JORDANS DORSET RYVITA

Logo JORDANS DORSET RYVITA

JORDANS, le goût de la vie !

C’est dans ce moulin, notre logo, que tout a commencé !
Héritiers d’une famille de meuniers anglais, Bill et David Jordan y créent nos céréales ; des recettes naturellement délicieuses, qu’ils inscrivent dans une démarche pionnière de protection de la biodiversité.
C’est cet engagement de toujours qui donne ce si bon goût à nos produits... Le goût de la vie !

Naturellement délicieux !
Le goût avant tout ! Oui, mais naturel :
- Sans colorants, conservateurs, ni arômes artificiels, sans huile de palme ni sel ajouté.
- Avec des ingrédients naturels, sources de fibres, de magnésium, phosphore, zinc... et surtout de plaisir !  

Pionniers de la biodiversité !
C’est depuis 1985 que Jordans agit pour la Biodiversité. Nous sommes fiers de nos agriculteurs partenaires qui consacrent près de 20% de leurs terres au développement de la faune et de la flore sauvage. Ce sont ainsi plus de 4000 hectares restitués à la nature, presque la surface de la ville de Lyon !
Découvrez sans plus attendre nos recettes naturellement délicieuses de céréales associées à du chocolat, des fruits ou des noix !

Les ruches en images

  • La ruche JORDANS DORSET RYVITA
  • La ruche JORDANS DORSET RYVITA
  • La ruche JORDANS DORSET RYVITA
  • La ruche JORDANS DORSET RYVITA
  • La ruche JORDANS DORSET RYVITA
  • La ruche JORDANS DORSET RYVITA
  • La ruche JORDANS DORSET RYVITA
  • La ruche JORDANS DORSET RYVITA
  • La ruche JORDANS DORSET RYVITA
  • La ruche JORDANS DORSET RYVITA
  • La ruche JORDANS DORSET RYVITA
  • La ruche JORDANS DORSET RYVITA
  • La ruche JORDANS DORSET RYVITA
  • La ruche JORDANS DORSET RYVITA
  • La ruche JORDANS DORSET RYVITA
  • La ruche JORDANS DORSET RYVITA
  • La ruche JORDANS DORSET RYVITA
  • La ruche JORDANS DORSET RYVITA
  • La ruche JORDANS DORSET RYVITA
  • La ruche JORDANS DORSET RYVITA
  • La ruche JORDANS DORSET RYVITA
  • La ruche JORDANS DORSET RYVITA
  • La ruche JORDANS DORSET RYVITA
  • La ruche JORDANS DORSET RYVITA
  • La ruche JORDANS DORSET RYVITA
  • La ruche JORDANS DORSET RYVITA
  • La ruche JORDANS DORSET RYVITA
  • La ruche JORDANS DORSET RYVITA
  • La ruche JORDANS DORSET RYVITA
  • La ruche JORDANS DORSET RYVITA
  • La ruche JORDANS DORSET RYVITA
  • La ruche JORDANS DORSET RYVITA
  • La ruche JORDANS DORSET RYVITA
  • La ruche JORDANS DORSET RYVITA
  • La ruche JORDANS DORSET RYVITA
  • La ruche JORDANS DORSET RYVITA
  • La ruche JORDANS DORSET RYVITA
  • La ruche JORDANS DORSET RYVITA
  • La ruche JORDANS DORSET RYVITA
  • La ruche JORDANS DORSET RYVITA
  • La ruche JORDANS DORSET RYVITA
  • La ruche JORDANS DORSET RYVITA
  • La ruche JORDANS DORSET RYVITA
  • La ruche JORDANS DORSET RYVITA
  • La ruche JORDANS DORSET RYVITA
  • La ruche JORDANS DORSET RYVITA
  • La ruche JORDANS DORSET RYVITA
  • La ruche JORDANS DORSET RYVITA
  • La ruche JORDANS DORSET RYVITA
  • La ruche JORDANS DORSET RYVITA
  • La ruche JORDANS DORSET RYVITA
  • La ruche JORDANS DORSET RYVITA
  • La ruche JORDANS DORSET RYVITA
  • La ruche JORDANS DORSET RYVITA
  • La ruche JORDANS DORSET RYVITA
  • La ruche JORDANS DORSET RYVITA
  • La ruche JORDANS DORSET RYVITA
  • La ruche JORDANS DORSET RYVITA
  • La ruche JORDANS DORSET RYVITA
  • La ruche JORDANS DORSET RYVITA
  • La ruche JORDANS DORSET RYVITA
  • La ruche JORDANS DORSET RYVITA
  • La ruche JORDANS DORSET RYVITA
  • La ruche JORDANS DORSET RYVITA
  • La ruche JORDANS DORSET RYVITA
  • La ruche JORDANS DORSET RYVITA
  • La ruche JORDANS DORSET RYVITA
  • La ruche JORDANS DORSET RYVITA
  • La ruche JORDANS DORSET RYVITA
  • La ruche JORDANS DORSET RYVITA
  • La ruche JORDANS DORSET RYVITA
  • La ruche JORDANS DORSET RYVITA
  • La ruche JORDANS DORSET RYVITA
  • La ruche JORDANS DORSET RYVITA
  • La ruche JORDANS DORSET RYVITA
  • La ruche JORDANS DORSET RYVITA
  • La ruche JORDANS DORSET RYVITA
  • La ruche JORDANS DORSET RYVITA
  • La ruche JORDANS DORSET RYVITA
  • La ruche JORDANS DORSET RYVITA
  • La ruche JORDANS DORSET RYVITA
  • La ruche JORDANS DORSET RYVITA
  • La ruche JORDANS DORSET RYVITA
  • La ruche JORDANS DORSET RYVITA

L'apiculteur : Bruno HOUBRON

UTPLA apiculteur Bruno  HOUBRON

Après avoir été pendant de nombreuses années apiculteur amateur, dans le cadre d'une diversification professionnelle, Bruno, installé sur les monts du Forez (Puy de Dome 63) dans le Parc Naturel Régional Livradois Forez développe une activité apicole professionnelle depuis 8 ans avec pour objectif à court terme 150 ruches en production.

Les ruches sont de type VOIRNOT adaptées aux régions montagneuses et fabriquées par Bruno l'hiver avec du bois de pays (Épicéa,mélèze et scierie à 8 km).
L'exploitation est conduite de façon raisonnée en grande partie selon le cahier des charges de la production biologique par pur choix éthique .

Les abeilles qui peuplent ses ruches sont de type "noire de pays", souche adaptée au climat et flore locale.
Les ruchers sont dispersés depuis 600 mètres d'altitude jusqu'à 1300 mètres avec une pratique de la transhumance locale dans un rayon de 40 km sans descendre en dessous de 600 m. sauf pour l’Acacia , ce qui permet de ne pas côtoyer les cultures conventionnelles .

Bruno récolte divers miels de crus : Montagne, forêt, acacia , sapin et bruyère mais également pollen et propolis et fabrique du pain d'épices.
Enfin, Bruno est aussi Vannier dans son atelier et osiériculteur puisque chaque année, il fabrique sa propre matière première, l'osier.

Tout va bien au rucher !

Bonjour bonjour,
Les années passent et jamais ne se ressemblent… Tout va pour le mieux en ce moment.
le miel coule
le nectar rentre
les constructions vont bon train .
les reines sont fécondent et fécondées
le cheptel se développe bien !
Chaque colonie a vu au moins deux nouveaux cadres de cire neuve remplacer les plus anciens.
Sans que ce ne soit pour l’instant une année exceptionnelle, les fortes chaleurs ont hâté les floraisons.
Il risque d'y avoir un creux en fin de saison tout de même. Ou peut-être le sapin prendra le relai qui sait...
raaaaaaaaaaaaa toujours plus, insatiable apiculteur que je suis !
Dans tous les cas, le miel de printemps et l’acacia sont récoltés et extraits et je transhume cette nuit sur le châtaigners.
Je vous donne très vite des nouvelles.
Encore un grand merci pour votre immense soutien,
A bientôt,

Bruno

Voir toutes ses actualités

Le rucher de Faradia

Le rucher de Faradia
Les ruches parrainées se situent sur le rucher Faradia à 980 mètres d'altitude et produisent :
- un miel de "montagne" (mention contrôlée , soumise à autorisation) très réputé qui traduit la richesse botanique d'un environnement préservé. Exposées à des printemps longs et rudes ,les floraisons sont variées et intenses. La couleur de ce miel varie de jaune paille à brun clair souvent très odoriférant, doux, aux saveurs florales et fruitées, même si le gout diffère d'une année sur l'autre .

- un miel de forêt dont la particularité réside dans son mélange de nectars et de miellats variés.
Produit en été jusqu’à fin août début septembre, toujours sombre, brun foncé voir presque noir selon sa composition, avec selon les années, une note de bruyère ou de sapin (sapin pour 2013).

La flore présente autours de ce rucher : Aubépine, cerisier, érable, robinier, saule, sapin, châtaignier, bruyère, ronce, framboisier, scrofule, pissenlit, acacia, digitale, épilobe, lierre, miellats...ainsi que toute la flore mellifère de moyenne montagne .

L'apiculteur : David GIRAUD

UTPLA apiculteur David GIRAUD

J'ai commencé l'apiculture il y une petite dizaine d'année, je suis passé de trois ruches à une centaine de ruches réparties sur 5 ruchers.
Je suis apiculteur amateur semi-professionnel, je n'arrive pas encore à vivre de mon activité apicole, je suis donc pluriactif (pisteur de ski de fond, accompagnateur moyenne montagne, vendeur conseil en magasin espaces verts).
Pour la formation, je suis autodidacte, je me suis construit en discutant avec les anciens et en dévorant des livres, j'ai commencé avec de petits moyens et j'ai eu le temps d'apprendre de mes erreurs et de mes expériences.
Cette vocation pour l'apiculture découle de plusieurs passions qui s'entremêlent (la botanique, l'ornithologie, l'enthomologie), de plusieurs rencontres essentielles comme "Pierrot" un de mes mentors ou "Gael" mon copain de longue date avec qui j'ai commencé cette aventure (merci à vous), et enfin d'une envie très grande d'être en adéquation avec le monde naturel du vivant qui m'entoure tout en respectant les autres. Je voudrais à présent essayer de vivre de ma passion modestement en aidant la planète et en considérant à égal son prochain. C’est pour cela que je me suis lancé dans l’aventure Un Toit Pour Les Abeilles.

Nouvelles printanières

Chères marraines, chers parrains,
Si les hommes aiment les hivers doux et ensoleillés pour manger au balcon, pour les abeilles c’est loin d’être l’idéal.
La visite des ruchers en sortie d’hiver n’a pas été source de bonnes nouvelles.
De nombreuses colonies étaient soit extrêmement faibles, soit carrément décimées.
Les pertes de cet hiver 2020 s’élèvent à 40% environ, un triste hiver pour les Happykulteurs.
La grande majorité ne manquait pourtant pas de nourriture, les cadres de réserve étaient souvent encore garnis de miel.

Il est fort probable que l’hiver très doux et très ensoleillé que nous avons eu dans notre région en soit une des raisons.
Les ouvrières, au lieu de rester confinées (!) dans la ruche en attendant calmement le début du printemps et ses premières floraisons, sont sorties beaucoup plus tôt que d’habitude.
Or en janvier et février, même s’il faisait relativement chaud et beau, la nature était encore endormie et les fleurs n’étaient pas encore sorties.
Beaucoup d’ouvrières se sont donc épuisées à chercher des ressources en nectar et en pollen.

Elles se sont ainsi retrouvées trop peu nombreuses pour relancer la colonie efficacement.
Qu’à cela ne tienne ! Le travail des mois de mars et avril a donc consisté à reconstituer les colonies du rucher.
C’est-à-dire à renforcer les colonies les plus faibles et à diviser les colonies les plus fortes pour en créer de nouvelles (faire naitre une nouvelle reine).
Aujourd’hui, fin avril, grâce à un gros travail de division et de répartition, les ruchers sont « en forme ».
Le grand soleil de ce début de printemps a été très favorable et a permis des belles floraisons avec beaucoup de nectar et de pollen.
Au rucher des Iles, les cerisiers et les pissenlits constituent une précieuse ressource pour le développement des colonies.
Le rucher de la Pierre, plus haut en altitude, met un peu plus de temps à se remettre de ces pertes hivernales.
Mais la nature est bien faite et la vie l’emporte toujours, ce n’est qu’une question de temps avant que les hausses à miel se remplissent de bon nectar.

L’happykulteur veille sur ses avettes.
Prenez soin de vous, nous on s'occupe des abeilles :)
David et Coralie

Voir toutes ses actualités

Le Rucher des Iles

Le Rucher des Iles

Le rucher se situe à 200m d'altitude en fond de vallée entre le massif du Vercors, le massif de la Grande Chartreuse et les Chambans.
Il y a encore une centaine d'années, la rivière de l'Isère très capricieuse sortait régulièrement de son lit et créait de nombreuses iles sur le site actuel du rucher, d'où son nom.
Les petites z'abeilles se nichent dans un sympathique verger de 1000 plants de kiwi en agriculture Bio (que nos petites abeilles pollinisent en échange de la location de leur emplacement) entouré de vieux cerisiers d'une 15aine d’espèces différentes (nous y faisions de miel de cerisier lorsque la température était propice).
On retrouve dans les prairies qui l'entoure de multiple fleurs (du pissenlit, trèfle blanc, luzerne, des boutons d'or, du plantain), il y a aussi des haies et du petit bois très proches (aubépine, ronce, acacia, boulot, noisetier, lierre, peupliers, saules).
J’y récolte du miel des Îles de Moirans, miel toutes fleurs de prairies - Notes de trèfles blanc et pissenlits - Saveur fraîche, légère et printanière, zeste d’agrume - Médaille de Bronze 2017 au concours bisannuel du Syndicat Apicole Dauphinois.

L'apiculteur : Camille DUBRAY

UTPLA apiculteur Camille DUBRAY

J’ai cueilli mes premiers essaims d’abeilles en 2013.
J’avais envie par curiosité, de m’occuper d’abeilles et de mieux les comprendre.
J’avais aussi envie de m’investir dans une activité qui avait du sens pour moi.
Passionné et autodidacte, j’ai appris grâce aux livres et principalement en ouvrant mes propres ruches énormément à mes débuts.
Je me suis aussi formé auprès d’amis apiculteurs professionnels pour les gestes spécifiques ou techniques.
Enfin, je me suis spécialisé dans le sanitaire et les maladies des abeilles en 2018 en devenant technicien sanitaire apicole.
Je trouve que la cueillette crée un joli lien avec l’essaim.
On va le chercher quelque part, bien souvent on le sauve car peu de gens se déplace pour cueillir et les particuliers sont souvent démunis ;
On le soigne, on en prend soin, puis on l’installe dans le rucher.
Chaque ruche a un peu sa propre histoire.

J’ai ainsi développé un cheptel constitué uniquement d’essaims sauvages issus de la cueillette entre 2013 et 2018
en passant tout en douceur de 4 essaims cueillis en 2013 à 24 colonies en 2014, puis à 60 en 2015 puis à 100, 120, puis 160 colonies d’abeilles en 2018.
C’est cette année-là que j’ai commencé à gagner ma vie grâce à l’apiculture, et ce sans jamais avoir acheté d’essaim d’abeille.
Comme mes abeilles sont issues de la cueillette, j’ai principalement de l’abeille noire dans mes ruches.
Je travaille avec des ruches de type dadant qui me semblent mieux adaptées aux contraintes modernes de l’abeille.
Je compte augmenter doucement mon cheptel pour atteindre les 200 ruches (statut paysan).
Je n’en veux pas plus car il me semble plus difficile de bien s’en occuper si on en a plus.

Je suis ravi d’avoir pu intégrer Un Toit Pour Les Abeilles.
Cela représente une opportunité pour moi de m’assurer qu’une partie de ma production sera vendue au sein d’un projet porteur pour l’abeille,
et de surcroît à un tarif convenable pour l’apiculteur.
Ça me permet aussi de dégager plus de temps au rucher à m’occuper des abeilles. C’est une chance pour moi car je suis passionné par les abeilles
et je préfère nettement le temps passé au rucher à celui passé à la commercialisation.
Même s’il faut bien gagner sa vie, les abeilles restent toujours la priorité dans notre métier.
C’est aussi stimulant d’intégrer des projets plus vastes que son petit projet à soi de sauvegarde de l’abeille.

Un printemps particulièrement sec

Chers parrains,

Comme vous avez probablement pu vous en rendre compte, le printemps a été particulièrement sec.
Il faut savoir que le nectar que butine les abeilles est constitué à 80% d’eau et 20% de sucre.
Les abeilles procèdent par la suite à l’évaporation d’une bonne partie de cette eau pour obtenir du miel, constitué pour sa part de 80% de sucre pour 20% d’eau.

Pendant les périodes de sécheresse, les plantes ont naturellement tendance à conserver l’eau pour leur propre survie et ne produisent alors que très peu de nectar.
Cela a pour conséquence un manque de nourriture pour les abeilles à une époque où elles sont censées récolter des quantités importantes de miel qui constitueront notamment leur réserves hivernales.

Les hausses sont quand même posées sur les ruches mais la production de miel est extrêmement faible cette année.
Heureusement que l’année dernière a été moins sèche et qu’il reste du stock.

Merci encore pour ce soutien !

Camille D.
Apiculteur

Voir toutes ses actualités

Le rucher de Mirmande

Le rucher de Mirmande

Je m’occupe de 160 colonies installées tout près de chez moi.
La plupart de mes ruchers sont fixes, c’est à dire que les abeilles ne se déplacent pas.
Je transhume deux d’entre eux au milieu des champs de lavande (20 kilomètres) et des forêts de châtaigniers (40 kilomètres) chaque année.
Autour de chez moi, on trouve pas mal de fruitiers qui assurent bien le début de saison, des prairies en jachère des phacélies ou encore de la luzerne.
Il y aussi beaucoup de pruniers sauvages en forêt, de ronce, d’aubépine, de nombreux acacia, du tilleul.

L'apiculteur : Yves ROBERT

UTPLA apiculteur Yves ROBERT

Yves et Chantal ont débuté en 2010 avec 3 ruches. Aujourd'hui ils en comptent près de 80, dont une soixantaine soutenues par les parrains Un Toit Pour Les Abeilles.

Yves et Chantal privilégient une production locale et une conduite douce des ruches. Ce choix est motivé par une éthique personnelle et professionnelle engagée pour la protection de l’environnement, ceci dans une optique d’exploitation apicole prospère économiquement.

Chantal et Yves ne pratiquent pas la transhumance, puisque tous leurs ruchers sont fixes, ce qui réduit considérablement les dépenses en carburant, les besoins en mécanisation et ainsi l'impact carbone.

Ils ont choisi des ruches Warré plus respectueuses des abeilles et proposent un miel de terroir.
Outre le miel, Les apiculteurs produisent leurs propres essaims naturels (sans importation de reine), ils récoltent du pollen, de la propolis, de la cire d’abeille...

Yves est l'auteur du "Petit manuel d'apiculture douce en ruche Warré" aux éditions Terre Vivante paru au printemps 2019.

La situation au rucher en juin 2022

La situation au rucher en juin 2022


Après des pertes hivernales sans précédent, comme tous mes collègues, j’avais comme priorité de multiplier les colonies pour reconstituer les effectifs.
Les conditions étaient particulières, là encore.
Les essaims élèvent une nouvelle mère, appelée pompeusement « reine ». Mais pour remplir sa mission de reproduction de la population dans la ruche, il lui faut être fécondée par plusieurs dizaines de mâles différents, lors d’un unique vol « nuptial ».
Or, ce printemps, les effectifs de mâles étaient assez limités.
La fécondation des jeunes reines a été assez aléatoire. Par ailleurs, les effectifs dans les colonies très variables ont été une autre source de préoccupations.
En outre, nous avons assisté, mes collègues et moi-même, a un phénomène nouveau dans son ampleur : la ponte multiple.
Une mère pond logiquement un oeuf par cellule. Mais, là, dans une proportion jamais vue, elles étaient nombreuses à pondre deux oeufs par cellules…
L’interprétation de ce phénomène n’est pas certaine. Donc, je ne m’aventurerai pas dans des explications...
Autre phénomène, encore jamais enregistré dans son ampleur : la précipitation dans la succession des floraisons. Début juin, presque toutes les floraisons importantes se sont succédées. Parfois même dans le désordre le plus total !
L’acacia a fleuri avant le sureau. Le coquelicot, fleur d’été par excellence, a fleuri dès le printemps ; tout comme le lilas d’Espagne.
Cela fait un moment que nous, apiculteurs, y perdons notre latin. Il est devenu illusoire de prévoir quoique ce soit sur une saison apicole. Nous vivons, donc, au jour le jour.
La grosse bonne surprise, c’est la rentrée importante de nectar que les abeilles transforment en miel.
Le déficit hydrique annonçait une période de sécheresse. Mais, là encore, surprise ! Les orages – quand ils ne sont pas trop dévastateurs- sont les bienvenus, avec leurs pluies rafraichissantes…
Au rucher, ce printemps, il y a eu fort à faire, dans le désordre le plus intense…
C’est la vie au rucher.
Et, votre soutien indéfectible la rend, toutefois, moins angoissante dans son extravagante incertitude…

Yves Robert
www.culturenature71.com
Mon essai "Prendre pleinement part à la vie" est paru ce printemps aux Éditions Maïa :
Prendre pleinement part à la vie par Yves Robert • Achat en ligne avec Editions Maïa

Voir toutes ses actualités

Le rucher de Sennecey

Le rucher de Sennecey

Le rucher est situé près du hameau de Tallant dans le canton de Sennecey-le-Grand en Saône-et-Loire (Bourgogne du Sud).

Il occupe un verger bordé de haies, de pâtures et prairies qui s'étendent à flanc de colline jusqu'au bois qui coiffe le sommet.
Cet environnement est riche d'une flore diversifiée qui s'épanouit dès le printemps (pissenlit, fruitiers, aubépine...) et se prolonge tout l'été (acacia, ronce, trèfle...).

La première récolte sera polyflorale puisqu’issue des variétés citées ci dessus.
Ainsi, selon la proportion en tilleul et acacia, le miel pourra être liquide à crémeux (ces deux espèces mellifères influençant sur la fluidité du miel).

Chantal et Yves travaillent avec des reines de souche Buckfast fécondées naturellement et issues du cheptel bio de Jérôme Alphonse (autre apiculteur partenaire Un toit pour les abeilles). Cette race d'abeilles est connue pour être douce et productive.

France 3 Bourgogne avec Chantal et Yves

Reportage diffusé le jeudi 6 Octobre 2016. Cliquez en dessous pour visualiser l'extrait.

L'apiculteur : Isabelle LA CHATELAINE

UTPLA apiculteur Isabelle LA CHATELAINE

Isabelle La Châtelaine est une apicultrice de la ville et de la campagne, passionnée par le moyen-âge, elle installe un jardin médiéval autour de sa maison, avec un rucher en 2011 pour polliniser son verger et son potager.
À cette période, elle commande une colonie à un apiculteur local et depuis, ils ne se sont plus quittés.
Il lui transmet son savoir et ses pratiques apicoles traditionnelles.
Jeune diplômée de la Société Centrale d’Apiculture (SCA) en 2013, elle installe d’autres ruches dans un petit bois en Bretagne.
En ville, elle est responsable avec deux autres apiculteurs amis du "rucher de ma tante" au crédit municipal de Paris, au cœur du marais.
Participe en tant que jurées au concours des miels d’ile de France, ainsi qu’au concours agricole au salon international de l’agriculture. Chaque miel de ses ruchers sont analysés par un laboratoire indépendant.

De la neige en Bretagne

Chères marraines, chers parrains,

Cela fait bien longtemps que la neige ne s’est pas installée en Bretagne. Nos Abeilles se confinent comme nous pendant cette période.
Lorsque le mercure du thermomètre commence à descendre dangereusement, les abeilles s'organisent pour se protéger du froid en formant une grappe autour de la reine. L'objectif est de produire la chaleur indispensable à la survie de la colonie.
Les plumes d’Aurélie sont ébouriffées pour conserver sa chaleur.
La nature est bien faite. Les poules muent en fin d’été ou début d’automne pour renouveler leur plumage. Ces plumes toutes neuves les aide à supporter le froid de l’hiver, y compris des températures relativement basses, jusqu’à -15 degrés, dans certaines régions ou pays.
Pikachu, elle, a fait une petite visite chez le vétérinaire, une poussière à faire retirer de son œil.
Voilà la vie de votre rucher en cette période de froid glaciale. glagla

A bientôt,
Isabelle La Châtelaine

 

Voir toutes ses actualités

Le rucher de Lanouee

Le rucher de Lanouee
Le rucher est situé sur une parcelle très boisée, très proche de la forêt de Lanouée, second massif forestier Breton boisé de châtaigniers, de chênes et d’hêtres.

La particularité du miel de forêt réside dans son mélange de nectars de miellats, en bouche son arôme rappelle souvent les feuilles sèches des sous-bois, mélange des nectars de châtaignier (73 %), ronces, trèfle blanc, sarrasin et des miellats de chêne et de hêtre.

Au printemps, les abeilles proposent du miel de fleurs, plus doux, souvent apprécié par son côté crémeux naturellement, récolté en mai, il contient surtout du nectar de myosotis, de colza et arbres fruitiers.

Parfois elles transhument sur des champs de sarrasin de juillet à septembre, miel rare, historique de Bretagne, au goût prononcé et à la couleur sombre, très utilisé en pâtisserie et notamment pour la fabrication de pain d’épices. Laquelle on trouve les productions de farine de blé noir.

Ainsi selon les récoltes, vous pourrez recevoir l'un ou l'autre de ces miels ou encore un panachage !

L'apiculteur : Pascal SBAIZERO - Ruche : Tya (Orléans)

UTPLA apiculteur Pascal SBAIZERO - Ruche : Tya (Orléans)

Pascal a débuté son parcours par des études technologiques, suivies d'une formation commerciale.
Après un passage dans le domaine passionnant du vin, il s'est dirigé vers le secteur alimentaire puis choisit tout doucement un retour à la nature et l'apiculture.

Ses premiers pas en apiculture se font vers l'âge de 10 ans auprès de son papa qui lui a transmis cette passion, restée en veille dans son cœur.
Après quelques années loin des abeilles, l'odeur de la cire, la beauté d'un cadre en construction, le bruit de la ruche en activité ou encore le goût du miel fraîchement prélevé lui manquaient.
Alors une ruche, puis une autre et encore une autre .....

Dans cette aventure, il est accompagné de son plus fidèle apprenti, son fils Arthur.
Sa fille Pauline quant à elle, excelle dans le collage des étiquettes, et c'est sans oublier la reine de cette famille, son épouse Isabelle qui avoue s'amuser lors de la mise en pot du miel.

Des nouvelles de Pascal, votre apiculteur

Bonjour à tous 

Un début d'année plutôt précoce, les colonies sont en bonne santé.
Dans le Loiret, il y a un très gros démarrage sur la floraison des fruitiers, prunus et l'épine noire, ce qui occasionne de très grosses rentrées de pollen avec du nectar.
Après deux semaines de très beau temps, le tour des visites de printemps est terminé, avec un bilan très positif.
Nettoyage des fonds, changement des vieux cadres, marquage des reines, dentification des colonies fortes, pose de pièges à frelons asiatiques.
 
Il faut se réjouir des bonnes nouvelles au vu du contexte sanitaire et géopolitique!
 
En posant mon oreille le long des ruches j'ai entendu les abeilles nous plaindre ....
 
Car il me semble que, confinées dans leurs jolies caisses, elles sont depuis plusieurs années menacées par plusieurs virus,  polluées par notre chimie et depuis peu traquées par des frelons guerriers venus d'ailleurs !!! 
 
Bonne journée à tous et prenez soin de vous et du monde qui vous entoure.
 
Pascal SBAIZERO

Voir toutes ses actualités

Le rucher de Checy

Le rucher de Checy
Les ruches sont situées à Mardié près de Chécy dans le Loiret et quelques unes en Sologne.
Ces emplacements permettent de récolter un miel de forêt avec des proportions variables selon les années et floraisons de Châtaigniers, Ronces , Chênes et Sapins.
Les abeilles sont de race BUCKFAST, admirables en tous points, courageuses, résistantes et douces.
Aujourd'hui elles sont ses protégées, et Pascal, leur dévoué serviteur...

L'apiculteur : Cyrille ANCERY

UTPLA apiculteur Cyrille ANCERY

Je m'appelle Cyrille. J'ai 29 ans.
Malgré mon jeune âge, je suis apiculteur depuis quelques années déjà.
Mon exploitation comporte environ 150 colonies. Les abeilles avec lesquelles je travaille sont adaptées à l’environnement naturel berrichon. Elles sont particulièrement douces et j’ai plaisir à travailler avec elles au quotidien en toute confiance.

Mes ruches sont "Dadant". Bien que je ne sois pas labellisé bio, ma démarche est très respectueuse de l’abeille. Plus que cela, je veux montrer que l'on peut collaborer avec le monde agricole et ainsi s'inscrire dans une démarche de respect mutuel entre "apiculteurs" et "agriculteurs".
Ainsi, j’installe, en accord avec des agriculteurs des colonies sur des champs de cultures non traités. Cette opération a pour objectif de créer un rapport "donnant donnant", avec les agriculteurs et de faire doucement évoluer les pratiques agricoles pour tendre vers une pratique plus vertueuse et respectueuse de notre environnement. Tout naturellement, j’ai souhaité rejoindre le réseau d’apiculteurs Un toit pour les abeilles pour proposer mes ruches en parrainage et créer ainsi un véritable cercle vertueux entre les abeilles, la filière et vous, parrains des ruches…

Un début de saison très prometteur

Chers parrains, quelques nouvelles à mi saison de printemps.

Un début de saison très prometteur avec une météo particulièrement favorable à nos chères abeilles. Cela faisait bien longtemps que nous n'avions pas eu de telles conditions météo au printemps et les abeilles ont pu vraiment travailler et en profiter pleinement.

Le miel de printemps sera bel et bien présent cette année pour vous remercier encore de votre soutient.  Ce beau temps a cependant créé un manque de pluie assez fort et les prochaines fleurs à venir pour Juin vont cruellement  manquer de nectar si nous n'avons pas quand même un peu de pluie.

Nous espérons que la saison apicole va continuer sur cette bonne voie et nous ne manquerons pas de venir vous donner quelques nouvelles d'ici peu.

Vous pouvez me suivre sur mon Facebook avec quelques vidéos et photos de notre quotidien aux ruches sur mon compte  " Les Ruches du Berry - Cyril Ancery "

Un grand merci encore à vous soutien.

Bzzzz

 

Voir toutes ses actualités

Les ruches du Berry

Les ruches du Berry

Mon exploitation est basée dans le BERRY, dans le département du Cher (18140) entre Sancerre et le Val de Loire.
J'ai la chance de pouvoir profiter d'une flore très diversifiée et ainsi pouvoir récolter divers miels.

Je récolte notamment un miel crémeux de Printemps. Je récolte aussi du miel d'Aubépines, de l'Acacia, du miel d'Eté, ou encore du Forêt et du Tournesol. Plus original encore, je récolte du miel de Carotte :-)

L'apiculteur : Frédéric WUATELET CECCALDI

UTPLA apiculteur Frédéric WUATELET CECCALDI

J'avais en tête une reconversion agricole depuis plusieurs années déjà…
J’ai d’abord travaillé comme skipper pro durant une quinzaine d'année dans les Antilles, le Pacifique et bien sûr la Méditerranée.
Par la suite, j’ai souhaité réhabiliter et remettre en production des terrains de famille en haute corse que je possède ;
Notamment une châtaigneraie d'une quinzaine d'hectares.
Malheureusement, il a été difficile de mener à bien ce projet, essentiellement pour des raisons topographiques et de charge de travail.
Le temps que je mette tout en route, j’aurais probablement atteint l’âge de la retraite ;-)
Finalement, ma femme et moi avons acquis, avec des amis un terrain d'une trentaine d'hectares où j'ai pu développer mon activité.
J'ai également deux ruchers de montagnes sur Frasseto et Corrano ainsi que deux ruchers du coté de Coti Chiavari.
Il y a cinq ans, je me suis passionné pour l'apiculture, aidé en cela par celui qui allait devenir, par la suite, mon maitre de stage.
J'ai acquis mes cinq premières ruches en 2015 et j'ai à l’heure actuelle une centaine de ruches en production.
Je travaille en langstroth, format de ruche bien adapté à notre abeille endémique « Apis Mellifera Mellifera Corsica »,
sous espèce de notre abeille noire d'Europe.
Elle est plus petite, mois productive et plus agressive que les abeilles que l'on trouve sur le continent.
Mais elle est plus adaptée à notre flore locale, notamment grâce à sa langue plus longue qui lui permet de butiner certaines plantes de la région.

La saison apicole a démarré très difficilement

Chéres marraines et chers parrains,

La saison apicole a démarré très difficilement : un bon tiers des colonies n'était pas en état de produire du miel et il a fallu les aider pendant près de deux mois pour qu'elles reviennent à un niveau de population suffisant pour qu'il y est une bonne dynamique.

Votre soutien n'a jamais été aussi important et nécessaire pour nous aider à surmonter ce type d'évènement.

Malgré les difficultés, j'ai tout de même réussi, avec mes abeilles, à faire un peu de miel au printemps et à présent toutes les colonies sont à la montagne et travaillent sur le châtaignier.

J'espère que la récolte sera significative.

Et nous verrons pour la suite des miéllées.

Nous sommes actuellement dans une phase très chaude et très sèche ; je ne suis pas sûr de pouvoir redescendre les ruches en plaine, où il fait trop chaud et trop sec.

Merci encore pour votre soutien et votre implication.

A bientôt !

Fred

Voir toutes ses actualités

Le Rucher d'Acciola

Le Rucher d

A l'heure actuelle je possède quatre ruchers qui me permettent de suivre les floraisons, en variant les altitudes.
Je passe de 200m d’altitude au printemps, à presque 800m pour le châtaignier ou l'arbousier.
J'ai adhéré, dès mes premières ruches, au syndicat AOP Miel de corse « Mele Di Corsica ».
Il nous permet à travers un cahier des charges assez rigoureux, d’avoir une gamme variétale complète en Appellation d'Origine Protégée (la seule en France).
Elle comprend le Miel de Printemps (saules, lotiers littoraux mimosas, asphodèle chardons etc..).
Mais aussi, le Maquis de Printemps (genêts, bruyères, lavande maritime.),
le Miellat du maquis, issu du puceron du chêne aussi nommé « metcalfa » (qui se fait hélas de plus en plus rare ces dernières années),
le Miel de Maquis d'Eté (anthyllis, thym corse, ronces et germandrées).
Ce dernier miel est plus rare car souvent concomitant à la miellée de châtaignier.
Le Miel de châtaigneraie (châtaignier mais aussi ronces, clématites, anthyllis, népita et genêts) et enfin,
le Miel de Maquis d'Automne (arbousier, lierre salsepareille et inule visqueuse).
Je n'arrive pour l'heure qu'à produire, selon les années, du Miel de Printemps, Maquis de Printemps, Châtaigneraie et Maquis d'Automne.
Mais je travaille à l'obtention de nouveaux ruchers qui pourraient, par la suite me permettre de produire plus de miel de la gamme variétale, notamment je l'espère, le Maquis d’Été.
Le parrainage de ruches, me permettra, je l’espère, et grâce à vous d’accomplir mon rêve !

L'apiculteur : Thierry COLIN

UTPLA apiculteur Thierry COLIN

Apiculteur amateur depuis 2010 suite à la rencontre avec un "ancien" apiculteur ayant 60 années d’expérience, je continue à développer mon cheptel en prenant soins des abeilles et de leurs (notre) environnement.

Ma passion pour l'apiculture est intacte et plus j'avance dans cette démarche plus je sais que c'est "la voie" pour quoi je suis fait. Avant toute chose, il faut aimer la nature et vivre aux rythmes des saisons en observant l'évolution des miellées et s'adapter rapidement aux changements de saisons ..... L'apiculture est un mouvement perpétuel et il n'y a pas de moments creux , c'est intense et relaxant à la fois...de vivre de cette façon.

J'avance dans ma démarche apicole de façon raisonnable et d'ici quelques années pourquoi pas arriver à 200 ruches en production, mais c'est un gros challenge et une remise en question de beaucoup de choses...

Depuis le début de mon installation mes enfants passent également du temps aux ruchers,viennent aux transhumances, et goûtent les miels...  A mes yeux c'est important de leur transmettre ce savoir pour qu'ils respectent la biodiversité .... et la nature de façon générale .

Je vous invite à venir partager un moment avec les abeilles

Chers marraines, chez parrains,

Je vous accueille chez moi Samedi 27 août 2022 de 9h00 à 17h00.

Rendez-vous au 84 rue du Général de Gaulle 67530 Saint-Nabor à 9h00



Au programme :

Visite de la miellerie avec explication des différents appareils (extracteur/ maturateur/pompe doseuse)...
Ouverture d'une ruche,
Dégustation du miel fraîchement récolté...
Decouverte des balances connectées.
La visite du rucher deSaint Nabor... Là où je fais mon élevage de reines et la création des nouvelles colonies.

Cette journée dédiée à l'apiculture est gratuite.
* Merci de bien lire nos recommandations concernant la présence d'abeilles sur le site au moment de votre inscription.

Rendez-vous sur la page de nos portes ouvertes pour vous inscrire : https://www.untoitpourlesabeilles.fr/portes-ouvertes

Voir toutes ses actualités

Le rucher de Wintershouse

Le rucher de Wintershouse

Le premier rucher se trouve 500 m de la résidence de Thierry et le second à 6 km.
Ils sont tout deux adossés à une forêt d'Acacias qui est sa plus grosse production.

Le miel issu de cette miellée est liquide et de couleur jaune clair et d'une grande finesse gustative.
Sa seconde production est un miel polyfloral constitué de fleurs de prairie, tilleuls, cerisiers, pommiers, issus de la pollinisation qu'il effectue sur les cerisiers et pommiers proches d'un de ses ruchers.
Ainsi, vous pourrez recevoir un miel toutes fleurs ou d'acacia selon les récoltes.

Thierry utilise des ruches ZANDER qu'il se procure en Allemagne, celles-ci sont très pratiques car elles ont des hausses à miel de même dimensions que l'on appelle aussi hausse multiples ou divisibles ce qui facilite le travail même si le poids est plus important.

Thierry propose aussi le parrainage dans son rucher-maison (cf photo) ainsi, selon les places disponibles, vos abeilles pourront y être installées.
Thierry travaille avec des Apis Mellifera Carnica Sklenar. Il s’agit d’abeilles douces et avec peu d’envie d’essaimage (envol d'une partie de la colonie avec la reine) et un hivernage avec des colonies populeuses.

France 3 Alsace avec Thierry

Thierry était invité sur le plateau d'Alsace Matin pour parler de son exploitation et du projet Un toit pour les abeilles diffusé le 12 Septembre 2016. Cliquez en dessous pour visualiser l'extrait.

L'apiculteur : Lucas HOLTZMANN

UTPLA apiculteur Lucas HOLTZMANN

Je tiens ma passion pour l’apiculture de ma mère Sarah, apicultrice professionnelle dans les Vosges et qui fait également partie du réseau d’apiculteurs Un toit pour les abeilles.
Et oui, chez nous l’apiculture c’est une histoire de famille… Les abeilles, on les a dans le sang chez les Holtzmann !

J’ai été piqué tout petit et ma mère m’a tout naturellement guidé dans mon apprentissage apicole. Je l’ai longtemps aidé à gérer le rucher. Et puis j’ai décidé de me lancer en 2017 en tant qu’apiculteur amateur, avec une trentaine de ruches Dadant 10 cadres, habitées par des abeilles issues de l’élevage familiale.
L’une de mes plus grandes préoccupations, après celle de protéger nos petites butineuses, c’est de récolter un miel de qualité sans produits chimiques, et toujours dans le respect de la nature et des abeilles.

J’extrais le miel à froid par exemple, pour en conserver toutes les vertus. Mon objectif ce serait de pouvoir augmenter le nombre de mes ruches sur le cheptel. J’aimerais pouvoir récolter différents miels tout au long de la saison et qui sait, dans un avenir plus ou moins proche, obtenir un label Bio pour mes productions de miel.

Alors, tout comme ma maman a fait appel à Un toit pour les abeilles, à mon tour, je fais appel à vous au travers le parrainage de mes ruches, afin d’écrire, avec vous, une belle histoire environnementale et artisanale…

Sarah et mois vous accueillons au rucher

Chers parrains,

Sarah, ma maman et moi-même vous donnons rendez-vous le Samedi 18 Juin 2022 à 10h30 avec une présentation de l'exploitation, visite de la miellerie...

Pique-nique en commun avec la mise à disposition du barbecue (les participants sont invités à amener leur déjeuner)

Départ pour les ruches vers 14 h
Collation offerte par Sarah et Lucas vers 16h
Fin de la journée aux alentours de 17h

Rendez-vous sur la page de nos portes ouvertes pour vous inscrire : https://www.untoitpourlesabeilles.fr/portes-ouvertes

Lucas et Sarah

Voir toutes ses actualités

Le Rucher d'Osiris

Le Rucher d

Le rucher se situe entre Nancy et Lunéville, et jouit d’un cadre idyllique entre grandes prairies et petites forêts.
Ces paysages mixtes offrent aux abeilles une multitudes de nectars à butiner, ce qui permet de produire des miels très fleuris.

On pourra espérer sur le rucher un miel de fleurs crémeux, ou encore des miels aux notes prononcées d’acacia ou de tilleul…

L'apiculteur : Eric FRANQUELIN

UTPLA apiculteur Eric FRANQUELIN

Eric est apiculteur amateur en Picardie depuis 2008, cette passion l'a piqué en vacances lors de la visite d’un musée de l’abeille.

Il se forme à l’apiculture auprès d’un apiculteur local ainsi qu’au Rucher École de l’Oise Apicole où il suit des cours sur l'apiculture.
Il a ensuite acquis une ruche, des abeilles, le matériel de base.

Aujourd'hui, il accomplit sa passion avec un petit rucher d’une vingtaine d’essaims qui sont situées au milieu de jardins potagers et près d'une forêt.
Il vit l'apiculture à la cadence des abeilles et selon l’éclosion des fleurs mellifères.
Eric pratique à petite échelle la transhumance pour le miel d’Acacia, il déplace quatre à cinq ruches au moment de la floraison de l'arbre.

Il espère agrandir son cheptel dès le printemps 2016 composé d'abeilles noires et d'abeilles Buckfast grâce aux parrainages.

Des nouvelles d'Eric, votre apiculteur

Chères marraines et chers parrains,
Un petit coucou de Picardie pour vous donner des nouvelles de vos abeilles.

Tout avait bien démarré jusqu’à ce retour d’hiver…

En effet de belles journées ensoleillées en cette fin d’hiver et ce début de printemps nous avaient laissé croire que nous allions avoir une superbe saison apicole, les abeilles butinaient et rentraient du pollen et du nectar, la reine pondait abondamment, de jeunes abeilles  naissaient, tout se déroulait pour le mieux.

Les visites de printemps s’enchainaient avec de beaux résultats de développement en perspectives, et ce retour du grand froid, catastrophique, températures négatives, l’élevage bloqué, point d’eau inaccessible par des températures très basses, très compliqué pour nos abeilles.

Les arbres fruitiers du verger, tous en fleurs ont pris de plein fouet ces températures négatives, même un retour du printemps ne sauvera pas toutes les fleurs gelées: que restera t-il pour nos abeilles? Soyons optimistes et regardons devant nous en croisant les doigts pour des températures de saison. Je vous souhaite à tous un bon printemps, je vous remercie pour vos parrainages.

A bientôt,
Eric votre apiculteur.

Voir toutes ses actualités

Le Rucher de Saint Just

Le Rucher de Saint Just

Le rucher d’Éric est situé au nord de l’Oise.
Celui-ci se compose d’une vingtaine de ruches de modèle Dadant, entouré de jardins et près d’une forêt.

Le miel récolté est le reflet des différentes fleurs mellifères et arbres fruitiers qui entourent son rucher dont il suit les variations et les floraisons.
L’extraction est artisanal pour en préserver les arômes et les propriétés nutritionnelles.
Le miel est un miel toutes fleurs, liquide et crémeux doté d’un arôme polyfloral de caractère.

Eric laisse le corps de ses ruches rempli de miel pour que les abeilles passent l'hiver sans avoir à les nourrir avec du sirop.
Il privilégie ainsi le bien-être de ses abeilles au détriment du rendement de miel.

L'apiculteur : Alain LEVIONNOIS

UTPLA apiculteur Alain LEVIONNOIS

Alain est apiculteur dans la Brie verte depuis 25 ans et s’occupe d’environ 100 ruches.
Passionné par son métier il fait partie de l’équipe du « rucher du Luxembourg » (Société Centrale d’Apiculture) où il donne des cours d’apiculture.
Alain est engagé dans une démarche Bio.
Le miel du rucher des Cours Doux détient le label "AB". Alain est aussi engagé à nos côtés dans un projet d’économie sociale au Maroc ou il assure la formation d’une trentaine de femmes.

Les miellées sont arrivées

Chères marraines, chers parrains,


La sortie de l'hiver a été difficile et nous avons eu beaucoup de pertes.
Heureusement, le beau temps s'est installé !
Les fleurs se sont épanouies, le moral est remonté, les miellées sont arrivées : miel de printemps, acacia et nous voilà déjà dans la dernière étape, en espérant un beau miel de forêt.


Encore merci pour votre soutien et bel été à tous !

Alain

Voir toutes ses actualités

Le rucher de Cours Doux

Le rucher de Cours Doux

Le rucher de Cours Doux est situé en plein cœur de la région de la Brie Verte à Féricy (Seine-et-Marne) dans la vallée Javot en lisière de la forêt domaniale de Barbeau.
De nombreuses variétés de plantes visitées par les abeilles sont présentes sur ce territoire.

Selon l'emplacement des ruches et la floraison variante sur chaque année, Alain vous proposera deux types de miel :
Un miel d'acacia, d'aspect liquide et brillant, au parfum délicat avec des notes florales.
Un miel de forêt, liquide également plutôt sombre et de saveurs boisées à mentholées selon la teneur en tilleul et châtaignier.

L'apiculteur : Lionel POTRON

UTPLA apiculteur Lionel POTRON

Je suis apiculteur amateur depuis plus de 20 ans, en pro depuis 2016.
Passionnés d’apiculture, amoureux de la nature et Parisien, c’est tout naturellement que je me suis dirigé vers la production de miel de Paris en créant APIS CIVI.
Les premières ruches de notre société ont été installées en 2016 à proximité des parcs et jardins de la capitale afin de contribuer directement à la pollinisation
des arbres et fleurs qui composent la biodiversité de Paris.
Le 16ème arrondissement avec sa proximité du Bois de Boulogne et le parc des Buttes-Chaumont nous ont ouvert les bras et c’est ainsi que le miel de Paris APIS CIVI a commencé.
Les Champs-Elysées, Montmartre ainsi que Belleville ou encore les Batignolles ont donc été peuplées de nos ruches.
En 2019, la société a travaillé sur le déploiement sur la rive gauche et ce sont les 13ème, 14ème et 15ème  arrondissements qui ont été développés.
En 2017, unique producteur de miel labélisé « fabriqué à Paris », APIS CIVI reçoit de la part de la Mairie de Paris le coup de cœur d’un jury.
En 2018, le miel de Paris APIS CIVI a obtenu la médaille d’or du Concours Général Agricole pour la catégorie des miels multifleurs clairs.
En effet, notre miel de Paris sans pesticide profite d’une variété de fleurs exceptionnelle composée notamment de tilleuls, marronniers,
acacias ou encore des sophoras du Japon qui lui procure une qualité gustative unique.
Paris recense aujourd’hui plus de 2000 espèces d’arbres et de fleurs différentes que butinent nos abeilles grâce au maillage de nos ruchers.

Visite du rucher

Bonjour à tous,

J'ai oublié de vous transmette l'adresse :
La voici

Rucher du bois de Boulogne

Camping de Paris
2, Allée du bord de l'eau
75116 Paris :-)

De 14h à 18h


Venez visiter les ruches parrainées de Paris.
Je vous convie à venir me rencontrer et voir vos abeilles le Samedi 4/09/2021 de 14h à 18h.

De nombreux lieux sont inaccessibles pour des raisons de sécurité mais notre rucher école de Paris dans le bois de Boulogne l'est.

Venez découvrir le monde des abeilles et comment nous les préservons.

 

Lieu: Rucher du bois de Boulogne

Inscription: c'est ici

 

Au plaisir de vous rencontrer.

Lionel

Voir toutes ses actualités

Le Rucher de Paris 15

Le Rucher de Paris 15

Ce rucher possède 5 ruches et il peut en accepter 10 de plus.
Les espèces d’arbres alentours sont le marronnier, et le tilleul.
Cela produit un miel de fleurs liquide et corsé.
Ruches : Langstroth

L'apiculteur : Renald POULAIN

UTPLA apiculteur Renald POULAIN

Renald, paysan bio depuis plus d’une dizaine d’années et ancien éleveur laitier a décidé de se diversifier dans l'apiculture biologique en 2012 (certification Ecocert).
Amoureux de la nature depuis son enfance, Renald a pour éthique le respect de l’environnement et une démarche respectueuse de l’homme et des générations futures.

Il élève lui-même ses reines et ses essaims, ayant suivi une formation spécifique d'élevage.
Ses ruches sont des dadants comportant chacune 10 cadres, elles sont fabriquées en pin douglas provenant de la forêt voisine, la peinture de protection des ruches dite Suédoise est faite par ses soins, avec de la farine, de l'huile de lin et de l'ocre.


Il cultive ses terres et plante sur plusieurs dizaines d’hectares les fleurs qui permettront à ses abeilles de s’épanouir.
Il fournit également en blé sur des variétés oubliées et pauvre en gluten les boulangeries alentours.
Les miels produits par Renald n’ont subi aucune transformation (non chauffés), ne contiennent aucun additif.
Ils gardent ainsi toutes leurs propriétés gustatives et bienfaits pour la santé.

Son objectif est d'atteindre 250 ruches pour vivre de l'apiculture.

Nouvelles de votre apiculteur

Bonjour à tous,

Un petit bonjour de Normandie où la saison se termine sous un grand soleil avec des températures exceptionnelles !

Malgré un démarrage tardif du aux saints de glaces, la saison s’est très bien passée. Ma récolte a dépassé celle de l’an dernier surtout en tilleul et en toutes fleurs d’été...

Il y a eu certains tracas ceci dit, une première panne au niveau de la presse à cire puis une autre panne sur le programmateur de l’extracteur... Les problèmes ne sont pas résolus, je pense que je vais devoir réinvestir cet hiver pour la Saison prochaine car mes machines sont anciennes et il n’existe plus de pièces de remplacement.

Je n’ai pas pu organiser de portes ouvertes cette année à cause du COVID, j’espère avoir le plaisir de le faire l’an prochain pour vous recevoir.

Merci beaucoup pour votre soutien.

Amicalement.

Renald 

Voir toutes ses actualités

Le rucher de Domfront

Le rucher de Domfront

Le rucher de Renald est situé dans le bocage Bas-Normand, à la lisière de la forêt d'Andaine sur le site  Natura 2000  et le parc régional  Normandie Maine.

Ses ruches lui procurent du miel toutes fleurs de grande qualité :
- Miel de vergers (pommiers et poiriers hautes tiges)
- Miel de haies (aubépine, châtaigner, ronces...)
- Miel de prairie permanente (pissenlit, trèfles...)
- Miel de phacélie (récoltée grâce la plantation de jachère fleurie)
La récolte se fait deux fois par an, l'une au printemps, l'autre en été, permettant ainsi d'obtenir deux variétés de miel toutes fleurs.
Vous pourrez recevoir en fonction des floraisons (selon les conditions météos) et période de parrainage, l’un et/ou l’autre de ces miels panachés dans votre colis.

L'apiculteur : Manuel VIGNERON

UTPLA apiculteur Manuel VIGNERON

Manuel (35ans) est apiculteur amateur depuis 2014, dans le massif central en Corrèze (le pays vert) aux portes du parc naturel de millevaches en Limousin.
Il s'est formé au rucher école de Brive la Gaillarde, mais surtout grâce aux lectures qui lui ont permis d'essayer de nombreuses techniques pour se perfectionner.

Il possède actuellement 70 ruches dadant où les abeilles butinent dans ce lieu paisible et naturel encore préservé qui fait leur bonheur.
Son objectif est d'atteindre une centaine de ruches environ dans le but de garder une production de miel et une méthode de travail artisanale: (réduction maximale du matériel électrique et thermique qui se résume à son véhicule et son extracteur électrique)!!!

La sauvegarde de l'abeille noire endémique de sa région mieux adaptée au climat et à la végétation, reste sa priorité.
Il développe par ailleurs un élevage naturel (tenant compte de la biologie collective des abeilles) pour proposer des essaims à la vente pour la filière apicole.
La sauvegarde de la biodiversité le préoccupe beaucoup, c'est pourquoi il n'utilise aucun produits chimiques ni dans la ruche, ni aux alentours.
L'extraction et le conditionnement du miel se font température ambiante, il n'est donc jamais chauffé.

Sa priorité n'est pas de produire un maximum de miel mais d'en laisser suffisamment aux abeilles pour la bonne santé de ces dernières.

Manuel a obtenu en 2017 l'attestation de conformité Nature et Progrès pour l'ensemble de ses ruchers et ses miels !
Ce label certifie une apiculture biologique et paysanne, qui intègre aussi des notions éthiques, environnementales et sociales dans le cahier des charges...

Une saison très intense

Bonjour à tous,

Cette saison est vraiment très intense et chronophage : je ne sais pas par quoi commencer.

L’ascenseur émotionnel fonctionne beaucoup trop fort que ce soit dans le positif ou le négatif.

On va commencer par le positif : une récolte de miel phénoménale avec plusieurs centaines de kilos de miel d'acacia à extraire...(donc beaucoup de travail)....

J'attendais ce moment depuis 4 ans environ, date de la dernière récolte de miel d'acacia.

Les trois dernières années, la météo capricieuse et les températures n'avaient permis aucune récolte de ce miel tant recherché par sa couleur limpide, son goût très agréable et sa capacité à rester liquide très longtemps sans cristalliser !

Les récoltes ne sont pas encore terminées mais j'en aurais pour tout le monde et j'espère aussi avec d'autres miel différents qui devraient arriver par la suite (tilleul, ronce et châtaignier).

Le point négatif et beaucoup moins sympathique... C’est que certaines de mes ruches ont été touchées par un virus. Pas d’incidence évidemment sur la qualité du miel déjà récolté, puisque vous le savez probablement, mais les abeilles sont un filtre naturel extrêmement puissant.

Toutefois la vigilance et le travail au rucher est particulièrement dense. Je fais aussi beaucoup de recherches sur ces maladies pour essayer de trouver une solution...

L'avenir est donc très incertain et il est possible que je perde un bon paquet de ruches dans cette histoire ! Je ne nous le souhaite pas.

Vous allez recevoir très prochainement votre miel de printemps et d’acacia !

Merci à vous de me soutenir surtout dans des moments comme celui-là.

Je garde espoir mais le métier d’apiculteur n’est décidemment pas facile.

A bientôt !

Manuel 

Voir toutes ses actualités

Le rucher de Pierrefitte

Le rucher de Pierrefitte

Le rucher se trouve à côté du massif des monédières qui culmine à 919 mètres où la variété florale est assez grande.
Il sélectionne l'emplacement de ses ruchers selon le niveau de diversité des plantes et l'état naturel de l'environnement dans le but d'avoir un miel différent des autres avec de nombreuses saveurs !

Selon la météo et les floraisons, Manuel pourra proposer du miel monofloral de châtaignier ou acacia, mais surtout du miel toutes fleurs de printemps (pissenlit, saules, arbres fruitiers, centaurées, myrtille, rosacées, aubépine, trèfle blanc, érable…) et d'été (tilleul, ronce, châtaignier, sarrasin, luzerne, callune ...).
Il est en partenariat avec plusieurs maraîchers tournés vers l'agriculture biologique ainsi que des producteurs de plantes aromatiques et médicinales bio chez qui il pose ses ruches, afin de proposer aux abeilles un maximum de plantes à butiner en toutes saisons. (Toutes ses ruches se trouvent d’ailleurs à moins de 10km à la ronde de son domicile pour limiter les déplacements).
Cette diversité essentielle aux abeilles (nectar, pollen) va permettre une bonne santé générale de la colonie et une production de miel optimale.
Il vend sa production localement (dépôt-vente, marchés de pays…) et n'effectue aucune transhumance.

Le rucher se trouve à côté du massif des monédières qui culmine à 919 mètres où la variété florale est assez grande.
Il sélectionne l'emplacement de ses ruchers selon le niveau de diversité des plantes et l'état naturel de l'environnement dans le but d'avoir un miel différent des autres avec de nombreuses saveurs !

Selon la météo et les floraisons, Manuel pourra proposer du miel monofloral de châtaignier ou acacia, mais surtout du miel toutes fleurs de printemps (pissenlit, saules, arbres fruitiers, centaurées, myrtille, rosacées, aubépine, trèfle blanc, érable…) et d'été (tilleul, ronce, châtaignier, sarrasin, luzerne, callune ...).
Il est en partenariat avec plusieurs maraîchers tournés vers l'agriculture biologique ainsi que des producteurs de plantes aromatiques et médicinales bio chez qui il pose ses ruches, afin de proposer aux abeilles un maximum de plantes à butiner en toutes saisons. (Toutes ses ruches se trouvent d’ailleurs à moins de 10km à la ronde de son domicile pour limiter les déplacements).
Cette diversité essentielle aux abeilles (nectar, pollen) va permettre une bonne santé générale de la colonie et une production de miel optimale.
Il vend sa production localement (dépôt-vente, marchés de pays…) et n'effectue aucune transhumance.

L'apiculteur : Isabelle MANSAIS

UTPLA apiculteur Isabelle MANSAIS

La Papillonne est une entreprise apicole créée en 2010. Elle tient son origine à une passion forte que j’ai eu très tôt pour les abeilles…
Je suis installée depuis 9 ans à présent. Juste avant ce projet apicole, j’étais technicienne / responsable en élevage porcins.
Dans mon jeune âge j’ai fait un BTS ACSE à Bourges.
Actuellement, je compte quelques 200 ruches sur plusieurs ruchers et j’élève mes propres reines.
Aujourd’hui, face aux pertes annuelles qui touchent toute la filière, j’ai besoin d’augmenter mon cheptel pour parer aux pertes annuelles et améliorer la qualité de mon travail (achats de matériels etc…).
C’est la raison pour laquelle j’ai souhaitais participer à l’aventure d’Un Toit Pour Les Abeilles.
Je vous propose aujourd’hui de soutenir mon activité en parrainant des ruches chez moi.
Je voudrais aussi sensibiliser les personnes au milieu apicole et les informer des difficultés de notre métier. Parler de l’abeille, sa fragilité et son rôle essentiel dans la nature.
Et puis, j’aimerais que ma fille, qui prépare un BTS PA puisse me rejoindre sur l’exploitation.

Les beaux jours sont là

Bonjour à tous,

Nous voilà dans une phase de beaux jours et ils rallongent pour le bonheur de nos petites abeilles !!
Nous préparons activement le début de l’activité des abeilles, nous sommes en pleine visite de printemps.

Ses visites servent à contrôler si une reine est présente dans la colonie, contrôler la ponte, l’état des ruches...

Si les conditions météo le permettent nous espérons pouvoir récolter du miel d’acacia et ensuite du miel d’aubépine !

A bientôt !
Isabelle

Voir toutes ses actualités

Le Rucher de la Papillonne

Le Rucher de la Papillonne

Nos ruches se situent sur plusieurs ruchers distincts pour bénéficier de floraisons variées.
Principalement sur deux secteurs qui se démarquent par rapport aux autres…
Le premier se situe au niveau de l’exploitation.
Les abeilles peuvent y apprécier différentes floraisons riches et variées : Acacia, Châtaignier, Tilleul, et toutes Fleurs.
Le second rucher se situe à 15km environ. Les abeilles y butinent principalement du Châtaignier ainsi que du Forêt.

L'apiculteur : Alban HERITIER

UTPLA apiculteur Alban HERITIER

Je m'appelle Alban, j'ai 32 ans.
Comme vous pouvez le deviner sur la photo, je suis un amoureux de la bonne gastronomie. Donc je suis très attaché aux produits sains et de qualité.
Bien que je ne sois pas labellisé bio, ma démarche est très respectueuse de l’abeille et de la biodiversité. C'est pour cela que mes abeilles sont toutes creusoises et donc habituées au climat local. J'utilise uniquement des ruches Dadant.
L'apiculture m'a toujours attiré, mais j'ai réellement découvert l'apiculture il y a 4 ans grâce à un collègue qui m’a offert mon premier essaim. Une fois piqué, on devient accro...

Je me suis formé au sein des 2 ruchers école du département, mais également en partageant avec les apiculteurs expérimentés, et avec beaucoup de lecture. Je suis actuellement en contact avec des écoles pour développer encore mes connaissances.

Et c'est comme cela que la passion est née. Je ne vis pas de l'apiculture, je fais cela par passion uniquement.
Le terme « rendement » ne fait pas parti de mon vocabulaire.
Mon miel est extrait à l'aide d'un extracteur manuel, pour une extraction en douceur.
Je récolte également la propolis et la cire. Je vais cette année expérimenter les baumes à lèvres, les crèmes hydratantes pour les mains, les bougies, ainsi que la teinture mère de propolis.

Le rucher de Mélina évolue

Chères marraines, chers parrains,

2022, le rucher "les jardins de Mélina" évolue.
Vous êtes nombreux à m'accompagner, et je vous en remercie !
Étant perfectionniste, je suis soucieux de la qualité de mon travail, toujours dans l'objectif de vous satisfaire.
C'est pourquoi je suis un cursus de formation auprès de nombreux professionnels depuis ce début d'année, et cela pendant 3 ans.
Et c'est grâce à vous !
Concernant les abeilles, ce printemps ensoleillé fait le bonheur de nos petites protégées.
Elles s'épanouissent dans la végétation creusoise généreuse et protégée : c'est un réel plaisir de les visiter et de les voir monter en puissance pour rentrer un maximum de miel.
Mais restons patient, le dégustation n'est pas pour tout de suite..

A bientôt.

Alban

Voir toutes ses actualités

Les Jardins de Mélina

Les Jardins de Mélina

Le département de la creuse est un département peu connu, où la nature à la chance d'être très préservée. L’agriculture locale est surtout l’élevage de bovins et ovins.
Il y a peu de cultures, donc peu de risques d’exposer mes abeilles aux pesticides.
Je collabore avec « un toit pour les abeilles » car je trouve la démarche intéressante. Les entreprises ou les particuliers participent à l’activité apicole, se sensibilisent à la protection des abeilles, mais sensibilisent également leur entourage.
Et ce fonctionnement permet aux apiculteurs de pouvoir développer leur cheptel.
Je dispose actuellement d’une trentaine de colonies, que je surveille tout au long de l’année.
Chaque année, comme j’ai une profession qui ne me permet pas de visiter mes ruchers tous les jours, je laisse partir des essaims en pleine santé dans la nature lors des essaimages. Cela permet de repeupler doucement la campagne environnante.
Mes ruches se situent sur quatre ruchers distincts, offrant aux abeilles une pluralité florale importante. Selon le rucher, je récolte des miels de tilleuls doux au parfum délicat, des miels de châtaigniers, de caractère, boisé, corsé un peu amère, ou encore des miels de Fleurs de prairies délicats.

L'apiculteur : Alexandre BOUVIER

UTPLA apiculteur Alexandre BOUVIER

Je m'appelle Alexandre Bouvier (33 ans). Mon intérêt pour la nature et les plantes m'a poussé à aller découvrir le monde merveilleux des abeilles en 2015.
Après deux saisons auprès d’apiculteurs confirmés dans le Tarn et en Lot-et-Garonne, je me suis lancé avec mes 10 premières ruches progressivement dans le projet de vivre de ce magnifique métier.
Pour compléter mes acquis, je me suis formé au rucher école local et ensuite fait une formation agricole (BPREA) afin d’avoir toutes les clés pour démarrer cette belle aventure.
Fin 2018, 160 personnes m’ont soutenu dans ma campagne de financement participatif. Grâce à eux, j’ai l’occasion de travailler auprès des abeilles à temps plein depuis le printemps 2019.  
Le sens de l’organisation et du collectif chez l’abeille m’émerveillera toujours !  En tant qu’apiculteur nous avons la chance de la voir évoluer et de faire un métier diversifié et enrichissant.
L’idée du parrainage fleuri fortement dans mon esprit depuis quelques années. Je pense que nos paysages ressemblent de plus en plus à un désert pour les pollinisateurs.
Il est temps que collectivement nous travaillons à repenser nos écosystèmes afin que les divers acteurs replacent le vivant au centre des décisions, que ce soit le particulier dans son jardin,
les collectivités dans leurs gestions de l’espace public, les agriculteurs sur leurs champs, etc.
Le soutien de parrains est pour moi l’une des clés pour recréer les liens entre les divers acteurs concernés et mettre en lumière l’importance de notre biodiversité.

Et puis je souhaite que le parrainage m’aide à réaliser un vieux rêve.
J’aimerais créer des collaborations avec des éleveurs locaux pour que leurs prairies deviennent un paradis aussi bien pour les animaux que les insectes/abeilles.
En retravaillant sur des programmes de plantation de haies et prairies enrichies en fleurs.
Cependant, les éleveurs ont souvent besoin de soutien financier et technique pour mettre en place ces démarches. Ils sont un maillon essentiel pour que la flore de France reste diversifiée !
J’ai actuellement 120 ruches dadant avec des abeilles de diverses races. La diversité c’est bien aussi chez les abeilles.  
Elles sont situées sur divers secteurs pour bénéficier de floraisons durant toute la saison.

Le printemps est arrivé !

Bonjour,

Le printemps est arrivé et la nature est resplendissante comme d’habitude à cette période.

Cette année, nous devons faire face à une forte volonté d’essaimage des abeilles. Cet instinct de reproduction chez les abeilles se réveille en général au printemps sur des colonies avec des reines âgées ou des colonies très populeuses.

Durant l’essaimage, environ la moitié des abeilles partent avec la vieille reine coloniser un nouvel espace où elles ne seront pas en concurrence en matière de ressources.

Les abeilles qui sont restées dans la ruche attendent la naissance et la fécondation de la nouvelle reine pour agrandir de nouveau la famille. Ces colonies avec une faible population ne seront malheureusement capables de produire que très peu de miel cette année, voire pas du tout. En tant qu’apiculteur, nous nous devons d’accepter l’essaimage, instinct de reproduction magnifique à voir en œuvre. Mais il est nécessaire de ne pas en avoir trop afin de pouvoir vivre de notre métier.

Les températures élevées dès les premiers jours des floraisons printanières, suivies de plusieurs longues journées de pluie ont donné l’idée d’essaimer à  un peu prêt tout le monde au même moment (colonies avec des reines âgées mais aussi jeunes). C’est un phénomène rare qui nous oblige à diviser quasiment toutes les colonies afin de leur offrir de la place dans la ruche, dans l’espoir de calmer cette volonté d’essaimage.

En effet, le manque d’espace et de travail pour les abeilles (bâtir, bichonner du jeune couvain, etc..) est l’une des causes principales de cet essaimage au printemps.

De plus, cette méthode de division nous permet de renouveler le cheptel et ainsi pallier les mortalités (maladies, reine trop âgée, etc..).

Les abeilles sont maintenant en train de profiter des fleurs d’acacia dans les coins où ils n’ont pas gelé. Nous croisons les doigts pour qu’il y ait une petite récolte cette année.

Voilà pour les nouvelles fraiches printanières. Un grand merci pour votre soutien !

Je vous dis à bientôt dans la saison.

Voir toutes ses actualités

Le rucher d’Angiroux

Le rucher d’Angiroux

La flore locale permet aux abeilles de butiner au printemps les fleurs des arbres fruitiers (ici notamment les pruniers), buissons sauvages, pissenlit, colza,
ainsi que de l’aubépine, de l’acacia et plus tard dans la saison du miellat et du tournesol.
Durant les périodes de disette, une partie des colonies sont ensuite disposées auprès des bourdaines et bruyères Landaises ainsi que des châtaigniers de Dordogne
afin de leurs apporter des pollens et nectars de qualité. Les abeilles et l’apiculteur sont gagnants !  
Nous profitons des diverses miellées de nos terroirs pour offrir une gamme variée de gouts, couleurs et de textures. Des miels crémeux jusqu'à des miels aromatiques et complexes :
Miel de printemps, d´acacia, de toutes fleurs, de bourdaine, de châtaignier, de foret, de tournesol, du crémeux de printemps et d’été !

L'apiculteur : Julien DOSNON

UTPLA apiculteur Julien DOSNON

Je suis apiculteur depuis plus de 15 ans. J'ai obtenu mon statut de Jeune Agriculteur/Apiculteur en 2020 avec une centaine de ruches en production.
Mon métier passionnant à des racines familiales.
Mes parents, mon grand-père mais également mon arrière-grand-père étaient apiculteurs.
J'ai connu tout petit une apiculture que l'on pratiquait avant-guerre avec des ruches paniers.
J'ai travaillé sur ces ruches paniers durant mon enfance et mon adolescence.
J'ai bien sûr vu en parallèle les ruches « carrées » Dadants que l'on connait aujourd'hui.
Afin d'en apprendre plus au-delà de ma famille, j'ai travaillé une dizaine d'années sur les routes de France,
entre éleveurs spécialisés et apiculteurs transhumants, des montagnes de la chaîne des Pyrénées jusque sur les Toits de Paris.
Cela m'a permis de voyager, de découvrir d'autres régions, d'autres cultures et d'affiner mon savoir-faire.
Toute cette expérience m'a permis de démarrer en 2015 avec sérénité.
J'ai, dès le début, orienté mes pratiques en respectant le cahier des charges bio.
Aujourd'hui, je suis labellisé AREA et certifié par AFNOR.
J'exerce également une activité d'élevage de reines qui me permet de renouveler mon cheptel et de proposer quelques essaims à la vente.
L'objectif du parrainage de ruches permet d'ouvrir mon métier au grand public grâce à votre aide.
Le partage, au-delà de l'aspect financier permet de sensibiliser et de faire prendre conscience de la fragilité de notre filière et l'avenir de notre planète.
Je suis un apiculteur engagé !
Je soutiens à titre personnel une petite dizaine d'associations locales à travers de mon adhésion annuelle et je participe à des actions de sensibilisation
comme le ramassage des déchets sur les plages ou l'installation de nichoirs pour les oiseaux.
J'ai rejoint le programme "Des Terres & des Ailes" de la LPO France.
Un de mes miels, le miel de La Rochelle a été médaillé en 2019 au concours des saveurs par la région Nouvelle Aquitaine.

Des nouvelles de Julien, votre apiculteur

Bonjour à tous mes parrains d'un Toit pour les Abeilles, 

Quelques nouvelles en cette période de tempête avant l'arrivée du printemps. Normalement, les reines ont repris la ponte depuis mi janvier et d'içi 15 jours nous pourrons commencer les visites de printemps.

Elles permettront de voir si nos petites butineuses ont correctement passé l'hiver et ce sera l'occasion de renouveler des cadres, et, pour elles de profiter des premières fleurs du printemps.

A ce stade, j'ai commencé par "cirer" les cadres. Cette opération consiste a retendre les fils inox des cadres neufs et a poser une feuille de cire gaufrée qui se tient via les fils inox qui lorsqu'ils sont chauffés par l'intermédiaire d'une petite machine, vont faire fondre la cire et ainsi souder la feuille entière sur le cadre.

C'est le moment également de préparer le matériel d'élevage, trier les hausses et faire la gestion de l'administratif. 

Voilà j'espère que vous allez bien et il me tarde de démarrer cette nouvelle saison 2022 avec beaucoup d'entrain. Cordialement, Julien. 

 

 

Voir toutes ses actualités

Le Rucher Mielapi

Le Rucher Mielapi

Je travaille en petits ruchers allant de 2 à 25 ruches maximum.
Je possède une quinzaine de ruchers sur l'agglomération de La Rochelle.
Je produits 3 miels locaux : Un miel de fleurs de printemps (fleurs issues du printemps fruitiers/colza/aubépine/trèfle).
Un miel de fleurs de La Rochelle (acacia/troène/buddleia/cornouiller sanguin/miellat de chêne vert/tilleul/Tamaris/ronce)
et un miel de fleurs d'été (réséda/sophora/vigne vierge/tournesol/renouée des oiseaux/lavande) sur les ruchers sédentaires.
Je pratique deux fois par an deux transhumances.
Une pour le miel monoflorale d'acacia en région centre et une pour le miel de châtaignier en région Poitou-Charentes.
Mes ruches sont des modèles Dadants 10 cadres avec de l'abeille métissée locale adaptée à son environnement et à la pratique d'une apiculture urbaine et traditionnelle.
Je réalise des animations sur mes ruches ouvertes au grand public et je prends soin en tant qu'éleveur à la docilité pour des raisons de sécurité en milieu urbain et péri urbain.
Je suis ravi de rejoindre le réseau d’apiculteurs Un Toit Pour Les Abeilles.

L'apiculteur : Grégoire HEINRICH

UTPLA apiculteur Grégoire HEINRICH

Grégoire est un jeune apiculteur qui habite à Toulouse.

Il a augmenté son nombre de ruches après en avoir acheté 35 l'hiver dernier.  
Une partie de la saison a consisté à créer d'autres colonies pour habiter ces nouvelles maisons.
Il a donc divisé toutes les colonies qui lui restaient au printemps.
Il a fini l'année 2017 avec 70 colonies, en progression par rapport aux années précédentes.

Son prochain objectif est d'arriver à 100 ruches, que toutes ces caisses soient remplies de manière constante, peut-être en 2018, avec la volonté de s'occuper après, au mieux de ces colonies. 

Il a aujourd'hui plus de colonies en hivernage et relativement belles.
Ce qui laisse présager du meilleur pour la saison prochaine.

Les ruches vont bien !

Bonjour à toutes et à tous, 


Les ruches vont bien.

J'ai eu peu de mortalité hivernale cette année.

Dès le début du printemps, j'ai créé beaucoup de nouveaux essaims pour créer de nouvelles ruches. Alors, les divisions se sont bien passées mais la réussite est aléatoire pour créer de nouveaux essaims, c'est à dire que l'essaim n'arrive pas toujours à créer de nouvelles reines.

Ça dépend de la météo (pluie, vent, température, ...), du lieu, ... Globalement ça va, mais ça aurait pu mieux marcher. 

Le printemps a été très différent cette année, beaucoup mieux pour l'apiculture.

Il faut s'adapter aux conditions naturelles au fur et à mesure. 
Je suis en train de préparer les ruches pour les miellées de cet été, que j'espère importantes bien sûr !

Et je commence à poser les hausses dans lesquelles les abeilles entreposeront le miel.

Je fais tout pour qu'elles soient dans les meilleures conditions possibles.

Après, ça ne dépend plus de moi : je croise les doigts !

 

A très bientôt
Grégoire Heinrich

Voir toutes ses actualités

Le rucher de Lavaur

Le rucher de Lavaur

Le 1er rucher est situé à côté de Lavaur dans le Tarn, à 35 min de Toulouse.

Les récoltes espérées sont du miel de printemps, du miel toutes fleurs et du miel de tournesol.

L'apiculteur : Alban GORE

UTPLA apiculteur Alban GORE

Alban est installé au cœur des Corbières, dans l'Aude, où l'apiculture a connu son apogée avec les romains qui installés ici, pratiquaient la culture de la vigne et des abeilles.

Après avoir commencé en 2000 à constituer son cheptel et fabriqué ses premières 150 ruches, il obtient en 2001 son BPREA (Brevet Professionnel Responsable d'Exploitation Agricole) apicole en alternance et, en 2007, il reprend l'activité en professionnel de son oncle apiculteur qui part en retraite. Il récupère alors les ruches et le matériel de miellerie.

Il est convaincu que les abeilles doivent garder un cycle proche du cycle de leur écotype (environnement) et de fait, effectue la transhumance très raisonnablement (Aude et départements limitrophes).
Il vend sa production localement puisqu'il est présent sur les marchés de Carcassonne et de Lezignan Corbières quasiment toute l'année. Du producteur au consommateur !!

Les abeilles vont bien

Bonjour chers parrains,

Après un hiver sans réel froid, les abeilles vont assez bien cette année chez moi.

J’ai pu, ce printemps, faire pas mal d’essaims qui, après bien des péripéties, s’en sortent bien.

La production de miel reste faible et la période de l' essaimage a été très intense mais la santé des abeilles compense.

Actuellement je transhume les ruches sur les châtaigniers dont la floraison va débuter bientôt.
Je vous mets quelques photos


 


A bientôt vous lire
Alban

Voir toutes ses actualités

Le rucher du Massif des Corbières

Le rucher du Massif des Corbières

Alban travaille avec des ruches Dadant  10 cadres (modèle qui permet plus d'autonomie aux abeilles).
Il pratique l'élevage de reines  et crée ses essaims sur l'exploitation même.
Alban travaille depuis quelques années avec des Abeilles Caucasienne et Catalane, types d'abeilles se rapprochant le plus des abeilles "noires" dites locales que l'on ne voit plus dans les Corbières depuis longtemps.
Elles ont l'avantage d'être plus rustiques mais ne sont pas commodes par moment.
Installé au cœur des Corbières, l'environnement est constitué de Garrigues basses et plutôt sèches avec de très fortes températures  en été (40°C a 50°C sans problème) et beaucoup de vent (quand ce n est pas le "marin" c'est le "cers" fréquent avec ses rafales entre 50 et 80 km/heure).
Ce n'est pas pour rien que  les passionnés pratique la planche a voile sur littoral audois !!
Les abeilles ont d'ailleurs ici le comportement de voler à ras du sol, slalomant entre les genêts, scorpions et les romarins.
Les miels "phares" de nos Corbières sont le miel de romarin (plantes aux vertus merveilleuses mais aux miellées  précoces et aléatoires) et les miels de "garrigues", de printemps, d’été ou d'automne, suivant les saisons et les floraisons.
Les abeilles vont au fil du temps sur les romarins, les thyms, les dorycniums, les roquettes blanches, les clématites, les buplèvres, les lavandes sauvages et les sédums ou en fin de saison, sur les arbousiers, les lierres ou les inules visqueuses.
En plaine du coté de Carcassonne, là ou les cultures s’étendent, les abeilles pourront faire du miel sur le tournesol.
Viennent ensuite les miels de maquis ou de montagne faits de bruyère blanche, de serpolet, de ronce ou de bruyère cendrée ou callune ou même, de châtaignier (l'arbre à pain providence qui apporte l'énergie nécessaire aux jeunes essaims pour se préparer à l'hivernage).

L'apiculteur : Arielle et Eric MAIDON

UTPLA apiculteur Arielle et Eric MAIDON

Eric : J'ai travaillé longtemps comme plombier chauffagiste. Mais quand j'ai eu 50 ans,
j'ai dit « Stop ! Maintenant je vais faire ce que j'ai envie de faire ! » et je suis reparti à l'école pour passer un BPREA d'apiculture.
Après avoir acheté 25 ruches en 2013, j'ai construit les autres et commencé à agrandir mon cheptel.
En 2018, celui-ci s'élevait à environ 200 colonies et obtenait une certification AB.
Arielle : J'étais institutrice depuis une trentaine d'années. J'ai pris ma retraite et je me suis engagée avec lui dans cette nouvelle voie.
Je donne un coup de main au rucher et à la miellerie, mais je m'occupe plutôt de la transformation (granolas, gâteaux, pâtes à tartiner...) et des marchés.
Je garde un contact avec l'éducation en animant parfois des ateliers de sensibilisation au peuple des abeilles, auprès des enfants d'âge scolaire.
Cette nouvelle vie nous satisfait, elle est cohérente avec nos envies d'écologie et de mieux vivre, et nous avons l'impression de contribuer à une alimentation plus saine avec nos produits !
Le parrainage de ruches avec Un Toit Pour Les Abeilles est pour nous une réelle opportunité de faire face aux difficultés auxquelles sont confrontées les abeilles et les apiculteurs de nos jours.
Merci pour tous vos parrainages !

C'est la période des essaimages

Bonjour à tous !
En saison, nous recevons fréquemment des appels de personnes qui se retrouvent en présence d'un essaim chez eux.
Ici, un essaim s'était installé dans un arbre creux ; Lorsque l'agriculteur l'a abattu et a commencé à l'ébrancher, les abeilles sont sorties.
Il a prudemment abandonné le chantier et nous a appelé.



Nous avons coupé la partie du tronc que nous pensions creuse dans l'idée de le rapporter chez nous et de faire une ruche-tronc.
Le trou était bien plus grand que prévu, et l'arbre tellement abîmé qu'il est parti en morceaux.
Nous avons donc récupéré les abeilles dans une ruchette qui est venue rejoindre le rucher de la Coumette.
Elles ont l'air de s'y plaire et ont accepté de rester !

A bientôt pour plus de nouvelles !
Arielle et Eric

Voir toutes ses actualités

Le Rucher La Patte dans le Pot

Le Rucher La Patte dans le Pot

Le rucher est situé chez nous dans le Gers, avec environ 200 ruches dont 160 actuellement en production.
Etant situés à l'intersection du Gers, de la Haute-Garonne et des Hautes-Pyrénées, nous sommes idéalement placés pour effectuer de petites transhumances vers des zones mellifères :
tilleul, châtaignier et suivant les années bruyère callune dans le piémont pyrénéen, acacia, tournesol et sarrasin en plaine.
Également colza et tournesol en miel conventionnel.

L'apiculteur : David et Karine DEVERGNE

UTPLA apiculteur David et Karine DEVERGNE

Karine et David sont deux jeunes apiculteurs passionnés, ils s' inspirent de la méthode de conduite de rucher du frère Adam.
En février 2011, ils ont créé leur entreprise apicole dont le siège est situé ur la commune de Maulévrier (49) dans le Maine et Loire, juste en face du lac de Ribou, à proximité de Cholet (zone sensible protégée du captage d'eau de la région Choletaise).
Du fait que le siège soit dans ce périmètre protégé et que ses pratiques respectent le cahier des charges de l'apiculture biologique, ils bénéficieront prochainement du label agriculture biologique.
Le rucher a pour nom les Abeillers du Lac de Ribou.
En mai 2011, ils ont vu leur cheptel augmenter de 200 essaims et sont alors devenus apiculteurs professionnels.

Petit retour sur la saison

Chères marraines, chers parrains,

Cette année nous avons pu constater une faible mortalité de nos colonies à la sortie de l'hiver (-5%).
C’est une très bonne nouvelle par rapport à l'année dernière où les pertes étaient énormes...
Après un début de printemps extrêmement favorable d'un point de vue météorologique (grande douceur, alternance de pluie et soleil), les abeilles ont bien commencé la saison avec un butinage actif.

La récolte a commencé début juillet, elle est plus qu'honorable cette année. L'ensemble du cheptel est en très bon état.
Les ruchers sont répartis en forêt, prairies et nous avons transhumé des colonies sur du tournesol.
En espérant vous offrir bientôt un miel de qualité, fruit du travail acharné de nos abeilles et grâce à votre soutien fidèle qui nous a permis de nous relancer dans notre activité.

Apicalement vôtre."
Karine et David

Très bonnes vacances à vous !

Voir toutes ses actualités

Le rucher de Ribou

Le rucher de Ribou
Le rucher principal s'étend sur près de 4 hectares à coté du lac de Ribou, la flore locale y est riche et variée (bocages de haies champêtres et prairies pour la plupart en agriculture biologique).

On peut y récolter un miel toutes fleurs de prairie, du miel d'acacia, de tilleul, de châtaignier, de ronce.

Ils vont également développer la vente de propolis ainsi que la fabrication de pains d'épices maison.

Les abeilles à parrainer dont de race Buckfast et d'une lignée certifiée que seul Dominique Froux, apiculteur professionnel ayant collaboré avec un grand maître de l’apiculture (le frère Adam à l’abbaye de Buckfast en Angleterre) et qui a développé cette abeille d’élevage douce et productive, peut prétendre en France. 

L'apiculteur : Yvon TORCAT

UTPLA apiculteur Yvon TORCAT

Je m'appelle Yvon TORCAT.
Je suis apiculteur depuis une trentaine d'années.
J'ai appris l'apiculture très jeune en aidant un apiculteur retraité dans mon village de VAL DE CHALVAGNE dans les Alpes de Haute Provence.
Il m'a transmis sa passion des abeilles et le respect de la nature.
Je suis fasciné depuis trente ans par l'intelligence des abeilles et leur pouvoir de transformer le nectar des fleurs en miel.
Je vis au rythme des abeilles et de la floraison des fleurs mellifères.
Je travaille sur des ruches langroth avec l'abeille locale: l'abeille noire.
Je possède quatre vingt ruches: j'aimerai bien augmenter mon cheptel mais chaque année j'ai de nombreuses pertes dues à l'hiver et aux frelons asiatiques.
Aujourd'hui, je transmets mes connaissances en apiculture à un jeune homme motivé.
Je propose uniquement un miel de lavande.

A quand un peu de pluie...

Bonjour à tous,
Très chère marraines, très chers parrains,

Voici quelques nouvelles de mes ruchers.
J’ai reconstitué des nouvelles colonies pour compenser mes pertes hivernales.
J’essaie de maintenir toujours à peu près le même nombre de colonies d’une année sur l’autre.

Le problème actuel est toujours le même que le mois dernier : le manque d’eau.

Je regarde désespérément la météo et le ciel: quasiment pas de pluie.
Ce qui entraine très peu de fleurs et de nectar : donc très peu de miel dans les ruches.
Contrairement à beaucoup d’apiculteurs je vais faire encore qu’ une seule récolte de miel dans l’année.
Ce sera du miel de lavande .
J’espère qu’il va pleuvoir au moins une fois sur les lavandes en fleurs.
Je vais transporter mes ruches la nuit aux alentours du 15 juin dans les champs de lavande.
Ce sera le début de la floraison.

Je vous donnerai alors des nouvelles de la récolte
A très bientôt,
Yvon

Voir toutes ses actualités

Le rucher de Val de Chalvagne

Le rucher de Val de Chalvagne

Les ruches passent la majeure partie de l'année dans la vallée, à 800 m d'altitude, dans l'arrière pays niçois.

Il s'agit d'un territoire ayant su préserver son environnement de tous pesticides et insecticides.
Les abeilles trouvent à proximité une nourriture saine et variée : thym, tilleul, sarriette,lavande sauvage, fleurs des champs et des sous bois…
Les ruches sont transhumées la nuit sur le plateau de Valensole dans les grands champs de lavande vers le 10 juin pour une seule récolte de miel de lavande.
Les lavandes poussent sur des sols calcaires secs.

La plupart des lavandes , très odorantes sont largement utilisées en parfumerie et en cosmétologie.
De nombreux apiculteurs n'hésitent pas à faire plusieurs centaines de kilométres pour récolter ce " miel des miels".
La floraison a lieu de mi  juin à fin juillet. La récolte du miel a lieu dès que les lavandes sont coupées à la fin du mois de juillet.

Le miel de lavande représente le fleuron des miels produits en France.
Il est très parfumé et offre des atouts à la dégustation qui en font sa réputation.
Il sait se faire apprécier de tous grâce a son parfum typé, blond.
Son odeur est délicat et fort agréable. Ses aromes boisés, végétaux et floraux restent longtemps en bouche et enchantent tous les palais délicats.
Nombreux sont les amateurs qui n'hésitent pas à clamer haut et fort que c'est de très loin le meilleur miel au monde.
Le miel de lavande a des vertus antiseptiques. Il est bénéfique en période de toux, c'est un anti-inflammatoire pour les voies respiratoires et un anti rhumatisme naturel.

L'apiculteur : Jean-Charles BUREAU

UTPLA apiculteur Jean-Charles BUREAU

Artiste et apiculteur, j'ai suivi mes études au beaux-arts de Paris.
Je suis maintenant artiste, vous pouvez voir mon travail sur mon site jean-charlesbureau.com.
En parallèle, je me suis lancé en tant qu'apiculteur, par passion et pour trouver un équilibre financier entre ces deux activités.
L'apiculture m'est venue assez jeune, par le biais malheureux de la sclérose en plaque de ma mère.
En regardant les bénéfices potentiels des produits de la ruche pour ce genre de maladie, mon intérêt s'est naturellement orienté sur les abeilles.

J'ai énormément lu sur le sujet jusqu'au jour où j'ai sauté le pas.
Je me suis formé auprès d'un apiculteur en Bretagne.
Dès mon arrivée à Marseille il y a deux ans, j'ai continué à travailler avec un autre apiculteur du réseau Un Toit Pour Les Abeilles, Denis Fiorile auprès duquel je me forme encore et à qui je rachète l'exploitation au fur et à mesure.
J'ai commencé mon exploitation avec une quarantaine de ruches, je suis dorénavant avec une centaine et le projet à venir dans les prochaines années est de monter à 200 ruches et labélisé Bio mon exploitation
Vous pouvez suivre mon exploitation tout au long de la saison sur instagram ou facebook sur MIEL BUREAU. J’y explique précisément le travail effectué au jour le jour.

A l'apogée de la saison

Très chères marraines et parrains,


Pour nous autres, apiculteurs de Provence nous voici à l'apogée de la saison, la lavande.
Autour du 15 juin j'ai pu transhumer, pendant plusieurs nuits, toutes mes ruches sur plusieurs ruchers de lavandes.
Comme vous le savez par ici la sécheresse fait rage...
Le miel à coulé un peu mais pas à flot, la lavande brûle au soleil....
Un espoir peut-être car au moment où je vous écris ces quelques mots des orages nous déversent quelques pluies!

Durant le mois de mai, j'ai pu rencontrer certain d'entre vous pendant les journées portes ouvertes : ce sont toujours des moments très agréables de partage, et cela nous permet de pouvoir vous montrer plus précisément le métier d'apiculteur.

Merci encore pour votre soutien si précieux.

A bientôt !
Jean-Charles B.

Voir toutes ses actualités

Le rucher de Roquevaire

Le rucher de Roquevaire

Ce rucher se situe à Roquevaire, une vue majestueuse sur le Garlaban.
Les abeilles iront butiner principalement sur le romarin dès le début du printemps, très tôt par ici. Un miel de Garrigues se présentera petit à petit avec l'arrivée du thym.
Les abeilles se chargeront en pollen avant la grande transhumance sur les champs de lavande de Provence.

Ces trente ruches en activité mélangent des abeilles noires locales et la buckfast classique.

Que se passe-t-il ce mois-ci sur votre rucher ?

Introduction
Le mois de juin est une période de forte activité pour les abeilles.
Les floraisons sont nombreuses et la ruche bourdonne de toute part.
C’est donc aussi une période intense pour l’apiculteur, qui doit redoubler de vigilance. Immersion dans le monde des abeilles en juin !



Que se passe-t-il dans la ruche en juin ?
Jusqu’au 20 juin environ, la Reine pond très activement, jusqu’à 2 000 œufs par jour !
La ru...




Imprimer la page

Retour