TEDIBER

Logo TEDIBER

Tediber est la 1e marque française en ligne de produits essentiels pour le sommeil, qui change la vie des gens en rendant accessible à tous, facilement et simplement, un incroyable matelas, ferme et accueillant à la fois, adapté à tous les dormeurs. Créé en 2015, Tediber développe aujourd'hui un univers complet autour du sommeil et du bien-être avec une gamme complète composée d’un incroyable sommier, d'une incroyable couette, d'un incroyable oreiller, d’une incroyable gamme de linge de lit et d'un incroyable petit matelas pour bébé. Tous les produits sont livrés gratuitement, en express, avec 100 nuits d'essai.


Voir leur site internet

Depuis la naissance de Tediber, nous pensons que l’incroyable est dans les détails. Ce sont les petits détails qui font la différence, qui font d’une journée ordinaire un moment incroyable, d’une expérience basique une expérience exceptionnelle. Cet amour du détail, nous pensons que nous nous devons de l’avoir dans tout ce que nous entreprenons, pour nos clients bien sûr, mais aussi pour la planète dans laquelle nous vivons. Parce que le respect du monde qui nous entoure se traduit par une multitude de petites actions, par des petits détails qui changent la face du monde. C’est pour cela que nous nous intéressons à la cause des abeilles, cet insecte essentiel, indispensable à la pérennité de notre écosystème, mais si petit que l’on a tendance à croire qu’il n’est qu’un petit détail sans impact. Pour Tediber, la marque à la tête d’ours, défendre les abeilles tombe sous le sens. C'est pourquoi nous sommes très fiers d'être partenaire d'Un toit pour les abeilles avec qui nous avons l'ambition cette année de parrainer 10 ruches partout en France.

Les ruches en images

  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER
  • La ruche TEDIBER

L'apiculteur : Benjamin CUVILLIEZ

UTPLA apiculteur Benjamin CUVILLIEZ

Baigné par la nature et les abeilles depuis l’enfance, mon itinéraire me conduit toutefois à exercer le métier de charpentier dans les Cévennes.
En 2009, suite à des travaux de rénovation chez un apiculteur professionnel, ce dernier m’offre deux colonies, c’est le début de l’aventure !
L’apprentissage est permanent, semé d’erreurs, de rencontres, d’échanges, de lectures et de stages.
En 2018, je décide de m’installer sur les terres d’un ancien corps de ferme dans les Côtes d’Armor, (en Bretagne,) non loin de Guingamp.
Être associé à un toit pour les abeilles, c’est faire partie d’un réseau qui permet de sensibiliser et de rencontrer un plus grand nombre de personnes.
C’est aussi permettre aux consommateurs de s’investir dans une consommation responsable et engagée, de devenir « consom’acteurs ».

En Mai fait ce qu il te plait ...

Les abeilles semblent respecter les adages...

Le moi de mai est synonyme d'essaimage plus ou moins contrôlés par l'apiculteur.

Dans le cas présent je suis intervenu trop tard pour l empêcher mais heureusement j'ai pu récupérer l'essaim.

Beau printemps à vous tous !

 

Voir toutes ses actualités

Le rucher de Kermorvan

Le rucher de Kermorvan

Les ruches sont sédentaires sur différents ruchers installés en priorité sur des zones naturelles et bio autour de la ferme.
Les abeilles, de type race noire produisent des miels polyfloraux aux parfums et textures très différents tout au long de l’année.
La première récolte de la saison commence en mai, avec un miel à la texture onctueuse et crémeuse,
de couleur claire et dont les très doux arômes évoquent les fleurs de phacélie, de colza, et les haies bocagères.
S’ensuit le mois de juillet avec un mélange de ronce, trèfle, châtaignier et autres fruitiers offrant une texture cristallisée.
Ce miel a un parfum agréablement fruité, boisé, délicat et persistant en bouche.
À la fin de l’été, une dernière récolte, avec des miels quasi monofloraux de sarrasin ou de miellat de chêne qui se singularisent par une couleur foncée et une texture liquide.
Le miellat de chêne révèle des saveurs complexes et une sensation de bonbon fleuri.
Je récolte le miel, l’extrais et le mets en pot directement. Il conserve ainsi toutes ses propriétés et bienfaits.
La conduite du rucher tend vers le bio (traitements, cires, soins…) pour respecter (au maximum) les abeilles, la nature et les gourmands.
Au fil des saisons, découvrez le travail des abeilles, de l’apiculteur et goûtez aux saveurs florales de la région bretonne.

L'apiculteur : Sarah HOLTZMANN

UTPLA apiculteur Sarah HOLTZMANN

Sarah, apicultrice depuis 2007 est installée à Moussey, dans les Vosges.

Sarah s'est reconvertie professionnellement de 2004 à 2007, et quoiqu'au démarrage son exploitation comptait 26 ruches, elle en gère maintenant 300.
Sarah est aussi très attentive aux questions environnementales et utilise des peintures 100 % naturelles.

En plus de la production de miel, de reines et d'essaims, Sarah se lance dans la récolte de gelée royale à destination des particuliers, ainsi que celle de la récolte de propolis pour les laboratoires pharmaceutiques.

Quelques nouvelles des Vosges

ERRATUM

Suite à un imprévu, nous sommes obligés de décaler le jour de nos portes ouvertes du 24 juin 2023 au samedi 1er juillet 2023. Encore mes excuses et je vous remercie pour votre compréhension.

Voir le programme et s'inscrire à la porte ouverte

 

LA SAISON COMMENCE

Bien que l'hiver eu été plutôt doux, il a beaucoup plu en ce début de printemps ce qui est certes bon pour les sapins mais a considérablement retardé ce début de saison.
Depuis deux semaines, il y a du grand soleil et ça mielle!! On espère que ça va durer ainsi.
Je vous envoie au fur et mesure des photos de vos ruches mais cela prend du temps.
Je fais de mon mieux mais en ce moment c'est visite de ruches 7j/7.
D'ailleurs beaucoup d'essaimeuses cette année, c'est du sport de les rattraper!

HEBERGEMENTS

Vous êtes très nombreux à nous l'avoir demandé et c'est enfin prêt.
Vous avez enfin la possibilité de réserver votre séjour à la ferme parmi nous pour prolonger votre immersion dans le monde merveilleux des abeilles.

Plus d'infos dans les liens ci-dessous:

Voir l'appartement 6 voyageurs

Voir l'appartement 4 voyageurs

Voir le loft 4 voyageurs

 

  

 

Voir toutes ses actualités

Le rucher de la Vallée du Rabodeau

Le rucher de la Vallée du Rabodeau

Le rucher est situé dans le Parc Régional de la Forêt des Vosges, en plein cœur de la vallée du Rabodeau.

Il est niché à flanc de montagne, à 500 m. d'altitude, bordé d'une forêt de 12 ha composée de pins, épicéas, hêtres et bouleaux et arrosé par une rivière.

Ce cadre permet aux abeilles de butiner des essences de montagne : sapin, fleurs d'altitudes...
Le miel ainsi récolté est un miel de montagne issu de miellats (miel de sapins, bouleaux...) qui est une grande source d'apport en acides aminés.
Liquide à sirupeux (avant cristallisation) et foncé, il est très aromatique et de saveur douce et maltée. En fonction de l'emplacement des ruches et des floraisons alentours, la proportion en fleurs d'altitude peut y être plus importante ainsi, Sarah vous proposera alors un miel de même consistance, de couleur plus clair et fleuri avec des notes de sous-bois.

JT de 13h TF1 avec Sarah

Reportage consacré à Sarah et au projet Un toit pour les abeilles diffusé le samedi 27 Août 2016. Cliquez en dessous pour visualiser l'extrait.

L'apiculteur : Eric FRANQUELIN

UTPLA apiculteur Eric FRANQUELIN

Eric est apiculteur amateur en Picardie depuis 2008, cette passion l'a piqué en vacances lors de la visite d’un musée de l’abeille.

Il se forme à l’apiculture auprès d’un apiculteur local ainsi qu’au Rucher École de l’Oise Apicole où il suit des cours sur l'apiculture.
Il a ensuite acquis une ruche, des abeilles, le matériel de base.

Aujourd'hui, il accomplit sa passion avec un petit rucher d’une vingtaine d’essaims qui sont situées au milieu de jardins potagers et près d'une forêt.
Il vit l'apiculture à la cadence des abeilles et selon l’éclosion des fleurs mellifères.
Eric pratique à petite échelle la transhumance pour le miel d’Acacia, il déplace quatre à cinq ruches au moment de la floraison de l'arbre.

Il espère agrandir son cheptel dès le printemps 2016 composé d'abeilles noires et d'abeilles Buckfast grâce aux parrainages.

Le printemps arrive...

Chers marraines et chers parrains,

J’espère que vous allez bien et j’en profite pour vous renouveler mes remerciements pour vos parrainages.

Dès qu’il y a un rayon de soleil, vos abeilles sortent et récoltent du pollen, signe que le printemps n’est pas loin.

Elles butinent actuellement sur les pruniers, abricotiers, le colza et quelques fleurs sauvages.

La sortie d’hiver se passe bien, quelques aides partielles en apport de nourriture pour des ruchettes qui ne possèdent que 6 cadres au lieu de 10 dans les ruches, dont la population est élevée et les réserves épuisées.

Je suis impatient d’attaquer la saison apicole et d’ouvrir les ruches, il faut une température d’environ 17 degrés pendant plusieurs jours pour sortir les cadres des ruches et observer la reprise de ponte de la reine sans risque de refroidir le couvain (larves d’abeilles). Je vous dis à très vite.

Votre apiculteur,

Eric

Voir toutes ses actualités

Le Rucher de Picardie

Le Rucher de Picardie

Le rucher d’Éric est situé au nord de l’Oise à Saint Just.
Celui-ci se compose d’une vingtaine de ruches de modèle Dadant, entouré de jardins et près d’une forêt.

Le miel récolté est le reflet des différentes fleurs mellifères et arbres fruitiers qui entourent son rucher dont il suit les variations et les floraisons.
L’extraction est artisanal pour en préserver les arômes et les propriétés nutritionnelles.
Le miel est un miel toutes fleurs, liquide et crémeux doté d’un arôme polyfloral de caractère.

Eric laisse le corps de ses ruches rempli de miel pour que les abeilles passent l'hiver sans avoir à les nourrir avec du sirop.
Il privilégie ainsi le bien-être de ses abeilles au détriment du rendement de miel.

L'apiculteur : Franck DELANNOY

UTPLA apiculteur Franck DELANNOY

Passionné par les animaux, notamment les insectes et reptiles depuis ma plus tendre enfance,
je suis co-fondateur de l'association loi 1901 "Le Peuple de l'Ombre" depuis 2005.
Je me suis intéressé de plus près aux abeilles et me suis formé à l'apiculture de loisir en 2014 à l'école rucher de Rieulay.
Apiculteur amateur depuis 5 ans, j'expérimente plusieurs types de ruches (Warré, kényane, Dadant).
Le format Dadant reste à ce jour la plus pratique pour mon apiculture.
Aimant le travail du bois, toutes mes ruches sont fabriquées dans mon atelier de menuiserie, avec du bois non traité
(Sapin rouge du Nord, Mélèze, Douglas...). J’offre ainsi aux abeilles de vrais « petits paradis » où se loger !

Quelques nouvelles hivernales

Cher Marraines , cher Parrains ,

Periode calme aux ruchers , les abeilles sont en hivernage, laissons-les tranquilles.

La pression des frelons asiatiques s'est enfin calmée.

Pendant cette trêve hivernale, j'en profite pour tout préparer  la nouvelle saison : nettoyage du matériel , aménagement des abords des ruchers et de la miellerie ...

Je commence à ouvrir les ruches.

Je vous souhaite de bonnes fêtes de fin d'année et à tres bientot.

Merci pour votre precieux soutien .

Franck 

Voir toutes ses actualités

Le Rucher de l'Ostrevent

Le Rucher de l

Mon apiculture est essentiellement basée sur des rencontres entre passionnés, respectueux de la nature et du biotope.
Je découvre tous les jours la symbiose indispensable entre les abeilles et leur environnement.
Une de mes dernières rencontres, est celle que j’ai faite avec un exploitant agricole, sensible à la culture bio.
Quelques-unes de mes colonies fréquentent les plantes mellifères de son exploitation.
D'autres colonies sont en bordure de forêt et dans la campagne de l’Ostrevent.
Mon objectif, avec l’aide d’Un Toit Pour les Abeilles, et vous, parrains bienveillants, c’est de continuer à développer mon cheptel (actuellement une vingtaine de colonies…),
afin de pouvoir déguster le bon miel que les abeilles nous offrirons au fil des saisons.

Vous pouvez me suivre sur instagram : https://www.instagram.com/le.rucher.de.l.ostrevent/

L'apiculteur : Anne-Laure FORGERIT

UTPLA apiculteur Anne-Laure FORGERIT

Installée au cœur du Marais Breton Vendéen à Notre Dame de Monts, la miellerie « Au pré des abeilles » est née en 2017.
Le Marais Breton est composé de différents paysages :
la forêt dunaire avec ses pins et ses chênes verts, le marais salé avec ses anciens marais salants,
le marais doux avec ses prairies et ses roselières et le polder avec ses cultures.
Il abrite au fil des saisons de nombreuses espèces rares et protégées, comme le hibou des marais,
la barge à queue noire, l’avocette élégante, le leste à grands stigmas, la loutre d’Europe …
Riche d’une grande biodiversité, ce territoire est classé en zone Natura 2000 et en Zone Naturelle
d’Intérêt Ecologique Faunistique et Floristique (ZNIEFF).

Fin d'été et dernières récoltes !

Depuis la mi-août les jours diminuent rapidement. 

Les abeilles sont déjà en train de se préparer pour l'hiver à venir, elles rentrent les derniers nectars et pollens et commencent à réduire les entrées de ruches avec de la propolis.

Pour moi c'est l'heure des dernières récoltes du miel d'été, maintenant les colonies butineront pour compléter leurs réserves. Les jours à venir seront consacrés à l'extraction du miel et à sa mise en pot.

Puis il sera temps de commencer la mise en hivernage des colonies et de transhumer certains ruchers pour les ramener sur des emplacements plus à l'abris du vent.

Il faudra encore lutter tant bien que mal contre le frelon asiatique.

Le travail aux ruches va être plus calme mais c est une période importante pour le devenir des colonies, espérons que la météo sera clémente et les frelons pas trop présents.

 

 

Voir toutes ses actualités

Le Rucher Au Près des abeilles

Le Rucher Au Près des abeilles

J’ai eu mes premières ruches en 2008, petit à petit le nombre de ruches a augmenté et aujourd’hui j’en possède environs 200.  
J’ai décidé de faire de l’apiculture mon métier car cela me permet de travailler dans, avec et pour la nature.
J’ai la chance d’être sur un territoire où il y a beaucoup de prairies naturelles et peu de grandes cultures.
Je peux ainsi pratiquer une apiculture qui correspond à mes valeurs, c’est pourquoi je me suis engagée dans une certification agriculture biologique.
Mes ruchers sont de petite taille, entre 12 et 16 ruches en général.
Mes abeilles butinent la multitude de fleurs sauvages présentes dans les prairies :
renoncules, crépis, guimauves, ...
Le miel « de prairie » qu’elles produisent cristallise rapidement, il est parfumé et long en bouche.

L'apiculteur : Dominique HARDOUIN

UTPLA apiculteur Dominique HARDOUIN

Suite à une carrière de technicien au sein de France Télévision, j'ai entamé une reconversion professionnelle en avril 2019.
J'ai démarré cette activité en 2010 de façon totalement amatrice pour augmenter les récoltes de mon potager.
Puis progressivement, j'ai augmenté mon cheptel.
Aujourd'hui, je m'occupe d'environ de 120 ruches et grâce notamment à votre soutien je souhaite devenir apiculteur à titre principal cette année.

Ainsi, avec mes abeilles, je vole de floraisons en floraisons au gré des saisons.
De la plaine des Maures aux monts des Cévennes en passant par le Verdon, je récolte chaque année un large panel de miels.

A Rucyclette avec Paulette

Chers amiculteurs, j'ai tardé à vous donner des nouvelles car le début de saison fut un tantinet compliqué.

Nous avons subi dans le sud six épisodes cévenols consécutifs. C'était le déluge....

 

Malgré tout les colonies se sont développées et sont devenues fortes et même très très fortes pour certaines d'entre elles.
Comment, je n'en sais fichtre rien et cela restera un mystère.

Depuis début avril et l'arrivée du soleil, la nature explose.
Les fleurs sont là, à profusion et vos abeilles se régalent.
Du coup, je dispatche les ruches sur les différents ruchers, rééquilibre les colonies (c'est à dire, donner des cadres de couvain aux plus faibles, prélevés sur les très fortes) et je fais de nouveaux essaims.
Enfin bref, le mois d'avril est, comme tous les ans, le mois où les apiculteurs ne savent plus où donner de la tête mais qui restera le plus jouissant de l'année.

 

Mes amis je vous laisse et j'y retourne.

 

Apicalement vôtre

Voir toutes ses actualités

Le rucher du Cannet des Maures

Le rucher du Cannet des Maures

Ce rucher situé sur la commune du Cannet des Maures dans le centre Var, est au bord du massif des Maures. Cette terre anciennnement volcanique est scilicieuse et acide. On y trouve des plantes typiques des maquis, tel la bruyère blanche arboricole, la lavande stoecha, l'immortelle, etc...

Ce biotop remarquable, me permet d'y recolter du miel de maquis, de chataignier et quelques fois d'arbousier.

Que se passe-t-il ce mois-ci sur votre rucher ?

Que se passe t’il dans la ruche en MAI ?

Introduction
Chères marraines, chers parrains,
Si chez Un Toit Pour Les Abeilles on cébère tous les jours et depuis plus de 15 ans (le temps passe si vite !)  les abeilles et la nature, nous avons décidé de mettre les bouchées doubles en mai !
Pourquoi en mai ? Parce que ce mois comprend deux dates très importantes, probablement déjà inscrites dans vos agendas...
Le 20 mai,...




Imprimer la page

Retour