Alice Délice Valenciennes



GROUPE : Alice Délice

L'apiculteur : Matthias LAGARROSSE

UTPLA apiculteur Matthias LAGARROSSE

Je pratique l'apiculture depuis mon enfance.
Mon père, était lui-même apiculteur amateur.
J'ai eu aussi la chance d'assister un apiculteur sur l'île de La Réunion où j'ai vécu un moment.
Il possédait une centaine de ruches. C'est de lui qu’est née ma vocation d'en faire ma profession. 
En 2007, j'ai sauté le pas et j’ai passé une formation (Brevet Professionnel) à Auterrive près de Toulouse.
J'ai appris la profession auprès d'un maître de stage dans le Gers, lui-même passionné par les abeilles. 
Ensuite, j'ai travaillé chez différents professionnels, et ma route m'a mené en Charente sur la terre de mes ancêtres, où j'ai décidé de m'installer.

En 2012, j'ai donc pris le statut d'exploitant agricole et je me suis lancé pleinement dans l'aventure.
L'hiver suivant fût catastrophique, car 80% de mon cheptel a disparu dans des conditions plus que suspectes... De 200 ruches, je passais à 40 le printemps suivant.
Depuis, je m'acharne à tenter de reconstituer mes ruches perdues.
Certaines années plus favorables succèdent à d'autres moins belles, voire catastrophiques, ce qui rend le métier un peu difficile, bien que nécessaire et passionnant !

L'apiculture est pour moi bien plus qu'un travail, c'est une passion et un mode de vie.
L'Abeille est un symbole de notre ère, la protéger c'est protéger l'humanité et la nature dans leur ensemble.
Echouer à la préserver serait à mon sens le signe de notre incapacité à vivre harmonieusement sur cette planète.

Quelques nouvelles des abeilles

Bonjour à tous,


Voici quelques nouvelles de nos protégées:

Le début d'année s'annonçait prometteur, les températures clémentes ont permis un redémarrage des colonies assez précoce et l'état sanitaire général était plutôt bon. La sortie d'hivernage s'est faite en douceur et on entrait dans cette nouvelle saison avec beaucoup d'espoirs.

La transhumance vers l'acacia s'est faite avant même le début du mois de mai, et malgré un refroidissement de la température, les abeilles ont trouvé une fenêtre météo pour remplir quelques hausses de ce miel si prisé.

Les colonies ont ensuite trouvé leurs emplacements sur le châtaignier, la floraison très précoce elle aussi nous laissait présager une forte récolte. C'était sans compter sur les caprices de Mère Nature! Pluies et températures fraîches en ont décidé autrement... Le châtaignier aura donné relativement peu au final, et après la fraîcheur se profile la désormais classique sécheresse estivale.

Nous sommes à présent sur la dernière ligne droite, les colonies se préparent déjà pour l'hivernage. On attend de voir ce que donnera la dernière miellée d'été!

En mon nom et en celui des abeilles je remercie encore grandement tous les parrains ayant participé à la cagnotte mise en ligne au début de cette année, votre aide nous a été cruciale! Merci à tous!

 

A très vite!

 

Matthias

Voir toutes ses actualités


Le Rucher des Versannes

Le Rucher des Versannes

Le rucher se trouve sur Nanteuil en Vallée, petit village médiéval pittoresque du département de la Charente dans la région Poitou Charentes.
Nanteuil en Vallée est situé dans la vallée de l'Argentor (nom de la rivière qui traverse le village), là où la vallée est la plus profonde.
Les ruches sont installées au beau milieu d'un bois composé de châtaigniers et d'acacias en grande partie.
On y trouve également des saules, merisiers et érables champêtres…
C'est un très bel environnement pour les abeilles.
Ma région à la flore diversifiée me permet de produire 5 variétés de miel les bonnes années.
Un miel de Printemps (Pissenlit Aubépine), mais aussi du miel d’Acacia, de Châtaignier, de Sarrasin et du Toutes Fleurs d'été.
Je transhume mes ruches de manière raisonnée dans un rayon de 40 km autour de la miellerie.

Que se passe-t-il ce mois-ci sur votre rucher ?

[RECTIFICATIF de notre texte saison d’août 2020]

Dans le texte du mois dernier, nous évoquions le fait qu’ « il n’est pas conseillé de nourrir les oiseaux toute l’année car cela peut favoriser des attroupements non naturels ».

La LPO – Ligue de Protection des Oiseaux nous a informé que si c’était en effet le cas il y a quelques années, il en est tout autre chose aujourd’hui.
El...




Imprimer la page

Retour