TEDIBER

Logo TEDIBER

Tediber est la 1e marque française en ligne de produits essentiels pour le sommeil, qui change la vie des gens en rendant accessible à tous, facilement et simplement, un incroyable matelas, ferme et accueillant à la fois, adapté à tous les dormeurs. Créé en 2015, Tediber développe aujourd'hui un univers complet autour du sommeil et du bien-être avec une gamme complète composée d’un incroyable sommier, d'une incroyable couette, d'un incroyable oreiller, d’une incroyable gamme de linge de lit et d'un incroyable petit matelas pour bébé. Tous les produits sont livrés gratuitement, en express, avec 100 nuits d'essai.


Voir leur site internet

Depuis la naissance de Tediber, nous pensons que l’incroyable est dans les détails. Ce sont les petits détails qui font la différence, qui font d’une journée ordinaire un moment incroyable, d’une expérience basique une expérience exceptionnelle. Cet amour du détail, nous pensons que nous nous devons de l’avoir dans tout ce que nous entreprenons, pour nos clients bien sûr, mais aussi pour la planète dans laquelle nous vivons. Parce que le respect du monde qui nous entoure se traduit par une multitude de petites actions, par des petits détails qui changent la face du monde. C’est pour cela que nous nous intéressons à la cause des abeilles, cet insecte essentiel, indispensable à la pérennité de notre écosystème, mais si petit que l’on a tendance à croire qu’il n’est qu’un petit détail sans impact. Pour Tediber, la marque à la tête d’ours, défendre les abeilles tombe sous le sens. C'est pourquoi nous sommes très fiers d'être partenaire d'Un toit pour les abeilles avec qui nous avons l'ambition cette année de parrainer 10 ruches partout en France.

Les ruches en images

  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER

L'apiculteur : Delphine et Stéphane ROBERT

UTPLA apiculteur Delphine et Stéphane ROBERT

Nous sommes Delphine et Stéphane, apiculteurs à Saint-Sauves d'Auvergne.
Notre exploitation se situe près du Sancy, où nous nous occupons de nos abeilles de génération en génération,
avec passion dans une nature sauvage et préservée, depuis près de 75 ans…  
Moi, Delphine, je suis presque née au milieu des abeilles.
J'ai travaillé sur l'exploitation familiale pendant presque toutes les vacances scolaires, jusqu'à la fin de mes études de comptabilité,
secteur où j'ai travaillé pendant 15 ans.
J'ai été amenée à retravailler sur l'exploitation familiale pour prêter main forte à ma famille à la suite de l'accident de ma sœur en 2016.
Mon mari, Stéphane a été licencié de son poste de technicien d'une grande entreprise en 2017,
nous avons alors décidé de tenter l'aventure en apiculture...
La formation pour nous deux s'est donc faite par transmission du savoir-faire familial.
Nous nous sommes installés apiculteurs professionnels en 2019, nous avons repris 200 ruches de
Nous pratiquons une apiculture raisonnée, comme le fait notre famille depuis des décennies.
Nos ruches, cadres et hausses sont fabriquées depuis toujours avec le bois de nos forêts, où se situe l'exploitation.
Le bois de nos ruches est trempé à l'huile de lin. Les feuilles de cire, utilisées pour nos cadres sont gaufrées par nos soins.
Nous utilisons notre propre cire, qui provient des opercules de l'année récupérées après l'extraction du miel.
Nous utilisons seulement les traitements autorisés en agriculture biologique pour soigner nos abeilles.
A terme, nous demanderons probablement la certification en agriculture biologique.

Nous prévoyons de maintenir notre cheptel autour de 200 ruches.
L'objectif du parrainage est de faire découvrir notre beau métier au contact de la nature, notre belle région,
le délicieux miel produit par nos abeilles et de nous aider à pérenniser notre activité d'apiculture.

Une récolte assez variée

Chères marraines, chers parrains,

 

Après une saison courte mais intense, nous avons pu, malgré tout, faire une récolte assez variée de miel (printemps, pissenlit, montagne, forêt).

Les ruches ont réussi tant bien que mal à supporter les fortes chaleurs de cet été et la sécheresse. Maintenant, nous devons être attentifs à leurs provisions pour l'hiver car certaines ruches sont très peuplées comme au printemps.

Nous devons également surveiller de près l'état de santé de nos colonies.

Nous vous remercions pour votre précieux soutien !

 

Delphine et Stéphane

Voir toutes ses actualités

Le Rucher Apisancy

Le Rucher Apisancy

L'exploitation familiale située à Saint-Sauves dans la Haute Vallée de la Dordogne, dans le parc naturel régional des volcans d'Auvergne;
où nous produisons l'essentiel de nos miels (Pissenlit, Montagne, Trèfle, Framboisier, Forêt et Sapin) selon les saisons et les emplacements.
Tous nos ruchers sont situés dans le Puy de Dôme, nous vendons uniquement le miel produit par nos ruches.
L'extraction est réalisée à froid, puis le miel est mis en pot dès la récolte.
Cristallisé naturellement quelques semaines après la récolte et non chauffé,
notre miel conserve toutes ses qualités nutritionnelles; il devient crémeux, facile à tartiner.
Actuellement nous avons 170 ruches, ce sont des ruches Langstroth,
Nous produisons essentiellement du miel de montagne, puisque la plupart de nos ruches sont situées à Saint-Sauves d'Auvergne à 850m d'altitude.
En fonction de la météo, au printemps nous produisons du miel de pissenlit,
en été ce sera du miel de fleurs sauvages (framboisier, trèfle, ronces...) ou du miel de forêt comme le sapin.
L'année 2020 a été une année où nous avons récolté surtout du miel de forêt, nous espérons, pour 2021,
pouvoir récolter du miel d'acacia et de framboisier, mais c'est la nature qui décidera...

L'apiculteur : Benjamin CUVILLIEZ

UTPLA apiculteur Benjamin CUVILLIEZ

Baigné par la nature et les abeilles depuis l’enfance, mon itinéraire me conduit toutefois à exercer le métier de charpentier dans les Cévennes.
En 2009, suite à des travaux de rénovation chez un apiculteur professionnel, ce dernier m’offre deux colonies, c’est le début de l’aventure !
L’apprentissage est permanent, semé d’erreurs, de rencontres, d’échanges, de lectures et de stages.
En 2018, je décide de m’installer sur les terres d’un ancien corps de ferme dans les Côtes d’Armor, (en Bretagne,) non loin de Guingamp.
Être associé à un toit pour les abeilles, c’est faire partie d’un réseau qui permet de sensibiliser et de rencontrer un plus grand nombre de personnes.
C’est aussi permettre aux consommateurs de s’investir dans une consommation responsable et engagée, de devenir « consom’acteurs ».

La fin de la saison apicole est proche

Marraines et Parrains du rucher de Kermorvan, bonjour à toutes et à tous !

La fin de la saison apicole est proche, on est en automne et les abeilles sont en pleins préparatifs pour l’hivernage. 

C’est en effet un stade très important dans la saison car celles qui ne seront pas prêtes ne passeront pas l’hiver...

Depuis la fin des récoltes, environ mi-août, elles se  préparent pour la saison froide en emmagasinant un maximum de réserves de miel et pollen. De plus, la génération d’abeilles nées en cette période est légèrement différente car adaptée pour passer l’hiver.

Le travail de l’apiculteur est de les accompagner pour leur permettre d’être forte à l’entrée de l’hiver. 

Pour ce faire il faut surveiller deux points cruciaux.

Premièrement, l’état sanitaire et notamment la pression des varroas contre lesquels on intervient à l’aide de traitements. En effet ce parasite s’attaque au couvain et donc fragilise les nouvelles abeilles sensées passer l’hiver.  Et deuxièmement, l’état des réserves, si la ressource ne suffit pas il faudra les aider en les nourrissant. 

Les ruchers seront aussi débroussaillées et nettoyées pour éviter l’humidité excessive. 

Après un été très sec, les colonies ayant souffert, il faut redoubler d’effort dans ces préparatifs pour ne pas compromettre la reprise au printemps prochain. 

A la miellerie, la mise en pot est maintenant terminée et vos colis seront bientôt expédiés.

La saison a été marquée par un climat bouleversé avec un printemps précoce et chaud ce qui a permis de belles récoltes de miel de printemps mais par la suite la sécheresse a anéanti toutes les autres floraisons ; les récoltes ont été maigres sur l’ensemble de l’été.

N’ayez crainte cependant, j’ai de quoi satisfaire vos papilles.

Je tenais à remercier ceux présents aux portes ouvertes. Merci à vous ce fut une belle journée d’échanges et de partage autour des ruches.

Je vous joins quelques photos de cette journée ainsi que celle d’une abeille profitant des dernières éclaircies pour butiner une fleur de lierre.

 

 

Un grand merci pour votre soutien, en vous souhaitant un bel automne.

Kenavo, Benjamin. 

Voir toutes ses actualités

Le rucher de Kermorvan

Le rucher de Kermorvan

Les ruches sont sédentaires sur différents ruchers installés en priorité sur des zones naturelles et bio autour de la ferme.
Les abeilles, de type race noire produisent des miels polyfloraux aux parfums et textures très différents tout au long de l’année.
La première récolte de la saison commence en mai, avec un miel à la texture onctueuse et crémeuse,
de couleur claire et dont les très doux arômes évoquent les fleurs de phacélie, de colza, et les haies bocagères.
S’ensuit le mois de juillet avec un mélange de ronce, trèfle, châtaignier et autres fruitiers offrant une texture cristallisée.
Ce miel a un parfum agréablement fruité, boisé, délicat et persistant en bouche.
À la fin de l’été, une dernière récolte, avec des miels quasi monofloraux de sarrasin ou de miellat de chêne qui se singularisent par une couleur foncée et une texture liquide.
Le miellat de chêne révèle des saveurs complexes et une sensation de bonbon fleuri.
Je récolte le miel, l’extrais et le mets en pot directement. Il conserve ainsi toutes ses propriétés et bienfaits.
La conduite du rucher tend vers le bio (traitements, cires, soins…) pour respecter (au maximum) les abeilles, la nature et les gourmands.
Au fil des saisons, découvrez le travail des abeilles, de l’apiculteur et goûtez aux saveurs florales de la région bretonne.

L'apiculteur : Sarah HOLTZMANN

UTPLA apiculteur Sarah HOLTZMANN

Sarah, apicultrice depuis 2007 est installée à Moussey, dans les Vosges.

Sarah s'est reconvertie professionnellement de 2004 à 2007, et quoiqu'au démarrage son exploitation comptait 26 ruches, elle en gère maintenant 300.
Sarah est aussi très attentive aux questions environnementales et utilise des peintures 100 % naturelles.

En plus de la production de miel, de reines et d'essaims, Sarah se lance dans la récolte de gelée royale à destination des particuliers, ainsi que celle de la récolte de propolis pour les laboratoires pharmaceutiques.

Lucas et moi vous accueillons au rucher

Chers parrains,

Lucas, mon fils et moi-même vous donnons rendez-vous le Samedi 18 Juin 2022 à 10h30 avec une présentation de l'exploitation, visite de la miellerie...

Pique-nique en commun avec la mise à disposition du barbecue (les participants sont invités à amener leur déjeuner)

Départ pour les ruches vers 14 h
Collation offerte par Sarah et Lucas vers 16h
Fin de la journée aux alentours de 17h

Rendez-vous sur la page de nos portes ouvertes pour vous inscrire : https://www.untoitpourlesabeilles.fr/portes-ouvertes

Sarah et Lucas

Voir toutes ses actualités

Le rucher de la Vallée du Rabodeau

Le rucher de la Vallée du Rabodeau

Le rucher est situé dans le Parc Régional de la Forêt des Vosges, en plein cœur de la vallée du Rabodeau.

Il est niché à flanc de montagne, à 500 m. d'altitude, bordé d'une forêt de 12 ha composée de pins, épicéas, hêtres et bouleaux et arrosé par une rivière.

Ce cadre permet aux abeilles de butiner des essences de montagne : sapin, fleurs d'altitudes...
Le miel ainsi récolté est un miel de montagne issu de miellats (miel de sapins, bouleaux...) qui est une grande source d'apport en acides aminés.
Liquide à sirupeux (avant cristallisation) et foncé, il est très aromatique et de saveur douce et maltée. En fonction de l'emplacement des ruches et des floraisons alentours, la proportion en fleurs d'altitude peut y être plus importante ainsi, Sarah vous proposera alors un miel de même consistance, de couleur plus clair et fleuri avec des notes de sous-bois.

JT de 13h TF1 avec Sarah

Reportage consacré à Sarah et au projet Un toit pour les abeilles diffusé le samedi 27 Août 2016. Cliquez en dessous pour visualiser l'extrait.

L'apiculteur : Eric FRANQUELIN

UTPLA apiculteur Eric FRANQUELIN

Eric est apiculteur amateur en Picardie depuis 2008, cette passion l'a piqué en vacances lors de la visite d’un musée de l’abeille.

Il se forme à l’apiculture auprès d’un apiculteur local ainsi qu’au Rucher École de l’Oise Apicole où il suit des cours sur l'apiculture.
Il a ensuite acquis une ruche, des abeilles, le matériel de base.

Aujourd'hui, il accomplit sa passion avec un petit rucher d’une vingtaine d’essaims qui sont situées au milieu de jardins potagers et près d'une forêt.
Il vit l'apiculture à la cadence des abeilles et selon l’éclosion des fleurs mellifères.
Eric pratique à petite échelle la transhumance pour le miel d’Acacia, il déplace quatre à cinq ruches au moment de la floraison de l'arbre.

Il espère agrandir son cheptel dès le printemps 2016 composé d'abeilles noires et d'abeilles Buckfast grâce aux parrainages.

La nature est bien faite !

Chères marraines et chers parrains,
Je vous écris ces quelques lignes pour vous donner des nouvelles de vos abeilles, de Jenka, ma chienne, et de moi-même.
Nous allons bien et je vous en remercie.
J’espère que vous allez bien également.

Malgré mon précédent message alarmiste, car le froid survenait pour gâcher une saison qui démarrait bien, la nature est bien faite et nous avons fait une superbe récolte de miel de printemps.
En quatorze ans d’apiculture, c’est la première fois que je réalise une si belle récolte.
Oublions vite celle de 2021 !
Vos abeilles ont pu butiner à volonté les champs de colza, les pissenlits, les aubépines et tous les arbres fruitiers comme les pruniers, les cerisiers, les pommiers, etc…
Par contre le manque d’eau de cette fin de printemps et de ce début d’été n’a pas permis aux fleurs d’avoir ce précieux nectar dont les abeilles ont besoin pour produire le miel, ce qui affectera la récolte d’été.
Mais le miel de printemps compensera celui-ci.
Je vous remercie pour tous vos parrainages et votre fidélité, car la conjoncture actuelle complique notre vie au quotidien.
Merci également à toute l’équipe d’Un Toit Pour Les Abeilles pour leur travail.

Je vous dis à bientôt et encore merci pour tout !

Votre apiculteur,
Eric

Voir toutes ses actualités

Le Rucher de Saint Just

Le Rucher de Saint Just

Le rucher d’Éric est situé au nord de l’Oise.
Celui-ci se compose d’une vingtaine de ruches de modèle Dadant, entouré de jardins et près d’une forêt.

Le miel récolté est le reflet des différentes fleurs mellifères et arbres fruitiers qui entourent son rucher dont il suit les variations et les floraisons.
L’extraction est artisanal pour en préserver les arômes et les propriétés nutritionnelles.
Le miel est un miel toutes fleurs, liquide et crémeux doté d’un arôme polyfloral de caractère.

Eric laisse le corps de ses ruches rempli de miel pour que les abeilles passent l'hiver sans avoir à les nourrir avec du sirop.
Il privilégie ainsi le bien-être de ses abeilles au détriment du rendement de miel.

L'apiculteur : Franck DELANNOY

UTPLA apiculteur Franck DELANNOY

Passionné par les animaux, notamment les insectes et reptiles depuis ma plus tendre enfance,
je suis co-fondateur de l'association loi 1901 "Le Peuple de l'Ombre" depuis 2005.
Je me suis intéressé de plus près aux abeilles et me suis formé à l'apiculture de loisir en 2014 à l'école rucher de Rieulay.
Apiculteur amateur depuis 5 ans, j'expérimente plusieurs types de ruches (Warré, kényane, Dadant).
Le format Dadant reste à ce jour la plus pratique pour mon apiculture.
Aimant le travail du bois, toutes mes ruches sont fabriquées dans mon atelier de menuiserie, avec du bois non traité
(Sapin rouge du Nord, Mélèze, Douglas...). J’offre ainsi aux abeilles de vrais « petits paradis » où se loger !

Ce n'était pas de tout repos...

Bonjour chères marraines, chers parrains,

La saison apicole dans les hauts de France s'est terminée depuis fin juin-début juillet .

Nous avons eu une très bonne saison printanière, ce n'était pas de tout repos...

Malheureusement, la sècheresse a impacté les récoltes d'été, avec peu de récoltes aux tilleuls, aux châtaigniers et aux toutes fleurs .

Cette année, les températures étaient propices aux abeilles mais aussi à leur redoutable prédateur : le Frelon asiatique, qui commence à importuner les butineuses .

Depuis fin juin, je commence à préparer les ruches pour l'hivernage ; contrôle des pontes avec changement de reines si besoin, des provisions, et entretien des ruchers .

Voilà,  cette année, c'était chaud sur le thermomètre mais aussi sur la charge de travail.

Je tenais à vous remercier pour son soutien qui m'est très précieux et indispensable .

Au plaisir de voir certain(e)s lors de la porte ouverte chez moi le 13 septembre 2022 .

Merci !

Franck

Voir toutes ses actualités

Le Rucher de l'Ostrevent

Le Rucher de l

Mon apiculture est essentiellement basée sur des rencontres entre passionnés, respectueux de la nature et du biotope.
Je découvre tous les jours la symbiose indispensable entre les abeilles et leur environnement.
Une de mes dernières rencontres, est celle que j’ai faite avec un exploitant agricole, sensible à la culture bio.
Quelques-unes de mes colonies fréquentent les plantes mellifères de son exploitation.
D'autres colonies sont en bordure de forêt et dans la campagne de l’Ostrevent.
Mon objectif, avec l’aide d’Un Toit Pour les Abeilles, et vous, parrains bienveillants, c’est de continuer à développer mon cheptel (actuellement une vingtaine de colonies…),
afin de pouvoir déguster le bon miel que les abeilles nous offrirons au fil des saisons.

Vous pouvez me suivre sur instagram : https://www.instagram.com/le.rucher.de.l.ostrevent/

L'apiculteur : Fabien PELLERIN

UTPLA apiculteur Fabien PELLERIN

Je m’appelle Fabien, je suis apiculteur depuis quatre ans déjà… Mon grand-père était aussi apiculteur.
Il avait pour habitude de dire : « Le destin des hommes et des abeilles est lié. Je protège les abeilles. ».
Mon projet, en intégrant le réseau d’apiculteurs Un toit pour les abeilles, c’est de développer mon cheptel.
L’humilité et la simplicité sont des valeurs qui me sont chères.
Au début, un anglais m’avait surnommé : « Bumblebee man », ce qui en Français veut dire « l’homme bourdon ».

Plus sérieusement, j’ai investi pour que les apiculteurs puissent bénéficier de tarifs avantageux dans leur activité.
Pour cela, je suis investi auprès du syndicat des apiculteurs d’Ille et Vilaine.
Je suis aussi cueilleur d’essaim. Je récupère chez les particuliers les essaims sauvages venus s’installer chez eux lors d’essaimages…
Je travaille avec des abeilles noires et buckfast.
Concernant ma pratique, j'utilise de la cire bio et nettoie mes ruches de la manière la plus naturelle possible.
En intégrant Un toit pour les abeilles, je souhaite proposer mes ruches au parrainage.
Ce sera 3 ruches pour commencer et puis nous évoluerons, les parrains et moi ensemble pour écrire une belle histoire solidaire où les abeilles joueront le premier rôle !

mon bilan 2021

Bonjour chères marraines, chers parrains d’Un Toit Pour Les Abeilles,

Je vous remercie pour votre soutien durant cette année 2021 qui fut catastrophique.

J’ai commencé l’année avec 23 essaims et je vais probablement commencer l’année 2022 avec 6 essaims.

La production de miel a été divisée par trois par rapport à 2021.

En Avril-Mai, la météo a été très défavorable, il y a eu des essaimages où la vieine reine s’en va mais de nombreuses jeunes reines ont été mal fécondées vu la météo catastrophique du mois de mai dernier.

J’ai perdu quelques essaims à l’automne également notamment à cause du frelon asiatique.

Par conséquent, je vous informe de l’impossibilité de vous fournir du miel ce printemps* car je consacrerai cette année pour refaire des colonies jeunes et j'en suis navré.

* Pour les parrains livrables ce printemps, nous vous proposons un miel symbolique, celui d'Emilie et Wilfrid Boucher situés à une centaine de km.
Pour les parrains livrables à l'automne, si les colonies se développent bien et que la saison est propice aux floraisons, le miel sera assuré par Fabien.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cette année, j'ai créé un massif d’herbes aromatiques en spirale comme cela se pratique en permaculture pour que les abeilles disposent de quelques fleurs supplémentaires.

J’ai planté un tilleul autour de mes ruches également.

La seconde photo concerne l’avancée de mon projet de miellerie où j’ai besoin aussi de soutien humain et financier, si vous êtes dans le  coin et que vous aimez carreler ou poser du placo :-) , vous pouvez me contacter.



J’ai crée une cagnotte si vous souhaitez contribuer à la réalisation de ce projet (ou tout simplement la partager autours de vous) : Voir ma cagnotte

Dans quelques années, ce lieu permettra également de faciliter l’accueil pour une porte ouverte annuelle.

Bonne année 2022 et encore merci pour votre soutien.

Voir toutes ses actualités

Le rucher des Poules

Le rucher des Poules

Située à l’ouest de Bayeux et à quelques kilomètres de la mer, les abeilles bénéficient d’un environnement au cœur d’un terrain de 16 hectares
chez un agriculteur cultivant des céréales biologiques.
Les abeilles disposent de plusieurs vergers de pommiers, céréales et protéagineux en biologique : pois chiches, féverolles, quinoa, luzerne.
Cet environnement dispose de haies nourricières. On y voit la présence de noisetiers, aubépine, peupliers, chênes et merisiers.
Il y a aussi divers arbres fruitiers et des amandiers plantés récemment.
Cet environnement à l’abri des vents dominants favorisera un développement du couvain et une alimentation saine pour les abeilles et les parrains.
Les abeilles bénéficient à la fois de pollen et de nectar pour couvrir les besoins énergétiques de toute une saison apicole.
J’ai hâte de pouvoir vous faire partager cette aventure sur ce rucher.

L'apiculteur : Matthias LAGARROSSE

UTPLA apiculteur Matthias LAGARROSSE

Je pratique l'apiculture depuis mon enfance.
Mon père, était lui-même apiculteur amateur.
J'ai eu aussi la chance d'assister un apiculteur sur l'île de La Réunion où j'ai vécu un moment.
Il possédait une centaine de ruches. C'est de lui qu’est née ma vocation d'en faire ma profession. 
En 2007, j'ai sauté le pas et j’ai passé une formation (Brevet Professionnel) à Auterrive près de Toulouse.
J'ai appris la profession auprès d'un maître de stage dans le Gers, lui-même passionné par les abeilles. 
Ensuite, j'ai travaillé chez différents professionnels, et ma route m'a mené en Charente sur la terre de mes ancêtres, où j'ai décidé de m'installer.

En 2012, j'ai donc pris le statut d'exploitant agricole et je me suis lancé pleinement dans l'aventure.
L'hiver suivant fût catastrophique, car 80% de mon cheptel a disparu dans des conditions plus que suspectes... De 200 ruches, je passais à 40 le printemps suivant.
Depuis, je m'acharne à tenter de reconstituer mes ruches perdues.
Certaines années plus favorables succèdent à d'autres moins belles, voire catastrophiques, ce qui rend le métier un peu difficile, bien que nécessaire et passionnant !

L'apiculture est pour moi bien plus qu'un travail, c'est une passion et un mode de vie.
L'Abeille est un symbole de notre ère, la protéger c'est protéger l'humanité et la nature dans leur ensemble.
Echouer à la préserver serait à mon sens le signe de notre incapacité à vivre harmonieusement sur cette planète.

Fin de la saison 2020

Bonjour à tous,

Voici quelques nouvelles de nos abeilles : la fin de saison 2020 s'est vue accompagnée d'une invasion de frelons asiatiques sans précédent.
Certains ruchers ont dû être déménagés en urgence, des milliers de frelons tournaient autour des ruches, prélevant abeille sur abeille. Un véritable massacre... La pression mise sur les abeilles avant cette période d'hivernage nous laissait craindre beaucoup de pertes durant l'hiver.
Difficile de faire des pronostics, mais une chose est sûre : beaucoup trop de ruches seront vides à la visite de printemps...
Pour le moment, il pleut chaque jour. Les abeilles montrent timidement leurs nez à chaque éclaircie. On attend avec hâte le soleil !

Bonne journée à tous !
Matthias

Voir toutes ses actualités

Le Rucher des Versannes

Le Rucher des Versannes

Le rucher se trouve sur Nanteuil en Vallée, petit village médiéval pittoresque du département de la Charente dans la région Poitou Charentes.
Nanteuil en Vallée est situé dans la vallée de l'Argentor (nom de la rivière qui traverse le village), là où la vallée est la plus profonde.
Les ruches sont installées au beau milieu d'un bois composé de châtaigniers et d'acacias en grande partie.
On y trouve également des saules, merisiers et érables champêtres…
C'est un très bel environnement pour les abeilles.
Ma région à la flore diversifiée me permet de produire 5 variétés de miel les bonnes années.
Un miel de Printemps (Pissenlit Aubépine), mais aussi du miel d’Acacia, de Châtaignier, de Sarrasin et du Toutes Fleurs d'été.
Je transhume mes ruches de manière raisonnée dans un rayon de 40 km autour de la miellerie.

L'apiculteur : Grégoire HEINRICH

UTPLA apiculteur Grégoire HEINRICH

Grégoire est un jeune apiculteur qui habite à Toulouse.

Il a augmenté son nombre de ruches après en avoir acheté 35 l'hiver dernier.  
Une partie de la saison a consisté à créer d'autres colonies pour habiter ces nouvelles maisons.
Il a donc divisé toutes les colonies qui lui restaient au printemps.
Il a fini l'année 2017 avec 70 colonies, en progression par rapport aux années précédentes.

Son prochain objectif est d'arriver à 100 ruches, que toutes ces caisses soient remplies de manière constante, peut-être en 2018, avec la volonté de s'occuper après, au mieux de ces colonies. 

Il a aujourd'hui plus de colonies en hivernage et relativement belles.
Ce qui laisse présager du meilleur pour la saison prochaine.

Les ruches vont bien !

Bonjour à toutes et à tous, 


Les ruches vont bien.

J'ai eu peu de mortalité hivernale cette année.

Dès le début du printemps, j'ai créé beaucoup de nouveaux essaims pour créer de nouvelles ruches. Alors, les divisions se sont bien passées mais la réussite est aléatoire pour créer de nouveaux essaims, c'est à dire que l'essaim n'arrive pas toujours à créer de nouvelles reines.

Ça dépend de la météo (pluie, vent, température, ...), du lieu, ... Globalement ça va, mais ça aurait pu mieux marcher. 

Le printemps a été très différent cette année, beaucoup mieux pour l'apiculture.

Il faut s'adapter aux conditions naturelles au fur et à mesure. 
Je suis en train de préparer les ruches pour les miellées de cet été, que j'espère importantes bien sûr !

Et je commence à poser les hausses dans lesquelles les abeilles entreposeront le miel.

Je fais tout pour qu'elles soient dans les meilleures conditions possibles.

Après, ça ne dépend plus de moi : je croise les doigts !

 

A très bientôt
Grégoire Heinrich

Voir toutes ses actualités

Le rucher de Castelnaudary

Le rucher est situé sur la commune de Castelnaudary, proche de la Montagne Noire...
Les abeilles sont heureuses sur le rucher.
Elles peuvent apprécier une belle diversité florale, offrant des nectars et pollens variés.

Parmi les floraisons nombreuses, tout au long de l'année, celle de colza, d'aubépines, de carottes, d'oignons...
On y récolte aussi un savoureux miellat et du tournesol...

L'apiculteur : Yann et Caroline COUSSOT

UTPLA apiculteur Yann et Caroline COUSSOT

Caroline butineuse à ses heures perdues, des projets et des envies plein la tête, papillonne pour trouver ses ressources, assouvir sa soif de connaissances, de créativité.
Simple, curieuse, manuelle, inventive, combattante, elle cherche une nouvelle aventure qui respecte ses valeurs, partage, respect d’autrui et nature.
Yann de retour de l’océan Indien, amis des animaux, toujours jovial et positif, souhaitait revenir à ses premiers amours, la nature.
Les aventures, les chemins débutent toujours par une rencontre, des envies, des choix …
C’est notre cas, avec Pascale Leroy Aillerie qui nous a permis aujourd’hui de lancer une belle collaboration qui débute grâce à la reprise de son exploitation apicole, certifiée bio depuis 2016, et qui nous accompagne.
Né d’un désir commun, de ralentir, de donner un autre sens à notre vie, de se compléter, de créer un univers qui nous ressemble et pour inventer un autre avenir.

Nous vous proposons


POUR LES PARRAINS PARTICULIERS :
2000 abeilles : 1 sachet de pollen frais 200 g et sa fiche explicative
4000 abeilles: 1 pot de gelée royale + 1 sachet de pollen frais 200 g et leurs fiches explicatives
8000 abeilles : 1 pot de gelée royale + 1 sachet de pollen frais 200 g + 2 pots de miel 250g et leurs fiches explicatives
12000 abeilles : 2 pots de gelée royale + 1 sachet de pollen frais 200 g + 1 teinture mère de propolis+ 2 pots de miel 250g et leurs fiches explicatives
20000 abeilles : 2 pots de gelée royale + 2 sachets de pollen frais 200 g + 1 teinture mère de propolis+ 3 pots de miel 250g et leurs fiches explicatives


POUR LES ENTREPRISES :
100 pots de 125g de miel

Bienvenue aux repreneurs des Butinades

Bonjour,

Votre apicultrice Pascale aspirait dans les années à venir des repreneurs pour son activité apicole et profiter ainsi d'une retraite avec des projets pleins la tête.
Cette dernière a trouvé il y a quelques mois en Yann et Caroline les repreneurs parfaits, ceux qui partagaient ses valeurs d'amour et du respect du vivant, de la terre et à l'écoute de la nature.

C'est ainsi que Pascale qui ne pensait pas vendre aussi tôt a compris que ce couple était bien celui à qui elle pourrait confier ses protégées, transmettre son savoir et sa vision de l'apiculture.
En effet, il y a autant d'apiculture que d'apiculteurs et ce trio s'est bien trouvé.

Pascale les a depuis quelques mois accompagnés que ce soit dans la production de gelée royale qui nécessite précisions et dextérité, l'atelier confiserie et les savants dosages pour l'élaboration des pains d'épices, nougats...

Aujourd'hui c'est officiel Yann et Caroline ont bien repris le flambeau et font perdurer l'exploitation toujours en certification agriculture biologique.
Nous vous invitons à découvrir leur portrait sur ce lien (il s'agit ici d'une page ruche mais leur portrait est juste en dessous) : 

https://www.untoitpourlesabeilles.fr/particuliers/1823-ruche-aludra.html

 

Merci de bien lire les contreparties de parrainages que ces derniers proposent en lieu et place du miel.
Si toutefois cela ne vous convenait pas, merci de revenir vers nous afin de trouver une solution de remplacement.

Bel été à vous, l'équipe Un Toit Pour Les Abeilles

Voir toutes ses actualités

Le Rucher du Marais Poitevin

Le Rucher du Marais Poitevin

C'est dans le Marais Poitevin bordé de ses canaux au milieu des fritillaires pintades (ou tulipes sauvages), des orchis, des guimauves, de l’angélique, de la menthe aquatique, et de tant d'autres fleurs sauvages, que sont installées nos ruches, donnant un caractère typique à nos produits.
La recherche du mieux-être de chacun, du respect de l’environnement et des êtres vivants qui le compose, nous amène à continuer les pratiques et les produits de la ruche proposées par Pascale que sont la gelée royale, le pollen, la propolis et le miel.
D'une grande diversité écologique, ce territoire se trouve en plein cœur du Marais Poitevin sur une zone classée Natura 2000.
Il est constitué de pairies, de zones boisées et de marais façonnés par l'homme au cours du temps.
Le Marais poitevin constitue un havre pour de nombreuses espèces animales ou végétales telles que la loutre d'Europe, le vanneau huppé, l'iris jaune ou la reine des près.

L'apiculteur : Anne-Laure FORGERIT

UTPLA apiculteur Anne-Laure FORGERIT

Installée au cœur du Marais Breton Vendéen à Notre Dame de Monts, la miellerie « Au pré des abeilles » est née en 2017.
Le Marais Breton est composé de différents paysages :
la forêt dunaire avec ses pins et ses chênes verts, le marais salé avec ses anciens marais salants,
le marais doux avec ses prairies et ses roselières et le polder avec ses cultures.
Il abrite au fil des saisons de nombreuses espèces rares et protégées, comme le hibou des marais,
la barge à queue noire, l’avocette élégante, le leste à grands stigmas, la loutre d’Europe …
Riche d’une grande biodiversité, ce territoire est classé en zone Natura 2000 et en Zone Naturelle
d’Intérêt Ecologique Faunistique et Floristique (ZNIEFF).

Les colonies ont profité d'un printemps chaud et sec...

Chères marraines, chers parrains,

Voici quelques nouvelles !
Les colonies ont profité d’un printemps chaud et sec, ce qui leur a permis de faire de belles rentrées de pollen et de nectar.
A ma grande surprise, j’ai récolté du miel d’acacia en forêt des Pays de Monts et pour la première fois du miel d’aubépine dans le marais.
Quant à mes abeilles situées dans le bocage, elles m’ont offert une très belle récolte de miel de printemps.
Cette année, j’ai fait le choix de constituer mes essaims après la récolte de printemps.
J’ai lancé en parallèle l’élevage de reines, ce qui me permet de récolter une dizaine de reines par semaine.
Celles-ci sont introduite dans les essaims ou servent au renouvellement des reines défaillantes ou trop âgées.
Je viens de terminer la récolte du miel de fleurs : les cadres sont en cours d’extraction.
Le coup de chaud de ces derniers jours a mis les colonies à l’arrêt : il faudrait maintenant de l’eau pour favoriser le regain dans les prairies du marais et permettre aux abeilles de faire la dernière récolte de la saison.
En attendant la pluie, mes abeilles et moi vous remercions pour votre soutien !

 

 

A bientôt
Anne-Laure

Voir toutes ses actualités

Le Rucher Au Près des abeilles

Le Rucher Au Près des abeilles

J’ai eu mes premières ruches en 2008, petit à petit le nombre de ruches a augmenté et aujourd’hui j’en possède environs 200.  
J’ai décidé de faire de l’apiculture mon métier car cela me permet de travailler dans, avec et pour la nature.
J’ai la chance d’être sur un territoire où il y a beaucoup de prairies naturelles et peu de grandes cultures.
Je peux ainsi pratiquer une apiculture qui correspond à mes valeurs, c’est pourquoi je me suis engagée dans une certification agriculture biologique.
Mes ruchers sont de petite taille, entre 12 et 16 ruches en général.
Mes abeilles butinent la multitude de fleurs sauvages présentes dans les prairies :
renoncules, crépis, guimauves, ...
Le miel « de prairie » qu’elles produisent cristallise rapidement, il est parfumé et long en bouche.

L'apiculteur : Philippe HUGUEL

UTPLA apiculteur Philippe HUGUEL

L’apiculture est pratiquée dans la famille de Philippe et Nicolas depuis deux générations : Ils ont repris l’exploitation apicole de leur père il y a maintenant plus de 10 ans.
Les deux frères gèrent aujourd’hui plus de 500 ruches et ont mis en place une activité d’élevage de reines et de création de nouvelles colonies d’abeilles (essaims).
On peut les retrouver chaque jour sur les marchés de Cavaillon, Bagnols sur Cèze, Arles, Orange, Carpentras et Avignon, où ils vendent leur miel,mais aussi de la brèche (miel en rayon), ou encore du pollen.

Philippe est aussi Président du syndicat des apiculteurs de Vaucluse, qui fédère plus de 150 apiculteurs.

Une saison sous le signe de la sécheresse

Chéres marraines, chers parrains,

Malheureusement, cette saison est sous le signe de la sècheresse, de fortes chaleurs et pas mal de Mistral.
Ce n'est pas le top pour les récoltes !
Nous avons eu un peu de miel de printemps, un peu d'acacia et de châtaigner, mais cela va être plus compliqué pour la lavande .
Dans l'ensemble les colonies se portent bien pour le moment, mais nous ferons un point dans le courant du mois de Septembre .
Comme pour tous les métiers en extérieur, le travail sur les ruches est très pénible dans l' après midi, donc récolte le matin de très bonne heure.
Et travail en miellerie l'après midi.

Nous rencontrons aussi un problème avec les incendies, ce qui nous pousse à laisser les ruchers sur les hauteurs en attendant la pluie .

Je vous ferai un prochain point en septembre, après notre visite d'automne sur nos ruches .

Bel été à toutes et tous !

Philippe H.

Voir toutes ses actualités

Le rucher D'Entraigues

Le rucher D
Les ruches de Philippe et Nicolas sont installés à proximité d’Avignon sur la commune d’Entraigues près de Gigogan, sur une zone de Garrigues et de forêts.

Philippe travaille avec des abeilles de races Caucasienne, un peu de Buckfast et depuis 2011, sélectionne un peu de Carnica.

De façon à suivre les floraisons, les deux frères pratiquent chaque année la transhumance de leurs ruches vers le plateau d’Albion, les Alpilles ou l’Isère.

Le miel récolté pour un toit pour les abeilles est un miel toutes fleurs de consistance cristalline (solide) à crémeuse composé notamment de miellat (à partir de la sève des plantes) qui est une grande source d'apport en acides aminés et lui confère un gout assez relevé, très parfumé et une couleur plutôt sombre.
On y retrouve aussi des notes de fleurs d'amandiers butinées au printemps et un mélange floral de prairies (pissenlits, trèfles, pruniers sauvages...)

Que se passe-t-il ce mois-ci sur votre rucher ?

Que se passe-t-il dans la ruche en septembre ?
Introduction



Si septembre signe le retour des plus petits comme des plus grands à l’école, pour les abeilles, il vient sonner la fin de la saison apicole.
Tout du moins, les abeilles vont commencer à regagner doucement la ruche dans quelques semaines pour débuter la période d’hivernage.
A voir le soleil encore bien présent ces derniers jours, on se demande si les colonies ne vont pas v...




Imprimer la page

Retour