MELIO BIO

Logo MELIO BIO

Mélio est la première marque française à développer une gamme de boissons à base de miel. Lancée pendant l’été 2016 sous le soleil de Saint-Tropez, la marque défend le 100 % naturel, les bonheurs simples et les goûts francs. Sa philosophie est d'utiliser la douceur du miel pour proposer une alternative feel good aux sodas... Les boissons Mélio sont exclusivement confectionnées avec des ingrédients issus de l’agriculture biologique et ne contiennent ni sucres ajoutés, ni colorants, ni conservateurs, ni arômes artificiels. À travers l’alimentation naturelle, ce sont une valorisation du bien-être et une philosophie du slow life que défend Mélio. Une démarche relayée par l’engagement de l’entreprise pour la défense des abeilles, à travers le parrainage de ruches.

Melio Bio s’engage pour la biodiversité. Pour nous, un monde où nos abeilles ne sont pas en péril, cela devrait aller de soi. Malheureusement, ce n’est pas le cas. Mais s’il y a bien une chose dont nous sommes certains, c’est que le monde dont nous voulons se façonne à l’échelle de chacun. Parrainer une ruche, c’est l’une des façons que nous avons trouvées de préparer un plus joli monde pour demain…

La ruche en images

  • La ruche MELIO BIO
  • La ruche MELIO BIO
  • La ruche MELIO BIO
  • La ruche MELIO BIO
  • La ruche MELIO BIO
  • La ruche MELIO BIO
  • La ruche MELIO BIO
  • La ruche MELIO BIO
  • La ruche MELIO BIO
  • La ruche MELIO BIO
  • La ruche MELIO BIO
  • La ruche MELIO BIO
  • La ruche MELIO BIO
  • La ruche MELIO BIO
  • La ruche MELIO BIO
  • La ruche MELIO BIO

L'apiculteur : Philippe CHAVIGNON

UTPLA apiculteur Philippe CHAVIGNON

Philippe s'est initié à l'apiculture il y a une vingtaine d'années en Colombie.
Installé depuis 1995 à Guillaumes dans les Alpes Maritimes,  il y a développé progressivement une activité apicole et de lavandiculture.
Le miel qu'il propose a le label "AB".
Le cheptel de ces dernières années est de l'ordre de 100 ruches malgré de fortes pertes hivernales.

Jusqu'à maintenant, les ruchers d'hivernage se situaient dans le site des Gorges de Daluis, au sein de la réserve naturelle régionale du même nom et aux portes du Parc National du Mercantour.
Philippe pratique  la transhumance le plus localement possible dans un rayon de 20 km à vol d'oiseaux, sauf pour la lavande sur le plateau de Valensole (04).

"ILS NE SAVAIENT PAS QUE C'ETAIT IMPOSSIBLE, ALORS ILS L'ONT FAIT."

Intempéries au rucher

Bonjour à tous,
J'ai eu de gros problèmes depuis la chute de neige de jeudi:
5 kms à pied de nuit dans 40 cm de neige pour rentrer chez moi!
Des dégats matériels une yourte, ma serre...
Bcp d'arbres couchés sur la piste d'accès.
J'ai bataillé jour et nuit pour pouvoir accèder seulement dimanche matin chez moi en 4X4 avec chaines et déneigeage manuel.
Puis plus d'électricté pendant 24h, puis plus de réseaux...
Je suis désolé pour ceux que je devais livrer hier.
Je suis parti dans la nuit pour rejoindre la côte et essayer d'effectuer aujourd'hui les livraisons prévues que j'ai pu préparer.
Je contacterai aujourd’hui individuellement ceux que je peux livrer.
Pour les autres patience, je réeffectuerai une autre livraison dans une quinzaine de jours.
En cas d'urgence, contactez-moi.
Encore une fois désolé pour ce contretemps.
Amitiés
Philippe

Voir toutes ses actualités


Le rucher des Gorges de Daluis

Le rucher des Gorges de Daluis
L'exploitation bénéficie d'un label Bio et dispose d'une miellerie Bioclimatique construite en mélèze local, paille et terre, et à énergie "solaire thermique" située à 1300m d'altitude.

Philippe travaille majoritairement avec des abeilles locales dites "noires" très ancienne race d'abeilles et un peu d'abeilles italiennes de race ligustica de par sa proximité géographique.

Philippe passe l'hiver en Amérique Centrale où il essaie de développer une activité apicole avec les locaux.

Il s'intéresse particulièrement à l'apithérapie.

Que se passe-t-il ce mois-ci sur votre rucher ?

 

L’abeille a été déclarée « La chose la plus importante du monde »
selon l’Earthwatch Institute lors de la dernière réunion de la Royal Geographical Society de Londres.
D’après The Science Time, 70% de l’agriculture planétaire dépend exclusivement de nos précieuses butineuses, car on le sait tous, sans elles, la faune et la flore disparaitraient progressivement.
Et malgr&eacut...




Imprimer la page

Retour