ELEPHANT DE VAUGINES

La ruche en images

La ruche ELEPHANT DE VAUGINES
La ruche ELEPHANT DE VAUGINES
La ruche ELEPHANT DE VAUGINES
La ruche ELEPHANT DE VAUGINES
La ruche ELEPHANT DE VAUGINES
La ruche ELEPHANT DE VAUGINES
La ruche ELEPHANT DE VAUGINES
La ruche ELEPHANT DE VAUGINES
La ruche ELEPHANT DE VAUGINES
La ruche ELEPHANT DE VAUGINES
La ruche ELEPHANT DE VAUGINES
La ruche ELEPHANT DE VAUGINES

L'apiculteur : Patrick F.

UTPLA apiculteur Patrick F.

C’est en 2014 que je suis devenu berger des abeilles dans le cadre d’un projet de reconversion professionnelle.
J’avais deux ruches et face au marché du travail sinistré de mon ancien secteur professionnel, je me suis lancé dans ce projet un peu fou : vivre de la nature et avec la nature tout en contribuant à préserver ce prodigieux animal.

Pour me lancer et durant une année, j’ai suivi une formation au sein d’une association qui réunit 150 apiculteurs. Depuis, j’en suis devenu l’un des administrateurs et j’y forme avec mes collègues les débutants.

Au printemps 2016, j’ai également pu bénéficier d’une formation sur l’élevage de reines.

Ayant débuté avec une vingtaine de ruches, j’ai progressivement augmenté mon cheptel.
Je conduis actuellement 120 colonies réparties sur 6 ruchers.
Mon objectif est de maintenir un cheptel de 120 à 150 ruches.
Pour remplacer les pertes mais aussi pour augmenter mon cheptel je produis mes propres essaims et vends ceux que j’ai en excédent.

J’ai débuté avec des abeilles de race Buckfast et je m’oriente de plus en plus vers l’abeille noire locale.

Contrôle des réserves et pesée

Chers parrains,
Je vous transmets, avec plaisir, quelques nouvelles de nos abeilles…
Nous avons eu un mois de novembre particulièrement pluvieux durant lequel les abeilles sont souvent restées confinées.
Depuis une dizaine de jours, les belles journées sont de retour.
J'en ai profité pour faire une tournée détaillée de mes ruchers et contrôler l'évolution, ruche par ruche, des réserves stockées.
J'ai pu constater des réserves plus importantes cette année que l'an dernier et c’est tant mieux pour nos petites protégées.

Pour évaluer ces réserves en miel, en octobre, lors de la visite de mise en hivernage, j'ai pesé toutes mes colonies.
C'est une opération que j'effectue tous les ans à la même époque.
J'utilise pour cela un peson relié à un crochet par une corde.

A titre indicatif, une Dadant 10 cadres devrait hiverner avec environ 15 kg de miel.

Je vais ainsi suivre mes colonies toutes les deux à trois semaines.
J'effectuerai ces pesées les journées durant lesquelles les colonies sont relativement actives afin de ne pas trop les perturber.
En Provence, les froids intenses durent rarement plus de 15 jours. Quand les colonies sont confinées dans leur ruche je n'y touche pas.
Il faut donc apprendre à anticiper à la fois ces périodes de froid et la baisse des réserves en miel de nos colonies afin de les accompagner au mieux.
Je profite de ces petites nouvelles d’hiver, pour vous souhaiter une bonne dégustation de vos pots de miel.
Je vous souhaite également, de belles fêtes de fin d’année, entourés des personnes que vous aimez…
A très bientôt,
Patrick

Voir toutes ses actualités


Le rucher Saint-Gervais

Le rucher Saint-Gervais

Ses ruches se situent dans la pointe sud-est du Vaucluse, dans le parc naturel du Luberon, entre le massif du Grand Luberon et la Durance, proche du plateau de Valensole, au cœur de la Provence.  
C’est un site épargné par les cultures intensives où la plupart des agriculteurs travaillent en méthode raisonnée sur de petites parcelles peu nombreuses.
Les milieux naturels et sauvages, sur cette zone occupent la majeure partie de l’espace.
La flore y est très riche. Elle fournit aux abeilles : les fleurs des noisetiers, pruneliers, cornouillers, aubépines, amandiers, acacias, buis, ciste, chênes… pour les arbres et arbustes et pour les plantes, les fleurs de romarin, pissenlit, trèfle blanc, thym, ronce, lavande sauvage et cultivée, luzerne, sainfoin, chardon, immortelle, lierre, ainsi que de nombreuses plantes messicoles.

Patrick a fait le choix de ne pas transhumer ses ruches afin d'offrir aux abeilles un cadre de développement optimal.
Sédentaires, les abeilles produisent un miel de printemps toutes fleurs assez doux et un miel d'été de garrigue, d’un jaune prononcé à ambré, puissant à très puissant en goût selon les années.
Une fois extrait, le miel, après quelques jours de décantation, est directement mis en pots.
Il n’est ni chauffé ni ensemencé et cristallise, là aussi selon les années et les saisons, plus ou moins rapidement tout en gardant une granulation assez fine.

Que se passe-t-il ce mois-ci sur votre rucher ?

Actus abeilles
En préambule des nouvelles des abeilles, nous vous transmettons les premiers résultats d’une enquête nationale relative aux mortalités des colonies d’abeilles durant l’hiver 2017/2018.
Cette étude a été menée à grande échelle par la Plateforme ESA (Epidémiosurveillance Santé Animale). Elle a été réalisée auprès de la filière et a obtenu ...




Imprimer la page

Retour