Eqiom granulats

Logo Eqiom granulats

Eqiom est un acteur majeur dans la production de ciment, granulats, béton prêt-à-l’emploi et des services associés. Ses produits et solutions couvrent l’ensemble des besoins des acteurs du bâtiment et des travaux publics.

Eqiom Granulats (France) exploite une quarantaine de carrières et sablières principalement localisées dans le grand quart nord-est de la France. Fortement ancrées localement, les équipes en place se mobilisent au quotidien pour fournir aux clients des matériaux de qualité adaptés aux besoins, tout en préservant au mieux l’environnement naturel et humain.


Voir leur site internet

La ruche en images

  • La ruche Eqiom granulats
  • La ruche Eqiom granulats
  • La ruche Eqiom granulats
  • La ruche Eqiom granulats
  • La ruche Eqiom granulats
  • La ruche Eqiom granulats
  • La ruche Eqiom granulats
  • La ruche Eqiom granulats

France 3 Bourgogne avec Chantal et Yves

Reportage diffusé le jeudi 6 Octobre 2016. Cliquez en dessous pour visualiser l'extrait.

L'apiculteur : Yves ROBERT

UTPLA apiculteur Yves ROBERT

Yves et Chantal ont débuté en 2010 avec 3 ruches. Aujourd'hui ils en comptent près de 80, dont une soixantaine soutenues par les parrains Un Toit Pour Les Abeilles.

Yves et Chantal privilégient une production locale et une conduite douce des ruches. Ce choix est motivé par une éthique personnelle et professionnelle engagée pour la protection de l’environnement, ceci dans une optique d’exploitation apicole prospère économiquement.

Chantal et Yves ne pratiquent pas la transhumance, puisque tous leurs ruchers sont fixes, ce qui réduit considérablement les dépenses en carburant, les besoins en mécanisation et ainsi l'impact carbone.

Ils ont choisi des ruches Warré plus respectueuses des abeilles et proposent un miel de terroir.
Outre le miel, Les apiculteurs produisent leurs propres essaims naturels (sans importation de reine), ils récoltent du pollen, de la propolis, de la cire d’abeille...

Bilan de la saison 2020 à l’hivernage

Il y a deux mois, je vous faisais part de la situation tendue que la sécheresse de fin d’été faisait reposer sur les conditions de préparation de l’hivernage pour nos abeilles.
Je me suis beaucoup inquiété… Je ne sais pas si cela a transpiré à travers les mots employés ?

Les métiers en rapport avec la nature sont forcément soumis aux aléas… Cela, a été accentué en apiculture notamment,
par toutes les agressions et destructions sévères pratiquées par l’agriculture industrielle sur les écosystèmes ordinaires.
Je joins une photo que j’ai prise, à la fin de l’été, d’une haie qui se trouve près d’un de mes ruchers. Cela fait des décennies que les « jardiniers des paysages »
passent avec des engins puissants pour couper les haies en les massacrant. Cette année particulièrement, ces pauvres haies n’avaient pas besoin de cela, après l’épreuve de la sécheresse…
Finalement, les colonies ont surmonté avec brio la préparation à l’hivernage !...

Les effectifs d’abeilles d’hiver sont assez conséquents, les réserves de miel assez bonnes, sauf exception ; et les colonies ont retrouver la sérénité qu’elles avaient parfois perdues,
pendant la période de disette et d’attaque par les frelons et autres assaillant en quête de nourriture…
Les abeilles ont une capacité d’adaptation qui ne cesse de me fasciner. Nous pouvons leur faire confiance pour faire face aux aléas climatiques ; elles gèrent remarquablement bien !
Si tant est qu’on ne les mette pas en difficulté de manière irrémédiable.

Elles nous confirment, à chaque fois, qu’elles ont beaucoup à nous apprendre sur la résilience…
Que leur organisation très évoluée, leur entraide indéfectible et leur connaissance parfaite du milieu en font des expertes de l’adaptation aux aléas climatiques.
Non seulement, il faut arrêter de nous en prendre à la nature ; mais nous allons apprendre du vivant comment nous sortir des sérieux tracas dans lesquels notre civilisation
un peu trop négligente du vivant nous a plongés. Les abeilles sont nos alliées !
A cause de la surexploitation des écosystèmes naturels, dont les forêts, les abeilles -comme la plupart des espèces animales –
souffrent de la disparition de leurs habitats naturels (notamment, les troncs d’arbres creux)
Les essaims d’abeilles se rabattent de plus en plus sur l’occupation d’habitats artificiels.

Tout abri préservant de la pluie, du vent et du froid en hiver est susceptible de servir d’habitat à un colonie d’abeilles :
espace entre fenêtre et volet ou cheminée de maison inhabitée, tonneau ou bien sûr vieille ruche abandonnés.
Même en milieu rural, on a encore trop tendance à les en chasser. Alors que nous avons tellement à apprendre de la cohabitation avec elles,
en laissant retomber la peur et en acceptant qu’elles viennent parfois nous rendre visite. Contrairement aux guêpes, elles ne viendront jamais dans notre assiette, sauf s’il y a du miel…


 
Etat d’une haie bocagère en Bourgogne du Sud après le passage d’un engin de coupe. Cela ressemble plus à du massacre, en ne tenant aucunement compte de la physiologie et de son état de déshydratation avancée.
Yves


Voir toutes ses actualités


Le rucher de Sennecey

Le rucher de Sennecey

Le rucher est situé près du hameau de Tallant dans le canton de Sennecey-le-Grand en Saône-et-Loire (Bourgogne du Sud).

Il occupe un verger bordé de haies, de pâtures et prairies qui s'étendent à flanc de colline jusqu'au bois qui coiffe le sommet.
Cet environnement est riche d'une flore diversifiée qui s'épanouit dès le printemps (pissenlit, fruitiers, aubépine...) et se prolonge tout l'été (acacia, ronce, trèfle...).

La première récolte sera polyflorale puisqu’issue des variétés citées ci dessus.
Ainsi, selon la proportion en tilleul et acacia, le miel pourra être liquide à crémeux (ces deux espèces mellifères influençant sur la fluidité du miel).

Chantal et Yves travaillent avec des reines de souche Buckfast fécondées naturellement et issues du cheptel bio de Jérôme Alphonse (autre apiculteur partenaire Un toit pour les abeilles). Cette race d'abeilles est connue pour être douce et productive.

Que se passe-t-il ce mois-ci sur votre rucher ?

Introduction



Le mois de novembre marque l’entrée en hivernage de la colonie.
Si les températures clémentes des dernières semaines pouvaient laisser planer un semblant d’été indien, l’automne est désormais bel et bien là.
La planche d’envol est déserte et la colonie est organisée pour les mois à venir.
Que se passe-t-il dans la ruche en novembre ?



Les temp&eac...




Imprimer la page

Retour