Une saison à la ruche

Que se passe t-il dans la ruche en Septembre ?

[RECTIFICATIF de notre texte saison d’août 2020]

Dans le texte du mois dernier, nous évoquions le fait qu’ « il n’est pas conseillé de nourrir les oiseaux toute l’année car cela peut favoriser des attroupements non naturels ».

La LPO – Ligue de Protection des Oiseaux nous a informé que si c’était en effet le cas il y a quelques années, il en est tout autre chose aujourd’hui.
Elle souligne l’importance de continuer à nourrir (graines et eau en hauteur) les oiseaux tout au long de l’année, du fait des ressources naturelles aujourd’hui limitées.
Pollution, dérèglement climatique et bien d’autres facteurs encore ont provoqué depuis quelques années déjà, le déclin des insectes, qui constituent une grande partie de l’alimentation de ces oiseaux.
A titre indicatif un oiseau se nourrit en moyenne de 2000 insectes par jour.

Un oiseau emblématique, le moineau est aujourd’hui en voie de disparition du fait de ressources naturelles appauvries. Merci d'avance à toutes et tous pour votre écoute.

Introduction


Si le mois de septembre rime souvent avec retour au bureau ou sur les bancs de l’école, il en est autrement pour les abeilles !
Après de longs mois à travailler d’arrache pied pour renforcer la ruche et fabriquer des réserves de miel suffisantes pour l’hiver, il est désormais temps de se reposer… Tout en préparant l’hivernage !

Que se passe-t-il dans la ruche en août ?



L’ensemble de la ruche ralentit son activité, à commencer par la Reine. Alors qu’elle pouvait pondre jusqu’à 2000 œufs par jour en été, elle se limite désormais à moins de 200.
Cela libère de nombreuses alvéoles, qui sont alors de parfaites zones de stockage pour les dernières récoltes de l’année : les butineuses y déposent le pollen et le nectar prélevés sur les fleurs les plus tardives.
La colonie veille précieusement sur les réserves qui lui permettront de se nourrir cet hiver : il faut environ 15kg de miel pour assurer la pérennité de la ruche jusqu’au printemps prochain !

Que fait l’apiculteur en septembre ?



Après des mois intenses de mai à août, l’apiculteur peut enfin souffler. Mais il doit rester vigilant car cette période de transition doit préparer la ruche à passer l’hiver sereinement.
L’apiculteur doit vérifier l’état de ses colonies après la haute saison. Si certaines lui semblent affaiblies, il peut décider de les réunir pour former une colonie plus résistante pour l’hiver.
Ce sera le cas des colonies avec des Reines très faibles, qui ne pondent presque plus.

L’état et l’emplacement des ruches doit également être contrôlé : il est important qu’elles soient surélevées pour ne pas absorber l’humidité du sol lorsque les pluies de fin d’été feront leur apparition.
Autre point de vigilance : il faut protéger la ruche des prédateurs.
Les stocks de miel peuvent attirer de nombreux indésirables comme des rongeurs. L’installation de grilles est primordiale pour les tenir à l’écart.

Zoom sur les ruches paille



La ruche en paille fait partie des ruches dites traditionnelles. Elle est fabriquée avec de la paille d’osier ou de seigle tressée.
Sa forme de voûte convient parfaitement aux abeilles. Elle est généralement installée en hauteur, pour éviter les attaques de prédateurs ou de parasites.
Ce type de ruche a été délaissé au profit des ruches modernes que nous connaissons.
Les ruches paille sont en effet impossibles à déplacer dès lors qu’un essaim a commencé à s’y installer et elles résistent moins aux intempéries et aux parasites.

La ruche paille est toutefois appréciée des adeptes de la permaculture pour ses matériaux naturels et sa simplicité d’entretien.

Le geste écolo du mois : le compost



A l’heure où nous faisons la guerre au plastique et où nous cherchons des alternatives écoresponsables et durable pour limiter nos déchets, voici une solution toute simple et naturelle, à développer chez vous !
Que vous viviez en maison ou en appartement : pourquoi ne pas recycler vos déchets organiques en utilisant un compost ?

Passer au compost a plusieurs avantages significatifs.

1 - Vous réduisez vos déchets au quotidien
En recyclant vos épluchures de légumes, fleurs fanées, feuilles de thé ou marc de café. Cela libère de l’espace dans votre poubelle et vous utilisez donc moins de sacs poubelle, véritables fléaux pour la biodiversité et les océans !

2 – Vous évitez les mauvaises odeurs
Ce sont les matières organiques qui sont à l’origine des mauvaises odeurs de votre poubelle. En les stockant dans un compost, vous évitez ce problème !
Votre poubelle se remplit moins vite et vous n’avez plus besoin de la changer aussi régulièrement.

3 – Vous créez votre propre terreau pour rempoter vos fleurs
Le compost est une matière très riche qui donnera un coup de boost à vos plantes d’intérieur comme d’extérieur. Et cela vous évite un aller-retour à la jardinerie !

Merci à toutes et tous pour votre lecture, et plus encore pour votre soutien ;-)