Starmat

Logo Starmat
Starmat est un groupement de négoces en matériaux de construction répartis sur toute la France qui s’adressent aux professionnels du bâtiment ainsi qu’aux particuliers. Retrouvez sur notre site www.starmat.fr tous les points de vente de France, Corse et DOM-TOM pouvant répondre à toutes vos demandes. Vous pouvez nous adresser également vos demandes sur le site Starmat à la rubrique contact.


Voir leur site internet

Le Conseil d’Administration de Starmat, conscient des enjeux sociétaux et environnementaux qui l‘entoure, souhaite à travers le développement durable participer à la biodiversité pour les générations futures en parrainant des apiculteurs qui œuvrent pour la sauvegarde des abeilles.

Les ruches en images

  • La ruche Starmat
  • La ruche Starmat
  • La ruche Starmat
  • La ruche Starmat
  • La ruche Starmat
  • La ruche Starmat
  • La ruche Starmat
  • La ruche Starmat
  • La ruche Starmat
  • La ruche Starmat
  • La ruche Starmat
  • La ruche Starmat
  • La ruche Starmat

L'apiculteur : Stéphane JOURDAIN

UTPLA apiculteur Stéphane JOURDAIN

Stéphane a débuté il y a 4 ans, suite à un arbre mort, un noyer creux, qui s'est écrasé, dans la cour de son atelier, et qui logeait un bel essaim que personne n'avait vu à 7 mètres du sol.
Les abeilles l'ont toujours attiré depuis enfant, et cette occasion l'a poussé à franchir le pas.

Il dispose maintenant, après 4 ans de travail, d'une vingtaine de ruchers, soit des ruchers d’élevage d'abeilles, soit des ruchers de production, ces derniers migrant en fonction des floraisons.
Il récolte 7 miels différents en fonction des saisons et des emplacements des ruches dans un rayon de 40 km autour de son atelier, exclusivement sur le vexin.

Stéphane est inscrit à titre professionnel depuis quelques mois, comme agriculteur, branche apiculture.
Il a tout appris par lui-même, en lisant beaucoup et en faisant beaucoup de bêtises; il a la chance d'apprendre vite et d'être autodidacte.

Lien vers ma boutique

Chères marraines, chers parrains,

Pour faire suite à mon dernier message, voici donc le lien vers ma boutique pour celles et ceux qui veulent et peuvent m'aider :

https://auxruchersduvexin.webnode.fr/ 

A très bientot,

Et encore merci pour tout,
Stéphane

Voir toutes ses actualités

Aux ruchers du Vexin

Aux ruchers du Vexin

L'atelier de l'exploitation naissante est situé à Enfer (95420) ca ne s'invente pas; quoi de mieux pour faire du miel d'Enfer?
Printemps crémeux, tilleul crémeux, acacia, toute fleurs d'été et forêt forte tendance châtaignier... un autre miel de forêt sans châtaigner très doux et parfumé mais aussi un spécial de fleurs de falaises calcicoles riches en huiles essentielles, ramassé en septembre (coteaux de seine).

En 2016, Stéphane a 220 colonies. 80 étant une base pour l'élevage, le reste des colonies de production.
Comme tous les ans, un certain nombre sont défectueuses et nécessitent d'être remplacées.

A terme d'ici 3 ans, Stéphane désire atteindre un nombre de ruches de production de miel de 350 ruches et de 100 ruches souches de production d'essaims.
Il pense aussi faire des transformations à partir de ses miels comme du pain d'épices au feu de bois, nougats et autres bonbons, et spiritueux. Il a par ailleurs suivi des formations en pâtisserie et en confiseries, sur bases miel en 2015.

L'apiculteur : Wilfrid BOUCHER

UTPLA apiculteur Wilfrid BOUCHER

Je m'appelle Wilfrid, je suis origniaire de la Réunion et apiculteur en Haute Normandie dans l'Eure.
J'ai trouvé le goût à l’apiculture depuis mon enfance grâce à mon grand père qui possédait plusieurs ruches.
En 2009, j'ai commencé par prendre des cours d'apiculture dans un rucher école du syndicat apicole de Haute Normandie.
Puis en 2010, je me suis remis à l'apiculture, avec une ruche fabriquée par mes soins et un essaim récupéré dans un arbre.
Peu de temps après, j'ai développé mon rucher en récupérant les essaims de mes premières ruches, tout en apprenant à les gérer.
Depuis, pris de passion, je gère moi-même mes propres ruches qui sont placées au Marais Vernier.

J'ai rejoint Un Toit Pour Les Abeilles en mai 2014, puisque je veux vraiment lutter contre la disparition des abeilles dans le monde, disparition qui ne cesse de croitre.
En 2015, j'ai obtenu mon BP Responsable Exploitation Agricole en Apiculture.
Depuis peu, je suis devenu apiculteur professionnel et je m'occupe de quelques 200 colonies.

Chers parrains, j'ai besoin de vous...

Chers parrains,
J’espère que vous allez bien malgré la crise sanitaire en ce moment.
Les abeilles se portent bien. Avec le beau temps actuel, elles travaillent beaucoup et vont butiner sur les arbres fruitiers (pommiers, poiriers, cerisiers) et pissenlit.
Elles vont aussi sur l’aubépine qui est précoce cette année par rapport à l’année dernière.
Elles ramènent du miel et beaucoup de pollen.
L’hiver a été doux, et j’ai eu peu de mortalités au niveau de mes colonies en sortie d’hiver.
En espérant que cela va durer…

Malheureusement la situation sanitaire actuelle ne favorise pas mes approvisionnements de matériels, ni mes ventes !
Dans un mois, ce sera la première récolte de miel : le miel de Printemps.
Les hausses sont posées et les abeilles ramènent du nectar.

Je profite de ce message pour vous remercier de votre soutien et vous informer que je lance actuellement une campagne de financement participatif pour mon nouveau projet.

Je sollicite donc votre aide pour me soutenir dans mon activité.
Ceci me permettra d’améliorer ma miellerie.
Pour chaque contribution, il y a des contreparties telles que des produits de la ruche : miel, propolis ; des savons au miel, des stages d’apiculture et même des essaims.
J’aurais besoin que vous participiez ou partagiez svp à toutes personnes de votre entourage qui pourraient me venir en aide dans ce projet.

N’hésitez pas aussi à partager sur votre mur Facebook. Pour plus d’information, voici le lien décrivant mon projet : https://bluebees.fr/fr/project/636-apiwilly
Et ensemble “imitons l'abeille, elle fait de grandes randonnées, sans perdre son objectif” (citation de Louis Marie Parent).

Merci d’avance pour votre soutien et votre contribution. N’hésitez pas à vous inscrire pour la journée portes ouvertes qui aura lieu le samedi 22 août 2020.
A très bientôt.
Bzz Bzzz !
Wilfrid

Voir toutes ses actualités

Le rucher de Marais-Vernier

Le rucher de Marais-Vernier

Le Marais Vernier est vaste zone humide de 4500 hectares avec ses roselières, ses prairies humides et sa tourbière de 2000 hectares (la plus grande tourbière de France).
Classé Natura 2000, la richesse du Marais Vernier tient à la fois de sa grande diversité de milieux et de la qualité de ceux-ci.

Les ruches installées dans cet environnement pourront butiner arbres fruitiers, nectars de la forêt et des prairies.
Le miel récolté sera un miel de toutes fleurs avec des notes de Châtaignier.
Wilfrid travaille avec des ruches dites DADAN et des abeilles noires (abeilles de pays).

L'apiculteur : Rémi FELICIANNE

UTPLA apiculteur Rémi FELICIANNE

J’ai été apiculteur amateur pendant 10 ans, puis je suis passé professionnel en 2017.
J'ai une formation d'éducateur environnement. Je suis également diplômé de l'école d'apiculture de Vesoul, et suis formé à la production de gelée royale.
J'ai effectué mon stage chez Philippe KINDTS, dans le Gers, lui-même déjà apiculteur du réseau Un toit pour les abeilles.
Il m’a beaucoup aidé dans mon orientation vers l’apiculture professionnelle.

J'ai commencé avec 2 ruches au fond de mon jardin grâce à un ami qui m'a montré les premiers gestes en apiculture.
J'ai ensuite augmenté mon cheptel très rapidement, et je possède aujourd’hui une centaine de ruches notamment de race Buckfast et de l'abeille noire.

Je suis en conversion bio et dès 2019, ma production sera labellisée !
J'ai travaillé pendant huit ans pour une enseigne BIO. C’est pour cela que j'ai une sensibilité particulière pour l'agriculture biologique, et que naturellement mes ruches sont élevées selon ce mode.
J’ai souhaité tout naturellement rejoindre Un toit pour les abeilles, parce que j’ai envie de vous partager ma passion et vous faire découvrir notre univers, tout en protégeant nos précieuses abeilles.
J’ai même transmis le virus des abeilles à mon beau-frère, Frédéric, qui m’épaule aujourd’hui dans mon activité !

Quelques nouvelles de nos abeilles

SORTIE D'HIVERNAGE
La saison a commencé pour nous depuis 2 mois environ. Nous avons un taux de perte hivernale d'environ 35 % ce qui n'est pas négligeable.
Cette perte est principalement due à la pression du frelon asiatique qui a agressé nos ruches jusqu’ a mi-décembre, les conséquences d'un hiver extrêmement doux.
Nous avons eu ici à Astaffort seulement trois jours de gel a -1,5°C autant dire que le froid n'a pas joué son rôle de purificateur de vermines.
Nous avons donc racheté des essaims cette année pour remonter un peu ces pertes. Nous achetons nos essaims bio chez un apiculteur Ariègeois prés de St Girons.
Les reste des colonies ont plutôt bien hiverné avec une belle population et une belle dynamique pour la saison à venir.

ELEVAGE
Afin de multiplier notre cheptel nous faisons de l'élevage de reine ainsi que la confection d'essaims pour permettre de repeupler de nouvelles ruches.
Cette activité a débuté depuis mi-mars, dès l'apparition des premiers mâles (faux bourdon).



RECOLTE ET TRANSHUMANCE
Nous venons de récolter le miel de printemps, nous allons l'extraire dans les jours à venir. C'est le moment pour nous de transhumer nos ruches sur l'acacia en lisière de la forêt Landaise.
On croise les doigts pour que cette année soit meilleure que la précédente pour ce miel très apprécié des consommateurs, mais l'acacia est très sensible aux conditions climatiques (gel, pluie, température froide...)
On verra bien.

COMMERCIALISATION
La crise sanitaire actuelle a engendré la suppression de tous nos marchés de plein vent, ainsi que l’expédition a nos fournisseurs, et nos parrains.
C'est une situation très inconfortable mais face à cette catastrophe nous sommes complètement impuissants, nous attendons que l'orage passe comme tout le monde...
Nous allons reprendre un marché sur quatre dès ce samedi, avec des mesures sanitaires renforcées, l’âme des marchés ne sera pas au rendez-vous, mais c'est mieux que rien.

Nous vous souhaitons plein de courage et de positivité dans cette période difficile.
Nous continuons à assurer le travail auprès des abeilles pour vous permettre de partager avec elles le fruit de leur labeur.
Leur ténacité est leur sens de l’intérêt commun est peut-être un message pour notre humanité ?
     
Fréderic et Rémi Les ruchers de Fely

Voir toutes ses actualités

Les ruchers de Fely

Les ruchers de Fely

Le rucher se situe à Astaffort, un petit village du Lot et Garonne pas tellement connu pour son miel, pourtant très savoureux, mais surtout pour être le village natal de Francis Cabrel, un enfant du village qui habite toujours sur la commune.
Nous avons la chance, Frédéric et moi, d’adoucir la voix du chanteur grâce à notre miel justement…
La région Astaffortaise est une région de polycultures élevages. Le paysage est essentiellement agricole et vallonné, un mélange de cultures et de prairies. Quelques bois matérialisent le haut des collines.
Aujourd'hui j'ai à peu près une centaine de ruches dites « Dadant », transhumantes et sédentaires.
Je transhume essentiellement pour l'acacia en bordure des Landes de Gascogne, et pour le châtaignier en Dordogne.
Nous produisons ainsi différentes variétés de miel : Fleurs de Printemps, Fleurs d’Eté, Acacia ou encore Châtaignier…
Nous produisons aussi du pollen, de la propolis, du pain d’épices, différentes préparations à base de miel.

L'apiculteur : Jorris VAN BERGEN

UTPLA apiculteur Jorris VAN BERGEN

J’ai commencé l ’apiculture aux Pays-Bas, avec une dizaine de ruches dans le jardin de mes parents, et comme hobby à côté de mon emploi en tant que prof de français dans un collège.
En recherche d’un meilleur endroit pour les abeilles - et pour l’apiculteur surtout - je suis parti en voyage en 2014 et j’ai abouti dans les Alpes Maritimes,
où j’ai fait du wwoofing (Lien : www.wwoof.fr) chez un autre apiculteur du réseau Un Toit pour les Abeilles, Philippe Chavignon.
Ebloui par la beauté environnante et le bien-être des abeilles, j’ai fini par trouver ma vie dans cet endroit.
Je m’installerai apiculteur à titre exclusif en 2019 après avoir obtenu mon diplôme agricole avec spécialisation apicole.
Je conduis mes ruches en AB, label qui correspond à mes valeurs et à ma personnalité.
Je m’installerai à Saint-Léger, pittoresque village à 45 minutes du "Rucher des Gorges de Daluis" sur lequel est greffé mon exploitation, que j’ai baptisée le "Rucher Au Septième Miel".

Une saison qui peine à démarrer

Chers parrains,

Je vous écris dans la foulée de la grande charge de travail qu’il y a en ce moment sur la ferme.

Depuis la dernière fois que je vous ai écrit, nous avons eu un hiver exceptionnellement sec sur la côte d’azur (zéro pluie entre mi-décembre et fin mars).
Les ruches, hivernant en partie dans le massif de l’Estérel, entre Cannes et Saint-Raphaël, n’ont eu quasiment aucun nectar à butiner entre le mois d’octobre et le mois de mars,
ce qui fait qu’en mars les réserves de miel dans les ruches étaient au plus bas.
J’ai donc dû aider quelques ruches pour leur éviter la famille.

Mon miel est certifié biologique et je me suis donc engagé à respecter le cahier des charges qui est dédié en bonne partie à ce nourrissement.
Ainsi, il doit être effectué avec du sucre certifié bio, et aussi dans des quantités limitées à 14 kilos comptés sur deux années.
Avec la canicule de l’été dernier et la sécheresse qui en a suivi, puis l’inédite sécheresse hivernale depuis janvier,
c’est la première fois depuis mes débuts en apiculture provençale que je vois approcher cette limite, du moins comptée sur une année (7 kilos).

Etrangement, il n’y avait point besoin de nourrir les ruches hivernées en montagne, qui ont profité d’une humidité un peu plus élevée grâce aux fontes de neige
et ont butiné sur des petites miellées dès le mois de février alors que celles qui hivernaient au luxe sur la côte d’azur souffraient de famine !
Cette année donc, paradoxalement, les ruches se sont mieux portées en montagne que sur la côte !

Les ruches sont sorties de l’hiver avec de très petites populations d’abeilles comparé aux années précédentes, ce qui a repoussé le début de la saison,
et donc le début de la pose des hausses à miel, mais aussi de l’élevage de reines et d’essaims si nécessaires pour la survie de l’exploitation.
Il va falloir tout rattraper dans les quelques mois à suivre.

Pour le moment, la sécheresse perdure (et est arrivé en montagne aussi) et empêche tout butinage de nectar en quantités nécessaires pour pouvoir espérer une récolte de miel.
Par contre, les petites quantités suffisent pour faire des populations de plus en plus belles et j’ai attaqué la semaine dernière l’élevage de reines, dont la première série vient de ‘naître’ (on devrait dire : ‘émerger’) ce matin !

Il est cependant dommage de voir tellement de fleurs – thym, érables, aubépines – et si peu de miel entrer dans les ruches.
On ne peut que garder l’espoir de voir les grosses pluies arriver pour bien arroser la végétation et permettre à celle-ci de fournir à nos abeilles d’importantes quantités du si précieux nectar.

A bientôt, chers parrains. Prenez-bien soin de vous et de vos proches dans cette période difficile.

Jorris

Voir toutes ses actualités

Le Rucher au Septième Miel

Le Rucher au Septième Miel

Je suis passionné par le monde des abeilles et par l’apiculture, et j’ai aujourd’hui la formidable chance d’en faire mon métier.
Je possède actuellement une centaine de ruches, et le projet est d’atteindre les 300 ruches, ce qui me permettrait à moi et à ma famille de vivre de cette activité.
C’est un très beau métier, mais qui connaît beaucoup de défis au quotidien, non seulement liés à la fragilité de l’abeille dans la nature de moins en moins sauvage,
mais aussi aux charges de travail très concentrés sur la saison apicole.
J’élève moi-même les reines et les essaims nécessaires pour l’exploitation, ce qui est un facteur clef dans la réussite en bio.
C’est ce qui me permet d’avoir des reines de qualité, l’offre sur le marché étant très limitée.
Voilà tout est dit, si ce n’est que j’ai besoin de vous pour aboutir à ce rêve ambitieux mêlant préservation de la nature et protection de l’abeille.

Que se passe-t-il ce mois-ci sur votre rucher ?

Avant de débuter notre note de mai sur les abeilles ; Souvenez-vous c'était il y a un an tout juste !
Certains d'entre vous découvrez notre initiative de parrainage de ruches dans les parutions nationales ci-dessous. Vous avez été ainsi des centaines à nous rejoindre en mai 2019 !
Aujourd'hui plus que jamais, la situation inédite que nous traversons appelle à la solidarité et nous avons besoin de vous. Poursuivez l'action à...




Imprimer la page

Retour