Breteuil immo

Logo Breteuil immo
Breteuil est un groupe familial à taille humaine et à vocation internationale. Nous nous attachons à offrir un service sur mesure à nos clients et vous proposons une large gamme de biens familiaux, de standing et haut de gamme. Nos 12 agences parisiennes vous accompagnent pendant toutes vos transactions de vente, de location et de gestion de biens ainsi que nos agences sur la Côte Ouest, Londres, New-York et prochainement à Miami et Lisbonne. Nous vous invitons à pousser la porte de nos agences, nous mettons à votre disposition notre expérience, notre dynamisme et notre gentillesse.


Voir leur site internet

Breteuil s'engage... Traitements pesticides, maladies, pollution, changement climatique... Depuis quelques années, la population d'abeilles est en très forte diminution, avec une disparition totale sur certaines zones. La plupart des cultures alimentaires sont majoritairement pollinisées par les insectes. Nous sommes confrontés à la perspective d'une perte économique de grande envergure, mais aussi d'une perte écologique majeure, les insectes porteurs de pollen interagissant avec tout l'écosystème. Aux côtés d'Un toit pour les abeilles, Breteuil participe à la sauvegarde et au développement des colonies d'abeilles, en parrainant une ruche par agence, disséminées dans toute la France. En effet, soutenir plus largement de petites colonies issues de diverses souches contribue à renforcer les effectifs tout en permettant une intensification des pollinisations locales. Une action concrète, à longue visée, impliquant une dimension écologique et soutenant l'activité des apiculteurs français, correspondant en tous points aux valeurs défendues par Breteuil. Avec une touche de sucre!

Les ruches en images

  • La ruche Breteuil immo
  • La ruche Breteuil immo
  • La ruche Breteuil immo
  • La ruche Breteuil immo
  • La ruche Breteuil immo
  • La ruche Breteuil immo
  • La ruche Breteuil immo
  • La ruche Breteuil immo
  • La ruche Breteuil immo
  • La ruche Breteuil immo
  • La ruche Breteuil immo
  • La ruche Breteuil immo
  • La ruche Breteuil immo
  • La ruche Breteuil immo
  • La ruche Breteuil immo
  • La ruche Breteuil immo
  • La ruche Breteuil immo
  • La ruche Breteuil immo
  • La ruche Breteuil immo
  • La ruche Breteuil immo
  • La ruche Breteuil immo
  • La ruche Breteuil immo
  • La ruche Breteuil immo
  • La ruche Breteuil immo
  • La ruche Breteuil immo
  • La ruche Breteuil immo
  • La ruche Breteuil immo
  • La ruche Breteuil immo
  • La ruche Breteuil immo
  • La ruche Breteuil immo
  • La ruche Breteuil immo
  • La ruche Breteuil immo
  • La ruche Breteuil immo
  • La ruche Breteuil immo
  • La ruche Breteuil immo
  • La ruche Breteuil immo
  • La ruche Breteuil immo
  • La ruche Breteuil immo
  • La ruche Breteuil immo
  • La ruche Breteuil immo
  • La ruche Breteuil immo
  • La ruche Breteuil immo
  • La ruche Breteuil immo
  • La ruche Breteuil immo
  • La ruche Breteuil immo
  • La ruche Breteuil immo
  • La ruche Breteuil immo
  • La ruche Breteuil immo
  • La ruche Breteuil immo
  • La ruche Breteuil immo
  • La ruche Breteuil immo
  • La ruche Breteuil immo
  • La ruche Breteuil immo
  • La ruche Breteuil immo
  • La ruche Breteuil immo
  • La ruche Breteuil immo
  • La ruche Breteuil immo
  • La ruche Breteuil immo
  • La ruche Breteuil immo
  • La ruche Breteuil immo
  • La ruche Breteuil immo
  • La ruche Breteuil immo
  • La ruche Breteuil immo
  • La ruche Breteuil immo
  • La ruche Breteuil immo
  • La ruche Breteuil immo
  • La ruche Breteuil immo
  • La ruche Breteuil immo
  • La ruche Breteuil immo
  • La ruche Breteuil immo
  • La ruche Breteuil immo
  • La ruche Breteuil immo
  • La ruche Breteuil immo
  • La ruche Breteuil immo
  • La ruche Breteuil immo
  • La ruche Breteuil immo
  • La ruche Breteuil immo
  • La ruche Breteuil immo
  • La ruche Breteuil immo
  • La ruche Breteuil immo
  • La ruche Breteuil immo
  • La ruche Breteuil immo
  • La ruche Breteuil immo
  • La ruche Breteuil immo
  • La ruche Breteuil immo
  • La ruche Breteuil immo
  • La ruche Breteuil immo
  • La ruche Breteuil immo
  • La ruche Breteuil immo
  • La ruche Breteuil immo
  • La ruche Breteuil immo
  • La ruche Breteuil immo
  • La ruche Breteuil immo
  • La ruche Breteuil immo
  • La ruche Breteuil immo
  • La ruche Breteuil immo
  • La ruche Breteuil immo
  • La ruche Breteuil immo
  • La ruche Breteuil immo
  • La ruche Breteuil immo
  • La ruche Breteuil immo
  • La ruche Breteuil immo
  • La ruche Breteuil immo
  • La ruche Breteuil immo
  • La ruche Breteuil immo
  • La ruche Breteuil immo
  • La ruche Breteuil immo
  • La ruche Breteuil immo
  • La ruche Breteuil immo
  • La ruche Breteuil immo
  • La ruche Breteuil immo
  • La ruche Breteuil immo
  • La ruche Breteuil immo
  • La ruche Breteuil immo
  • La ruche Breteuil immo
  • La ruche Breteuil immo
  • La ruche Breteuil immo
  • La ruche Breteuil immo
  • La ruche Breteuil immo
  • La ruche Breteuil immo
  • La ruche Breteuil immo
  • La ruche Breteuil immo
  • La ruche Breteuil immo
  • La ruche Breteuil immo
  • La ruche Breteuil immo
  • La ruche Breteuil immo
  • La ruche Breteuil immo
  • La ruche Breteuil immo
  • La ruche Breteuil immo
  • La ruche Breteuil immo
  • La ruche Breteuil immo
  • La ruche Breteuil immo
  • La ruche Breteuil immo
  • La ruche Breteuil immo

L'apiculteur : Sébastien GUILLIER

UTPLA apiculteur Sébastien GUILLIER

Installé apiculteur professionnel en conventionnel depuis 20 ans, j’ai commencé en tant qu’amateur à l’âge de 10 ans avec mon père qui m’a transmis le virus de l’apiculture… Depuis, je ne les quitte plus mes petites abeilles.

Après quelques déboires qui m’ont beaucoup attristé (notamment la perte de 300 colonies en 2007, l’une des pires années apicoles), je fais vivre mes 150 ruches de type Dadant en 10 cadres avec une vraie passion !
Mes abeilles me le rendent bien avec des miels primés dans de nombreux concours départementaux, nationaux mais aussi européens.

Je fabrique aussi des pains d’épices, des bonbons au miel et des figurines en cire d’abeilles que l’on trouve dans mon petit magasin de POMOY.

J’aimerais avoir environ 100 colonies supplémentaires pour pouvoir vivre de ma passion ! Allez n’hésitez pas à me soutenir en parrainant des ruches sur mon rucher !

J'ai besoin de vous

Chères marraines, chers parrains bonjour !
Vous avez peut-être vu passer ma cagnotte sur les réseaux sociaux, mais en effet je vous écris aujourd'hui pour solliciter encore un peu de votre aide.



Après 22 ans d’apiculture contre vents et marées et après les grosses pertes de 2007, j’ai réussi à maintenir un nombre de colonies constant (environ 150) ces dernières années.
À la suite de 2 sécheresses consécutives et une perte de production en 2019, une importante mortalité me frappe ce printemps (près de 40 %).
La situation devient précaire pour mon activité apicole.
Malgré les parrainages et l’aide apportée par Un toit pour les abeilles, essentielle pour me maintenir à flot, cette perte m’oblige à faire appel à vous en mettant en place une cagnotte pour laquelle j’espère un véritable élan de générosité.
J’aurai besoin pour le printemps 2021 de 50 essaims pour débuter l’année dans de bonnes conditions.
Je compte sur vous et votre soutien pour m’aider à prendre soin des abeilles, indispensables à nos écosystèmes.
Vous pouvez aussi venir visiter l’exploitation pour découvrir le métier d’apiculteur, les abeilles et tous les trésors que nous offrent les ruches.
Un grand merci pour votre soutien et votre aide.

Lien vers ma cagnotte :

https://www.leetchi.com/c/soutient-aux-abeilles-de-pomoy

Voir toutes ses actualités

Le rucher de Pomoy

Le rucher de Pomoy

Les ruches sont installées au centre de la Haute-Saône entre plaines et massifs forestiers.
Les abeilles y sont particulièrement bien et elles y produisent plusieurs sortes de miels…
Du miel de Fleurs de Printemps, d’Acacia, ou encore du miel de Tilleul et de Fleurs d’Eté.

Plusieurs emplacements sont disposés à cet effet autour du petit village de POMOY où se situe le rucher, et où il fait bon vivre pour nos précieuses abeilles !

L'apiculteur : Jean-Philippe CALVEZ

UTPLA apiculteur Jean-Philippe CALVEZ

J'ai commencé l'apiculture il y a 6 ans avec l'envie d'aider au repeuplement de ruche en Bretagne et de partager ma passion pour les abeilles, et en particulier pour l’abeille noire.
Je me suis donc tourné vers l'élevage de reines afin de pouvoir fournir des essaims d'abeilles noires de qualité.
Mon objectif est de réussir à fournir chaque année un maximum d'essaim d'abeilles et de conseiller au mieux les débutants.
Le parrainage de ruches me permettra de vivre de cette passion qui m’anime et de développer au mieux mon activité d’élevage.

Vous dire merci

Bonjour,
Je souhaitais vous envoyer ce message de remerciement à Un Toit Pour Les Abeilles et mes marraines et parrains pour l'aide que vous m'apportez.
Cet hiver, j'ai perdu beaucoup de ruches et grâce à vos parrainages je vais pouvoir reconstituer tous mes ruchers.
Sans vous cette année je me serais retrouvé en grande difficulté. Votre soutien me permettra de continuer à promouvoir la protection de l'abeille noire.
Un grand merci à tous.
Jean Philippe

Voir toutes ses actualités

L'Abeille Sauvage

L

Mes ruches sont éloignées des zones de cultures intenses.
La majorité de mes ruchers se trouve proche de la Vallée de Rance.
Les ruches sont entourées par la ronce qui est la fleur dominante, mais on trouvera aussi beaucoup de châtaigner.
Le miel produit par les abeilles est un miel de Ronce avec une touche de châtaigne. Très agréable en bouche…
J'ai actuellement 48 ruches en production répartie sur 7 ruchers différents.
Je travaille dans le respect de l'abeille noire avec différents types ruches principalement de la Dadant, mais aussi quelques Warré, et une kenyane.
Tout est dit, j’espère que vous serez nombreux à me soutenir dans cette belle aventure.

L'apiculteur : Cyrille ANCERY

UTPLA apiculteur Cyrille ANCERY

Je m'appelle Cyrille. J'ai 29 ans.
Malgré mon jeune âge, je suis apiculteur depuis quelques années déjà.
Mon exploitation comporte environ 150 colonies. Les abeilles avec lesquelles je travaille sont adaptées à l’environnement naturel berrichon. Elles sont particulièrement douces et j’ai plaisir à travailler avec elles au quotidien en toute confiance.

Mes ruches sont "Dadant". Bien que je ne sois pas labellisé bio, ma démarche est très respectueuse de l’abeille. Plus que cela, je veux montrer que l'on peut collaborer avec le monde agricole et ainsi s'inscrire dans une démarche de respect mutuel entre "apiculteurs" et "agriculteurs".
Ainsi, j’installe, en accord avec des agriculteurs des colonies sur des champs de cultures non traités. Cette opération a pour objectif de créer un rapport "donnant donnant", avec les agriculteurs et de faire doucement évoluer les pratiques agricoles pour tendre vers une pratique plus vertueuse et respectueuse de notre environnement. Tout naturellement, j’ai souhaité rejoindre le réseau d’apiculteurs Un toit pour les abeilles pour proposer mes ruches en parrainage et créer ainsi un véritable cercle vertueux entre les abeilles, la filière et vous, parrains des ruches…

Bilan de la saison au rucher

Chers Parrains,

La saison apicole approche de sa fin, c'est l'occasion de faire un petit point sur cette année riche en occupation et en travail.

La saison a commencé avec beaucoup d'avance sur les floraisons ce qui nous a permis de commencer en avance les visites et la pose des hausses. La météo au printemps ayant été capricieuse avec des périodes de beau temps et du jour au lendemain des journées froides et pluvieuses. Ce cumul d'événements nous a permis de réaliser une recolte de miel de printemps très moyenne mais finalement en dessous de ce qui aurait pu être fait. Les acacias quant à eux n'ont pas été victimes du gel cette année ce qui annonçait une récolte prometteuse mais dès les premières fleurs ouvertes la météo est venue se mettre de la partie. La pluie et le froid (9 degrés l'après midi) ont brutalement mis fin au nectar secreté par les fleurs. La récolte a donc été très faible et bien en dessous de ce qui aurait été correct pour compenser la charge de travail importante pour transhumer toutes les colonies sur des zones lointaines.
Après ces passages assez compliqués, nous avons pu réaliser une belle récolte de miel de forêt et châtaignier-ronce ce qui aura permis aux abeilles de pouvoir enfin travailler correctement et faire le plein de nourriture. Le miel de fleurs d'été s'est terminé il y a tout juste 3 semaines et la récolte a été tout aussi correcte ce qui nous permettra de vous ravir et d'avoir du miel de fleurs de carotte, entre autres, qui je sais est très demandé par nos parrains chaque année !

Maintenant il est temps de mettre les ruches en hivernage et contrôler l'état des réserves durant tout le mois de septembre en espérant qu'elles puissent travailler sur les fleurs des lières afin de compléter leurs réserves.

A cette occasion, j'aurai davantage le temps de réaliser des photos de toutes les ruches et vous partager leurs nouveaux habitats pour certaines qui ont eu droit à un changement de ruches neuves pour leur plus grand plaisir.

Merci encore à vous tous pour votre soutien.
A très vite, Cyrille.

 

Voir toutes ses actualités

Les ruches du Berry

Les ruches du Berry

Mon exploitation est basée dans le BERRY, dans le département du Cher (18140) entre Sancerre et le Val de Loire.
J'ai la chance de pouvoir profiter d'une flore très diversifiée et ainsi pouvoir récolter divers miels.

Je récolte notamment un miel crémeux de Printemps. Je récolte aussi du miel d'Aubépines, de l'Acacia, du miel d'Eté, ou encore du Forêt et du Tournesol. Plus original encore, je récolte du miel de Carotte :-)

L'apiculteur : Thierry COLIN

UTPLA apiculteur Thierry COLIN

Apiculteur amateur depuis 2010 suite à la rencontre avec un "ancien" apiculteur ayant 60 années d’expérience, je continue à développer mon cheptel en prenant soins des abeilles et de leurs (notre) environnement.

Ma passion pour l'apiculture est intacte et plus j'avance dans cette démarche plus je sais que c'est "la voie" pour quoi je suis fait. Avant toute chose, il faut aimer la nature et vivre aux rythmes des saisons en observant l'évolution des miellées et s'adapter rapidement aux changements de saisons ..... L'apiculture est un mouvement perpétuel et il n'y a pas de moments creux , c'est intense et relaxant à la fois...de vivre de cette façon.

J'avance dans ma démarche apicole de façon raisonnable et d'ici quelques années pourquoi pas arriver à 200 ruches en production, mais c'est un gros challenge et une remise en question de beaucoup de choses...

Depuis le début de mon installation mes enfants passent également du temps aux ruchers,viennent aux transhumances, et goûtent les miels...  A mes yeux c'est important de leur transmettre ce savoir pour qu'ils respectent la biodiversité .... et la nature de façon générale .

Bilan de la saison apicole

Bonjour à tous,

C'est la rentrée... et la fin de l'été donc la fin de la saison apicole en ce qui concerne les récoltes de miel. 

Cette saison fût correcte à tous les niveaux et je la termine serein et avec encore plus d'envie pour l'année à venir qui sera un tournant dans ma vie professionnelle.

Grâce à vous marraines et parrains et un toit pour les abeilles, je vais entreprendre ma reconversion définitive d'ici une année... cela fait un moment que j'en parle et maintenant c'est chose faite et la date est inscrite sur mon calendrier.

 

L'été fût à nouveau très chaud comme le précédent et certainement comme les suivants, il va falloir s'y habituer et la nature aussi.

Alors les récoltes de miels de fleurs d'été furent faibles, mais en Alsace nous avons la chance d'avoir une belle diversité et les abeilles se sont amusées sur les châtaigniers et dans les sapins pour finir la saison.

Depuis début août, je prépare l'hivernage de mes ruches en faisant l'état des stocks en miel à l'intérieur de celles-ci et le traitement contre le varroa.

Mes colonie sont belles et le moment le plus long va commencer pour moi car j' irai de moins en moins visiter mes abeilles pour leurs permettre de passer un bon hiver et les retrouver au printemps en forme pour de nouvelles aventures.

Cependant j'ai de quoi m'occuper en faisant les mises en pot du miel..

Bonne rentrée à toutes et tous... 

 

Thierry

Voir toutes ses actualités

Le Rucher d’Oberbronn

Le Rucher d’Oberbronn

Début d’année 2017, Thierry a ouvert son nouveau rucher à Oberbronn sur le piémont Vosgien.
Ce sont 25 ruches de type Zander mais cette fois avec des abeilles Buckfast venant d’une exploitation apicole dans la vallée de Urmatt (environ à 80 km) qui butineront dans ce havre de paix.
Ce sont donc des abeilles « habituées » à cet écosystème et donc aux conditions climatiques.
Le lieu sera aussi une station d’élevage de mes futures reines.

Ce projet est en construction depuis un an et pour des raisons de météo, il n’a pas pu voir le  jour en 2016.
C’est grâce à vos parrainages et celui d’une autre plateforme de financement participatif qu'il a pu le réaliser, alors un grand MERCI à toutes et tous pour votre aide.
Ce rucher se situe donc un espace éloigné des grandes cultures céréalières et se trouve dans un verger de 5000 m² avec une forêt de châtaigniers et des nombreuses prairies aux alentours (donc éloigné de nombreux produits phytosanitaires).
Le miel provenant de ce lieu, sera du miel toutes fleurs puis du miel de châtaigniers.

L'apiculteur : Renald POULAIN

UTPLA apiculteur Renald POULAIN

Renald, paysan bio depuis plus d’une dizaine d’années et ancien éleveur laitier a décidé de se diversifier dans l'apiculture biologique en 2012 (certification Ecocert).
Amoureux de la nature depuis son enfance, Renald a pour éthique le respect de l’environnement et une démarche respectueuse de l’homme et des générations futures.

Il élève lui-même ses reines et ses essaims, ayant suivi une formation spécifique d'élevage.
Ses ruches sont des dadants comportant chacune 10 cadres, elles sont fabriquées en pin douglas provenant de la forêt voisine, la peinture de protection des ruches dite Suédoise est faite par ses soins, avec de la farine, de l'huile de lin et de l'ocre.


Il cultive ses terres et plante sur plusieurs dizaines d’hectares les fleurs qui permettront à ses abeilles de s’épanouir.
Il fournit également en blé sur des variétés oubliées et pauvre en gluten les boulangeries alentours.
Les miels produits par Renald n’ont subi aucune transformation (non chauffés), ne contiennent aucun additif.
Ils gardent ainsi toutes leurs propriétés gustatives et bienfaits pour la santé.

Son objectif est d'atteindre 250 ruches pour vivre de l'apiculture.

Nouvelles de votre apiculteur

Bonjour à tous,

Un petit bonjour de Normandie où la saison se termine sous un grand soleil avec des températures exceptionnelles !

Malgré un démarrage tardif du aux saints de glaces, la saison s’est très bien passée. Ma récolte a dépassé celle de l’an dernier surtout en tilleul et en toutes fleurs d’été...

Il y a eu certains tracas ceci dit, une première panne au niveau de la presse à cire puis une autre panne sur le programmateur de l’extracteur... Les problèmes ne sont pas résolus, je pense que je vais devoir réinvestir cet hiver pour la Saison prochaine car mes machines sont anciennes et il n’existe plus de pièces de remplacement.

Je n’ai pas pu organiser de portes ouvertes cette année à cause du COVID, j’espère avoir le plaisir de le faire l’an prochain pour vous recevoir.

Merci beaucoup pour votre soutien.

Amicalement.

Renald 

Voir toutes ses actualités

Le rucher de Fleurines

Le rucher de Fleurines

Les ruches sont installées dans une zone boisée en plein coeur de la forêt d'Halatte qui avec la forêt de Chantilly et d'Ermenonville, compose le massif des trois forêts.
Bel emplacement sur lequel peuvent être accueillies quelques 70 ruches.
Renald effectue les déplacements depuis la Normandie pour prendre soin de ses "protégées"  aussi fréquemment que possible.
Les miels récoltés sont labellisés bio.
Vous pourrez déguster selon les floraisons un ou plusieurs miels qui sont l'Acacia, le Tilleul, l'Aubépine, ou du Forêt (nectars d'Acacia, Tilleul, Ronces...).

L'apiculteur : Jimmy GAMBIER

UTPLA apiculteur Jimmy GAMBIER

Passionné par la nature, je me suis investi avec mon épouse dans la plantation d’un verger.
Conscient du manque de pollinisateurs dans la nature, j’ai fait une formation de 2 ans à l’USAP (Union Syndicale des Apiculteurs Picard) pour apprendre à soigner au mieux ces merveilleuses créatures.
Lors de cette formation j’ai été littéralement « piqué » par les abeilles.
Après une longue période de réflexion, j’ai décidé dans faire mon métier.
Car vivre de son métier c’est bien, mais vivre de sa passion c’est encore mieux !
J’ai donc entrepris une formation diplômante (Brevet Professionnel de Responsable d’exploitation Agricole option apiculture) que j’ai obtenu.
Cette formation m’a permis d’approfondir mes connaissances dans le domaine de l’apiculture. J'ai constitué alors mon cheptel. Je compte aujourd'hui une quarantaine de ruches, situées sur 4 ruchers différents.
En 2019, j'ai décidé de créer mon premier rucher de protection de l'Abeille Noire.

Quelques mots de votre apiculteur

Bonjour chers Parrains et Marraines,

La saison apicole est terminée, les Abeilles sont en hivernation en espérant que la sortie de l’hiver se déroulera bien. 

La saison était bien partie au Printemps, les abeilles se développaient bien, la récolte de miel de Printemps a été bonne, mais malheureusement la météo a fait des caprices jusqu’à fin juin dans ma région affaiblissant les essaims. 

L’été a été éprouvant pour les essaims à cause de la sécheresse et la forte pression des frelons asiatiques et puis des guêpes, du coup, la récolte du miel d’été a été médiocre. 

Encore un grand MERCI pour votre soutien et votre fidélité pour la sauvegarde de l’abeille et le maintien d’une apiculture artisanale ! 

A bientôt !  Votre apiculteur M Gambier Jimmy 

Voir toutes ses actualités

Les abeilles noires de Picardie

Les abeilles noires de Picardie

Je travaille avec l’Abeille Noire qui est en fort déclin dans nos régions.
Il en reste en France à peine 10%.
Les ruches se trouvent dans un paysage bocager (pâturages, bois avec aubépines, châtaigniers, merisiers…).
Le miel produit est un Miel de Fleurs de Printemps et d’Eté.
Aujourd’hui j’ai le pied à l’étrier, et ouvre mon rucher en Abeille Noire pour repeupler ma région avec l’abeille locale endémique.
En parrainant des abeilles sur mon rucher avec Un toit pour les abeilles, vous faites deux grands actes solidaires :  
Vous m’aidez à m’installer et en plus de cela vous sauvegardez l’Abeille Noire. Merci pour vos soutiens

L'apiculteur : Stéphane JOURDAIN

UTPLA apiculteur Stéphane JOURDAIN

Stéphane a débuté il y a 4 ans, suite à un arbre mort, un noyer creux, qui s'est écrasé, dans la cour de son atelier, et qui logeait un bel essaim que personne n'avait vu à 7 mètres du sol.
Les abeilles l'ont toujours attiré depuis enfant, et cette occasion l'a poussé à franchir le pas.

Il dispose maintenant, après 4 ans de travail, d'une vingtaine de ruchers, soit des ruchers d’élevage d'abeilles, soit des ruchers de production, ces derniers migrant en fonction des floraisons.
Il récolte 7 miels différents en fonction des saisons et des emplacements des ruches dans un rayon de 40 km autour de son atelier, exclusivement sur le vexin.

Stéphane est inscrit à titre professionnel depuis quelques mois, comme agriculteur, branche apiculture.
Il a tout appris par lui-même, en lisant beaucoup et en faisant beaucoup de bêtises; il a la chance d'apprendre vite et d'être autodidacte.

Lien vers ma boutique

Chères marraines, chers parrains,

Pour faire suite à mon dernier message, voici donc le lien vers ma boutique pour celles et ceux qui veulent et peuvent m'aider :

https://auxruchersduvexin.webnode.fr/ 

A très bientot,

Et encore merci pour tout,
Stéphane

Voir toutes ses actualités

Aux ruchers du Vexin

Aux ruchers du Vexin

L'atelier de l'exploitation naissante est situé à Enfer (95420) ca ne s'invente pas; quoi de mieux pour faire du miel d'Enfer?
Printemps crémeux, tilleul crémeux, acacia, toute fleurs d'été et forêt forte tendance châtaignier... un autre miel de forêt sans châtaigner très doux et parfumé mais aussi un spécial de fleurs de falaises calcicoles riches en huiles essentielles, ramassé en septembre (coteaux de seine).

En 2016, Stéphane a 220 colonies. 80 étant une base pour l'élevage, le reste des colonies de production.
Comme tous les ans, un certain nombre sont défectueuses et nécessitent d'être remplacées.

A terme d'ici 3 ans, Stéphane désire atteindre un nombre de ruches de production de miel de 350 ruches et de 100 ruches souches de production d'essaims.
Il pense aussi faire des transformations à partir de ses miels comme du pain d'épices au feu de bois, nougats et autres bonbons, et spiritueux. Il a par ailleurs suivi des formations en pâtisserie et en confiseries, sur bases miel en 2015.

L'apiculteur : Wilfrid BOUCHER

UTPLA apiculteur Wilfrid BOUCHER

Je m'appelle Wilfrid, je suis origniaire de la Réunion et apiculteur en Haute Normandie dans l'Eure.
J'ai trouvé le goût à l’apiculture depuis mon enfance grâce à mon grand père qui possédait plusieurs ruches.
En 2009, j'ai commencé par prendre des cours d'apiculture dans un rucher école du syndicat apicole de Haute Normandie.
Puis en 2010, je me suis remis à l'apiculture, avec une ruche fabriquée par mes soins et un essaim récupéré dans un arbre.
Peu de temps après, j'ai développé mon rucher en récupérant les essaims de mes premières ruches, tout en apprenant à les gérer.
Depuis, pris de passion, je gère moi-même mes propres ruches qui sont placées au Marais Vernier.

J'ai rejoint Un Toit Pour Les Abeilles en mai 2014, puisque je veux vraiment lutter contre la disparition des abeilles dans le monde, disparition qui ne cesse de croitre.
En 2015, j'ai obtenu mon BP Responsable Exploitation Agricole en Apiculture.
Depuis peu, je suis devenu apiculteur professionnel et je m'occupe de quelques 200 colonies.

Quelques nouvelles des ruches

Bonjour chers parrains,

Je profite de ces quelques mots pour vous remercier de votre soutien et de vous donner quelques nouvelles.

Le printemps a été très en avance et prospère. La météo était quasi estivale. Les colonies se sont développées rapidement. Les fleurs étaient aux rendez-vous. La récolte a donc été très bonne.

Nous avons profité pour faire aussi de nouveaux essaims afin de pallier aux pertes futures et éventuelles.

Quant à l’été, il a été très sec. Les plantes et les abeilles ont beaucoup souffert de la canicule, et la récolte de miel d’été aussi.

Actuellement je m’occupe du traitement varroa.

De notre côté, nous n’avons vu que très peu de frelons asiatiques au printemps. C’est très bon signe ! Je pense que tout le monde se mobilise bien pour les piéger et faire détruire leurs nids. Merci.

L’hiver approche, prenez soin de vous et de vos proches.

A très bientôt.

Wilfrid BOUCHER

Apiwilly

Voir toutes ses actualités

Le rucher de Marais-Vernier

Le rucher de Marais-Vernier

Le Marais Vernier est vaste zone humide de 4500 hectares avec ses roselières, ses prairies humides et sa tourbière de 2000 hectares (la plus grande tourbière de France).
Classé Natura 2000, la richesse du Marais Vernier tient à la fois de sa grande diversité de milieux et de la qualité de ceux-ci.

Les ruches installées dans cet environnement pourront butiner arbres fruitiers, nectars de la forêt et des prairies.
Le miel récolté sera un miel de toutes fleurs avec des notes de Châtaignier.
Wilfrid travaille avec des ruches dites DADAN et des abeilles noires (abeilles de pays).

L'apiculteur : Sébastien GIRAUDET

UTPLA apiculteur Sébastien GIRAUDET

Sébastien est apiculteur en Charente Maritime et 4ème de sa génération sur la commune de Charron.

Après avoir constaté des pertes annuelles de ruches de l'ordre de 50% par an à cause de l'utilisation massive de pesticides, Sébastien décide de se tourner vers des pratiques biologiques.

En respectant le cahier des charges d'une apiculture bio, ce dernier obtient le label agriculture biologique sur ces ruches cependant, la proximité de cultures conventionnelles ne lui permet pas la certification AB de son miel.

Sébastien exerce aussi une activité de maraichage bio avec une production de légumes de saisons et de fruits (poires, framboises...)

Bilan de la saison aux ruchers

Bonjour à tous,

La saison se termine pour les abeilles sur une note plutôt positive.

Le printemps précoce, beau et long suivi d'un bel été niveau météo ont été profitables aux récoltes dans l'ensemble.

De plus en plus d'exploitations agricoles passent en bio dans notre secteur et donc, même si elles sont encore loin d'être majoritaires, cela nous rend un peu plus confiants et l'on commence à sentir un impact positif sur les ruches.

Place à la mise en pots maintenant !

Bien amicalement à tous.

Sebastien

Voir toutes ses actualités

Le rucher de Charron

Le rucher de Charron
La ruche se trouvera à proximité de la commune de Charron en Charente Maritime en plein cœur du Parc inter-régional du Marais Poitevin en Val de Sèvre et en Vendée.

Les abeilles de Sébastien sont des Apis Melifera Melifera ou abeilles noires.

Ce lieu bénéficie d'un des meilleurs ensoleillements de la façade atlantique.
Ses ruches sont disposées sur plus de 4 ha de terrain.

Le miel, issu de bocages, bois et haies est un miel toutes fleurs. Il est composé de fleurs des marais, tournesol, colza, prunelier avec des notes de châtaigner et acacia. Il s'agit d'un miel de consistance cristalline (solide) à crémeuse avec un grain très fin. Son gout parfumé et acidulé plaira à tous; il est parfait pour être dégusté sur des tartines ou pour accompagner vos recettes.

L'apiculteur : Matthias LAGARROSSE

UTPLA apiculteur Matthias LAGARROSSE

Je pratique l'apiculture depuis mon enfance.
Mon père, était lui-même apiculteur amateur.
J'ai eu aussi la chance d'assister un apiculteur sur l'île de La Réunion où j'ai vécu un moment.
Il possédait une centaine de ruches. C'est de lui qu’est née ma vocation d'en faire ma profession. 
En 2007, j'ai sauté le pas et j’ai passé une formation (Brevet Professionnel) à Auterrive près de Toulouse.
J'ai appris la profession auprès d'un maître de stage dans le Gers, lui-même passionné par les abeilles. 
Ensuite, j'ai travaillé chez différents professionnels, et ma route m'a mené en Charente sur la terre de mes ancêtres, où j'ai décidé de m'installer.

En 2012, j'ai donc pris le statut d'exploitant agricole et je me suis lancé pleinement dans l'aventure.
L'hiver suivant fût catastrophique, car 80% de mon cheptel a disparu dans des conditions plus que suspectes... De 200 ruches, je passais à 40 le printemps suivant.
Depuis, je m'acharne à tenter de reconstituer mes ruches perdues.
Certaines années plus favorables succèdent à d'autres moins belles, voire catastrophiques, ce qui rend le métier un peu difficile, bien que nécessaire et passionnant !

L'apiculture est pour moi bien plus qu'un travail, c'est une passion et un mode de vie.
L'Abeille est un symbole de notre ère, la protéger c'est protéger l'humanité et la nature dans leur ensemble.
Echouer à la préserver serait à mon sens le signe de notre incapacité à vivre harmonieusement sur cette planète.

Une saison difficile

Pour les abeilles aussi, 2020 fut une année compliquée.
Après un printemps plutôt favorable où nectar et pollen sont rentrés en quantité,
l’été est arrivé avec son cortège de soucis désormais classique :
pas une goutte de pluie de début juillet jusqu’à mi-septembre, provoquant une pénurie de nourriture dans nos ruches alors pourvues de colonies fortes.
Un scénario qui se répète depuis plusieurs années.
Si les colonies d’abeilles s’étaient jusque-là bien développées, celles du redoutable frelon asiatique aussi...
En plus de cette pénurie de ressources, les ruches ont subi cette année des attaques sans précédent.
Certains ruchers sont dévastés à plus de 30%, les ruches ayant survécu ont subi un stress qui a encore aggravé leur état.
Les abeilles ont délaissé toutes leurs tâches élémentaires pour assurer bravement la défense de la ruche.
Le constat est assez effrayant à la visite de mise en hivernage :
environ 25% du cheptel est déjà décimé, et l’hiver n’est pas encore passé...
Je ne vous cache pas ma peur pour le futur, proche ou moins proche...
Combien de temps encore allons-nous réussir à tenir ?
Malgré tout ça, ma détermination reste intacte.
Je persévère quoi qu’il en coûte, en réfléchissant à des pistes pour s’adapter à la situation. Aucunement l’intention de baisser les bras !
Bien à vous !
Matthias

Voir toutes ses actualités

Le Rucher des Versannes

Le Rucher des Versannes

Le rucher se trouve sur Nanteuil en Vallée, petit village médiéval pittoresque du département de la Charente dans la région Poitou Charentes.
Nanteuil en Vallée est situé dans la vallée de l'Argentor (nom de la rivière qui traverse le village), là où la vallée est la plus profonde.
Les ruches sont installées au beau milieu d'un bois composé de châtaigniers et d'acacias en grande partie.
On y trouve également des saules, merisiers et érables champêtres…
C'est un très bel environnement pour les abeilles.
Ma région à la flore diversifiée me permet de produire 5 variétés de miel les bonnes années.
Un miel de Printemps (Pissenlit Aubépine), mais aussi du miel d’Acacia, de Châtaignier, de Sarrasin et du Toutes Fleurs d'été.
Je transhume mes ruches de manière raisonnée dans un rayon de 40 km autour de la miellerie.

L'apiculteur : Denis SIGUIER

UTPLA apiculteur Denis SIGUIER

Je suis originaire de Corse et pratique l’apiculture depuis 1998.
J’ai d’abord été initié et formé à l’apiculture par un ami apiculteur professionnel.
Travaillant dans la conservation des variétés fruitières et légumières locales et la sauvegarde des savoir-faire traditionnels,
j’en ai profité pour développer mes connaissances en apiculture auprès des anciens.
Puis j’ai franchi le pas et décidé de devenir apiculteur professionnel, mais après plusieurs années de travaux,
mon cheptel a été totalement détruit par un immense incendie qui a ravagé le Cap Corse…

Titulaire d’une solide formation agricole Bac agricole (Agronomie, aménagement-environnement),
du brevet professionnel de responsable d’exploitation agricole (en apiculture),
d’un BTS agricole Gestion et Protection de la Nature (spécialité Gestion d’Espaces Naturels),
et d’une formation d’Ingénieur Ecologue, j’ai recommencé à zéro et choisi de créer mon exploitation en Charente (en Agriculture Biologique).
Ma connaissance de la nature me permet de sélectionner les meilleurs environnements non seulement pour produire des miels AB de qualité,
mais aussi pour contribuer activement à la conservation de la nature et de la biodiversité.

Je suis actuellement en cours de constitution de mon cheptel et d’installation agricole (prévue mi 2019).
Les abeilles, la nature et moi, avons aujourd’hui besoin de votre soutien !

Activité réalisée dans le cadre d’un Contrat d’Appui au Projet d’Entreprise au sein de Champs du Partage,
association loi 1901, SIRET : 812 624 161 00012
siège social : Maison de l'Economie Sociale et Solidaire,
07 rue Sainte-Claire Déville, 79000 NIORT - Terme du Contrat CAPE 2 Juillet 2019.

Bilan de la saison apicole

Chère Marraine, cher parrain,

Comme les abeilles le manifestent depuis la mi-août (ruptures de ponte très marquées, important stockage de miel pour l’hiver), l’automne arrive précocement et, à les croire, l’hiver sera marqué.

Il est donc temps de faire le bilan de cette étrange saison 2020…

Dans mon courrier du printemps, je vous disais l’espoir que les abeilles véhiculaient en début de saison, pendant le confinement. Cette lueur d’espoir a grandi pendant la saison et je reviens vers vous plein de bonnes nouvelles concernant le microcosme de la « Ferme Apicole de la Vallée de l’Or ».

J’ai profité de la période de confinement pour faire de l’élevage et acheter du cheptel, pour atteindre le cheptel visé (200 ruches AB). La saison a été beaucoup plus favorable que l’an dernier pour l’élevage, avec un taux de réussite satisfaisant. De la même manière, et malgré cet étrange vent de Nord-Est séchant, calamiteux pour les céréaliers, les récoltes ont globalement été bonnes (notamment sur Châtaignier)  et les abeilles sont en bonne santé et en forme ! J’ai réussi à produire et récolter une belle diversité de miels que j’ai hâte de vous faire goûter !

Les frelons ont, encore cette année, fait des dégâts et multiplient les attaques dans tous les ruchers (affaiblissant les colonies avant l’hivernage…). Le piégeage sélectif précoce réalisé (piégeage sélectif de reines en Février dès que la température dépasse les 13°C) n’a pas suffi à piéger tout le monde. Je pense avoir certainement limité le nombre de nids, mais que l’arrêt de la destruction de nids par les communes a favorisé un développement plus important tant des frelons asiatiques que des européens. Encore cette année, j’ai observé des frelons hybrides d’asiatiques et d’européens, et si j’avais encore un doute l’an passé, il est maintenant levé… Le comportement de ces deux frelons est assez éloigné (les frelons asiatiques volent par 3 et se surveillent mutuellement, avec un vol plus souple et précis que celui des frelons européens) et je serais curieux d’observer le comportement de ces hybrides, mais il est difficile de les reconnaître de loin.

La nature et les forêts sont bien secs… bien que mon secteur soit relativement irrigué (et les prairies encore vertes). Le changement climatique et les conséquences de nos activités s’amplifient mais cette saison a épargné les apiculteurs.

Un seul regret pour cette année ; ne pas avoir pu organiser de visites de ruchers (trop compliqué dans le contexte sanitaire actuel, trop de risques liés au prêt de vareuses).

Du point de vue de mon installation agricole, que je vous remercie de soutenir (on ne peut pas dire que ce soit simplifié dans le contexte actuel !), mon programme était de créer mon entreprise (je suis en test d’activité agricole, en contrat CAPE, avec  la SCIC Champs du Partage depuis 2 ans) au mois d’Avril, mais l’attente sans fin d’une réponse à ma demande de Permis de Construire et la crise de Covid ont décalé cette échéance. Et c’est avec un grand plaisir que j’ai obtenu un avis positif à ma demande de Permis de Construire fin Juillet (après seulement 11 mois d’instruction et 8 mois d’étude) !

Inutile de préciser comment la charge administrative a simplifié et simplifie mes mois d’Août et Septembre (reprise des discussions avec la banque, reprise des dossiers et prévisionnels, reprise des chiffrages des travaux et discussions avec les entreprises, montage en urgence des demandes de subventions – avec des échéances de dépôt finement décalées d’Avril à début Septembre, étant bien connu de tous que le mois d’Août et le post-confinement sont les meilleurs moments pour obtenir des devis en urgence et communiquer avec les administrations…).

Comme me le faisait très justement remarquer le président de Champs du Partage « tu as fini une période de galère à travailler sur le projet et le rendre réalisable, c’est bien de te réjouir, mais tu entres dans une période de galère encore plus énorme avec les travaux et le lancement de ton entreprise ! ». Tout d’un coup, je m’interroge, sagesse et clairvoyance sont-elles des qualités souhaitables à acquérir ?.. Bref… j’aurais certainement du temps pour philosopher plus tard, un jour…

Je maintenais le suspens depuis quelques temps, mais je peux maintenant officiellement vous annoncer que – sous réserve de la bonne mise en place de tous les financements, et que mon cerveau arrive à gérer jusqu’au bout cet enchevêtrement de complexités administrativo-technico-financières - je vais donc acheter une ferme à rénover dans un environnement naturel fabuleux (et producteurs des meilleurs nectars pour mes abeilles !). Issu de la protection de la nature, j’ai commencé à travailler avec le Conservatoire Régional des Espaces Naturels et le secteur est en cours de classement. La ferme va permettre de développer un projet global que j’ai hâte de vous détailler !

Dans un premier temps, si la saison prochaine le permet, j’organiserais les visites de ruches pour mes parrains dans le rucher de la vallée, au pied de ma ferme, afin de vous faire découvrir cet écrin,

Vous remerciant pour votre soutien et les échanges positifs que nous avons suite aux envois de nouvelles (avec tous les regrets de ne pas toujours avoir le temps rapidement de répondre à toutes les demandes),

Sincères salutations apicoles,

Denis

 

Voir toutes ses actualités

Le rucher La Ruche.bio

Le rucher La Ruche.bio

Le rucher parrainé par un « Toit pour les abeilles » est situé au cœur d’une vaste forêt (3 km de rayon) afin de garantir la production de Miels Bio.
Cette forêt de Charente Limousine est classée en ZNIEFF de type 1 (Zone Naturelle d’Intérêt Ecologique, Faunistique et Floristique)
au sein d’un vaste ensemble naturel avec rivières, prairies et boisements (classé en ZNIEFF de type 2).

Ce rucher environné de feuillus et de résineux est un véritable sanctuaire pour les abeilles
qui y trouvent toute l’année des ressources de qualité !
Ce rucher permet de produire des Miels certifiés AB (Agriculture Biologique – France, certification par Ecocert)
de Châtaigner, Acacia, Forêt, voire de Ronce et Callune (« Bruyère »).
Des miels authentiques issus de la flore naturelle !

L'apiculteur : Grégoire HEINRICH

UTPLA apiculteur Grégoire HEINRICH

Grégoire est un jeune apiculteur qui habite à Toulouse.

Il a augmenté son nombre de ruches après en avoir acheté 35 l'hiver dernier.  
Une partie de la saison a consisté à créer d'autres colonies pour habiter ces nouvelles maisons.
Il a donc divisé toutes les colonies qui lui restaient au printemps.
Il a fini l'année 2017 avec 70 colonies, en progression par rapport aux années précédentes.

Son prochain objectif est d'arriver à 100 ruches, que toutes ces caisses soient remplies de manière constante, peut-être en 2018, avec la volonté de s'occuper après, au mieux de ces colonies. 

Il a aujourd'hui plus de colonies en hivernage et relativement belles.
Ce qui laisse présager du meilleur pour la saison prochaine.

Des nouvelles après l'incident survenu au rucher

Bonjour à tous,

Merci pour vos messages de soutien.
Je voulais faire un autre message.  
Il y a eu cet événement naturel. Surprenant. J’avais fait au mieux et je dois dire plutôt bien au printemps dans ce contexte pas facile (pour tout le monde).
Pour les apiculteurs le printemps est vraiment le moment à ne pas louper.
La phase intense et la plus complexe étaient en train de se terminer et tout d’un coup…
Un agriculteur m’appelle pour me dire que mes ruches sont sous l’eau.
Sur le moment, j’ai fait comme j’ai pu. J’en ai sauvé certaines mais qui vont prendre du retard de développement.
Et d’autres ont été noyées, j’ai même retrouvé des ruches à plus de 50 m plus bas dans le ruisseau.
Alors, j’ai commencé à récupérer les ruches emportées, les toits, les couvre-cadres, les cadres, …. J’ai commencé à nettoyer le rucher et à tout réorganiser.
Je vais remettre des essaims dans les ruches vides.
Sur les autres ruchers, le bilan du printemps est plutôt très bon.
Et le bilan général de cette période est plutôt bon malgré cet événement.
Alors en tant qu’apiculteur et amoureux de la nature, ça a été une vraie peine de voir toutes ces abeilles mortes.
Mais au bout du compte, je crois que la vie gagne toujours. Et je vais l’y aider à ma mesure.
En repeuplant de milliers de petits insectes, grandes expertes du miel, toutes les ruches qui avaient été vidées... qui seront bientôt débordantes de vie.
Bon courage à tous !

Voir toutes ses actualités

Le rucher de Lavaur

Le rucher de Lavaur

Le 1er rucher est situé à côté de Lavaur dans le Tarn, à 35 min de Toulouse.

Les récoltes espérées sont du miel de printemps, du miel toutes fleurs et du miel de tournesol.

L'apiculteur : Philippe KINDTS

UTPLA apiculteur Philippe KINDTS

Philippe est arrivé de Belgique en 1983, et à l'achat de sa maison, a rencontré des abeilles installées entre volet et fenêtre. Départ de sa passion.
Il a travaillé avec un apiculteur quelques semaines et acquis doucement quelques ruches.
Menuisier de formation, il a construit ses ruches parallèlement à son activité de menuisier.
Pluriactif jusqu'en 2000, il s'installe en professionnel avec 200 colonies en label bio.
Actuellement il gère seul 200 colonies conduites en ruches Langstroth aidé de stagiaires en formation.
Impliqué dans le groupement bio du Gers (GAB) cette fonction, en tant qu'administrateur, me permet d'aller dans les collèges du département afin de sensibiliser les scolaires.
Il anime également des cours pratiques d'apiculture dans un cadre associatif une fois par mois.
Philippe  ne peut garantir que le miel livré porte la mention AB ceci car l'environnement de ses ruches ne permet pas tout le temps la certification de ses récoltes.

Quelques mots de votre apiculteur

Bonjour à tous,

Dans mon Sud-Ouest, les récoltes ne sont pas finies. Bruyère en montagne, sarrasin en plaine et s'il pleut je peux espérer la bruyère des Landes.

L'hiver ayant été doux nous avons eu un développement précoces des colonies avec de bonnes récoltes de colza.

Le mois de mai fût froid et pluvieux empéchant les abeilles de récolter l'acacia. Sur juin, elles se sont re-développées avec pour conséquence peu de miel de châtaignier. La bruyère Erica, profitant des pluies, a fleuri abondament jusqu'aux fortes chaleurs de fin juillet avec une récolte record.

Le tournesol a profité de ces chaleurs et là aussi les récoltes étaient bonnes. Pour de bonnes récoltes trois conditions : des abeilles en bonne santé, beaucoup de fleurs et surtout un climat favorable.

Moins de frelons autour des ruchers grâce au piégeage de printemps.

A bientôt pour le plaisir de déguster le millésime 2020. Encore merci pour vos soutiens.

PHILAPI

Voir toutes ses actualités

Le rucher de Pouydraguin

Le rucher de Pouydraguin

Le rucher est transhumant de manière raisonnée sur une zone des Pyrénées.

Philippe vous proposera selon les récoltes des miels de Sarrasin, Bruyère Callune ou/et Erica, Lottier, Printemps labellisés bio ou non selon les récoltes.

Le rucher en vidéo

L'apiculteur : Claude POIROT

UTPLA apiculteur Claude POIROT

Claude est apiculteur en Vendée et Charente-Maritime depuis plus de 40 ans et s'occupe aujourd'hui d'environ 600 ruches.

Il a en outre développé une activité d'élevage de reines et de création d'essaims (nouvelles colonies).

Figure de l'apiculture et très impliqué dans la protection des abeilles, il est notamment président de l'Abeille Vendéenne et engagé dans la lutte contre l'utilisation abusive de pesticides.
Claude est aussi engagé dans une démarche pédagogique avec la Folie de Finfarine, ferme apicole.
Il est notre apiculteur référent sur le projet "Un toit pour les abeilles".

Quelques nouvelles en cette fin d'année

Bonjour les Marraines et les Parrains,
Le miel est mis en pots, les cartons et les étiquettes viennent d’arriver.
Donc nous finalisons les colis et vous allez pouvoir vous lécher les babines tout prochainement !
Petite rétrospective sur cette saison bien particulière :
Nous avons eu la chance de ne pas être confinés, personne sur les routes, les chants des oiseaux, en très peu de temps la nature a repris ses droits.
Avec une météo très clémente au printemps, les colonies d’abeilles se sont développées rapidement et la miellée fut de bonne qualité.
Quant au reste de la saison, mauvais temps, pluie, canicule ont mis à mal les récoltes.
Globalement, au niveau national, on peut couper la France en deux, la partie sud, médiocre, et la partie nord, plutôt bonne.
Le changement va être compliqué, pour nous les Hommes, pourtant l’urgence tape à nos portes,
les habitudes sont difficiles à modifier, l’usage des pesticides, les espèces invasives
(frelons, ragondins, Jussie, écrevisses américaines, etc....), les dérèglements climatiques...
En 50 ans, nous avons détruit 50% de la biomasse des insectes et 40% des animaux sauvages.
Malgré tout, l’Homme a toujours su relever les grands défis, nous vous souhaitons à tous de bonnes fêtes de fin d’année.
Un grand merci à vous.
Claude

Voir toutes ses actualités

Le rucher de Triaize

Le rucher de Triaize

Les ruches sont installées en plein coeur du parc inter-régional du Marais Poitevin sur un site Natura 2000 présentant une grand richesse écologique.
Le territoire est constitué de marais et bocages avec une alternances de paysages boisés et de prairies.

Le miel Vendéen est un miel toutes fleurs issu des plaines et prairies . On y retrouve différentes variétés de fleurs des zones de bocage : l'acacia, l'aubépine, le trèfle blanc, la ronce ou encore la luzerne ou le pissenlit. C'est un miel cristallin (solide) de consistance assez crémeuse, qui peut varier de la couleur dorée au jaune clair en fonction des floraisons. Parfumé et fleuri, il en fait un miel idéal pour les tartines ou sucrer des boissons chaudes.

JT week-end France 2 avec Claude

Reportage diffusé le samedi 5 Novembre 2016. Cliquez en dessous pour visualiser l'extrait.

L'apiculteur : Philippe HUGUEL

UTPLA apiculteur Philippe HUGUEL

L’apiculture est pratiquée dans la famille de Philippe et Nicolas depuis deux générations : Ils ont repris l’exploitation apicole de leur père il y a maintenant plus de 10 ans.
Les deux frères gèrent aujourd’hui plus de 500 ruches et ont mis en place une activité d’élevage de reines et de création de nouvelles colonies d’abeilles (essaims).
On peut les retrouver chaque jour sur les marchés de Cavaillon, Bagnols sur Cèze, Arles, Orange, Carpentras et Avignon, où ils vendent leur miel,mais aussi de la brèche (miel en rayon), ou encore du pollen.

Philippe est aussi Président du syndicat des apiculteurs de Vaucluse, qui fédère plus de 150 apiculteurs.

Bilan de la saison au rucher

Bonjour à tous,

Le debut de saison en PACA a été compliqué par des changements climatiques qui ont perturbé le développement des colonies.

Il a fallu attendre le debut du mois de Juin pour que les abeilles commencent à rentrer du miel contrairement à d'autres régions.

Donc, pas de miellées sur le Romarin, l'acacia et la Garrigues. Mais ça a bien fonctionné sur le chataigner, la montagne, la lavande et le miel de fleurs en plaine autour de l'exploitation.

Donc globalement cela reste une saison meilleure que l'an dernier sur la production et aussi sur l'élevage (reines et essaims).

Je viens de terminer la mise en hivernage des colonies et dans l'ensemble elles devraient passer un bon hiver, malgré une pression varroa assez forte.

Maintenant ça se calme un peu sur le travail aux ruchers, mais il est temps de faire place au nettoyage des ruches mortes rentrées à l'exploitation, des cadres et la préparation du matériel pour le printemps.

Pour les vacances, j'attendrai le mois de Janvier ou Février.


Un grand merci et bonne fin d'année à tous et rdv au début du printemps pour un point sur la sortie de l'hivernage et le démarrage des colonies.


Amitiés.

Philippe

 

Voir toutes ses actualités

Le rucher D'Entraigues

Le rucher D
Les ruches de Philippe et Nicolas sont installés à proximité d’Avignon sur la commune d’Entraigues près de Gigogan, sur une zone de Garrigues et de forêts.

Philippe travaille avec des abeilles de races Caucasienne, un peu de Buckfast et depuis 2011, sélectionne un peu de Carnica.

De façon à suivre les floraisons, les deux frères pratiquent chaque année la transhumance de leurs ruches vers le plateau d’Albion, les Alpilles ou l’Isère.

Le miel récolté pour un toit pour les abeilles est un miel toutes fleurs de consistance cristalline (solide) à crémeuse composé notamment de miellat (à partir de la sève des plantes) qui est une grande source d'apport en acides aminés et lui confère un gout assez relevé, très parfumé et une couleur plutôt sombre.
On y retrouve aussi des notes de fleurs d'amandiers butinées au printemps et un mélange floral de prairies (pissenlits, trèfles, pruniers sauvages...)

L'apiculteur : Yvon TORCAT

UTPLA apiculteur Yvon TORCAT

Je m'appelle Yvon TORCAT.
Je suis apiculteur depuis une trentaine d'années.
J'ai appris l'apiculture très jeune en aidant un apiculteur retraité dans mon village de VAL DE CHALVAGNE dans les Alpes de Haute Provence.
Il m'a transmis sa passion des abeilles et le respect de la nature.
Je suis fasciné depuis trente ans par l'intelligence des abeilles et leur pouvoir de transformer le nectar des fleurs en miel.
Je vis au rythme des abeilles et de la floraison des fleurs mellifères.
Je travaille sur des ruches langroth avec l'abeille locale: l'abeille noire.
Je possède quatre vingt ruches: j'aimerai bien augmenter mon cheptel mais chaque année j'ai de nombreuses pertes dues à l'hiver et aux frelons asiatiques.
Aujourd'hui, je transmets mes connaissances en apiculture à un jeune homme motivé.
Je propose uniquement un miel de lavande.

Le miel arrive bientôt et les abeilles sont en pause

Chères marraines et chers parrains,
J’espère que vous allez bien malgré cette grave épidémie.
Apres la récolte du miel de lavande les colonies n’étaient pas très populeuses, car il n’y a pas de pollen dans les champs de lavande.
La reine a cessé de pondre cet été !
C’est très embêtant car une ruche faible meurt au cours de l’hiver.
Jai du les transhumer deux fois à l’automne pour qu’elles retrouvent des fleurs et du pollen.
La population des colonies a augmenté ainsi que les provisions de nectar et de pollen.
Tous les colis de miel de lavande sont prêts à partir.
Le miel a une couleur magnifique presque aussi clair que de l’acacia.
Vous allez les recevoir et pouvoir les déguster dans les prochains jours.
Bonne dégustation.
Merci pour votre soutien
Amicalement.
Yvon

Voir toutes ses actualités

Le rucher de Val de Chalvagne

Le rucher de Val de Chalvagne

Les ruches passent la majeure partie de l'année dans la vallée, à 800 m d'altitude, dans l'arrière pays niçois.

Il s'agit d'un territoire ayant su préserver son environnement de tous pesticides et insecticides.
Les abeilles trouvent à proximité une nourriture saine et variée : thym, tilleul, sarriette,lavande sauvage, fleurs des champs et des sous bois…
Les ruches sont transhumées la nuit sur le plateau de Valensole dans les grands champs de lavande vers le 10 juin pour une seule récolte de miel de lavande.
Les lavandes poussent sur des sols calcaires secs.

La plupart des lavandes , très odorantes sont largement utilisées en parfumerie et en cosmétologie.
De nombreux apiculteurs n'hésitent pas à faire plusieurs centaines de kilométres pour récolter ce " miel des miels".
La floraison a lieu de mi  juin à fin juillet. La récolte du miel a lieu dès que les lavandes sont coupées à la fin du mois de juillet.

Le miel de lavande représente le fleuron des miels produits en France.
Il est très parfumé et offre des atouts à la dégustation qui en font sa réputation.
Il sait se faire apprécier de tous grâce a son parfum typé, blond.
Son odeur est délicat et fort agréable. Ses aromes boisés, végétaux et floraux restent longtemps en bouche et enchantent tous les palais délicats.
Nombreux sont les amateurs qui n'hésitent pas à clamer haut et fort que c'est de très loin le meilleur miel au monde.
Le miel de lavande a des vertus antiseptiques. Il est bénéfique en période de toux, c'est un anti-inflammatoire pour les voies respiratoires et un anti rhumatisme naturel.

Que se passe-t-il ce mois-ci sur votre rucher ?

Introduction



Le mois de novembre marque l’entrée en hivernage de la colonie.
Si les températures clémentes des dernières semaines pouvaient laisser planer un semblant d’été indien, l’automne est désormais bel et bien là.
La planche d’envol est déserte et la colonie est organisée pour les mois à venir.
Que se passe-t-il dans la ruche en novembre ?



Les temp&eac...




Imprimer la page

Retour