Laboratoires FORTEPHARMA

Logo Laboratoires FORTEPHARMA

Fondés en 1999 à Monaco par le docteur Yann Rougier, expert et passionné de Nutrition-santé, nos laboratoires proposent des compléments alimentaires, des dispositifs médicaux ainsi que des médicaments à base de plantes.
Leader sur le segment de la Minceur depuis plus de 15 ans, nous sommes également reconnus grâce à nos gammes Beauté, Energie, Santé mais également Ruche, que nous avons baptisée Gamme Royale : Gelée royale bio, Dynamisant royal, Sérum royal, Propolis royale, Propolis spray, Pastilles royales miel & citron…. Ces compléments alimentaires sont composés des 4 ingrédients de la ruche, rigoureusement sélectionnés : sans conservateur, sans colorant, sans édulcorant de synthèse et sans arômes artificiels.
Leurs actifs sont d’origine naturelle et leurs formules élaborées selon la réglementation européenne.


Voir leur site internet

Ils se sont engagés pour la sauvegarde des abeilles

Face au phénomène d’effondrement des colonies d'abeilles et conscient des vertus des produits de la ruche pour la santé et du rôle essentiel des abeilles sur la biodiversité et l’écosystème, nous avons choisi de nous engager et de soutenir l'initiative « Un Toit pour les abeilles ».
En outre, la recherche constante de la meilleure qualité pour nos produits est la préoccupation majeure des Laboratoires Forté Pharma. Ces derniers respectent notamment les réglementations européennes, sont certifiés* par Ecocert ou Certisys, et garantissent qualité et sécurité grâce à des contrôles scientifiques réalisés par des organismes indépendants. Un gage de qualité reconnaissable sur nos produits via le logo Sélection Royale que vous retrouverez sur l’ensemble de la gamme.

Retrouvez la gamme royale par ici : https://www.fortepharma.com/fr/univers-sante/produits

*Gelée Royale Bio 2000mg, Gelée Royale Bio Junior, spray propolis Junior


Les ruches en images

  • La ruche Laboratoires FORTEPHARMA
  • La ruche Laboratoires FORTEPHARMA
  • La ruche Laboratoires FORTEPHARMA
  • La ruche Laboratoires FORTEPHARMA
  • La ruche Laboratoires FORTEPHARMA
  • La ruche Laboratoires FORTEPHARMA
  • La ruche Laboratoires FORTEPHARMA
  • La ruche Laboratoires FORTEPHARMA
  • La ruche Laboratoires FORTEPHARMA
  • La ruche Laboratoires FORTEPHARMA
  • La ruche Laboratoires FORTEPHARMA
  • La ruche Laboratoires FORTEPHARMA
  • La ruche Laboratoires FORTEPHARMA
  • La ruche Laboratoires FORTEPHARMA
  • La ruche Laboratoires FORTEPHARMA

Les abeilles du Queyras sur la planche d'envol


L'apiculteur : Aude G.

UTPLA apiculteur Aude G.

Aude a démarré l’apiculture en 2009, un peu par hasard, en accompagnant un ami dans ses ruches. Depuis, elle a eu ses premières ruches, puis une dizaine, une vingtaine puis 120. 
Après quelques années dans le Vaucluse, elle a racheté une ferme isolée dans les hautes alpes, dans le parc régional du Queyras, département d’origine de son conjoint.
Ceci correspond à son souhait de conduire ses ruches dans un milieu encore préservé, proche de la nature et au rythme des saisons.
Dans cette logique, la majorité des ruches sont sédentaires entre 900 et 1200m d’altitude.

Aude récolte principalement des miels de montagne et de lavande.

Elle développe aussi la production de gelée royale avec la mise en place d’un atelier.
La conduite de ruches se fait le plus possible selon le cahier des charges de l’agriculture biologique dans l’optique d’une certification d’ici quelques années.

Bilan de fin de printemps

Le 30 juillet 2018

 

Bonjour,

La saison est maintenant bien avancée. Les élevages sont finis. Il s’agit maintenant de surveiller la croissance des essaims pour qu’ils soient prêts à passer l’hiver dans de bonnes conditions. Cette année, un printemps capricieux a retardé le démarrage des élevages mais cela s’est arrangé par la suite.

Coté production, le miel de printemps est en cours de mise en pots. Le miel de montagne (environ 1200 m d’altitude à Guillestre et Vallouise) est en cours d’extraction. Les ruches sont actuellement en haute montagne (de 1800m à 2100m). Elles devraient y rester jusqu’à mi-aout. La semaine prochaine, je vais chercher les ruches sur la lavande pour les mettre en montagne où elles trouveront du pollen de qualité pour se remettre de cette miellée très éprouvante. Je récolterai en même temps les hausses de miel de lavande.

Il est encore tôt pour faire le bilan de la saison mais je suis satisfaite. J’ai pu accroitre le cheptel (qui entrera en production en 2019) tout en préservant la production de miel. Les pluies du printemps nous ont permis de faire des jolies miellées en début d’été.

Dernière ligne droite pour la récolte avant d’entamer la préparation de la mise en hivernage.

A bientôt pour ceux qui viendront à la journée porte ouverte.

Merci de votre soutien!

Aude

 

Quelques photos pour le plaisir :

 

 

Voir toutes ses actualités


Le rucher du Queyras

Le rucher du Queyras

La saison est courte.
Elle démarre au printemps sur le noisetier par les belles journées de février puis les fruitiers et les pissenlits.
Certaines ruches montent ensuite plus en altitude dans les alpages pour les mois les plus chauds.
Enfin un rucher descend sur les lavandes, pour produire ce miel tant recherché.
Aude produit un peu de pollen, qui aujourd’hui est consommé par les abeilles.

Que se passe-t-il ce mois-ci sur votre rucher ?

Et si on poursuivait l’action ensemble.
Nombre d’entre vous le savent déjà, Un toit pour les abeilles a fait le pari que les petits gestes de chacun peuvent aider à réaliser de grandes choses ! C’est ce que nous réussissons à faire grâce à vous. Certains parrainent aujourd’hui 4000 abeilles, d’autres 8 000 ou 12 000 abeilles et même 40 000 abeilles… Chacun, selon ses moyens et capacités fait « sa part » et rend ainsi hommage à la fameuse Légende du Colibri qui nous inspire au quotidien.
Mis bout à bout, ce sont près de 210 000 000 d’abeilles qui sont parrainées et plus de 5 000 ruches installées partout en France.


Bravo pour ce bel effort commun qui a permis un véritable élan solidaire.

Mais Un toit pour les abeilles se sont également d’autres actions solidaires pour la biodiversité :
Le Rucher pédagogique de Fouras
La récolte d’essaims sauvages dans la nature
Le Parrainage de fleurs mellifères pour les abeilles.

Projets auxquels nombre d’entre vous ont participé et nous vous en remercions chaleureusement…
Aujourd’hui, Un toit pour les abeilles veut aller encore plus loin en préservant l’Abeille Noire.



Connaissez-vous l’Abeille Noire ?
C’est l’abeille ancestrale, notre abeille originelle, « Apis mellifera mellifera » de son nom savant. Celle qui a résisté aux deux périodes de glaciation. Jadis espèce dominante en Europe, elle est aujourd’hui menacée. Il en reste à peine 10% en France.
Car oui, l’histoire se répète et dans notre recherche de rendement et de profits à tous prix, l’homme a fini par dégrader l’environnement naturel de l’abeille locale, la fragilisant.

Pourquoi préserver l’Abeille Noire ?
Elle est aujourd’hui et concrètement une espèce en voie de disparition. Elle subit non seulement les problématiques de l’abeille classique : pesticides, infections parasitaires, dérèglement climatique, monoculture, appauvrissement des ressources etc... Mais aussi l’importation accrue d’abeilles exotiques.

Aujourd’hui, Un toit pour les abeilles souhaite préserver cette souche endémique. Nous espérons très vite pouvoir mettre en place, avec vous, des actions concrètes. On vous en dit plus très vite.

Pré-bilan 2018
Nous sommes en octobre… L’hiver arrive et déjà les apiculteurs dressent le pré-bilan de la saison qui s’achève.
Et cette année (touchons du bois), les premiers retours semblent positifs. Les caprices de la météo l’an passé se sont atténués cette année. Il a fait chaud certes, mais nous avons évité les épisodes caniculaires de l’an passé, qui avaient totalement asséché les floraisons. Les apiculteurs ont profité de très belles miellées cette année et les colonies, qui vont bientôt rentrer en hivernage, se portent particulièrement bien. La sortie d’hiver nous en dira plus mais déjà les apiculteurs nous promettent un miel particulièrement « délicieux » cette année.

Seul bémol et qui n’est pas des moindres, la prolifération du frelon asiatique qui aura fait du mal sur les ruchers cette année. Le nord, jusqu’alors préservé, a dû faire face à son tour à l’arrivée de ce prédateur particulièrement agressif et perturbateur des colonies. Emilie B , apicultrice du réseau nous a témoigné son inquiétude face à ce nouveau fléau, arrivé sur son rucher des Peupliers (proche Lille).



Que se passe-t-il dans la ruche ?
Ca y est, nous sommes bel et bien en automne ! On approche tout doucement des températures de saison. Elles avoisinent les 5 à 10°C le matin et 16 à 20°C l’après-midi.
Et bientôt elles devraient tout doucement descendre encore…
Il commence à faire froid pour les abeilles qui préfèrent rester au chaud dans les ruches. Certaines profitent des températures un peu plus chaudes de l’après-midi, pour sortir, mais il ne reste plus grand-chose à butiner…
Alors il est temps de se réorganiser dans la ruche pour préparer l’hiver. Exit les faux bourdons qui sont gentiment escortés vers la sortie.



Et oui, mis à part leur rôle reproducteur, les mâles n’ont pas de fonction à proprement dit au sein de la ruche, et lorsque l’hiver arrive, les abeilles les chassent pour ne conserver au sein de la colonie que les abeilles travailleuses. Elles auront d’ailleurs une fonction essentielle, celle de réchauffer la colonie.

La Reine aussi a largement ralenti sa ponte. Elle ne tardera pas à la suspendre bientôt, lorsque l’hiver aura démarré. Les abeilles vont rester confinées au sein de la colonie tout l’hiver, puisant sur les réserves engrangées durant l’été.

Zoom sur … L'hivernage

Les abeilles n’hibernent pas durant la période de froid. Elles ne dorment pas à proprement parler. Leur activité se réduit considérablement, mais elles continuent à vivre, au ralenti, confinées au sein de la ruche. C’est l’hivernage. Elles vont ainsi se tenir bien au chaud, serrées les unes contre les autres, en forme de grappe. L’objectif pour elles : conserver une température intérieure de 30-35°C.



Cette température est le résultat de cette grappe que forment entres elles les abeilles et de la ventilation qui s’opère au sein de la ruche, par leurs battements d’ailes. C’est cette même ventilation qui permet de les protéger de l’humidité, leur pire ennemi !

De son côté, l'apiculteur …

L’apiculteur termine sa récolte d’été. Il récupère les dernières hausses des ruches et s’occupe de faire l’extraction du miel.



Il laisse ensuite les abeilles récolter les derniers nectars et pollens disponibles dans la nature, pour accumuler quelques provisions supplémentaires avant l’hiver.
Les dernières floraisons vont bientôt s’épuiser et la nature revêtir son manteau d’hiver. Les abeilles vont à présent rester dans les ruches.

Le travail de l’apiculteur est double à cette période.
Aux ruchers, il réalise les dernières visites d’avant l’hiver et s’assure que toutes les ruches sont prêtes à rentrer en hivernage. Elles doivent être suffisamment chargées en réserves, doivent être en bon état et bien isolées pour éviter les agressions extérieures, liées à la météo ou aux attaques de prédateurs.



Il faut aussi les positionner à l’abri du vent. Souvent l’apiculteur place une grosse pierre sur le dessus des ruches pour éviter qu’un vent trop fort ne souffle les toits.

A la miellerie, il termine la mise en pots du miel fraichement récolté qu’il vendra sur les marchés de Noel ou qu’il enverra à ses parrains dans notre cas.



Le Saviez – vous ?

Pour affronter l'hiver, les apiculteurs estiment qu'une ruche « en bonne santé », c'est-à-dire suffisamment chargée en ressources naturelles pour assurer l'hivernage, doit contenir au minimum entre 15 et 20kg de miel. En dessous de ce niveau, la ruche est considérée comme « en péril », elle ne passera pas l'hiver.

Un peu de gourmandise… La recette du mois !
Recette Gâteau aux amandes renversé aux pommes et au miel proposée par Fourchette & Bikini



INGREDIENTS
- 4 pommes
- 150g de sucre
- 100g de farine
- 100g de poudre d'amandes
- 100g de miel
- 3 œufs
- 40g d'amandes effilées
- 1/2 sachet de levure chimique
- 1 c. à soupe d'huile de tournesol

PREPARATION
Préchauffez le four à th.6 (180°C).
Epluchez les pommes, retirez les trognons et coupez-les en morceaux.
Dans un moule à manqué préalablement huilé (très légèrement), versez en filets le miel liquide (ou étalez-le s'il est crémeux). Parsemez d'amandes effilées, puis couvrez avec les morceaux de pommes.
Dans une terrine, mélangez la farine, le sucre, la poudre d'amande et la levure. Creusez un puits au centre et cassez-y les œufs un par un. Mélangez vivement pour éviter la formation de grumeaux et versez l'huile. Fouettez manuellement jusqu'à obtention d'une pâte homogène.
Versez cette préparation dans le moule et mettez à cuire 40 min. environ.
Démoulez délicatement, à l'envers, dans un plat large. C'est prêt !

Bon appétit et surtout partagez-nous vos photos sur les réseaux sociaux !




Imprimer la page

Retour