TRANSPORTS VEYNAT

Logo TRANSPORTS VEYNAT

 

Créée en 1884, la société TRANSPORTS VEYNAT est aujourd’hui leader en France dans le transport européen de liquides alimentaires en citernes.

 

Implantée sur 10 sites d’exploitation, dont un situé en Espagne, la société TRANSPORTS VEYNAT compte près de 500 collaborateurs.

 

Elle engage depuis quelques années de nombreuses démarches visant à concilier le transport routier avec le développement durable.

 


Voir leur site internet

Ils se sont engagés pour la sauvegarde des abeilles

 

Notre démarche environnementale repose sur des initiatives qui ont pour ambition de réduire l’impact de notre activité sur l’environnement.

 

Signataires depuis 2007 de la charte « ADEME », les TRANSPORTS VEYNAT luttent, au quotidien,  contre l’augmentation des émissions de CO2 par :

 

-          le suivi de ses consommations de carburant,

-          le choix de pneumatiques économes,

-          la formation de ses conducteurs à l’éco-conduite,

-          l’optimisation des déplacements  par géo-localisation,

-          le développement de transport alternatif à la route (transport par conteneur-citerne en utilisant le transfert modal route-rail).

 

L’initiative proposée par « Un toit pour des abeilles » est une nouvelle opportunité pour contribuer au développement durable.

 


La ruche en images

  • La ruche TRANSPORTS VEYNAT
  • La ruche TRANSPORTS VEYNAT
  • La ruche TRANSPORTS VEYNAT
  • La ruche TRANSPORTS VEYNAT
  • La ruche TRANSPORTS VEYNAT
  • La ruche TRANSPORTS VEYNAT
  • La ruche TRANSPORTS VEYNAT
  • La ruche TRANSPORTS VEYNAT
  • La ruche TRANSPORTS VEYNAT
  • La ruche TRANSPORTS VEYNAT
  • La ruche TRANSPORTS VEYNAT
  • La ruche TRANSPORTS VEYNAT
  • La ruche TRANSPORTS VEYNAT

Céline et Jérôme vous remercient (28/08/2017).

 

France 3 Alpes avec Jérôme et Céline

Reportage consacré à Jérôme et Céline et au projet Un toit pour les abeilles diffusé le samedi 15 Avril 2016.
Merci à Catherine, pour sa participation en tant que marraine.

L'apiculteur : Céline M.-J.

UTPLA apiculteur Céline M.-J.

Jérôme et Céline sont apiculteurs dans la Drôme.

Ils privilégient des ruchers fixes pour garantir l'origine du pollen butiné et utilisent des ruches Warré qui permettent une approche très douce vis à vis de l'abeille.
L'Abeille du Vercors s'engage chaque année à former une centaine d'apiculteurs amateurs, et à produire des essaims d'abeilles.

L’année dernière ils ont choisi de faire grandir leur exploitation en y intégrant des ruches qui n’étaient pas gérées en bio.
Cette modification les obligent à franchir à nouveau toutes les étapes de la certification bio et notamment le passage d'une période pendant laquelle ils sont « en cours de certification ».
Durant ce laps de temps, bien que respectant le cahier des charges du bio, ils n’ont plus l’autorisation d’apposer le logo bio sur leurs pots de miel.
En revanche Céline et Jérôme s'engagent sur la démarche suivante: proposer un miel garanti sans pesticides en faisant analyser chaque lot de miel par un laboratoire spécialisé.

Quelques nouvelles de vos abeilles

Chères marraines, chers parrains!

Voici quelques nouvelles de nos abeilles.
Nos petites protégées se réveillent doucement de l'hivernage. Nous avons eu quelques inquiétudes en automne car les colonies étaient plutôt petites au moment de l'entrée en hivernage, conséquence de la saison très sèche que nous avons connu en 2017...
Heureusement nos abeilles résistantes du Vercors ont bien passé l'hiver et nous avons eu un taux de mortalité plutôt bas, environ 15% ce qui est, en apiculture, exceptionnel! En effet, le taux de mortalité moyen en France est plutôt autour 30%.
Nous sommes le 12 avril et les fleurs de printemps permettent à la reine de développer la colonie qui va doubler de volume dans le prochain mois! C'est le moment pour nous de préparer la saison et de diviser notre cheptel afin de repleupler les ruches mortes et d'accompagner l'essaimage des abeilles.

Comme chaque printemps, c'est le moment de tous les possibles et on espère que 2018 sera une bonne année pour nos abeilles! La dernière bonne année a été 2015...

On croise les doigts, les pattes et les antennes!!

Pendant les jours de pluie, nous préparons aussi les prochains envois de miel pour vous, nos parrains! On espère que le miel des Hauts Plateaux du Vercors ravira vos papilles!

Et grande nouvelle pour 2018: l'Abeille du Vercors retourne vers l'agriculture biologique!

Retrouvez-nous le dernier week-end d'avril pour l'opération de Ferme en Ferme, ça sera l'occasion de comprendre notre métier, ses atouts et ses difficultés! Rendez-vous les 28 et 29 avril à la miellerie à Die!

Au plaisir de vous y rencontrer!

 

Céline et Jérôme

Voir toutes ses actualités


Le rucher du golfe de Royans

Le rucher du golfe de Royans

Le rucher est situé dans un rayon de 20 km autour du Royans, à mi-chemin entre Grenoble et Valence dans le Parc Naturel Régional du Vercors, classé depuis près de 40 ans. La composition de la flore mellifère du golfe de Royans permet la récolte de deux types de miel selon l'emplacement des ruches et les floraisons.

En fonctions des floraisons, Jérôme vous proposera deux types de miels :
Un miel toutes fleurs des plateaux du Vercors de consistance plutôt solide, au gout sauvage et puissant.
Son miel de lavande, de couleur claire, aux saveurs subtiles, parfumé et délicat en bouche.

Que se passe-t-il ce mois-ci sur votre rucher ?

Que se passe-t-il dans la ruche ?
Après un mois d’avril souvent mitigé, oscillant entre journées douces et très fraîches, le mois de mai va donner le ton de la nouvelle saison apicole qui démarre. Si dans certaines régions, le printemps n’est pas encore tout à fait installé, d’ici très peu de temps les abeilles pourront profiter de températures supérieures à 12°C toute la journée, leur permettant de sortir à travers champs pour butiner nectars et pollens.
Les populations des ruches sont particulièrement bien développées et la Reine, qui a repris sa ponte depuis plusieurs semaines, continue de faire grossir la colonie.
Si le dicton mentionne « En mai fait ce qu’il te plaît »… ce dicton ne vaut pas pour les abeilles ! La ruche comptera bientôt entre 40 000 et 50 000 locataires.
Autant dire que l’organisation au sein de la colonie est de mise !



Zoom sur …

L’organisation de la colonie
les abeilles vont occuper plusieurs fonctions au sein de la ruche, passant ainsi de nettoyeuse à nourrice, de bâtisseuse à ventileuse ou encore de gardienne à butineuse.
L’abeille nettoyeuse : elle nettoie chaque alvéole de la ruche permettant ainsi un stockage propre et stérile du miel.
L’abeille nourrice : à partir du 5ème jour et jusqu’au 15ème jour l’abeille devient nourrice et sécrète de la nourriture permettant d’alimenter les larves. Durant cette période, elle prodiguera aux larves les soins nécessaires leur permettant une bonne évolution.
L’abeille bâtisseuse : Son rôle est de réaliser l’architecture des rayons de la ruche grâce à ses glandes cirières. C’est un travail long et minutieux réalisé de manière collégiale avec d’autres abeilles cirières…
L’abeille ventileuse : Elle transforme le nectar en miel grâce à un jeu de ventilation avec ses ailes…
L’abeille butineuse : C’est elle que l’on voit se promener de fleur en fleur et qui revient gorgée d’eau de pollen et de nectar à la ruche. Une butineuse peut effectuer jusqu’à une centaine de voyages par jour selon la proximité des fleurs. C’est une véritable ouvrière de la nature.

De son côté, l'apiculteur …
Pour l'apiculteur, mai est un mois de vigilance et d'anticipation pour éviter l’essaimage. Nous vous en avions parlé le mois dernier. En mai l’essaimage s’intensifie encore.
L’apiculteur devra intervenir rapidement pour éviter de perdre une partie de ses colonies.
Il installera volontiers de nouvelles hausses (cadres supérieurs ajoutés à la ruche) qui permettront aux abeilles d'avoir plus d'espace pour se développer.
Il peut aussi être amené à anticiper la division de ses colonies lorsque le manque de place se confirme, ce qui revient à reconstituer un essaimage au sein d'une nouvelle ruche.



Le Saviez – vous ?

En pleine activité, la température de la ruche peut grimper facilement jusque 30/35°. En effet lorsque les butineuses (près de 15 000) transportent du nectar vers la ruche, il faut compter près du double de jeunes abeilles (soit environ 30 000 abeilles) pour le transformer en miel.
Cette maturité du nectar, pour en faire du miel et l'eau qui en résulte nécessitent une température de 35°.
Il est donc important de faire attention à conserver cette température constante et d'intervenir en juste proportion pour éviter à la ruche de se refroidir.

Un peu de poésie … La citation du mois !
« Sois comme la fleur, épanouis-toi librement et laisse les abeilles dévaliser ton cœur ! » Râmakrishna

 




Imprimer la page

Retour