ACORA

Logo ACORA
Cabinet d’expertise comptable indépendant et à taille humaine, nous vous accompagnons depuis plus de 30 ans que vous soyez commerçant, artisan, professionnel libéral ou chef d’entreprise. Créée en 1990 par Jean-Claude PERRAUD, expert-comptable et commissaire aux comptes, ACORA, a su évoluer avec vous pour vous proposer avec ses 6 associés, une offre de service toujours plus complémentaire.


Voir leur site internet

ACORA est engagé depuis de nombreuses années dans la préservation de l'environnement à travers son adhésion à RECYGO (recyclage du papier et du carton) et URBAN SOLAR ENERGY (production d'une énergie verte, locale et renouvelable. Parce que notre groupe est conscient que les abeilles sont indispensables à l'équilibre de notre écosystème, ACORA a décidé de renforcer son engagement à travers le parrainage d'une ruche.

La ruche en images

  • La ruche ACORA
  • La ruche ACORA
  • La ruche ACORA
  • La ruche ACORA
  • La ruche ACORA

L'apiculteur : David GIRAUD

UTPLA apiculteur David GIRAUD

J'ai commencé l'apiculture il y une petite dizaine d'année, je suis passé de trois ruches à une centaine de ruches réparties sur 5 ruchers.
Je suis apiculteur amateur semi-professionnel, je n'arrive pas encore à vivre de mon activité apicole, je suis donc pluriactif (pisteur de ski de fond, accompagnateur moyenne montagne, vendeur conseil en magasin espaces verts).
Pour la formation, je suis autodidacte, je me suis construit en discutant avec les anciens et en dévorant des livres, j'ai commencé avec de petits moyens et j'ai eu le temps d'apprendre de mes erreurs et de mes expériences.
Cette vocation pour l'apiculture découle de plusieurs passions qui s'entremêlent (la botanique, l'ornithologie, l'enthomologie), de plusieurs rencontres essentielles comme "Pierrot" un de mes mentors ou "Gael" mon copain de longue date avec qui j'ai commencé cette aventure (merci à vous), et enfin d'une envie très grande d'être en adéquation avec le monde naturel du vivant qui m'entoure tout en respectant les autres. Je voudrais à présent essayer de vivre de ma passion modestement en aidant la planète et en considérant à égal son prochain. C’est pour cela que je me suis lancé dans l’aventure Un Toit Pour Les Abeilles.

Nouvelles printanières

Chères marraines, chers parrains,
Si les hommes aiment les hivers doux et ensoleillés pour manger au balcon, pour les abeilles c’est loin d’être l’idéal.
La visite des ruchers en sortie d’hiver n’a pas été source de bonnes nouvelles.
De nombreuses colonies étaient soit extrêmement faibles, soit carrément décimées.
Les pertes de cet hiver 2020 s’élèvent à 40% environ, un triste hiver pour les Happykulteurs.
La grande majorité ne manquait pourtant pas de nourriture, les cadres de réserve étaient souvent encore garnis de miel.

Il est fort probable que l’hiver très doux et très ensoleillé que nous avons eu dans notre région en soit une des raisons.
Les ouvrières, au lieu de rester confinées (!) dans la ruche en attendant calmement le début du printemps et ses premières floraisons, sont sorties beaucoup plus tôt que d’habitude.
Or en janvier et février, même s’il faisait relativement chaud et beau, la nature était encore endormie et les fleurs n’étaient pas encore sorties.
Beaucoup d’ouvrières se sont donc épuisées à chercher des ressources en nectar et en pollen.

Elles se sont ainsi retrouvées trop peu nombreuses pour relancer la colonie efficacement.
Qu’à cela ne tienne ! Le travail des mois de mars et avril a donc consisté à reconstituer les colonies du rucher.
C’est-à-dire à renforcer les colonies les plus faibles et à diviser les colonies les plus fortes pour en créer de nouvelles (faire naitre une nouvelle reine).
Aujourd’hui, fin avril, grâce à un gros travail de division et de répartition, les ruchers sont « en forme ».
Le grand soleil de ce début de printemps a été très favorable et a permis des belles floraisons avec beaucoup de nectar et de pollen.
Au rucher des Iles, les cerisiers et les pissenlits constituent une précieuse ressource pour le développement des colonies.
Le rucher de la Pierre, plus haut en altitude, met un peu plus de temps à se remettre de ces pertes hivernales.
Mais la nature est bien faite et la vie l’emporte toujours, ce n’est qu’une question de temps avant que les hausses à miel se remplissent de bon nectar.

L’happykulteur veille sur ses avettes.
Prenez soin de vous, nous on s'occupe des abeilles :)
David et Coralie

Voir toutes ses actualités

Le Rucher de la Pierre

Le Rucher de la Pierre

Le rucher se situe sur une friche sauvage avec un jardin potager et des arbres fruitiers, d'orientation plein sud ou sur l'adret pour les puristes avec une terre assez pauvre et caillouteuse plutôt calcaire.
Ce terrain se situe à 500m d'altitude, entouré de quelques pâturages avec pissenlits, primevères, pâquerettes et autres trèfles. Il est bordé en aval d'une belle petite rivière " la Morge" avec ses zones inondables de roseaux et ses peupliers, et en amont d'une forêt de feuillus avec érables, chênes, châtaigniers, tilleuls, merisiers, aubépines.
Le panorama sur la montagne de la " Grande Sure " environ 2000m d'altitude est magnifique.
J’y récolte du miel du Massif de Chartreuse, miel toutes fleurs forestier de moyenne montagnes -Notes marquées de châtaignier et plus subtil de tilleuls - Saveur boisée, caramélisée et fumée, fruits confits - un miel assez fort en bouche de couleur foncé - Médaille d'Or 2015 et de Bronze 2017 concours bisannuel du Syndicat Apicole Dauphinois.

L'apiculteur : Yves ROBERT

UTPLA apiculteur Yves ROBERT

Yves et Chantal ont débuté en 2010 avec 3 ruches. Aujourd'hui ils en comptent près de 80, dont une soixantaine soutenues par les parrains Un Toit Pour Les Abeilles.

Yves et Chantal privilégient une production locale et une conduite douce des ruches. Ce choix est motivé par une éthique personnelle et professionnelle engagée pour la protection de l’environnement, ceci dans une optique d’exploitation apicole prospère économiquement.

Chantal et Yves ne pratiquent pas la transhumance, puisque tous leurs ruchers sont fixes, ce qui réduit considérablement les dépenses en carburant, les besoins en mécanisation et ainsi l'impact carbone.

Ils ont choisi des ruches Warré plus respectueuses des abeilles et proposent un miel de terroir.
Outre le miel, Les apiculteurs produisent leurs propres essaims naturels (sans importation de reine), ils récoltent du pollen, de la propolis, de la cire d’abeille...

Yves est l'auteur du "Petit manuel d'apiculture douce en ruche Warré" aux éditions Terre Vivante paru au printemps 2019.

La situation au rucher en juin 2022

La situation au rucher en juin 2022


Après des pertes hivernales sans précédent, comme tous mes collègues, j’avais comme priorité de multiplier les colonies pour reconstituer les effectifs.
Les conditions étaient particulières, là encore.
Les essaims élèvent une nouvelle mère, appelée pompeusement « reine ». Mais pour remplir sa mission de reproduction de la population dans la ruche, il lui faut être fécondée par plusieurs dizaines de mâles différents, lors d’un unique vol « nuptial ».
Or, ce printemps, les effectifs de mâles étaient assez limités.
La fécondation des jeunes reines a été assez aléatoire. Par ailleurs, les effectifs dans les colonies très variables ont été une autre source de préoccupations.
En outre, nous avons assisté, mes collègues et moi-même, a un phénomène nouveau dans son ampleur : la ponte multiple.
Une mère pond logiquement un oeuf par cellule. Mais, là, dans une proportion jamais vue, elles étaient nombreuses à pondre deux oeufs par cellules…
L’interprétation de ce phénomène n’est pas certaine. Donc, je ne m’aventurerai pas dans des explications...
Autre phénomène, encore jamais enregistré dans son ampleur : la précipitation dans la succession des floraisons. Début juin, presque toutes les floraisons importantes se sont succédées. Parfois même dans le désordre le plus total !
L’acacia a fleuri avant le sureau. Le coquelicot, fleur d’été par excellence, a fleuri dès le printemps ; tout comme le lilas d’Espagne.
Cela fait un moment que nous, apiculteurs, y perdons notre latin. Il est devenu illusoire de prévoir quoique ce soit sur une saison apicole. Nous vivons, donc, au jour le jour.
La grosse bonne surprise, c’est la rentrée importante de nectar que les abeilles transforment en miel.
Le déficit hydrique annonçait une période de sécheresse. Mais, là encore, surprise ! Les orages – quand ils ne sont pas trop dévastateurs- sont les bienvenus, avec leurs pluies rafraichissantes…
Au rucher, ce printemps, il y a eu fort à faire, dans le désordre le plus intense…
C’est la vie au rucher.
Et, votre soutien indéfectible la rend, toutefois, moins angoissante dans son extravagante incertitude…

Yves Robert
www.culturenature71.com
Mon essai "Prendre pleinement part à la vie" est paru ce printemps aux Éditions Maïa :
Prendre pleinement part à la vie par Yves Robert • Achat en ligne avec Editions Maïa

Voir toutes ses actualités

Le rucher de Sennecey

Le rucher de Sennecey

Le rucher est situé près du hameau de Tallant dans le canton de Sennecey-le-Grand en Saône-et-Loire (Bourgogne du Sud).

Il occupe un verger bordé de haies, de pâtures et prairies qui s'étendent à flanc de colline jusqu'au bois qui coiffe le sommet.
Cet environnement est riche d'une flore diversifiée qui s'épanouit dès le printemps (pissenlit, fruitiers, aubépine...) et se prolonge tout l'été (acacia, ronce, trèfle...).

La première récolte sera polyflorale puisqu’issue des variétés citées ci dessus.
Ainsi, selon la proportion en tilleul et acacia, le miel pourra être liquide à crémeux (ces deux espèces mellifères influençant sur la fluidité du miel).

Chantal et Yves travaillent avec des reines de souche Buckfast fécondées naturellement et issues du cheptel bio de Jérôme Alphonse (autre apiculteur partenaire Un toit pour les abeilles). Cette race d'abeilles est connue pour être douce et productive.

France 3 Bourgogne avec Chantal et Yves

Reportage diffusé le jeudi 6 Octobre 2016. Cliquez en dessous pour visualiser l'extrait.

Que se passe-t-il ce mois-ci sur votre rucher ?

[Information importante sur nos tarifs]

Chers marraines, chers parrains,
A compter du 11 juillet prochain nous allons être contraints de faire évoluer nos tarifs.
Nous vous avons adressé un courrier mail en ce sens le 4/07/22 que nous vous mettons à disposition via le lien :
www.untoitpourlesabeilles.fr/information-importante-tarifs

Vous remerciant par avance de votre compréhension.
Introduction
Le mois de juillet est une période d’acti...




Imprimer la page

Retour