiver…
On a mis le miel en pot et on a fait les envois pour un toit pour les abeilles… Vos petits pots colis devraient arriver tout bientôt ! Surveillez vos boites aux lettres !
Et puis... On est parti en vacances !
Encore merci pour tout le soutien que vous nous procurez !

Pascale

Voir toutes ses actualités

Le Rucher du Marais Poitevin

Le Rucher du Marais Poitevin

Les ruches de Pascale se trouvent en plein cœur du Marais Poitevin sur une zone classée Natura 2000.
D'une grande diversité écologique, ce territoire est constitué de pairies, de zones boisées et de marais façonnés par l'homme au cours du temps.

Le Marais poitevin constitue un havre pour de nombreuses espèces animales ou végétales telles que la loutre d'Europe, le vanneau huppé, l'iris jaune ou la reine des près.

Selon les saisons les abeilles de Pascale visitent les pissenlits, guimauves, lierres, saules, ronces, aubépines, sureaux...

L'apiculteur : Grégoire H.

UTPLA apiculteur Grégoire H.

Grégoire est un jeune apiculteur qui habite à Toulouse.

Il a augmenté son nombre de ruches après en avoir acheté 35 l'hiver dernier.  
Une partie de la saison a consisté à créer d'autres colonies pour habiter ces nouvelles maisons.
Il a donc divisé toutes les colonies qui lui restaient au printemps.
Il a fini l'année 2017 avec 70 colonies, en progression par rapport aux années précédentes.

Son prochain objectif est d'arriver à 100 ruches, que toutes ces caisses soient remplies de manière constante, peut-être en 2018, avec la volonté de s'occuper après, au mieux de ces colonies. 

Il a aujourd'hui plus de colonies en hivernage et relativement belles.
Ce qui laisse présager du meilleur pour la saison prochaine.

Une belle fin d'année à tous !

Chères marraines, chers parrains,
Les abeilles ont pu bénéficier d’une belle arrière-saison pour compléter leurs réserves d’hiver.
Elles ont eu notamment une belle floraison de lierres, leur permettant d’engranger quelques ressources complémentaires, nectar et pollen.

Au moment où je vous parle, elles débutent tout doucement leur hivernage, qui devrait leur permettre de se reposer et de se tenir au chaud dans la ruche jusqu’au retour du printemps…
J’irai quand même jeter un petit coup d’œil de temps à autre, voir notamment si les réserves sont toujours abondantes.
Je pense aussi faire un traitement complémentaire conte le « varroa destructor », qui a particulièrement proliféré cette année.

J’ai à présent, grâce à vos parrainages, une centaine de colonies en hivernage.
Elles sont bien populeuses et fortes ! c’est prometteur pour la saison prochaine.
De mon côté, j’ai fini la préparation des pots de miel pour les parrains, la semaine dernière.
Les livraisons devraient avoir lieu dans les jours qui suivent… J’espère que le miel vous plaira.
L’occasion pour moi, de vous remercier chaleureusement pour toute l‘aide que vous m’apportez au quotidien dans mon activité apicole.
Ca fait chaud au cœur de savoir qu’on est soutenu !

Je vous souhaite à toutes et tous, de très belles fêtes de fin d’année, pleines de joie et de gourmandise.
A bientôt,
Grégoire

Voir toutes ses actualités

Le rucher de Lavaur

Le rucher de Lavaur

Le 1er rucher est situé à côté de Lavaur dans le Tarn, à 35 min de Toulouse.

Les récoltes espérées sont du miel de printemps, du miel toutes fleurs et du miel de tournesol.

L'apiculteur : Philippe H.

UTPLA apiculteur Philippe H.

L’apiculture est pratiquée dans la famille de Philippe et Nicolas depuis deux générations : Ils ont repris l’exploitation apicole de leur père il y a maintenant plus de 10 ans.
Les deux frères gèrent aujourd’hui plus de 500 ruches et ont mis en place une activité d’élevage de reines et de création de nouvelles colonies d’abeilles (essaims).
On peut les retrouver chaque jour sur les marchés de Cavaillon, Bagnols sur Cèze, Arles, Orange, Carpentras et Avignon, où ils vendent leur miel,mais aussi de la brèche (miel en rayon), ou encore du pollen.

Philippe est aussi Président du syndicat des apiculteurs de Vaucluse, qui fédère plus de 150 apiculteurs.

Une belle saison apicole

Chères marraines, chers parrains,

Avant de vous donner quelques nouvelles des abeilles, je tiens à m’excuser très sincèrement pour mes courriers beaucoup trop distancés cette année.
Mille excuses, la saison a été particulièrement intense et j’avoue que je me suis concentré sur l’activité, oubliant mon devoir vis-à-vis de mes parrains, à qui je dois pourtant beaucoup.
Alors pour commencer je vous redis « merci à tous » pour le soutien essentiel que vous m’apportez !
Voici à présent quelques nouvelles de la saison.

Ce fut la course, certes, sur l’exploitation cette année, mais ça a payé. Globalement j’ai fait une belle année en comparaison avec les deux années chaotiques de 2016 et 2017. Ouf, je relève la tête !
Au moment ou je vous écris, la saison est quasi terminée. Je suis en plein nettoyage des cadres et de l’exploitation pour redémarrer sereinement au printemps prochain.

Les abeilles rentrent encore un peu de nectars dans les ruches, c’est ma petite crainte.
A cette période de l’année, la reine devrait arrêter de pondre et l’activité devrait se ralentir dans la ruche.
Pour l’instant la reine continue à pondre et les abeilles à s’activer dans la ruche, et elles consomment donc leurs réserves.
Mais les prévisions météos pour la semaine prochaine laissent présager des températures plus froides, qui permettront aux abeilles d’entamer leur hivernage sereinement.

Les ruches sont chargées en miels et pollens. Les colonies sont fortes et populeuses.
Ça laisse présager une belle sortie d’hivernage et un beau redémarrage au printemps prochain.
Croisons les doigts, rien n’est inscrit dans le marbre et tout peut basculer à tout moment. Il est une part que l’homme ne maitrise pas, et c’est bien celle-ci, dans mon métier.

Au printemps prochain je remplacerai toutes les ruches Un toit pour les abeilles. Juste les « maisons » de nos petites abeilles. Elles auront ainsi de belles ruches toutes neuves ! Elles devraient apprécier !
La saison 2018 aura été une belle année donc, qui m’aura permis notamment de réinvestir dans les outils apicoles.
Merci pour toutes vos contributions qui me permettent justement, de développer mon activité.

Ah oui dernière petite chose, je vous partage deux sites très intéressants concernant notre région.
Le site Groupement de Défense Sanitaire Apicole du Vaucluse qui vous propose notamment une carte relative à la prolifération du frelon asiatique : http://vaucluse.apiculture.gdsa84.fr/Et un autre site, Syndicat des apiculteurs du Vaucluse, qui met en lumière toutes nos initiatives apicoles : http://syndicat.apicole.vaucluse.sav84.fr/



Et voilà tout est dit ou presque…
Je vous souhaite à toutes et tous, un peu en avance, de très belles fêtes de fin d’année.
Votre miel arrive tout bientôt, timing parfait pour les fêtes !
A bientôt,

Philippe

Voir toutes ses actualités

Le rucher D'Entraigues

Le rucher D
Les ruches de Philippe et Nicolas sont installés à proximité d’Avignon sur la commune d’Entraigues près de Gigogan, sur une zone de Garrigues et de forêts.

Philippe travaille avec des abeilles de races Caucasienne, un peu de Buckfast et depuis 2011, sélectionne un peu de Carnica.

De façon à suivre les floraisons, les deux frères pratiquent chaque année la transhumance de leurs ruches vers le plateau d’Albion, les Alpilles ou l’Isère.

Le miel récolté pour un toit pour les abeilles est un miel toutes fleurs de consistance cristalline (solide) à crémeuse composé notamment de miellat (à partir de la sève des plantes) qui est une grande source d'apport en acides aminés et lui confère un gout assez relevé, très parfumé et une couleur plutôt sombre.
On y retrouve aussi des notes de fleurs d'amandiers butinées au printemps et un mélange floral de prairies (pissenlits, trèfles, pruniers sauvages...)

L'apiculteur : Bernard et Jean-Marc B.

UTPLA apiculteur Bernard et Jean-Marc B.

Bernard est apiculteur dans la région de Cognac en plein cœur de la Charente. Une vocation qui l'a piqué très jeune puisqu'il pratique l'apiculture depuis plus de 45 ans et s'occupe maintenant de plus de 800 ruches.
Bernard a su transmettre cette passion à son fils Jean-Marc qui reprend maintenant l'exploitation.
De façon à travailler avec des abeilles adaptées au terroir charentais Bernard et Jean-Marc sélectionnent et élève eux même leur reines.

Très engagé pour la défense de l'abeille, Bernard est aussi président du CETA desTERROIRS CHARENTAIS et du SUD-OUESTS "CETA-TCSO" .
Il s'occupe également, depuis plusieurs années, des ruches installées dans les jardins du Conseil général, sur les remparts d'Angoulême.

Fin de saison et repos des abeilles

Chères marraines, chers parrains,
Ca y est, le plus gros de la saison est derrière nous. Les abeilles vont doucement rentrer en hivernage, bien que pour l’instant la météo affiche encore des après-midis à 20°C. Mais à partir de la semaine prochaine, les prévisions météos nous annoncent une chute des températures qui fera rentrer définitivement, nous l’espérons, nos ouvrières à la ruche.

Les ruchers sont débroussaillés, les colonies protégées du vent et prêtes. Les réserves sont abondantes, bien que l’arrière-saison n’ait pas été prodigieuse d’un point de vue des récoltes en nectars et pollens…
Les colonies sont populeuses et laissent présager une belle sortie d’hivernage. Mais ça c’est une autre histoire, on vous en dira plus au début du printemps prochain.

Petit bémol sur la saison, le satané frelon asiatique qui ne nous laisse pas de répit. Mais je crois que c’est pareil partout en France. Sur certains ruchers, on pouvait en comptabiliser plus d’une dizaine par ruche. De quoi bien stresser les colonies d’abeilles. On a fait au mieux pour les neutraliser mais ce n’est pas simple !

A l’heure où je vous écris nous sommes sur la préparation de la saison prochaine, et oui déjà ! Pas de répit pour les apiculteurs.
Au menu nettoyage du matériel, ponçage, peinture, menuiserie et entretien du bâtiment.
Voilà tout est dit ! ou presque…

Vos petits pots de miel arrivent en ce moment même, j’espère qu’ils vous plairont.
Je vous souhaite à tous de très belles fêtes et vous remercie encore pour toute votre aide.
Jean-Marc et Bernard

Voir toutes ses actualités

Le rucher de Vaux-Rouillac

Le rucher de Vaux-Rouillac
Situé à quelques kilomètres de Jarnac en plein cœur de la Charente le rucher se trouve sur une zone de culture de chênes truffiers. Le territoire est composé de nombreuses parcelles de forêts entourées de champs.

Quarante hectares de fleurs plantées en pourtour fournissent des nectars et pollens sains (sans pesticide) à une période ou les butineurs manquent de nourriture (fin d'été en particulier).

L'apiculteur : Yvon T.

UTPLA apiculteur Yvon T.

Je m'appelle Yvon TORCAT.

Je suis apiculteur depuis une trentaine d'années.

J'ai appris l'apiculture très jeune en aidant un apiculteur retraité dans mon village de VAL DE CHALVAGNE dans les Alpes de Haute Provence.

Il m'a transmis sa passion des abeilles et le respect de la nature.

Je suis fasciné depuis trente ans par l'intelligence des abeilles et leur pouvoir de transformer le nectar des fleurs en miel.

Je vis au rythme des abeilles et de la floraison des fleurs mellifères.

Je travaille sur des ruches langroth avec l'abeille locale: l'abeille noire.

Je possède quatre vingt ruches: j'aimerai bien augmenter mon cheptel mais chaque année j'ai de nombreuses pertes dues à l'hiver et aux frelons asiatiques.

Aujourd'hui, je transmets mes connaissances en apiculture à un jeune homme motivé.

Je propose uniquement un miel de lavande.

La saison s'achève...

Chères marraines, chers parrains,

Je vous partage le bilan de mon activité apicole pour la deuxième partie de l’année…
ma seule récolte de miel de l’année est un excellent cru de Lavande très parfumé, de couleur or.
Grâce à l’alternance de la pluie et du beau temps, la quantité de miel a été très correcte.

Après l’extraction et la mise en pot du miel, j’ai expédié les colis à mes parrains, qui devaient l’attendre avec impatience j'imagine...
J’ai laissé un maximum de miel dans les corps de mes ruches pour que nos abeilles puissent passer l’hiver sereinement.
Malgré ces précautions les attaques incessantes des frelons asiatiques durant l’automne m’ont décimés plus d’une dizaine de colonies. Cette année les abeilles auront subi une véritable pression de ce prédateur très agressif !

Durant l’hiver les abeilles restent en grappe pour maintenir une température douce. Elles restent confinées dans les ruches car les températures ont bien chuté et il n y a plus rien à butiner.
Je reviendrai vers vous au printemps prochain avec je l’espère de bonnes nouvelles de nos colonies d’abeilles en sortie d’hivernage…
En attendant je vous souhaite un peu en avance de très belles fêtes et une bonne dégustation du miel !
A bientôt
Yvon

Voir toutes ses actualités

Le rucher de Val de Chalvagne

Le rucher de Val de Chalvagne

Les ruches passent la majeure partie de l'année dans la vallée, à 800 m d'altitude, dans l'arrière pays niçois.

Il s'agit d'un territoire ayant su préserver son environnement de tous pesticides et insecticides.
Les abeilles trouvent à proximité une nourriture saine et variée : thym, tilleul, sarriette, fleurs des champs et des sous bois…

Les ruches sont transhumées sur le plateau de Valensole au mois de juillet et d'août pour une seule récolte de miel de lavande .

Yvon laisse le corps de ses ruches remplies de miel pour qu'elles passent l'hiver sans avoir à les nourrir avec du sirop.
Il  privilégie ainsi le bien-être de ses abeilles au détriment du rendement de miel.

Le miel de lavande représente le fleuron des miels produits en France .
Il est très parfumé, long en bouche et offre des atouts à la dégustation qui en font sa réputation.
Il sait se faire apprécier de tous grâce a son parfum typé, blond à l'arôme délicat et légèrement fruité.
Le miel de lavande a des vertus médicinales comme être un antiseptique général, un véritable calmant de la toux, un anti-inflammatoire pour les voies respiratoires et anti rhumatismal.

L'apiculteur : Evelyne et Frédéric W.

UTPLA apiculteur Evelyne et Frédéric W.

Evelyne et Frédéric sont apiculteurs depuis 5 ans dans le Médoc girondin.
Touchés par les problèmes que rencontre la biodiversité, Evelyne et Frédéric ont décidé de s'engager dans l'apiculture.

Ils ont aujourd’hui 46 ruches, réparties sur trois ruchers, qu’ils conduisent en respectant au mieux le rythme des abeilles.

Après avoir développé leurs propres ruchers ils ont décidé de s’investir dans le rucher école du Syndicat des Apiculteurs de Gironde et d’Aquitaine (SAGA) dont ils sont membres depuis 2005.
Frédéric est aujourd’hui président du SAGA et participe avec Evelyne à la fourniture d’essaims et de reines aux stagiaires du rucher école.

Point avant hivernage

Depuis fin Août, les colonies ont toutes terminées leur saison de production.

La saison s’est plutôt bien terminée et les récoltes ont été correctes même si la fin de l’été a été très sèche, laissant peu de possibilité aux ruches de préparer l’hivernage.

Il a fallu faire les traitements contre varroa et surveiller les ruches bourdonneuses à cause des essaimages tardifs ou incidents de fin de saison (par exemple reine blessée lors de la récolte d’été).
Nous avons déjà perdu 5 ruches suite à ces incidents non détectés ou suite à la pression des frelons.

Les frelons sont arrivés assez tard mais ils sont maintenant en très grand nombre et la pression est énorme sur les ruches.
Les pièges et les harpes électriques ne suffisent plus à protéger toutes les ruches.
La réduction des entrées permet aussi de stopper la plupart des frelons avant qu’ils n’entrent dans les ruches mais les frelons plus petits arrivent tout de même à rentrer.
Nous craignons des pertes plus fortes car seules les premières gelées vont les stopper et elles ne sont pas annoncées tout de suite !
Nous croisons les doigts pour que les populations soient suffisantes pour supporter la claustration forcée due aux frelons.

Dans la miellerie les derniers maturateurs se vident et la mise en pot se termine.
La saison d’hiver démarre et les marchés voient de plus en plus d’amateurs venir chercher des produits de la ruche.
Seuls les températures basses et le ciel gris d’hiver manquent maintenant pour assurer le repos d’arrière-saison au petit peuple des ruches.

Merci pour votre aide à tous !

Frédéric et Evelyne

Voir toutes ses actualités

Le rucher du Medoc

Le rucher du Medoc

Le rucher se trouve dans la partie sud du médoc, prés de la région viticole d’appellation Haut Médoc, à environ 25 kms de Bordeaux.


Les colonies installées sont majoritairement des abeilles locales, dites "noires" ou présentant hybridées dues à certains croisements avec des abeilles de race Buckfast.


La flore mellifère qui entoure les ruches dans cette région boisée se compose d’arbres ou arbustes sauvages (acacia, saules, bourdaine, prunelliers, de ronces, châtaigniers, noisetiers, houx) et domestiques (tilleul, fruitiers, Sumac, cotonéasters, …).

Le miel récolté sera donc un miel polyfloral liquide et de couleur dorée à ambrée selon les floraisons et conditions climatiques.

JT de 12h France3 Aquitaine avec Frédéric

Reportage consacré à Frédéric et au projet Un toit pour les abeilles diffusé le lundi 26 Septembre 2016. Cliquez en dessous pour visualiser l'extrait.

L'apiculteur : Philippe K.

UTPLA apiculteur Philippe K.

Philippe est arrivé de Belgique en 1983, et à l'achat de sa maison, a rencontré des abeilles installées entre volet et fenêtre. Départ de sa passion.
Il a travaillé avec un apiculteur quelques semaines et acquis doucement quelques ruches.
Menuisier de formation, il a construit ses ruches parallèlement à son activité de menuisier.
Pluriactif jusqu'en 2000, il s'installe en professionnel avec 200 colonies en label bio.
Actuellement il gère seul 200 colonies conduites en ruches Langstroth aidé de stagiaires en formation.
Impliqué dans le groupement bio du Gers (GAB) cette fonction, en tant qu'administrateur, me permet d'aller dans les collèges du département afin de sensibiliser les scolaires.
Il anime également des cours pratiques d'apiculture dans un cadre associatif une fois par mois.
Philippe  ne peut garantir que le miel livré porte la mention AB ceci car l'environnement de ses ruches ne permet pas tout le temps la certification de ses récoltes.

Bilan de saison 2018

Chers parrains,

Après un réveil hivernal catastrophique avec des pertes supérieures à la « moyenne » de 30 % les années précédentes,  j’ai perdu cette fois 60 % du cheptel.
210 colonies hivernées et 80 colonies à la sortie du printemps…

Il m'a fallu sortir de l'inquiétude.

J’ai remultiplié mes colonies par des divisions sans couvain, méthode alternative pour constituer de nouvelles colonies tout en luttant contre le varroa de l’abeille qui s’installe dans les cellules de couvain.
Cela permet de renouveler aussi les cires.
Je prends sur mes plus belles ruches un cadre de pollen, un cadre de miel et la reine qui va alors pondre et créer un nouvel essaim qui une fois bien peuplé, a pu rentrer du miel en Juillet.
Grâce à cela, j’ai pu remonter 150 colonies à la fin de la saison.

Effectivement mon objectif a été de neutraliser le varroa qui s’est installé durant l’hiver et est une des causes principales, je ne peux m'empêcher de penser aux facteurs environnementaux puisque aujourd’hui on s’accorde tous à dire que  les mortalités sont mutli-factorielles.

Le ministère de l’agriculture a proposé une aide de 3 millions d’euros aux apiculteurs pour les pertes exceptionnelles mais les essaims doivent être achetés chose que je ne souhaite pas pour conserver des abeilles locales adaptées à leur environnement.

Ne jamais renoncer (message des abeilles) m'a permis de reconstituer mes colonies qui se sont bien développées durant l'année et m'ont donné de belles récoltes d'été.
Pour faire du miel, trois éléments doivent être réunis :  santé des abeilles, fleurs et climat favorable.
Toutes les conditions ont été réunies.

C'est grâce, une fois de plus aux belles colonies restantes et à ma passion, que je peux faire face à la tentative d'abandon.

Actuellement votre apiculteur est heureux de terminer sa saison et vous remercie pour votre soutien.

Je rappelle que vous êtes les bienvenus pour toutes informations souhaitées ou visites si vous passez par ici.

Voir toutes ses actualités

Le rucher de Pouydraguin

Le rucher de Pouydraguin

Le rucher est transhumant de manière raisonnée sur une zone des Pyrénées.

Philippe vous proposera selon les récoltes des miels de Sarrasin, Bruyère Callune ou/et Erica, Lottier, Printemps labellisés bio ou non selon les récoltes.

Le rucher en vidéo

L'apiculteur : Jacques H.

UTPLA apiculteur Jacques H.

Jacques est apiculteur depuis plus de 30 ans au nord de l’Aveyron dans les montagnes du Carladez.
Il s’occupe d’une centaine de ruches et travaille avec la race locale de l’abeille noire qui est bien adaptée à son environnement.
Jacques pratique une apiculture de type sédentaire et ses essaims proviennent uniquement de ses propres ruchers afin de pérenniser la variété d’abeilles qu’il a sélectionnée.
Sylvie sa compagne, assure la fabrication du pain d’épices, la commercialisation du miel et participe aux travaux sur les ruchers.

Ils souhaitent agrandir raisonnablement leur exploitation, partager leur expérience apicole et vous invitent à découvrir leur région qui est encore préservée.

Bilan de la saison 2018

Bonjour à tous,

C'est la rentrée des classes pour les uns et les autres et la fin de la saison apicole pour nous...
Une récolte moyenne cette année due aux orages sur la miellée du châtaignier et du tilleul début Juillet.

Nous avons extrait un miel moins corsé en châtaignier donc plus clair et plus doux que les années précédentes.

Suite aux pertes hivernales, nous n'avons pas réussi à remonter notre cheptel au printemps (peu d'essaims et des ruches qui ont eu des difficultés pour se repeupler malheureusement...).

Enfin, pour nous réjouir nous avons passé une excellente journée en compagnie de nos parrains, marraines.
Un beau moment de partage et encore merci à tous pour vos mails et photos car nous on a pas eu le temps d'en faire!
Merci aussi aux personnes qui n'ont pas pu participer à la journée portes ouvertes mais qui nous soutiennent depuis plusieurs années maintenant.

 

A bientôt.

 

Jacques et Sylvie

Voir toutes ses actualités

Le rucher du Carladez

Le rucher du Carladez
Les ruchers sont situés à 800m d’altitude dans les montagnes du Carladez aux confins de l’Aubrac, du plomb du Cantal et de la vallée du Lot.
Loin de toute grande culture et de source de pollution, dans un environnement souvent difficile d’accès, les abeilles produisent un miel de montagnes toutes fleurs.
La récolte se fait une fois par an autour du 15 Aout ce qui permet d’obtenir un miel contenant l’ensemble des saveurs de la flore grâce à des miellées successives : pissenlits, fleurs de printemps, ronciers, trèfles, tilleuls, chênes et châtaigniers.
Après maturation, le miel d’un gout subtil à dominante tilleul-châtaignier et d’une belle couleur ambrée est mis en pots de verre afin de conserver toutes ses qualités.

L'apiculteur : Aude G.

UTPLA apiculteur Aude G.

Aude a démarré l’apiculture en 2009, un peu par hasard, en accompagnant un ami dans ses ruches. Depuis, elle a eu ses premières ruches, puis une dizaine, une vingtaine puis 120. 
Après quelques années dans le Vaucluse, elle a racheté une ferme isolée dans les hautes alpes, dans le parc régional du Queyras, département d’origine de son conjoint.
Ceci correspond à son souhait de conduire ses ruches dans un milieu encore préservé, proche de la nature et au rythme des saisons.
Dans cette logique, la majorité des ruches sont sédentaires entre 900 et 1200m d’altitude.

Aude récolte principalement des miels de montagne et de lavande.

Elle développe aussi la production de gelée royale avec la mise en place d’un atelier.
La conduite de ruches se fait le plus possible selon le cahier des charges de l’agriculture biologique dans l’optique d’une certification d’ici quelques années.

Petites nouvelles de vos abeilles

Chers parrains, BONJOUR !

C’est déjà la fin de la saison… Les ruches sont toutes prêtes pour l’hiver. Il reste encore deux transhumances à faire pour mettre les essaims les plus petits en Provence, où ils souffriront moins du froid cet hiver. Les importantes précipitations d’automne ont rendu les accès aux ruchers difficiles d’où un retard dans ces transhumances. Cette année, une grande partie des colonies a été destinée à faire de l’élevage pour augmenter le nombre de ruches. Il y a beaucoup de petits essaims à hiverner, ce qui est toujours délicat.



La fin de l’été assez sèche a bloqué le développement des essaims tardifs. Si l’hivernage se passe bien, je devrais me rapprocher des 200 ruches en production en 2019. La priorité de cette année était d’atteindre ce cap, je suis donc très satisfaite. D’autant que les bonnes conditions du printemps ont tout de même permis d’assurer une production de miel équivalente à 2017 avec moins de ruches. Au mois d’août, la rencontre avec les parrains s’est très bien passée. De belles rencontres et une journée très sympa. La miellerie est également en activité.
L’extraction est terminée, je m’active pour vous expédier les pots des parrainages et les marchés de Noel se profilent déjà à l’horizon.
A très bientôt,

Aude

 

Voir toutes ses actualités

Le rucher du Queyras

Le rucher du Queyras

La saison est courte.
Elle démarre au printemps sur le noisetier par les belles journées de février puis les fruitiers et les pissenlits.
Certaines ruches montent ensuite plus en altitude dans les alpages pour les mois les plus chauds.
Enfin un rucher descend sur les lavandes, pour produire ce miel tant recherché.
Aude produit un peu de pollen, qui aujourd’hui est consommé par les abeilles.

Les abeilles du Queyras sur la planche d'envol


Que se passe-t-il ce mois-ci sur votre rucher ?

Actus abeilles
En préambule des nouvelles des abeilles, nous vous transmettons les premiers résultats d’une enquête nationale relative aux mortalités des colonies d’abeilles durant l’hiver 2017/2018.
Cette étude a été menée à grande échelle par la Plateforme ESA (Epidémiosurveillance Santé Animale). Elle a été réalisée auprès de la filière et a obtenu ...




Imprimer la page

Retour