ELEPHANT DE VAUGINES


La ruche en images

  • La ruche ELEPHANT DE VAUGINES
  • La ruche ELEPHANT DE VAUGINES
  • La ruche ELEPHANT DE VAUGINES
  • La ruche ELEPHANT DE VAUGINES
  • La ruche ELEPHANT DE VAUGINES
  • La ruche ELEPHANT DE VAUGINES
  • La ruche ELEPHANT DE VAUGINES
  • La ruche ELEPHANT DE VAUGINES
  • La ruche ELEPHANT DE VAUGINES
  • La ruche ELEPHANT DE VAUGINES

L'apiculteur : Patrick FAVER

UTPLA apiculteur Patrick FAVER

Patrick s’est engagé dans un projet de reconversion professionnelle pour devenir berger des abeilles.
Vivre de la nature et avec la nature tout en contribuant à préserver ce prodigieux insecte est pour lui l'aboutissement d'un vrai projet de vie après une longue période de chômage.
Avec déjà deux ruches et un peu d’expérience, il a rejoint en 2014 un rucher école et a acquis de solides connaissances et conseils d’apiculteurs plus aguerris nécessaires pour appréhender son projet apicole.
Au printemps 2016, il a également pu bénéficier d’une formation sur l’élevage de reines.
Il dispose à ce jour de 30 colonies avec des abeilles de race Buckfast avec pour objectif d’atteindre 100 ruches.
Egalement, Patrick s’oriente vers des reines noires, race locale plus adaptée et plus en harmonie avec son environnement.

1 novembre 2017, la sécheresse exceptionnelle perdure

L'an dernier, à la même époque, et à cause d'une sévère sécheresse, la nature était déboussolée.
Certains arbres fruitiers s'était mis à refleurir comme si pour eux les pluies de septembre / octobre étaient le signe d'un renouveau, d'un printemps avant l'heure.
Voir l'article de Patrick l'an dernier sur ce sujet (et les suivants) :
Octobre 2016 une nature un peu déboussolée

Les abeilles, quant à elles, n'avaient pas trop souffert.
Le lierre avait bien fleuri, leur procurant nectar et surtout pollen.
En cette période de l'année, la floraison du lierre est toujours un moment important car c'est une floraison intermédiaire entre celles d'été et celles de l'automne/hiver.
De plus, cette floraison est très souvent abondante tant en nectar qu'en pollen.
Si le pollen est indispensable à la vie des colonies car il leur apporte les protéines dont elles ont besoin, notamment pour le développement des larves, il l'est d'autant plus que les colonies, à ce moment de l'année, élèvent les abeilles dites d'hiver.


Ces abeilles peuvent vivre jusqu'à 6 mois alors que les abeilles dites d'été dépassent rarement les 6 semaines.
Elles sont physiologiquement différentes de leurs homologues de la belle saison et leur corps gras sont plus développés.
Ce sont elles qui assureront la pérennité de la colonie pendant les mois les plus difficiles de l'hiver et qui feront la jonction avec les prochaines abeilles d'été qui naîtront à partir de février/mars 2018.

Il faut savoir qu'en apiculture, il y a schématiquement deux saisons, l'été et l'hiver.
Le début et la fin de chacune diffèrent d'une région à une autre.
La première, l'été, débute, dans ma région, à partir de février par la floraison des noisetiers suivis des amandiers. Les reines relancent leur ponte et la population des colonies croît.
Elle se termine en octobre/novembre quand les températures chutent.
C'est le moment pour l'apiculteur de se promener autour de ses ruches et d'observer discrètement ses abeilles au trou de vol. L'hiver c'est la période de repos, sinon pour l'apiculteur du moins pour ses abeilles.

Cette année, l'absence de pluies significatives jusqu'à aujourd'hui a séché toute la flore. Le lierre a fleuri plus tôt et ses fleurs ont quasiment séché sur place, ne donnant ni nectar ni pollen.
Résultat, beaucoup de mes colonies connaissent un arrêt de ponte. Les reines arrêtant la ponte en l'absence de rentrée de pollen.
De plus, la plupart des colonies restent à l'intérieur des ruches puisant déjà dans les réserves de miel.
J'évalue cette consommation de miel, durant l'hiver, par une pesée régulière de chacune des ruches.
Absence de nouvelles abeilles à naître dans les semaines à venir, une consommation accrue et inhabituelle des réserves de miel, voilà une situation préoccupante qui deviendrait critique si un hiver rigoureux arrivait précocement.

Il faut espérer que cette conjoncture climatique prenne fin le plus vite possible afin que les colonies reprennent une activité normale.
En attendant, je reste attentif à l'évolution de mes colonies.

Carte publiée par Météo Vaucluse le 31 octobre :

Voir toutes ses actualités


Le rucher Saint-Gervais

Le rucher Saint-Gervais

Ses ruches se situent dans la pointe sud-est du Vaucluse, dans le parc naturel du Luberon, entre le massif du Grand Luberon et la Durance, proche du plateau de Valensole, au cœur de la Provence.  
C’est un site épargné par les cultures intensives où la plupart des agriculteurs travaillent en méthode raisonnée sur de petites parcelles peu nombreuses.
Les milieux naturels et sauvages, sur cette zone occupent la majeure partie de l’espace.
La flore y est très riche. Elle fournit aux abeilles : les fleurs des noisetiers, pruneliers, cornouillers, aubépines, amandiers, acacias, buis, ciste, chênes… pour les arbres et arbustes et pour les plantes, les fleurs de romarin, pissenlit, trèfle blanc, thym, ronce, lavande sauvage et cultivée, luzerne, sainfoin, chardon, immortelle, lierre, ainsi que de nombreuses plantes messicoles.

Patrick a fait le choix de ne pas transhumer ses ruches afin d'offrir aux abeilles un cadre de développement optimal.
Sédentaires, les abeilles produisent un miel de printemps toutes fleurs assez doux et un miel d'été de garrigue, d’un jaune prononcé à ambré, puissant à très puissant en goût selon les années.
Une fois extrait, le miel, après quelques jours de décantation, est directement mis en pots.
Il n’est ni chauffé ni ensemencé et cristallise, là aussi selon les années et les saisons, plus ou moins rapidement tout en gardant une granulation assez fine.

Que se passe-t-il ce mois-ci sur votre rucher ?

Que se passe-t-il dans la ruche ?
En février, la nature, un peu engourdie par l’hiver se réveille tout en douceur…
Ne la brusquons pas ! La nuit perd un peu de terrain, et les journées se rallongent.
On commence ici ou là à voir les premiers nids d’oiseaux réapparaitre, annonciateurs de naissances à venir. Tout doucement la nature reprend du terrain. Quelques floraisons timides font leur apparition : perce-neige, pâquerette ou autre chèvrefeuille et romarin.Sur les arbres, encore nus, de nouvelles feuilles et des bourgeons apparaissent ici ou là.



Mais si le tableau qui se dessine semble idyllique, février est aussi la période de la réapparition des frelons asiatiques. La trêve fut de courte durée. Alors un bon conseil, prenez l’habitude de lever la tête, car les jeunes reines frelons asiatiques sortent de leur courte période d’hivernage pour commencer, elles aussi à construire leur nid. Le nid sera tout d’abord très petit et constituera un abri pour les premières ouvrières. Ces dernières prendront ensuite le relais et constitueront un nid beaucoup, beaucoup plus gros !



Les abeilles sont un peu plus paresseuses. Il va falloir attendre mi-février, voire la fin février pour que le réveil s’amorce au sein des colonies…
La grappe qui avait permis de conserver des températures élevées au sein de la ruche, va tout doucement se disloquer. La reine va reprendre la ponte. D’une petite rondelle sur un cadre, elle va remplir plusieurs cadres de couvain, en fonction des provisions en pollen.



Zoom sur … Le Cycle de la vie de l’abeille
A partir de l’œuf pondu dans son alvéole, la future abeille va passer par quatre stades différents, jusqu’à l’abeille adulte… Voici un exemple parfait de ce que la nature peut produire de magique !


Au départ il y a l’œuf de la Reine. En fonction de son statut « fécondé » ou non, et de l’alimentation, l’œuf deviendra une nouvelle reine ou une ouvrière (oeuf fécondé), ou un faux-bourdon (oeuf non fécondé). L’œuf est déposé verticalement au fond de l’alvéole. Au bout de trois jours à peine, l’œuf devient larve. Semblable à un ver blanc, il va muer et grossir pendant 4 jours au sein de l’alvéole où il est nourri par les abeilles. Au neuvième jour, le nourrissage est arrêté et l’alvéole operculée avec de la cire, pour laisser la larve évoluer doucement en Nymphe (pupe). On voit notamment à ce stade se dessiner les antennes, les yeux, la bouche, les pattes ou encore les ailes. C’est une abeille adulte ou imago qui sortira de l’alvéole au vingtième jour. Elle deviendra par la suite une ouvrière.

De son côté, l'apiculteur …
Cette période durant laquelle les abeilles passent d'une situation de repos hivernal, à une reprise d'activité pour la reine et la colonie, est particulièrement importante. Elle l’est d’autant plus pour l’apiculteur qui, comme les abeilles, va reprendre un rythme d’activité beaucoup plus soutenu. La population se développe rapidement au sein des colonies et les réserves s’épuisent aussi vite, sans que les abeilles ne puissent encore sortir pour butiner et ramener de nouvelles provisions.

Le Saviez – vous ? Comment reconnait-on la Reine ?
Sa taille tout d’abord… La Reine mesure en moyenne 20mm lorsque l’ouvrière en fait 15. Sa couleur avec reflets chauds ou bronzés est également un signe distinctif. Son abdomen est plus long et n’est pas entièrement recouvert par ses ailes, comme pour les ouvrières. Les yeux de la Reine ont moins de facettes que l’ouvrière. Son dard est plus lisse et elle pourra le retirer et piquer de nouveau. L’ouvrière en revanche meurt une fois son dard retiré. Elle n’a pas de glandes cirières et sa démarche est beaucoup plus lente.


Recette cuisine : Cake aux noix et au miel (Recette de notre marraine « En flagrant Délice » !

 

INGRÉDIENTS
:
- 3 Œufs à température ambiante
- 100 g de sucre
- 45 g de miel
- 95 g de crème fleurette ou crème liquide entière (soit 6 cl)
- 185 g de farine tamisée + 3 g de levure chimique (ou 185 g de farine à levure incorporée c’est mieux)
- 65 g de beurre demi-sel fondu mais tiédi (ou beurre doux + 2 g de sel)
- 50 g de noix grossièrement hachées.
- Pour l’imbiber : 75 g l’eau, 25 g de miel

PRÉPARATION :
Beurrez et farinez un moule à cake de 25 x 9.5 x 7.5 cm. Retournez le moule et tapoter-le pour éliminer l’excédent de farine. Placez celui-ci au frigo et commencez la préparation.
Préchauffez votre four entre 160 et 170 degrés pour un four à chaleur tournante et 180 degrés pour un four à chaleur statique
Dans un saladier, mélangez brièvement avec un fouet le sucre, les œufs et le miel. Ajoutez la crème et mélangez. Ajoutez ensuite la farine et la levure (que vous aurez préalablement tamisées) et mélangez sans trop insister. Ajoutez enfin le beurre fondu et mélangez de nouveau jusqu’à complète incorporation.
Sortez le moule du frigo et versez-y la préparation en plusieurs fois : entre chaque couche disposez des morceaux de noix, jusqu’à épuisement de celles-ci.
Lissez le haut du cake à l'aide d'une spatule mouillée (pour éviter qu’il ne brûle), placez le moule sur deux plaques à pâtisserie (Les deux plaques ralentiront la cuisson du cake, empêcheront le fond de brûler et participeront au développement harmonieux de la pâte), puis enfournez pour 40 minutes environ (1 h environ si cuisson à 160°).
Pendant la cuisson, préparez le sirop pour imbiber pour le cake :
Faites chauffer à feu doux 75 g d’eau avec 25 g de miel (juste pour le dissoudre)
Vérifier la cuisson avec la pointe d’un couteau, la lame doit ressortir sèche.
A la sortie du four, sans retirer le gâteau du moule, versez doucement le sirop sur toute la longueur du cake. Attendez 5 minutes avant de le démouler et le laisser refroidir sur une grille.

Bon appétit et surtout partagez-nous les photos de vos cakes sur les réseaux sociaux !





Imprimer la page

Retour