Loxam

Logo Loxam

LOXAM est le leader européen du marché de la location de matériel et d’outillage pour le bâtiment, les travaux publics et l’industrie, avec un chiffre d’affaires non audité pro forma consolidé de 1 435 milliards d’euros en 2017 et plus de 7 900 employés. Son réseau de plus de 750 agences s’étend dans 13 pays en Europe (France, Allemagne, Royaume-Uni, Irlande, Belgique, Suisse, Espagne, Portugal, Luxembourg, Pays-Bas, Danemark, Norvège et Italie), ainsi qu’au Moyen Orient, au Maroc, au Brésil et en Colombie.


Voir leur site internet

Pourquoi Loxam s’intéresse aux abeilles ? Soucieux de se positionner en tant que loueur responsable, le Groupe Loxam s’engage dans des actions en faveur de l’environnement et de la biodiversité. Acteur sensibilisé, LOXAM a à cœur de soutenir les actions de l’association Un Toit pour les Abeilles, pour participer à la défense des abeilles indispensables à l’équilibre de notre écosystème. Cet engagement se traduit par le soutien des apiculteurs dans leurs efforts pour la protection et la sauvegarde des abeilles.

Les ruches en images

  • La ruche Loxam
  • La ruche Loxam
  • La ruche Loxam
  • La ruche Loxam
  • La ruche Loxam
  • La ruche Loxam
  • La ruche Loxam
  • La ruche Loxam
  • La ruche Loxam
  • La ruche Loxam
  • La ruche Loxam
  • La ruche Loxam
  • La ruche Loxam
  • La ruche Loxam
  • La ruche Loxam
  • La ruche Loxam
  • La ruche Loxam
  • La ruche Loxam
  • La ruche Loxam
  • La ruche Loxam
  • La ruche Loxam
  • La ruche Loxam
  • La ruche Loxam
  • La ruche Loxam
  • La ruche Loxam
  • La ruche Loxam
  • La ruche Loxam
  • La ruche Loxam
  • La ruche Loxam
  • La ruche Loxam
  • La ruche Loxam
  • La ruche Loxam
  • La ruche Loxam
  • La ruche Loxam
  • La ruche Loxam
  • La ruche Loxam
  • La ruche Loxam
  • La ruche Loxam
  • La ruche Loxam
  • La ruche Loxam
  • La ruche Loxam
  • La ruche Loxam
  • La ruche Loxam
  • La ruche Loxam
  • La ruche Loxam
  • La ruche Loxam
  • La ruche Loxam
  • La ruche Loxam
  • La ruche Loxam
  • La ruche Loxam
  • La ruche Loxam
  • La ruche Loxam
  • La ruche Loxam
  • La ruche Loxam
  • La ruche Loxam
  • La ruche Loxam
  • La ruche Loxam
  • La ruche Loxam
  • La ruche Loxam
  • La ruche Loxam
  • La ruche Loxam
  • La ruche Loxam
  • La ruche Loxam
  • La ruche Loxam
  • La ruche Loxam
  • La ruche Loxam
  • La ruche Loxam
  • La ruche Loxam
  • La ruche Loxam
  • La ruche Loxam
  • La ruche Loxam
  • La ruche Loxam
  • La ruche Loxam
  • La ruche Loxam
  • La ruche Loxam
  • La ruche Loxam
  • La ruche Loxam
  • La ruche Loxam
  • La ruche Loxam
  • La ruche Loxam
  • La ruche Loxam
  • La ruche Loxam
  • La ruche Loxam
  • La ruche Loxam
  • La ruche Loxam
  • La ruche Loxam
  • La ruche Loxam
  • La ruche Loxam
  • La ruche Loxam
  • La ruche Loxam
  • La ruche Loxam
  • La ruche Loxam
  • La ruche Loxam
  • La ruche Loxam
  • La ruche Loxam
  • La ruche Loxam
  • La ruche Loxam
  • La ruche Loxam
  • La ruche Loxam
  • La ruche Loxam
  • La ruche Loxam
  • La ruche Loxam
  • La ruche Loxam
  • La ruche Loxam
  • La ruche Loxam
  • La ruche Loxam
  • La ruche Loxam
  • La ruche Loxam
  • La ruche Loxam
  • La ruche Loxam
  • La ruche Loxam

Les ruches en vidéo

L'apiculteur : Evelyne et Frédéric WIELEZYNSKI

UTPLA apiculteur Evelyne et Frédéric WIELEZYNSKI

Evelyne et Frédéric sont apiculteurs depuis 5 ans dans le Médoc girondin.
Touchés par les problèmes que rencontre la biodiversité, Evelyne et Frédéric ont décidé de s'engager dans l'apiculture.

Ils ont aujourd’hui 46 ruches, réparties sur trois ruchers, qu’ils conduisent en respectant au mieux le rythme des abeilles.

Après avoir développé leurs propres ruchers ils ont décidé de s’investir dans le rucher école du Syndicat des Apiculteurs de Gironde et d’Aquitaine (SAGA) dont ils sont membres depuis 2005.
Frédéric est aujourd’hui président du SAGA et participe avec Evelyne à la fourniture d’essaims et de reines aux stagiaires du rucher école.

A l'aube du printemps

Chers parrains, bonjour

Pour le moment les pertes sont limitées : 5 ruches n’ont pas passé l’hiver.
Malgré les soins apportés pour les protéger du froid et de l’humidité elles n’ont plus aucune activité, même les jours où la température frôle les 20°C.
Je ne les ai pas encore toutes ouvertes, nous verrons d’ici quelques semaines si cela se confirme.

Pour les autres cela semble mieux se passer : les abeilles profitent du moindre rayon de soleil et des températures douces pour sortir faire des provisions de pollen.
La reine a sérieusement entamé sa ponte et le couvain doit maintenant remplir le centre des ruches.

Il faut faire attention aux périodes de froid et de pluie car une disette prolongée serait catastrophique pour ce couvain qui augmente.
Nous croisons les doigts pour que le temps ne fasse pas marche arrière et gèle fleurs et nouvelles pousses.

Toute la nature a démarré avec près d’un mois d’avance. S’il n’y a pas de coup de froid l’eau qui est tombée cet hiver devrait permettre un très bon début de saison, sinon …
A bientôt.
Evelyne et Frédéric

Voir toutes ses actualités

Le rucher du Medoc

Le rucher du Medoc

Le rucher se trouve dans la partie sud du médoc, prés de la région viticole d’appellation Haut Médoc, à environ 25 kms de Bordeaux.


Les colonies installées sont majoritairement des abeilles locales, dites "noires" ou présentant hybridées dues à certains croisements avec des abeilles de race Buckfast.


La flore mellifère qui entoure les ruches dans cette région boisée se compose d’arbres ou arbustes sauvages (acacia, saules, bourdaine, prunelliers, de ronces, châtaigniers, noisetiers, houx) et domestiques (tilleul, fruitiers, Sumac, cotonéasters, …).

Le miel récolté sera donc un miel polyfloral liquide et de couleur dorée à ambrée selon les floraisons et conditions climatiques.

JT de 12h France3 Aquitaine avec Frédéric

Reportage consacré à Frédéric et au projet Un toit pour les abeilles diffusé le lundi 26 Septembre 2016. Cliquez en dessous pour visualiser l'extrait.

L'apiculteur : Denis SIGUIER

UTPLA apiculteur Denis SIGUIER

Je suis originaire de Corse et pratique l’apiculture depuis 1998.
J’ai d’abord été initié et formé à l’apiculture par un ami apiculteur professionnel.
Travaillant dans la conservation des variétés fruitières et légumières locales et la sauvegarde des savoir-faire traditionnels,
j’en ai profité pour développer mes connaissances en apiculture auprès des anciens.
Puis j’ai franchi le pas et décidé de devenir apiculteur professionnel, mais après plusieurs années de travaux,
mon cheptel a été totalement détruit par un immense incendie qui a ravagé le Cap Corse…

Titulaire d’une solide formation agricole Bac agricole (Agronomie, aménagement-environnement),
du brevet professionnel de responsable d’exploitation agricole (en apiculture),
d’un BTS agricole Gestion et Protection de la Nature (spécialité Gestion d’Espaces Naturels),
et d’une formation d’Ingénieur Ecologue, j’ai recommencé à zéro et choisi de créer mon exploitation en Charente (en Agriculture Biologique).
Ma connaissance de la nature me permet de sélectionner les meilleurs environnements non seulement pour produire des miels AB de qualité,
mais aussi pour contribuer activement à la conservation de la nature et de la biodiversité.

Je suis actuellement en cours de constitution de mon cheptel et d’installation agricole (prévue mi 2019).
Les abeilles, la nature et moi, avons aujourd’hui besoin de votre soutien !

Activité réalisée dans le cadre d’un Contrat d’Appui au Projet d’Entreprise au sein de Champs du Partage,
association loi 1901, SIRET : 812 624 161 00012
siège social : Maison de l'Economie Sociale et Solidaire,
07 rue Sainte-Claire Déville, 79000 NIORT - Terme du Contrat CAPE 2 Juillet 2019.

Pause hivernale, l'heure du bilan

Chères marraines, chers parrains,

Nous approchons du solstice d'hiver qui va clôturer le cycle de l'année et démarrer un nouveau cycle qu'il faut espérer meilleur pour les abeilles, les apiculteurs et la planète !
En effet, le bilan de cette année est dur pour l'apiculture en France (année noire, la pire depuis 70 ans).
Beaucoup d'efforts et de travail pour bichonner les abeilles, mais avec peu de résultats...

Il a fait chaud très tôt provoquant un démarrage précoce des colonies qui avaient une population importante lors des épisodes froids et pluvieux du printemps ;
les ruches et les essaims ont végété, consommé toutes les récoltes de printemps tandis que les fleurs d'Acacia étaient dévastées par les pluies, la grêle et le vent.
Elevage des reines difficile, beaucoup de mortalité d'essaims et de colonies en saison, récoltes estivales faibles à cause des épisodes caniculaires.
Les ruches sont maintenant hivernées et les pluies abondantes créent encore des conditions très défavorables pour les abeilles (l'humidité dans les ruches étant source de toutes sortes de problèmes potentiels).

Malgré tout, j'ai réussi à augmenter mon cheptel, créer de nouveaux ruchers et tester leurs potentiels,
à continuer à investir dans le matériel d'exploitation et surtout à produire de bons miels AB pour mes marraines et parrains !
La charge administrative pour concrétiser mon installation agricole et les projets qui en découlent a été très importante (et pas encore terminée)
et j'aspire à prendre au moins un peu de repos avant de recommencer une saison... J'espérais pouvoir vous en dire un peu plus sur les projets en développement mais,
il faudra faire encore durer le suspense et attendre toutes les décisions administratives.

Cette année, Un Toit Pour Les Abeilles a lancé un programme de balances connectées qui permet aux apiculteurs et parrains qui le souhaitent de pouvoir suivre les ruches.
Excellente initiative, ce type d'équipement est particulièrement nécessaire pour moi avec l'éloignement des ruchers (pour choisir les meilleurs environnements naturels).
Cependant, j'ai, d'une part, subi des problèmes de logistique et d'autre part eu des difficultés pour connecter les balances aux réseaux dans les endroits isolés.
Le déploiement a pour moi été plus compliqué et long que prévu, et je vous adresse mes sincères excuses si vous êtes concernés,
tout va rentrer dans l'ordre dans le courant de l'hiver et nous avons mis en place une procédure avec Un Toit Pour Les Abeilles pour éviter les problèmes sur les nouvelles balances.

Cette année passée au chevet de mes abeilles m'a fait prendre conscience à quel point la survie de l'abeille "sauvage" devient compliquée ;
les colonies isolées sont très rapidement détruites par les frelons asiatiques ; sans les traitements sanitaires que les apiculteurs prodiguent
(y compris en Bio, mais avec des substances naturelles) les parasites (Varroas notamment) affaiblissent considérablement les colonies  ;
les colonies sauvages ne sont pas forcément bien abritées pour affronter des pluies permanentes, des canicules répétées, des printemps glacés...
Si l'année a été difficile pour les apiculteurs, elle l'a été encore plus pour les abeilles sauvages !

Si bien que quand une de mes ruches essaime dans la nature, je ne me lamente pas, je lui souhaite bonne chance.
Et si, avant, je récupérais les essaims sauvages, je crois que je vais arrêter et les laisser repeupler la nature.
On commence déjà à se projeter sur l'année qui vient. Le temps glisse, laissons cette année derrière nous et partons vers de nouveaux projets !
Au chapitre des bonnes résolutions, convaincu que l'apiculteur est de plus en plus nécessaire à la conservation des abeilles,
j'ai réussi à trouver une souche d'abeilles locales pour développer en 2020 un rucher de conservation-élevage pour diffuser la souche.
En cette année difficile, et en période d'installation, votre soutien ainsi que celui de l'équipe d'Un Toit Pour Les Abeilles m'a été particulièrement précieux, voire indispensable !
Et je vous en remercie.
J'espère que les miels que vous avez reçus ou recevrez seront à votre goût ! La nature, les collègues céréaliers AB, les abeilles, l'équipe d’Un Toit Pour Les Abeilles et moi,
votre apiculteur dévoué, avons fait de notre mieux pour vous satisfaire ! Comme en témoignent les photos de ruchers jointes.

Je vous souhaite donc pour 2020, des rêves et des projets plus doux que mes meilleurs miels, santé et bonheur,
En espérant vous rencontrer en 2020, je vous adresserai les invitations et dates de visites de ruchers de printemps,
Votre apiculteur,
Denis



Voir toutes ses actualités

Le rucher La Ruche.bio

Le rucher La Ruche.bio

Le rucher parrainé par un « Toit pour les abeilles » est situé au cœur d’une vaste forêt (3 km de rayon) afin de garantir la production de Miels Bio.
Cette forêt de Charente Limousine est classée en ZNIEFF de type 1 (Zone Naturelle d’Intérêt Ecologique, Faunistique et Floristique)
au sein d’un vaste ensemble naturel avec rivières, prairies et boisements (classé en ZNIEFF de type 2).

Ce rucher environné de feuillus et de résineux est un véritable sanctuaire pour les abeilles
qui y trouvent toute l’année des ressources de qualité !
Ce rucher permet de produire des Miels certifiés AB (Agriculture Biologique – France, certification par Ecocert)
de Châtaigner, Acacia, Forêt, voire de Ronce et Callune (« Bruyère »).
Des miels authentiques issus de la flore naturelle !

L'apiculteur : Grégoire HEINRICH

UTPLA apiculteur Grégoire HEINRICH

Grégoire est un jeune apiculteur qui habite à Toulouse.

Il a augmenté son nombre de ruches après en avoir acheté 35 l'hiver dernier.  
Une partie de la saison a consisté à créer d'autres colonies pour habiter ces nouvelles maisons.
Il a donc divisé toutes les colonies qui lui restaient au printemps.
Il a fini l'année 2017 avec 70 colonies, en progression par rapport aux années précédentes.

Son prochain objectif est d'arriver à 100 ruches, que toutes ces caisses soient remplies de manière constante, peut-être en 2018, avec la volonté de s'occuper après, au mieux de ces colonies. 

Il a aujourd'hui plus de colonies en hivernage et relativement belles.
Ce qui laisse présager du meilleur pour la saison prochaine.

Nouvelle année, nouveaux projets

Chers parrains,
Je vous présente mes meilleurs vœux pour 2020 !
Santé, joie et bonheur à vous tous…
Pour ce qui concerne les ruches, en plein hiver, l'activité est très faible.
Les abeilles restent au chaud !
J'ai fait une visite il y a quelques jours, les colonies sont très belles dans l'ensemble, avec de belles réserves pour la grande majorité.
De quoi arriver jusqu'au printemps sans soucis.  
Moi, je suis en train de chercher un endroit pour m'installer, c'est un thème présent depuis 1 an.
Mais ça se précise, et devrait se concrétiser assez rapidement.
Malgré les conditions (surtout météo) difficiles, 2019, aura été plutôt bonne pour moi et les abeilles en fin de compte.
J'ai fait une récolte correcte, augmenté le nombre de ruches, trouvé de nouveaux ruchers... et c'est déjà bien.
Pour l'année qui vient j'ai commandé une cinquantaine de ruches en plus, que je peuplerai au printemps.
Il faudra que je trouve un nouveau rucher. Il me tarde déjà de les entendre bzzz bzzz.
Avant, il faudra que je prépare le matériel, les nouvelles ruches, que je prépare aussi les ruchers, cire les cardes pour la saison etc…
Je vous dis à très bientôt pour des nouvelles des visites printanières.
Bzzz
Grégoire

Voir toutes ses actualités

Le rucher de Lavaur

Le rucher de Lavaur

Le 1er rucher est situé à côté de Lavaur dans le Tarn, à 35 min de Toulouse.

Les récoltes espérées sont du miel de printemps, du miel toutes fleurs et du miel de tournesol.

L'apiculteur : Philippe KINDTS

UTPLA apiculteur Philippe KINDTS

Philippe est arrivé de Belgique en 1983, et à l'achat de sa maison, a rencontré des abeilles installées entre volet et fenêtre. Départ de sa passion.
Il a travaillé avec un apiculteur quelques semaines et acquis doucement quelques ruches.
Menuisier de formation, il a construit ses ruches parallèlement à son activité de menuisier.
Pluriactif jusqu'en 2000, il s'installe en professionnel avec 200 colonies en label bio.
Actuellement il gère seul 200 colonies conduites en ruches Langstroth aidé de stagiaires en formation.
Impliqué dans le groupement bio du Gers (GAB) cette fonction, en tant qu'administrateur, me permet d'aller dans les collèges du département afin de sensibiliser les scolaires.
Il anime également des cours pratiques d'apiculture dans un cadre associatif une fois par mois.
Philippe  ne peut garantir que le miel livré porte la mention AB ceci car l'environnement de ses ruches ne permet pas tout le temps la certification de ses récoltes.

Voeux

Chères marraines, chers parrains du rucher de Pouydraguin,

En cette fin d’année 2019, je vous adresse ce petit message pour vous remercier profondément pour tout le soutien que vous m’apportez…
Vos parrainages mais aussi tous vos messages et photos du miel reçu, m’apportent beaucoup de joie !

Voilà que la saison 2019 se sera achevée par un bilan mitigé comme vous le savez.
Malgré cela il en demeure positif au regard des nombreuses difficultés notamment climatiques rencontrées cette année.

Je me prépare tranquillement pour 2020, à accompagner comme chaque année nos colonies.
Merci pour votre soutien et je vous souhaite à tous d'agréables fêtes.

Que vous puissiez profiter d'instants précieux auprès des votres et que 2020 vous submerge de bonheur !

Philippe

Voir toutes ses actualités

Le rucher de Pouydraguin

Le rucher de Pouydraguin

Le rucher est transhumant de manière raisonnée sur une zone des Pyrénées.

Philippe vous proposera selon les récoltes des miels de Sarrasin, Bruyère Callune ou/et Erica, Lottier, Printemps labellisés bio ou non selon les récoltes.

Le rucher en vidéo

L'apiculteur : Jacques HAZECHNOUR

UTPLA apiculteur Jacques HAZECHNOUR

Jacques est apiculteur depuis plus de 30 ans au nord de l’Aveyron dans les montagnes du Carladez.
Il s’occupe d’une centaine de ruches et travaille avec la race locale de l’abeille noire qui est bien adaptée à son environnement.
Jacques pratique une apiculture de type sédentaire et ses essaims proviennent uniquement de ses propres ruchers afin de pérenniser la variété d’abeilles qu’il a sélectionnée.
Sylvie sa compagne, assure la fabrication du pain d’épices, la commercialisation du miel et participe aux travaux sur les ruchers.
Ils souhaitent agrandir raisonnablement leur exploitation, partager leur expérience apicole et vous invitent à découvrir leur région qui est encore préservée.

Quelques nouvelles de nos petites

Chers parrains,
Voici quelques nouvelles de nos petites…

Février... C'est le creux de l'hiver et donc de l'activité de nos chères abeilles.
Normalement à cette période elles se reposent groupées autour de la reine et attendent des jours meilleurs pour sortir de leur hivernage.
Mais les caprices des conditions météo liées au réchauffement climatique que nous ressentons depuis quelques années déjà,
font que des températures trop clémentes perturbent leurs habitudes ancestrales.
Elles sortent avec l'espoir de butiner quelques fleurs... en vain... et consomment des provisions supplémentaires pour assurer ces vols inutiles.
Donc nous devons être vigilants et visiter les ruches pour compléter leurs provisions si besoin.
En attendant le printemps...
Je vous en dirai plus très vite, au retour des beaux jours, quand nous pourrons ouvrir les ruches et que la saison aura bel et bien redémarré.
A très vite,
Jacques

Voir toutes ses actualités

Le rucher du Carladez

Le rucher du Carladez

Les ruchers sont situés à 800m d’altitude dans les montagnes du Carladez aux confins de l’Aubrac, du plomb du Cantal et de la Vallée du Lot.
Loin de toute grande culture et de source de pollution, dans un environnement souvent difficile d’accès, les abeilles produisent un miel de Montagne toutes fleurs.
La récolte se fait une fois par an autour du 15 août ce qui permet d’obtenir un miel contenant l’ensemble des saveurs de la flore grâce à des miellées successives :
pissenlits, fleurs de printemps, ronciers, trèfles, tilleuls, chênes et châtaigniers.
Après maturation, le miel d’un goût subtil à dominante tilleul-châtaignier et d’une belle couleur ambrée est mis en pots de verre afin de conserver toutes ses qualités.

L'apiculteur : Claude POIROT

UTPLA apiculteur Claude POIROT

Claude est apiculteur en Vendée et Charente-Maritime depuis plus de 40 ans et s'occupe aujourd'hui d'environ 600 ruches.

Il a en outre développé une activité d'élevage de reines et de création d'essaims (nouvelles colonies).

Figure de l'apiculture et très impliqué dans la protection des abeilles, il est notamment président de l'Abeille Vendéenne et engagé dans la lutte contre l'utilisation abusive de pesticides.
Claude est aussi engagé dans une démarche pédagogique avec la Folie de Finfarine, ferme apicole.
Il est notre apiculteur référent sur le projet "Un toit pour les abeilles".

Petit mot de cette saison 2019

Bonjour à nos chères marraines et nos chers parrains,
Un grand merci pour votre soutien tout d'abord.
Voici un petit mot de cette saison 2019.
La météo capricieuse de cette année a bien compliqué la vie des apiculteurs, mais surtout celle des abeilles.
Un jour chaud, un jour froid, puis la canicule, vous comprendrez que les récoltes ne seront pas abondantes suivant les secteurs.
Nous avons été très heureux d’accueillir un grand nombre de marraines et parrains fin juillet.
Ce fut un bon moment de partage et pour nous l’occasion de faire découvrir notre métier.
Malgré tous les aléas, les abeilles ont quand même bien travaillé chez nous.
Le miel est déjà mis en pots… Ils n’attendent plus que les étiquettes et les cartons pour pouvoir rejoindre votre table !
Au niveau national, les remontées de terrains font apparaître une chute de 30 à 70% de la récolte de miel.
Les fleurs de châtaigniers, comme beaucoup d’autres ont grillé …
La production au niveau national va avoisiner les 10 000 tonnes, alors que la consommation au niveau national est de 40 000 tonnes.
J’attire votre vigilance sur la provenance des miels que vous achetez.
Malheureusement, il manque 30 000 tonnes de miel en France.
Il faut vraiment pousser à interdire l’utilisation des pesticides, ce n’est bon ni pour les abeilles ni pour les oiseaux, ni pour les humains…
POUR RAPPEL, un déclin très important des insectes et des oiseaux a été mis en évidence par des études récentes. Ce déclin concorde avec l’utilisation des néonicotinoïdes…
Je vous souhaite à tous et toutes par avance de très belles fêtes !
Claude

Voir toutes ses actualités

Le rucher de Triaize

Le rucher de Triaize

Les ruches sont installées en plein coeur du parc inter-régional du Marais Poitevin sur un site Natura 2000 présentant une grand richesse écologique.
Le territoire est constitué de marais et bocages avec une alternances de paysages boisés et de prairies.

Le miel Vendéen est un miel toutes fleurs issu des plaines et prairies . On y retrouve différentes variétés de fleurs des zones de bocage : l'acacia, l'aubépine, le trèfle blanc, la ronce ou encore la luzerne ou le pissenlit. C'est un miel cristallin (solide) de consistance assez crémeuse, qui peut varier de la couleur dorée au jaune clair en fonction des floraisons. Parfumé et fleuri, il en fait un miel idéal pour les tartines ou sucrer des boissons chaudes.

JT week-end France 2 avec Claude

Reportage diffusé le samedi 5 Novembre 2016. Cliquez en dessous pour visualiser l'extrait.

L'apiculteur : Pascale LEROY-AILLERIE

UTPLA apiculteur Pascale LEROY-AILLERIE

Pascale est issue d’une famille d’apiculteurs depuis 3 générations.
Elle s’occupe aujourd’hui de 200 ruches qui se trouvent pour la plupart autour de la ferme apicole, sur le site exceptionnel du Marais Poitevin.
Elle a reçu la certification agriculture biologique début 2015 pour la conduite de ses ruches et le lieu ou elles sont installées.
Elle propose aussi une spécialité traditionnelle à base de miel et de fruits qu’elle nomme « confimiel » et qui lui a permis de remporter le Concours des produits de Vendée.

Visite hivernale des ruches

Bonjour !

Je suis en ce moment en formation dans le Tarn, sur la transformation des plantes aromatiques et médicinales. Je me régale !

J’ai fais une visite rapide des ruches au début de janvier, les réserves s'amenuisent...cet hiver trop doux, les a fait consommer davantage...

Malgré tout, les belles colonies de l’automne sont restées belles et je devrais bien redémarrer ce printemps.

Je pense faire les premières visites de printemps, avec ouverture des ruches, comptage des  cadres de couvain, mi-mars, si la température le permet, il faut atteindre les 15°C…

 

Pour les ruches à gelée royale, ce n’est pas la même....

Elles ont toutes p'ries, pas une n’a survécu à l’hiver, pourquoi ? Je ne sais pas l’expliquer, ce sont des abeilles plus fragiles.

Elles ont la réputation de passer difficilement l’hiver, je confirme.

Je vais rebondir, je vais me procurer d’autres reines, pour démarrer la saison suffisamment tôt. Ça fait quand même mal au cœur.

 

À tout bientôt 

Cordialement 

Pascale LEROY AILLERIE 

Voir toutes ses actualités

Le Rucher du Marais Poitevin

Le Rucher du Marais Poitevin

Les ruches de Pascale se trouvent en plein cœur du Marais Poitevin sur une zone classée Natura 2000.
D'une grande diversité écologique, ce territoire est constitué de pairies, de zones boisées et de marais façonnés par l'homme au cours du temps.

Le Marais poitevin constitue un havre pour de nombreuses espèces animales ou végétales telles que la loutre d'Europe, le vanneau huppé, l'iris jaune ou la reine des près.

Selon les saisons les abeilles de Pascale visitent les pissenlits, guimauves, lierres, saules, ronces, aubépines, sureaux...

L'apiculteur : Philippe HUGUEL

UTPLA apiculteur Philippe HUGUEL

L’apiculture est pratiquée dans la famille de Philippe et Nicolas depuis deux générations : Ils ont repris l’exploitation apicole de leur père il y a maintenant plus de 10 ans.
Les deux frères gèrent aujourd’hui plus de 500 ruches et ont mis en place une activité d’élevage de reines et de création de nouvelles colonies d’abeilles (essaims).
On peut les retrouver chaque jour sur les marchés de Cavaillon, Bagnols sur Cèze, Arles, Orange, Carpentras et Avignon, où ils vendent leur miel,mais aussi de la brèche (miel en rayon), ou encore du pollen.

Philippe est aussi Président du syndicat des apiculteurs de Vaucluse, qui fédère plus de 150 apiculteurs.

Quelques nouvelles de nos avettes

Bonjour à tous,
Il n’est pas encore trop tard pour vous souhaiter à toutes et à tous, une très belle année 2020 ; Santé, bonheur et tout le reste viendra.

C’est aussi l’occasion pour moi de vous donner quelques nouvelles de nos petites avettes. Après un été sec et chaud (en gros un été compliqué), je compte environ 40% de production en moins sur l’année 2019 par apport à 2018.

La mise en hivernage c’est dans l’ensemble bien passée… Les petits essaims de Juin / Juillet ont eu quelques difficultés à faire le plein de réserves pour passer l’hiver. Nous les avons donc un peu aidés pour les maintenir en vie durant cette période critique. Comme toujours, nous avons eu des pertes d’environ 15% et nous referons un point en Mars sur la sortie d’hivernage.
 
Pour le nomment, ce n’est pas un très bel hiver. Il est trop chaud, ce qui permet aux abeilles de sortir trop souvent et donc de consommer plus, sans pour autant pouvoir rentrer de nouvelles provisions dans la ruche.
 
Sinon à l’exploitation, c’est le travail d’hiver : nettoyer les ruches, filer et gaufrer les cadres, préparer les partitions chaudes etc, pour que tout soit opérationnel pour les premiers essaims de printemps.
 
Voilà les nouvelles de janvier. Je reviens vers vous en Mai pour vous faire un point sur la sortie d’hivernage et sur le début de printemps.
 
Pourvu que 2020 ne ressemble pas à 2019.
A très bientôt.
Philippe

Voir toutes ses actualités

Le rucher D'Entraigues

Le rucher D
Les ruches de Philippe et Nicolas sont installés à proximité d’Avignon sur la commune d’Entraigues près de Gigogan, sur une zone de Garrigues et de forêts.

Philippe travaille avec des abeilles de races Caucasienne, un peu de Buckfast et depuis 2011, sélectionne un peu de Carnica.

De façon à suivre les floraisons, les deux frères pratiquent chaque année la transhumance de leurs ruches vers le plateau d’Albion, les Alpilles ou l’Isère.

Le miel récolté pour un toit pour les abeilles est un miel toutes fleurs de consistance cristalline (solide) à crémeuse composé notamment de miellat (à partir de la sève des plantes) qui est une grande source d'apport en acides aminés et lui confère un gout assez relevé, très parfumé et une couleur plutôt sombre.
On y retrouve aussi des notes de fleurs d'amandiers butinées au printemps et un mélange floral de prairies (pissenlits, trèfles, pruniers sauvages...)

L'apiculteur : Yvon TORCAT

UTPLA apiculteur Yvon TORCAT

Je m'appelle Yvon TORCAT.

Je suis apiculteur depuis une trentaine d'années.

J'ai appris l'apiculture très jeune en aidant un apiculteur retraité dans mon village de VAL DE CHALVAGNE dans les Alpes de Haute Provence.

Il m'a transmis sa passion des abeilles et le respect de la nature.

Je suis fasciné depuis trente ans par l'intelligence des abeilles et leur pouvoir de transformer le nectar des fleurs en miel.

Je vis au rythme des abeilles et de la floraison des fleurs mellifères.

Je travaille sur des ruches langroth avec l'abeille locale: l'abeille noire.

Je possède quatre vingt ruches: j'aimerai bien augmenter mon cheptel mais chaque année j'ai de nombreuses pertes dues à l'hiver et aux frelons asiatiques.

Aujourd'hui, je transmets mes connaissances en apiculture à un jeune homme motivé.

Je propose uniquement un miel de lavande.

Le printemps est de retour...

Chers parrains,

En visitant les différents ruchers je suis frappé par l’activité des colonies d’abeilles et du bruit caractéristiques du retour du printemps sur la planche d’envol.
C’est très agréable pour moi de voir les abeilles s’élancer par dizaines puis les voir revenir chargées d’énormes pelotes de pollen.
Je suis rassuré bien que le poids des ruches diminue, car les réserves de miel sont consommées au profit des œufs pondus par la reine.
Je dois surveiller de près les colonies malgré le confinement.
Les colis de miel sont prêts mais pour l’instant les transporteurs sont réquisitionnés pour les biens de premières nécessités ou matériel médicaux,
ce qui se comprend totalement en cette période un peu « spéciale ».

Prenez soin de vous et de vos proches.
A très vite,
Yvon

Voir toutes ses actualités

Le rucher de Val de Chalvagne

Le rucher de Val de Chalvagne

Les ruches passent la majeure partie de l'année dans la vallée, à 800 m d'altitude, dans l'arrière pays niçois.

Il s'agit d'un territoire ayant su préserver son environnement de tous pesticides et insecticides.
Les abeilles trouvent à proximité une nourriture saine et variée : thym, tilleul, sarriette, fleurs des champs et des sous bois…

Les ruches sont transhumées sur le plateau de Valensole au mois de juillet et d'août pour une seule récolte de miel de lavande .

Yvon laisse le corps de ses ruches remplies de miel pour qu'elles passent l'hiver sans avoir à les nourrir avec du sirop.
Il  privilégie ainsi le bien-être de ses abeilles au détriment du rendement de miel.

Le miel de lavande représente le fleuron des miels produits en France .
Il est très parfumé, long en bouche et offre des atouts à la dégustation qui en font sa réputation.
Il sait se faire apprécier de tous grâce a son parfum typé, blond à l'arôme délicat et légèrement fruité.
Le miel de lavande a des vertus médicinales comme être un antiseptique général, un véritable calmant de la toux, un anti-inflammatoire pour les voies respiratoires et anti rhumatismal.

L'apiculteur : Aude GALMICHE

UTPLA apiculteur Aude GALMICHE

Aude a démarré l’apiculture en 2009, un peu par hasard, en accompagnant un ami dans ses ruches. Depuis, elle a eu ses premières ruches, puis une dizaine, une vingtaine puis 120. 
Après quelques années dans le Vaucluse, elle a racheté une ferme isolée dans les hautes alpes, dans le parc régional du Queyras, département d’origine de son conjoint.
Ceci correspond à son souhait de conduire ses ruches dans un milieu encore préservé, proche de la nature et au rythme des saisons.
Dans cette logique, la majorité des ruches sont sédentaires entre 900 et 1200m d’altitude.

Aude récolte principalement des miels de montagne et de lavande.

Elle développe aussi la production de gelée royale avec la mise en place d’un atelier.
La conduite de ruches se fait le plus possible selon le cahier des charges de l’agriculture biologique dans l’optique d’une certification d’ici quelques années.

Quelques nouvelles du rucher avant les fêtes

Chers marraines et parrains du Rucher du Queyras,

Je prends le temps de vous donner quelques nouvelles, après une saison très difficile…
Pendant l’automne, la priorité a été mise sur la recherche de nouveaux emplacements et
la transhumance des ruches dans le Vaucluse pour faciliter l’hivernage et diminuer les pertes.
Contrairement à l’année dernière toutes les colonies sont descendues.
L’extraction du miel a ensuite été laborieuse : casse matériel et une température très basse dans la miellerie.

Espérons que la saison prochaine sera meilleure.  

Ça y est le miel est enfin parti j’espère que vous l’apprécierez. L’occasion pour moi de vous redire merci pour tout le soutien que vous m’apportez !
c’est primordial pour moi.

Maintenant que le miel est parti, je me concentre sur l’administratif avec un dépôt de permis de construire pour refaire une miellerie isolée, plus grande et ne prenant pas l’eau.
D’ici quelques semaines, après les fêtes, il sera temps de reprendre la route des ruchers pour contrôler que l’hivernage se passe bien et de préparer le matériel pour la saison 2020.

Je vous souhaite de passer de belles et heureuses fêtes avec ceux que vous aimez, c’est le plus important.
Aude.

Voir toutes ses actualités

Le rucher du Queyras

Le rucher du Queyras

La saison est courte.
Elle démarre au printemps sur le noisetier par les belles journées de février puis les fruitiers et les pissenlits.
Certaines ruches montent ensuite plus en altitude dans les alpages pour les mois les plus chauds.
Enfin un rucher descend sur les lavandes, pour produire ce miel tant recherché.
Aude produit un peu de pollen, qui aujourd’hui est consommé par les abeilles.

Les abeilles du Queyras sur la planche d'envol


Que se passe-t-il ce mois-ci sur votre rucher ?

Que se passe-t-il dans la ruche en mars ?

Introduction
« Si de toute l'année le pire des mois est février, méfie-toi aussi de mars et de ses giboulées »
Ce proverbe français de 1816 est toujours d’actualité en 2020, où le mois de février a été particulièrement rigoureux : les écarts de températures et les vents violents ont provoqué de nombreux dégâts parto...




Imprimer la page

Retour