BCO LNG

Céline et Jérôme vous remercient (28/08/2017).

 

France 3 Alpes avec Jérôme et Céline

Reportage consacré à Jérôme et Céline et au projet Un toit pour les abeilles diffusé le samedi 15 Avril 2016.
Merci à Catherine, pour sa participation en tant que marraine.

L'apiculteur : Céline MARTIN-JARRAND

UTPLA apiculteur Céline MARTIN-JARRAND

Nous sommes apiculteurs dans le Parc Naturel du Vercors, 100% de notre production est issue de ce territoire préservé, sans transhumance de nos abeilles.

Nous avons à cœur de respecter le développement naturel de nos colonies, nous utilisons notamment des ruches Warré qui permettent une approche très douce vis à vis de l'abeille.
Nous nous engageons chaque année à former une centaine d'apiculteurs amateurs et à sensibiliser le public à la préservation des abeilles à travers des ateliers pédagogiques et la rencontre avec cette société incroyable qu'est une colonie d'abeilles.

Après avoir fait le choix de ne plus être certifié bio ces dernières années, nous avons signé un engagement de conversion en agriculture bio pendant une durée de 1 an.
Au terme de l'année de conversion et si le cahier des charges a bien été respecté nous passerons à nouveau en Bio.

DU MIEL BIO... KESAKO ?
Au niveau du cahier des charges :
- La zone de butinage doit être composé majoritairement de fleurs sauvages ou cultures mellifères labellisées AB
- Tout ce qui entre dans la ruche doit être bio : nourrissement (en apiculture, on aime inventer des mots !) des abeilles, cire, médicaments, traitement du bois...
 
Pour nous le bio doit-être en plus :
- LOCAL, donc pas de transhumance de nos ruches ! Notre production est 100% Vercors.
Notre secteur de prédilection : le Vercors sud, du Diois au Royans en passant par le plateau (Vassieux, St Agnan, Herbouilly...)
 
- DOUX, donc nous laissons vivre nos abeilles : bâtisses naturelles des alvéoles, peu de nourrissement au sucre, toujours bio et le plus local possible (sucre de betteraves français ou allemand) ...
Nous remercions tous les parrains et marraines qui nous soutiennent depuis tant d’années ! Sans vous, le miel du Vercors n'existerait plus!

UN GRAND MERCI !!

Bilan de la saison au rucher

Bonjour à tous,

La saison des abeilles se termine, voici quelques nouvelles ! Le printemps s'est bien déroulé et les conditions météo ont permis aux colonies de se développer. 

Dans nos montagnes, nous ne récoltons pas de miel au printemps mais passons beaucoup d'énergie à maintenir notre cheptel en divisant les colonies. 

Cette activité essentielle d'élevage nous permet de compenser les mortalités d'abeilles de façon autonome ! 

Et c'est un grand plaisir d'élever nos propres reines, adaptées à notre environnement de montagne.

Nous sommes arrivés en juin, prêts pour les miellées de lavande et de montagne

Même si la sécheresse a freiné les miellées, nous avons pu récolter de belles hausses de miel en juillet et les abeilles ont bien butiné ! 

 

Nous avons consacré le mois d'août à gérer le varroa dans nos ruches. En apiculture bio, nous isolons chaque reine des alvéoles afin qu'elle arrête de pondre puis nous appliquons un acide organique ou des huiles essentielles qui permettent de déparasiter les abeilles du varroa.

Les abeilles sont désormais en pleine santé et commencent à préparer l'hivernage: celles qui sont pondus en ce moment, ont un corps gras plus important afin d'augmenter leur durée de vie et de bien tenir au chaud la reine jusqu'à la naissance des prochaines ouvrières... En février !

La dernière miellée de l'année se prépare en septembre: le lierre! une fleur qui permet aux abeilles d'augmenter leurs réserves de nourriture juste avant l'hiver.

Nous allons commencer à mettre le miel en pots et préparer la prochaine expédition de miel !

Vous allez découvrir le crû Vercors 2020 :

- Le miel du Diois, un miel de garrigues aux notes aromatiques, entre thym, chêne et lavande

- Le miel de Lavande fine et lavandin, récolté sur les contreforts du Vercors où la lavande sauvage rencontre la cultivée

- Et le miel du Haut Plateau aux notes boisés, récolté à 1200 mètres dans les forêts du Vercors

On espère qu'ils vous plairont!!! 

Chaque saison qui passe nous renforce dans notre choix d'une apiculture sédentaire dans cet environnement sauvage et préservé qu'est le parc naturel régional du Vercors.

Les récoltes sont beaucoup moins importantes mais la satisfaction de pouvoir vous proposer des miels sauvages et votre soutien nous permet de maintenir cette production bio et locale !

Un grand merci à vous! 

Prenez soin de vous et de la vie!

 

Céline

 

Voir toutes ses actualités


Les abeilles du Vercors

Les abeilles du Vercors

Nos ruchers sont répartis sur 4 secteurs du Parc du Vercors: le Diois, le Royans, le plateau et les hauts plateaux. A chaque secteur correspond un étage de végétation typique :

Le miel du Diois est représentatif de la vallée : une année chaude et sèche et les abeilles butinent le miel de chêne : Notes puissantes et boisées.
Alors qu’une année plus humide produira un miel dominé par le thym, le tilleul, les fruitiers : Notes aromatiques et fleuries.

Le miel de Lavande de Chamaloc nous invite dans la partie méridionale du Vercors à la rencontre des plantes aromatiques.
Ici sur les terres où pousse naturellement la lavande fine, on cultive aussi le lavandin. Notes végétales et fleuries.

Le miel des Hauts Plateaux du Vercors est produit à plus de 1200 mètres d'altitude. C’est un miel de sapin blanc et de framboisier, typique du Vercors. Notes boisés et maltés.

Le miel du Royans nous fait découvrir les coteaux de châtaigniers et les tilleuls plantés par nos ancêtres. Notes mentholés et intenses.

Le miel de Prairies fleuries est récolté à 800 mètres d’altitude. C’est un paysage de prairies où des milliers de fleurs apparaissent au printemps.
C’est donc un miel d’une grande diversité florale: trèfle blanc, épilobe, ronce, framboisier, renoué bistorte, vipérine… Notes douces et fleuries.

Que se passe-t-il ce mois-ci sur votre rucher ?

[RECTIFICATIF de notre texte saison d’août 2020]

Dans le texte du mois dernier, nous évoquions le fait qu’ « il n’est pas conseillé de nourrir les oiseaux toute l’année car cela peut favoriser des attroupements non naturels ».

La LPO – Ligue de Protection des Oiseaux nous a informé que si c’était en effet le cas il y a quelques années, il en est tout autre chose aujourd’hui.
El...




Imprimer la page

Retour