Clinique vétérinaire La Capside

Logo Clinique vétérinaire La Capside

La ruche en images

  • La ruche Clinique vétérinaire La Capside
  • La ruche Clinique vétérinaire La Capside
  • La ruche Clinique vétérinaire La Capside
  • La ruche Clinique vétérinaire La Capside
  • La ruche Clinique vétérinaire La Capside
  • La ruche Clinique vétérinaire La Capside
  • La ruche Clinique vétérinaire La Capside
  • La ruche Clinique vétérinaire La Capside
  • La ruche Clinique vétérinaire La Capside
  • La ruche Clinique vétérinaire La Capside
  • La ruche Clinique vétérinaire La Capside
  • La ruche Clinique vétérinaire La Capside
  • La ruche Clinique vétérinaire La Capside
  • La ruche Clinique vétérinaire La Capside
  • La ruche Clinique vétérinaire La Capside
  • La ruche Clinique vétérinaire La Capside
  • La ruche Clinique vétérinaire La Capside
  • La ruche Clinique vétérinaire La Capside
  • La ruche Clinique vétérinaire La Capside
  • La ruche Clinique vétérinaire La Capside
  • La ruche Clinique vétérinaire La Capside
  • La ruche Clinique vétérinaire La Capside
  • La ruche Clinique vétérinaire La Capside
  • La ruche Clinique vétérinaire La Capside
  • La ruche Clinique vétérinaire La Capside

L'apiculteur : Frédéric WUATELET CECCALDI

UTPLA apiculteur Frédéric WUATELET CECCALDI

J'avais en tête une reconversion agricole depuis plusieurs années déjà…
J’ai d’abord travaillé comme skipper pro durant une quinzaine d'année dans les Antilles, le Pacifique et bien sûr la Méditerranée.
Par la suite, j’ai souhaité réhabiliter et remettre en production des terrains de famille en haute corse que je possède ;
Notamment une châtaigneraie d'une quinzaine d'hectares.
Malheureusement, il a été difficile de mener à bien ce projet, essentiellement pour des raisons topographiques et de charge de travail.
Le temps que je mette tout en route, j’aurais probablement atteint l’âge de la retraite ;-)
Finalement, ma femme et moi avons acquis, avec des amis un terrain d'une trentaine d'hectares où j'ai pu développer mon activité.
J'ai également deux ruchers de montagnes sur Frasseto et Corrano ainsi que deux ruchers du coté de Coti Chiavari.
Il y a cinq ans, je me suis passionné pour l'apiculture, aidé en cela par celui qui allait devenir, par la suite, mon maitre de stage.
J'ai acquis mes cinq premières ruches en 2015 et j'ai à l’heure actuelle une centaine de ruches en production.
Je travaille en langstroth, format de ruche bien adapté à notre abeille endémique « Apis Mellifera Mellifera Corsica »,
sous espèce de notre abeille noire d'Europe.
Elle est plus petite, mois productive et plus agressive que les abeilles que l'on trouve sur le continent.
Mais elle est plus adaptée à notre flore locale, notamment grâce à sa langue plus longue qui lui permet de butiner certaines plantes de la région.

Une saison qui redémarre en doudeur

Chers parrains,
Les colonies se réveillent tout doucement…
Pour le moment, je me suis contenté de contrôler rapidement les réserves et d’intervenir uniquement en cas de besoin.
Je laisse les abeilles entamer leur réveil tranquillement.
Les essaims de l’année dernière sont prometteurs et devraient passer sur ruche d’ici une dizaine de jours je pense.
Les abeilles commencent leur saison en rentrant pour le moment du pollen de mimosas qui a commencé à fleurir et du nectar d’arbousier qui touche à sa fin.
Les asphodèles sont prometteurs mais il reste encore plusieurs semaines avant le début de la miellée de printemps.
Je croise les doigts pour que la pluie nous rende visite bientôt qu’elle amène l’eau au bon moment pour que les abeilles puissent capter la miellée d asphodèle.

Je vous donnerai des nouvelles très bientôt, quand la saison sera de nouveau bien entamée.
Frédéric

Voir toutes ses actualités

Le Rucher d'Acciola

Le Rucher d

A l'heure actuelle je possède quatre ruchers qui me permettent de suivre les floraisons, en variant les altitudes.
Je passe de 200m d’altitude au printemps, à presque 800m pour le châtaignier ou l'arbousier.
J'ai adhéré, dès mes premières ruches, au syndicat AOP Miel de corse « Mele Di Corsica ».
Il nous permet à travers un cahier des charges assez rigoureux, d’avoir une gamme variétale complète en Appellation d'Origine Protégée (la seule en France).
Elle comprend le Miel de Printemps (saules, lotiers littoraux mimosas, asphodèle chardons etc..).
Mais aussi, le Maquis de Printemps (genêts, bruyères, lavande maritime.),
le Miellat du maquis, issu du puceron du chêne aussi nommé « metcalfa » (qui se fait hélas de plus en plus rare ces dernières années),
le Miel de Maquis d'Eté (anthyllis, thym corse, ronces et germandrées).
Ce dernier miel est plus rare car souvent concomitant à la miellée de châtaignier.
Le Miel de châtaigneraie (châtaignier mais aussi ronces, clématites, anthyllis, népita et genêts) et enfin,
le Miel de Maquis d'Automne (arbousier, lierre salsepareille et inule visqueuse).
Je n'arrive pour l'heure qu'à produire, selon les années, du Miel de Printemps, Maquis de Printemps, Châtaigneraie et Maquis d'Automne.
Mais je travaille à l'obtention de nouveaux ruchers qui pourraient, par la suite me permettre de produire plus de miel de la gamme variétale, notamment je l'espère, le Maquis d’Été.
Le parrainage de ruches, me permettra, je l’espère, et grâce à vous d’accomplir mon rêve !

L'apiculteur : Alain LEVIONNOIS

UTPLA apiculteur Alain LEVIONNOIS

Alain est apiculteur dans la Brie verte depuis 25 ans et s’occupe d’environ 100 ruches.
Passionné par son métier il fait partie de l’équipe du « rucher du Luxembourg » (Société Centrale d’Apiculture) où il donne des cours d’apiculture.
Alain est engagé dans une démarche Bio.
Le miel du rucher des Cours Doux détient le label "AB". Alain est aussi engagé à nos côtés dans un projet d’économie sociale au Maroc ou il assure la formation d’une trentaine de femmes.

On vous souhaite de très belles fêtes !

En bordure du sentier qui mène au jardin fleurissent les hellébores, appelées aussi Roses de Noël.
Dans notre région, rares sont les fleurs en ce temps hivernal, mais, par une journée de douceur,
les abeilles s'accordent une petite sortie et viennent butiner ces roses pour y récolter quelques grains de pollen.
Il faudra rapidement rentrer à la ruche car la saison froide reviendra.
A cette période les abeilles restent en grappe dans la ruche, serrées les unes contre les autres et vivent de leurs réserves de miel.

L'apiculteur, quant à lui, ne reste pas sans travail. A la miellerie c'est la mise en pot, celle de nos parrains vient de se terminer.
 A l'atelier la préparation du matériel pour le printemps, ruches, cadres... à l'extérieur visites rapides et entretien des ruchers.

Nous vous souhaitons un bon Noël et une belle fin d'année et espérons vous revoir aux beaux jours lors de notre journée Portes Ouvertes.
Bien "abeillement"
Alain

Voir toutes ses actualités

Le rucher de Cours Doux

Le rucher de Cours Doux

Le rucher de Cours Doux est situé en plein cœur de la région de la Brie Verte à Féricy (Seine-et-Marne) dans la vallée Javot en lisière de la forêt domaniale de Barbeau.
De nombreuses variétés de plantes visitées par les abeilles sont présentes sur ce territoire.

Selon l'emplacement des ruches et la floraison variante sur chaque année, Alain vous proposera deux types de miel :
Un miel d'acacia, d'aspect liquide et brillant, au parfum délicat avec des notes florales.
Un miel de forêt, liquide également plutôt sombre et de saveurs boisées à mentholées selon la teneur en tilleul et châtaignier.

L'apiculteur : Denis SIGUIER

UTPLA apiculteur Denis SIGUIER

Je suis originaire de Corse et pratique l’apiculture depuis 1998.
J’ai d’abord été initié et formé à l’apiculture par un ami apiculteur professionnel.
Travaillant dans la conservation des variétés fruitières et légumières locales et la sauvegarde des savoir-faire traditionnels,
j’en ai profité pour développer mes connaissances en apiculture auprès des anciens.
Puis j’ai franchi le pas et décidé de devenir apiculteur professionnel, mais après plusieurs années de travaux,
mon cheptel a été totalement détruit par un immense incendie qui a ravagé le Cap Corse…

Titulaire d’une solide formation agricole Bac agricole (Agronomie, aménagement-environnement),
du brevet professionnel de responsable d’exploitation agricole (en apiculture),
d’un BTS agricole Gestion et Protection de la Nature (spécialité Gestion d’Espaces Naturels),
et d’une formation d’Ingénieur Ecologue, j’ai recommencé à zéro et choisi de créer mon exploitation en Charente (en Agriculture Biologique).
Ma connaissance de la nature me permet de sélectionner les meilleurs environnements non seulement pour produire des miels AB de qualité,
mais aussi pour contribuer activement à la conservation de la nature et de la biodiversité.

Je suis actuellement en cours de constitution de mon cheptel et d’installation agricole (prévue mi 2019).
Les abeilles, la nature et moi, avons aujourd’hui besoin de votre soutien !

Activité réalisée dans le cadre d’un Contrat d’Appui au Projet d’Entreprise au sein de Champs du Partage,
association loi 1901, SIRET : 812 624 161 00012
siège social : Maison de l'Economie Sociale et Solidaire,
07 rue Sainte-Claire Déville, 79000 NIORT - Terme du Contrat CAPE 2 Juillet 2019.

Pause hivernale, l'heure du bilan

Chères marraines, chers parrains,

Nous approchons du solstice d'hiver qui va clôturer le cycle de l'année et démarrer un nouveau cycle qu'il faut espérer meilleur pour les abeilles, les apiculteurs et la planète !
En effet, le bilan de cette année est dur pour l'apiculture en France (année noire, la pire depuis 70 ans).
Beaucoup d'efforts et de travail pour bichonner les abeilles, mais avec peu de résultats...

Il a fait chaud très tôt provoquant un démarrage précoce des colonies qui avaient une population importante lors des épisodes froids et pluvieux du printemps ;
les ruches et les essaims ont végété, consommé toutes les récoltes de printemps tandis que les fleurs d'Acacia étaient dévastées par les pluies, la grêle et le vent.
Elevage des reines difficile, beaucoup de mortalité d'essaims et de colonies en saison, récoltes estivales faibles à cause des épisodes caniculaires.
Les ruches sont maintenant hivernées et les pluies abondantes créent encore des conditions très défavorables pour les abeilles (l'humidité dans les ruches étant source de toutes sortes de problèmes potentiels).

Malgré tout, j'ai réussi à augmenter mon cheptel, créer de nouveaux ruchers et tester leurs potentiels,
à continuer à investir dans le matériel d'exploitation et surtout à produire de bons miels AB pour mes marraines et parrains !
La charge administrative pour concrétiser mon installation agricole et les projets qui en découlent a été très importante (et pas encore terminée)
et j'aspire à prendre au moins un peu de repos avant de recommencer une saison... J'espérais pouvoir vous en dire un peu plus sur les projets en développement mais,
il faudra faire encore durer le suspense et attendre toutes les décisions administratives.

Cette année, Un Toit Pour Les Abeilles a lancé un programme de balances connectées qui permet aux apiculteurs et parrains qui le souhaitent de pouvoir suivre les ruches.
Excellente initiative, ce type d'équipement est particulièrement nécessaire pour moi avec l'éloignement des ruchers (pour choisir les meilleurs environnements naturels).
Cependant, j'ai, d'une part, subi des problèmes de logistique et d'autre part eu des difficultés pour connecter les balances aux réseaux dans les endroits isolés.
Le déploiement a pour moi été plus compliqué et long que prévu, et je vous adresse mes sincères excuses si vous êtes concernés,
tout va rentrer dans l'ordre dans le courant de l'hiver et nous avons mis en place une procédure avec Un Toit Pour Les Abeilles pour éviter les problèmes sur les nouvelles balances.

Cette année passée au chevet de mes abeilles m'a fait prendre conscience à quel point la survie de l'abeille "sauvage" devient compliquée ;
les colonies isolées sont très rapidement détruites par les frelons asiatiques ; sans les traitements sanitaires que les apiculteurs prodiguent
(y compris en Bio, mais avec des substances naturelles) les parasites (Varroas notamment) affaiblissent considérablement les colonies  ;
les colonies sauvages ne sont pas forcément bien abritées pour affronter des pluies permanentes, des canicules répétées, des printemps glacés...
Si l'année a été difficile pour les apiculteurs, elle l'a été encore plus pour les abeilles sauvages !

Si bien que quand une de mes ruches essaime dans la nature, je ne me lamente pas, je lui souhaite bonne chance.
Et si, avant, je récupérais les essaims sauvages, je crois que je vais arrêter et les laisser repeupler la nature.
On commence déjà à se projeter sur l'année qui vient. Le temps glisse, laissons cette année derrière nous et partons vers de nouveaux projets !
Au chapitre des bonnes résolutions, convaincu que l'apiculteur est de plus en plus nécessaire à la conservation des abeilles,
j'ai réussi à trouver une souche d'abeilles locales pour développer en 2020 un rucher de conservation-élevage pour diffuser la souche.
En cette année difficile, et en période d'installation, votre soutien ainsi que celui de l'équipe d'Un Toit Pour Les Abeilles m'a été particulièrement précieux, voire indispensable !
Et je vous en remercie.
J'espère que les miels que vous avez reçus ou recevrez seront à votre goût ! La nature, les collègues céréaliers AB, les abeilles, l'équipe d’Un Toit Pour Les Abeilles et moi,
votre apiculteur dévoué, avons fait de notre mieux pour vous satisfaire ! Comme en témoignent les photos de ruchers jointes.

Je vous souhaite donc pour 2020, des rêves et des projets plus doux que mes meilleurs miels, santé et bonheur,
En espérant vous rencontrer en 2020, je vous adresserai les invitations et dates de visites de ruchers de printemps,
Votre apiculteur,
Denis



Voir toutes ses actualités

Le rucher La Ruche.bio

Le rucher La Ruche.bio

Le rucher parrainé par un « Toit pour les abeilles » est situé au cœur d’une vaste forêt (3 km de rayon) afin de garantir la production de Miels Bio.
Cette forêt de Charente Limousine est classée en ZNIEFF de type 1 (Zone Naturelle d’Intérêt Ecologique, Faunistique et Floristique)
au sein d’un vaste ensemble naturel avec rivières, prairies et boisements (classé en ZNIEFF de type 2).

Ce rucher environné de feuillus et de résineux est un véritable sanctuaire pour les abeilles
qui y trouvent toute l’année des ressources de qualité !
Ce rucher permet de produire des Miels certifiés AB (Agriculture Biologique – France, certification par Ecocert)
de Châtaigner, Acacia, Forêt, voire de Ronce et Callune (« Bruyère »).
Des miels authentiques issus de la flore naturelle !

Que se passe-t-il ce mois-ci sur votre rucher ?

Que se passe-t-il dans la ruche en mars ?

Introduction
« Si de toute l'année le pire des mois est février, méfie-toi aussi de mars et de ses giboulées »
Ce proverbe français de 1816 est toujours d’actualité en 2020, où le mois de février a été particulièrement rigoureux : les écarts de températures et les vents violents ont provoqué de nombreux dégâts parto...




Imprimer la page

Retour