ASTRE

L'apiculteur : Isabelle L.C.

UTPLA apiculteur Isabelle L.C.

Isabelle La Châtelaine est une apicultrice de la ville et de la campagne, passionnée par le moyen-âge, elle installe un jardin médiéval autour de sa maison, avec un rucher en 2011 pour polliniser son verger et son potager.
À cette période, elle commande une colonie à un apiculteur local et depuis, ils ne se sont plus quittés.
Il lui transmet son savoir et ses pratiques apicoles traditionnelles.
Jeune diplômée de la Société Centrale d’Apiculture (SCA) en 2013, elle installe d’autres ruches dans un petit bois en Bretagne.
En ville, elle est responsable avec deux autres apiculteurs amis du "rucher de ma tante" au crédit municipal de Paris, au cœur du marais.
Participe en tant que jurées au concours des miels d’ile de France, ainsi qu’au concours agricole au salon international de l’agriculture. Chaque miel de ses ruchers sont analysés par un laboratoire indépendant.

Belles fêtes à tous !

Chères marraines, chers parrains,

La Chatelaine prend sa plume pour vous donner quelques nouvelles de nos précieuses protégées…
Une heureuse nouvelle à vous partager, et une un peu plus malheureuse…
On commence par la mauvaise ? Je viens de finir de mettre mes ruches en hivernage en Bretagne et sur Paris…
J’avoisine déjà les 30% de perte, avant la sortie d’hivernage. C’est pas fameux.
Pour ceux qui suivent un petit peu l’actus apicole notamment en Bretagne, vous avez eu vent des manifestations nombreuses des apiculteurs bretons qui se sont plaints des pertes folles sur les ruchers bretons cette année… On est au-dessus de la moyenne nationale ! La situation est vraiment critique.
Sur Paris, on est sur la moyenne, mais ça reste toujours trop de pertes...

La nouvelle plus sympathique, c’est qu’on a fait une récolte spectaculaire cette année ! la meilleure depuis bien longtemps. Les miellées bretonnes et parisiennes ont été diversifiées et de qualité.
Résultats de belles variétés de miel pour cette année : Fleurs, Forêt, Printemps et Tilleul.
pas de sarrasin cette année, c’est un peu dommage mais l’agriculteur avec lequel je collabore me promet une miellée de sarrasin la saison prochaine. Cette année il a opté pour une production de lin… La fleur est très jolie, mais peu ruche en nectar pour les abeilles qui ne la butinent qu’en cas de disette…



Quoiqu’il en soit, mes petits parrains vont pouvoir goûter parmi les belles variétés récoltées cette année.
J’espère que le miel vous plaira.

Me reste plus qu’à vous souhaiter à toutes et tous de très belles fêtes de fin d’année !

Merci aussi pour tout le bonheur et le soutien que vous m’apportez au travers vos parrainages.
Je vous fais une bzzzz
Isabelle

Voir toutes ses actualités


Le rucher de Lanouee

Le rucher de Lanouee
Le rucher est situé sur une parcelle très boisée, très proche de la forêt de Lanouée, second massif forestier Breton boisé de châtaigniers, de chênes et d’hêtres.

La particularité du miel de forêt réside dans son mélange de nectars de miellats, en bouche son arôme rappelle souvent les feuilles sèches des sous-bois, mélange des nectars de châtaignier (73 %), ronces, trèfle blanc, sarrasin et des miellats de chêne et de hêtre.

Au printemps, les abeilles proposent du miel de fleurs, plus doux, souvent apprécié par son côté crémeux naturellement, récolté en mai, il contient surtout du nectar de myosotis, de colza et arbres fruitiers.

Parfois elles transhument sur des champs de sarrasin de juillet à septembre, miel rare, historique de Bretagne, au goût prononcé et à la couleur sombre, très utilisé en pâtisserie et notamment pour la fabrication de pain d’épices. Laquelle on trouve les productions de farine de blé noir.

Ainsi selon les récoltes, vous pourrez recevoir l'un ou l'autre de ces miels ou encore un panachage !

Que se passe-t-il ce mois-ci sur votre rucher ?

Actus abeilles
En préambule des nouvelles des abeilles, nous vous transmettons les premiers résultats d’une enquête nationale relative aux mortalités des colonies d’abeilles durant l’hiver 2017/2018.
Cette étude a été menée à grande échelle par la Plateforme ESA (Epidémiosurveillance Santé Animale). Elle a été réalisée auprès de la filière et a obtenu ...




Imprimer la page

Retour