Francital environnement

Logo Francital environnement

FRANCITAL environnement appartient à un groupe industriel textile français, SOPATEX, avec pour ambition de s’inscrire comme acteur majeur du vêtement technique professionnel de qualité, spécialiste de l'équipement forestier. De la conception à la logistique : un processus intégré L’ensemble des phases de l’élaboration à la livraison de nos produits est géré par FRANCITAL environnement. Les matières utilisées dans nos produits sont exclusivement européennes et répondent aux exigences de sécurité au niveau des colorants azoïques et des teintures utilisées.

Ils se sont engagés pour la sauvegarde des abeilles

La pérennité de notre entreprise ne peut être assurée que par un engagement fort en matière de développement durable. En 2012 FRANCITAL environnement s’est investie avec résolution dans cette voie en intégrant dans son système de management un processus d’amélioration permanente. La satisfaction de nos clients, la santé et la sécurité des personnes, ainsi que la préservation de l’environnement à travers l'eco-conception, sont des enjeux essentiels pour FRANCITAL environnement. Nous sommes certifiés ISO 9001 et ISO 14001. L'abeille étant un maillon dans le maintien de la biodiversité indispensable à l'équilibre de l'environnement, le parrainage des ruches pour FRANCITAL environnement permet de symboliser les différentes actions conduites pour minimiser notre impact environnemental.


La ruche en images

  • La ruche Francital environnement
  • La ruche Francital environnement
  • La ruche Francital environnement
  • La ruche Francital environnement
  • La ruche Francital environnement
  • La ruche Francital environnement
  • La ruche Francital environnement
  • La ruche Francital environnement
  • La ruche Francital environnement
  • La ruche Francital environnement

France 3 Alpes avec Jérôme et Céline

Reportage consacré à Jérôme et Céline et au projet Un toit pour les abeilles diffusé le samedi 15 Avril 2016.
Merci à Catherine, pour sa participation en tant que marraine.
Cliquez en dessous pour visualiser l'extrait.

L'apiculteur : Céline MARTIN-JARRAND

UTPLA apiculteur Céline MARTIN-JARRAND

Jérôme et Céline sont apiculteurs dans la Drôme.

Ils privilégient des ruchers fixes pour garantir l'origine du pollen butiné et utilisent des ruches Warré qui permettent une approche très douce vis à vis de l'abeille.
L'Abeille du Vercors s'engage chaque année à former une centaine d'apiculteurs amateurs, et à produire des essaims d'abeilles.

L’année dernière ils ont choisi de faire grandir leur exploitation en y intégrant des ruches qui n’étaient pas gérées en bio.
Cette modification les obligent à franchir à nouveau toutes les étapes de la certification bio et notamment le passage d'une période pendant laquelle ils sont « en cours de certification ».
Durant ce laps de temps, bien que respectant le cahier des charges du bio, ils n’ont plus l’autorisation d’apposer le logo bio sur leurs pots de miel.
En revanche Céline et Jérôme s'engagent sur la démarche suivante: proposer un miel garanti sans pesticides en faisant analyser chaque lot de miel par un laboratoire spécialisé.

Jérôme et Céline rejoindront à nouveau la certification AB probablement en Septembre 2016.

Tous les espoirs sont permis...

Chères marraines et chers parrains,

L'hiver rude a permis à la nature de reprendre des forces : nos abeilles n'ont pas fait exception !
Avec les quelques jours de beau temps du mois de mars, elle se sont considérablement développées et sont déjà prêtes pour les floraisons des fruitiers.
Contrairement à d'autres années, et à beaucoup d'autres apiculteurs en France, nous avons la chance de ne pas avoir de problème de mortalité hivernale.

En ce début de saison, tous les espoirs sont permis !
Espérons que nous ne serons pas victimes, comme l'année dernière, du dérèglement climatique.
Nous avions alors enregistré 2 mois, de fin Avril à mi juin, sans une goutte de miel à cause du froid et du mauvais temps !

L'essaimage va maintenant vite pointer le bout de son nez. Nous aurons beaucoup de travail pour inciter les abeilles à faire du miel plutôt que de s'en aller !

Céline et Jérôme

Voir toutes ses actualités


Le rucher du golfe de Royans

Le rucher du golfe de Royans

Le rucher est situé dans un rayon de 20 km autour du Royans, à mi-chemin entre Grenoble et Valence dans le Parc Naturel Régional du Vercors, classé depuis près de 40 ans. La composition de la flore mellifère du golfe de Royans permet la récolte de deux types de miel selon l'emplacement des ruches et les floraisons.

En fonctions des floraisons, Jérôme vous proposera deux types de miels :
Un miel toutes fleurs des plateaux du Vercors de consistance plutôt solide, au gout sauvage et puissant.
Son miel de lavande, de couleur claire, aux saveurs subtiles, parfumé et délicat en bouche.

Que se passe-t-il ce mois-ci sur votre rucher ?

Que se passe-t-il dans la ruche ?
Les premiers jours du mois de juillet suivent le même rythme que juin, avec une activité très dense à la ruche. Exception faites dès quelques jours de pluies que nous venons d’essuyer dans de nombreuses régions de France, le soleil est enfin de retour et avec lui, la reprise d’activité au sein des colonies. Les prévisions saisonnières annoncent le retour du soleil sur la quasi-totalité du territoire ce qui signifie que les abeilles vous pouvoir reprendre de plus belle leurs va-et-vient incessants, de la ruche aux champs et des champs à la ruche.


Et croyez-moi, les abeilles ne sont pas aux 35h. Elles peuvent ainsi parcourir plusieurs kilomètres à la recherche de provisions florales et s’en revenir à la ruche les pattes chargées de pollen et le jabot gorgé de nectar sucré pendant plusieurs heures. Elles travaillent ainsi entre 12h et jusque 15h par jour… A cette époque de l’année leur durée de vie est d’ailleurs plus restreinte que durant l’hiver. En moyenne une abeille durant l’été vivra quelques semaines à peine, environ 5 à 6 semaines, alors que durant l’hiver l’abeille vit entre 5 et 6 mois.

Zoom sur … La fabrication du Miel
Saviez-vous que le miel est le résultat des interactions entre trois protagonistes ?
En effet à l'origine du miel, il y a la rencontre fortuite entre trois acteurs essentiels ; Les fleurs, les abeilles et... le temps.



Tout n'est alors qu'une question d'alchimie. La fleur s'offrira à l'abeille qui, attirée par l'odeur viendra puiser en elle un doux jus sucré.
Les abeilles butineuses et receveuses par un savant échange viendront façonner le nectar.
Les receveuses, durant la régurgitation du nectar, vont sécréter une enzyme, « l’invertase » qui va transformer le saccharose en glucose et fructose. Une certaine quantité de glucose va à son tour se transformer grâce à une seconde enzyme, « le glucose oxydase ».
Ce savant mélange ira doucement mûrir dans les alvéoles de cire prévues à cet effet dans la ruche. L’eau contenue dans la substance sera ensuite évacuée partiellement grâce à la chaleur maintenue dans la ruche par le battement d’ailes des ouvrières (environ 35°).

C’est lorsque la teneur en eau du miel est réduite à entre 17% et 22% environ qu’il est mûr. Les alvéoles de miel sont ensuite operculées par une fine pellicule de cire, protégeant ainsi le miel de l’humidité de l’air.

Un peu de temps et un soupçon de magie et c'est un merveilleux miel aux mille vertus qui verra bientôt le jour, offrant aux abeilles comme aux hommes un véritable trésor de la ruche aux bienfaits innombrables.

De son côté, l’apiculteur …
L’apiculteur, lors de la récolte de miel, vient prélever dans la ruche, les cadres de miel, bien remplis et aux rayons operculés, qu’il remplace par de nouveaux cadres. C’est ici que son expertise et son savoir-faire sont alors mis à contribution, puisqu’il doit à ce moment, veiller à laisser aux abeilles, suffisamment de réserves pour subvenir à leurs besoins durant la période hivernale.
Une ruche peur produire plus de 3 kg de miel par jour. Cette production dépasse largement le besoin en réserves des abeilles. L’apiculteur récolte et commercialise ainsi l’excédent de miel de la ruche.

Le Saviez – vous ?
Peu importe le type de miel extrait (crémeux, liquide), il finira par cristalliser (se figer).
La cristallisation du miel est un phénomène naturel lié à la teneur du miel en fructose, glucose et eau. Il touche presque tous les miels à plus ou moins long terme. Des miels pourront ainsi se figer au bout de quelques jours, semaines mois ou encore années.
Il est possible de retarder ou modifier temporairement la texture du miel pour le rendre plus liquide, bien qu’il soit préférable de le consommer en l’état pour conserver les apports nutritionnels et les qualités du miel.  Vous pourrez notamment le chauffer au bain marie à une température qui ne devra pas dépasser les 40°. Nous vous déconseillons fortement le chauffage à la micro-onde qui risque de « cuire » le miel et lui fera perdre tous ses attraits. Le mieux reste de le consommer tel quel pour profiter de tous ses bienfaits…

Un peu de poésie … La citation du mois !
« Le bonheur pour une abeille ou un dauphin est d'exister. Pour l'homme, c’est de le savoir et de s'en émerveiller. » Jacques-Yves Cousteau




Imprimer la page

Retour