Alice Délice Valenciennes

La ruche en images

  • La ruche Alice Délice Valenciennes
  • La ruche Alice Délice Valenciennes
  • La ruche Alice Délice Valenciennes
  • La ruche Alice Délice Valenciennes
  • La ruche Alice Délice Valenciennes
  • La ruche Alice Délice Valenciennes

L'apiculteur : Matthias LAGARROSSE

UTPLA apiculteur Matthias LAGARROSSE

Je pratique l'apiculture depuis mon enfance.
Mon père, était lui-même apiculteur amateur.
J'ai eu aussi la chance d'assister un apiculteur sur l'île de La Réunion où j'ai vécu un moment.
Il possédait une centaine de ruches. C'est de lui qu’est née ma vocation d'en faire ma profession. 
En 2007, j'ai sauté le pas et j’ai passé une formation (Brevet Professionnel) à Auterrive près de Toulouse.
J'ai appris la profession auprès d'un maître de stage dans le Gers, lui-même passionné par les abeilles. 
Ensuite, j'ai travaillé chez différents professionnels, et ma route m'a mené en Charente sur la terre de mes ancêtres, où j'ai décidé de m'installer.

En 2012, j'ai donc pris le statut d'exploitant agricole et je me suis lancé pleinement dans l'aventure.
L'hiver suivant fût catastrophique, car 80% de mon cheptel a disparu dans des conditions plus que suspectes... De 200 ruches, je passais à 40 le printemps suivant.
Depuis, je m'acharne à tenter de reconstituer mes ruches perdues.
Certaines années plus favorables succèdent à d'autres moins belles, voire catastrophiques, ce qui rend le métier un peu difficile, bien que nécessaire et passionnant !

L'apiculture est pour moi bien plus qu'un travail, c'est une passion et un mode de vie.
L'Abeille est un symbole de notre ère, la protéger c'est protéger l'humanité et la nature dans leur ensemble.
Echouer à la préserver serait à mon sens le signe de notre incapacité à vivre harmonieusement sur cette planète.

Bientôt le printemps

Chers parrains,

En ce début d'année 2024, le rucher des Versannes entame sa 14e saison d'existence avec une profonde gratitude pour tout le soutien et l'encouragement que vous nous avez apportés tout au long de ces années. Chaque saison apporte son lot de défis, mais nous restons résolus à affronter ces difficultés avec force et détermination.

Nous avons été confrontés à de nombreux défis au fil des ans, notamment la lutte contre varroa destructor, ce parasite implacable qui a affaibli nos colonies. Tel une tique il vide les abeilles de leur hémolymphe et, en affaiblissant la colonie, il permet à d'autres pathogènes de s'installer et de finir la funeste tâche qu'il a commencé.

En 2004, c’est le terrible Vespa Velutina, alias le frelon asiatique, qui faisait son apparition en France, vraisemblablement dans des poteries importées (tiens! L'importation aurait elle un caractère récurrent dans nos soucis?) pour s'y établir durablement.
Aujourd’hui, installé sur tout le territoire, son éradication semble désormais impossible, il se goinfre copieusement de nos abeilles, qu'elles soient domestiques ou sauvages et amenuise les colonies quand il ne les détruit pas totalement.
Malgré cela, nous avons appris à nous adapter et à renforcer nos pratiques pour protéger nos précieuses abeilles. Grâce à des efforts conjoints, nous avons réussi à minimiser son impact sur nos ruchers.

Nous sommes reconnaissants pour chaque journée où nos abeilles peuvent butiner en toute sécurité.

Bien que les pressions environnementales et économiques demeurent, nous restons déterminés à préserver notre patrimoine apicole. Nous comprenons l'importance cruciale de maintenir des habitats naturels sains et de promouvoir des pratiques agricoles durables pour assurer la survie de nos abeilles et de notre écosystème dans son ensemble.

Malgré les défis économiques auxquels nous sommes confrontés, comme beaucoup de professions agricoles, votre soutien indéfectible nous donne la force de persévérer.

Les prix dérisoires des miels importés le sont grâce à une main d'oeuvre sous-payée avec des conditions sociales minimales sinon inexistantes... Actuellement le miel français sur le marché de gros est acheté à des prix plus bas que les coûts de production, quand il est acheté. De nombreux apiculteurs se retrouvent avec leur production sur les bras, faute d'avoir trouvé acquéreur.

La filière apicole française est plus que jamais en danger
Votre engagement envers notre rucher et notre mission nous inspire et nous encourage à poursuivre notre travail avec passion et dévouement.

Alors que nous nous préparons pour la saison à venir, nous sommes remplis d'espoir et d'anticipation. Bientôt, nos ruchers seront remplis du doux bourdonnement de nos abeilles qui vaquent à leurs tâches vitales.
C’est le temps de préparer les cadres pour les futurs essaims, de nettoyer les ruches qui vont les accueillir et de s'assurer du bon fonctionnement du matériel de miellerie

Nous autres apiculteurs, humbles bergers dévoués corps et âmes à nos abeilles, continuerons à l'assister dans sa destinée en lui apportant tous les soins nécessaires.

Pour ma part, l'enthousiasme qui précède chaque nouvelle saison chasse tous les doutes, et l'impatience d'ouvrir à nouveau les ruches pour retrouver mes abeilles me confirme bien que j'occupe la place qui m'est destinée! 

Ensemble, nous sommes une communauté dédiée à la préservation de nos précieuses abeilles et à la promotion d'un avenir plus durable pour tous. Merci infiniment pour votre soutien continu et votre partenariat précieux.

Bonne saison 2024 à vous tous, et au plaisir de vous retrouver au cœur de l'action pour échanger des nouvelles passionnantes de nos ruchers!

Voir toutes ses actualités


Le Rucher des Versannes

Le Rucher des Versannes

Le rucher se trouve dans un petit village médiéval pittoresque de la région Poitou Charentes, dans la vallée de l'Argentor (nom de la rivière qui traverse le village), là où la vallée est la plus profonde.
Les ruches sont installées au beau milieu d'un bois composé de châtaigniers et d'acacias en grande partie.
On y trouve également des saules, merisiers et érables champêtres…
C'est un très bel environnement pour les abeilles.
Ma région à la flore diversifiée me permet de produire 5 variétés de miel les bonnes années.
Un miel de Printemps (Pissenlit Aubépine), mais aussi du miel d’Acacia, de Châtaignier, de Sarrasin et du Toutes Fleurs d'été.
Je transhume mes ruches de manière raisonnée dans un rayon de 40 km autour de la miellerie.

Que se passe-t-il ce mois-ci sur votre rucher ?

Que se passe-t-il dans la ruche en ce mois de juin qui débute ?


 
En juin, les abeilles ne chôment pas !
C’est bientôt l’été, même si la météo a été particulièrement capricieuse cette année, avec un temps plutôt maussade et humide pour un mois de mai.
Mais voici le soleil timide qui fait tout doucement son entrée pour le plus grand bonheur des abeilles.
Les ruches bourdonnent...




Imprimer la page

Retour