Une saison à la ruche

Que se passe t-il dans la ruche en Octobre ?

La marche pour le climat et Greta Thunberg
Beaucoup de pays se sont mobilisés pour le climat vendredi 20 septembre dernier.
L’Allemagne, La France (150 000 manifestants), Bali, New York mais encore l’Australie où plus de 300 000 manifestants, certains venus des Iles du Pacifique, se sont rassemblés pour alerter contre le réchauffement climatique.
En parallèle, Greta Thunberg, « visage phare » de la lutte pour le climat a déclaré, lors de son discourt devant l’ONU, le 23 septembre dernier, porter plainte avec 15 autres jeunes contre la France et quatre autres pays pour « Inaction climatique ».
Geste symbolique…
Quoiqu’il en soit, les nombreuses mobilisations de ces derniers mois témoignent d’une prise de conscience, on l’espère générale, sur les enjeux autour de la question du climat et de la protection de la biodiversité.



Les abeilles, véritables baromètres du climat, sont les premiers témoins du dérèglement climatique.
L’année 2019 aura été particulièrement difficile pour nos précieuses butineuses, en première ligne d’une météo capricieuse : entre alternance de froid, pluie, vent, canicule et sécheresse…
Les apiculteurs évoquent déjà l’année 2019 comme une « année noire » pour l’apiculture ! D’autres ont d’ores et déjà déposé un dossier de calamité apicole.

Ce sont nos apiculteurs qui en parlent le mieux…

« Chèr(e)s marraines et parrains,
Cette saison estivale aura été très chaude, ce qui n'est un secret pour personne... Mais le résultat sur la végétation est très alarmant.
Pour se protéger du chaud et du manque d'eau, les plantes et les arbres se mettent en sécurité et la production de nectar est quasi nulle.
Je préférerais vous dire que tout va bien et que les abeilles se portent à merveille, mais ce n'est pas vraiment le cas.
Hé oui le réchauffement climatique n'est pas un mythe. »

Pascal S., Le rucher de Checy.



L’incidence du dérèglement climatique sur nos ruchers
Les conditions météos ont été particulièrement instables cette année, mettant à mal l'équilibre fragile de nos avettes. Et cela, partout en France !
Il n'a pas fait assez froid en hiver, poussant les abeilles à consommer les rares réserves stockées. Puis le froid a laissé place à la pluie, ennemi juré des abeilles.
Au printemps, les rares miellées disponibles ont rapidement été chassées par les alternances, pluie et froid.
Et enfin les canicules estivales ont asséché les floraisons d'été...
Les abeilles ont profité ici où là des quelques accalmies météorologiques pour aller puiser, non sans mal, les quelques nectars disponibles dans la nature.
Heureusement pour elles, l'arrière-saison aura été un peu plus généreuse.

Pré-bilan 2019
En quelques années à peine, la production de miel s’est littéralement effondrée. Elle a été divisée par trois, passant de quelques 35 000 tonnes de miel produit en France dans les années 90 à un difficile 10 000 tonnes ces dernières années.
Sachant que les français sont grands consommateurs de miel avec quelques 40 000 tonnes consommées par an.
Nous importons ainsi environ 30 000 tonnes de miel par an, sans trop se soucier de l’origine de ce dernier.

Il est primordial d’agir concrètement pour soutenir une filière qui se bat au quotidien pour la préservation des abeilles.
Il faut également se renseigner sur la provenance du miel que l'on consomme, suivre sa traçabilité, lire les étiquettes.



D’ores et déjà, l’UNAF annonce pour cette année des pertes supérieures aux pertes annuelles habituelles de 30%. Pour 2019, ce taux passerait à 40%. Un drame pour la filière.

Que se passe-t-il dans la ruche ?
L’automne est bien arrivé avec ses températures froides, son vent et ses pluies… Les températures avoisinent les 5 à 10°C le matin et 16 à 20°C l’après-midi. Elles sont amenées à descendre encore doucement.
Pour nos butineuses, il va être temps de rester dans les ruches afin de se réchauffer. Certaines abeilles, les plus courageuses, sortent encore les après-midis mais il devient compliqué de trouver de quoi se rassasier.

Zoom sur … L'hivernage
Les abeilles vont commencer à pousser les faux bourdons hors de la ruche. Elles ne dorment pas l’hiver à proprement parlé. Elles vivent au ralenti, vont se tenir bien au chaud les unes contre les autres, en grappe serrée afin de garder une température intérieure dans la ruche de 30-35°C.



De son côté, l'apiculteur …
Après la saison 2019 particulièrement difficile pour la filière, une pause bien méritée pour l’apiculteur s’impose.
Ouf les abeilles sont en hivernage et l’apiculteur va pouvoir se concentrer sur la mise en pot de son miel pour les parrains.
Jusqu’ici c’était la course sur les ruchers et l’apiculteur était 100% dédié à faire prospérer ses abeilles. Un repos « entre parenthèse » car l’apiculteur ne se repose jamais tout à fait, tout du moins pas comme on l’entend.
Mise en pot, nettoyage de la miellerie, marché de noël ou encore contrôle des ruches en hivernage sont autant d’activités qui vont se poursuivre sur la fin d’année.



Le Saviez – vous ?
Pour affronter l'hiver, les apiculteurs estiment qu'une ruche « en bonne santé », c'est-à-dire suffisamment chargée en ressources naturelles pour assurer l'hivernage, doit contenir au minimum entre 15 et 20kg de miel. En dessous de ce niveau, la ruche est considérée comme « en péril », elle ne passera pas l'hiver. Pendant l’hiver, l’apiculteur préfèrera des contrôles visuels et de pesée pour s’assurer de la bonne santé de ses ruches.
Il évitera à tous prix de les ouvrir…

Un peu de gourmandise… La recette du mois !
Pain perdu au miel et aux amandes
cuisine.journaldesfemmes.fr/recette/pain-perdu-au-miel-et-aux-amandes



INGREDIENTS
Pour 4 personnes
- 8 tranches de pain rassis
- 2 œufs
- 50 cl de lait
- 30 g de cassonade
- 1 sachet de sucre vanille
- 4 cuillères à soupe de miel liquide
- 100 g d'amandes effilées
- 2 noix de beurre demi-sel

PREPARATION
Faites dorer les amandes effilées dans une poêle bien chaude, sans matière grasse. Réservez. Battez les œufs en omelette.
Ajoutez le lait, la cassonade et le sucre vanillé. Fouettez. Imbibez le pain. Faites chauffez le beurre dans une poêle à feu moyen.
Déposez le pain à l’aide d'une fourchette. Faites dorer des deux côtés.
Servez bien chaud et nappez de miel. Parsemez d'amandes grillées. Pour obtenir des ronds, découpez-les avec un emporte-pièce.

Bon appétit et surtout partagez-nous vos photos sur les réseaux sociaux !