MESEA

Logo MESEA

Les ruches en images

  • La ruche MESEA
  • La ruche MESEA
  • La ruche MESEA
  • La ruche MESEA
  • La ruche MESEA
  • La ruche MESEA

L'apiculteur : Denis SIGUIER

UTPLA apiculteur Denis SIGUIER

Je suis originaire de Corse et pratique l’apiculture depuis 1998.
J’ai d’abord été initié et formé à l’apiculture par un ami apiculteur professionnel.
Travaillant dans la conservation des variétés fruitières et légumières locales et la sauvegarde des savoir-faire traditionnels,
j’en ai profité pour développer mes connaissances en apiculture auprès des anciens.
Puis j’ai franchi le pas et décidé de devenir apiculteur professionnel, mais après plusieurs années de travaux,
mon cheptel a été totalement détruit par un immense incendie qui a ravagé le Cap Corse…

Titulaire d’une solide formation agricole Bac agricole (Agronomie, aménagement-environnement),
du brevet professionnel de responsable d’exploitation agricole (en apiculture),
d’un BTS agricole Gestion et Protection de la Nature (spécialité Gestion d’Espaces Naturels),
et d’une formation d’Ingénieur Ecologue, j’ai recommencé à zéro et choisi de créer mon exploitation en Charente (en Agriculture Biologique).
Ma connaissance de la nature me permet de sélectionner les meilleurs environnements non seulement pour produire des miels AB de qualité,
mais aussi pour contribuer activement à la conservation de la nature et de la biodiversité.

Je suis actuellement en cours de constitution de mon cheptel et d’installation agricole (prévue mi 2019).
Les abeilles, la nature et moi, avons aujourd’hui besoin de votre soutien !

Activité réalisée dans le cadre d’un Contrat d’Appui au Projet d’Entreprise au sein de Champs du Partage,
association loi 1901, SIRET : 812 624 161 00012
siège social : Maison de l'Economie Sociale et Solidaire,
07 rue Sainte-Claire Déville, 79000 NIORT - Terme du Contrat CAPE 2 Juillet 2019.

Nouvelles estivales de votre apiculteur

Chère marraine, cher parrain,

Quelques nouvelles de votre apiculteur en ce milieu d’été.
Si les abeilles sont épargnées par la crise sanitaire et la pandémie que nous traversons actuellement, elles ne sont pas épargnées par les conséquences des changements climatiques et en tout cas par l’étrange météo de cette non moins étrange année 2021.
L’hiver a été dramatique (survie des frelons asiatiques jusqu’au 10 Décembre et prédation très importante sur les abeilles impliquant de nombreuses pertes de ruches), le printemps a été catastrophique (vent de Nord-est en Avril , pluie et températures basses le reste du temps) et l’été est dans la continuité.

Durant le printemps, j’ai malgré tout réussi à élever des essaims pour compenser les pertes hivernales de ruches, mais entre la météo et les exigences du cahier des charges AB (récolte uniquement de cadres operculés de hausses), les récoltes ont été insignifiantes.
En effet, avec le mauvais temps, les abeilles disposent de peu de temps pour récolter du nectar et comme les populations sont importantes, durant le confinement elles consomment le peu de nectar stocké.
Il convient en effet de rappeler que l’apiculteur (du moins celui qui est soucieux de la santé de ses abeilles) ne récolte que les excédents de miels non consommés et non nécessaires au bien être de la colonie.
Ainsi avec cette météo catastrophique et l’absence d’excédents, il y'a eu peu de récoltes. Certains apiculteurs sont obligés de nourrir leurs ruches et la tendance nationale de la campagne 2021 laisse présager une forte diminution des volumes de miels récoltés en France (division par 10 des récoltes pour plusieurs apiculteurs rencontrés)…

Si ce n’est en miellerie, le travail des apiculteurs n’est pour autant pas diminué… au contraire nous devons redoubler d’efforts au niveau du suivi sanitaire (les risques de développement de maladies sont très importants du fait de l’humidité et du travail de récolte perturbé)pour suivre des essaims dont le développement est long (mauvaises fécondations) et en vue de produire quand même un peu de miel (transhumances).
Bien sûr, les abeilles et moi vous réservons nos meilleures productions !

Je déplore que la météo compliquée (ainsi que les confinements et contraintes sanitaires) n’aient pas permis de vous inviter cette année pour des visites de ruchers. Dans la mesure où le contexte n’est pas aux regroupements importants, je vous propose de me contacter individuellement si vous avez des envies de visites de rucher et l’occasion de passer en Nord Charente, je ferai au mieux pour vous recevoir et, si la météo le permet (!), vous accompagner en visites de ruches.
En cette saison compliquée, il est heureux de constater que nos chères abeilles ont heureusement encore des capacités de résilience ; l’essaimage a été très important cette année. D’une part la météo défavorable à dû les inciter à se multiplier, d’autre part, sachant que les apiculteurs ont du mal à produire des essaims (mauvaises fécondations, pertes de reines, etc. du fait du temps changeant) ce nombre important va permettre d’absorber les pertes.

Par ailleurs, les frelons asiatiques ne sont absolument plus visibles depuis le début du mois de juin avec peu d’observations d’attaques sur les ruches. Le mauvais temps a dû être très défavorable à leur survie. Espérons qu’ils laissent nos abeilles tranquilles cet automne !
Malgré ce contexte difficile, la Ferme Apicole et éco-logis de la Vallée de l’Or poursuit son développement. D’une part, nos actions de conservation de la biodiversité locale se structurent et avancent correctement et je pourrai vous en dire plus dans quelques temps. D’autre part, une bande d’agnelles Solognotes va bientôt arriver à la ferme pour le lancement d’un atelier de diversification. Heureux de participer à la conservation de cette race à faible effectif !

En espérant, chère marraine, cher parrain que ces quelques nouvelles de votre apiculteur vous trouvent en pleine santé ainsi que les vôtres,

Merci pour votre soutien,

Sincères salutations,

Denis

Voir toutes ses actualités


Le rucher La Ruche.bio

Le rucher La Ruche.bio

Le rucher parrainé par un « Toit pour les abeilles » est situé au cœur d’une vaste forêt (3 km de rayon) afin de garantir la production de Miels Bio.
Cette forêt de Charente Limousine est classée en ZNIEFF de type 1 (Zone Naturelle d’Intérêt Ecologique, Faunistique et Floristique)
au sein d’un vaste ensemble naturel avec rivières, prairies et boisements (classé en ZNIEFF de type 2).

Ce rucher environné de feuillus et de résineux est un véritable sanctuaire pour les abeilles
qui y trouvent toute l’année des ressources de qualité !
Ce rucher permet de produire des Miels certifiés AB (Agriculture Biologique – France, certification par Ecocert)
de Châtaigner, Acacia, Forêt, voire de Ronce et Callune (« Bruyère »).
Des miels authentiques issus de la flore naturelle !

Que se passe-t-il ce mois-ci sur votre rucher ?

Que se passe-t-il dans la ruche en octobre ?



Introduction
Les abeilles se font de plus en plus rares sur la planche d’envol et les floraisons touchent à leur fin.
Nous entrons bel et bien dans l’hivernage ! Début octobre, l’apiculteur doit être particulièrement vigilant pour bien préparer la ruche et sa colonie à un hiver pouvant être rigoureux.




Que se passe-t-il dans la ruche en octobre ?
En octobre, les abeill...




Imprimer la page

Retour