Astre - Astre Commercial - Le plessis Pâté



GROUPE : ASTRE SIEGE

Les ruches en images

  • La ruche Astre - Astre Commercial - Le plessis Pâté
  • La ruche Astre - Astre Commercial - Le plessis Pâté
  • La ruche Astre - Astre Commercial - Le plessis Pâté
  • La ruche Astre - Astre Commercial - Le plessis Pâté
  • La ruche Astre - Astre Commercial - Le plessis Pâté
  • La ruche Astre - Astre Commercial - Le plessis Pâté
  • La ruche Astre - Astre Commercial - Le plessis Pâté
  • La ruche Astre - Astre Commercial - Le plessis Pâté
  • La ruche Astre - Astre Commercial - Le plessis Pâté
  • La ruche Astre - Astre Commercial - Le plessis Pâté
  • La ruche Astre - Astre Commercial - Le plessis Pâté
  • La ruche Astre - Astre Commercial - Le plessis Pâté
  • La ruche Astre - Astre Commercial - Le plessis Pâté
  • La ruche Astre - Astre Commercial - Le plessis Pâté
  • La ruche Astre - Astre Commercial - Le plessis Pâté
  • La ruche Astre - Astre Commercial - Le plessis Pâté
  • La ruche Astre - Astre Commercial - Le plessis Pâté
  • La ruche Astre - Astre Commercial - Le plessis Pâté
  • La ruche Astre - Astre Commercial - Le plessis Pâté
  • La ruche Astre - Astre Commercial - Le plessis Pâté
  • La ruche Astre - Astre Commercial - Le plessis Pâté
  • La ruche Astre - Astre Commercial - Le plessis Pâté
  • La ruche Astre - Astre Commercial - Le plessis Pâté

L'apiculteur : Isabelle L.C.

UTPLA apiculteur Isabelle L.C.

Isabelle La Châtelaine est une apicultrice de la ville et de la campagne, passionnée par le moyen-âge, elle installe un jardin médiéval autour de sa maison, avec un rucher en 2011 pour polliniser son verger et son potager.
À cette période, elle commande une colonie à un apiculteur local et depuis, ils ne se sont plus quittés.
Il lui transmet son savoir et ses pratiques apicoles traditionnelles.
Jeune diplômée de la Société Centrale d’Apiculture (SCA) en 2013, elle installe d’autres ruches dans un petit bois en Bretagne.
En ville, elle est responsable avec deux autres apiculteurs amis du "rucher de ma tante" au crédit municipal de Paris, au cœur du marais.
Participe en tant que jurées au concours des miels d’ile de France, ainsi qu’au concours agricole au salon international de l’agriculture. Chaque miel de ses ruchers sont analysés par un laboratoire indépendant.

Présentation du frelon asiatique

Le 27 juillet 2018

 

Chères Marraines, chers Parrains,

Je vais vous présenter le frelon asiatique :

Espèce nouvelle pour la faune européenne, Vespa velutina nigrithorax a été signalée officiellement en France (pour la première fois en Lot-et-Garonne) en 2005. Une des hypothèses relative à son introduction est celle d’une arrivée accidentelle via des marchandises chinoises importées du Yunnan.

En comparant avec le frelon européen, l’asiatique est plus petit en gabarie, porte des ailes à la manière d’un hélicoptère et possède des pattes et un abdomen de couleur orange.

Le frelon asiatique fait plus de dégâts dans nos ruchers que le frelon européen.

Le premier peut vider une ruche en deux mois. Le second n’est pas un amateur d’abeilles, sauf en cas de disette.

Lorsque qu’une ruche est agressée par le frelon, les abeilles se protègent en faisant un tapis à l’entrée de la ruche.

Le frelon attrape l’abeille au vol et commence à lui couper la tête et l’abdomen et ne garde que le thorax. Pourquoi ? La seule partie où la protéine est présente en grande quantité pour nourrir ses progénitures.

La part protéinée du régime alimentaire de V. velutina est composée à 80 % d’abeilles. Le reste est composé de chenilles, papillons, mouches, libellules et autres insectes, mais aussi d’araignées.

Les restes de l’abeille (têtes, abdomens) gisent sur le sol dans mon jardin.

 

Pour faire face, j’essaye de les piéger avec 1/3 de vin blanc, 1/3 de sirop de cassis ou de grenadine et 1/3 de bière brune

Avec un passage en magasin

Un nid de frelons

Les nids grossissent progressivement du printemps à l’automne, lentement jusque début juillet, puis ils gagnent 4 à 6 cm de diamètre par semaine. À sa taille maximale, fin octobre, le nid est composé en général de six à sept étages de couvain, appelés gâteaux de cellules ou strates qui renferment le couvain. Il a été trouvé des nids de 14 strates. Ces gâteaux ont un diamètre de 23 à 29 cm, leur bord est séparé de l’enveloppe par un espace de 15 mm. L’espace séparant deux strates atteint 10 à 12 mm. Les alvéoles ont en moyenne 8,5 mm de diamètre pour une profondeur de 26 à 29 mm. On a compté jusqu’à 17 000 cellules par nid. Au maximum de l’activité (septembre - octobre), la population de frelons à l’intérieur du nid varie de 1 200 à 1 800 individus.

L’intérieur, magnifique !

Après une petite récolte, une poêlée de larves hyper protéinées, accompagnées de riz.

 

Plus besoin d’aller en Asie pour goûter à ce fabuleux met ! Venez me voir à la prochaine porte ouverte ; je vous en préparerai rien que pour vous !! avec un verre d’hydromel.

Les frelons arrivent sur mon rucher fin juillet et sont présents jusqu’en novembre.

À bientôt

Isabelle la Châtelaine

 

 

 

 

 

 

 

 

Voir toutes ses actualités


Le rucher de Parisii

Le rucher de Parisii

Les ruches s’invitent en milieu urbain, au cœur du Grand Paris (à 400 mètres Sud de la ville de Paris).
Les colonies d’abeilles y vivent bien et connaissent un bon développement.
Les villes peuvent servir à la fois de refuge et de vitrine.
Les écosystèmes urbains sont de plus en plus favorables à l'abeille : utilisation de pesticides souvent faible voire nulle (zéro phyto), grande diversité florale...
L'apiculture urbaine qui s'est révélée pour alerter l'opinion quant au déclin des pollinisateurs, insuffle aux villes l'aménagement d'espaces naturels tels que des zones de jachères, mares, haies végétales...
Le pollen butiné dans les espaces verts et les jardins privés urbains produit un miel plus abondant et plus riche au goût que dans certaines zones rurales où la monoculture est omniprésente.
Ce miel se distingue par la grande variété d'essences exotiques que l'on retrouve dans les jardins privés.
Ces mélanges subtils diffèrent d'une récolte à l'autre mais sont souvent parfumés d'ailantes [En anglais, c'est l'arbre du paradis (tree of heaven)], tilleuls, acacias, marronniers, sophoras, rosacées.
Une sensation olfactive et gustative avec des notes fruitées de type "fruits frais" qui sont bien marquées, une intensité élevée et une persistance soutenue.

Que se passe-t-il ce mois-ci sur votre rucher ?

GARDONS LE CONTACT CET ETE]
Les nouvelles de la ruche pour ce mois d’août est l’occasion de vous souhaiter à tous un très bel été. Que cette période estivale vous soit agréable et reposante…
Nous avons à cœur, durant cette période de « garder le contact » avec nos parrains en conservant toujours à l’esprit nos précieuses abeilles. Alors, où que vous soyez en France ou ailleurs, partagez-nous des photos d’abeilles observées dans la nature, sur votre site de vacances, dans vos jardins ou dans les parcs. Inondez-nous de jolies photos de butineuses avec le #vivelesabeilles.
Que ce soit par mail ou sur nos différents réseaux sociaux (Facebook et Instagram @untoitpourlesabeilles et Twitter @1tpla)
Durant cette période estivale, nos équipes seront restreintes... Nous serons de retour dès début septembre !
Bel été à vous tous !
Que se passe-t-il dans la ruche ?


Le mois d’août peut être synonyme de très belles récoltes qui se poursuivent pour les abeilles, ou au contraire du triste constat de floraisons asséchées… Car oui l’été s’avère certaine fois clément, et d’autres fois plus dur et incertain pour nos abeilles. Le mois de juillet s’est clôturé avec une météo agréable pour nos protégées. De belles températures estivales permettant aux butineuses d’aller visiter et apprécier les floraisons alentour.
Toutefois les conditions météo pour la première semaine d’août laissent entrevoir un fort risque de canicule.
Elle est souvent synonyme de danger pour l’homme qui doit penser à s’hydrater et éviter d’être en extérieur durant les pics de chaleur. Et bien le risque pour nos butineuses est le même. Celui de voir s’assécher en quelques heures à peine les ressources naturelles qu’elles puisent dans la nature.



Vers la troisième semaine d’août, c'est tout naturellement que nous allons nous diriger vers la préparation de l’hivernage…
Tout doucement les fleurs vont commencer à se flétrir clôturant ainsi une période intensive de miellées abondantes.
En attendant la colonie est organisée et le changement de rythme qui s’opère dans la nature, la pousse à revoir sa composition au sein de la ruche.

Zoom sur … La colonie de fin de saison

Vous connaissez certainement l’expression « Avoir le bourdon », et bien elle prend tout son sens quand on connait la vie de la ruche.
En effet, à l’aube de la période hivernale, la colonie se réorganise. Les floraisons vont se faire de plus en plus rare en extérieur et les abeilles vont donc devoir puiser sur les réserves stockées durant l’été.
Les mâles qui deviennent des bouches à nourrir superflues sont chassés de la ruche. Car finalement, leur rôle est plus que limité dans la colonie.
Les mâles, qui féconderont une reine mourront quelques minutes après leur accouplement, car si les abeilles perdent une partie de leur abdomen avec leur dard, les faux-bourdons perdent une partie de leur système reproducteur qui reste accroché à la reine fécondée.
Les faux bourdons ne participent pas aux travaux de la ruche. Ils deviennent une bouche à nourrir inutile.
Les faux-bourdons qui n’auront pas fécondé de reines et qui seront encore à la ruche, vont être expulsés et vont devoir s’en aller !
Pas simple la vie de mâles chez les abeilles !


Crédit TV5 Monde

De son côté, l'apiculteur …

Pour l’apiculteur, c’est la période de récoltes des dernières hausses, parties supérieures qu’il ajoute sur le corps des ruches pour récolter le miel.
Il va pouvoir ensuite extraire le miel dans sa miellerie et le mettre en pot.



Le miel extrait à froid est naturellement liquide lors de la mise en pot. C'est ensuite que survient le phénomène de cristallisation, dont nous vous avons déjà parlé ici. La cristallisation est un phénomène naturel et complexe qui intervient à différentes vitesses, mais qui demeure inévitable.

Le Saviez – vous ?

La bruyère est une plante qui fait de la résistance. Alors que la plupart des floraisons cessent à la mi-août, la bruyère callune, ou « Calluna vulgaris » peut prolonger sa floraison jusqu'en septembre.



La bruyère callune est une plante d'Europe, Afrique du Nord et Asie Mineure.
Les bruyères poussent surtout dans les sols siliceux. Ce sont tantôt des arbrisseaux ou des sous-arbrisseaux, tantôt de véritables arbustes. Disposées en grappes, les fleurs sont le plus souvent roses, parfois blanches ou verdâtres.

Un peu de gourmandise… La recette du mois !
Recette de Glace à la vanille proposée par L’Atelier des Chefs



INGREDIENTS

-        25 cl de crème liquide entière
-        25 cl Lait 1/2 écrémé
-        3 Jaune(s) d'œuf(s)
-        20g de Miel
-        60g de sucre en poudre
-        2 gousse(s) de vanille 

PREPARATION
Mettre la crème à bouillir avec la gousse de vanille fendue dans la longueur (en ayant pris soin de la gratter), le miel et le lait.
Dans un bol, blanchir les œufs avec le sucre à l'aide d'un fouet, puis verser dessus les liquides bien chauds tout en mélangeant. Remettre le tout à cuire dans la casserole à 84°C. Filtrer et refroidir très vite. Conserver au moins 24h au réfrigérateur. C'est la phase de maturation.
Préparer la sorbetière en démarrant le refroidissement et entreposer un bol (qui contiendra la glace turbinée) au congélateur. Turbiner la glace : verser la crème anglaise dans le bol de la turbine, puis laisser refroidir et foisonner. Des bulles d'air vont s'incorporer à la masse et augmenter son volume de 30 à 50%. Réserver la glace dans un bol au congélateur pendant au moins 1 heure avant dégustation.

Bon appétit et surtout partagez-nous vos photos sur les réseaux sociaux !




Imprimer la page

Retour